Chrétiens de Chine
Le christianisme en Chine, état des lieux et perspectives

On ne dispose d’aucune indication précise sur le nombre de chrétiens vivant en Chine, car beaucoup fréquentent des maisons de prière clandestines. Rodney STARK, l’auteur de L’Étoile du levant, chrétiens de Chine considère que le nombre de Chinois pratiquant une religion chrétienne dépasse les 100 millions et croît de 7 % par an. Cette croissance est en grande partie déduite de l’étude des réseaux sociaux.

Le Pew Research Center estime le nombre de chrétiens en Chine à 67 millions, dont 58 millions de protestants et 9 millions de catholiques.

Selon R. Stark, à ce rythme de croissance, en 2020 le nombre de chrétiens en Chine pourrait atteindre 150 millions, et en 2040 — 579 millions. D’autres chercheurs estiment que cette croissance va se réduire et que le nombre de chrétiens va se stabiliser. Toutefois, tous les spécialistes s’accordent à reconnaître que la croissance massive du nombre de chrétiens est due à la mort de Mao Zedong (1976).

« Une masse de Chinois se sont tournés vers le christianisme par déception et insatisfaction de leur vie, selon Phil ENTWISTLE, chercheur au centre d’étude de la Chine de l’Institut Mercator (Berlin. On sent un vide moral réel, on sent que la Chine se trompe de voie. Cela conduit à ce que les gens se posent de sérieuses questions. Certains cherchent l’union qu’ils ne peuvent trouver nulle part ailleurs et ce phénomène s’observe surtout dans les classes cultivées. »

Les chrétiens chinois qui fréquentent les maisons de prière clandestines considèrent que la conférence organisée par l’Institut des religions du monde de Pékin est une tentative du « parti marxiste antireligieu de soumettre et d’émasculer le mouvement chrétien en plein essor. On peut considérer cette conférence comme une tentative de ‘poutinisation’ du christianisme en Chine, comme une volonté d’inclure l’église dans l’ordre du jour actuel du gouvernement » (Phil Entwistle).

Scott PACEY, de l’École d’études chinoises contemporaines de l’université de Nottingham, considère que cette conférence est un nouveau pas du pouvoir chinois pour une régularisation plus efficace des processus religieux dans le pays et n’a pas pour but de contrôler le mouvement chrétien : « Il y a en Chine une certaine liberté de conscience, mais dans un cadre très précis. Le Parti communiste considère les idéologies concurrentes comme une menace et que certains de leurs aspects doivent être contrôlés. » S. Pacey estime que fondamentalement les officiels de Pékin craignent, en ce qui concerne le christianisme, un renforcement de l’influence étrangère et que les Chinois se mettent à comparer les valeurs chrétiennes à celles du gouvernement qui sont patriotisme, fidélité au parti, respect de la loi et soutien à la politique de construction de l’état.

Les chrétiens chinois qui fréquentent les maisons de prière clandestines considèrent que la conférence organisée par l’Institut des religions du monde de Pékin est une tentative du « parti marxiste antireligieu de soumettre et d’émasculer le mouvement chrétien en plein essor. On peut considérer cette conférence comme une tentative de ‘poutinisation’ du christianisme en Chine, comme une volonté d’inclure l’église dans l’ordre du jour actuel du gouvernement » (Phil Entwistle).

Lire aussi Les chrétiens persécutés en Chine

Scott PACEY, de l’École d’études chinoises contemporaines de l’université de Nottingham, considère que cette conférence est un nouveau pas du pouvoir chinois pour une régularisation plus efficace des processus religieux dans le pays et n’a pas pour but de contrôler le mouvement chrétien : « Il y a en Chine une certaine liberté de conscience, mais dans un cadre très précis. Le Parti communiste considère les idéologies concurrentes comme une menace et que certains de leurs aspects doivent être contrôlés. » S. Pacey estime que fondamentalement les officiels de Pékin craignent, en ce qui concerne le christianisme, un renforcement de l’influence étrangère et que les Chinois se mettent à comparer les valeurs chrétiennes à celles du gouvernement qui sont patriotisme, fidélité au parti, respect de la loi et soutien à la politique de construction de l’état.

Le christianisme est-il un danger pour la Chine communiste ? Ce qu’en pensent les experts.

Le nombre toujours croissant de chrétiens, l’influence et l’importance internationale du christianisme obligent Pékin à y prêter toujours plus d’attention.

« Du point de vue des plus hautes autorités il est possible que les chrétiens représentent un danger particulier car ils sont le groupe civil le plus conséquent dans la société chinoise, ils sont de plus en plus unis et donc si leurs libertés devaient être de plus en plus réduites, ils seraient plus aptes à se mobiliser » (Terry Halliday).

Mais, selon Rana MITTER, professeur d’histoire et de politique de la Chine à l’université d’Oxford, le christianisme ne semble guère pouvoir devenir une « confession révolutionnaire ». On peut être et chrétien et soutenir le Parti communiste, l’un n’exclut pas l’autre. « Le christianisme ne vise pas à renverser le système, mais il [permet] de combler un vide [spirituel]. Je serais surpris que la foi chrétienne soit source d’importants bouleversements sociaux. »

Lien RUBLEV В Китае пройдет секретная конференция, посвященная росту христианства в стране
Traduction "PO"
Chrétiens de Chine

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Décembre 2015 à 14:37 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile