Vladimir Golovanow

Améliorer la compréhension mutuelle

Au cours de la Semaine de prière pour l'unité chrétienne, les représentants des Catholiques croates et des Orthodoxe serbe en Croatie se sont pour la première fois officiellement réunis dans la cathédrale de Dubrovnik, l'ancienne Raguse, sous la coprésidence de Mgr Maté Uzinić, évêque de Dubrovnik et Mgr Grigorije (Durić), évêque orthodoxe serbe de Zahumlje et Herzegovina. Les participants ont pris part à un service de prière œcuménique et ont échangé sur leurs traditions monastiques respectives, mais ce fut surtout une occasion unique de se connaître et d'améliorer la compréhension mutuelle.

Croatie: 1ère rencontre entre catholiques, religieux orthodoxe serbe
Le père Matijas Farkas, supérieur du monastère dominicain à Dubrovnik, a parlé de la vie consacrée dans la tradition latine tandis que le supérieur du monastère orthodoxe Zitomislic a expliqué la vie monastique dans la tradition orientale. Deux moniales, les sœurs Blaženka Rudic duCouvent dominicain de Korcula, et Pavla Ćuzulan, supérieure du Monastère de Saint-Apôtres Pierre et Paul à Trebinje, ont décrit la vie religieuse des monastères et couvents.

La réunion a pris fin avec un service de prière œcuménique à la cathédrale de Dubrovnik co-présidé par Mgr Maté Uzinić et Mgr Grigorije (Durić).

Croatie: 1ère rencontre entre catholiques, religieux orthodoxe serbe
Rencontre historique

Cette réunion fait suite à la rencontre historique en Août dernier entre le patriarche de Serbie Irénée et Mgr Želimir Puljić, Archevêque de Zara et président de la Conférence des évêques croates. Le prélat catholique avait alors souligné l'importance de cette rencontre pour la paix et la stabilité en Croatie et en Serbie. Le patriarche Irénée avait déclaré: "Même si les cicatrices et les souffrances de la guerre de la récente sont encore frais et le terrain ne me semble pas approprié pour les réunions et les messages œcuménique, je crois que nous, les chrétiens devons propager sans relâche notre message d'amour, de tolérance et de pardon. Ce qui nous unit et que nous avons en commun est bien supérieur à ce qui nous divise. Nous essayons de développer ce que nous avons en commun et le proclamer comme la méthode, le projet et le programme de nos vies. Et certainement– bien des choses iront mieux", avait-il conclu.

Source: "Scelta ,che unisce" L'Osservatore Romano, 29 janvier 2016, p 7

La Croatie compte 4 465 000 habitants répartis entre Catholiques Romains 86.3%, Orthodoxes 4.4%, Musulmans 1.5%, autres 1.5%, sans réponse 2.5%, areligieux ou athées 3.8% (www.cia.the-world-factbook, est. 2011)


Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Février 2016 à 09:14 | 29 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir.G: Les orthodoxes serbes acceptent de discuter avec l’Église catholique du cas du cardinal Stepinac le 08/02/2016 16:09
Les orthodoxes serbes acceptent de discuter avec l’Église catholique du cas du cardinal Stepinac.

Ces rencontres montrent un dégel des relations assombries par le projet de canonisation du cardinal croate Stepinac (1908-1960) que les Serbes accusent d’avoir approuvé les exactions du régime pro-nazi, anti-serbe et antisémite des Oustachis pendant la deuxième guerre mondiale. Il avait été béatifié comme martyr en 1998 par Jean-Paul II – ce qui avait suscité l’incompréhension des Serbes et des juifs et les évêques croates militent pour sa canonisation malgré l'opposition déclarée de l'Église orthodoxe serbe.

Mais là aussi les lignes bougent: « dans un geste d’apaisement », le pape François avait proposé, en mai dernier, de lancer un groupe de travail entre experts de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe serbe et les évêques serbes ont accepté la mise en place d’une commission de dialogue avec l’Église catholique au cours de leur Assemblée plénière (14-29 mai 2016). Une délégation de l'Église Serbe conduite par le métropolite du Monténégro et du littoral Amfilohije Radović a été reçue par le Pape en audience privée pour cela à la mi-janvier 2016. À l'issue de la réunion le métropolite Amfilohije a précisé: " ils ont tout écouté avec attention et maintenant nous attendons qu'ils fassent une proposition de leur commission mixte." (http://inserbia.info/today/2016/01/amfilohije-pope-francis-interested-in-resolving-stepinac-issue/ )

ALOJZIJE STEPINAC ET LE REGIME OUSTACHI

Archevêque de Zagreb en 1937, Mgr Stepinac s’était tout de suite montré favorable à la création de l’État indépendant de Croatie, État satellite créé en 1941 par les puissances de l’Axe lors de l’invasion de la Yougoslavie. Ses détracteurs soulignent sa complaisance vis-à-vis du régime oustachi violemment anti-serbe et antisémite.

Pour l’Église catholique croate, c’est le gouvernement communiste de Tito, auquel Mgr Stepinac était opposé, qui aurait mis en avant les accusations contre lui. Ils rappellent que, dès 1942, Mgr Stepinac avait rappelé en chaire que « l’Église catholique a toujours condamné, et condamne toujours, toute injustice et violence au nom des théories de classe, de race ou de nationalité » et qu’il avait rejeté la persécution des Juifs et des Tsiganes. En mars 1945, il avait également écrit au gouvernement oustachi une lettre dénonçant la persécution des Serbes.

L’archevêque avait alors été condamné sous le régime communiste à seize années de travaux forcés; il fut libéré au bout de cinq ans et assigné à résidence dans le monastère de Lepoglava, placé sous contrôle des autorités yougoslaves.
.
Source: http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-orthodoxes-serbes-acceptent-de-discuter-avec-l-Eglise-catholique-du-cas-du-cardinal-Stepinac-2015-06-02-1318788

2.Posté par Daniel le 08/02/2016 22:52
Sur la du génocide de l'Etat Indépendant de Croatie, question Stepinac, il est intéressant de lire l'ouvrage "Le génocide occulté" de Marco Aurelio Rivelli. Le génocide était tout particulièrement lié à des questions religieuses car les Serbes se convertissant au catholicisme pouvaient y échapper. De même, le signe distinctif que devaient porter les Serbes était en fait la lettre "P" pour "pravoslave" à savoir, orthodoxe.

Quant au Bienheureux Stepinac, il avait reproché aux Italiens dans leur zone d'occupation de permettre l'ouverture d'église orthodoxe. Ce sont ces hommes de paix à la sauce Josaphat Kuntzevich et André Bobola que les catholiques et les orthodoxes oecuménistes sont prêts à nous servir en tant que cérise sur le gâteau du nouel uniatisme.

3.Posté par Vladimir.G: toujours les questions de documentation le 09/02/2016 23:50
Bien cher Daniel,

Il serait intéressant d'avoir des références documentées sur ce "reproche aux Italiens dans leur zone d'occupation de permettre l'ouverture d'église orthodoxe." Les homélies de Mgr Stepinac rappelant en chaire que « l’Église catholique a toujours condamné, et condamne toujours, toute injustice et violence au nom des théories de classe, de race ou de nationalité » et rejetant la persécution des Juifs et des Tsiganes sont, elles, parfaitement documentées...

De toute façon, je pense que la commission mixte qui doit être mise en place fera toute la lumière sur cette triste affaire; les rencontres amicales entre le patriarche Irénée et Mgr Želimir Puljić et entre Mgr Maté Uzinić et l'évêque Grigorije (Durić) le laissent en tout cas penser.

4.Posté par Daniel le 10/02/2016 13:16
Vers 1942, Stepinac aura senti le vent tourner... Mais il est évident que le camp catholique qui a canonisé Josaphat Kuntzevitch, grand artisan de l'unité entre orient et occident en niant le fait que les autorités polonaises elles-même lui avaient reproché sa cruauté, use également de dissimulation sur l'affaire Stepinac. Le plus navrant est que les orthodoxes oecuménistes tombent dans le piège tête la première, sans rechercher des informations objectives et factuelles... Les faits, rien que les faits et non leur interprétation...

Stepina écrivait donc aux Italiens et à l'ambassadeur Casertano en août 1941.

""C'est ainsi que dans les territoires croates annexés à l'Italie, on observe une continuelle décadence de la vie religieuse, et même une CERTAINE TENDANCE AU PASSAGE DU CATHOLICISME VERS LE SCHISME [comprendre l'orthodoxie]. La faute et la responsabilité devant Dieu et devant l'Histoire sera celle de l'Italie catholique si cette région la plus catholique de la Croatie doit cesser de l'être à l'avenir.""

Source : "Le génocide occulté" de Marco Aurelio Rivelli, page 12 et 13 mais aussi 117.

Le plus intéressant est que la région en question étaient une région largement orthodoxe... Le bienheureux Aloïs était donc bien manipulateur de surcroît.

5.Posté par Vladimir.G: curieuse collusion... le 10/02/2016 19:12
Curieuse collusion...

Personnellement je ne vais pas prendre parti sans avoir aucun élément probant et j'attendrais la conclusion de cette commission mixte... Le passage que vous citez montre en tout cas un manque de coopération avec l'occupant!

Toutefois, je me pose des questions quand à cette curieuse collusion avec le pouvoir titiste athée pour condamner le cardinal...

Et voilà l'Église de Serbie, patriarche Irénée et Mgr Grigorije en tête, classée dans le camp "œcuméniste". Bienvenue au club!

6.Posté par Tchetnik le 10/02/2016 23:04
L'occupant Italien n'ayant pas eu le même comportement que l'occupant Allemand, cela s'explique.

7.Posté par Daniel le 11/02/2016 00:46
Vous proférez bien une contre-vérité terrible. Le passage que je cite est de la main de Stepinac. Stepinac y reproche aux Italiens de permettre, dans la zone d'occupation italienne, aux orthodoxes d'exercer leur foi. Ce qui veut dire que Stepinac était en accord total avec l'Etat Indépendant de Croatie qui faisait la chasse aux orthodoxes, alors même que les Italiens étaient cléments avec les orthodoxes. C'étaient les Italiens qui ne collaboraient pas avec la politique brutale et anti-orthodoxe des Oustachis. Stepinac la soutenanait comme le montre ce courrier.

Mais si on est aveuglé par l'oecuménisme, on ne peut pas voir. Il faut ôter les oeillères. Et cessez la désinformation car le patriarche Irénée et Mgr Grigorije n'ont jamais exonéré Stepinac de ses crimes.

8.Posté par Daniel le 11/02/2016 01:09
Il est étonnant que cette fois-ci, Vladimir refuse les études des chercheurs objectifs comme Marco Aurelio Rivelli qui n'est ni serbe, ni orthodoxe... et historien... Vous semblez choisir l'objectivité en fonction de vos intérêts "politiques".

9.Posté par Vladimir.G: le dialogue se met en place après 60 ans de conflits sanglants le 11/02/2016 11:04
Bien cher Daniel,

Je ne refuse aucune étude mais je ne suis pas expert en cette affaire et m'en remet aux spécialistes. Il apparait que la réponse n'est pas si simple puisqu'une commission mixte doit se prononcer et une manipulation des services titistes ne me semble pas exclue (avez-vous regardé "l'Aveu"? C'est le même système!)

Ce qui me semble essentiel, c'est que le dialogue se mette en place après 60 ans de conflits sanglants et cela, encore une fois, par une décision du pape François qui v à l'encontre des pressions des catholiques croates. Le cas du cardinal n'en est qu'une illustration et le fait que le patriarche Irénée et Mgr Grigorije rencontrent les responsables catholiques croates qui militent ouvertement et officiellement pour sa canonisation le démontre. Ils se retrouvent de ce fait catalogués dans "les orthodoxes œcuménistes (qui) tombent dans le piège tête la première, sans rechercher des informations objectives et factuelles..." Dans leur cas cette qualification est particulièrement... risible!!!

Par contre je n'aime pas les interprétations tendancieuses: rien dans ce texte ne dit que le cardinal "reproche aux Italiens de permettre, dans la zone d'occupation italienne, aux orthodoxes d'exercer leur foi," (les crochets sont une interprétation…) ni qu'il soutienne "la politique brutale et anti-orthodoxe des Oustachis." On peut même lui faire dire le contraire!!!

10.Posté par Daniel le 11/02/2016 13:46
@ Parlez-vous français, Vladimir ? C'est une question qui se pose. Reprenons cet extrait :

""C'est ainsi que dans les territoires croates annexés à l'Italie, on observe une continuelle décadence de la vie religieuse, et même une CERTAINE TENDANCE AU PASSAGE DU CATHOLICISME VERS LE SCHISME. La faute et la responsabilité devant Dieu et devant l'Histoire sera celle de l'Italie catholique si cette région la plus catholique de la Croatie doit cesser de l'être à l'avenir.""

De quel schisme s'agit-il ? De la secte Moon, des raéliens, de Mormons. Non, la seule autre religion chrétienne dans la région était justement l'orthodoxie que les catholiques qualifi(ai)ent de schismatiques. Orthodoxie qui était largement majoritaire dans la dite région. Votre mauvaise foi ne vous honore pas.

Je pensais que l'homme d'un âge respectable que vous êtes connaissait la logique du double discours. Vous dites une chose en public, vous en dites une autre par des canaux plus confidentiels. Cela semble relever de la méthode Stépinac. Pour lequel, le passage des catholiques à l'orthodoxie est à proscrire. Stepinac qui célébra aussi le Te Deum pour l'Etat Indépendant de Croatie (ce que ne firent pas certains prêtres catholiques courageux).

Si collusion il y a eu, c'est entre le Vatican, une grande part du clergé catholique dont les Franciscains et Stepinac et l'Etat Indépendant de Croatie de Pavlevic. Pavlevic qui mourut d'une belle mort en Espagne où les réseaux du Vatican l'avaient exfiltré...

11.Posté par Vladimir.G: les interprétations du procureur titiste... le 11/02/2016 15:29
Bien cher Daniel,

Je n'ai pas l'orgueil de prétendre tout savoir et je connais trop mal cette question pour prendre parti tant que la commission mixte, dont la création même est un immense pas en avant, n'a pas statué. Je me contente donc d'éclairer la situation…

Vous donnez de ce texte une interprétation qui est celle du procureur titiste… En revanche, tout comme le procureur titiste, vous ne tenez aucun compte de l'appel que Mgr Stepinac lançait en chaire dès 1942 ("l'État indépendant de Croatie" avait été proclamé le 10 avril 1941): « l’Église catholique a toujours condamné, et condamne toujours, toute injustice et violence au nom des théories de classe, de race ou de nationalité.» Comment expliquez-vous ce choix sélectif? Cette similitude avec l'approche du pouvoir athée?

Personnellement cela m'alerte car je connais assez bien les méthodes des procès communistes (cf. "l'Aveu"). En revanche, les rencontres fraternelles (avec "prière œcuménique" commune!) des représentants de l'Église de Serbie avec les responsables de l'Église croate, partisans déclarés de la canonisation du cardinal, me font penser que rien n'est si simple… J'attendrai donc les conclusions de la commission mixte.

12.Posté par Tchetnik le 11/02/2016 15:36
Qualification pas tellement risible quand on sait que le patriarche Irénée a allumé les bougies de la Hannoukiah...

Irénée n'est pas Paul et ont ne peut que le regretter.

13.Posté par Tchetnik le 11/02/2016 16:09
Stepinac pouvait - et il l'a fait - très bien condamner le racialisme de l'Ustasa et de ses confrères sans pour autant désapprouver - ce qu'il n'a pas fait - la politique de conversion de son gouvernement; Ce sont deux choses différentes.

Un serbe "baptisé" Catholique n'était en effet pas sauvé pour autant, ni protégé des persécutions.


14.Posté par Clovis le 11/02/2016 17:06
" Mgr Stepinac lançait en chaire dès 1942 ("l'État indépendant de Croatie" avait été proclamé le 10 avril 1941): « l’Église catholique a toujours condamné, et condamne toujours, toute injustice et violence au nom des théories de classe, de race ou de nationalité.» "

Oubli ou pas, mais le monseigneur a omis les violences à caractère religieux.

15.Posté par Daniel le 11/02/2016 17:50
Je pense qu'on n'a pas attendu les commissions mixtes pour étudier d'un point de vue historique les faits, très bien documentés... Si un communiste dit qu'aujourd'hui nous somme le 11 février 2016, ou que l'eau mouille, ce n'est pas faux parce que la personne est communiste. D'ailleurs pourquoi préférer la parole d'un Vatican qui a fermé les yeux devant les crimes oustachis (Pie XII était bien eu courant et recevait les représentants croates joyeusement) à ceux d'un titiste. C'est la même engeance anti-orthodoxe.

16.Posté par Vladimir.G: Contradictions le 11/02/2016 18:26
" Le génocide était tout particulièrement lié à des questions religieuses car les Serbes se convertissant au catholicisme pouvaient y échapper." (Daniel 2)

"Un serbe "baptisé" Catholique n'était en effet pas sauvé pour autant, ni protégé des persécutions." (Tchetnik 13)

Entre "experts" de la question, mettez-vous au moins d'accord!

17.Posté par Daniel le 12/02/2016 00:23
@ Vladimir (16)

Les 2 affirmations sont vrais paradoxalement :

- les Serbes devaient porter le brassard avec P comme "pravoslave" pour orthodoxe et non S pour serbes. Certains en se convertissant au catholicisme ont eu La vie sauve. J'ai dit "pouvait y échapper" et non y échappait systématiquement

- d'autres bien qu'en se convertissant ont été massacrés, l'idée étant qu'il fallait de toute façon tuer l'élité de la population serbe

Ce fut un massacre ethnico-religieux.

18.Posté par Tchetnik le 12/02/2016 08:54
Aucune contradiction entre ce que dit Daniel à savoir "qu'on pouvait y échapper" mais que ce n'était pas sûr et ce que je dis, à savoir qu'on pouvait quand même être persécuté pour cause de race, malgré la conversion. cette dernière réduisait le risque sans pour autant l'annuler. De même quand Daniel disait que "beaucoup de "réfugiés" sont de faux syriens", il ne disait pas que tous l'étaient. Vladimir va devoir apprendre -outre la langue française - un certain sens des nuances.

19.Posté par Vladimir.G: le pape souhaite que la décision de canonistation soit précédée d''''une discussion d''''experts complète sur le rôle de Stepinac dans l''''Etat indépendante de Croatie et le génocide commis contre le peuple serbe." le 13/02/2016 19:15
Dans le commentaire 1 je mentionne "Une délégation de l'Église Serbe conduite par le métropolite du Monténégro et du littoral Amfilohije Radović a été reçue par le Pape en audience privée pour cela à la mi-janvier 2016." Selon le quotidien Vecernje Novosti cette réunion portait bien sur le projet de canoniser Alojzije Stepinac, comme l'a confirmé le métropolite Amfilohije qui a déclaré aux journalistes avoir remis au pape "la réponse du patriarche Irinej à sa lettre de l'année dernière au sujet de la canonisation du cardinal croate Alojzije Stepinac."

Le quotidien serbe précise avoir appris que la délégation de la CPS a répété les raisons pour lesquelles l'Eglise Sebe s'oppose la canonisation de Stepinac, mais a également salué la volonté du pape "que la décision finale soit précédée d'une discussion d'experts complète sur le rôle de Stepinac dans la NDH (Etat indépendante de Croatie allié aux Nazis) et le génocide commis contre le peuple serbe." Les deux évêques serbes et l'ambassadeur serbe à l'UNESCO, qui composaient la délégation, ont plaidé en faveur d'un début rapide du dialogue sur cette question.

La position de principe du Patriarche Irinej a été présentée au pape: il n'est pas contre sa visite en Serbie en tant que chef de l'Etat du Vatican mais "d'autres formes de sa visite exigent le feu vert du Patriarcat de Moscou, dont la position pourrait être cruciale ", a indiqué le journal en citant des sources de haut rang dans l'Église serbe. (Note de VG: cette information est surprenante! Que vient faire Moscou dans les relations entre Belgrade et Rome?)

La réception de cette délégation, qui aura rang de mission permanente de l'Eglise serbe pour les contacts avec le Vatican, correspond à une demande du patriarche Irinej et montre en tout cas la volonté du pape François d'approfondir ses relations avec l'Église de Serbie.

D'après: http://www.b92.net/eng/news/society.php?yyyy=2016&mm=01&dd=18&nav_id=96729
Traduit par VG

20.Posté par Vladimir.G: première réunion de la Commission mixte composée d’experts croates et serbes chargée de procéder à une relecture de la vie du bienheureux Alojzije Stepinac le 15/07/2016 23:07
Une commission historique chargée d'étudier la figure du cardinal Stepinac

(RV) La Commission mixte composée d’experts croates et serbes chargée de procéder à une relecture de la vie du bienheureux Alojzije Stepinac s’est réunie pour la première fois ces mardi et mercredi. Cette commission avait été instituée à l’initiative du pape François afin d’ « éclaircir quelques questions de l’histoire ». Dans un communiqué la salle de presse du Saint-Siège précise que les experts catholiques et orthodoxes, seront chargés d’étudier la vie de l’ancien archevêque de Zagreb « avant durant et après la seconde guerre mondiale ».

Selon un communiqué diffusé par ce mercredi par le Vatican, cette commission mixte patronnée par le religieux Mgr Bernard Ardura, président du Conseil pontifical des sciences historiques, a été chargée par le pape de procéder à une relecture commune de la vie du cardinal Stepinac de répondre à l’exigence d’éclaircir certaines questions historiques.Les travaux de la commission, qui se réunira une prochaine fois mi-octobre à Zagreb, devraient durer une douzaine de mois. Au Vatican, on précise d’ores-et-déjà que le résultat de ce travail scientifique basé sur la documentation disponible et sa contextualisation, n’interfèrera pas sur le processus de canonisation qui est de la seule compétence du Saint-Siège.

Une figure controversée

A la tête du diocèse de Zagreb de 1937 à 1960, Mgr Alojzije Stepinac lutta durant la Seconde Guerre mondiale en faveur des droits des personnes persécutées et discriminées. En 1946, il est arrêté sur ordre des autorités communistes, qui ont pris le pouvoir en Yougoslavie, car il rejette l’ordre de Tito de créer une “Eglise nationale serbo-croate“ indépendante de Rome.

Au terme d’un procès très discuté, il est condamné à 16 ans de travaux forcés et emprisonné par les autorités yougoslaves pour collaboration avec le régime pro-nazi Oustachi, et complicité dans la conversion forcée de serbes-orthodoxes au catholicisme. Sa figure restera dès lors très controversée. Mgr Stepinac est créé cardinal en 1952 par Pie XII et fut béatifié en octobre 1998, par Jean Paul II. Il reste à ce jour le premier martyr du régime communiste à avoir été déclaré bienheureux. Lors de son voyage en Croatie en juin 2011, le Pape Benoît XVI avait défendu la figure de l'ancien archevêque de Zagreb, qui "avait su s'élever "contre l'esprit du temps".

C’est « à cause de sa solide conscience chrétienne qu’il a su résister à tout totalitarisme, devenant au temps de la dictature nazie et fasciste le défenseur des juifs, des orthodoxes et de tous les persécutés, et puis, dans la période du communisme, ‘avocat’ de ses fidèles, spécialement de tant de prêtres persécutés et tués» avait rappelé le pape allemand dans un messages aux évêques, prêtres et religieux croates. La prochaine réunion de cette commission se tiendra à Zagreb les 17 et 18 octobre (OB, avec I-media)

21.Posté par Vladimir G: Le Patriarche œcuménique Bartholomée rend hommage aux martyrs de Jasenovac (Croatie) le 06/09/2016 10:35
LE PATRIARCHE ŒCUMENIQUE BARTHOLOMEE REND HOMMAGE AUX MARTYRS DE JASENOVAC (CROATIE)

Le Patriarche œcuménique Bartholomée se rendra d'abord à Zagreb le 9 septembre 2016 pour ouvrir la Conférence académique «Les nouveaux martyrs : une multi-perspective II» au lycée orthodoxe serbe « Katarina Kantakuzina Brankovic » qui réunira, sous la présidence de Mgr Jean de Slavonie (église orthodoxe de Serbie) des spécialistes des martyrs du XXe siècle: Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon Wiesenthal à Jérusalem; Ruta Vaganaite de Lituanie, auteur du best-seller « Nos gens » ; le protopresbytre Aleksander Mazirin de Russie, des historiens, des sociologues, des théologiens et d’autres experts venus de Pologne, de Russie, de Republika Srpska, de Roumanie, de Croatie, d’Israël et de Serbie.

Le patriarche Bartholomée et les participants de la conférence visiteront ensuite la région où avait été édifié le camp de la mort de Jasenovac, et assisteront aux Vêpres à l’église de Saint-Élie dans le village de Mlaka et, le samedi 10 Septembre, le patriarche de Constantinople et le patriarche de Serbie Irénée concélébreront une Liturgie pontificale à l’église de la Nativité de Saint Jean-Baptiste à Jasenovac, avec la participation de nombreux hiérarques et représentants du Patriarcat de Moscou, de l’Église orthodoxe polonaise et de l’Eglise orthodoxe roumaine, pour commémorer le 75e anniversaire de la souffrance des saints martyrs de Jasenovac. (source: http://www.spc.rs/eng/ecumenical_patriarchs_historical_visit_croatia; http://orthodoxie.com/croatie /.)

LE CAMP DE CONCENTRATION DE JASENOVAC

Surnommé l'« Auschwitz croate », ce camp de concentration était un camp d'extermination créé par le régime des Oustachis dans l'État indépendant de Croatie1 (NDH) pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut le seul camp d'extermination de la Seconde Guerre mondiale non géré par les nazis de sa construction jusqu'à sa destruction. Jasenovac fut le plus grand camp de Croatie et le troisième camp de la mort le plus destructif, après ceux d'Auschwitz et de Treblinka. Le camp de Jasenovac comprenait en tout cinq sites de détention, tous mis en place et gérés par le régime oustachi.

Pour marquer la particularité du camp de concentration croate le président israélien Shimon Peres déclarera en juillet 2010: « Ce camp se distingue des autres à plus d'un titre. Tout d'abord parce que les victimes n'étaient pas nécessairement uniquement juives... Et il se distingue aussi par la façon dont on y tuait les gens, à l'aide de marteaux, de couteaux, de pierres », autant de manifestations d'un « pur sadisme».

« À cause des différences de point de vue et du manque de sources, les estimations du nombre de victimes serbes en Croatie varient largement, de 25 000 à plus d'un million. Les estimations de Serbes tués à Jasenovac varient de 25 000 à 700 000. Les sources les plus fiables estiment le nombre de Serbes tués par les Oustachis entre 330 000 et 390 000, dont 45 000 à 52 000 Serbes assassinés à Jasenovac.» (https://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_d%27extermination_de_Jasenovac#Victimes)

22.Posté par Vladimir.G: « on arrivera à de nouvelles conclusions au sujet du contexte historique dans lequel a agi le cardinal Stepinac et concernant leses relations des deux Églises et des peuples serbe et croate pendant la seconde guerre mondiale» le 23/01/2017 23:13
Dans une interview au quotidien de Zagreb « Jutarnji Vijesti» (7 janvier 2017) le patriarche de Serbie Irénée aborde en particulier la question de la canonisation du cardinal Stepinac:

– Patriarche Irénée: Les frères évêques [orthodoxes serbes, ndt] qui sont membres de la Commission [mixte catholique-orthodoxe au sujet de Stepinac, ndt] m’ont dit que l’on s’était mis d’accord que, tant que la commission fonctionne, le public ne serait pas informé en détail. Il faut s’en tenir à cela. Je l’attends des membres croates. Le nonce est un diplomate. La diplomatie a ses lois et usages. Je le comprends en tant que diplomate, mais je ne le comprends pas dans le contexte de l’accord sur l’information du public. Toutefois, la décision de la création de la commission, son format et mode de fonctionnement, a été prise par le pape. Nous l’avons acceptée avec plaisir. Les fables de certains évêques croates selon lesquelles la canonisation de Stepinac se déroule normalement, malgré le travail de la commission, qu’ils qualifient de mineure et d’académique et non ecclésiale et inter-ecclésiale, tout simplement ne sont pas sérieuses, pour dire le moins. Il est clair pour moi que pour nos frères [croates, ndt], ni moi, ni mon Église ne sommes une autorité, mais je considère que le pape François devrait être une autorité pour eux, et une autorité finale. N’est-il pas étonnant que les évêques orthodoxes serbes font plus de cas de l’autorité de l’évêque de Rome que certains évêques catholiques croates ?

– Question: Dans l’Église orthodoxe serbe, si je l’ai bien compris, on est certain que par le travail de la Commission « on arrivera en même temps à de nouvelles conclusions au sujet du contexte historique dans lequel a agi le cardinal Stepinac, de même que ce qui concerne l’ensemble des relations des deux Églises et des peuples serbe et croate pendant la seconde guerre mondiale ». Quels sont les points de départ de vos représentants dans leur démarche? Quel peut être le point de départ commun pour ces discussions, c’est-à-dire de ce dialogue ?

– Patriarche Irénée: La vérité ne peut être un thème de discussions. La vérité n’a pas deux visages. Le seul point de départ peut être la vérité, c’est-à-dire la disposition à accepter les faits. C’est seulement dans cet esprit que le travail de la Commission peut être fructueux et utile. Si nous acceptons la vérité, il n’y a pas de vainqueurs et de vaincus. Nous sommes tous vainqueurs.

– Question: La canonisation de Stepinac, selon vous « aurait des conséquences sur les relations entre orthodoxes et catholiques, comme celles des Serbes et des Croates, des peuples voisins chrétiens et mélangés géographiquement, ce qui indubitablement ferait revenir à un passé profond et tragique, indigne de notre vocation chrétienne ». Que signifierait pour vous, comme on le répète en Croatie et aussi dans les interventions du nonce apostolique, la canonisation quasiment certaine qui est seulement ajournée ?

– Patriarche Irénée: Il n’est pas utile, selon se qui se passerait le cas échéant, de spéculer sur des choses aussi sérieuses. À la fin des travaux de la commission, la décision finale sera prise par le pape François. Quelle qu’elle soit, elle sera obligatoire pour les catholiques, tandis que les orthodoxes en seront satisfaits ou mécontents.

Texte complet de l'interview: http://orthodoxie.com/category/actualites/

23.Posté par Vladimir.G: suite de la Commission mixte sur le rôle du cardinal Stepinac le 17/06/2017 22:51
" La Commission mixte de l’Église orthodoxe serbe et de la Conférence des évêques catholiques croates, dont la tâche est d’examiner ensemble le rôle du cardinal Aloïs Stepinac avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale" continue ses travaux: la cinquième réunion a eu lieu les 7 et 8 juin à la cathédrale de la Résurrection du Christ à Podgorica (Monténégro). Le thème de la rencontre était « Le cardinal-archevêque Stepinac et la persécution communiste de 1945 à 1960.

Il est prévu que la prochaine et dernière session de la Commission soit tenue à Rome les 12 et 13 juillet 2017, au cours de laquelle seront résumés les travaux de la Commission qui ont eu lieu jusqu’à maintenant.

Source: http://www.spc.rs/sr/saopshtenje_za_javnost_meshovite_komisije_srpske_pravoslavne_crkve_hrvatske_biskupske_konferencije_0
Traduction: http://orthodoxie.com/category/actualites/

24.Posté par jujstine le 18/06/2017 19:21
Je propose de procéder, en l'honneur de Vladimir, pourvoyeur infatigable de textes et commentaires défendant la panhérésie de l'écuménisme, au changement du nom de cette plateforme "parlons d'orthodoxie" en "parlons d'écuménisme". Il me semble que ce serait à l'avantage des lecteurs, afin qu'ils ne s'attendent pas vainement à trouver ici ce que le titre promet.

25.Posté par Vladimir G: trop d''''honneur! le 20/06/2017 16:00
Vous me faites trop d'honneur, bien chère Justine, en voulant ainsi m'attribuer la paternité d'un nom pour ce site où je ne suis, comme vous même, qu'un simple contributeur...

Mais vous n'avez pas tort sur le fond: je veux montrer que l'Orthodoxie ne se limite pas à cette subculture normative, exclusiviste, triste, rébarbative et mortifère que vous cherchez à imposer comme la seule véritable Orthodoxie. Le père Pierre Mechtcherinov la décrit ainsi (avec un brin d’exagération provocatrice!): "Aucune liberté. L’esclavage auprès des pères spirituels. «Tel un porc dans mes excréments». Subcultures : «Religion de la nourriture» et «Religion du vocabulaire.» Zombification au moyen des «Saints Pères» présentés d’une manière déformée. Idéologie impériale. Argent et culte des honneurs..." (cf. http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Hegoumene-Pierre-Mechtcherinov-Debat-sur-l-etat-de-l-Eglise_a198.html?com).

Je montre au contraire que l'Orthodoxie est ouverte, inclusiviste, joyeuse comme l'indiquaient St Séraphin de Sarov en accueillant ses visiteurs d'un joyeux "Christ est ressuscité, ma Joie!" (http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Saint-Seraphim-de-Sarov-Christ-est-ressuscite-ma-joie--La-decouverte-miraculeuse-des-reliques-du-saint-en-1991-a_a2879.html) ou le père Alexandre Schmeman en écrivant « Quelle joie tout cela ! » http://www.pagesorthodoxes.net/theologiens/schmemann/schmemann-general.htm#joie. Et c'est ce modèle là d'Orthodoxie que partagent la plupart des Orthodoxes comme le démontrent leurs représentants canoniques: le patriarche de Roumanie, qui soutient les résultats du concile de Crête sur un fil voisin, le patriarche de Moscou, qui souligne une intensification des relations avec les catholiques depuis qu’il a rencontré le pape, Saint Nicolas d'Ohrid qui s'exclame "un seul nom nous rassemble ici- Jésus Christ" à l'assemblée générale du COE ou le patriarche de Serbie, qui fait référence à "l'autorité finale du pape" pour les Catholiques (cf. 22 ci-dessus.)

Il est d'ailleurs tout à fait significatif, bien chère Justine, que vous écriviez cette diatribe à propos du travail d'une commission mixte qui doit rétablir la vérité historique de faits qui ont été déformés par les deux totalitarismes sanglants du XXe siècle: le nazisme, qui soutenait les Oustachis, et le bolchévisme, qui inspirait le titisme…

Et pour ce qui est de PO, il faut souligner l'extraordinaire ouverture de ce site aux différentes opinions sur l'Orthodoxie et féliciter ses modérateurs de maintenir ainsi une tribune largement ouverte pour PARLER D'ORTHODOXIE!

26.Posté par justine le 20/06/2017 20:01
A Vladimir, post 25: Il est louable de vouloir montrer que l'Orthodoxie est ouverte, inclusive et joyeuse, car elle l'est. Mais là où vous vous trompez, c'est quand vous voulez faire croire au monde que cette Orthodoxie ouverte, inclusive et joyeuse serait identique avec les cercles écuménistes.

Car chez ces derniers, les horizons sont fermés, l'Eternel est exclu, ils sont cloisonnés dans le monde présent et ses vicissitudes. Et ils n'excluent pas seulement l'Eternel et Infini, mais aussi le Mystère. l'Insondable, enchaînés qu'ils sont par leur humanisme tout terrestre et leurs rationalismes séculiers. Et on ne trouve pas chez eux la vraie joie qui jaillit de la Grâce, même si, devant les caméras, ils essaient de paraître joyeux, car la Grâce les a quittés, et pour cause.

La vraie joie de saint Séraphim venait de ce qu'il vivait la Résurrection du Christ dans sa propre vie, cette Résurrection à laquelle les écuménistes ne croient même pas, comme ils ne croient pas non plus que le Christ est le Sauveur de l'humanité, puisque selon eux, toutes les religions sont des voies de salut (Bartholomée de Constantinople) et l'Evangile du Christ est la même chose que le Coran (Pape François).

L'Orthodoxie est ouverte à toute homme qui sincèrement cherche le salut, elle l'accueille en son sein philanthrope par la catéchèse de la Vraie Foi et le don inestimable du Saint Baptême, lui permettant ainsi de revêtir le Christ, alors que les écuménistes interdisent de procurer ce don à chacun qui le désire de tout coeur et par cette exclusion privent un grand nombre du salut, ce qui non seulement est en soi un acte cruel, un grand manque de compassion, mais encore une flagrante violation du commandement du Christ qui dit: "Allez et faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les et apprenez-leur à tenir tout ce que Je vous ai commandé."

Et il n'y a pas non plus dans les cercles écuménistes cette grande liberté de l'Orthodoxie, mais il règne chez eux un climat d'intolérance (a l'egard des Orthodoxes) et d'absolutisme épiscopal, une manie antiévangélique de la primauté et depuis quelque temps même la persécution contre ceux qui ne sont pas d'accord avec eux et exposent leurs déviations et leurs fraudulences.

Petite remarque en marge: ma "diatribe" (post 24), comme vous dites, je ne l'ai pas écrite au sujet des travaux de la commission mixte chargée d'examiner les crimes de guerre de Stepinac, mais au sujet de votre article qui n'a rien a voir avec les travaux de cette commission, et de vos commentaires sur ce fil et d'autres fils parallèles.

27.Posté par Tchetnik le 20/06/2017 20:47
Etrange d'appeler "subculture " la défense - parfois maladroite et sans nuance - des enseignements, dogmes et idéaux de fond de l'Eglise tout en défendant la vraie subculture, ce qui est vraiment appelé subculture, à savoir tout un ensemble de rites secondaires, superficiels, auxquels on donne un sens absolu qu'ils n'ont pas et en prônant l'ethnicité des églises là où elles ne sont pas chez elles...

28.Posté par Daniel le 21/06/2017 14:49
"Exhortant à se tenir fermement dans la vérité des dogmes de l'Église orthodoxe, il [Saint Séraphin de Sarov] donnait en exemple le bienheureux Marc d'Éphèse qui avait déployé un zèle inébranlable dans la défense de la foi au concile de Florence" in Chroniques du monastère de Séraphimo-Divéyvo, tome 1 page 223

Saint Séraphin de Sarov était donc loin d'être un oecuméniste inclusif affirmant que tout se vaut et que les dogmes sont sans importance

29.Posté par Clovis le 22/06/2017 15:20
Une partie conséquente du livre Marco Aurelio Rivelli est disponible en ligne via gougueule bouque. C'est édifiant :
https://books.google.fr/books?id=QwBnceJfwgUC&printsec=frontcover&dq=marco+aurelio+rivelli&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi47ZTIwtHUAhUHDMAKHeisDW8Q6AEIKjAA#v=onepage&q=marco%20aurelio%20rivelli&f=false

30.Posté par Vladimir.G: Une présentation sans nuances... le 22/06/2017 16:02
Le site "bibliomonde.com" publie une brève recension du livre "Le Génocide occulté" de Marco Aurelio Rivelli, l'Âge d'homme, octobre 1998 (http://www.bibliomonde.com/livre/genocide-occulte-206.html). En voici les passages concernant le rôle de L'Église catholique:

"La rhétorique raciste, commune à l'époque, masquait en Croatie une "croisade" spécifique, résultat d'une haine séculaire des "schismatique". La conversion forcée et le génocide furent conçus et mis en œuvre par des catholiques pratiquants, avec la participation des prêtres et des moines, la bénédiction de l'épiscopat croate et la complicité - à tout le moins par omission de dénonciation - de la Curie romaine.
...
L'étude de Marco Rivelli met également en évidence la terrible responsabilité pastorale de l'archevêque de Zagreb, Mgr Alojz Stepinac, pourtant considéré comme un martyr par une partie de l'opinion catholique.
...
Un réquisitoire très sévère du régime oustachi qui a régné sur la Croatie de 1941 à 1945. Les chiffres fournis, souvent de sources serbes, sont souvent exagérés, mais la folie meurtrière que décrit l'auteur fut bien une des caractéristiques de ce régime. L'attitude de l'Église catholique y est décrite sans nuance, mais on ne peut nier la lourde responsabilité qui fut la sienne dans la mise en place du régime."

31.Posté par Vladimir.G: Meilleure connaissance mais positions toujours divergentes le 13/07/2017 20:58
(RV) Les membres de la commission mixte d’experts croates catholiques et serbes orthodoxes se sont réunis les 12 et 13 juillet 2017 au Vatican une relecture commune de la figure du cardinal Alojzije Stepinac, au cours de leur sixième et dernière réunion. Sous la présidence du père Bernard Ardura, président du Comité pontifical des sciences historiques, était notamment présent le cardinal Josip Bozanic, archevêque de Zagreb.

Béatifié en 1998 et en voie d’être canonisé, l’archevêque de Zagreb Alojzije Stepinac fut accusé par le gouvernement communiste yougoslave de Tito, auquel il s’était opposé, d’avoir collaboré avec le régime pronazi des oustachis, un régime violemment antiserbe et antisémite. Si pour l’Église catholique sa sainteté ne suscite aucun doute, son rôle est toujours contesté par les Serbes.

Les membres présents ont unanimement salué la décision du Pape François de mettre en place cette commission, demandée par le Patriarche de l’Église orthodoxe serbe Irénée. Dans un communiqué, ils estiment que la réunion s’est tenue dans un climat «cordial», avec une pleine liberté de parole. Ils se disent pleinement conscients que le processus de canonisation du cardinal Stepinac est une compétence exclusive du pape et reconnaissent que chaque Église a ses propres critères de canonisation.

Meilleure connaissance mais positions toujours divergentes

D’après le communiqué, le travail de la commission a permis une meilleure connaissance de la vie du cardinal et de l’histoire de cette période «particulièrement tourmentée». La conclusion met en lumière que divers événements, interventions, écrits, silences et prises de positions «font toujours l’objet d’interprétations diverses» et que les positions des deux côtés restent divergentes.

«L'étude de la vie du cardinal Stepinac a enseigné que, dans l'histoire, toutes les Églises ont cruellement souffert de diverses persécutions et ont leurs martyrs et confesseurs de la foi. À cet égard, les membres de la Commission se sont entendus sur la possibilité d'une coopération future, compte tenu du travail commun, pour partager la mémoire des martyrs et confesseurs des deux Églises. »

32.Posté par Vladimir G: C’est la vérité historique qui compte et seule la vérité le 25/07/2017 14:38
L’évêque de Bačka Irénée (Église orthodoxe serbe) : « Je suis certain que le dialogue sur Stepinac continuera »

Dans une interview au quotidien belgradois « Politika » datée du 20 juillet, l’évêque de Bačka Irénée s’est exprimé sur les suites du dialogue de l’Église orthodoxe serbe et de la Conférence épiscopale croate au sujet de la canonisation par l’Église catholique-romaine du cardinal Stepinac. orthodoxie.com publie la traduction in extenso de l’interview de l’évêque Irénée dont voici l'essentiel.

...
– Mgr Irénée: Sur un plan général, l’Église orthodoxe serbe ne vit pas dans une réalité parallèle, ni dans l’isolation par rapport à l’orthodoxie universelle et au monde chrétien dans son intégralité. Nous sommes témoins du dialogue vivant, et dans de nombreux domaines, fructueux, de l’Église orthodoxe avec le catholicisme-romain à différents niveaux, du local jusqu’à l’universel. En septembre prochain, par exemple, se tiendra la session suivante des délégations pour le dialogue théologique officiel entre les deux Églises, auquel participent trente théologiens de toutes les Églises orthodoxes locales et trente théologiens de toute l’Église catholique-romaine. Ce dialogue a pour fonction l’examen des questions clés de l’enseignement sur la sainte Trinité et sur l’Église. Par conséquent, le dialogue des deux Églises n’est pas et ne peut être achevé. Lorsqu’il est question en particulier de la question de Stepinac et du rôle de celui-ci, avant, pendant et après la seconde guerre mondiale, je considère qu’il doit être, dans un cadre institutionnel ou un autre, poursuivi, élargi et approfondi. J’espère qu’il en sera ainsi.

– Question: Le Vatican canonisera-t-il Aloïs Stepinac, ou pensez-vous que le pape François s’en abstiendra, du fait que cela porterait atteinte aux relations non seulement des deux Églises, mais aussi de la Serbie et de la Croatie, ainsi que de la Serbie et du Saint-Siège ?

– Mgr Irénée: je ne le sais pas si Stepinac sera « proclamé saint », c’est-à-dire canonisé et personne ne le sait actuellement. La décision est du ressort du pape François. (...) Rappelons qu’en Europe et dans le monde, il existe aussi des catholiques-romains, même un certain nombre de catholiques croates, qui pour des raisons de principe morales s’opposent à cette canonisation, ce qui est en général ignoré chez nous. Les documents d’archives et la littérature scientifique sur ce thème sont pratiquement inépuisables et le délai d’un an est trop court. En outre, cela vaut la peine d’attendre également l’ouverture de toutes les archives vaticanes et autres jusqu’à maintenant fermées. Aussi, je suis certain que le dialogue commencé sera poursuivi, soit sous la forme de la prolongation du mandat de la Commission, soit sous une autre forme. Quoi qu’il en soit, nous verrons. Dans ce cas, il ne faudrait pas que ce soit les relations entre États ou entre nations qui soient décisives. C’est la vérité historique qui compte et seule la vérité. Personne d’autre et rien d’autre !

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile