84 millions de roubles en 6 ans ont été investis à la réhabilitation par l'Eglise des toxicomanes
Le site du Patriarcat de Moscou "патриархия.ru" annonce que le 6 ème anniversaire de la création du Fonds de bienfaisance Saint-Jean de Cronstadt, qui s'occupe de l'aide aux toxicomanes, a été fêté le 3 août 2017 au couvent Saintes Marthe et Marie.

Avec la bénédiction du Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, la divine liturgie a été célébrée dans l'église de l'Intercession de la Sainte Vierge par le président du Département synodal pour les actions de bienfaisance et les affaires sociales de l'Eglise, l'évêque Panteleimon d'Orekhovo-Zuevo et par le directeur du Centre de coordination pour la lutte contre la toxicomanie de ce Département et président du conseil d'administration du Fonds Saint-Jean de Cronstadt, l'évêque Méthode de Kamensk et Alapaiev.

Après la divine liturgie dans l'église de l'Intercession de la Sainte Vierge, un Te Deum fut célébré devant l'icône de la sainte martyre et grande-duchesse Elizabeth Feodorovna, fondatrice du couvent Marthe et Marie.

« Dans votre diocèse, on honore pieusement la mémoire de la sainte martyre Elizabeth ; je pense que le couvent Marthe et Marie est particulièrement cher à votre cœur, a déclaré l'évêque Panteleimon à l'évêque Méthode. Nous sommes heureux d'avoir la possibilité de prier ici avec vous la sainte martyre, afin qu'elle nous renforce dans nos actions d'amour et de charité ».

84 millions de roubles en 6 ans ont été investis à la réhabilitation par l'Eglise des toxicomanes
Dans le cadre du 6 ème anniversaire du Fonds Saint-Jean de Cronstadt, l'évêque Méthode a remis des médailles du souvenir à ceux qui y travaillent : Alexandre Toukhou, collaborateur du Fonds, s'est vu remettre la médaille de la Grande-Duchesse Elizabeth du troisième degré ; des diplômes d'honneur épiscopaux ont été décernés au chef de la direction et coordonnateur du système d'aide aux toxicomanes du Département synodal de bienfaisance Alexis Lazarev ainsi qu'à plusieurs collaborateurs du Fonds.

Lors de la réunion avec le personnel et les invités, l'évêque Méthode a noté qu'au cours de son existence, le Fonds Saint-Jean de Cronstadt a gagné 14 prix et subventions. Et il a conclu : « Deux fois de suite, nous avons reçu des subventions de 2 ans de la part du Ministère du Développement économique, nous avons été quatre fois lauréats du concours "Initiative orthodoxe", nous avons reçu trois fois des subventions de l'organisation non-gouvernementale "Ligue pour la santé des nations". Hier encore, nous avons gagné le concours pour l'octroi de subventions du Président de la Fédération de Russie d'un montant de plus de 6 millions de roubles. En tout, nous avons réussi à obtenir des prix et des subventions pour un montant de plus de 46,5 millions de roubles, et la valeur totale des projets réalisés, incluant nos fonds propres, a atteint 84 millions de roubles. Pour une petite fondation comme la nôtre, ce sont des indicateurs assez élevés ».

Lire Les enfants derrière un mur de pierre

Nombreux sont les projets réalisés par le Fonds Saint-Jean de Cronstadt, qui est la réunion en un seul réseau des centres de réhabilitation des toxicomanes placés sous l'égide de l'Eglise orthodoxe russe : la formation et la reconversion du personnel pour le réseau ecclésiastique des centres de réhabilitation des toxicomanes, ainsi que l'activité de coordination, d'enseignement méthodique et d'analyse approfondie.

84 millions de roubles en 6 ans ont été investis à la réhabilitation par l'Eglise des toxicomanes
L'un des problèmes, que l'on n'arrive pas jusqu'à présent à surmonter, est l'attitude négative de la société à l'égard des toxicomanes, a également déclaré l'évêque Méthode : « les toxicomanes sont perçus comme des criminels. On a plus tendance à vouloir les punir, qu'à les aider, les soigner, les sauver, » a-t-il constaté avec regret.

Lire :
« La réhabilitation des toxicomanes en Russie grâce à l'Eglise Russe Orthodoxe. Ces jeunes, qui se sentent vides intérieurement, apprennent à se reconstruire en respectant les règles de la vie monastique avec les offices religieux, la prière et le travail obligatoire. La réalité de la situation en Russie revêt l'ampleur d'une catastrophe nationale. Les drogues détruisent maintenant ceux qui n'avaient pas été détruit par l'alcool.... Quelques aspects de la vie monastique en Russie et ailleurs..

L'évêque Panteleimon a fait part de ses premières expériences de relations avec les toxicomanes, en 1979 : « Pendant huit ans, nous avons aidé une jeune femme à se défaire de sa dépendance. Elle consommait de la drogue depuis très longtemps, son mari était toxicomane, elle vivait dans un environnement hippie. Avec l'aide de Dieu, elle a abandonné la drogue, elle chante maintenant dans le chœur, peint des icônes. Un jour, elle m'a apporté une liste de ses amis décédés en me demandant de prier pour eux ; deux pages, écrites des deux côtés, et à côté de chaque nom la raison de sa mort : overdose, tué, mort en détention... J'ai compris à quel point la drogue est une chose terrible, et combien il est difficile de s'arracher à sa dépendance ».

Et il ajoute : « Nous devons raconter chacune de ces histoires, dire que ces gens meurent et que nous pouvons les aider. Lorsque vous faites un travail de routine, que vous pensez que vous envoyez simplement des papiers et recherchez une aide financière, n'oubliez pas que grâce à ces papiers et à l'argent sont sauvés non seulement la vie, mais l'âme de ces personnes ».

84 millions de roubles en 6 ans ont été investis à la réhabilitation par l'Eglise des toxicomanes
Dans chaque diocèse, les prêtres doivent avoir une information sur le centre ecclésiastique de réhabilitation auquel envoyer le toxicomane qui demande de l'aide, comment aider un membre de sa famille, a également souligné l'évêque Panteleimon. En particulier, cette question devrait être résolue par un réseau unique de centres ecclésiastiques de réhabilitation des toxicomanes qui serait créé par le Centre de coordination de lutte contre la toxicomanie du Département synodal de bienfaisance.

Le Fonds de bienfaisance Saint-Jean de Cronstadt a été créé en août 2011 pour financer les initiatives de l'Eglise dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie, du développement du système ecclésiastique de réhabilitation et d'aide aux toxicomanes. Son fondateur est le Département synodal pour les actions de bienfaisance et les affaires sociales de l'Eglise.

Aujourd'hui, en Russie, il y a plus de 200 structures orthodoxes d'aide aux toxicomanes, dont plus de 70 centres de réhabilitation, 12 centres de resocialisation, 9 centres de soins ambulatoires, 40 centres de consultation, 7 centres de motivation et 62 groupes d'entraide. Chaque année s'ouvrent au moins 10 nouvelles structures ecclésiastiques d'aide aux toxicomanes.

Le 2 Août, s'est ouvert un nouveau centre de réhabilitation, « L'Espoir inextinguible », dans le village de Sidorovo, du district municipal de Ramenskoye,

Lien Pravoclavie ru Traduction Marie et André Donzeau

84 миллиона рублей за 6 лет были направлены на церковную реабилитацию наркозависимых

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Août 2017 à 19:57 | 1 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile