Le Saint suaire de Turin authentique à 95%
De nouvelles études, menées par des scientifiques italiens, ont cherché à attester l'authenticité du Saint suaire de Turin. Mais ils n'ont pas réussi à déterminer comment s'est imprimé le corps du Christ sur la toile.

Un groupe de spécialistes de l’Agence italienne pour les nouvelles technologies, l’énergie et le développement durable a publié un rapport sur les plus récentes études du Saint suaire de Turin, réalisées ces cinq dernières années. Leurs résultats mettent un point final aux discussions sur son authenticité.

Un rayonnement surpuissant

La principale question examinée était l'apparition de l’image du corps sur la toile de lin et elle est restée sans réponse. Les scientifiques ont avancé l'hypothèse que le corps ce serait imprimé suite à une très puissante explosion de rayonnements ultra-violet. Mais jusqu’à présent il n’existe pas d’appareil capable de générer un rayonnement de telle force.

«Le Vatican considère que les études du linceul de Turin sont terminées», rapporte la critique d’art, membre de la commission d’investigation du Vatican, Ekaterina Sinitsyna-Santoni.

«Les résultats sont positifs. D’abord, le linceul est daté du 1er siècle après J.C., et non du Moyen Âge. Ensuite, nous avons prouvé l’absence totale de pigment, donc l’image n’est pas faite de la main de l'homme. Et enfin, le contour du corps provient d’un rayonnement. Le corps s'est trouvé enveloppé dans le tissu pendant 40 heures. Le rayonnement n’est pas un laser. Comme le considère notre chef, le professeur Manuela Marinelli, on peut affirmer à 95 % que le linceul est authentique», ajoute-t-elle.

Ne pas confondre

«Il ne faut pas confondre le linceul de Turin avec une autre image de Jésus Christ, vénérée par les catholiques et les orthodoxes, «le voile de Véronique», conservée à la cathédrale Saint Pierre du Vatican», souligne Ekaterina Sinitsyna-Santoni.

«Il y a de cela un mois, je faisais le guide à la basilique Saint Pierre et j’ai entendu les paroles de ma collègues qui en montrant le pilastre de Sainte Véronique a dit que c’était le linceul de Turin. C’est une erreur grave car avec ce voile elle a essuyé le Visage du Christ au cours de son ascension au Golgotha, c’est-à-dire quand le Christ était encore en vie».

Quand au Saint suaire de Turin, les spécialistes italiens planifient de nouvelles recherches.

La Voix de la Russie

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Décembre 2011 à 10:49 | 8 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile