LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
V. Golovanow

L'événement le plus dramatique – le schisme de 1666.

Au début du XX siècle, l'influence des russes issus du milieu vieux-croyant se fit ressentir davantage laissant de nombreuses empreintes à Moscou en dehors de leurs communautés: pavillons individuels, théâtres, usines, écoles et hôpitaux.

Les communautés de vieux-croyants nous ont laissé un riche patrimoine: des nécropoles, des églises ainsi que des pavillons étonnants réalisés dans le style art nouveau commandés par des entrepreneurs et mécènes - les dynasties vieux-croyantes des Morozov, Shchukine, Riabouchinsky, Goutchkov, Soldatenkov.,,,

Le cimetière Rogojskoïe est un cimetière de Moscou où se trouve le centre spirituel et administratif de la branche de l'Église orthodoxe vieille-ritualiste russe acceptant d'ordonner des prêtres. L'autre cimetière d'origine vieille-ritualiste à Moscou est le cimetière de la Transfiguration qui au départ avait été ouvert pour les vieux-ritualistes refusant l'ordination de prêtres dans leur Église.

Tombes de la famille Morozov

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
MANŒUVRES DIPLOMATIQUES

La président russe V. Poutine a rendu visite le 31 mai 2017 au primat de l'Église des vieux-croyants, le métropolite Cornelius, à leur centre métropolitain de Moscou - Rogojskoïe qui existe depuis plus de 200 ans.

C'est un fait historique sans précédent: jamais aucun chef de l'état russe n'a rencontré un responsable des vieux croyants depuis que le fondateur du mouvement, le protopope (archiprêtre) Avvakoum, refusa de se soumettre aux ordres du tsar Alexis au XVIIe siècle.

Cette rencontre a suscité beaucoup de commentaires rappelant que la réunion du patriarcat de Moscou avec l'Église russe à l'étranger (ROCOR) en 2007 a été précédée d'une rencontre de V. Poutine avec le primat de cette Église séparée, le métropolite Laure, en 2003 à New York…

Mais ces spéculations ont été immédiatement refroidies par le métropolite de Volokolamsk Hilarion, chef du Département synodal des affaires ecclésiastiques extérieures, à l'occasion de la présentation de son nouveau livre le 1er juin 2017 à Moscou: "Il faut surmonter le schisme qui s’est produit dans l’Église orthodoxe russe au XVIIème siècle, mais cela ne se produira pas bientôt", explique le métropolite en exprimant le regret qu’actuellement les deux Églises « sont encore assez loin de travailler concrètement à surmonter ce qui en son temps a divisé les fidèles orthodoxes de notre patrie ».

Le métropolite a en revanche souligné qu’il entretenait de bonnes relations avec le métropolite Corneille, qu’il rencontre régulièrement, et il a également estimé que la visite récente que lui a rendue le président russe était liée à son soixante-dixième anniversaire et au prochain 400ème anniversaire de la naissance du protopope Avvakoum

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
Nous allons brièvement analyser les raisons historique de ce schisme et la situation actuelle

MYTHES ET RÉALITÉS

Contrairement à une opinion largement répandue, l'ancien rite russe, qui provoqua le schisme des Vieux-croyants, ne provient pas des erreurs des copistes, mais tire ses racines de l'une des plus anciennes traditions liturgiques orthodoxes abandonnée au Moyen-âge par Byzance.

Les vieux-croyants ne différent en effet de l'Orthodoxie officielle que sur des questions de rites et de pratique, mais en respectent totalement tous les dogmes des foi. Ils se sont séparés de l'Église orthodoxe russe en refusant les réformes introduites par le patriarche Nikon en 1666-1667 qui aligna le rite russe sur Byzance. Ce fut le schisme ("Raskol" en russe).

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
Du XVIIe siècle à la fin du XIXe, l'Église officielle et l'Administration impériale avaient le monopole total de l'information religieuse. Les réformes niconiennes ayant été ratifiées par les conciles de Moscou de 1666-1667, les opposants furent stigmatisés comme schismatiques et les causes du schisme présentées de façon biaisée.

Cette version est toujours largement rependue parmi les Orthodoxes, mais les recherches scientifiques menées dès la fin du XIX siècle (A.A. Dmitrievski, N.F. Kapterev, A.V. Kartachev …) montrent que, si les différences étaient bien réelles, elles n'avaient pas surgi par erreur mais remontaient à l'ancienne règle du Stoudios qui avait pénétré en Russie dès sa christianisation.

L'ANCIEN RITE RUSSE

Les missionnaires de Constantinople qui christianisèrent la Russie au Xe siècle apportèrent les rites alors en vigueur – ceux de la règle studite, établie par saint Théodore le Studite (759 - 826), higoumène du monastère de Stoudios à Constantinople à partir de 788-789. Il y développa un nouveau typicon, fondé sur les règles de saint Basile de Césarée (ca. 330 - 379) et saint Pacôme le Grand (v. 292 - 348), qui s'imposa progressivement à Constantinople (le mont Athos l'adopta en 962) jusqu'au XIIIe siècle. Cette règle s'appliqua aussi aux monastères fondés en Russie: la version d'Alexis le Studite (patriarche de Constantinople en 1025-1043) fut traduite en slavon et introduite par saint Théodose (+1074) à la Laure des Grottes (Kiev) après 1054; de là elle fut diffusées dans la majorité des monastères et paroisses russes.

À partir des XIIe-XIIIe siècles la règle studite fut graduellement remplacée à Constantinople par l'ancienne règle de Jérusalem, appelée Sabaïte car elle fut établie par saint Sabas le Sanctifié (439 – 532). L'Église de Byzance subit aussi l'influence latine, qui aboutit à l’Union de Florence (1439). La règle de Jérusalem néogrecque devint la référence universelle du monde byzantin, mais sa diffusion en Russie fut retardée par la domination mongole, qui coupait la Russie de Byzance comme de l'Occident. Son introduction y fut commencée aux XIVe – XVe siècles par les métropolites de Kiev et de toutes les Russies Cyprien (+1406) et Photius (+1431), mais sa généralisation fut encore ralentie par la rupture avec Byzance qui suivit le concile de Florence.

Ainsi, avant la réforme de 1666 - 1667, l'Église russe utilisait une règle hybride conservant des éléments de la règle studite, avec ses nombreux éléments paléochrétiens et paléobyzantins, à côté de ceux la règle de Jérusalem. Nikon et ses partisans manquaient de connaissances de la tradition ecclésiastique et les conseillers grecs ignoraient déjà la tradition studite; de ce fait les différences entre les textes russes et ceux alors en vigueur à Constantinople furent prises à tort pour des innovations ou des erreurs causées par des traductions fautives ou arbitraires, alors qu'elles provenaient de la règle originelle... Et c'est cet ancien rite russe qui est toujours en vigueur chez les Vieux-croyants.

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
FOI ET RITUALISME

Les livres imposés par la réforme furent de nouvelles traductions des livres liturgiques selon la règle néogrecque. Comme les chrétiens orthodoxes dans l’Empire ottoman n’eurent pas le droit d’imprimer les livres ecclésiastiques, ils durent recourir aux typographies européennes: la première édition imprimée du typicon Sabaïte est celle de Venise en 1545.Les livres liturgiques que Nikon fit traduire furent imprimés par les typographies des Jésuites à Rome, Venise et Paris (les premières éditions imprimées en slavon datent de 1610 et la première édition en Russie est celle de 1682, après la réforme…)

Et ils furent non seulement imprimés mais aussi rédigés en Italie à l'aide de sources des chrétiens de l’Italie méridionale qui pratiquaient le rite byzantin. Des glissements occidentalisants y apparurent; ils furent soulignés par les opposants à la réforme et, comme les livres et rites anciens furent anathémisés, de nombreux fidèles pensèrent que les vérités de la foi, qui avaient trouvé leur expression dans les rites et les livres à partir des premiers siècles, avaient été modifiés dans ces nouveaux textes. Cela accentua le rejet de la réforme qui, au départ, tenait surtout à la modification des rites.

Les principaux rites touchés sont, par exemple:

- Le signe de croix se fait désormais avec trois doigts dressés, l'index, le majeur et l'annulaire au lieu de deux (trois doigts réunis symbolisent la sainte Trinité, deux doigts repliés représentent les deux natures de Christ – divine et humaine – c'était précédemment le contraire!);
- Dans le Credo, le Saint-Esprit devient « source de vie »au lieu « vraie source de vie »;
- L'alléluia binaire est remplacé per une triple répétition
- Les processions se firent d'ouest en est au lieu de suivre le cours du soleil pour montrer qu'on va vers le Christ, le soleil du monde;
- Le nom de Jésus, prononcé traditionnellement comme "Isous" fut transformé en "Iisous";
- La liturgie fut célébrée avec cinq au lieu de sept phosphores, etc.

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
Le ritualisme tient une place très importante dans l'expression de la foi en Russie:

forme et contenu sont indissociables pour les croyants russes: « Aucun peuple chrétien de l'Europe ne possède un sentiment aussi aigu et brûlant de Dieu dans la matière, dans les objets sacrés que les Russes. La séparation nette du pur et de l'ignoble, du sacré et du profane dans la piété russe n'a comme précédent que, dans l'Israël ancien, le rapport à l'Arche d'Alliance (…). Comme prototype et anticipation de la vie juste, le peuple russe aime appréhender la vie quotidienne dans un contexte rituel et spirituel ; il aime que la vie quotidienne domestique autant que la vie publique soient comprises dans leur aspect ecclésial. Il aime considérer que, dans le creuset du culte ecclésial, tout ce qui est plein de grâce soit transformé de terrestre et périssable en quelque chose de pur et sacré,» écrit l'historien et théologien A.V. Kartachev (In « Le sens de la vieille-croyance », Paris 1924; Citation du journal «Tserkov» Moscou, 1992-2, page 18).

Cet aspect devint prépondérant chez les tenants des anciens rites: pour les Vieux-croyants cela va même encore plus loin. Les rites sont inséparables de la manifestation de leur piété comme l'écrit en 2002 l'évêque vieux-croyant Mikhaïl Semionov: « De quelle foi aux rituels peut-on parler ici ? Pour nos ancêtres les rites sont "la manifestation évidente de la vérité dogmatique…" comme écrit Klioutchevski***, et l'aspiration à conserver un tel rite-symbole n’est-elle pas naturelle ? On peut craindre que l'altération du rite n'en vienne à ébranler, à perdre la vérité de la foi habillée en cette enveloppe sacrée» (in « Apologie de la vieille-croyance », "Tserkov", Moscou, 2002, 4-5, page 19).

* V.O. Klioutchevski (1841 - 1911) est un historien russe;cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Vassili_Klioutchevski

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
DIVISIONS, PERSECUTIONS, EXODE …

Les vieux croyants furent anathémisés par le concile local de 1656 et firent l'objet de terribles persécutions durant les XVIIème et XVIIIème siècles, allant jusqu'au bucher (immolation du protopope Avvakum) et à des auto-immolations. À l’époque soviétique ils subirent le même sort que l'Église officielle. Ils sont chassés vers la Sibérie, les bords du lac Baïkal, le grand nord; certains choisissent l'exil et des communautés de « vieux croyants » se sont ainsi formées de la Roumanie (alors sous domination turque, on les appellent "Lipovènes") au Canada, aux États-Unis et en Amérique du Sud. Des communautés de plusieurs dizaines de membres ont ainsi conservé jusqu'à nos jours un russe très pur, des vêtements, des traditions et des chants du temps de Pierre le Grand.

Privés d'évêques, les vieux croyants se divisent en plusieurs Églises qui soit se passent de prêtres pour les sacrements (« sans popes »), soit ont recours à des prêtres consacrés dans l'Église officielle et qui choisissent de les rejoindre (presbytériens). Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que la mouvance la plus importante, "L'Église orthodoxe vieille-ritualiste russe", presbytérienne, se dote d'une hiérarchie en invitant un évêque serbe.


LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
MOTEURS DU DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Avant la révolution les Vieux-croyants étaient plus de quinze millions dans l'empire russe, avec vingt diocèses et plus de deux mille paroisses. Contrairement aux clichés encore répandus ils n'étaient pas tous des paysans enfermés dans des communautés archaïques; il y avait parmi eux de grands entrepreneurs qui furent les moteurs du développement économique de la Russie et détenaient une bonne partie du capital industriel russe (citons les Morozov, Mamontov, Riabouchinski, Rakhmanov /mes aïeux/ ou Soldatenkov, /aïeux du père Nicolas Soldatenkov/.) Ils sont tous les équivalents russes des Rothschild et Rockefeller.

Les communautés de différents rites ont formé une véritable économie parallèle, offraient des avances avantageuses, sans intérêts et même parfois sans rien demander en retour, aux personnes de la même confession, tout en mettant en place ce qu’on appelle aujourd’hui des assurances sociales et œuvres caritatives. Les entrepreneurs géraient les capitaux de la communauté, les faisant passer pour les leurs afin d’alléger l’imposition et d’éviter la pression fiscale et les prélèvements des autorités.

Au début du XXème siècle, des capitalistes « vieux croyants » se sont sérieusement lancés en politique, tout en facilitant la vie des ouvriers de leurs usines et en essayant de faire adopter une législation du travail plus adaptée : cette « responsabilité sociale » faisait également partie de l’esprit de collectivisme des anciens orthodoxes. Parallèlement, des membres de clans financiers et industriels des vieux croyants se sont liés aux révolutionnaires en les finançant, et ce avant tout pour faire pression sur le gouvernement du tsar. Au début de la révolution en 1917, les vieux croyants étaient ainsi assez puissants pour avoir une influence sur le tsar

Les persécutions bolchéviques ne les épargnèrent pas plus que l'Église officielles et ils ne seraient actuellement qu'environ deux millions en Russie, toujours divisés en plusieurs juridictions dont la plus importante est "L'Église orthodoxe vieille-ritualiste russe" ("Русская Православная Старообрядческая Церковь"), qui en regrouperait près de la moitié. Le centre métropolitain de cette Église se trouve au complexe du cimetière Rogojskoïe à Moscou; son chef porte depuis 1988 le titre de Métropolite de Moscou et de toute la Russie (titulaire actuel : Corneille depuis le 18 octobre 2005). Сf

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
QUELLE PLACE DANS LA SOCIETE?

L'attitude envers eux reste ambivalente: certains orthodoxes conservateurs leur reprochent l'insoumission à la hiérarchie ecclésiastique en considérant comme mineures les divergences sur les textes et les rites; mais il y a aussi ceux qui apprécient les vieux-croyants, comme Alexandre Soljenitsyne qui voit en eux les porteurs de la conscience et de la religion russe authentiques qui ont été détruites par les dérives provoquées par le schisme et la réforme de l’Église sous Pierre le Grand (in Alexandre Soljenitsyne, "La Russie sous l'avalanche", 1998) et il y a des théologiens orthodoxes qui vont chercher chez eux des racines authentiques. Ainsi le père Alexandre Schmemann, même s'il ne partage pas l'engouement de Soljenitsine comme le montre leurs échanges, s'en inspire peut être pour sa critique du "byzantinisme"…

« Le Raskol… ce fut la dissipation irréparable de la précieuse énergie nationale, ce fut un malheur immense dans la vie de l'Église et du peuple, une nouvelle catastrophe intérieure dans les destins de la Russie sacrée. Il a brisé l'âme du peuple et a obscurci la conscience nationale. Les zélateurs de la Russie sacrée l’ont emporté dans le secret et la clandestinité. Mais les classes officielles, ayant perdu l’instinct religieux, ont imperceptiblement succombé aux sortilèges d’une nouvelle culture : la culture laïque occidentale sécularisée. Le schisme religieux a entraîné le schisme de la conscience nationale, la catastrophe a été double et ce fut très compliqué.

Deux Russies apparurent : l’une populaire, avec l'image de la Russie sacrée dans l'esprit et le cœur, l’autre gouvernementale, cultivée, le plus souvent pas vraiment nationale. Cette catastrophe double eut pris au dépourvu la Russie sacrée, non préparée, comme la première catastrophe de l'invasion latine. Maintenant il arrive un ennemi ou concurrent beaucoup plus puissant. C'est la sécularisation mondiale de la culture européenne ; le remplacement de la théocratie par l’anthropocratie, l’autorité de Dieu par celle de l’homme; le christianisme par l'humanisme, le droit divin par les droits de l’homme, l’absolu par le relatif, la fin de interdiction des idées fausses et de la volonté de les diffuser. Le but de la Russie sacrée fut le ciel, celui de la nouvelle Russie c’est la terre. Là où le législateur était Dieu par l'Église, maintenant c'est l’homme autonome par le pouvoir de l'État armé de l'instruction scientifique… Pierre le Grand a opposé à la thèse de la Russie sacrée l'antithèse de l'État laïc et de la culture laïque. »

A.V. Kartachev, in « "La Russie sacrée" dans les destinées de Russie. » Cours pour la connaissance avec la Russie, Paris 1938 // Essai sur la Russie sacrée, Moscou 1991 (Paris 1956))

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
VERS UN RAPPROCHEMENT?

Des tentatives de surmonter le schisme eurent lieu sans résultat au XIXe siècle et ce n'est qu'en 1905 qu'un décret de l'empereur Nicolas II autorisa réellement les communautés de Vieux-croyants à pratiquer leur rite.

En 1800, un décret de Paul 1 autorise la pratique du "vieux rite" permettant la réception de paroisses vielles ritualistes dans l'Église russe et un décret de Nicolas II en élargissait les possibilités. Bien que la majorité des vieux-croyants refuse l'équivalence des anciens et des nouveaux rites et textes, plus de 800 paroisses pratiquant l'ancien rite faisaient partie de l'Église russe en 1918. On appelle ce mouvement "Edinovérié", mot formé sur les radicaux "édin" – un et "véra" – foi, qui souligne bien l'unité de foi malgré la différence de rites. Ces paroisses avaient pratiquement disparues sous le régime soviétique. En 1971 le patriarcat de Moscou lève l'anathème de 1656 à l'encontre des vieux croyants, qui ne sont donc plus considérés comme des « hérétiques » et le rapprochement s'accélère après le renouveau de l'Église russe. Une "commission pour les paroisses de tradition liturgique ancienne et la coopération avec les vieux croyants" fut créée en 2004 et un Centre patriarcal fondé en 2009 avec les mêmes objectifs Il y aurait actuellement dans l'Église russe un peu plus de 30 paroisses pratiquant le vieux rite, dont 1 aux USA, Pennsylvanie) **. Un vicariat dédie au vieux rituel a été crée au sein de l'Église russe à l'étranger (ROCOR); il dépend de l'évêque de Caracas Pierre (Bērziņš), qui a été sacré en 2008 selon le vieux rite***.

De nombreux contacts ont été développés récemment sous la responsabilité du métropolite de Volokolamsk Hilarion, responsable de la "commission pour les paroisses de tradition liturgique ancienne et la coopération avec les vieux croyants", avec l’Église orthodoxe vieille-ritualiste russe presbytérienne dirigée par le métropolite Corneille, qui regroupe environ 1 million de vieux croyants. Ces contacts ne montraient pas d'avancées notables, comme le souligne Mgr Hilarion dans son communiqué cité en introduction, mais …

Il n'est pas impossible qu'une annonce soit faite à l'occasion du 400-e anniversaire de la naissance du protopope Avvakoum en 2020: l’Eglise russe va participer mais ne fait pas (encore?) partie du "Comité d’organisation" de ces commémorations qui est présidé par le métropolite Cornelius et comprend aussi des représentants des vieux croyants "sans prêtres" ainsi que du ministère fédéral de la culture Cf. .
Au cours de la première réunion de ce comité le 24 mars dernier, le métropolite Cornelius a indiqué que cette commémoration peut donner une nouvelle impulsion au processus de rapprochement si elle donne lieu à "du travail commun, une bonne coopération…"


LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
La visite du président Poutine, certainement en accord avec le patriarcat, marque probablement une volonté d'accélérer le processus: en nous appuyant sur l'exemple de la réunification avec ROCOR, nous pouvons faire l'hypothèse que, malgré le démenti diplomatique de Mgr Hilarion, les deux Églises se dirigeraient vers un rapprochement du même type: l’Église orthodoxe vieille-ritualiste deviendrait une Église autonome au sein de l'Église russe en gardant ses spécificités, en particulier son ancien rite. Bien entendu, comme pour ROCOR, ce processus peut encore prendre plusieurs années … mais les commémorations de 2020, dans 3 ans, s’insèrent bien dans ce possible calendrier. Et pour le président Poutine c'est encore une occasion de se poser en pacificateur et d’asseoir son influence sur une nouvelle frange du "Monde Russe", en Russie comme hors de ses frontières.

Renvois:
** ICI
*** ICI
Sources principales:
- https://fr.wikipedia.org/wiki/Orthodoxes_vieux-croyants
- Job Getcha, «Le Typikon décrypté. Manuel de liturgie byzantine», Cerf, 2009, p40-52
- Blackwell W. L. The Old Believers and the Rise of Private Industrial Enterprise in Early Nineteenth-Century Moscow // Slavic Review. – 1965. – Vol. 24, N 3.
- A.B. Borodkin, "«ТРУД ДУХОВНЫЙ» И «ТРУД ДОСТОЙНЫЙ». ЭВОЛЮЦИЯ СТАРООБРЯДЧ,ЕСКОЙ ЭКОНОМИЧЕСКОЙ МОДЕЛИ во второй половине XVII–начале XX вв." Scientific revue of the Baikal State University", 2010, Vol.11. N2, p.5-15

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?
P.O. a consacré de nombreuses publications à la problématique des vieux-croyants. Nous complétons le texte élaboré par Vladimir Golovanow


ÉGLISE GREBENCHIKOVA DES VIEUX-CROYANTS /GREBENŠČIKOVA BAZNĪCA/
Рижская Гребенщиковская старообрядческая община


Si vous alliez à Riga, très belle ville, magnifique architecture art moderne, ne manquez pas de visiter la nombreuse communauté de vieux-croyants "GREBENCHIKOVSKAYA " russophones et son église où vous pourrez admirer une très riche collection d'anciennes icônes. D'abord construite en bois en 1760, l'église orthodoxe Grebenchikova actuelle date de 1814 et se reconnaît grâce à son dôme doré. Elle accueille aujourd'hui une large congrégation de Vieux-Croyants ainsi que de nombreuses icônes que cette dernière a pris soin d'emporter avec elle lors de sa fuite de Russie au XVIIIe siècle.

La communauté compte de nombreux jeunes. Film consacré à l'école du dimanche et à la colonie de vacances des vieux-croyants. Atelier de fonderie, copie de vieilles icônes en bronze et laiton.

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?

L'église orthodoxe Grebenchikova actuelle date de 1814 et se reconnaît grâce à son dôme doré

LE SCHISME SECULAIRE DES VIEUX-CROYANTS VA-T-IL SE RÉSOUDRE?

Les vieux croyants vont bientôt construire une église consacrée à ceux qui ont péri pour leur foi dans le camp des Solovki. Ce sera la première en Russie. L'église situera dans la ville de Lioudinovo, région de Kalouga. C'est en 2013 qu'il avait été décidé de la construire.

Une administration spéciale vient d'être mise en place qui aidera les vieux croyants venus de d'Amérique latine s'installer dans le territoire de Primourje et la région d'Amoursk. Deux médiateurs en charge des vieux croyants rapatriés ont récemment été nommés.

Près de Moscou, une communauté de vieux-croyants garde la mémoire d’un Français converti à l’orthodoxie.

Issue d’un schisme d’une violence inouïe avec l’Église orthodoxe russe, l’Église vieux-croyant tente de se perpétuer dans une Russie en pleine mutation. Un Français chez les vieux-croyants

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2017 à 20:40 | 22 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir G: cimetière familial le 20/06/2017 16:05
Je voudrais ajouter que je suis personnellement lié aux vieux croyants car mes aïeux appartenaient à cette confession. Le cimetière Rogojskoïe est notre cimetière familial: mes aïeux, les Rachmanov ont fait partie des ses fondateurs les plus importants et cinq générations de la famille y reposent, y compris deux sœurs de ma grand-mère paternelle que j'ai connues…

2.Posté par Alice le 20/06/2017 17:46
@Vladimir, la modestie n'est-elle pas une vertu?
Faut-il être si répétitif? Texte cf.... Rakhmanov /mes aïeux/ ou Soldatenkoff....

3.Posté par Vladimir.G: Renouer des liens séculaires... le 21/06/2017 23:35
Je vous remercie de mettre l'accent sur les Rakhmanov et Soldatenkoff. Il s'agit en effet de deux familles typiques des capitalistes et mécènes vieux-croyants presbytériens de Moscou dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ils ont laissé un riche patrimoine et joué un rôle de premier plan dans l'invitation de l'évêque serbe dont je parle dans l'article.père Nicolas Soldatenkoff. Cela n'avait d'ailleurs pas plu aux autorité et les responsables des deux familles avaient été convoqués pour explication par le gouverneur de Moscou... Ils ont aussi fait partie des fondateurs du complexe de Rogojskoe, comme je l'écris plus haut.

Le père Nicolas Soldatenkoff (http://www.egliserusse.eu/Archipretre-Nicolas-Soldatenkov_a89.html) descend de cette famille dont le plus illustre représentant fut Kosma Terentievich (1818-1901), un grand industriel du textile, mécène et collectionneur d’œuvres d'art, il a en particulier fondé le principal hopital de Moscou qui fonctionne toujours (http://www.worldcat.org/title/iz-istorii-rossiiskogo-predprinimatelstva-dinastiia-soldatenkovykh-nauchno-analiticheskii-obzor/oclc/624464825&referer=brief_results.)

La dynastie des Rachmanov a fait l'objet d'une monographie (http://www.labirint.ru/books/400359/.) Les vieux-croyants n'épousaient que des fidèles de la même confession et ,a grand-mère fut la première de la famille à rompre la tradition en épousant un orthodoxe "officiel" en 1910...

Ces deux familles n'étaient pas parentes, mais se connaissaient bien. Leurs datchas prés de Moscou étaient voisines (j'ai des photos de thés communs...), Kosma Terentievich était le parrain d'une sœur ainée de ma grand-mère, et ce fut amusant de renouer des liens avec le père Nicolas plus de 100 après ceux qui unissaient nos arrières-grands-parents respectifs!

4.Posté par justine le 22/06/2017 16:50
Ne serait-il pas temps, cher Vladimir, de ne pas seulement vous réclamer de vos illustres ancêtres, mais aussi de les rejoindre dans la Foi? Laissez donc les écuménistes qui font le travail de Pierre le Grand et de "l'Eglise vivante"!

5.Posté par Vladimir G: "un seul nom nous rassemble ici - Jésus Christ" le 22/06/2017 17:34
Je ne me "glorifie" pas de mes ancêtres comme les oies de la fables, je pense juste intéressant d'apporter des informations historiques peu ou pas connues en dehors de nos familles et qui éclairent bien le contexte de l'époque...

L'exemple de ma grand-mère montre justement que mes ancêtres faisaient partie de cette Église orthodoxe ouverte, inclusiviste, joyeuse dont je parle sur un fil voisin, et que partagent la plupart des Orthodoxes comme le démontrent les exemples des patriarche de Roumanie, de Moscou, de Serbie et Saint Nicolas d'Ohrid ("un seul nom nous rassemble ici - Jésus Christ"!)... Mais probablement pas vous, bien chère Justine!

6.Posté par Tchetnik le 22/06/2017 20:51
Saint Nicolas d'Ohrid, le patriarche Paul, Saint Mitrophane de Vorobezh....et bien d'autres étaient respectueux mais certainement pas oecuménistes, Vladimir. Il faudrait cesser d'invoquer telle ou telle personne sainte pour la faire militer pour ce pour quoi elles n'ont jamais milité. Etre Chrétien Orthodoxe joyeux signifie avant tout être Chrétien Orthodoxe fidèle. Pas nécessairement relativiste.
Et c'est votre habituel mensonge de faire croire que la joie comme l'"ouverture" ne seraient synonyme que d'"oeucuménisme"...

7.Posté par Vladimir.G: faits historiques à rappeler le 22/06/2017 23:21
Saint Nicolas d'Ohrid quand même des fondateurs du mouvement œcuménique (première réunion de la Commission "Foi et Constitution", 1927) et c'est à la tribune de la deuxième Assemblée Générale du COE qu'il lance sa célèbre formule, comme un testament 18 mois avant de s'endormir dans le Seigneur: "un seul nom nous rassemble ici, à Evanston, - Jésus Christ"... (CF. http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/LES-DIVISIONS-ORTHODOXES-SUR-L-OECUMENISME_a4530.html)

Et la plupart des Orthodoxes sont sur la même ligne comme le montrent les exemples des patriarches de Roumanie, de Moscou, de Serbie... cités dans tous mes commentaires précédents et que Tchetnik, comme Justine, préfèrent passer sous silence...

8.Posté par Jean le 23/06/2017 08:51
A la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, de même qu'à la bibliothèque des facultés de théologies de Strasbourg, est disponible le compte rendu de la réunion d'Evanston en 1954.
En le scrutant minutieusement, je n'ai pu trouver aucune mention d'une participation, encore moins d'une déclaration de saint Nicolas Vélimirovitch.
Le lien donné par Vladimir, ne fait que recenser les déclarations écrites dans un article par Mme Vidovic qui elle-même ne cite jamais précisément ses sources, ce contentant de précisions spatio-temporelles.

9.Posté par Tchetnik le 23/06/2017 13:20
...et Saint Nicolas d'Ohrid ne plaçait dans le mot "œcuménique" une signification très différente de celle de Vladimir.
Le mensonge consistant à placer deux choses différentes sous un même terme, je le rappelle.

Le fait que certains évêques pensent effectivement "relativisme" ne légitime pas leur position pour autant. Certains évêques pensent que le Slavon est une langue descendue du ciel, que chaque virgule du texte de l'Ancien testament contient Dieu, que le peuple russe est un peuple élu de Dieu (tiens, tiens, le cryptotalmudisme semble faire des émules...), pur de toute violence, que mahomet était un apôtre, que les Bouddhistes ont la Grace au même titre que les Chrétiens, qui vont allumer les bougies sur la Hannoukiah...

10.Posté par Daniel le 23/06/2017 23:03
@ Jean (message 8)

Pourriez-vous donner le titre, année d'édition, éditeur, auteur et ISBN de l'ouvrage auquel vous faites référence.

Merci pour cette indication qui démontrerait :

- soit le mauvais travail de recherche fait par des personnes pourvues de titre universitaire, chose qui se retrouve aussi sur le site www.publicorthodoxy.org

- soit la désinformation des oecuménistes, chose qui se retrouve aussi sur le site www.publicorthodoxy.org

- soit les deux

11.Posté par justine le 24/06/2017 18:26
A Daniel post 10, le site www.publicorthodox.org est un organe de la Fordham University connue pour être un instrument d'élite du mouvement écuméniste. Ce qui nous renseigne sur son degré de crédibilité!

12.Posté par Laurence Guillon le 24/06/2017 22:08
La réunification avec les vieux-croyants est mon rêve le plus cher, elle est beaucoup plus nécessaire à mes yeux que l'oecuménisme et le rapprochement avec les Eglises hétérodoxes, car ce schisme n'aurait jamais dû avoir lieu et a eu des conséquences extrêmement néfastes. J'en veux personnellement beaucoup au patriarche Nikon, au tsar Alexis, à Pierre le Grand et à Catherine II. Ils ont cassé en deux l'organisme russe et permis l'introduction de dérives regrettables. Après avoir connu le chant byzantin, la liturgie des vieux-croyants m'est devenue beaucoup plus proche que les chants d'opéra du XVIII°, maniérés, extérieurs, coupés des sources. Je ne vais pas passer dans la vieille foi, car la nouvelle a donné beaucoups de saints et de martyrs, et je trouve les vieux-croyants parfois un peu raides, mais j'ai acquis la conviction qu'ils avaient raison, et je comprends qu'ils se soient opposés à des réformes arbitraires, inutiles, violentes, aux conséquences dramatiques.

13.Posté par Tchetnik le 25/06/2017 09:30
Disons que certaines réformes étaient effectivement nécessaires mais ont été réalisées sans discernement et trop vite. Ce qui a créé de la crispation des deux côtés. Le concile de 1666-1667 a d'ailleurs approuvé ces réformes mais en condamnant Nikon.

14.Posté par père Joachim le 25/06/2017 10:42
Merci 12 et bon dimanche.
Ne vous réjouissez vous pas d'entendre chanter les moines russes de VALAAM qui n'ont pas opté pour la tentation de la RUPTURE ?
Ainsi leur foi et leurs prières vivifient la ferveur de l'Entière Église sans se revêtir pour la circonstance des parures sans nuances d'un "fixisme" réducteur.
( Le rascol avec tout ce qu'il transporte de grand et beau pour nous, risque de rappeler à un observateur froid , les traits de mouvements religieux d'un autre Continent ? tel les amish)

Dans le sens d'un autre enracinement Russe plus positif, je regardais hier soir, les traits des visages des chantres excellents du "Mont Athos Slave". Ils n’évoquaient pas le moins du monde une 'approche folklorique de la foi orthodoxe et pas non plus la pompeuse imitation (très réussies par fois ) de l'académisme musical liturgique des cathédrales ici et là .... "Chants d'opéra du XVIII°"

L'aisance des moines à dire des mélodies plus qu'ancestrales avec décontraction, semble nous inviter à plus d'attention pour ces jeunes Pères qui proposent aux églises de profiter, plus, de l’authentique «initiation » dans la spiritualité du "désert" de l'église indivise. « Le Mode est Dogme» disait l’Ancien Enoch le Roumain, sur la Ste. Montagne, et c’était peu dire...

Les tentatives de réformes s'imposent aux avancés déviantes. Mais historiquement, l’Église du Christ, Elle, que nous portons chère 12 comme "dans des vases d'argile" s’épanouit sans ruptures et se développe en renouveaux permanents… tout un programme en harmonie !
A nouveau merci 12 et bon dimanche

15.Posté par Jean le 25/06/2017 14:35
Cher Daniel, voici la référence du livre évoqué :
L'Espérance chrétienne dans le monde d'aujourd'hui : message et rapports de la deuxième Assemblée / du Conseil oecuménique des Eglises, Evanston 1954 [15-31 août]
Neuchâtel ; Paris : Delachaux et Niestlé, cop. 1955. 478 p. ; 24 cm.
Malheureusement sur le site de la bibliothèque je n'ai pas vu l'ISBN.

16.Posté par Clovis le 25/06/2017 20:49
Je partage avec Laurence l'expectative d'une réconciliation avec les vieux croyants. Les choses n'ont que trop duré.
Et il est vrai que la réforme aurait pu se faire dans la douceur, de manière beaucoup moins brutale. Autre temps autres mœurs, Chez les cathos, les jansénistes avaient aussi leur mot à dire et ils ont eux aussi été persécutés.
C'est malheureux.
Aujourd'hui cependant , il serait bon de faire contre mauvaise fortune bon cœur et se serrer les coudes. Les deux églises ont eu leur lot de martyrs et le débat actuel semble crispé et peu fécond du moins de la manière dont il m'a été exposé par un évêque vieux croyants.... Somme toute très formaliste.
Ceci étant dit culturellement, cette obédience n'a pour ainsi pas subi les affres de l'acculturation du baroque occidental notamment qui ont dénaturé ces siècles de labeur et de prière durant lesquels les russes s'étaient "conjugués" avec l'orthodoxie.

17.Posté par Уникальный опыт выживания старообрядцев особенно востребован le 27/06/2017 10:47
митрополит Корнилий сожалеет, что возвращающихся из-за рубежа старообрядцев принимает "не родина-мать, а мачеха"

Москва. 27 июня. ИНТЕРФАКС - Глава Русской православной старообрядческой церкви митрополит Корнилий считает опыт выживания старообрядцев особенно важным для страны в современных условиях.

"Государство за последние 350 лет очень по-разному к нам относилось. Сегодня, думаю, власти понимают, что у старообрядцев есть уникальный опыт выживания с Божьей помощью. А он сейчас нужен всем, особенно под санкциями Запада", - заявил митрополит в интервью, которое публикует во вторник газета "Комсомольская правда".

По его словам, сейчас происходит поддержка всего русского, "а старообрядцы - это русские из русских, государство это понимает".

Глава РПСЦ считает, что историю России невозможно понять, не зная, почему произошел раскол, "а не понимая его причин, раскол можно повторить".

"Солженицын хорошо сказал: "17-й век породил 17-й год". После раскола верхушка страны пошла по западному пути, а народ остался верен древнему православию. А потом настал 1917-й, и те же русские люди разоряли церкви, сбрасывали колокола - не французы какие-то", - отметил он.

Говоря о церковном расколе, митрополит Корнилий признал, что он ослабляет Церковь, но при этом назвал добрососедскими отношения с Московским патриархатом.

По его словам, "перегородки", которые разделяют Церковь старого и нового обряда, "могут нас спасти, не дадут сразу утонуть нашему кораблю, если в него попадает торпеда".

"Мы готовы к добрососедству, но ломать перегородки - пока нет. Смута начнется и у нас, и у них", - полагает духовный лидер.

Он также коснулся проблемы, связанной с возвращением старообрядцев из-за рубежа, указав на то, что у государства есть желание им помогать, "но на местах их принимает не родина-мать, а мачеха".

"Вот приехали они из Боливии. Они же как дети доверчивые. Местный глава района говорит: давайте деньги, я вас стройматериалами и землей обеспечу. Потом главу района посадили, деньги пропали, земли нет. Поселили их рядом с наркоманами. В какой-то общаге. Наркоманам такое соседство не нравится, они староверов стали выживать. Предприниматели зоопарк из них хотели сделать - привозить туристов и показывать людей с бородами в рубахах", - рассказал митрополит.

18.Posté par Русская православная старообрядческая церковь основала свою первую общину в Пакистане le 30/06/2017 09:52
Священник Русской православной старообрядческой церкви Кирил Шахзад принял в лоно христианства 120 жителей Пакистана.

Соответствующий чин он провел в городе Саргода, создав таким образом первую старообрядческую общину в этой стране, сообщает пресс-служба РПСЦ.

Сам отец Кирилл, пакистанец, стал старообрядцем весной этого года. Он проходил обучение в России, присутствуя на богослужениях. Ему помогали священники, знающие английский язык. Теперь эти знания он передаст своей общине.

Число христиан в Пакистане составляет приблизительно 1-2% от всего населения страны. Православное христианство в стране начало распространяться, по преданию, с проповеди апостола Фомы.

19.Posté par Vladimir.G: continuer ici la discussion sur le vieux rite russe le 01/07/2017 15:05
Merci bien cher Jean (8 & 15) pour cette recherche scientifique de vérification des sources. J'ai préféré reporter ma réponse sur le fil dédié à ce sujet (http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/LES-DIVISIONS-ORTHODOXES-SUR-L-OECUMENISME_a4530.html?com#last_comment) pour continuer ici la discussion sur le vieux rite russe relancée par les commentaires 12, 14, 16...

20.Posté par Vladimir G: LE SCHISME DE VIEUX-CROYANTS FUT, ÉVIDEMMENT UNE ERREUR le 03/07/2017 10:36
LE SCHISME DE VIEUX-CROYANTS FUT, ÉVIDEMMENT UNE ERREUR provoquée par la volonté d'imiter Byzance, comme je l'explique dans mon article: rien n'obligeait l'Église russe à abandonner le vieux rite russe, qui a d'ailleurs été à nouveau admis à partir de l'édit de tolérance de Paul I (de façon il est vrai marginale). Cet alignement sur Byzance entraina de fait une ouvertures aux influences occidentales, particulièrement sensibles dans l'iconographie et la musique religieuse à partir du XVIIIe siècle, dont furent préservés les vieux-croyants par leur sacralisation des vieux rites et coutumes.

Il n'est donc pas étonnant que le mouvement du retour aux sources russes d'une partie de l'intelligentsia, qui anima le mouvement slavophile à la fin du XIXe siècle et se fait à nouveau sentir actuellement (voir par exemple certaines prises de position de Soljenitsine), conduit à un rapprochement avec les vieux-croyants et à la volonté de mieux les réintégrer dans la société. V. Poutine cherche à intégrer cette mouvance dans sa reconstruction d'une "idée russe" et s'appuy en particulier sur l'Église russe pour cela; il est donc logique qu'il cherche à renforcer ce flanc idéologique en se rapprochant des vieux-croyants, comme il le fit avec l'Église Hors Frontière, et cela renforce aussi sa stature de "pacificateur" de la société russe.

LA POSITION DE L'EGLISE A HISTORIQUEMENT EVOLUE avec celle du pouvoir: après les persécutions violentes au XVII-XVIIIe siècles vint une tolérance teintée de prosélytisme à la suite de l'édit de Paul I: la tolérance de la "foi unique" (edinoverie) était considérée comme une mesure transitoire permettant le retour des vieux-croyants à l'Orthodoxie officielle. Cette tolérance se renforça au cours du XIXe et le début du XXe, avec l'édit de Nicolas II, vit une réelle reconnaissance du vieux rite. Rien ne s'oppose maintenant à la reconnaissance des vieux-croyants et à une union eucharistique du côté de l'Église russe (l'administration de l'eucharistie par un prêtre vieux-croyant est d'ailleurs autorisée en cas d'urgence).

Il n'en est pas de même du côté des vieux-croyants dont la majorité refuse toujours d'admettre les nouveaux rites: un écriteau à l'entrée de la cathédrale de Rogojskoe prescrit aux adeptes du nouveau rite de ne pas s'avancer dans la nef et de "ne pas se signer avec 2 doigts" … (sic. expérience personnelle.) Il semble donc que, même si la direction de l’Église orthodoxe vieille-ritualiste russe allait vers une forme de réunion avec l'Église russe, une part importante des vieux-croyants le refuserait, tant chez les non-presbytériens, évidemment, que même pour une bonne part des fidèles actuel du métropolite Corneille. Cette situation tempère clairement les volontés de rapprochement des deux hiérarchies que V. Poutine semble vouloir pousser à accélérer le processus.

21.Posté par Глава старообрядцев не верит в возможность преодоления раскола с Московским патриархатом le 07/08/2017 13:46
Предстоятель Русской православной старообрядческой церкви митрополит Корнилий считает невозможным воссоединение староверов с Московским патриархатом.

"Раны раскола слишком глубоки. Мы очень разные по своей сути, по обрядам, по духу. Мы никогда не сможем принять их обрядов, вряд ли и они захотят вернуться к старой вере в ближайшее время", - сказал он в интервью, опубликованном в понедельник в газете "Коммерсант".

Существующие отношения с Московским патриархатом он охарактеризовал как мирное сосуществование и поблагодарил государственные власти за равное отношение к обеим Православным церквям.

"Я вхожу в состав Совета по взаимодействию с религиозными объединениями при президенте РФ. Это означает, что старообрядцев государство признает наравне с другими традиционными конфессиями. Хотя власти знают, что нас не так много по статистике, но все равно нам оказывается равное уважение с другими конфессиями, поскольку мы действительно традиционная Православная церковь", - заметил он.

Также митрополит уверен, что добрососедские отношения, которые сложились у староверов с Московской патриархией, служат тому, "чтобы люди не озлоблялись друг на друга, жили в мире, помогали обществу бороться с пьянством, наркоманией, абортами".

31 мая этого года духовный центр старообрядцев в Москве на Рогожском кладбище посетил российский президент Владимир Путин, и митрополит называет это событие "историческим, знаковым". "В былые времена мы и мечтать не могли, что в наш духовный центр в Москве приедут цари, генеральные секретари", - говорит он.

"Мы благодарны властям, что есть поддержка. Можно констатировать, что сейчас у нас с государством добрые отношения, которые уже приносят благие плоды. За это мы очень благодарны Богу и правительству", - заключил глава старообрядцев.

22.Posté par Vladimir G: Les vieux-croyants pas encore prêts à rejoindre le Patriarcat de Moscou le 11/08/2017 12:11
Les vieux-croyants pas encore prêts à rejoindre le Patriarcat de Moscou

08.08.2017 par Jacques Berset, cath.ch

Primat de l’Eglise orthodoxe des vieux-croyants, le métropolite Corneille (Korniliy) de Moscou et de toute la Russie ne croit pas à une possible réunification avec le Patriarcat de Moscou. Pas question, au stade actuel, d’un dépassement du schisme de l’Eglise orthodoxe vieille-ritualiste russe remontant au XVIIe siècle.

“Les blessures du schisme sont trop profondes. Nous sommes trop différents dans nos fondements, dans nos rites et dans notre esprit. Nous n’accepterons jamais leurs rites et ils vont difficilement revenir à l’ancien rite dans un proche avenir”, a-t-il déclaré dans une interview accordée lundi 7 août au quotidien russe Kommersant.
Relations de bon voisinage

Le métropolite Corneille qualifie de coexistence pacifique et de relations de bon voisinage les rapports actuels de son Eglise avec le Patriarcat de Moscou, “ce qui aide les gens à être respectueux les uns des autres, à vivre en paix, à lutter contre l’alcoolisme, les addictions aux drogues et l’avortement”. Il remercie également les autorités russes pour leur attitude envers les deux Eglises orthodoxes, traitées sur un pied d’égalité.

Le président russe Vladimir Poutine a rendu visite le 31 mai 2017 au primat de l’Eglise des vieux-croyants, à leur centre métropolitain de Moscou-Rogojskoïe, qui existe depuis plus de 200 ans.

Poutine, l’entremetteur

C’est un fait historique sans précédent, souligne V. Golovanow sur le site Parlons d’Orthodoxie: “Jamais aucun chef de l’Etat russe n’a rencontré un responsable des vieux croyants depuis que le fondateur du mouvement, le protopope (archiprêtre) Avvakoum, refusa de se soumettre aux ordres du tsar Alexis au XVIIe siècle”.

Cette rencontre a suscité beaucoup de commentaires. En 2007, rappelle-t-il, la réunion de l’Eglise russe hors-frontières (ERHF), dite aussi Eglise russe à l’étranger, avec le Patriarcat de Moscou, avait été précédée d’une rencontre de Vladimir Poutine avec le primat de cette Eglise séparée, le métropolite Laure, à New York, en 2003.
Spéculations immédiatement refroidies

Mais, rappelle V. Golovanow, ces spéculations ont été immédiatement refroidies par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, chef du Département synodal des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le 1er juin 2017. “Il faut surmonter le schisme qui s’est produit dans l’Eglise orthodoxe russe au XVIIème siècle, mais cela ne se produira pas avant longtemps”, déclarait-il alors. Il exprimait le regret qu’actuellement les deux Eglises “sont encore assez loin de travailler concrètement à surmonter ce qui en son temps a divisé les fidèles orthodoxes de notre patrie”.

Les orthodoxes vieux-croyants, plus souvent appelés vieux-croyants (starovères) ou vieux-ritualistes, sont un ensemble de groupes qui se sont séparés de l’Eglise orthodoxe de Russie par leur refus des réformes introduites par le patriarche Nikon en 1666 – 1667. De nombreux changements dans les rites et les textes mis en œuvre par Nikon visaient à aligner le rite russe sur Byzance.

Raskol, le schisme

Les vieux-croyants ne différent de l’orthodoxie officielle que sur des questions de rites et de pratique, mais en respectent totalement tous les dogmes de la foi. Ces réformes ont pourtant causé un schisme dans l’Eglise orthodoxe russe, connu sous le nom de Raskol (schisme, en russe).

Avant la Révolution de 1917, les vieux-croyants étaient près de 20 millions dans l’Empire russe, mais après des décennies de persécutions par le régime communiste en Union soviétique et la sécularisation de la société russe, ils ne seraient pas plus de deux millions à l’heure actuelle, selon l’agence de presse russe Interfax. D’autres sources citent le chiffre d’un million.

Persécution

Les vieux croyants furent l’objet d’un anathème lors du concile local de 1656 et subirent de terribles persécutions durant les XVIIème et XVIIIème siècles, allant jusqu’au bûcher, comme dans le cas de l’archiprêtre Avvakoum. A l’époque soviétique, les fidèles de cette Eglise considérée comme schismatique subirent le même sort que l’Eglise orthodoxe officielle. Ils sont alors déportés en Sibérie, sur les bords du lac Baïkal, ou dans le Grand Nord. Certains choisissent l’exil et des communautés de vieux croyants s’installent en Roumanie (connus sous le nom de “Lipovènes”), au Canada, aux Etats-Unis et en Amérique du Sud.

En 1971, le Patriarcat de Moscou a levé l’anathème de 1656 à l’encontre des vieux croyants, qui ne sont donc plus considérés comme des “hérétiques”, permettant d’accélérer le rapprochement entre les deux Eglises. Une “commission pour les paroisses de tradition liturgique ancienne et la coopération avec les vieux croyants” a été créée en 2004 et un Centre patriarcal a été fondé en 2009 et poursuit les mêmes objectifs. (cath.ch/interfax/pdo/be)

23.Posté par PHOTOS un été avec les vieux-croyants d'Aidara le 30/08/2017 16:14
Sibérie : un été avec les orthodoxes vieux-croyants d'Aidara

Le photographe Emile Ducke a passé plusieurs semaines avec la communauté d’Aidara, 150 personnes vivant en quasi-autarcie dans la plaine de Sibérie occidentale.

Après la réforme de l’Eglise russe au XVIIe siècle, les orthodoxes vieux-croyants se sont autoproclamés gardiens des traditions. Poursuivis par le tsar puis par les soviets, ils ont trouvé refuge dans des contrées lointaines, en Sibérie occidentale. La communauté d'Aidara, 150 personnes, vit en quasi-autarcie. Stepan et ses trois enfants, Andrey, Ustina et Maxim, dans leur champ, pendant la moisson. L’herbe ramassée sera stockée pour nourrir le bétail pendant l’hiver. (Emile Ducke) SUITE

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile