Le Saint-Synode du patriarcat de Moscou crée un département "Eglise et Société"
Le Saint-Synode du patriarcat de Moscou, réuni le 31 mars 2009 pour la première fois depuis l'élection du nouveau patriarche de Moscou, a décidé de créer un département synodal "Église et Société". La décision a été formulée de la façon suivante:

"Compte tenu de la nécessité de développer, de perfectionner et de systématiser le dialogue de l'Église et de la société, il est décidé de créer un département synodal pour les relations entre l'Église et la société. Il est confié à ce département de faire le lien avec les organes du pouvoir législatif, les partis politiques, les associations professionnelles et artistiques et les autres institutions de la société civile sur le territoire canonique du patriarcat de Moscou".

Le père Vsévolod Tchapline est nommé premier président de ce nouveau département. Il était jusqu'à présent vice-président du département des relations extérieures.

Ainsi, la réforme du département des relations extérieures a bel et bien commencé. En effet, jusqu'à présent, les rapports avec la société civile étaient un des devoirs de ce département que l'actuel patriarche de Moscou a présidé pendant plus de vingt ans avant d'être élu primat de l'Église russe.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 31 Mars 2009 à 14:15 | 0 commentaire | Permalien

Mgr Paolo Pezzi, archevêque catholique à Moscou, a déclaré son intention de se rendre à Valaam, un des lieux monastiques orthodoxes les plus célèbres de Russie. Mgr Pezzi se trouvait au moment de cette déclaration à Petrozavodsk, en Carélie, où il a rencontré l'archevêque orthodoxe de la ville, Mgr Manuel, et le ministre local de la politique nationale et des rapports avec les organisations religieuses A. Manine.

L'archevêque catholique a célébré la messe dans l'église catholique de Pétrozavodsk et rendu visite à l'hôpital aux paroissiens malades.

Ce n'est pas la première fois que Mgr Pezzi qui, il y a deux ans, a succédé à Mgr Tadeusz Kodrusiewicz, se rendait en Carélie. Il a déjà visité les îles Kiji et Solovki.
Rédigé par l'équipe rédaction le 31 Mars 2009 à 13:10 | 0 commentaire | Permalien

Le patriarche Cyrille de Moscou ira à Kiev le 27 juillet, pour la fête de saint Vladimir. Le patriarche avait promis, il y a quelques semaines, que ce serait son premier voyage en dehors de la Russie.

La date de ce voyage attendu a été décidée à la rencontre entre le patriarche Cyrille et le métropolite Vladimir de Kiev le mardi 31 mars, juste avant la réunion du Saint-Synode du patriarcat de Moscou.

Saint Vladimir est fêté dans l'Église orthodoxe le 28 juillet (15 juillet).
Rédigé par l'équipe de rédaction le 31 Mars 2009 à 11:55 | 0 commentaire | Permalien

Aujourd'hui, l'AFP, comme la presse religieuse russe, affichait l'information suivante sur les propos de l'archevêque de Porto Alegre (sud du Brésil), Mgr Dadeus Grings, qui a affirmé que les catholiques et les gitans avaient été plus persécutés que les juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale.

"Les juifs parlent de six millions de morts. Mais combien de catholiques ont-ils été victimes de l'holocauste? Ils ont été 22 millions au total", a déclaré le religieux dans une interview à la revue brésilienne "Press & Advertising", spécialisée dans la publicité.

Dans cette interview, l'archevêque soutient également que les "juifs disent être les principales victimes de l'holocauste. Mais les principales victimes furent les gitans car ils ont été exterminés". "Mais ça, ils ne le disent pas", ajoute-t-il.
Rédigé par l'équipe rédaction le 30 Mars 2009 à 12:40 | 16 commentaires | Permalien

Le catholicos de Géorgie: "La situation dans le pays s'approche de la ligne critique"
Dans son homélie de dimanche à la cathédrale Saint-Trinité de Tbilissi, le patriarche et catholicos Élie II de Géorgie a appelé le pouvoir et l'opposition à renoncer à tout usage de la force et à chercher paisiblement des issues à la crise politique.

"La situation dans le pays est tellement tendue qu'elle s'approche de la ligne critique, a affirmé le catholicos. J'appelle aussi bien le pouvoir que l'opposition à ne pas recourir aux méthodes de force, mais au contraire, à faire, pour le bien du pays, de tels pas qui permettront de détendre l'atmosphère et à régler dans la paix les problèmes actuels".

Le patriarche a demandé à la société civile de faire preuve de sagesse et de garder le calme. Ces derniers temps, on a vu s'accroître le rôle du primat de l'Église orthodoxe de Géorgie dans la société géorgienne. Espérons que son appel sera entendu cette fois-ci également.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 30 Mars 2009 à 12:22 | 1 commentaire | Permalien

L'un de nos auteurs, Vladimir G., nous envoie cet article de J.F. Colosimo (La Croix, 14 mars 2009): "Le vrai héros du Carême, c'est le corps".

Pendant cinq semaines, « La Croix » publie des entretiens consacrés au Carême. Cette semaine, Jean-François Colosimo explique le sens du Carême dans la tradition orthodoxe, où le jeûne tient une place toute particulière.

La Croix : Pourquoi, dans le Carême, les orthodoxes font-ils une si grande place au jeûne ?

Jean-François Colosimo : Le Carême, c’est une règle. Une règle de jeûne, universellement acceptée, très stricte : sept semaines d’abstinence de viande, de laitage, d’œufs et de poisson. Pendant deux mois, tout le monde renonce au sang, à l’animalité. Ce jeûne est accompagné de périodes d’abstinence sévère, où l’on ne mange pas du tout : ainsi, les trois premiers jours du Carême.

Beaucoup de gens le font. Eh bien, au premier repas après la communion eucharistique qui suit ces trois jours, le goût des choses est tout à fait extraordinaire ! On éprouve dans son corps l’idée même que nous sommes dans la main de Dieu. C’est une des premières leçons du Carême.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 30 Mars 2009 à 10:45 | 20 commentaires | Permalien

Saint Alexis de Rome dit « l'Homme de Dieu » († 412) est fêté le 17 mars en Orient et le 17 février en Occident.

Sa vie est connue par une Vie de saint Alexis, du XIe siècle. Selon la légende, Alexis, fils d’Euphémien et d’Agalé, serait un patricien romain, fiancé à une femme vertueuse qu’il convainc, le soir de ses noces, de renoncer au mariage. Il se serait embarqué vers la Syrie du Nord (actuelle Turquie) pour arriver à la ville d'Édesse (Urfa), où il se fit mendiant. Il revint dix-sept ans plus tard à Rome et fut hébergé par son père qui ne l’avait pas reconnu. Il vécut sous un escalier pendant dix-sept ans, et, à sa mort, ses parents furent prévenus par une voix céleste. Selon une autre version de la légende, il mourut en mendiant à l’hôpital d’Édesse, et révéla, avant de mourir, qu’il était d’une famille noble romaine et qu’il avait fui le mariage pour se consacrer à Dieu.

Son chef (son crane) est vénéré dans le monastère de la Sainte Laure dans le Péloponnèse. On peut voir une statue de Saint Alexis sous l’escalier de sa maison familiale dans l’église des Saints Alexis et Boniface (Chiesa dei Santi Alessio e Bonifacio), à Rome. C’est une œuvre d'Andrea Bergondi.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 30 Mars 2009 à 09:41 | 0 commentaire | Permalien

Saint Jean Climaque, hégoumène des moines du Sinaï (+ 605)
Il venait de Palestine quand il se rendit au monastère Sainte-Catherine du Sinaï. Il avait 16 ans et il y restera 19 ans sous la direction d'un moine vénérable qui lui apprend la vie parfaite. Un jour, ce dernier l'emmène auprès d'abba Jean le Sabaïte, ascète respecté. Celui-ci verse de l'eau dans un bassin et lave les pieds de Jean, et non pas du vénérable vieillard. Interrogé pourquoi, Jean le Sabaïte répond :"J'ai lavé les pieds de l'hégoumène du Sinaï."

La prophétie devait se réaliser quelques décennies plus tard. En attendant, son maître étant mort, Jean se retire au désert durant 40 ans. Il ne refuse jamais de donner quelques conseils et quelques enseignements quand on vient le trouver. Des envieux le traitant de bavard, Jean comprend qu'on enseigne plus par les œuvres que par les paroles. Il rentre alors dans le silence. On devra le supplier de reprendre ses enseignements, ce qu'il fera par miséricorde. Après avoir longuement visité les monastères de l'Égypte, il revient au Sinaï et c'est à ce moment qu'il est élu hégoumène du monastère Saint- Catherine.

Vers la fin de sa vie, on lui demande de rédiger "L'échelle sainte" (en grec "klimax", d'où son nom) qui résume l'expérience spirituelle des trois premiers siècles du monachisme. "Ne cherche pas à beaucoup parler quand tu pries, de peur que ton esprit ne se distraie à chercher les mots." disait-il souvent. Ce livre est une véritable somme de la spiritualité monastique, et lui donna dans l'Église byzantine la première place parmi les docteurs mystiques.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 29 Mars 2009 à 09:05 | 1 commentaire | Permalien

La paroisse orthodoxe Saint-Nicolas (patriarcat de Moscou) annonce sur son beau site Internet qu'elle souhaite se procurer un lieu de culte permanent. Jusqu'à présent, la communauté était accueillie pour ses célébrations par la paroisse anglicane Saint-Gilles.

Comme lieu permanent, la paroisse orthodoxe s'est trouvé une ancienne église anglicane. Cette église, dédiée d'ailleurs à Saint Nicolas, est située dans un quartier résidentiel d'Oxford, non loin du centre de la ville. Elle a été récemment mise en vente.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 28 Mars 2009 à 18:41 | 3 commentaires | Permalien

Le métropolite de Minsk appelle à la régulation de l'Internet
A la rencontre entre les membres du Saint-Synode de l'Église orthodoxe en Biélorussie et le président A. Loukachenko, le métropolite Philarète de Minsk a exprimé le souhait que l'information diffusée sur Internet fasse objet d'un contrôle: "Parlant des problèmes éthiques, j'aimerais soulever la question d'Internet. C'est une porte ouverte sur le monde qui a aujourd'hui une grande influence sur la formation de la personne humaine et de ses valeurs. Cependant, tout ce qui est de l'autre côté de cette porte n'est pas nécessairement sans danger, utile et vrai.

Le métropolite est préoccupé notamment par le fait que "toute sorte d'information amorale est désormais accessible aux membres vulnérables de la société, tels que les enfants et les adolescents". Ainsi, Mgr Philarète a suggéré qu'une régulation du contenu de l'information diffusée sur Internet soit décidée au niveau législatif. Il a notamment cité l'exemple de la Chine: "L'expérience chinoise est intéressante du fait que la responsabilité dans ce domaine ne repose pas sur l'État. Là-bas, ce sont les fournisseurs de l'accès à Internet qui sont responsables".

En même temps, le métropolite Philarète a souligné que "ce n'est pas à l'Église de proposer des solutions techniques du problème". "L'Église ne fait que soulever la question et attirer l'attention sur le danger existant", a-t-il précisé.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 28 Mars 2009 à 14:16 | 10 commentaires | Permalien

L’histoire qui fait l’objet de cet article a passionné les Russes entre 1983 et 1989. Elle n’est pas terminée car on attend avec impatience la parution de la suite, prévue pour le premier avril 2009 chez Actes Sud, sous le titre : « Des nouvelles d’Agafia », par Vassili Peskov.


  • 1. La découverte de la famille Lykov

    Cette histoire commence en 1979 avec le survol en avion, par des géologues en mission d’exploration, d’une région perdue de la Sibérie à des centaines de kilomètres de toute vie humaine, très exactement au sud, dans le Khakaze, là où les monts de l’Altaï rejoignent ceux du Saïan. À cet endroit naît un affluent du grand fleuve Iénisséï, l’Abakhan. C’est là, sur sa rive droite, que les géologues aperçoivent ce qui ne peut être qu’une succession de quelques terres cultivées au beau milieu d’une zone totalement sauvage et inaccessible. 
    De retour à leur base ils signalent ce fait, mais c’est seulement deux ans plus tard qu’une expédition parvient sur les lieux et entre en contact avec ceux qui habitent là. Stupéfaits, ils constatent que c’est une famille de « vieux-croyants », les Lykov, qui survit à cet endroit depuis 1938 en autarcie complète, sans aucun contact avec le monde extérieur. L’histoire est rapportée à un journaliste de la Komssomolskaia Pravda, Vassili Peskov, qui décide de se rendre sur place, d’observer et comprendre comment cette famille a pu survivre en pleine taïga, dans le dénuement le plus total, à des hivers où il fait régulièrement moins quarante. Il va se lier d’amitié avec eux, y retourner régulièrement l’été.
    Le récit de ses rencontres et de ses observations sera publié dans le journal, puis réécrit plus tard dans un livre publié en France en 1992, chez Actes Sud, sous le titre « Ermites dans la Taïga »
    Mais à ce point de la narration, il est indispensable d’expliquer qui sont ces « vieux-croyants »et pourquoi cette découverte va à ce point émouvoir les Russes..



Rédigé par Nikita Krivochéine le 28 Mars 2009 à 13:43 | 16 commentaires | Permalien

En rencontrant vendredi les membres du Saint-Synode de l'Eglise orthodoxe en Biélorussie, Alexandre Loukachenko a exprimé l'espoir que les relations entre le patriarcat de Moscou et la Biélorussie se renforceront sous le pontificat de Cyrille Ier. "Je suis convaincu que les bonnes relations qui nous lient avec la direction de l'Eglise orthodoxe russe se renfoceront pendant les années du ministère du patriarche nouvellement élu". Le président biélorusse a ajouté qu'il "y a pour cela toutes les conditions nécessaires".

De son côté, le métropolite Philarète de Minsk, exarque patriarcal en Biélorussie, a déclaré avoir invité le patriarche Cyrille à se rendre à Minsk. "J'espère que nous pourrons accueillir Sa Sainteté sur le sol biélorusse dès cette année", a jouté Mgr Philarète.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 27 Mars 2009 à 22:39 | 0 commentaire | Permalien

Le secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique Ekmeleddin Ihsanoglun a déclaré, à la rencontre jeudi dernier avec le président du Conseil des muftis de Russie, que les musulmans russes "sont non seulement les citoyens à part entière de leur pays, mais aussi une partie du monde musulman". Il a appelé au renforcement des relations diplomatiques entre la Russie et les pays musulmans qu'on "ne peut pas opposer".

"La collaboration entre la Russie et l'Organisation de la Conférence islamique est bénéfique aussi bien à la Russie qu'au monde musulman", a déclaré E. Ihsanoglun. Il a exprimé également l'espoir que la construction de la grande mosquée de Moscou sera bientôt achevée.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 27 Mars 2009 à 12:31 | 7 commentaires | Permalien

Le 31 mars prochain, le Saint-Synode de l'Église orthodoxe russe se réunira pour la première fois depuis l'élection du patriarche Cyrille: le site du service de presse du patriarcat l'a annoncé aujourd'hui, confirmant les rumeurs qui circulaient depuis quelques jours.

Cette réunion est très attendue dans le patriarcat de Moscou et au-delà. Devenant patriarche, Mgr Cyrille a laissé vacante la présidence du département des relations extérieures. L'évêque Marc d'Egoriev, auxiliaire de Moscou, en assure la charge par intérim. Les candidats à ce poste important ne manquent pas: certains parmi les anciens vice-présidents du département sont aujourd'hui évêques en Europe et en Russie. Il faut souligner que, selon les statuts actuels, le président du département est membre permanent du Saint-Synode...

De même, le chancelier du patriarcat sera-t-il remplacé ? En effet, le métropolite Clément de Kalouga fut le second candidat au siège patriarcal. D'autre part, en règle générale, le nouveau patriarcat signifie nouvelle chancellerie.

Il ne reste plus que quelques jours à attendre pour voir de quelle façon toutes ces questions seront résolues.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 27 Mars 2009 à 12:10 | 1 commentaire | Permalien

Neuf Ukrainiens sur dix se disent croyants
Les sondages de l'institut international de sociologie de Kiev, dont les résultats sont publiés par l'agence Interfax, révèlent que presque 90 % des Ukrainiens se déclarent croyants.

Plus exactement: 89,5 % d'Ukrainiens disent qu'ils ont une religion. Parmi eux 53 % affirment qu'ils ont toujours cru en Dieu, tandis que 21 % confessent qu'ils n'étaient pas croyants auparavant, mais le sont devenus.

Les femmes sont en Ukraine les plus religieuses: 95 % d'entre elles se disent croyantes, par rapport à 83 % parmi les hommes. De même, les gens sont plus religieux dans les régions occidentales (97 % de croyants) que dans les régions orientales (84 %).

62 % d'Ukrainiens se disent orthodoxes (toutes juridictions confondues), 6 % gréco-catholiques (uniates) et 27 % confessent d'autres religions. 71 % d'interrogés affirment que toutes les religions doivent avoir les mêmes droits en Ukraine.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Mars 2009 à 19:51 | 1 commentaire | Permalien

Le métropolite de Kiev a célébré un office à la mémoire de Nicolas Gogol
A l'occasion du bicentenaire de la naissance de Nicolas Gogol, le métropolite Vladimir de Kiev a célébré à sa mémoire un office des défunts à la laure des Grottes. "Nicolas Gogol fut une personnalité extraordinaire et très talentueuse, a affirmé Mgr Vladimir, c'était un homme profondément croyant, issu d'une famille attachée à la foi orthodoxe. Demandons au Seigneur le repos pour son âme et la résurrection aux 'âmes mortes' que nous sommes' ".

Sur notre plateforme de discussion, l'article sur le potentiel missionnaire de l'œuvre de Gogol est à ce jour le plus commenté et un des plus consultés. Il faut donc croire que Gogol a des choses à partager avec les chrétiens d'aujourd'hui.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Mars 2009 à 17:03 | 1 commentaire | Permalien

L'archevêque grec en Amérique compare Barack Obama à Alexandre le Grand
L'archevêque Dimitri qui est à la tête de l'archidiocèse du patriarcat de Constantinople en Amérique du Nord, a rencontré le 25 mars à la Maison Blanche Barack Obama. Dans un compte-rendu de la rencontre qui a eu lieu à l'occasion de la fête nationale de la Grèce, l'agence Associated Press signale que Mgr Dimitri a comparé le président américain à Alexandre le Grand et l'a appelé à résoudre les problèmes actuels du pays comme Alexandre le Grand avait su défaire le nœud gordien.

En réponse aux paroles de l'archevêque, Barack Obama a répondu qu'il raconterait cette comparaison flatteuse à sa femme: "On verra si mon autorité à la maison en grandira. Elle sait que le chef à la maison, c'est elle".

Par ailleurs, Mgr Dimitri a rappelé au président des États-Unis le différend entre la Grèce et la République de Macédoine. L'État grec refuse en effet que son voisin porte cette dénomination qui est celle d'une région grecque et propose que le pays s'appelle plutôt "ex-République yougoslave de Macédoine". En avril 2008, la Grèce a même mis son veto à l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Mars 2009 à 16:51 | 2 commentaires | Permalien

Aujourd'hui, cela fait dix jours que ce blog collectif "Parlons d'orthodoxie" s'est ouvert. Le nombre d'articles a atteint 65, tandis que celui des commentaires a dépassé la centaine. Le moment est venu de faire un premier bilan.

Vos réactions nous sont importantes pour savoir ce qui doit être amélioré. Quel genre d'information faut-il augmenter? Y a-t-il des choses qui n'ont pas d'intérêt ou de lieu d'être sur cette plateforme de discussion?

Il est heureux de voir que le site est lu dans des pays très différents. Par ordre de décroissance: France, Belgique, Allemagne, Italie, Canada, Suisse, Russie, États-Unis, Espagne, Luxembourg, Pays-Bas, Ukraine, Estonie, Japon, Grande-Bretagne, Liban, Roumanie, Grèce et Brésil.

Espérons que ce soit vraiment, comme on dit dans nos contrées, ad maiorem Dei gloriam.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 25 Mars 2009 à 17:03 | 16 commentaires | Permalien

Le compte rendu proposé dans La Croix du discours du président de la République française à Saint-Quentin, attire l'attention sur l'appel à la responsabilité morale. Voir aussi cet article du Figaro, "Sarkozy prône une éthique du 'capitalisme' "

Nicolas Sarkozy a enfoncé le clou en estimant qu’un dirigeant qui a mis son entreprise en difficulté ne doit pas partir avec un parachute doré : « ce n’est pas responsable, pas honnête ». Poursuivant : « Je voudrais que chacun comprenne qu’il ne peut y avoir d’économie sans morale, que lorsque l’on est patron on a le devoir d’être exemplaire, que ce devoir d’exemplarité est encore plus grand en temps de crise. Il ne doit plus y avoir de parachutes dorés, il ne doit plus y avoir de bonus, de distribution d’actions gratuites ou de stock-option dans une entreprise qui reçoit une aide de l’État, qui met en œuvre un plan social d’ampleur ou qui recourt massivement au chômage partiel. »

Nicolas Sarkozy a appelé à un plus grand partage de la valeur, sujet confié aux partenaires sociaux, précisant que si aucun progrès n’était accompli d’ici là, il demanderait au gouvernement de déposer un projet de loi. Assurant aussi : « Je n’accepterai pas qu’une entreprise qui fait des milliards de bénéfices ne se pose pas la question d’en distribuer une partie à ses salariés. »


Les Églises, elles aussi, clament depuis longtemps qu'il "ne peut y avoir d'économie sans morale". Il y a trois mois, le métropolite Cyrille (actuel patriarche de Moscou) disait dans une interview (publiée en français dans le numéro 12 du Messager de l'Église orthodoxe russe): "L'économie sans éthique n'est plus une économie au sens propre du terme". Et "l'économie ne peut être efficace si elle n'est pas fondée sur la justice sociale et la responsabilité personnelle".

Est-ce que cette crise va faire évoluer l'économie mondiale vers une plus grande responsabilité éthique?
Rédigé par l'équipe de rédaction le 25 Mars 2009 à 15:54 | 1 commentaire | Permalien

Le premier ministre bulgare exprime le soutien du gouvernement à l'Eglise orthodoxe canonique
Le site de l'Église orthodoxe bulgare publie un compte rendu de la rencontre le 23 mars entre le patriarche Maxime de Bulgarie et le premier ministre Sergueï Stanichev, un socialiste.

Selon le site bulgare, cette rencontre "a démontré le soutien de l'État et du gouvernement bulgares à l'Église orthodoxe canonique après la décision de la Cour européenne à la défense des droits de l'homme Strasbourg, partiellement favorable aux schismatiques".

A l'issue de cette rencontre, le premier ministre a déclaré aux journalistes qu'il n'y a qu'une seule Église orthodoxe en Bulgarie. "C'est avec beaucoup d'inquiétude que j'ai perçu la décision du tribunal de Strasbourg", a-t-il avoué. S. Stanichev a rappelé également que l'Église orthodoxe est une partie inséparable de l'identité bulgare et que c'est grâce à elle que le peuple bulgare a préservé son unité.

Pouvons-nous rêver qu'un jour, les autorités françaises reconnaissent, elles aussi, le rôle de l'Église catholique et du christianisme en général dans le formation de l'identité française et européenne ?
Rédigé par l'équipe de rédaction le 25 Mars 2009 à 12:52 | 21 commentaires | Permalien



Recherche

Sondage
Combien de fois par jour priez-vous?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile