Le slogan "Dieu n'existe pas" banni des bus allemands

LE MONDE | 02.04.09 |


"Dieu (selon toute vraisemblance) n'existe pas." Plaqué sur les flancs de trois autobus, le slogan aurait dû circuler pendant trois mois dans les rues de Berlin. Objectif : faire de la capitale allemande le nouveau point de chute de la vaste campagne de publicité lancée par un collectif d'athées, début janvier, en Grande-Bretagne. Celle-ci a déjà essaimé avec succès au Canada, en Australie, en Italie et en Espagne (Le Monde du 15 janvier).

Pourtant, malgré plus de 20 000 euros de dons, rassemblés en quelques jours de collecte, l'initiative "Buskampagne" est au point mort en Allemagne. La régie des transports berlinois (BVG) n'a pas voulu délivrer d'autorisation. Les militants athées ont bien imaginé diffuser leur message sur les autobus d'autres grandes villes du pays. Peine perdue. Munich, Brême, Leipzig, Stuttgart, Dresde, Potsdam, Hambourg... Dans toutes ces municipalités, les refus tombent, les uns après les autres.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 3 Avril 2009 à 13:26 | 7 commentaires | Permalien

Les différentes Églises chrétiennes de Biélorussie sont engagées ensemble dans la lutte contre le SIDA dans le cadre d'une mission interchrétienne "Le service social chrétien". Cette mission œcuménique réunit des représentants de l'Église orthodoxe, de l'Église catholique et des baptistes. Le 31 mars, les responsables de la mission ont rencontré le directeur régional de l'UNAIDS (ONUSIDA), programme de lutte contre le VIH de l'Organisation des Nations Unies.

Ensemble, ils ont fait part de leurs soucis aux représentants de l'UNAIDS. Dans un déclaration, signée par les représentants des trois Églises, ils déplorent notamment le fait qu'en Biélorussie, "les actions dans la prévention de l'épidémie du SIDA ne concernent que la capitale et les grands centres régionaux. La campagne reste sans aucun soutien dans ce domaine, alors qu'elle doit être une des priorités".

Les chrétiens biélorusses se disent sceptiques sur le sens du préservatif: "La distribution des préservatifs comme moyen de prévention du VIH/SIDA est douteuse, parce que, tout en aidant à éviter la contamination, elle véhicule l'idée que les rapports extra-conjugaux seraient une norme admise. Alors que ce sont de tels rapports qui sont le vrai facteur de risque".
Rédigé par l'équipe de rédaction le 2 Avril 2009 à 12:20 | 0 commentaire | Permalien

Nouveau président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou
Le Saint-Synode de l'Église orthodoxe russe a nommé le 31 mars 2009 Mgr Hilarion (Alfeyev) nouveau président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou. Il devient de ce fait membre permanent du Saint-Synode. Mgr Hilarion était jusqu'à présent ordinaire des diocèses orthodoxes russes en Autriche et en Hongrie et représentant du patriarcat de Moscou près les institutions européennes à Bruxelles. Mgr Hilarion sera le membre permanent le plus jeune du Saint-Synode !

Le père Nicolas Balachov et le père Georges Riabykh ont été nommés vice-présidents du département des relations extérieures. Le père N. Balachov était secrétaire du département aux relations avec les autres Églises orthodoxes. Il continuera à coordonner ces relations dans sa nouvelle qualité. Le père Georges Riabykh était secrétaire du département aux relations avec la société civile. Désormais, il sera chargé des rapports avec les organisations internationales et les associations publiques à l'étranger et non plus sur le territoire canonique du patriarcat de Moscou.

Le département des relations extérieures ne s'occupera plus des établissements du patriarcat de Moscou à l'étranger, ni des contacts avec les autorités civiles et la société dans les pays de l'ex-URSS. Ses principaux domaines seront donc les relations avec les autres Églises orthodoxes, les autres Églises chrétiennes et les organisations internationales.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 31 Mars 2009 à 15:00 | 9 commentaires | Permalien

Le Saint-Synode du patriarcat de Moscou crée un département "Eglise et Société"
Le Saint-Synode du patriarcat de Moscou, réuni le 31 mars 2009 pour la première fois depuis l'élection du nouveau patriarche de Moscou, a décidé de créer un département synodal "Église et Société". La décision a été formulée de la façon suivante:

"Compte tenu de la nécessité de développer, de perfectionner et de systématiser le dialogue de l'Église et de la société, il est décidé de créer un département synodal pour les relations entre l'Église et la société. Il est confié à ce département de faire le lien avec les organes du pouvoir législatif, les partis politiques, les associations professionnelles et artistiques et les autres institutions de la société civile sur le territoire canonique du patriarcat de Moscou".

Le père Vsévolod Tchapline est nommé premier président de ce nouveau département. Il était jusqu'à présent vice-président du département des relations extérieures.

Ainsi, la réforme du département des relations extérieures a bel et bien commencé. En effet, jusqu'à présent, les rapports avec la société civile étaient un des devoirs de ce département que l'actuel patriarche de Moscou a présidé pendant plus de vingt ans avant d'être élu primat de l'Église russe.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 31 Mars 2009 à 14:15 | 0 commentaire | Permalien

Mgr Paolo Pezzi, archevêque catholique à Moscou, a déclaré son intention de se rendre à Valaam, un des lieux monastiques orthodoxes les plus célèbres de Russie. Mgr Pezzi se trouvait au moment de cette déclaration à Petrozavodsk, en Carélie, où il a rencontré l'archevêque orthodoxe de la ville, Mgr Manuel, et le ministre local de la politique nationale et des rapports avec les organisations religieuses A. Manine.

L'archevêque catholique a célébré la messe dans l'église catholique de Pétrozavodsk et rendu visite à l'hôpital aux paroissiens malades.

Ce n'est pas la première fois que Mgr Pezzi qui, il y a deux ans, a succédé à Mgr Tadeusz Kodrusiewicz, se rendait en Carélie. Il a déjà visité les îles Kiji et Solovki.
Rédigé par l'équipe rédaction le 31 Mars 2009 à 13:10 | 0 commentaire | Permalien

Le patriarche Cyrille de Moscou ira à Kiev le 27 juillet, pour la fête de saint Vladimir. Le patriarche avait promis, il y a quelques semaines, que ce serait son premier voyage en dehors de la Russie.

La date de ce voyage attendu a été décidée à la rencontre entre le patriarche Cyrille et le métropolite Vladimir de Kiev le mardi 31 mars, juste avant la réunion du Saint-Synode du patriarcat de Moscou.

Saint Vladimir est fêté dans l'Église orthodoxe le 28 juillet (15 juillet).
Rédigé par l'équipe de rédaction le 31 Mars 2009 à 11:55 | 0 commentaire | Permalien

Le catholicos de Géorgie: "La situation dans le pays s'approche de la ligne critique"
Dans son homélie de dimanche à la cathédrale Saint-Trinité de Tbilissi, le patriarche et catholicos Élie II de Géorgie a appelé le pouvoir et l'opposition à renoncer à tout usage de la force et à chercher paisiblement des issues à la crise politique.

"La situation dans le pays est tellement tendue qu'elle s'approche de la ligne critique, a affirmé le catholicos. J'appelle aussi bien le pouvoir que l'opposition à ne pas recourir aux méthodes de force, mais au contraire, à faire, pour le bien du pays, de tels pas qui permettront de détendre l'atmosphère et à régler dans la paix les problèmes actuels".

Le patriarche a demandé à la société civile de faire preuve de sagesse et de garder le calme. Ces derniers temps, on a vu s'accroître le rôle du primat de l'Église orthodoxe de Géorgie dans la société géorgienne. Espérons que son appel sera entendu cette fois-ci également.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 30 Mars 2009 à 12:22 | 1 commentaire | Permalien

Le 31 mars prochain, le Saint-Synode de l'Église orthodoxe russe se réunira pour la première fois depuis l'élection du patriarche Cyrille: le site du service de presse du patriarcat l'a annoncé aujourd'hui, confirmant les rumeurs qui circulaient depuis quelques jours.

Cette réunion est très attendue dans le patriarcat de Moscou et au-delà. Devenant patriarche, Mgr Cyrille a laissé vacante la présidence du département des relations extérieures. L'évêque Marc d'Egoriev, auxiliaire de Moscou, en assure la charge par intérim. Les candidats à ce poste important ne manquent pas: certains parmi les anciens vice-présidents du département sont aujourd'hui évêques en Europe et en Russie. Il faut souligner que, selon les statuts actuels, le président du département est membre permanent du Saint-Synode...

De même, le chancelier du patriarcat sera-t-il remplacé ? En effet, le métropolite Clément de Kalouga fut le second candidat au siège patriarcal. D'autre part, en règle générale, le nouveau patriarcat signifie nouvelle chancellerie.

Il ne reste plus que quelques jours à attendre pour voir de quelle façon toutes ces questions seront résolues.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 27 Mars 2009 à 12:10 | 1 commentaire | Permalien

Le métropolite de Kiev a célébré un office à la mémoire de Nicolas Gogol
A l'occasion du bicentenaire de la naissance de Nicolas Gogol, le métropolite Vladimir de Kiev a célébré à sa mémoire un office des défunts à la laure des Grottes. "Nicolas Gogol fut une personnalité extraordinaire et très talentueuse, a affirmé Mgr Vladimir, c'était un homme profondément croyant, issu d'une famille attachée à la foi orthodoxe. Demandons au Seigneur le repos pour son âme et la résurrection aux 'âmes mortes' que nous sommes' ".

Sur notre plateforme de discussion, l'article sur le potentiel missionnaire de l'œuvre de Gogol est à ce jour le plus commenté et un des plus consultés. Il faut donc croire que Gogol a des choses à partager avec les chrétiens d'aujourd'hui.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Mars 2009 à 17:03 | 1 commentaire | Permalien

L'archevêque grec en Amérique compare Barack Obama à Alexandre le Grand
L'archevêque Dimitri qui est à la tête de l'archidiocèse du patriarcat de Constantinople en Amérique du Nord, a rencontré le 25 mars à la Maison Blanche Barack Obama. Dans un compte-rendu de la rencontre qui a eu lieu à l'occasion de la fête nationale de la Grèce, l'agence Associated Press signale que Mgr Dimitri a comparé le président américain à Alexandre le Grand et l'a appelé à résoudre les problèmes actuels du pays comme Alexandre le Grand avait su défaire le nœud gordien.

En réponse aux paroles de l'archevêque, Barack Obama a répondu qu'il raconterait cette comparaison flatteuse à sa femme: "On verra si mon autorité à la maison en grandira. Elle sait que le chef à la maison, c'est elle".

Par ailleurs, Mgr Dimitri a rappelé au président des États-Unis le différend entre la Grèce et la République de Macédoine. L'État grec refuse en effet que son voisin porte cette dénomination qui est celle d'une région grecque et propose que le pays s'appelle plutôt "ex-République yougoslave de Macédoine". En avril 2008, la Grèce a même mis son veto à l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Mars 2009 à 16:51 | 2 commentaires | Permalien

Aujourd'hui, cela fait dix jours que ce blog collectif "Parlons d'orthodoxie" s'est ouvert. Le nombre d'articles a atteint 65, tandis que celui des commentaires a dépassé la centaine. Le moment est venu de faire un premier bilan.

Vos réactions nous sont importantes pour savoir ce qui doit être amélioré. Quel genre d'information faut-il augmenter? Y a-t-il des choses qui n'ont pas d'intérêt ou de lieu d'être sur cette plateforme de discussion?

Il est heureux de voir que le site est lu dans des pays très différents. Par ordre de décroissance: France, Belgique, Allemagne, Italie, Canada, Suisse, Russie, États-Unis, Espagne, Luxembourg, Pays-Bas, Ukraine, Estonie, Japon, Grande-Bretagne, Liban, Roumanie, Grèce et Brésil.

Espérons que ce soit vraiment, comme on dit dans nos contrées, ad maiorem Dei gloriam.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 25 Mars 2009 à 17:03 | 16 commentaires | Permalien

Le premier ministre bulgare exprime le soutien du gouvernement à l'Eglise orthodoxe canonique
Le site de l'Église orthodoxe bulgare publie un compte rendu de la rencontre le 23 mars entre le patriarche Maxime de Bulgarie et le premier ministre Sergueï Stanichev, un socialiste.

Selon le site bulgare, cette rencontre "a démontré le soutien de l'État et du gouvernement bulgares à l'Église orthodoxe canonique après la décision de la Cour européenne à la défense des droits de l'homme Strasbourg, partiellement favorable aux schismatiques".

A l'issue de cette rencontre, le premier ministre a déclaré aux journalistes qu'il n'y a qu'une seule Église orthodoxe en Bulgarie. "C'est avec beaucoup d'inquiétude que j'ai perçu la décision du tribunal de Strasbourg", a-t-il avoué. S. Stanichev a rappelé également que l'Église orthodoxe est une partie inséparable de l'identité bulgare et que c'est grâce à elle que le peuple bulgare a préservé son unité.

Pouvons-nous rêver qu'un jour, les autorités françaises reconnaissent, elles aussi, le rôle de l'Église catholique et du christianisme en général dans le formation de l'identité française et européenne ?
Rédigé par l'équipe de rédaction le 25 Mars 2009 à 12:52 | 21 commentaires | Permalien

Patriarche Cyrille: "La crise n'est pas seulement un mal, c'est aussi une bénédiction"
A la conférence de presse à Kaliningrad, après la célébration de la liturgie le dimanche 22 mars, le patriarche Cyrille de Moscou a abordé plusieurs questions dont celle des conséquences de la crise économique pour l'activité de l'Église orthodoxe. Selon le patriarche, l'Église russe n'a pas encore subi toutes les conséquences de la crise, mais il reconnait qu'il faudra réduire le financement de certains projets. Cependant, dit-il, l'Église en Russie est habituée à supporter des difficultés et des privations bien plus importantes que l'actuelle crise.

"La crise n'est pas seulement un mal, c'est aussi une bénédiction, affirme le patriarche Cyrille. C'est une occasion de réexaminer nos valeurs, elle nous fait réfléchir." Le patriarche est convaincu que la crise aidera les hommes à accorder plus d'importance à leur travail: "Nous devons apprendre à bien travailler pour ne pas être licenciés". "Ce sont des paroles dures, a-t-il avoué, mais il faut le dire et l'Église en a le droit, parce que cela concerne aussi la vie spirituelle des gens".
Rédigé par l'équipe de rédaction le 24 Mars 2009 à 11:44 | 1 commentaire | Permalien | Trackbacks (0)

Hier soir aux infos un jeune catholique qui venait d’être tabassé sur le parvis de Notre-Dame (rixe pro et contre préservatifs) par un militant communiste : « Je savais que le parti communiste existait encore mais je ne soupçonnais pas qu’il disposait d’une telle force de nuisance ! »

Rappelons que le texte fondateur qu’est « Le manifeste communiste » préconisait « la communauté des femmes et des enfants ». Il est vrai que le V.I.H. n’avait pas encore été détecté.

Voila quelqu’un qui n’a manifestement pas lu « Le sens et les racines du communisme russe » de Nicolas Berdiaev ainsi que « La nature du totalitarisme » d’Hanna Arendt. Ce jeune homme aurait compris grâces à ses ouvrages qu’il avait toutes les chances de se faire à nouveau tabasser dans encore mille ans. En effet, le communisme est éternel: le rêve d’installer le paradis sur terre, équitable, égalitaire, délivré du mal est vivace et renouvelable. Ses origines sont vétérotestamentaires.
N.K.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 23 Mars 2009 à 09:16 | 2 commentaires | Permalien

Mgr Innocent considère qu'il "n'est pas convenable d'instrumentaliser le dialogue entre les Eglises"
Dans l'interview récente accordée au Messager et au site de l'Église orthodoxe russe en France, l'archevêque Innocent de Chersonèse aborde l'élection du patriarche Cyrille de Moscou, les défis des communautés orthodoxes russes en France et le dialogue avec les autres juridictions orthodoxes, ainsi qu'avec l'Église catholique.

Selon l'archevêque, le diocèse de Chersonèse qui a la charge pastorale des communautés orthodoxes russes en France "a vocation à être un pont entre les chrétiens de France et ceux de Russie. Vivant en France, nous devons toujours avoir à l’esprit le rôle particulier qu’a l’Église catholique romaine dans ce pays. Nous sommes heureux d’entretenir de bonnes et fraternelles relations entre le diocèse de Chersonèse et l’Église catholique qui est en France. La visite du patriarche Alexis à Paris en 2007 et celle du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, à Moscou en 2008, ont été des moments historiques qui ont renforcé nos liens."

"Je pense, ajoute Mgr Innocent, que toutes les Églises orthodoxes représentées en France seront d’accord avec moi pour dire qu’il faut déployer des efforts permanents afin que règne entre les chrétiens de France une plus grande confiance et une sincère bienveillance. Chaque Église orthodoxe, étant par définition indépendante et autonome, doit, me semble-t-il, travailler activement dans cette direction, parce que c’est important pour tous les chrétiens de France."

De même, l'archevêque insiste sur le fait qu' "aucune des Églises orthodoxes ne doit prétendre à un monopole ou à une suprématie dans les contacts et le dialogue avec l’Église catholique romaine, les autres Églises chrétiennes et les institutions publiques françaises. Il est tout à fait inacceptable qu’une Église orthodoxe, recherchant ce monopole, fasse pression, par l’intermédiaire de ses hauts représentants, sur les membres de l’Église catholique et de la société civile qui œuvrent au développement des contacts avec l’Église orthodoxe russe. Nous sommes profondément chagrinés par de tels agissements, car il n’est pas convenable d’instrumentaliser le dialogue entre les Églises au profit d’une seule juridiction orthodoxe. Il convient plutôt d’unir les efforts de tous les chrétiens face aux défis actuels communs et de se soutenir mutuellement."
Rédigé par l'équipe de rédaction le 22 Mars 2009 à 21:20 | 22 commentaires | Permalien | Trackbacks (0)

Je viens d’apprendre sur le site de l’Église catholique de France que la Conférence des évêques de France a approuvé la nomination pour trois ans de Frère Franck Lemaitre à la direction du Service pour l’unité des chrétiens.

Il remplacera dans cette mission le père Michel Mallèvre qui avait auparavant tenu ce poste pendant six ans. C’est vers la fin du mandat du père Mallèvre que se situe la visite en France du défunt patriarche Alexis II. Peut-on surestimer l’importance de cette visite pour toute l’Europe chrétienne ? Certes non, il s’agit d’un évènement qui, comme disent les Allemands, « a fait époque ». Or, le père Mallèvre ne s’est pas beaucoup impliqué pour faciliter et organiser le voyage du patriarche. Le souhaitait-il vraiment ?

N’oublions pas, toutefois, de nous réjouir de la visite de Mgr Maurice Gardès, président du Conseil pour l’unité des chrétiens, à Moscou, ceci pour préparer le voyage d’Alexis II en France.

Le séjour du défunt patriarche nous a laissé à tous des souvenirs inoubliables : allocution à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, prières communes devant la Couronne d’épines dans la cathédrale Notre Dame de Paris, office des défunts au cimetière orthodoxe de Sainte Geneviève des Bois, audience très constructive et amicale chez le Président de la République. A cette occasion le patriarche a pu fraternellement s’entretenir avec le cardinal Roger Etchegarray, son vieil ami.

Les relations entre les orthodoxes russes et les catholiques de France se sont resserrées, un tournant radical vers le mieux a été pris, bien des choses restent encore à accomplir.
Rédigé par Nikita Krivochéine le 21 Mars 2009 à 21:52 | 17 commentaires | Permalien

Patriarche Barthélemy: Chiara Lubich a été un don pour les orthodoxes comme pour les catholiques
L'agence de presse Zenit cite les propos du patriarche Barthélemy de Constantinople sur Chiara Lubich, la fondatrice du mouvement des Focolari. Selon le patriarche, elle fut un "don non seulement pour l'Église de Rome, dont elle fut une fille fidèle et active, mais aussi pour notre Église de Constantinople".

Le patriarche Barthélemy lui a dédié son homélie à la fin de l'office des vêpres le 22 mars, premier anniversaire de la mort de Chiara Lubich. L'office était célébré dans l'église de la Mère de Dieu à Belgrad Kapi à Istanbul. Une délégation catholique venue de Rome y participait. "Aujourd'hui, nous ne sommes pas en deuil, mais dans la joie, a déclaré le patriarche, se souvenant "de la force désarmante et persuasive du sourire" de Chiara Lubich.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 20 Mars 2009 à 16:31 | 1 commentaire | Permalien | Trackbacks (0)

Le site du diocèse de Chersonèse publie le commentaire du père Vsévolod Tchapline, vice-président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, sur les propos du pape Benoît XVI au sujet des moyens de lutte contre le SIDA:

"Il est faux de considérer les préservatifs comme un moyen d'enrayer la propagation du SIDA", a déclaré le 20 mars l'archiprêtre Vsévolod Tchapline, vice-président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, commentant la polémique suscitée par les propos du pape de Rome en voyage en Afrique. Selon le père Tchapline, ce ne sont pas les moyens extérieurs de contraception qui peuvent diminuer la propagation du SIDA, mais une éducation juste et un mode de vie raisonnable.

"Si une personne mène une vie peccamineuse, débauchée, se drogue, n'a pas de sens ni de modération dans son existence, elle périra de toute façon d'une maladie ou d'une autre. Aucun préservatif et aucun médicament ne pourront l'en sauver". Selon le père Tchapline, "la propagation du SIDA ne peut être arrêtée que par une éducation éthique de la population concernée et non par le recours aux préservatifs".
Rédigé par l'équipe de rédaction le 20 Mars 2009 à 11:35 | 6 commentaires | Permalien | Trackbacks (0)

Un archevêque russe adresse un message aux pasteurs protestants de sa région
L'archevêque Zosime d'Elista et de Kalmykie (république autonome faisant partie de la Fédération de Russie), préoccupé par "les sentiments anti-orthodoxes" qui règnent, selon lui, dans les communautés protestantes de sa région, a adressé un message aux pasteurs responsables de ces communautés.

"Pour aider les protestants de Kalmykie à dépasser les stéréotypes négatifs au sujet de la foi orthodoxe", l'archevêque les invite à s'associer à un cycle de conférences que le diocèse d'Elista organise ce printemps avec la participation de théologiens, historiens et missionnaires venus de différentes villes de Russie. "Si vous cherchez sincèrement la vérité, écrit Mgr Zosime, si vous voulez être honnêtes envers vous-mêmes, nous vous invitons à rencontrer les théologiens orthodoxes et à étudier en toute fraternité les questions de foi qui vous intéressent".

Selon Mgr Zosime, "après la chute de l'Union soviétique, des milliers de prédicateurs étrangers ont afflué en Russie, cherchant à y ériger leurs 'églises'. Le succès de leur mission était en grande partie dû à l'absence de connaissances religieuses positives chez la plupart des citoyens de l'Etat athée... La critique de la foi orthodoxe et non la proclamation du Christ fut le coeur du message de certains de ces missionnaires."
Rédigé par l'équipe de rédaction le 19 Mars 2009 à 15:33 | 0 commentaire | Permalien | Trackbacks (0)

C'est peut-être trop idéaliste et difficile à imaginer à notre époque, mais l'Eglise orthodoxe, elle aussi, considère que l'amour chaste et pur est le plus sûr moyen de mettre l'homme à l'abri de toute sorte de maladies sexuellement transmissibles. Ce n'est pas le préservatif qui nous délivre de la mort, mais la maîtrise de nos pulsions et une éducation sexuelle responsable. C'est du reste la leçon du Carême que nous vivons ces jours-ci.

Voilà ce que les Fondements de la doctrine sociale de l'Eglise orthodoxe russe au sujet de l'amour que l'Eglise professe (ch. X, 6):

"Le corps humain est une merveilleuse création de Dieu, appelée à devenir temple de l’Esprit Saint . En condamnant la pornographie et la fornication, l’Église est loin d’appeler au dédain du corps et de la proximité sexuelle en tant que tels, car les rapports charnels de l’homme et de la femme sont bénis par Dieu dans le mariage, où ils deviennent source de la continuité du genre humain et expression de l’amour chaste, de la communion totale, « de la communauté des âmes et des corps » des époux, ce pour quoi l’Église prie dans le rite du couronnement nuptial .

C’est, au contraire, la réduction de ces relations pures et dignes, selon le dessein du Seigneur, et du corps humain lui-même, à l’état d’objet d’exploitation humiliante et de commerce destiné à une satisfaction égoïste, impersonnelle, corrompue et dénuée de tout amour, qui mérite d’être condamnée. Pour cette même raison, l’Église condamne invariablement la prostitution et la propagande de l’amour prétendument « libre », qui séparent totalement la proximité physique de la communion spirituelle et personnelle, de l’offrande de soi et de la responsabilité de l’un pour l’autre, qui sont possibles seulement dans la fidélité conjugale tout au long de la vie
."
Rédigé par l'équipe de rédaction le 19 Mars 2009 à 09:21 | 10 commentaires | Permalien | Trackbacks (0)



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile