Saint Maxime le Grec  (+ 1556 ) surnommé " l'illuminateur de la Russie "
Originaire d'Arta dans l'Epire en Grèce, il partit, jeune adolescent, à Florence faire ses études classiques. Il suivit avec enthousiasme le dominicain Savonarole dans son mouvement de rénovation religieuse et spirituelle qui se termina tragiquement.

Saint Maxime, une fois ses études terminées, se rendit sur la Sainte Montagne de l'Athos, au monastère de Vatopedi, dans l'étude et la méditation. Appelé par le prince russe, Basile Ivanovitch, il vient en Russie pour traduire en slavon le psautier et d'autres livres liturgiques dont la traduction du grec était très imparfaite. Après avoir effectué ce travail, on l'obligea à rester pour continuer d'autres traductions.

Mais, accusé par certains de se mêler de ce qui ne le regardait pas, il fut condamné pour hérésie et relégué au monastère de Volokolamsk. On lui reprochait notamment de défendre la primauté du siège de Constantinople contre les prétentions de Moscou de s'y substituer comme "troisième Rome".
Rédigé par l'équipe rédaction le 3 Février 2017 à 04:10 | 0 commentaire | Permalien

Il existe 900 paroisses de l’Eglise orthodoxe russe à l’étranger
Monseigneur Antoine (Sevriouk), évêque de Bogorodsk, responsable des instituions à l’étranger du patriarcat de Moscou, a déclaré dans le cadre d’une table ronde réunie avant Noël à la Douma :

« Nous disposons aujourd’hui de statistiques précises selon lesquelles l’Eglise orthodoxes russe compte près de 900 paroisses dans le monde (hors CEI). C’est au cours de ces dernières 25 années que ce chiffre s’est considérablement accru. En effet, nos compatriotes se sont mis à se rendre de plus en plus souvent à l’étranger y cherchant des emplois ou pour y faire des études et passer des vacances. Les fidèles se regroupent autour des paroisses, chacune d’entre elles dispose d’une école, organise des colonies de vacances. On peut y étudier les langues locales ainsi que le russe ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Février 2017 à 17:30 | 0 commentaire | Permalien

Les Homélies spirituelles de saint Macaire l’Égyptien  (+ 391)
Saint Macaire utilise des couleurs vives pour dépeindre la façon dont Satan a réduit la nature humaine en esclavage après la chute d’Adam.

« Le royaume des ténèbres, le prince pervers, a, dès le commencement, réduit l’homme en captivité ; il a enveloppé et revêtu son âme de la puissance des ténèbres [...] comme on couvre [un homme] de vêtements . » Pour évoquer les actions des puissances des ténèbres, saint Macaire a souvent recours à l’image du vent nocturne. « Comme un vent sauvage qui souffle dans une nuit obscure et ténébreuse, ébranle, agite et secoue toutes les plantes et toutes les graines, ainsi l’homme qui est tombé au pouvoir de la nuit, des ténèbres et de Satan, et qui vit dans cette nuit ténébreuse, est violemment secoué, agité et ébranlé par le vent terrible du péché »

Ou encore. « De même en effet qu’un unique vent trouble et agite toutes les plantes et toutes les graines, et que l’unique obscurité de la nuit s’étend sur tout l’univers, ainsi le prince du mal, qui est lui-même l’obscurité spirituelle de la malice et de la mort, ainsi qu’un vent mystérieux et sauvage, agite sur la terre toute la race des hommes, la trouble par des pensées toujours en mouvement et séduit par les désirs du monde les cœurs des hommes ; il remplit des ténèbres de l’ignorance, de l’aveuglement et de l’oubli toute âme qui n’est pas née d’en-haut »
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 1 Février 2017 à 11:57 | 0 commentaire | Permalien

A partir du 6 février 2017 la cathédrale de la Sainte Trinité sera ouverte quotidiennement
Horaires des offices ICI

Notez qu'à partir du 11 février tous les samedis à 10 h le Séminaire orthodoxe russe en France assurera la célébration de la Liturgie en français.

En outre la cathédrale sera ouverte quotidiennement de 15 h. à 19 h.

Un prêtre y sera présent en permanence, il sera disponible pour célébrer des offices funèbres (panikhides), des actions de grâce (moleben), pour entendre les confessions et s’entretenir avec ceux qui le désirent. Les prêtres de permanence seront tous bilingues français-russe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Janvier 2017 à 13:56 | 2 commentaires | Permalien

Rappel à Dieu de Juliana Sergeevna Schmemann 1921-2017, mémoire éternelle!
Cher PO
Les grands journaux de New-York annoncent au lundi matin le rappel à Dieu de Madame Juliana Sergeevna Schmemann dans sa 96 ème année. Il semblerait très juste que votre blog porte sa disparition à la connaissance de tous ses amis, proches, et fidèles de feu son mari, père Alexandre, qui sont toujours en France.

Elle fut une grande dame, intelligente, charmante, imbue d'une grande sincérité d'esprit, très dévouée à son mari et à la foi orthodoxe. Issue de la première émigration, elle grandit en France dans les milieux du feu et regretté Métropolite Euloge, partit aux USA dans toute la vague des émigrés russes de France qui craignaient le rapatriement forcé en URSS, s'intégra assez vite dans la vie d'après-guerre aux USA, tout en jamais oubliant ses origines russes, ses années en France et sa foi orthodoxe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Janvier 2017 à 08:47 | 1 commentaire | Permalien

L’Eglise anglicane déclare à nouveau ne pas reconnaître les mariages homosexuels
Le quotidien anglais « The Independent » fait savoir que le Conseil des évêques de l’Eglise anglicane (Church of England) a refusé de changer d’attitude à l’égard des mariages homosexuels.

A la suite de deux ans de débats le Conseil est venu à conclure que la doctrine de l’Eglise quant au mariage, union d’un homme avec une femme, doit rester immuable. Un rapport dans ce sens sera présenté en février prochain au Synode de l’Eglise anglicane.

Comme l’a déclaré Monseigneur James Graham, évêque de Norwich « L’Eglise n’a pas à amender sa doctrine au gré de telle ou telle mode. Cette décision sera peut être difficile à accepter pour certains. On disait dans les années 90 que l’Eglise se doit d’octroyer un maximum de libertés aux gays.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2017 à 13:52 | 2 commentaires | Permalien

Le métropolite de Saint Pétersbourg Monseigneur Barsanuphe a rappelé que 2017 sera placée sous le signe du premier centenaire du séisme révolutionnaire en Russie ainsi que du rétablissement du patriarcat. Les responsables des divers services de l’administration diocésaine se sont réunis le 17 janvier dernier.

C’est de fin octobre à début décembre que se dérouleront les commémorations. Le métropolite a précisé que la châsse qui contiendra les reliques de tous les Néomartyrs qui ont été trouvées sera bientôt prête. Cette châsse parcourra en pèlerinage tous les diocèses de l’Eglise orthodoxe russe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2017 à 16:28 | 0 commentaire | Permalien

LA PAROISSE de la SAINTE TRINITE à Clichy 1927-1972
par Igor OROBCHENKO

Quand les Russes sont poussés par le besoin, ils sont entreprenants. Arrivés dans le pays d’accueil, de multiples associations virent le jour : militaires, religieuses, artistiques, éducatives, caritatives !

Les anciens combattants se regroupèrent par armes, école ou campagnes... On ouvrit des écoles du jeudi, on bâtit des églises, de nombreux journaux de différentes tendances firent leur apparition, etc...A Clichy-la-Garenne, où plus de 60 familles se retrouvèrent aux environs de 1927, elles s’organisèrent en communauté. En 1941, l’on recensait 332 Russes émigrés. Une paroisse orthodoxe du nom de « Paroisse orthodoxe russe de la Sainte-Trinité » fut créée, un magasin ouvrit ses portes, une association se mit à vivre activement.

* * *
L’ancienne église et la première (parce que il y en a eu deux), était située au 15 rue KLOCK, dans des locaux prêtés par la communauté protestante (Pasteur Maroger) je crois.En guise de locaux c’était un entrepôt ou même une ancienne grange, en bois, qui formaient un U avec une cour couverte de gravier et avec des platanes dont un descendant existe encore à ce jour.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2017 à 10:52 | 0 commentaire | Permalien

SAINTE NINA (+ 338)  l'illuminatrice de la Géorgie
C'est à juste titre que sainte Nina est honorée par l'Église de la Géorgie comme égale-aux-apôtres.

Sainte Nina naquit à la fin du 3 e siècle en Cappadoce, où beaucoup de Géorgiens habitaient. Elle avait une étroite parenté avec le saint grand-martyr Georges; selon un ancien manuscrit, en effet, elle fut sa cousine germaine. À cause de cela, sa vénération pour le saint fut grande.

Son père Zabulon, soldat pieux et renommé, avait quitté sa patrie cappadocienne pour offrir ses services à l'empereur Maximien. Sa mère Suzanne, native elle aussi de la Cappadoce, fut la sœur de l'évêque de Jérusalem, que certains identifient avec Juvénal.

Les parents de Suzanne et de Juvénal moururent jeunes. Ainsi, les deux enfants restèrent orphelins et sans protection. Ils pensèrent alors aller à Jérusalem.

Ils prirent la route avec foi en Dieu, sans se soucier du lointain voyage. Arrivés à la Ville sainte, ils trouvèrent refuge dans l'église de la Résurrection. Juvénal se vit rapidement investi de la charge d'économe de la toute-sainte Tombe, tandis que Suzanne se mit au service de la très-pieuse Sara-Niophora de Bethléem, qui y était diaconesse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2017 à 05:17 | 7 commentaires | Permalien

(un petit extrait du film)
L’association Chersonèse vous invite le 3 février a 19h 30 au Centre culturel russe du quai Branly :

Présentation du film documentaire franco-russe de Ekaterina Tsvetkova « Trois chansons de perle ».
Ce sont trois vies, trois destinées racontées à la première personne. La recherche existentielle y porte sur l’esprit de la Russie, sur « l’âme russe ». Le film est en russe, sous-titres français et anglais

Rassemblement devant l'entrée de la Cathédrale de la Sainte-Trinité - 1 Quai Branly Pour toutes questions, appelez au 06 69 13 12 41 Anton Sidenko. Veuillez trouver ICI le planning des évènements

affiche_trois_chansons_de___perle_a0_1_.pdf Affiche_Trois chansons de perle_A0(1).pdf  (1.13 Mo)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Janvier 2017 à 12:07 | 0 commentaire | Permalien

Le métropolite Hilarion, responsable du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou

EXCLUSIF MAG – Pour le responsable du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, catholiques et orthodoxes doivent se rapprocher pour faire face ensemble aux défis actuels.

Alors que se déroule du 18 au 25 janvier, dans l’Église catholique, une semaine de prière pour l’unité des chrétiens, quel regard portez-vous sur l’état des relations œcuméniques entre Moscou et Rome ?

Nous avons de très bonnes relations, très constructives, et un dialogue constant. Quels que soient les sujets, il existe plusieurs niveaux de discussions. Il y a eu cette rencontre entre le patriarche Cyrille de Moscou et le pape, à Cuba, en février 2016 Je rencontre régulièrement le cardinal Kurt Koch [président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Et il y a d’autres instances où sont abordés tous les sujets qui nous concernent.

L’Église orthodoxe russe s’associe-t-elle à cette semaine pour l’unité ?
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Janvier 2017 à 11:25 | -1 commentaire | Permalien

 Sainte Tatiana (+226): Elle est l'ange gardien de la gent estudiantine de Russie
La légende veut qu'après le 25 janvier l'hiver s'adoucisse petit à petit. A chaque Sainte Tatiana, le nombre de Tatiana s'accroît considérablement dans le pays. C'est un fait sociologique.

Au temps jadis, la Sainte Tatiana était associée au Soleil : habituellement, ce jour, l'astre tantôt projette un rayon taquin dans le ciel froid, tantôt rosit la frange des nuages, tantôt se découvre tout entier dans le bleu du firmament.

La Sainte Tatiana est une fête pour le peuple tout entier. Dans l'ensemble du pays, les gens présentent leurs meilleurs vœux aux parentes et aux amies qui portent ce prénom et leur offrent des fleurs, des cadeaux. Et les Tatiana, à leur tour, les régalent d'un gâteau. C'est la coutume.

Les fêtes des saints sont nombreuses dans le calendrier orthodoxe.

Pourquoi alors les Russes ont-ils choisi de vénérer tout particulièrement Sainte Tatiana? Probablement parce que, fille d'un noble consul romain, elle-même belle et noble, elle partageait le malheur des pauvres, soignaient les malades, aidait les orphelins à voler de leurs propres ailes, ce qui lui a valu son surnom d'Assistante. Le besoin d'aider, d'assister les nécessiteux est une qualité de l'âme qui a toujours été appréciée sur le sol russe. On dit, par exemple, que Sainte Tatiana est la seule à savoir comment rendre confortable la vie de toute créature vivante pendant les rigoureux froids de janvier.
Rédigé par Vladimir GOLOVANOW le 25 Janvier 2017 à 06:37 | 0 commentaire | Permalien

Sur les traces d'Andreï Roublev  (1360 — 1428)
L’Eglise orthodoxe compte beaucoup de peintre d’icônes mais le plus connu est indéniablement Andreï Roublev. Célébré en Russie, et aussi, grâce au film de Tarkovski, au-delà des frontières. Mais que savons-nous au juste de ce mystérieux personnage ?

Un destin clément

Andreï Roublev a vécu une vie plutôt heureuse : il était reconnu de son vivant, est mentionné dans les chroniques, les Grand-Princes et les monastères lui passaient des commandes, il a travaillé à Moscou, Vladimir, Zvenigorod.Et après sa mort, son nom a traversé les siècles. Ses icônes ont été reconnues comme modèles pour les autres iconographes par le Synode Stoglav dès 1551.

Ses icônes étaient particulièrement adulées par les Vieux-croyants. Elles incarnaient le canon iconographique et l’image religieuse orthodoxe par excellence. Même au XIXè siècle, alors que les icônes ont perdu de leur popularité, les siennes sont restée un modèle de l’art religieux.

A l’ère soviétique, Andreï Roublev est devenu le symbole de la culture de la vieille Russie. En 1960, l’UNESCO a fêté solennellement l’anniversaire de ses 600 ans et Moscou a inauguré le Musée de la culture et de l’art de l’ancienne Russie Andreï Roublev, tandis que les chercheurs et scientifiques ont commencé à s’intéresser à ses œuvres, rassemblées en grande partie à la Galerie Tretiakov.

Lire aussi: Un nouveau projet hors du commun sous le nom de Rublev.com une base de données sur l’Orthodoxie, un guide et réseau social pour les fidèles et tous ceux qui s’intéressent au christianisme. Chacun peut se joindre au projet : devenir bénévole ou produire un apport à cette bonne œuvre
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2017 à 10:24 | 0 commentaire | Permalien

Le cycle des fêtes de Noël s’est terminé pour les Eglises de Jérusalem (Israël, Jordanie, Territoires palestiniens) avec les festivités arméniennes le 19 janvier 2017. C’est traditionnellement avec un peu de retard par rapport aux Eglises dans le monde, que les communautés chrétiennes marque la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens du 21 au 29 janvier 2017.

On hésite gravement entre un pessimisme que chacun peut repérer dans la société chrétienne de Terre Sainte et un optimisme du à des pistes d’ouverture novatrices, porteuses de voies nouvelles et inattendues. SUITE
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2017 à 07:08 | 0 commentaire | Permalien

L’enfance de Jésus
Les Evangiles canoniques n’en disent pas grand-chose et les apocryphes, abondants sur le sujet, versent souvent dans le pur merveilleux.

Pauvre parmi les pauvres d’Israël

Joseph, son père « adoptif », n’a rien d’un grand seigneur. Il est charpentier, ou tout simplement ouvrier du bâtiment, selon la manière dont on traduit le grec tektôn (Mt 13, 55). Lors de la présentation de Jésus au Temple, 40 jours après sa naissance, ainsi que le prescrit la loi juive de l’époque, Joseph et Marie offrent le sacrifice des pauvres (Lc 2, 24), « un couple de tourterelles ou deux jeunes colombes ». La famille de Jésus est donc comptée parme les pauvres d’Israël.

Cette condition modeste a peut-être gênée une partie des premiers croyants. D’ailleurs, la critique antichrétienne en a aussi longtemps fait un argument contre la divinité de Jésus. « Il n’y a rien là qui fasse pressentir le royaume de Dieu », se moque le Romain Celse (II siècle) dans son fameux discours « Contre les chrétiens ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2017 à 18:54 | 0 commentaire | Permalien

Le degré croissant de mauvaise connaissance de la langue suscite l’inquiétude au sein de l’Eglise orthodoxe russe
Monseigneur Hilarion, métropolite de Volokolamsk, est intervenu récemment dans le cadre de l’émission « L’Eglise et le monde » (Tzerkovj i mir), chaîne « Rossya 24 ». Il y a exprimé son inquiétude :

« L’appauvrissement de la langue russe et l’analphabétisme croissant de la population nous rendent inquiets. De plus en plus nombreux sont ceux qui parlent n’importe comment, cela se manifeste tout particulièrement dans les réseaux sociaux et les SMS échangés. Les gens s’y expriment d’une manière malencontreusement spontanée et n’éprouvent aucune gêne de ne pas savoir écrire correctement.

Ils rédigent leurs messages sans le moindre signe de ponctuation, tout en substituant une lettre à l’autre. Ces phénomènes sont d’autant plus patents chez les jeunes qui passent tout leur temps sur la toile, s’abstiennent de lire les classiques et préfèrent les modes d’expression consacrés par internet. Seuls la bonne littérature et les efforts de rédaction sont une forme d’apprentissage valable d’un langage correct.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2017 à 18:25 | 0 commentaire | Permalien

 Le 22 janvier: A la mémoire de Monseigneur Serge (Konovaloff) 1941-2003, archevêque d’Eucarpie : « Une volonté d’unité »
Le site de la paroisse Saint Elie, Moscou, publie le 22 janvier le texte de l’allocution prononcée le par Mgr Nestor, évêque de Chersonèse à la Table ronde de l’OLTR consacrée au dixième anniversaire du rappel à Dieu de Monseigneur Serge (Konovaloff).

L’archimandrite Sabba (Toutonouv), recteur de cette paroisse, préface la publication qu’il illustre de plusieurs photos provenant de ses archives personnelles.

" Mgr Serge dont j’ai le bonheur d’avoir été le fils spirituel à partir de 1994 était quelqu’un de très entier. Il y avait dans sa personnalité une cohérence absolue de sa perception de la vie et des personnes. Cela lui conférait le don d’être à l’égard de tous et de chacun un interlocuteur attentif et simple, un bon pasteur. Cette volonté de cohérence engendrait en lui une permanente douleur, douleur que lui infligeait le morcèlement de l’Eglise Orthodoxe dans la diaspora et, surtout, les fractures qui existaient dans l’Orthodoxie russe si chère à son cœur.Dans l’amour qu’il portait à son troupeau le défunt prélat acceptait toute la diversité d’opinions qui existait dans le diocèse dont il avait la charge. Bien que relevant canoniquement du patriarcat de Constantinople Mgr Serge pensait constamment à la possibilité de retrouver l’unité perdue avec l’Eglise Mère de Russie. De par sa nature Mgr Serge était un unificateur qui aspirait à être « tout pour tous ». Il souffrait de voir les fidèles de nombreuses de ses paroisses ne pas partager cette volonté d’unité.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2017 à 13:43 | 6 commentaires | Permalien

Haïti: la paroisse orthodoxe saint Jean de Schangaï - Demande de soutien!
Avec la bénédiction de Mgr Nestor, évêque de Chersonèse et de l’Archiprêtre Jean, responsable national de la Mission orthodoxe d’Haïti.
Lecteur Martin Luther Paul DUMAIS étudiant au Séminaire orthodoxe russe en France


Chers Pères, frères, et soeurs en Christ,

Le 4 et 5 octobre 2016, un terrible ouragan a causé plus de 500 morts en Haïti ainsi que plus d’un million de personnes en nécessité d’aide humanitaire. En passe à une crise électorale depuis plus de deux ans, Haïti peine à se relever après les destructions occasionnées. En plus de la famine de plus en plus menaçante, d’après l’UNICEF, 100 000 enfants ne pourront poursuivre leurs études scolaires dans un pays où les jeunes de moins de 21 ans comptent pour plus de la moitié de la population

appel_cherso_3.doc appel-cherso-3.doc  (10.57 Mo)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Janvier 2017 à 09:42 | 1 commentaire | Permalien

Association de jeunesse "Chersonèse", planning des évènements  Janvier -Fevrier 2017
Rassemblement devant l'entrée de la Cathédrale de la Sainte-Trinité - 1 Quai Branly Pour toutes questions, appelez au 06 69 13 12 41 Anton Sidenko

Veuillez trouver le planning des évènements de l'association Chersonèse (y compris la rencontre d'aujourd'hui à 19h «La symbolique des icônes et des peintures de la Nativité et du Baptême. Histoire de l'hiver "fête de la lumière"»).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Janvier 2017 à 11:34 | 0 commentaire | Permalien

Saint Jean Baptiste
Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth. Il l'a baptisé sur les bords du Jourdain, laissant certains de ses disciples se joindre à lui. Précurseur du Messie, il est donc présenté dans les synoptiques comme partageant beaucoup de traits avec le prophète Élie, ce qu'il n'est pas dans l'Évangile selon Jean

par Xenia Krivocheine

L'histoire de la tête de Saint Jean Baptiste à Amiens est riche en péripéties tragiques, elle s'étale sur plusieurs siècles. Au cours des deux derniers millénaires elle a à plusieurs reprises disparu pour resurgir à nouveau. L'infâme Hérodiade avait enseveli la tête de saint Jean dans son verger tandis qu'elle rendit son corps aux disciples du martyr.

Des flots de pèlerins se mirent à affluer en Terre Sainte pour y vénérer la Sainte Croix et le Saint Sépulcre sous le règne de l'empereur Constantin et de sa mère Hélène. Une fois deux moines venus en pèlerinage virent en songe l'endroit où reposait la tête de St Jean.

Effectivement, les deux frères découvrirent la relique dans l'ancien verger du roi Hérode. Ils mirent la tête dans un sac et s'en allèrent à la recherche d'un travail. Chemin faisant un troisième compagnon se joignit à eux, c'était un potier. Fatigués de porter leur fardeau les deux moines le lui confièrent et ordonnèrent de ne pas essayer de regarder le contenu du sac.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Janvier 2017 à 09:00 | 10 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 242


Recherche

Sondage
Trouvez-vous que la nouvelle église orthodoxe auprès du Centre culturel russe, quai Branly, à Paris, enrichit la communauté orthodoxe de France?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile