Le Saint Synode de l'Eglise russe des 25-26 décembre 2013 a adopté le document "Du baptême des enfants nés de mères porteuses" ICI Ce baptême ne sera possible qu'après la confession de ce pêché par les parents et avec l'accord de l'évêque.

Le document souligne que cette méthode reproductive est inacceptable aux yeux de l'Eglise. Le concept de "mère porteuse" est appelé en russe «суррогатное материнство», qui se traduirait par "ersatz de maternité", ce qui permet au Synode de souligner combien cette dénomination souligne le côté dénaturé de ce moyen qui avilit la dignité humaine de la femme et sa noble vocation de mère, car son corps n'est plus considéré que comme une sorte d'incubateur, une machine.

Le Synode rappelle que l'enfant n'est pas responsable d'être né grâce à un procédé reprouvé par l'Eglise; il peut donc être baptisé selon la foi de ses parents et parrains. Mais, souligne le document, «Si les parents ne confessent pas expressément leur acte, et les parrains se montrent de fait d'accord avec cet acte peccamineux, il ne peut plus être question d’éducation chrétienne de l'enfant. Le refus de baptiser l'enfant correspond alors à la tradition orthodoxe prévoyant l'adhésion à la doctrine de l'Église du baptisé ou de ses parents et parrains quand il s'agit d'un enfant. Un tel refus aura également une signification pastorale, puisque la société reçoit alors clairement le signal de l'Église que la pratique des mères porteuses est inacceptable du point de vue chrétien».

Si les parents ne confessent pas leur acte il y lieu de reporter le baptême jusqu'à ce qu'ils changent d’attitude ou jusqu'à ce que l'enfant soit en âge de choisir lui-même sa foi. Cette décision souligne que l'Eglise considère le baptême comme un acte conscient de la part du baptisé ou des personnes qui en répondent, a commenté Vladimir Legoïda, responsable du Département synodal de l’information.

Le baptême d'un enfant né de mère porteuse doit se faire conformément aux instruction de l'évêque du lieu et un prêtre qui s'en dispenserait tomberait sous le coup de sanctions canoniques. La seule exception est constitué par le danger de mort: dans ce cas le sacrément est donné sans considération des circonstances de la naissance de l'enfant.

Source: PRAVMIR
Traduction pour "PO" V.G.

***
Extrait de la décision du Saint Synode : « Le Synode a promulgué une déclaration concernant le baptême des enfants nés des mères-porteuses, usage qui est aujourd'hui autorisé en Russie. Il y est recommandé de ne procéder au baptême de ces enfants qu'à l'âge raisonnable où ils peuvent prendre et assumer eux-mêmes les engagements baptismaux devant Dieu. Ils peuvent aussi recevoir les sacrements de l'initiation en bas-âge à condition que leurs parents fassent acte de conversion et s'engagent à élever leur enfant dans la foi chrétienne et en obéissance à la parole de l'Évangile. Le document rappelle que "tout enfant peut être baptisé sur la foi de ceux qui demandent ce sacrement pour lui. Un enfant n'est pas responsable des actes de ses parents et n'est pas coupable du fait que sa venue au monde résulte des technologies reproductives condamnées par l'Église".


Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Janvier 2014 à 23:10 | 11 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile