Le 20 avril 2014, jour de Pâques, Résurrection du Seigneur Jésus-Christ, pour la deuxième année consécutive, le recteur du séminaire, le P. Alexandre Siniakov, accompagné de sept séminaristes, se sont rendus dans la petite église russe de Champagne-sur-Seine pour y célébrer les matines pascales (après les célébrations nocturnes au Séminaire). Ils y ont été rejoints par le P. Georgy Machtaler, prêtre de la paroisse de l'Église russe hors frontières à Luxembourg.

Après l'office, les membres de la communauté orthodoxe locale et les séminaristes ont partagé un buffet à l'extérieur de l'église.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Avril 2014 à 12:08 | 0 commentaire | Permalien

Nicolas Berdiaev : 140 ans de la naissance du grand penseur et philosophe religieux russe
« J’ai du monde une conception mystique à l’origine et, par comparaison, le moment religieux, organisé, n’est que secondaire. Eckhart, Jacob Boehme, Angélus Silesius sont plus près de mon cœur que les Pères de l’Eglise. Je crois à la présence d’une mystique universelle, d’un spiritualisme universel. (…) J’ai cependant toujours été plus attiré par la mystique gnostique et la mystique prophétique que par la mystique ayant reçu l’approbation officielle de l’Eglise, celle qui a été reconnue comme la mystique orthodoxe, quoiqu’elle mériterait mieux le nom d’ascèse », In Essai d’autobiographie spirituelle. (1) « Dans le Christ, Dieu devient visage, et l'homme à son tour connaît le sien. » (2)

Nicolas Berdiaev

***
Aucune commémoration particulaire n'a marqué les 140 ans de la naissance du grand penseur et philosophe religieux russe Nicolas Alexandrovitch Berdiaev (Kiev, 1874 - Clamart 1948).

Bilingue, auteur de nombreux textes en russe et en français, il est toujours l'objet de controverses passionnées: marxiste dans sa jeunesse, il avait retrouvé l'Orthodoxie à 26 ans, mais sa vision très personnelle de la foi et sa distance envers la Tradition orthodoxe l'éloignent de l'Eglise avant sa réconciliation à la fin de sa vie. L'Eglise russe a d'ailleurs acheté sa maison de Clamart pour y loger les clercs de sa cathédrale parisienne et y conserve son bureau comme musée (ibid 2), mais ses spéculations n'en sont pas acceptées pour autant malgré leur influence indéniable.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Avril 2014 à 18:10 | 0 commentaire | Permalien

Déclaration

Le projet des autorités de Saint-Pétersbourg vise à faire passer inaperçus l les crimes commis par les communistes dans la forteresse de Pierre et Paul à Saint-Pétersbourg.

Nous n’accepterons pas ce sacrilège ! Alors que la majorité de nos compatriotes est préoccupée par les nouvelles qui nous parviennent d’Ukraine, les autorités de Saint-Pétersbourg ont préparé en catimini un projet pour enlever du cœur de Saint-Pétersbourg les ossements des victimes fusillées par les bolcheviks lors de la terreur rouge.

Les autorités en la personne du maire adjoint Kitchedgi «ont pris la décision d’inhumer ces ossements au cimetière de l’Ile Zaïatchij, loin de la ville. C’est là que l’on avait envisagé d’ériger un monument aux victimes du bolchevisme.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Avril 2014 à 17:52 | 0 commentaire | Permalien

Le Christ est ressuscité!
"PARLONS D'ORTHODOXIE" SOUHAITE A SES LECTEURS, A SES CONTRIBUTEURS, A TOUS SES AMIS DES PÂQUES RADIEUSES! LE CHRIST EST RESSUSCITE! CHRIST IS RISEN! ΧΡΙΣΤΟΣ ΑΝΕΣΤΗ ! CHRISTUS IS VERREZEN ! CHRISTO E RISORTO ! CHRISTUS IS AUFERSTANDEN! HRISTOS A INVIAT ! CHRISTUS RESURREXIT !

ВСЕХ ЧИТАТЕЛЕЙ, АВТРОВ И ДРУЗЕЙ НАШЕГО БЛОГА, ПОЗДРАВЛЯЕМ СО СВЕТЛЫМ ХРИСТОВЫМ ВОСКРЕСЕНИЕМ И ЖЕЛАЕМ ПАСХАЛЬНОЙ РАДОСТИ! ХРИСТОС ВОСКРЕСЕ!

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Avril 2014 à 10:50 | 2 commentaires | Permalien

Message de Pâques du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie
Bien-aimés dans le Seigneur, évêques, prêtres, diacres, moines et moniales, chers frères et sœurs !

En ce Saint jour de la Résurrection, quand le monde visible et invisible glorifie le Maître de la vie et le Vainqueur de la mort, c’est de tout cœur que je vous adresse l’exclamation pascale :

Le Christ est ressuscité !

D’année en année la Bonne Nouvelle résonne triomphalement nous incitant à rendre gloire à Dieu et à notre Sauveur qui par la mort a triomphé de la mort et nous a fait communier à la future vie éternelle.

En célébrant la Fête des fêtes, le Triomphe des triomphes c’est dans un état d’âme tout particulier que nous évoquons l’exploit rédempteur du Sauveur du monde, Ses souffrances sur la Croix et Sa radieuse Résurrection. Pâques n’appartient pas à une belle légende, ne relève pas de la théologie abstraite, n’est pas un tribut à une coutume populaire née dans un passé lointain. Pâques est l’essence même et le noyau du christianisme. Cette victoire est un don que Dieu nous fait.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Avril 2014 à 14:59 | 0 commentaire | Permalien

Un « holocauste » chrétien en Union Soviétique
Andrea Riccardi

La lutte antireligieuse mena en Union soviétique à un holocauste de femmes et d’hommes qui professaient leur foi. Cette tragédie du peuple chrétien fut partagée par les croyants d’autres religions et par des hommes et des femmes dont les convictions s’écartaient de celles du régime et qui, à cause de leurs idées, connurent de grandes souffrances et parfois la mort. En 1968, Athénagoras, patriarche orthodoxe de Constantinople, notait : « Les chrétiens russes ont vaincu le totalitarisme dans leur pays. Ils l’ont vaincu par la foi, la prière, la souffrance de leurs confesseurs et de leurs martyrs… » Et il ajoutait : « … leur victoire n’est pas encore visible. Beaucoup de choses lourdes s’attardent à la surface de l’Histoire; mais tout a déjà changé en profondeur »

La plupart de ceux qui souffrirent des persécutions sont inconnus, comme on l’a dit. Qu’est-il advenu des moniales et des moines des 1025 monastères orthodoxes existant en 1917, et qui furent tous fermés dans les années qui suivirent ? Comment ont-ils vécu après la dispersion ? Pour quelques-uns d’entre eux, on a quelques informations, mais dans la plupart des cas on perd leur trace 18. Beaucoup ont été engloutis dans l’univers concentrationnaire. D’autres se sont dispersés dans l’immense monde soviétique. Ce fut le cas de la catholique Elena Plavskaïa, arrêtée en 1933 dans le cadre de l’enquête sur les catholiques russes et condamnée à cinq ans de camp de travail correctionnel au Bamlag. En 1937, elle fut libérée et envoyée en exil intérieur.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Avril 2014 à 09:48 | 0 commentaire | Permalien

La Première et la Seconde Résurrection: Pourquoi appelons-nous l'office du matin du Samedi Saint la "première Résurrection"?
"Que se passe-t-il ? Aujourd'hui, grand silence sur la terre ; grand silence et ensuite solitude parce que le Roi sommeille. La terre a tremblé et elle s'est apaisée, parce que Dieu s'est endormi dans la chair et il a éveillé ceux qui dorment depuis les origines. Dieu est mort dans la chair et le séjour des morts s'est mis à trembler." Méliton, évêque de Sardes homélie du Samedi Saint (P.G. 43, 439, 451, 462-463)

Chaque aspect de la vie liturgique de l'Église nous enseigne quelque chose à propos de notre propre vie spirituelle.

Cela ressort particulièrement des impressionnants offices de la Semaine Sainte et de Pâques, dans lesquels, tout en glorifiant la Passion et la Résurrection du Christ, nous apprenons la signification de notre propre résurrection : la résurrection de la mort spirituelle à la vie Chrétienne en ce monde, et la résurrection à la vie éternelle avec le Christ après notre mort [physique].
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Avril 2014 à 04:21 | 0 commentaire | Permalien

Des Palestiniens chrétiens et des milliers de pèlerins ont commémoré vendredi la passion du Christ, en participant à une procession le long du chemin de croix de Jésus dans la Vieille ville de Jérusalem, selon la tradition.

Venus du monde entier, certains portant des croix en bois, ils ont suivi chacune des stations du chemin le long de la Via Dolorosa, selon un rite millénaire du "Vendredi saint", trois jours avant de marquer la résurrection du Christ célébrée le dimanche de Pâques. Parmi les pèlerins figuraient notamment une importante délégation de serbes, des russes et des grecs pour les orthodoxes, ainsi que des Africains, notamment de Côte d'Ivoire, des Italiens, des Français, des Espagnols et des Argentins pour les catholiques
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Avril 2014 à 21:16 | 0 commentaire | Permalien

Vendredi Saint
En ce jour est suspendu au gibet / Celui qui a suspendu la terre sur les eaux..., / est couvert d’une couronne d’épines, le Roi des anges.

(15ème Antienne des matines du vendredi saint)
Tu t’es laissé crucifier / Afin de faire jaillir pour moi le pardon / Ton côté fut transpercé pour me donner la source de vie / Tu t’es laissé percer de clous / Pour que la profondeur de tes souffrances / Me révèle la grandeur de ta Royauté

Stichère des matines du vendredi saint aux Béatitudes


Celui qui a souffert les crachats, les coups, les soufflets meurt pour la vie du Monde. Nous suivons ici Jésus jusqu’au Golgotha. Golgotha veut dire « lieu du crâne » et nous voyons bien le crâne d’Adam, au fond des enfers.Nous suivons Jésus non à la manière de ceux qui le suivaient de loin, mais à la manière de sa mère, de Jean et des saintes femmes. Jésus est mis à mort en dehors de la ville, devant les murs de Jérusalem. (Que nous avons déjà croisé lors d’autres fêtes... voir Les Rameaux, La Résurrection de Lazare). Seule la partie supérieure de la croix se détache contre le ciel, nous reliant à sa signification cosmique.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Avril 2014 à 21:01 | 1 commentaire | Permalien

PETITE HISTOIRE DU CARÊME
Aux premiers temps du christianisme, les fidèles de Jésus continuaient d'observer les pratiques religieuses juives, le repos du sabbat, la prière au Temple. Ils constituèrent cependant une communauté de culte, qui se marquait par la cérémonie du baptême, donné au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, suivie d'une profession de foi. S'ils célébraient encore les grandes fêtes de la religion juive, la Pâque, la Pentecôte, ils leur donnaient une signification nouvelle : il ne s'agissait plus seulement du rappel des événements de l'Ancien Testament, mais aussi de la commémoration de la passion et de la résurrection du Christ, et de la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres. Les premiers chrétiens suivaient les dates des fêtes juives. Puis des interrogations se firent jour : devait-on garder, pour la fête chrétienne de Pâques, la date et les rites de la Pâque juive ?

Jusqu'au 4ème siècle, les différentes Eglises hésitèrent. Dans les Eglises d'Asie Mineure, certaines rejetèrent, d'autres gardèrent le rite de l'agneau pascal. L'Eglise d'Antioche s'en rapporta à la détermination juive pour fixer la résurrection au dimanche qui suivait la Pâque juive, tandis que les chrétiens d'Alexandrie se livrèrent à de savants calculs astronomiques et placèrent Pâques après l'équinoxe de printemps.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Avril 2014 à 20:00 | 0 commentaire | Permalien

La presqu’île de Crimée est un territoire multiethnique où habitent les adeptes de différentes confessions, essentiellement les chrétiens. On appelle parfois la Crimée le « berceau de l’orthodoxie en Russie ».

Les scientifiques disputent le bien-fondé de cette thèse. Or, ce qui est incontestable, c’est ce que le christianisme est apparu en Crimée avant de devenir la religion officielle en Russie ! La christianisation de la presqu’île est engagée à grande échelle au VIe siècle, après l’occupation des territoires de la Crimée actuelle par l’empereur byzantin Justinien Ier . Cependant, les premières communautés chrétiennes y apparaissent dès le début du IVe siècle.

Justinien Ier érige tout de suite dans ses forteresses des églises chrétiennes, où il séduit, voire pousse les Criméens. C’est déjà la christianisation de masse. Qui plus est, pour s’assurer le soutien de Justinien, les chefs de certaines tribus se rendent chez lui en quête de baptême.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Avril 2014 à 16:54 | 0 commentaire | Permalien

Jeudi Saint, la Cène mystique du Seigneur
La liturgie du Jeudi Saint se compose, dans la tradition byzantine, de trois grands offices : les matines, le rite du lavement des pieds – réservé au rituel pontifical – et les vêpres avec la liturgie de Saint-Basile. Trois événements sont au centre de la liturgie de ce jour : la trahison de Judas, la manifestation de l’humilité du Seigneur et la Cène avec les disciples, appelée dans la tradition orthodoxe « repas mystique ».

Aucune autre fête, pas même celle de la Nativité, n’est dotée de prières aussi riches sur le plan christologique que le Jeudi Saint. C’est au soir de la Pâque juive, au cours du repas rituel commémorant la sortie d’Égypte du peuple hébreu, que le Roi d’Israël se fait connaître à ses disciples et découvre la nature véritable de son alliance avec l’humanité. Ainsi, le dernier dîner du Seigneur avec les apôtres est non seulement mystique, mais aussi mystagogique.

« Lors de ce dîner, tu as révélé aux initiés l’immense mystère de ton incarnation » : l’incarnation de Dieu est l’alliance éternelle que Dieu promettait à Abraham et qu’il a enfin accomplie à la fin des temps.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Avril 2014 à 14:22 | 0 commentaire | Permalien

En préparation à la fête de Pâques de l'Église orthodoxe (le 20 avril 2014), voici une brève présentation du Carême, de la Semaine sainte et du temps pascal dans l’Église orthodoxe, dont toute la théologie et la liturgie sont centrées sur cette victoire du Christ sur la mort et l’enfer

UN VOYAGE SPIRITUEL

Depuis l’antiquité chrétienne, la fête de Pâques est précédée de quarante jours de préparation, au cours desquels l’Église convie ses idèles à un effort de jeûne, de prière et d’abstinence : le grand carême. Durant cette période, nous sommes invités à rejeter le superflu dans notre vie (dans le domaine alimentaire, des distractions, etc.) pour nous recentrer sur l’essentiel et retrouver, au cœur du silence, la présence de l’Être. Comme le disait Mgr Antoine de Souroge (grand spirituel orthodoxe contemporain) : «Dieu est partout. Il est ici. Si tu ne ressens pas sa présence, ce n’est pas lui qui est absent, c’est toi !»

Certes, notre société, loin de valoriser la tempérance ou la modération, nous incite à exiger «toujours plus » . Mais la liberté authentique réside moins dans la satisfaction de tous nos désirs (dont nous devenons finalement esclaves) que dans l’apprentissage de l'indépendance à leur égard, à laquelle contribue le carême.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Avril 2014 à 06:24 | 0 commentaire | Permalien

La Nativité du Christ, Icône de Sa descente aux enfers
Par professeur Nicolas Ossorguine

Dans l’Eglise orthodoxe, la Nativité du Christ est une fête très importante. Liturgiquement, l’Eglise voit en elle l’icône de la fête de Pâques. C’est la raison pour laquelle, dans la partie consacrée aux éphémérides du « Psautier commenté », la fête de la Nativité est appelée « Pâques, fête de trois jours ».

La notion de « trois jours » doit être comprise non pas sur le plan de temps (durée), mais dans le sens qualitatif : liturgiquement les offices de la Nativité contiennent des éléments du Vendredi Saint, du Samedi Saint et de Pâques. Ces éléments se retrouvent dans les offices des 24 et 25 décembre, à savoir : 1) le 24 – XII « les Heures Royales » (Vendredi Saint), 2) le 25-XII les Vêpres avec la liturgie vespérale de Saint Basile (Samedi Saint) et enfin 3) la liturgie eucharistique matinale de Saint Jean Chrysostome le jour de la Nativité (Pâques).

Dans la mesure où le 24 décembre correspond aux deux derniers jours de la Semaine Sainte, l’Eglise prescrit un carême semblable à celui de cette semaine Il est très important de comprendre que, du moment où il y a relation très étroite entre les évènements liés à la fête de Pâques, fête mobile et les évènements de la Nativité, fête fixe, l’expression liturgique de la Nativité se manifeste simultanément à travers ces deux cycles : fixe et mobile (pascal).
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 16 Avril 2014 à 14:57 | 0 commentaire | Permalien

Mercredi Saint
Grand et Saint Mercredi, 4 avril 2007 – Semaine Sainte - Jeûne
Sexte: Ezéchiel 2,2-3,3

"Comme la voix me parlait, l'Esprit vint en moi, Qui me fit mettre debout; et j'entendis Celui qui me parlait. "Fils d'homme, me dit-Il,Je t'envoie vers les Israélites, vers cette nation de rebelles qui se sont révoltés contre Moi, qui ont, autant que leurs pères, péché contre Moi jusqu'à ce jour. C'est vers ces fils à la face dure et au coeur insensible que Je t'envoie. Tu leur diras: Oracle du Seigneur Dieu - Qu'ils t'écoutent ou non, car c'est une engeance rétive, ils sauront qu'il y a un prophète au milieu d'eux. Quant à toi, fils d'homme, ne les crains pas, ne t'effraie point de leurs propos, bien que tu sois au milieu de ronces et d'épines et que tu habites parmi des scorpions; ne te laisse pas intimider par leurs propos ni effrayer par leur attitude, car c'est une engeance rétive. Tu leur transmettras Mes oracles, qu'ils t'écoutent ou non, car c'est une engeance rétive. "Et toi, fils d'homme, écoute ce que Je te dis: ne sois pas rebelle comme cette engeance de révoltés. Ouvre la bouche et mange ce que Je vais te donner." Je regardai, et je vis s'avancer une main qui tenait un manuscrit roulé. Il fut déployé devant moi: il était couvert d'écriture au recto et au verso: c'étaient des chants de deuil, des plaintes et des gémissements . "Fils d'homme, me dit-il, mange le rouleau que voici, puis, va parler à la maison d'Israël." J'ouvris la bouche, et Il me le fit avaler. "Fils d'homme, me dit-Il, nourris ton corps, emplis ton ventre avec ce rouleau que Je te donne." Je le mangeai donc, et dans ma bouche il était doux comme le miel."
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Avril 2014 à 07:34 | 2 commentaires | Permalien

Mgr Onuphre de Tchernovtsy : Les médias orthodoxes sont appelés à être un Golf Stream dans l’océan Arctique de l’actualité
Le locum tenens de la chaire de Kiev a rencontré les membres du Conseil de coordination du département synodal d’information et d’éducation de l’Eglise Orthodoxe d’Ukraine (Patriarcat de Moscou).

Le Conseil de coordination du département synodal d’information et d’éducation de l’EOU a le 9 avril 2014une réunion à la Laure des Grottes. Elle était présidée par le Protopresbytre Georges Kovalenko, responsable du département de communication de l’EOU. Y ont participé les responsables des départements d’information et d’éducation diocésains de Loutsk, Kharkov, Lvov, Vinnitsa, Moukatchevo, Lougansk, Kherson, Donetsk, Soumy et Dniepropetrovsk.

Les participants ont rencontré Mgr Onuphre, métropolite de Bucovine et de Tchernovtsy locum tenens de la chaire métropolitaine de Kiev. Le Protopresbytre a présenté à son Excellence les responsables des départements d’information et d’éducations diocésains ainsi que ses collaborateurs du département de communication.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Avril 2014 à 21:39 | 0 commentaire | Permalien

Le 12 avril 2014, avec la bénédiction de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou est arrivé en Espagne. Mgr Hilarion a été accueilli à l’aéroport par l’ambassadeur de Russie en Espagne, Y. Kortchaguine, et par le père André Kordotchkine, recteur de l’église madrilène Sainte-Marie-Madeleine..

Une première liturgie pascale a été célébrée le dimanche 5 mai dans l’église Sainte-Marie-Madeleine à Madrid Pendant la semaine sainte, les travaux de construction ont été terminés et la première divine liturgie y a été célébrée le jeudi saint.

Le programme de la visite de Mgr Hilarion comporte la célébration d’offices dans les églises du Patriarcat de Moscou à Madrid et à Barcelone, la participation à la présentation de l’édition espagnole du livre de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille « Liberté et responsabilité : à la recherche d’une harmonie » des rencontres avec le cardinal Antonio Maria Rouco Valera, archevêque de Madrid, et le cardinal Lluis Martinez Sistach, archevêque de Barcelone.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Avril 2014 à 11:28 | 3 commentaires | Permalien

Le Saint et Grand mardi, nous faisons mémoire de la parabole évangélique des Dix Vierges.
Dix vierges font cortège au plus grand des Mardis tiens ta lampe allumée, ne sois pas étourdi!

Pourquoi le Seigneur, entré à Jérusalem afin d'y accomplir Sa Passion, propose-t-il de telles paraboles à Ses disciples: ce sont, dit-Il, des paraboles qui s'appliquent aussi aux Juifs. En effet, Il raconte la parabole des dix vierges en portant l'attention sur la miséricorde, et en même temps Il enseigne à tous à être prêts avant la fin. Car sur la virginité, Il leur a parlé plusieurs fois, ainsi que sur les eunuques. Certes, beaucoup de gloire s'attache à la virginité, elle est grande, en vérité. Mais afin que nul, en pratiquant cette vertu, ne néglige les autres, et surtout la miséricorde, dont s'éclaire la lampe de la virginité, le Saint Evangile propose cette parabole .
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 15 Avril 2014 à 00:12 | 0 commentaire | Permalien

Lundi Saint
Le Saint et Grand Lundi, nous faisons mémoire du Bienheureux Joseph au-beau-visage, ainsi que du figuier maudit et desséché par le Christ.

Joseph, chaste et prudent, fut prince de justice,pourvoyeur de froment et trésor de délices.
Au stérile figuier, sans fruits spirituels,Le Christ a comparé les hommes infidèles:
fuyons donc les passions, car nous pourrions un jour être maudits et desséchés à notre tour.

Comme les Saintes Souffrances de notre Seigneur Jésus Christ ont ici leur début, c'est Joseph qui, le premier, en présente l'image. Car il était le dernier fils du Patriarche Jacob, né de Rachel et envié par ses frères pour quelques visions qu'il avait eues en songe. Tout d'abord, il est caché dans le creux d'une fosse, et son père est trompé par sa tunique ensanglantée, comme s'il avait été dévoré par une bête fauve. Puis, pour trente pièces d'argent il est livré aux Israélites, qui le vendent à leur tour à Putiphar, le chef des eunuques de Pharaon, le roi d'Égypte. Or, sa maîtresse s'étant fâchée contre lui à cause de la chasteté du jeune homme, parce qu'il n'avait pas voulu commettre l'iniquité avec elle, il s'enfuit en laissant son vêtement: elle le calomnia auprès de son maître, et il connut l'amertume des chaînes et de la prison. Il en fut tiré par son don d'interpréter les songes: on le mena devant le roi, et il fut établi seigneur sur toute la terre d'Égypte.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 13 Avril 2014 à 21:03 | 0 commentaire | Permalien

Bien qu'appartenant à deux diocèses, et même deux patriarcats différents, les paroisses orthodoxes lyonnaises de Notre Dame de Toute Protection (Eglise russe) et de Saint Sophrone de Vratsa (Eglise de Bulgarie), s'unissent pour fêter Pâques ensemble dans l'église St Joseph des Broteaux. Cette marque d'unité et de fraternité est d'autant plus remarquable qu'elle a lieu dans une Eglise prêtée par l'Eglise catholique.

Des Catholiques ont exprimé l'intention de participer à cette célébration et cela permet de souligner les relations très amicales entre Orthodoxes et Catholiques, en particulier à Lyon où plusieurs paroisses orthodoxes célèbrent dans des chapelles mises à leur disposition par le diocèse catholique.

De plus, comme je l'écrivais dans un article précédent (1), nous bénéficions d'offices plus nombreux durant la Semaine Sainte, qui seront célébrés par le père Pierre, recteur de la paroisse Saint Sophrone.
Rédigé par Vladimir Golovanow le 13 Avril 2014 à 14:38 | 1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 178


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile