LES ENFANTS A L’EGLISE
Traduction Elena Tastevin

Où et comment doit se tenir le petit chrétien pendant l’office ? Les parents se demandent s’ils peuvent laisser leur fille tenir sa poupée ou encore jouer avec des bouts de cierges.

Le protopresbytre Fedor Borodine, recteur de l’église Saint Côme et Damien, père de 5 enfants s’en est entretenu avec le correspondant de « Neskoutchny Sad » Sophia Poutchkova.

Certains adolescents ne peuvent pas rester calmes à l’office ne fût-ce que pendant 10 minutes alors que des enfants de 5 ans se tiennent debout pendant toute la liturgie sans bouger. Aussi le maintien de l’enfant à l’église n’est pas fonction de son âge mais de son aptitude à prier. L’enfant qui ne voit pas pratiquement aucune action a beaucoup de mal à se concentrer. Aussi, il se sentirait mieux devant l’autel où il peut regarder ce qui se passe. Les parents et le père spirituel de l’enfant doivent le laisser assister à l’office le temps pendant lequel il est capable de rester concentré.

Bien entendu si l’enfant est encore petit, s’il pleure ou gambade dans l’église il faut le maintenir dans le réfectoire. Parfois, il vaut mieux ne pas amener l’enfant à l’église mais le laisser dormir à la maison. En effet, les petits sont souvent fatigués après la sortie de l’école.

LES ENFANTS A L’EGLISE
Nous avons souvent tort en imposant aux enfants des contraintes qu’ils ne peuvent pas assumer. Par exemple, les parents arrivent à l’église bien avant les heures et la liturgie avec un enfant de 5 ans. En grandissant le petit se souviendra toujours du mal au dos et aux jambes, d’un office incompréhensible et très long. Ce n’est pas la joie.

Les enfants ne doivent pas être surchargés par l’office. Mes propres souvenirs d’adolescent liés à l’église sont associés au mal au dos. Notre famille n’était pas religieuse, c’était ma marraine qui m’emmenait à l’église. Je ne comprenais rien, personne ne m’expliquait rien. Par exemple, quand on présentait le calice je pensais « Enfin ». Et quelle déception j’éprouvais à l’époque lorsque l’on l’emportait. Parce que cela signifiait qu’il fallait attendre encore 30 minutes avant la communion. Quand je sortais de l’église ma marraine me donnait des tartines et un thermos et je pensais « C’est fini, maintenant ils me laisseront tranquille pendant 6 mois » même si globalement je me réjouissais d’aller à l’église.

Quand il y a plusieurs enfants dans une famille, il est préférable d’aller au début de l’office avec les grands et au moment où l’on dit le « Notre Père » avec les petits.

Dans l’une des églises de Moscou il y a une garderie où l’on peut laisser les enfants. Ils y suivent le catéchisme et c’est au moment du canon eucharistique ou plus tard qu’on les fait entrer dans l’église. C’est une expérience intéressante parce que les parents peuvent prier tranquillement et que les enfants ne se fatiguent pas à l’office et ne restent pas désœuvrées.

Espace enfant

Aujourd’hui une famille nombreuse a du mal parce que souvent il n’y a pas de place même pour installer la poussette sans parler de la possibilité de changer l’enfant et le faire manger. Je pense, que l’espace enfant doit exister dans toutes les églises. Aller à l’église avec trois ou quatre enfants est un exploit surtout pour une femme enceinte. L’espace enfant peut être séparé par une fenêtre insonorisée pour que l’enfant puisse regarder. De plus cet espace pourrait être équipé par les haut-parleurs si bien que l’enfant entendra l’office sans que ses cris soient entendus par les paroissiens

LES ENFANTS A L’EGLISE
Pardon, votre enfant joue avec des anges !

Les tous petits peuvent apporter des jouets à conditions qu’ils ne soient pas sonorisés. On peut laisser l’enfant jouer, par exemple, dessiner ou modeler les restes de cierges dans la mesure où cela ne perturbe pas l’office. Aujourd’hui les enfants ne sont pas capables de percevoir quoi que ce soit si leurs mains ne sont pas occupées. Il me semble que les petits peuvent s’assoir sur la marche devant l’autel. Ils ont des âmes intègres et pures, c’est comme s’ils étaient assis aux pieds du Christ. Nous ne devons pas répéter les fautes des apôtres qui ne laissaient pas les enfants s’approcher du Christ. Il est tout de même important d’inculquer aux enfants la conscience du mystère qui est celui de l’Eglise. Lorsque l’enfant s’amuse parce qu’il ne peut plus rester sans bouger il faut se rappeler qu’un jour une dame est venue voir Saint Séraphin de Sarov et son enfant s’est mis à courir et à s’amuser dans sa cellule. La dame a eu honte de son fils mais le saint père lui a dit que son enfant était en train de jouer avec les anges.

Les enfants qui bavardent sans vergogne font preuve d’un comportement inadmissible. Il s’agit d’un enfant qui oublie Dieu et préfère jouer et bavarder.

Une fois un de nos adolescent qui servait dans l’autel faisait semblant qu’il avait affaire dehors pendant la liturgie. Il descendait dans la cave et y volait de l’argent. Un jour nous avons appris que deux adolescents passaient leur temps dans notre cave à boire du thé et à bavarder. Il faut arrêter les enfants lorsque leur comportement frise l’insolence et souvent il suffit de leur faire une remarque avec amour sans les punir. Il ne convient d’appliquer que très rarement des punitions sévères.

LES ENFANTS A L’EGLISE
Nous ne pouvons pas forcer un enfant d’aimer la liturgie. La décision d’aimer Jésus ou non murit dans l’âme de chacun et nous ne pouvons pas décider pour autrui. Le prophète Samuel avait de mauvais enfants alors que lui-même avait été élu pour transmettre le message de Dieu. Nous pouvons cependant susciter la curiosité de nos enfants pour les offices. Il aurait fallu éditer un manuel liturgique accessible, similaire à la série « la physique ou les mathématiques pour tous. Il faudrait également traduire les chants et les tropaires les plus fréquents.

Il vaut mieux se passer d’un surveillant

Les enfants doivent être pris en charge dans l’église. Souvent nous voyons une mère qui prie pieusement alors que ses enfants courent, poussent les chandeliers, font du tapage et dérangent tout le monde. Les parents doivent surveiller leurs enfants. Dans notre église il y une personne qui s’occupe des petits c’est mais en principe la fonction des parents. Les enfants doivent savoir qu’il est interdit de jouer pendant l’office. Une chose est de dessiner, les amusements en sont une autre.

On peut et il faut faire des remarques aux enfants. Si dans mon enfance j’avais essayé de grignoter des graines de tournesol l’adulte le plus proche m’aurait réprimandé. Actuellement, nous n’avons plus le droit de faire des remarques aux enfants d’autrui. La société ne s’occupe plus de l’éducation de ses jeunes et c’est très mal. Nous devons faire comprendre à nos enfants que l’office religieux est saint.


LES ENFANTS A L’EGLISE
Souvent l’enfant se faufile pour être le premier à communier.

Il s’est habitué à être l’un des premiers quand il était petit. Parfois l’enfant va bousculer les plus petits. Il faut lui dire dans ce cas qu’il sera le dernier à communier. La fois prochaine il ne recommencera pas. Il faudrait aussi prévoir un espace où les adolescents pourraient rester entre eux après la fin de la liturgie. Chaque cours de catéchisme devrait avoir un « Club des anciens » pour maintenir les liens d’amitié tissés par les adolescents. A l’université ou au travail l’homme est entouré de non croyants et pour tenir il a besoin de communiquer avec ses anciens camarades de catéchèse.

« Neskoutchny Sad »

Дети на богослужении

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 16 Juin 2017 à 10:50 | 16 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile