V.G.

La proximité entre Coptes, l'Eglise la plus nombreuse des "Chrétiens Orientaux" séparés depuis le IVème siècle, et Orthodoxes a été montrés au cours d'un débat précédant (commentaires 4 & 8 en particulier). De plus les Coptes sont en premières ligne dans les attaques contre la Chrétienté et leur avenir nous concerne donc directement. Le site chrétien d'actualité "La Vie " (1) publie les portraits des trois favoris pour l'élection du prochain pape d'Alexandrie dont les différences me semblent très importantes pour l'avenir de cette Eglise-sœur (les titres sont dans l'article d'origine):


EGYPTE: 14 CANDIDATS A LA PAPAUTE

Le porte-parole de l'Eglise copte-orthodoxe aux Etats-Unis a déclaré dimanche que le nombre de candidats à la succession du pape Shenouda III était de 14 jusqu'à présent. L'élection se tiendra en septembre, après un processus complexe dont l'actuel intérimaire du siège, Anba (Mgr) Bakhomious, a reconnu qu'il devrait probablement être simplifié par le prochain pape. Il a en outre déclaré que lui-même, malgré les appels de membres éminents de la communauté, ne se présenterait pas.

Parmi les favoris à l'élection, un trio de tête se dessine déjà.

Le premier est l'évêque délégué à la jeunesse, le très populaire Anba Moussa, 74 ans, chirurgien de formation avant d'entrer au monastère. Les puristes lui reprochent sa famille protestante, mais ses qualités de négociateur, son image consensuelle et sa forte influence sur la jeunesse copte sont des atouts importants. Depuis qu'il s'occupe des jeunes, il a favorisé la création de plusieurs commissions avec et pour eux: le Groupe pour la Participation Patriotique, afin d'inciter les jeunes coptes à s'investir dans la vie publique égyptienne, en partenariat avec des associations de jeunes musulmans; le Groupe pour le développement culturel, qui œuvre à la pérennité de la culture copte; et le Groupe Economique, qui vise à favoriser l'émergence d'entreprises dans la communauté. Dès le début de la révolution égyptienne, il s'était fendu de deux tribunes dans la presse pour soutenir la révolte du 25 janvier 2011, avant même la chute de Moubarak.

Le second est Anba Bishoy, actuel secrétaire du Saint-Synode, âgé de 70 ans. Il représente l'aile radicale de l'Eglise. Après un diplôme en génie mécanique, il est ordonné prêtre au monastère de la Vierge Marie. Son influence sur l'Eglise est considérable; il est le seul à pouvoir intervenir, comme cela s'est passé plusieurs fois, lorsque des problèmes surviennent dans des diocèses dont il n'est pas le titulaire. Il jouit d'une solide réputation de théologien, bien qu'il n'ait aucun diplôme. Chargé de l'œcuménisme, il s'est taillé une réputation d'intransigeance, en qualifiant notamment les mariages entre coptes et évangéliques "d'adultères". Du côté des relations avec l'islam, il ne s'est pas fait que des amis non plus, en déclarant par exemple que l'Egypte était copte et que les musulmans n'y étaient qu'invités, ou en critiquant certains versets du Coran Soutien déclaré du fils de l'ex-dictateur, Jamal Moubarak, il n'a jamais eu un mot de soutien pour la révolution.

Le troisième est le plus jeune, Anba Youanis, qui n'a que 52 ans. Lui aussi chirurgien, il est devenu le secrétaire, l'ami et le confident du dernier pape Shenouda III. Célèbre pour sa dévotion mariale, il est devenu l'emblème des "Koiak midnight praises", les liturgies nocturnes du mois marial de Koiak qu'il célèbre avec ferveur, il a également une réputation de grande humilité. Il entretient de solides relations avec des membres important du gouvernement actuel, ce qui peut se révéler un atout précieux. La rumeur court qu'un moine du monastère de Saint-Paul aurait prophétisé son accession au siège pontifical après Shenouda.

Natalia Trouiller - publié le 02/05/2012
(1) "La Vie "

Rédigé par Vladimir GOLOVANOW le 2 Mai 2012 à 10:53 | 8 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Daniel le 02/05/2012 12:01
Je dénie l'usage du terme "Eglise-soeur" qui doit être réservée aux églises orthodoxes...

J'ai lu récemment qu'un prêtre copte est devenu orthodoxe en Grèce (1). Mais je n'ai pas trouvé de récit bien détaillé de sa part qui expliquerait les différences théologiques. Donc, je pense qu'il y a des différences sérieuses mais pas forcément facile à comprendre car si j'ai bien saisi, la compréhension du contexte impose de revenir à la querelle nestorienne puis d'étudier les monophysismes et enfin de considérer pour être sérieux la doctrine des coptes à travers leurs textes liturgiques, leurs catéchismes etc...

Bien sûr les coptes ont toute ma sympathie face aux périls qui montent mais je préfère rester sobre...

(1) http://www.johnsanidopoulos.com/2012/04/fr-athanasios-henein-coptic-priests.html

2.Posté par Nicolas le 02/05/2012 18:44
En effet, comme le dit Daniel,
il y a certaines différences théologique et ce elles qui ont poussé le père Athanasios Henein (qui était prêtre de la communauté copte d'Athène) a guide son église pour l'Eglise.
Son témoignage est intéressant, dommage que sur son site il plubie très peu en français (malgré qu'il soit francophone ayant fait un thèse de doctorat en France).

Si l'on voulait ne siter qu'un exemple concret montrant un différent entre l'église copte et l'Eglise Orthodoxe, c'est la vénération de Sévère d'Antioche pour les Coptes comme un saint et un père de l'Eglise, ce qui fait d'eux des monophysites sévérien.
Alors que Sévère d'Antioche est copieusement anathèmisé par l'Eglise Orthodoxe (voir concile depuis Chaldoine, Synodicon de l'Orthodoxie, et hymonographie des commémorations des pères....)

3.Posté par vladimir le 02/05/2012 19:16
Pour ce qui concerne les relations avec l'Orthodoxie, je trouve que le meilleur résumé de la situation se trouve dans le titre dédié de l'annexe aux "Principes fondamentaux régissant les relations de l'Eglise orthodoxe russe avec l'hétérodoxie":
"Concernant le bilan provisoire du dialogue panorthodoxe avec les églises préchalcédoniennes et le document élaboré au cours de ce dialogue, c'est la décision de l'Assemblée des évêques de l'Église orthodoxe russe de 1997 qui fait autorité: "Après étude de l'information relative au développement du dialogue entre l'Église orthodoxe et les Églises orientales orthodoxes (préchalcédoniennes), rendre hommage à l'esprit de fraternité, de compréhension mutuelle et d'effort commun de fidélité à la Tradition apostolique et patristique qui est exprimée par la Commission théologique mixte pour le dialogue entre l'Église orthodoxe et les Églises orientales orthodoxes dans la "Seconde déclaration commune et propositions aux Églises " (Chambésy, Suisse, 1990)".

La "Déclaration" ne doit pas être considérée comme un document définitif, suffisant au rétablissement de la pleine communion entre l'Église orthodoxe et les Églises orientales orthodoxes: elle contient en effet des imprécisions dans diverses formulations christologiques. Il faut exprimer l'espoir que les formulations christologiques continueront à être précisées au cours de l'étude des questions de caractère liturgique, pastoral et canonique, de même que les questions concernant le rétablissement de la communion ecclésiale entre les deux familles d'Églises de tradition orthodoxe et orientale". Se basant sur la décision de l'Assemblée des évêques que nous venons de citer, le Saint Synode, dans sa session du 30 mars 1999, a pris la décision de prolonger le dialogue théologique bilatéral de l'Église orthodoxe russe avec les Églises préchalcédoniennes."
Fin de citation

Il me semble clair que la séparation qui s'est produite au IVème siècle (concile de Calcédoine), l'a été pour des raisons "politiques": le Pape d'Alexandrie faisait de l'ombre à celui de Rome, son Eglise était top puissante... Car sur le fond des dogmes, le "monophysisme" de ces Églises n'a pas été approfondi depuis les origines et il est beaucoup plus verbal que théologiquement fondé (l'encyclique Sempiternus Rex de Pie XII (1951) reconnaissait ainsi que le monophysisme de ces Églises était purement verbal). On y parle souvent pour le Christ d'une seule nature unie, ce qui est une manière implicite d'en reconnaître deux et les formes de la confession de foi actuelle se rapprochent de la foi catholique et orthodoxe. Toutefois le témoignage cité par Daniel en 1 montre que dans les faits, au niveau de la conscience des croyants, 1500 ans de séparation ont conduit à une divergence certaine: le père Athanasios Henein dit "les Coptes divisent la personne du Christ et abolissent Sa véritable humanité (His inter-human reality) ainsi que sa présence réelle dans le monde et dans l'Eglise "His realistic presence in the world and in the Church". Ceci est, bien évidement, un point essentiel de divergence avec la foi orthodoxe!

Pour ce qui concerne la terminologie, Bien cher Daniel, "Eglise-sœur" me semble mal approprié pour les Eglises orthodoxes, qui ne forment qu'une seule Eglise à l'image des Personnes de la Trinité. Je préfère donc le réserver pour les Eglises séparées mais qui partagent avec nous l'essentiel de notre foi, comme les Eglises orientales et le Catholicisme. Mais ce n'est là qu'une question de définition et de vocabulaire bien secondaire …

4.Posté par Nicolas le 03/05/2012 14:22
Personellement, j'ai du mal a comprendre comment le catholicisme qui confessent une multitude d'hérésies rejeter par l'Eglise Orthodoxe serait une Eglise soeur ; de même, comment des églises confessant un "monophysisme des origines" (pour reprendre l'expression de Vladimir) et ayant pour saint père de leur églises, un hérétique anathémiser par l'Eglise Orthodoxe, serait des églises soeurs. Drole de logique!

Il me semblait plutôt que l'Eglise Une, sainte, catholique et Orthodoxe était composée de plusieurs Eglises locales soeurs.

Et je ne vois pas en quoi la "théologie" de Sévère d'Antioche (l'acéphale comme disaient les anciens) est de nature politique.

P.S: Désolé pour mon commentaire numéro 2 qui est bourré de faute de frappes. J'aurais du me relire.

5.Posté par daveau alain jean le 03/05/2012 17:42
Je suis un peu désolé de voir en tant qu'orthodoxe, des propos si affligeant, l'église est une et indivisible et nous devons travailler à notre réunification, l'histoire de l'Eglise soeur copte, n'a été dès le départ qu'une histoire politique Alexandrie étant à l'époque la grande ville spirituelle et intelectuelle de l'Orient

6.Posté par Daniel le 03/05/2012 23:29
@ Alain Jean

Si l'église est une et indivisible, elle n'a nul besoin d'être réunifiée car on ne peut réunifier que ce qui a été divisé... Ce n'est pas une boutade mais il me semble qu'il y a un souci logique dans votre phrase.

7.Posté par vladimir le 04/05/2012 10:10
Je suis tout à fait d'accord avec Alain Jean: l'Eglise est une et indivisible et c'est le Corps du Christ et Son Royaume sur terre. Reste à réunifier les différentes constructions humaines, essentiellement administratives, qui doivent concrétiser ce Projet divin et cela n'est possible qu'autour de l'Orthodoxie, seule gardienne de la foi véritable et inaltérable révélée dans la Tradition.

Le 15 Eglise orthodoxes sont évidement un même corps, à l'image de la sainte Trinité qui est Une. Personne n'imaginerait de dire que les Personnes de la Trinité sont "sœurs" et il me parait donc inapproprié d'utiliser ce terme pour les Eglises orthodoxes: cela revient à refuser cette "unité dans la diversité" qui forme l'icône de la Trinité dans l'Eglise. Par contre, il me parait totalement approprié pour ceux qui partagent avec nous la foi des 7 conciles, mais ce sont séparés sur des théologoumènes d'interprétation. Cette question de vocabulaire serait bien secondaire si elle ne recouvrait pas la vraie question: quel est le niveau de tolérance que nous dicte la 2ème loi du Christ "aussi importante que la première"?

8.Posté par Nikolas le 04/05/2012 15:54
(j'écris mon nom avec un k désormais car je viens de voir que dans un autre fil, un autre Nicolas postais)

En effet cher Alain, l'Eglise est Une et Indivisible, tout comme le Christ est Un et indivisible, l'Eglise étant son corps. Et suivant se principe fondamental l'Eglise ne peut être divisié. L'on se trouve dans l'Eglise ou hors de l'Eglise. Le document de l'Eglise russe que Vladimir aime a cité, et dont j'approuve le contenu, est aussi explicite a ce sujet. Nous n'avons donc pas a travailler a la réunification de l'Eglise puisqu'elle est toujours Une et Uni, mais nous devons travailler à ramener au bercail ceux qui s'en sont écartés. Nuance que beaucoup semble avoir du mal a saisir.

Personnellement, je ne vois ici aucun propos affligeant. Je n'en ai pas lu jusqu'a maintenant. Il n'y a ici aucun dénigrement de la communauté copte pour laquelle (ainsi que les autres églises, anti-chalcédonienne, en communion avec elles), moi le premier, j'ai beaucoup d'affection. Il y a juste ici des propos de clarification concernant la Foi Orthodoxe.
Si les quelques propos critiques émis ici vous paraissent affligeant, je vous déconseil donc de lire les propos des saints pères au sujet des monophysites sévériens (un exemple : Le Pré Spirituel de Jean Moschos). Il vous paraitrons surement horrible. Mais les anciens n'avait pas cet esprit mielleux que notre époque semble tant affectionner quand il s'agissait de la confession de la Foi Orthodoxe. Ce qui ne signifie pas qu'ils n'aiment pas leur prochain.

Et un des premiers points qui permet d'avancer dans le dialogue est d'appeler les choses par leur noms. D'appeler un chat un chat comme un dit vulgairement. Aussi ceux qui suivent la "théologie" de Sévère d'antioche (qui anathèmiser par l'Eglise) sont des monophysites sévèrien. Je n'invente rien nos pères dans la Foi depuis le VIe siècle l'ont fait avant nous.

Je ne sais pas si vous aller a l'Eglise le dimanche des pères des 6 conciles (vers le 15 juil) ou celui des pères des 7 conciles (en octobre), puisque l'Eglise chante l'anathème sur Sévère d'Antioche et son enseignement. Que les coptes vénèrents comme un saint et père de l'Eglise.
Chercher l'erreur? Je vous laisse la trouver par vous même cher frère.

"Vous qui étalez impudemment * les paroles de Sévère au venin mortel, * soyez à jamais confondus, *vous éloignant de l'Eglise * comme des loups et des chiens ravisseurs.
Nous, les tenants de la vraie foi, * nous adorons le Créateur et Sauveur * en deux natures, deux volontés * et deux énergies qui ne peuvent se diviser, * et nous rejetons à jamais l'hérésie de Sévère.
Dis-nous, Sévère, est-il bien vrai * qu'une seule nature est le Verbe éternel, * le reflet du Père et son propre Fils? * Or, si tu parles ainsi, * c'est une autre nature que tu as désignée: * la chair et le Verbe, en effet, * ne sont pas une, mais deux substances, malheureux! " chantons nous a l'office des Matines du dimanche des pères des 6 premier conciles.
http://www.forum-orthodoxe.com/~forum/search.php?keywords=s%C3%A9v%C3%A8re&t=2518&sf=msgonly

Mais je ne vois aucun enseignement politique dans la théologie de Sévère.

Mais je ne nie pas qu'il y ai eu quelques questions politiques qui ont envenimer le débat théologique. c'est un fait. Mais vouloir réduire le schisme a une simple question de politique, est une absurdité et un affront aux saints pères et confesseurs de la Foi Orthodoxe qui ont débattu cette question et lutter pour l'affermissement de la Foi Orthodoxe.

Enfin, bref. "Que celui qui a des oreilles pour entendre entende" (Mat13.19)


De même pour être frères et soeurs, il faut que ces personnes est le même Père et la même Mère. Hors un orthodoxe ne confesse pas le même Père qu'un catholique romain (la faute au filioque), et n'a pas la même Mère (Eglise) qu'un monophysite ou qu'un filioquiste (ces communautés s'étant elle même coupé de leur mère- l'Eglise).
Les Eglises soeurs sont les églises locales en communion entre elles formant l'Eglise Une, Sainte, Catholique, Apostolique, Oecuménique et Orthodoxe.
Et jusqu'a preuve du contraire l'Eglise Orthodoxe n'ait pas en communion avec un autre confession chrétienne.
Pour votre information c'est un point de vue partagé (bien que sous un angle différent comme vous vous en doutez) par le Vatican. Voir la clarification de la congrégation de la doctrine pour la foi vaticane au sujet de l'expression "eglise soeur".
11."on ne peut dire au sens propre, que l’Eglise catholique soit soeur d’une Eglise particulière ou d’un groupe d’Eglises" http://www.doctrinafidei.va/documents/rc_con_cfaith_doc_20000630_chiese-sorelle_fr.html

Nouveau commentaire :