On va ouvrir en Russie la première maison de retraite pour prêtres
La maison de retraite sera dédicacée à saint Jean de Cronstadt qui prenait grand soin des ministres du culte.

La maison de retraite pour les serviteurs de l’Église sera construite près le monastère Saint-Jean de Soura dans la région d’Arkhangelsk (Soura est le village où est né saint Jean de Cronstadt). Selon le site du diocèse d’Arkhangelsk l’établissement accueillera des prêtres devenus veufs, dont personne ne peut s’occuper.

Le bâtiment sera construit près de l’abbatiale de la Dormition. Le projet comporte un complexe de cellules sur un niveau avec cuisine, salle à manger, infirmerie et dépendances. Les premiers matériaux de construction, des blocs de béton pour réaliser la chape de fondations, ont été acheminés par la rivière Pinega. L’ensemble aura une surface au sol d’environ 400 m².
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juin 2017 à 18:04 | 0 commentaire | Permalien

Espagne : Onze lieux saints où il faut se rendre
L’Espagne que nous ne connaissons pas. L’archiprêtre André Kordotchkine, recteur de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine de Madrid partage ici avec nous son amour pour les reliques de saint Jacques le Majeur, le Suaire de notre Seigneur, une parcelle de la Sainte Croix et la geôle de la sainte martyre Léocadia.

Parfois on nous demande en quoi la vie orthodoxe à l’étranger diffère-t-elle de celle de la Russie. Il me semble qu’il y a une différence, importante, peut-être pas pour tous, mais pour beaucoup. Quand on vit à Moscou, par exemple, ou à Saint-Pétersbourg, si on a le cafard, on peut aller au monastère du Don ou sur les bords de la Smolenka, et alors ça va mieux, ou ça passe totalement. Si on est à Madrid, on n’a nulle part où aller, nulle part où recharger ses batteries.

C’est ce que je pensais quand je suis arrivé à Madrid, il y a douze ans, quand nous avons commencé à officier là où avant nous venaient des immigrés latino-américains ou marocains pour téléphoner chez eux ou vendre des pêches et des tomates. Ce n’est pas facile de commencer quelque chose, d’essuyer les plâtres, pensai-je. Mais petit à petit nous avons appris que nous n’étions pas les premiers. L’histoire passée de notre paroisse nous est apparue, elle remonte jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, nous avons découvert un prêtre remarquable : le père Constantin Koustodiev qui officiait à Madrid dans les années 1860, nous avons feuilleté les pages de l’histoire de l’Église indivise en Espagne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juin 2017 à 16:39 | 19 commentaires | Permalien

L’existence de ce séminaire Sainte-Geneviève est le fruit de la volonté du patriarche de Moscou Alexis II, volonté poursuivie par son successeur Cyrille. Leur but : permettre à des futurs prêtres de l’Eglise orthodoxe russe de se former aux meilleures facultés françaises, de connaître la réalité quotidienne de l’Occident, du poumon occidental de l’Eglise, de ses clercs et de ses fidèles. Et aussi de se faire connaître ; le moyen, en sus de la prière, de se retrouver entre frères d’un même Père, de retrouver la pleine communion entre chrétiens.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Juin 2017 à 22:41 | Permalien

Le 9 juillet 2017 pèlerinage à l'église de St.Denys l'Aréopagite et St. Jean-Baptiste à Saintines
Le 9 juillet 2017, avec la bénédiction de l'évêque Nestor de Chersonèse (Patriarcat de Moscou) aura lieu un pèlerinage à l'église de St. Denys l'Aréopagite et St. Jean-Baptiste à Saintines, (dept. de l'Oise).

Contacts: prêtre Nicolas Nikichine ou Madame Inna Botcharova
+33 (0)6 50 64 01 26 / +33 (0)6 20 34 95 46
nicolas.nikichine@gmail.com ------ SITE " PALOMNIK"


C’est le seul endroit près de Paris, où il y a une source miraculeuse. Depuis le XIIIe siècle, les pèlerins de toute la France viennent à Saintines pour se baigner dans les eaux sacrées de cette source bénéfique.

Saintines, village du Valois, et son petit millier d'habitants cachent un véritable trésor. Une fontaine miraculeuse qui coule au pied de l'église Saint-Denis-Saint-Jean-Baptiste et que les fidèles célèbrent chaque année à la Saint-Jean. Certains n'hésitent pas à s'y jeter tout habillés, espérant s'y laver de leurs pêchés ou obtenir de bonnes grâces. C'est le cas des orthodoxes notamment, qui sont plusieurs centaines chaque année à faire le pèlerinage dans l'Oise.

Programme et affiche ...suite >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Juin 2017 à 14:48 | 0 commentaire | Permalien

Lituanie: béatification de Mgr Théophile Matulionis, martyr de l’ère soviétique
C’est la première fois qu’un Lituanien est béatifié dans sa patrie et le premier martyr lituanien de l’époque soviétique

Une célébration présidée par le cardinal Amato, entouré d’une délégation européenne

L’évêque lituanien Théophile Matulionis (1873-1962), martyr du communisme soviétique, à 89 ans, a été béatifié dimanche 25 juin 2017, dans la capitale de sa patrie, Vilnius : il a connu le goulag, les prisons, et la surveillance permanente de l’occupant.

La célébration a conclu Un Festival de la jeunesse de Lituanie qui a débuté vendredi 23 juin 2017.

La béatification a été présidée sur le parvis de la cathédrale Saint-Casimir de Vilnius, au nom du pape François, par le cardinal Angelo Amato, préfet de la congrégation pour les causes des saints, entouré des évêques de Lituanie et d’une délégation du Conseil des conférences des évêques d’Europe (CCEE) présidée par l’archevêque de Gênes (Italie), le cardinal Angelo Bagnasco, dont le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster (Grande-Bretgne), et Mgr Stanisław Gądecki, archevêque de Poznań (Pologne).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Juin 2017 à 12:21 | 0 commentaire | Permalien

« Arthos » invite les peintres d’icônes à participer au projet « Les Saints de l’Église indivisée »
Serge Tchapnine président de l’association "Arthos":

"L’association fait paraître, depuis 2015, un almanach intitulé " Les Saints Dons". Trois cahiers en sont déjà sortis, ils sont consacrés à la culture chrétienne moderne. "Arthos" organise fréquemment des exposition d'icônes . Une galerie d'art chrétien moderne a été mise en ligne" Contact info@artos.org

Le démarrage du projet « Les Saints de l’Église indivisée » a été annoncé par son commissaire Serge Tchapnine

Objectifs du projet :
- Attirer l’attention des communautés chrétiennes d’Orient et d’Occident sur les images de la sainteté et des saints du premier millénaire ;

- Multiplier les témoignages d’orthodoxes et de catholiques sur les racines chrétiennes de l’Europe moderne ;
- Développer la culture chrétienne moderne ;
- Développer les échanges culturels entre les communautés chrétiennes des pays européens et de la Russie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Juin 2017 à 05:26 | 9 commentaires | Permalien

Troisième dimanche après la Pentecôte: " Nul ne peut servir deux maîtres..."
Archevêque Job de Telmessos

Nous venons d’entendre la lecture d’un passage de l’Évangile du saint apôtre et évangéliste Mathieu qui est un extrait du fameux sermon sur la montagne, un discours prononcé par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ à ses disciples ainsi qu’à une large foule réunie (Mt 5,1-8,8).

La portion la mieux connue de ce discours est bien évidemment celle des Béatitudes, qui se trouve au début, et que nous chantons presque à chaque Divine Liturgie. Ce sermon contient aussi la prière du Seigneur, le Notre Père, que nous récitons quotidiennement.

Mais aujourd’hui, le passage nous interpelle en nous rappelant que « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Mt 6, 24 ; Lc 16, 13).

Ces paroles de notre Seigneur pourraient suggérer qu’il existe une symétrie parfaite entre les deux maîtres : le bien ou le mal, un ange ou un démon, la vertu ou le vice, Dieu et l’argent. Car c’est précisément aux richesses matérielles que les Hébreux désignaient par le nom de mammona.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Juin 2017 à 10:58 | 0 commentaire | Permalien

 2014 - 2017 Crise a l'ITO  Saint-Serge à Paris !
Le 19 juin 2014, Son Eminence l’Archevêque Job de Telmessos a concélébré la Divine Liturgie en l’église Saint-Serge à Paris à l’occasion de la clôture de l’année universitaire de l’Institut de Théologie Orthodoxe avec l’Archiprêtre Nicolas Ozoline, Doyen de l’Institut, l’Archiprêtre Nicolas Cernokrak, directeur de la formation théologique à distance, l’Archiprêtre Jean Boboc, chargé du cours de bioéthique, l’Archiprêtre Serge Model, de Bruxelles, du Prêtre Joachim, étudiant malgache, et du Prêtre Nicolas Kazarian, chargé de cours.

2017 - Communiqué de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge suite à l’assemblée générale qui s’est tenue le 22 juin

Lire aussi Samuel Lieven Un coup dur pour l’Institut Saint-Serge


A la fin de la Divine Liturgie, l’Archevêque Job de Telmessos a prononcé le discours suivant

Nous venons de célébrer la Divine Liturgie, l’action liturgique centrale de la vie ecclésiale, dont elle est la source et le sommet. C’est en effet de la structure de la liturgie que s’organise et se structure l’Église elle-même. Si l’évêque préside la Divine Liturgie, ce n’est pas de manière honorifique, mais parce qu’il agit en lieu et figure du Christ (eis topon kai tupon Christou). C’est de là que découle son autorité dans l’Église, comme l’enseigne l’ecclésiologie eucharistique des Pères de l’Église, rappelée par le Père Nicolas Afanassieff, illustre théologie de cet Institut, et plus récemment par Mgr Jean Zizioulas, le métropolite de Pergame. Je veux croire que cette théologie n’est pas seulement enseignée dans notre Institut de théologie, mais qu’elle est aussi mise en pratique tant par nos enseignants que par nos étudiants.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Juin 2017 à 17:18 | 19 commentaires | Permalien

Inauguration en Crimée d’une exposition d’icônes en fil de lin
Ces icônes en fil de lin exposées à l’église Saint Nicolas le Thaumaturge (Aloushta, Crimée) ont pour auteur le professeur Vladimir Denschtchikov.

Il est le fondateur d’une école iconographique nouvelle : sans avoir recours à quelque moyen technique que ce soit chaque nodule de fil de lin est noué à la main, la méthode employée est celle du macramé.

L’artiste a breveté cette technologie. Seuls les faces et les mains des Saints sont peints sur toile.

On a le sentiment de voir des miniatures tridimensionnelles sous verre. Cette iconographie est respectueuse des canons. Nombre de se trouvent dans des collections particulières.

Chaque icône représente de trois à six mois de travail.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juin 2017 à 16:39 | 0 commentaire | Permalien

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
V. Golovanow

L'événement le plus dramatique – le schisme de 1666.

Au début du XX siècle, l'influence des russes issus du milieu vieux-croyant se fit ressentir davantage laissant de nombreuses empreintes à Moscou en dehors de leurs communautés: pavillons individuels, théâtres, usines, écoles et hôpitaux.

Les communautés de vieux-croyants nous ont laissé un riche patrimoine: des nécropoles, des églises ainsi que des pavillons étonnants réalisés dans le style art nouveau commandés par des entrepreneurs et mécènes - les dynasties vieux-croyantes des Morozov, Shchukine, Riabouchinsky, Goutchkov, Soldatenkov.,,,

Le cimetière Rogojskoïe est un cimetière de Moscou où se trouve le centre spirituel et administratif de la branche de l'Église orthodoxe vieille-ritualiste russe acceptant d'ordonner des prêtres. L'autre cimetière d'origine vieille-ritualiste à Moscou est le cimetière de la Transfiguration qui au départ avait été ouvert pour les vieux-ritualistes refusant l'ordination de prêtres dans leur Église.

Tombes de la famille Morozov
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juin 2017 à 13:40 | 16 commentaires | Permalien

Le monastère de Chevetogne est unique en son genre: un pont entre l’Orient et l’Occident
Nicolas Imbert

Fondé en 1925 par Dom Lambert Beauduin, cette cité monastique se distingue par la coexistence, dans une seule et même communauté, de deux traditions liturgiques : d’une part celle de l’Occident (rite latin) et d’autre part celle de l’Orient (rite byzantin).

Ayant l’aspiration profonde d’une unité entre chrétiens, la vocation de ce monastère s’inscrit dans une démarche œcuménique que la célébration des deux liturgies inaugure et réalise par un « rapprochement des âmes » que formulait de ses vœux le père Beauduin. Un désir de rapprochement qui n’entre pas en dissonance avec l’identité bénédictine du monastère, bien au contraire.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Juin 2017 à 21:38 | Permalien

L’Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières (EORHF) appelle à enlever la dépouille de Lénine  de la Place Rouge
Le Concile des évêques de l’EORHF vient de se réunir à Munich. Le service de presse du Concile diffuse le texte d’un message du Synode dont voici un extrait :

« Nous appelons à enlever de la Place Rouge la dépouille de Lénine qui fut l’instigateur du pouvoir athée en Russie. L’idéologie criminelle qu’il préconisait a été le prétexte de l’extermination de millions de victimes.

Nous préconisons également l’effacement de tous les symboles de l’athéisme et invitons à cesser de glorifier les noms des assassins communistes dans la toponymie des villages, des villes, des rues et des places, des gares et des parcs.

Le Synode rappelle que 2017 est l’année du centenaire de la révolution de 1917, du rétablissement du trône patriarcal ainsi que du dixième anniversaire du rétablissement de l’unité de l’Eglise russe ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Juin 2017 à 08:20 | 0 commentaire | Permalien

LE SECOND DIMANCHE APRES LA PENTECOTE MEMOIRE DE TOUS LES SAINTS QUI ONT ILLUMINE LA TERRE DE RUSSIE
Le second dimanche après la Pentecôte, une semaine après avoir fêté tous les saints, l’Eglise russe célèbre une Toussaint russe.

Cette célébration vit le jour au XVIème siècle sous le saint métropolite Macaire de Moscou & de toutes les Russies mais fut abandonnée au siècle suivant lors des réformes du Patriarche Nikon. Cette fête fut restaurée à la suite du concile local de Moscou le 26 août 1918.

L’initiateur de la restauration de cette fête fut un professeur de l’Université de Saint-Pétersbourg, Boris Touraev. Il fut du reste le co-auteur avec le hiéromoine Athanase Sakharov de la première édition de l’office parue en 1918. Une seconde édition de cet office parut en 1956 et fut publiée par le Patriarcat de Moscou.

Une révision de cet office fut effectuée en 2002 et fut intégrée aux Ménées du mois de mai (elle présente quelque variante avec la version de 1956, en particulier pour le prokimenon de la liturgie).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Juin 2017 à 07:25 | 1 commentaire | Permalien

À Munich, a été consacrée une église dédicacée aux victimes de la foi dans la période soviétique
INTERFAX, qui reprend le communiqué du service de presse de l’Église orthodoxe ukrainienne — Le métropolite Onuphre de Kiev et de toute l’Ukraine a présidé la consécration de la cathédrale des Nouveaux-Martyrs et Confesseurs de la Foi et la liturgie concélébrée avec des évêques de l’Église orthodoxe ukrainienne et des évêques de l’Église orthodoxe russe Hors-frontières ayant à leur tête le métropolite Hilarion d’Amérique orientale et de New-York.

Une communauté russe s’est formée à Munich dès 1798, date de l’ouverture d’une ambassade de l’Empire russe. Au début, les diplomates et leurs familles fréquentaient, au centre de la ville, l’église du Saint-Sauveur où le poète Fiodor Tioutchev a fait baptiser ses cinq enfants.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juin 2017 à 11:15 | 1 commentaire | Permalien

La procédure de canonisation des  Nouveaux martyrs  est freinée, l’accès aux document étant devenu impossible – dit le recteur de l’église du polygone de Boutovo.
Le recteur de l’église des Nouveaux martyrs et Confesseurs de l’église du polygone de Boutovo, en banlieue moscovite, l’archiprêtre Cyrille Kaleda a fait part des problèmes survenant dans le processus de canonisation des victimes ayant péri en URSS en raison de leur foi.

« Le procédure de canonisation des nouveaux martyrs et confesseurs de l’Eglise Russe est arrêtée car nous n’avons plus accès aux documents d’archive. D’autant plus qu’il existe une crainte partagée par les chercheurs en charge de cette procédure que ces documents soient tout simplement perdus. » a remarqué le prêtre dans un interview accordé au site du diocèse de Moscou. »

Comme il l’a expliqué, ces documents sont gardés dans des enveloppes qui furent cousues par la suite avec un fil.

« Et même si ces enveloppes venaient à être ouvertes, dans un certain temps, il est impossible de savoir dans quel état nous allons leur contenu. En effet, il est difficile de savoir s’il sera possible de lire quoi que ce soit sur un papier, datant de plus de 70 ans et plusieurs fois cousu avec du fil » a remarqué le clerc.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Juin 2017 à 22:35 | 0 commentaire | Permalien

Le dimanche 17 juin 2017 le patriarche Cyrille consacrera, à proximité de la cathédrale du Christ Sauveur, un monument consacré à "l’Union de l’Eglise".

Il s’agit là d’un événement historique, la signature de l’Acte d’union des deux branches de l’Eglise orthodoxe russe. Ce document a été signé le 17 mai 2007 dans la cathédrale du Christ Sauveur.

Le sculpteur a représenté le patriarche Alexis II et Monseigneur Laure, métropolite de New York, tous deux défunts. Ils se tiennent sur un globe terrestre fracturé tenant dans leurs mains la cathédrale ainsi que l’Acte qu’ils viennent de signer.
Lien et PO
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Juin 2017 à 17:23 | 0 commentaire | Permalien

France: La Nuit des églises, du 24 juin au 2 juillet 2017
La 7ème édition de La Nuit des églises, évènement national français lancé par la Conférence des évêques de France, se tiendra du 24 juin au 2 juillet 2017, annonce ce communiqué de la CEF

Cette initiative est soutenue par Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, archevêque de Tours et chargé des questions d’art sacré pour la Conférence des évêques de France.

À quelques jours du début de l’événement, partout en France, des églises ont déjà répondu à cette invitation : ouvrir leurs portes le temps d’une ou plusieurs soirées et ainsi permettre la découverte de ce patrimoine à travers des programmes culturels, artistiques et spirituels, tout en faisant l’expérience de la rencontre.

Pour cette nouvelle édition, le concept a évolué et il s’adresse maintenant à un réseaux plus élargi. La Nuit des églises n’invite pas seulement les communautés paroissiales à s’investir mais incite également les mouvements et associations locales, les aumôneries de jeunes, les congrégations religieuses, etc. à organiser cet évènement culturel et missionnaire. Le but est que chacun puisse localement, selon sa sensibilité, ses affinités et ses compétences, proposer l’ouverture d’une église pour une nuit (ou une soirée) afin que la communauté parvienne à se rassembler autour d’un projet.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Juin 2017 à 15:38 | 0 commentaire | Permalien

LES ENFANTS A L’EGLISE
Traduction Elena Tastevin

Où et comment doit se tenir le petit chrétien pendant l’office ? Les parents se demandent s’ils peuvent laisser leur fille tenir sa poupée ou encore jouer avec des bouts de cierges.

Le protopresbytre Fedor Borodine, recteur de l’église Saint Côme et Damien, père de 5 enfants s’en est entretenu avec le correspondant de « Neskoutchny Sad » Sophia Poutchkova.

Certains adolescents ne peuvent pas rester calmes à l’office ne fût-ce que pendant 10 minutes alors que des enfants de 5 ans se tiennent debout pendant toute la liturgie sans bouger. Aussi le maintien de l’enfant à l’église n’est pas fonction de son âge mais de son aptitude à prier. L’enfant qui ne voit pas pratiquement aucune action a beaucoup de mal à se concentrer. Aussi, il se sentirait mieux devant l’autel où il peut regarder ce qui se passe. Les parents et le père spirituel de l’enfant doivent le laisser assister à l’office le temps pendant lequel il est capable de rester concentré.

Bien entendu si l’enfant est encore petit, s’il pleure ou gambade dans l’église il faut le maintenir dans le réfectoire. Parfois, il vaut mieux ne pas amener l’enfant à l’église mais le laisser dormir à la maison. En effet, les petits sont souvent fatigués après la sortie de l’école.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 16 Juin 2017 à 10:50 | 16 commentaires | Permalien

La visite en France du président Poutine le lundi 29 mai a eu deux aspects.

Le chef d’État russe a rencontré Emmanuel Macron, le nouveau président de la République française, avec qui il a inauguré l’exposition « Pierre le Grand, un tsar en France. 1717 » qui est le signe d’un « partenariat particulier » entre le Domaine national de Versailles et de Trianon et le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. À cette exposition sont présentés plus de cent cinquante objets qui retracent « l’un des événements diplomatiques et culturels majeurs du début du règne de Louis XV ».

Mais en même temps le président Poutine a visité le Centre spirituel et culturel inauguré en décembre 2016 dans le 7e arrondissement de la capitale française sur le quai Branly. Cet ensemble comprend une cathédrale orthodoxe, un bâtiment d’expositions, une école, ainsi que la chancellerie du diocèse de Chersonèse, une salle de concert et des appartements pour le clergé et le personnel du service culturel de l’ambassade de Russie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Juin 2017 à 15:13 | 0 commentaire | Permalien

Pour le centenaire de la révolution 1917, une deuxième église va être construite à Moscou à la mémoire de ceux qui sont morts pour leur foi pendant l'ère soviétique
La construction d'un nouvel ensemble ecclésiastique en l'honneur des nouveaux martyrs et confesseurs de Russie sera achevée cette année 2017 à l'est de Moscou.

Le député de la Douma de Moscou Vladimir Ressine, chargé du programme de construction des églises dans la capitale, cité lundi par son service de presse a déclaré, après avoir visité cette église : "Cette année a une signification symbolique particulière. Il y a exactement cent ans que, dans l'histoire de la Russie, a commencé un mouvement de destruction des fondements spirituels de l'Etat et avec eux celle des églises, dans toute la Russie. Il a été possible d'inverser ce mouvement, de trouver des ressources spirituelles, en se fondant sur la foi du peuple et son désir de rétablir la justice historique et de rendre à la Russie, notamment à Moscou, les lieux saints autrefois détruits".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Juin 2017 à 14:27 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 247


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile