Ce weekend sur les ondes de France Culture est consacré au centième anniversaire de la révolution russe. Dans La Conversation scientifique, nous voudrions aborder plusieurs questions : Pour ce qui est des sciences, de la recherche, où en était la Russie du Tsar au tout début du XXe siècle ? En quoi la révolution bolchevique de 1917 a-t-elle changé la donne ?

Invités

Alexei Grinbaum, philosophe des sciences, auteur de La Mécanique des étreintes (Encre Marine, 2014)
Pierre Vanhove, physicien théoricien à l’Institut de Physique théorique de Saclay, traducteur du livre de Pavel Florensky, Les imaginaires en géométrie (Zones Sensibles, 2016)

Quand la révolution russe éclate, trois révolutions scientifiques sont accomplies ou en voie de l'être: la théorie de la relativité restreinte, formulée par Einstein en 1905 ; la théorie de la relativité générale du même Einstein et enfin, la toute neuve et balbutiante physique de l’atome.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Octobre 2017 à 19:20 | 0 commentaire | Permalien

Mutations de l'Église orthodoxe russe
Vladimir Golovanow

«L’Église a clairement pris sa revanche sur l’anticléricalisme des Soviets, au point d’être aujourd’hui au cœur du pouvoir, mais elle traverse dans le même temps une crise profonde » (1), explique Serguey Chapnin, qui fut proche du patriarche de Moscou Cyrille.

UN BILAN À METTRE EN PERSPECTIVE

L'Église en Russie a subi en 25 ans une extraordinaire mutation : le nombre d'Orthodoxes a été multiplié par quatre, de 17 % en 1990 à 60-70 % actuellement (essentiellement aux dépens des « incroyants » qui passent de 75 à 19 %, les musulmans passant de 1 à 7 %, les autres religions restant en dessous de 1 %) et le nombre de pratiquants a été multiplié par 72. Plus de 10 000 églises et 350 monastères ont été construits ou rénovés, 20 000 clercs ordonnés, 200 évêques consacrés…

Élu en 2009, le patriarche Cyrille a réformé l’administration de l’Église, des paroisses et des monastères aux plus hautes autorités ; la « Conférence Interconciliaire », organe délibératif permanent original qui prépare les décisions du concile – organe de décision suprême dans une Église orthodoxe qui inclut 20 % de laïcs.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Octobre 2017 à 09:29 | 1 commentaire | Permalien

Visite historique du patriarche Bartholomée à l'ambassade russe à Ankara
Le 6 Octobre 2017, pour la première fois dans l'histoire, le Patriarche de Constantinople a rendu visite à l'Ambassade de Russie à Ankara.

Cette visite du patriarche Bartholomée s'inscrit dans le cadre de la fondation nouvelle d'une Communauté orthodoxe dans la capitale de la république turque où existe une Chapelle orthodoxe dédiée à Saint Clément d'Ancire.


Le patriarche a été reçu par l'Ambassadeur Alexis ERKOF, qui l'a informé sur les missions actuelles des représentations Russe dans le monde. Il a évoqué la mémoire de l'Ambassadeur André KARLOFF assassiné le 19 Décembre 2016 et a célébré un Requiem devant l'ambassade où sera érigé un monument à sa mémoire.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Octobre 2017 à 08:39 | 2 commentaires | Permalien

Appel urgent au secours des enfants orphelins et handicapés lancé par l’ACER-RUSSIE et Lina Saltykova responsable de l’association « Miloserdie detiam » créée à Moscou
Chers amis,

Appel urgent au secours des enfants orphelins et handicapés lancé par l’ACER-RUSSIE et Lina Saltykova responsable de l’association « Miloserdie detiam » créée à Moscou à l’initiative de la paroisse des Saint-Côme et Damien et du père Alexandre Men.

« Cet automne, plus que jamais, nous avons besoin de vous, de votre générosité.

Dans notre centre de soins et d’accueil auprès de l’hôpital pédiatrique de Moscou nous accueillons et soignons près de 30 orphelins gravement handicapés, ils ont entre 5 et 18 ans. Ces enfants viennent d’orphelinats éloignés de Moscou, personne ne peut financer et couvrir les frais liés à leurs soins et à leur séjour. Nous les accueillons dans notre centre, finançons les traitements, le salaire des personnes qui les accompagnent nuit et jour. Les enfants vivent et étudient ici à leur rythme. Nous essayons de rendre leur vie heureuse malgré des traitements lourds. Les moyens manquent pour poursuivre notre œuvre. Je ne vous remercierai jamais assez, vous qui donnez une meilleure vie à ces enfants qui n’ont rien et dont personne ne se soucie. Merci d’être avec eux, d’être avec nous ! Ensemble, nous sommes plus forts Merci !»
Lina Saltykova

Chaque don compte !
Pour effectuer un don en ligne en toute sécurité :ICI
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Octobre 2017 à 01:59 | 0 commentaire | Permalien

LE VOILE DE LA PROTECTION
Prêtre Vladimir ZELINSKY

« Sous la protection de ta miséricorde nous nous réfugions », - chante la prière la plus ancienne adressée à la Mère de Dieu.

L’idée de sa protection, née presque avec le début du christianisme, « s’est revêtue » un jour d’un événement concret et mystique : au X ème siècle Marie est apparue à un « fou en Christ et à son disciple dans l’Eglise de St Sophie avec le voile en signe de la protection de la ville de en Constantinople contre le menace venue de la mer.

La protection, en russe, "pokrov", car cette fête célébrée le 14 octobre est particulièrement aimée en Russie, ne signifie pas seulement le souvenir d'un miracle qui s'est produit une fois, mais la sollicitation maternelle qui fait partie de la foi chrétienne. "Toute la nostalgie de l'humanité" souffrante qui n'a pas l'audace d'ouvrir son âme devant le Christ par crainte de Dieu, - dit un philosophe russe G.Fedotov, - se verse librement et avec amour sur la Mère de Dieu." Parmi les images les plus aimées de Marie est celle de la Mère qui protège, qui nous accompagne et nous sauve d'un danger, celui qui peut nous attendre dans cette vie, mais surtout celui qui menace notre salut éternel.

Marie est solidaire avec toute la famille humaine, elle n'est pas "déesse", elle prie comme nous prions devant son Fils et son Père Céleste, mais elle sollicite aussi pour tous les hommes. Et sa prière, portée par l'Esprit Saint, nous fait découvrir l'aspect maternel du Dieu même.
Rédigé par Prêtre Vladimir Zelinsky le 15 Octobre 2017 à 10:52 | 0 commentaire | Permalien

"Pokrov", fête de Notre Dame de Toute Protection
"Pokrov" signifie voile au sens propre et reprend de l'hébreu de l'Ancien Testament, "seter" (voile) le sens figuré de "protection, sécurité". La fête orthodoxe du "Pokrov" ou "fête de Notre Dame de Toute Protection" a lieu le 1/14 octobre.

C’est une fête d’origine russe: elle commémore une apparition de la Mère de Dieu à Constantinople dans l’église des Blachernes, illustre sanctuaire marial et très belle église de la Ville. D’après le Synaxaire (livre de l’historique des fêtes et des mémoires des saints pour chaque jour), la Vierge apparut à André, un Fol-en-Christ d’origine slave qui vivait au 10e siècle, et à son disciple Epiphane. L’empire byzantin était alors menacé par les Arabes ou les Slaves.

L’office de minuit s’achevait aux Blachernes et ils virent la Très Sainte Vierge Marie, de taille élevée, qui s’avançait dans l’église avec le Précurseur Jean-Baptiste et Saint Jean l’Evangéliste et environnée par un grand cortège de saints
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Octobre 2017 à 08:24 | 6 commentaires | Permalien

53% des Français pensent qu’il ne faut pas modifier la loi de 1905 sur la laïcité

Bernard Gorce et Gauthier Vaillant


Un sondage OpinionWay pour la Licra montre des Français peu inquiets de la place occupée par les religions dans la société. La notion de laïcité serait bien inscrite dans le patrimoine français. / herreneck - stock.adobe.com
Plutôt sereins, les Français. Un sondage réalisé par l’institut Opinionway pour la Licra (1) montre que, pour deux tiers d’entre eux, les religions n’occupent pas une place grandissante dans la société.

Les manifestations contre le mariage pour tous ou les controverses sur le port du voile auraient pourtant pu laisser penser le contraire. « Les sondés ne font pas état d’une situation oppressante, et cette sérénité est globalement partagée. L’idée d’un “grand retour du religieux” ne transparaît pas », analyse Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d’OpinionWay.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2017 à 22:43 | 1 commentaire | Permalien

« Je ne souhaite nullement que l’Eglise russe à étranger perde son identité » : une interview du père Pierre Perekrestov
L’archiprêtre Pierre Perekrestov (EOHRF), sacristain de la cathédrale de la Mère de Dieu de tous les affligés à San Francisco, secrétaire du diocèse d’Amérique de l’Ouest, est l’auteur de nombreuses publications consacrées à la vie de l’Eglise.

- Vous êtes né dans la diaspora russe. Parlez nous de votre famille, de ceux qui vous ont influencé lorsque vous étiez adolescent ? Qui vous a fait aimer l’Eglise et la patrie des ancêtres ?

- Je suis né à Montréal. Mon grand-père paternel était un officier de l’armée Blanche. Il a été tué par les rouges en 1945. Ma maman a été emmenée en Allemagne par la Wehrmacht a l’âge de 13 ans. Notre famille n’a toujours parlé que le russe, lorsque je suis allé à l’école je ne connaissais pas un mot d’anglais.

Nous recevions beaucoup, et, lorsque cela est devenu possible, des personnes venues de la Russie soviétique. Je pense en particulier à 1967, année de l’Exposition universelle à Montréal. La délégation soviétique était très nombreuse. Pendant tout l’été nous nous nous rendions chaque semaine à l’Exposition, nous y écoutions des concerts, des invités soviétiques venaient nous voir chez nous.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2017 à 16:21 | 78 commentaires | Permalien

Nouveau martyr: le prêtre  Mikhaïl Bogoroditski (1872 - 1937)
Le saint prêtre martyr Mikhaïl est né en 1872, dans le village de Stoudenetskie Vyselki, district de Lipetsk, gouvernement de Tambov, dans la famille du sacristain Trophim Ivanovitch Bogoroditski.

La femme de celui-ci, Daria Alexeïevna, était illettrée, mais cela ne l’empêchait pas d’élever ses enfants dans la foi et la piété ; de ses six fils, quatre devinrent des prêtres et un diacre. En 1897, Mikhaïl Trophimovitch termina le séminaire de Tambov et se maria avec Maria, fille de l’archiprêtre Fiodor Charov, qui exerçait dans la ville de Kozlov, dans l’église consacrée à l’icône de la Mère de Dieu «Joie de Tous les Affligés ».

A ce moment, le père Fiodor, qui avait servi quarante ans, n’avait déjà plus de forces, et Mikhaïl Trophimovitch fut ordonné prêtre à sa place, comme c’était alors l’usage. Par la suite, le père Mikhaïl et Maria Fiodorovna eurent treize enfants.

Elevé par une mère pieuse, le père Mikhaïl se distinguait par une attention constante aux besoins de ses paroissiens. A n’importe quel heure du jour ou de la nuit, il partait confesser et communier les malades, recevait chez lui les pauvres et les pèlerins, intercédait pour les familles démunies afin que leurs enfants fussent pris dans les lycées au compte du gouvernement. Pour son fervent ministère, le prêtre fut promis au rang d’archiprêtre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2017 à 10:10 | 0 commentaire | Permalien

LE CHEF DES CATHOLIQUES RUSSES NOTE UNE AMELIORATION CERTAINE DANS LES RELATIONS AVEC L'EGLISE ORTHODOXE RUSSE
Mgr Paolo Pezzi, ordinaire de l'archidiocèse de la Mère de Dieu à Moscou et président de la conférence des évêques catholiques de Russie*, admet qu'il se sent russe et déclare que les relations des catholiques russes avec le Patriarcat de Moscou vont « de mieux en mieux. »

« Et ce n'est pas uniquement "pour la galerie"; il y a un processus naturel de convergence dans le témoignage de l'amour du Christ. Et je pense que c'est la voie la plus normale et la plus juste. Nous sommes aussi de très bons amis et avec les représentants des autres confessions et religions. Ce dialogue est absolument nécessaire justement pour construire une identité sociétale juste, une société de gens qui s'acceptent mutuellement et ne se considèrent pas comme des ennemis ", a déclaré le métropolite dans un entretien avec le journal Novy Kaliningrad.

Paolo Pezzi est né en Italie, mais il a longtemps vécu en Russie et a reçu la nationalité russe il y a six ans. "Je reste Italien, bien sûr, c'est incontestable, mais je me sens russe et je suis très reconnaissant pour cette reconnaissance, pour cette citoyenneté que j'ai pu obtenir ", dit -il en répondant à une question du journal.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2017 à 04:18 | 0 commentaire | Permalien

Un prêtre - médecin urgentiste, raconte comment il cumule son métier avec sa vocation
Anastasie Gnedinskaya

Nous croyons que la religion secoure l’âme, tandis que la médecine répare le corps.

Le hiéromoine Théodorite (Sentchoukov) cumule depuis dix ans le métier de médecin urgentiste mobile avec la prêtrise. Pendant plus de trente ans il a été rattaché à "l’Institut Sklifassovky" (Moscou), centre spécialisé dans les urgences. Il y a neuf ans le docteur Sentchoukov a apporté ses vœux monastique, s’est revêtu d’une soutane sans pour autant abandonner sa blouse blanche de médecin.

Nous avons rencontré le père Théodorite au monastère Saint Pierre. La liturgie dominicale s’est terminée vers midi. Le prêtre vient à notre rencontre vêtu d’une soutane tenant dans ses mains un sac contenant sa blouse de médecin. Son travail commence dans deux heures.

-Votre physique est pour ainsi dire très marqué, vous arborez la barbe. Est-ce que vos patients devinent à votre aspect quel est votre deuxième, si l’on peut dire, métier ?

- La question que l’on me pose le plus souvent est de savoir si je suis un motard ou un hippy ? Ce n’est que très rarement que je suis reconnu en tant que prêtre. Souvent c’est ma barbe qui me trahit.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2017 à 20:00 | 0 commentaire | Permalien

Les abeilles de Notre-Dame de Paris
Un rucher est installé sur les toits de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Paris, comme toutes les autres grandes villes de la planète souffre des gaz d’échappement. Il n’a, pourtant, pas été difficile de décider d’installer un rucher sur le toit de la sacristie de Notre-Dame. L’apiculteur responsable, Nicolas Géant, nous en parle :

« L’apiculture urbaine depuis ces dernières dizaines d’années devient inéluctablement de plus en plus populaire dans le monde. Depuis longtemps, la ville leader en ce domaine est Paris.

Actuellement plus de 400 ruches sont installées sur les toits de capitale française. Mon entreprise en exploite environ 200.

Le premier abri pour une colonie d’abeilles sur la cathédrale Notre-Dame de Paris est apparu il y a trois ans. Depuis lors, il y en a trois aujourd’hui et plusieurs générations d’abeilles s’y sont succédé. Il faut trois semaines à une abeille pour devenir active, puis pendant un mois elle œuvre pour sa colonie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2017 à 01:14 | 0 commentaire | Permalien

Samedi le 14 octobre 2017 pèlerinage à Chartres
Avec la bénédiction de Monseigneur Nestor et après concertation avec le recteur de la cathédrale de Chartres une liturgie orthodoxe sera célébrée dans la crypte, lieu où se trouve une parcelle du voile de la Mère de Dieu.

Le car quitte l'église des Trois Saints Docteurs à 7 heures.

Contacts: prêtre Nicolas Nikichine ou Madame Inna Botcharova +33 (0)6 50 64 01 26 / +33 (0)6 20 34 95 46 nicolas.nikichine@gmail.com Prière de vous inscrire au plus tôt.

Informations détaillées sur le site PALOMNIK et l'affiche suite >>>>

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2017 à 09:58 | 0 commentaire | Permalien

La révolution d’Octobre et son « héritage » ecclésial
Père Vladimir Zelinsky

Le centenaire de la révolution d’Octobre coïncide presque jour pour jour avec celui d’un autre événement qui n’est connu aujourd’hui que des spécialistes : le grand concile de Moscou de l’Église russe qui a restauré le système patriarcal. Les deux conséquences de la révolution de Février, dite démocratique, d’une portée incomparable, ont en un certain sens un statut semblable : l’oubli un peu forcé.

Certes, on ne peut pas oublier la révolution qui a renversé l’Empire russe en changeant le visage de la planète. Pourtant, pour la Russie officielle d’aujourd’hui, très patriotique, orgueilleuse de sa force, comme pour celle qui s’oppose à elle farouchement – les nostalgiques de l’URSS mis à part –, 1917 a été une catastrophe. Mais pas pour les mêmes raisons. Pour les uns, la révolution a conduit à la destruction d’un État puissant, devenu un mythe. Pour les autres, elle a donné naissance à un monstre sanglant. Sanglant surtout pour tous les croyants, l’orthodoxie en premier lieu, vue comme complice de l’ancien régime. Il faut toujours rappeler l’ampleur du martyre qu’elle a enduré : des centaines de milliers de vies humaines, des dizaines de milliers d’églises détruites ou profanées.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2017 à 10:46 | 3 commentaires | Permalien

A l'occasion de l'exposition "Chrétiens d'Orient, 2000 ans d'histoire" à l'Institut du Monde Arabe de Paris, Carol Saba reçoit Raphaëlle Ziadé, Responsable du Département byzantin du Petit Palais

Charles Personnaz, historien et membre du conseil scientifique de l'exposition.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2017 à 17:41 | 0 commentaire | Permalien

Boris ZAÏTSEV : Saint Serge de Radonège
Bibliographie des œuvres de Boris Zaïtsev et en russe Boris ZAÏTZEFF

Plus de six cents ans se sont écoulés depuis la naissance de saint Serge1, plus de cinq cents depuis sa mort. Sa vie calme, sainte et pure, a duré près d’un siècle. Le modeste adolescent, qui s’appelait d’abord Barthélemy et qui prit plus tard le nom de Serge, devint une des plus grandes gloires de la Russie.

Par sa sainteté, Serge est grand pour l’univers, car il a vécu pour l’humanité entière. Mais son harmonie parfaite avec son peuple, ce qu’il y a de typique dans sa nature, qui réunit les traits disséminés du caractère russe, lui donnent quelque chose de particulièrement émouvant pour nous.

De là proviennent la vénération tout exceptionnelle dont il est entouré en Russie et la canonisation tacite dont il a été l’objet, et par laquelle le peuple russe le reconnaît pour son saint par excellence ; privilège que personne d’autre ne partage avec lui.

Saint Serge vivait aux temps du joug tartare. Il n’en souffrait pas personnellement : les forêts de Radonège l’en préservaient. Mais il n’est pas resté indifférent à l’oppression tartare. Tout ermite qu’il fût, il n’en éleva pas moins la croix pour la Russie avec la résolution calme qui caractérisait tous ses actes ; il bénit Dimitri Donskoï, en l’envoyant à la bataille de Koulikovo2 qui, grâce à son geste, a gardé un sens symboliquement mystique jusqu’à nos jours.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2017 à 06:30 | 1 commentaire | Permalien

Le Starets Serge: La maîtrise de soi et la paix
Il faut, enseigne le Starets, veiller à être toujours alerte, dans un état de dynamisme, ce que Saint Paul appelle « le zèle ». Il faut exclure toute passivité, ne pas se laisser aller, mais prendre sa vie en mains ; ne pas se laisser guider par ses sensations, son imagination, ses impressions, mais être en tout et toujours maître de soi.

C’est la vérité que les Pères appellent « la tempérance » en son sens le plus large.

Nous avons reçu pour cela la force de grâce, que nous avons reçue dans les sacrements.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Octobre 2017 à 18:18 | -1 commentaire | Permalien

Exposition Léonide Ouspensky "Le mystère de l'icône" du 5 décembre 2017 au 14 janvier 2018
"Le Centre culturel et spirituel russe" présentera à l'occasion du 30- ème anniversaire du rappel à Dieu de Léonide Ouspensky une grande exposition de ses œuvres. Entrée visiteurs 1 quai Branly.

Léonide Alexandrovitch Ouspensky est né le 8 août 1902 à Golaya Snova (aujourd'hui Golosnovka) dans la partie Nord du gouvernement de Voronej, à soixante-dix kilomètres de la ville de Zadonsk en Russie. On lui donna le nom d'un saint commémoré en Russie le jour de sa naissance. Son père appartenait à la petite noblesse provinciale ; sa mère, née Koutouzov, était d’une famille paysanne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Octobre 2017 à 08:20 | 0 commentaire | Permalien

Le métropolite Hilarion est à Rome. Le président du Département pour les relations extérieures du Patriarcat de Moscou a été reçu ce mardi midi au Vatican par le Pape François. Il a également rendu visite au Pape émérite Benoît XVI.

Une visite chaleureuse au cours de laquelle le métropolite orthodoxe est venu notamment remercier le Saint-Père et l’Eglise italienne pour le prêt des reliques de Saint-Nicolas. De mai à juillet, elles ont été exposées à Moscou et Saint-Pétersbourg. Un évènement qui a marqué les Russes, comme il le rappelle au micro de notre collègue anglaise Philippa Hitchen.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Octobre 2017 à 10:59 | 2 commentaires | Permalien

Père Alexandre Siniakov: «Comme l'éclair part de l'Orient» et Interview  au quotidien ZENIT
Recteur du Séminaire orthodoxe russe à Épinay-sous-Sénart, il est aussi secrétaire du diocèse de Chersonèse aux relations avec les Églises, la presse et la société et secrétaire du Conseil d’administration de l’Association diocésaine, membre de la Représentation de l’Église orthodoxe russe près les institutions européennes à Bruxelles. Le p. Alexandre Siniakov est titulaire d’une maîtrise en théologie orthodoxe de l’Institut Saint-Serge et d’un doctorat en lettres classiques de l’École pratique des Hautes Études (Paris, France).

Il a bien voulu revenir pour les lecteurs de ZENIT sur les progrès des relations entre le pape François et le patriarche Kirill, au moment où le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, effectue un voyage inédit à Moscou (21-24 août 2017).

***

Les Éditions Salvator viennent de faire paraître un livre du P. Alexandre Siniakov, Comme l'éclair part de l'Orient. Voici sa présentation par l'éditeur: Dans un village cosaque de la Russie encore soviétique des années 1980, un jeune homme découvre l’Évangile et décide d’y consacrer sa vie. Le père Alexandre Siniakov raconte dans cet ouvrage son chemin atypique qui l’a conduit des steppes du Caucase à la France des écrivains qu’il lisait en secret.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Octobre 2017 à 23:48 | 2 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 251


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile