Deux entités ecclésiale non reconnues, le prétendu patriarcat de Kiev et l’Eglise orthodoxe autocéphale d’Ukraine ont, comme cela avait été annoncé, déclaré leur intention de réunir le 14 septembre prochain « un concile de réunification ». Suite ICI

Nous apprenons que le prétendu concile prévu pour l’automne prochain ne se réunira pas. Le 9 juillet dernier la Commission conjointe pour le dialogue s’étant réunie l’église autocéphale d’Ukraine a rejeté les propositions du soit disant patriarcat de Kiev. Cette entité estime que les « autocéphalistes » se trouvent sous l’influence de Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2015 à 19:49 | 0 commentaire | Permalien

Saint Cosme et Saint Damien procédant à une guérison miraculeuse par la transplantation d'une jambe
Notre lectrice Nina nous a envoyé un document et un commentaire très intéressants :

«Une vie peut dépendre de la décision que vous prendrez », est-il dit dans la Déclaration conjointe des services des relations avec la société, de la bienfaisance et du service social du Saint Synode. L’Eglise encourage les personnes qui décident de donner une partie de leur corps afin de sauver la vie du prochain

NINA : « Oui, la greffe sauve beaucoup de vies, aide et participe aussi à l'évolution positive de la médecine et des soins ; mais ne faut il pas tenir compte malgré tout des effets indésirables apportées par les médicaments antirejet et qui ne sont pas anodins? De plus, que sait on réellement de la "perception" du corps pendant cette phase située juste après la mort ? On ne connaît pas vraiment ce que l'on peut ressentir, vivre après le décès ? N'y aurait il pas "souffrance" ? Qu'en est il du relèvement des corps d'Ezechiel ? »

* * *

Saint Côme et saint Damien sont des martyrs du début de la Chrétienté qui, selon la légende, pratiquaient gratuitement la médecine.

Leur représentation pour le public a donc été celle d'un idéal en matière médicale. Sur ce retable espagnol, les deux saints, vêtus de la parure complète des médecins universitaires, sont représentés dans une vision miraculeuse où ils procèdent à la transplantation d'une jambe. Cette vision est décrite dans un livre écrit en 1275 par Jacques de Voragine. Legenda aurea (La légende dorée). Cette vision a été reçue dans l'église de Côme et Damien, à Rome, par un bedeau atteint d'une maladie qui rongeait la chair de sa jambe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2015 à 11:30 | 28 commentaires | Permalien

Réflexions sur la première communion
V. Golovanow

"La chrismation ou l’onction suit immédiatement le baptême et ne doit pas être confondue avec la confirmation, telle qu’elle existe à présent en Occident (séparée du baptême par un long laps de temps). La chrismation n’est pas une confirmation du baptême ; elle est son complément qui donne au chrétien nouveau-né le sceau de l’Esprit et la faculté d’une croissance spirituelle. C’est pourquoi ce sacrement doit être suivi par la sainte communion — participation au mystère du corps et du sang divins — qui, seule, fait de nous de vrais chrétiens et membres du corps de l’Église.

C’est pourquoi la communion de petits enfants (très vite après leur baptême et leur chrismation) est un des traits les plus caractéristiques de la vie religieuse orthodoxe.

L’Église orthodoxe peut admettre que le baptême soit remis, dans certaines circonstances, jusqu’à l’âge adulte (ce qui arrivait souvent dans l’Église ancienne), mais il lui apparaît comme parfaitement incompréhensible que des enfants baptisés soient privés, pendant de longues années, de la participation à la divine eucharistie qui est la vie éternelle et le Christ lui-même présent dans son corps véritable et son sang précieux.
Rédigé par V.Golovanow le 12 Juillet 2015 à 20:27 | 5 commentaires | Permalien

Homélie prononcée par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse,  le jour de la commémoration des saints apôtres Pierre et Paul
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit !

Nous glorifions et nous commémorons aujourd’hui saints Pierre et Paul, les deux apôtres, nos deux premiers évêques qui nous ont été donnés par le Christ Lui-même. Le Sauveur les a envoyé dans le monde afin qu’ils annoncent le salut. Sans Pierre et Paul nous n’aurions pas la foi, nous ne serions pas chrétiens. Dieu a fait que les hommes apprennent les uns des autres recevant ainsi tout ce qui est essentiel au croyant.

Souvent notre foi demeure dans notre subconscient mais elle remonte à la surface et se manifeste avec une force particulière à la suite d’une rencontre avec quelqu’un qui est apte à nous enseigner et à nous indiquer le chemin de la Vérité. Ces rencontres sont rigoureusement individuelles pour chacun d’entre nous mais à chaque fois nous sentons d’emblée que nous avons affaire à une personnalité à la spiritualité forte.

Nous sommes dans l’attente, nous sommes dans une sorte de quête mais souvent nous ne savons pas comment appréhender la vraie foi ni même comment franchir le seuil d’une église.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 12 Juillet 2015 à 07:17 | 0 commentaire | Permalien

V.Golovanow

Le Premier ministre Dmitri Medvedev n'a pas pris la décision d'inhumer enfin les restes attribués au saints grand-duc Alexis et sa sœur Marie conservés depuis 2007 dans les archives d'Etat mais de créer un groupe de travail interministériel pour envisager cette option Interfax du 26/06/2015 Par la voix autorisée de L'archiprêtre Vsévolod Chaplin, vice-président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, l'Église a approuvé cette initiative ne suggérant de reprendre l’authentification de tous les restes attribués à la famille impériale massacrée dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 à Ekaterinburg.

Rappelons les faits:

Des fouilles assez désordonnées menées en juillet 1991 ont mis à jour les restes de neuf personnes qui ont été attribués aux saints empereur Nicolas II, impératrice Alexandre et leurs filles Olga, Tatiana et Anastasia ainsi que leurs proches et serviteurs Eugène Botkine et Anna Demidova, Aloys Trupp, Ivan Kharitonov, 48 ans. Les restes attribués aux membres de la famille impériale ont été ensevelis dans une chapelle de la cathédrale Saints Pierre et Paul à Pétersbourg lors d'une grand cérémonie officielle le 17 juillet 1998 en présence du président Eltsine, mais l'Église russe n'y ont pas participé officiellement.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juillet 2015 à 11:20 | 1 commentaire | Permalien

Trois martyres du XX siècles seront  béatifiées en Espagne
Le 5 septembre 2015 une cérémonie est prévue dans la cathédrale de Gérone, en Catalogne : trois moniales ayant appartenu à l’ordre San Jose de Gérone y seront béatifiées.

Les sœurs martyres Fidela Oller (Banyoles, 1869), Facunda Margenat (Girona, 1876) et Josefa Monrabal (Gandía, 1901) ont toutes trois fermement témoigné de leur foi et ont été mises à mort lors des persécutions de 1931-1939.

La première Fidela Ollerse consacrait à des œuvres de charité à Banyoles, Josefa Monrabal s’occupait des personnes malades à Gérone. Toutes deux ont été tuées alors qu’elles se rendaient à Jerez (Valence).

Facunda Margenat est connue par sa simplicité et son active bonté. Elle participait à des projets sociaux conduits par plusieurs municipalités des environs de Barcelone. C’est dans cette ville qu’elle a été assassinée.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juillet 2015 à 16:11 | 2 commentaires | Permalien

Saint Ambroise d'Optino  (1812-1891)
D'une grande intelligence, il fut éduqué par son grand-père qui était prêtre de village. Il fit ses études ecclésiastiques au séminaire de Puptelzk et, après quelques hésitations, devint novice à Optino. Là il se mit à l'école de saint Macaire qui avait entrepris l'édition des Pères de l'Eglise. Il tomba alors si malade qu'il resta désormais cloué au lit pour le reste de sa vie, sans même pouvoir célébrer les Saints-Mystères.

Il n'en continua pas moins son oeuvre de traduction russe de la patristique à laquelle, progressivement, s'ajouta la charge de succéder à SAINT MACAIRE DE CORINTH. Il devint starets. Riches et pauvres, gens instruits et ignorants, intellectuels et hommes d'affaires venaient vers cet homme alité qui les recevait avec bonne humeur, s'adaptant à chacun.

On dit même qu'il répondit à celui qui s'étonnait de le voir parler de dindons avec une paysanne: "Toute sa vie est liée à ses dindons et la paix de son âme a autant de prix que celle des autres."Il organisa également pour les pauvres des associations de laïcs consacrés à la bienfaisance.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juillet 2015 à 11:50 | 0 commentaire | Permalien

Trèves: les peintres russes ont peint des icônes dans une église de la vieille ville allemande
PravMir Traduction Elena Tastevin

Trèves : Ces icônes ont été peintes dans l’autel de l’Eglise 40 Martyrs de Sébaste par les peintres Alexandre Tchachkine et Alexandre Chevtchenko.

A. Tchachkine nous a raconté pourquoi ils étaient venus de Russie dans la paroisse du diocèse de Berlin et d’Allemagne et ce qu’il y avait de particulier dans ces icônes.

« J’ai entendu dire qu’il était nécessaire de décorer une petite église à Trèves. Ensuite j’ai vu une émission consacrée à cette ville. Son histoire m’a impressionnée. Trèves était l’une des trois capitales de l’empire romain, Saints Hélène et Constantin y ont séjourné. Bref, j’ai décidé d’y aller avec mon collègue, le peintre Alexandre Chevtchenko.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Juillet 2015 à 17:45 | 0 commentaire | Permalien

Saint Pierre et Sainte Fevronia de Mourom
Le gouvernement de la Russie soutient une alternative orthodoxe à la Saint Valentin.

Le Patriarche Alexis II encourage la célébration de la fête des Saints Pierre et Fevronia, le 8 juillet (calendrier grégorien) et introduite pour la première fois en 2008. Des représentants de l'Eglise orthodoxe russe considèrent en effet comme un succès le soutien apporté par l'Etat à la célébration de la fête orthodoxe russe des Saints Pierre et Fevronia, après la couverture médiatique dont ont fait l'objet les festivités, qui allaient de concerts à des mariages. Célébrée le 8 juillet, cette fête pourrait, selon une partie de la population russe, éclipser désormais la Saint-Valentin.Le choix de cette fête n'est pas simplement religieux. Il a pour objectif d'encourager la vie de famille et de stimuler le taux de natalité en Russie, car le pays continue de subir un déclin de la population.

Le saint prince Pierre était le deuxième fils du prince Youri Vladimirovitch de Mourom (250 km à l'est de Moscou).Il fut atteint d'une lèpre que personne ne pouvait guérir. Mais un jour, il eut une vision : une jeune paysanne du nom de Févronia pourrait le guérir.

Févronia était une jeune fille pleine de sagesse et de beauté, connaissant l'art de guérir par les plantes ; même les animaux sauvages lui obéissaient.Le prince promit de l'épouser si elle le guérissait.Févronia le guérit en effet, mais le prince ne tint pas promesse. Le prince tomba alors de nouveau malade : Févronia le guérit une seconde fois et l'épousa.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Juillet 2015 à 22:13 | 0 commentaire | Permalien

Les 5 et 6 juillet dernières rencontres du patriarche de Constantinople Bartholomée avec le métropolite Hilarion de Volokolamsk. Le métropolite de France Emmanuel a particpé aux entretiens. Il s'est agi de la préparation du Concile de 2016, de la situation des chrétiens d'Orient et d'autres questions importantes.

On July 6, the DECR chairman met with His Holiness Bartholomew, Patriarch of Constantinople, at the Fanar residence of Patriarchs of Constantinople. In attendance were Metropolitan Emmanuel of France, Archimandrite Bartholomew (Samaras), chief secretary of the Church of Constantinople Holy Synod, Deacon Joachim (Billis), assistant to the Holy Synod secretary, and Deacon Theodore (Shulga), DECR secretariat for inter-Orthodox relations...MOSPAT
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Juillet 2015 à 13:49 | 1 commentaire | Permalien

Christophe Geffroy: "Retour de Russie"
Le site russophone du diocèse de Chersonèse vient de mettre en ligne l'entretien accordé par Monseigneur Nestor à la revue catholique "La Nef". Le cahier juillet-août contient un grand dossier consacré à l'orthodoxie russe.

Voici le récit que fait de son voyage en Russie Christophe Geffroy directeur de la revue:

" Du 4 au 12 octobre, nous emmenions un groupe de lecteurs de La Nef en Russie à la découverte du monde orthodoxe de ce grand pays. Voyage passionnant qui nous a permis de prendre le pouls d’une nation régulièrement caricaturée dans les médias. Et finalement, après huit jours à arpenter les rues, les monastères et les églises de Moscou, Serguiev Possad, Iaroslav, Souzdal, Vladimir, Novgorod et Saint-Petersbourg, on comprend mieux la haine de l’intelligentsia pour la Russie de Vladimir Poutine (1). Non seulement les Russes ont le mauvais goût d’apprécier leur président qui bénéficie d’une popularité à laquelle M. Hollande ne peut espérer – pas même en rêve –, mais il émane du peuple russe tout ce que méprisent nos intellectuels de la rive gauche : un peuple qui a retrouvé la fierté de ce qu’il est, de son histoire, de sa culture et de sa religion.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Juillet 2015 à 13:34 | 11 commentaires | Permalien

Le 21 juin 2015, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, animateur de l’émission « L’Église et le monde » sur la chaîne « Rossia-24 », recevait Natalia Yakounina, président du Conseil de tutelle du programme national « Sainteté de la maternité ».

Le métropolite Hilarion : Frères et sœurs, bonjour. Vous regardez l’émission « L’Église et le monde ». Nous parlerons aujourd’hui de la maternité et de l’enfance. Notre invité est Natalia Viktorovna Yakounina, président du Conseil de tutelle du programme national « Sainteté de la maternité ». Bonjour, Natalia Viktorovna !

N. Yakounina : Bonjour, Monseigneur ! L’objectif du programme « Sainteté de la maternité » est de restaurer le potentiel spirituel et moral de la famille russe, de faire de la famille une valeur très élevée aux yeux de la société. Pour réaliser nos objectifs, nous avons initialisé différents projets, dont le principal est le projet « Tu n’es pas seule », qui assure une aide psychologique aux femmes enceintes afin de prévenir une interruption de grossesse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Juillet 2015 à 18:40 | 1 commentaire | Permalien

L’illumination de l’icône à Kiev – 1923
Dans la grande rue Jytomyr, à Kiev, se trouve une petite chapelle située à coté de "l’Association des amis des pauvres". Cette chapelle a reçu en l’honneur de la Vierge, le nom de Notre-Dame de la Consolation. / Le titre de Notre Dame de Consolation prévalut au titre de Notre Dame de Pitié à la fin du 17°siècle./

Le 15/28 août 1923, à deux heures du matin, un juif, demeurant trois maisons plus bas, sortit dans sa cour parce qu’il voyait une très forte lumière, un incendie sans doute. Cet embrasement sortait de la chapelle.

Effrayé, cet homme qui avait sa boulangerie tout près, courut avertir les autorités que la chapelle brûlait. Une grande foule s’amassa, saisie de crainte, car on ne voyait aucune fumée mais une aveuglante lumière qui augmentait et diminuait sans arrêt. On courut chercher les clés et on appela les membres du Parti communiste, ces « représentants du peuple ».

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Juillet 2015 à 15:59 | 1 commentaire | Permalien

Professeur Alexis Osipov: "De ceux qui vivent une autre vie"
Traduction Elena Tastevin

La suite de la 2e partie

Caractères communs ?

Il existe aussi quelque chose en commun qui rapproche les réflexions à toutes les époques et indépendemment des écoles de pensée et des religions. Il est psychologiquement impossible de croire qu’il n’y a pas de vie après la mort. L’homme n’est pas un animal ! La vie existe ! Et ce n’est pas une supposition ou une foi dépourvue de fondement. Il y a énormément de faits témoignant que la vie de la personnalité continue au-delà du seuil de l’existence terrestre. Des témoignages étonnants sont découverts partout où il reste des sources littéraires. Il sont en commun au moins par un fait incontestable : la personnalité (le moi) vit après la mort. La personnalité est indestructible !

Il y a sur ce thème un livre remarquable édité en Russie peu avant la révolution, en 1910. Son auteur K.Ikskoul y décrit son expérience. Il porte un nom original – « Une histoire incroyable mais vraie ». Le plus important dans ce livre est une simple description de ce qui se passe dans la situation de transition entre la vie et la mort. En décrivant le moment de sa mort clinique Ikskoul raconta qu’au départ il avait éprouvé une lourdeur, une pesanteur et ensuite soudain il sentit la délivrance. Or, ayant vu son corps séparément de lui-même et ayant compris que c’est son corps qui était mort il ne perdit pas la conscience de lui-même comme d’une personnalité. « Notre notion de la « mort » s’associe inséparablement avec une destruction, la rupture avec la vie. Comment pouvais-je penser que j’étais mort alors que je ne perdis pas la conscience de moi-même ne serait-ce que pour une minute ? Je me sentais vivant et conscient comme avant, j’entendais et je voyais tout et j’étais capable de bouger, de réfléchir et de parler» .
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Juillet 2015 à 09:56 | 4 commentaires | Permalien

Le métropolite Hilarion: "Il nous faut  apprendre à appeler les choses par leurs noms"
Comment concilier ces deux faces de notre histoire

Il nous faut apprendre à appeler les choses par leurs noms. Ce n’est pas en dénaturant et en falsifiant le passé, en niant l’évidence que nous réussirons à réconcilier les ennemis d’hier. Nous resterions dans l’impasse. S’il y a eu répressions et victimes innocentes de ces répressions il nous faut le dire. S’il y a eu des coupables, nommons-les au lieu d’essayer de les faire entrer dans une nouvelle mythologie. Nous ne devons pas faire de ces gens des héros ou laisser dire à leur propos, comme nous l’entendons trop souvent, que ce n’étaient pas eux mais leur entourage qui était coupable des crimes de l’époque. Des millions de vies ont été supprimées, chacune d’entre elles représente une valeur sans pareil.

Aucune statistique ne permet de chiffrer les immenses malheurs infligés à nos peuples, aucun bilan comptable ne peut en être établi. Ces pertes ne sont pas réparables : comment oublier que chaque victime emporte dans le non-être sa descendance virtuelle. Le pays s’est donc privé de bien plus que de tous ceux qui ont péri sous le pouvoir de Lénine et Staline (leur nombre précis n’a pas été établi et ne le sera probablement jamais. On l’estime de 14 à 20 millions de personnes).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2015 à 18:43 | 3 commentaires | Permalien

Au sein de la paroisse orthodoxe grecque Saint Paul, dans le Vieux-Lille, la communauté, réunie au grand complet, a célébré un double événement. Avec, d’abord, sa fête patronale. Et, ensuite l’inauguration de son lieu de culte, en travaux depuis des mois. « Tout a été rénové », précise le père Aimilianos Bogiannou, recteur de la paroisse et représentant de l’Église orthodoxe à Bruxelles, auprès des institutions européennes.

Commencés il y a un an, les travaux, rue Princesse, ont été réalisés et financés par les membres de cette petite communauté. Celle-ci réunit environ 300 familles issues de l’immigration, comme la plupart des communautés orthodoxes de l’hexagone.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2015 à 10:49 | 0 commentaire | Permalien

Saint Maxime le Grec  (+ 1556 ) surnommé " l'illuminateur de la Russie "
Originaire d'Arta dans l'Epire en Grèce, il partit, jeune adolescent, à Florence faire ses études classiques. Il suivit avec enthousiasme le dominicain Savonarole dans son mouvement de rénovation religieuse et spirituelle qui se termina tragiquement.

Saint Maxime, une fois ses études terminées, se rendit sur la Sainte Montagne de l'Athos, au monastère de Vatopedi, dans l'étude et la méditation. Appelé par le prince russe, Basile Ivanovitch, il vient en Russie pour traduire en slavon le psautier et d'autres livres liturgiques dont la traduction du grec était très imparfaite. Après avoir effectué ce travail, on l'obligea à rester pour continuer d'autres traductions.

Mais, accusé par certains de se mêler de ce qui ne le regardait pas, il fut condamné pour hérésie et relégué au monastère de Volokolamsk. On lui reprochait notamment de défendre la primauté du siège de Constantinople contre les prétentions de Moscou de s'y substituer comme "troisième Rome".
Rédigé par l'équipe rédaction le 4 Juillet 2015 à 07:10 | 1 commentaire | Permalien

Vladimir Golovanow

Il est intéressant de rapprocher le texte d'une interview du métropolite Hilarion de Volokolamsk au journal italien " Corriere della Sera " avec l'article qu'en tire REUTER, dont je reprends le titre… Traduction V. G. à partir du russe: PravMIR

1. Le passage de l'interview in extenso:

Question «Corriere della Sera»: Pensez-vous que la possibilité d'une rencontrer entre le pape et le patriarche est devenue réelle? Je sais que lorsque le président Poutine a rencontré le pape François, il lui a dit "je vous souhaite de rencontrer bientôt le patriarche."

- Métropolite Hilarion: il faut clairement distinguer les deux différentes lignes de relations. L'une – c'est la relation entre l'Eglise orthodoxe et l'Eglise catholique romaine; l'autre - la relation entre la Fédération de Russie et l'État de la Cité du Vatican. Elles sont indépendantes l'une de l'autre. Le président suit son plan d'action lorsqu'il se rend dans différents pays. Le patriarche suit le sien lors de ses rencontres avec les chefs des différentes Églises.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Juillet 2015 à 10:22 | 0 commentaire | Permalien

Angleterre: "petite dédicace" de l'église de la paroisse de Tous les Saints de Bretagne et d'Irlande à Birmingham.
Angleterre: "petite dédicace" (1) de l'église de la paroisse de Tous les Saints de Bretagne et d'Irlande à Birmingham.

Le 21 juin, fête de Tous les Saints des terres britannique et irlandaise, l'archevêque Elisey de Souroge a célébré la petite dédicace de l'église utilisée par la paroisse de Tous les Saints de Bretagne et d'Irlande à Birmingham. L'église se trouve dans le complexe de l'église de l'Immaculée Conception de l'Oratoire de Birmingham (2).

La Divine Liturgie a été concélébrée par deux prêtres et deux diacres du diocèse en présence de représentants de la congrégation catholique de l'Oratoire (3).

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Juillet 2015 à 09:41 | 5 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 213


Recherche

Sondage
Souhaitez-vous que le prochain concile panorthodoxe revoie la pratique du jeûne?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile