Le patriarche Cyrille constate une intensification des relations avec les catholiques depuis qu’il a rencontré le pape
Le patriarche Cyrille considère que sa rencontre le 12 février 2016 avec le pape François a contribué à renforcer un dialogue constructif avec l’Église catholique.

« Je dois dire qu’après cette rencontre nos relations bilatérales sont devenues plus intenses », a déclaré le Patriarche au cours de l’audience qu’il a accordée ce jeudi aux chefs de mission diplomatique des pays d’Amérique latine et des Caraïbes en poste à Moscou. Puis il a déclaré qu’il existe des divergences, y compris théologiques, entre orthodoxes et catholiques et a affirmé son soutien au dialogue théologique entre les deux Églises.

« Nous ne sommes pas enclins à minimiser nos divergences, mais en même temps nous comprenons que les chrétiens, tout particulièrement en Amérique latine, ont pour une telle collaboration un potentiel capable de mobiliser les forces chrétiennes pour la résolution de nombreuses questions qui inquiètent l’humanité. »

Et le Patriarche a rappelé qu’au cours de sa visite en Amérique latine, alors qu’il se trouvait aux pieds de la statue du Christ qui domine Rio de Janeiro, il a prié pour les chrétiens victimes de répressions au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans le monde entier. Moscou. 8 juin 2017. INTERFAX Traduction "PO"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juin 2017 à 13:08 | 6 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Marie Nelson le 11/06/2017 23:08
Dans les monastères et les ermitages, il y a d’authentiques pères spirituels, des starets et des Saints qui ont passé leur vie dans la prière, qui vivent en relation constante avec Dieu.
Dans les patriarcat, il y a de grands universitaires, de brillants organisateurs, de fins stratèges, de subtils diplomates et des politiciens qui bénéficient presque tous du rang d’Evêque.
Les seconds affirment qu’il faut jouer la mascarade de l’unité de façade et de l’œcuménisme, les premiers affirment unanimement que cette unité n’est qu’un mensonge, une trahison et une apostasie.
Choisis ton camp, camarade !

2.Posté par père Joachim le 12/06/2017 08:21
Eh oui Sainteté et vous le savez bien mieux que moi ! Faute d'armée médiévale nous pouvons aussi pratiquer la "politique des petits pas" pour accomplir "notre vocation ancestrale" : Tout réunir en un seul corps Jn.10, 16.

C'est évidemment une exégèse contextuelle partiale qui a cours depuis 13 siècles. Elle as nivelé (aligné) et continu sa démarche sur un très grand nombre d'antiques églises d'occidents et d'orients... Voyez la mine et les "costumes" des maronites et des catholiques orientaux de tout bords

Quand aux rites nouveaux issus de la ligne nouvelle "d'acculturation" ce ne sont que des libations exotiques tolérées; que toute démarche impérialiste se doit de pratiquer

Pourquoi pas ? mais autant appeler un chat, un chat, et à partir d'une liberté de choix possible , il est excellent de laisser vivre, faute d'être persuadé qu'on est le bon dieu !

3.Posté par Tchetnik le 12/06/2017 10:09
@Marie

Votre inquiétude est légitime, mais sisons que l'Eglise a toujours eu besoin des deux, chacun ayant eu son rôle à jouer, parfois positif, parfois négatif, hélas.

Après, si le relativisme facile et l'unité de façade sont effectivement condamnables, une certaine idée de proximité spirituelle, de respect et de collaboration dans certains enjeux de vie n'est pas nécessairement nuisible, bien au contraire. Saint Sava en Arménie ou en Mésopotamie avait bien demandé aux hiérarques des églises du cru de prier pour lui, ce sans pour autant relativiser les différences dogmatiques qui existaient.

4.Posté par justine le 14/06/2017 20:06
Post 2: Les brebis dont parle le Seigneur dans Jn 10,16, sont selon l'interprétation de tous nos Saints Pères les "nations", c'est a dire les païens. Ce sont ceux qui, dit le Christ , "écouteront Ma Voix", et ainsi il y aura "un seul troupeau, un seul Berger". Quant au "très grand nombre d'antiques églises d'occidents et d'orients... de tout bords", dont chacune écoute son propre cocktail de voix, cela n'a certes rien à voir avec ce passage de l'Evangile de Jean.

A Tchetnik, post 3: Mais a force de jouer ces jeux, les seconds - qui ont déjà une prédisposition au sécularisme et relativisme - le plus souvent finissent par en être complètement grignotés et au lieu de faire leur devoir sacré, font juste le contraire et empêchent meme d'autres, plus intègres, de faire le leur. L'Eglise n'a jamais eu besoin d'hypocrites et de diplomates. Une telle idée est complètement étrangère a l'Evangile. Sa force justement, ce sont les Saints Confesseurs et Martyrs. "Mon Royaume n'est pas de ce monde."

5.Posté par Tchetnik le 15/06/2017 09:34
@Justine

On est bien d'accord, mais pour pouvoir agir avec efficacité dans le monde, l'Eglise a toujours su alterner entre fermeté et dialogue. Ce qui ne signifie pas forcément céder du terrain sur les enseignements et idéaux fondamentaux, même s'il y a hélas toujours un risque.

Le dialogue respectueux (comme Justin et Tryphon) n'empêche pas le refus du synchrétisme. Saint Sava a aussi fait de la diplomatie quand c'était le moment et confessé avec plus de fermeté la foi quand c'était le temps aussi.
Il y a un temps pour tout et il est nécessaire d'adapter son action à la nécessité du moment, le problème étant que tous n'ont hélas pas le discernement pour comprendre quand le temps du dialogue est effectivement terminé.

6.Posté par Gilles le 15/06/2017 19:41
il est une formulation à la messe "comme nous l' avons appris du Seigneur , nous osons dire" , à faire réfléchir même du coin reculé de sa chambre comme en Nuit des Eglises sans doute sur ce que nous osons dire ou ce que nous osons faire en contraire ou ce que nous ne faisons pas , il est une prière comme un Trésor et non un adieu de la Croix , même si nos pas ne sont pas parfaits et sans fausse contrition de dire cela , une prière plus qu' une prière car dedans tout est Dit , au sens d' intra-muros et d' hors-les-murs aussi , Espérance en Partage , et même si les faits ou les "bla-bla" manquent de réponse visible immédiate , ne pas désespérer ni renoncer ni renier , Espérance en Partage , un peu et beaucoup comme en premières journées d' Assise , comme des instruments de paix et de Sa Paix

7.Posté par Gilles le 15/06/2017 20:08
l' âge d' or n' existe pas , pas plus qu' un "new age" ou quelque "doux nirvana" ou autres "petits nuages" parfois pires ou comme dérives sectaires ; il fut , il est , il sera des épreuves , c' est ainsi . Invincible Espérance , Espérance Eternelle ; . Et si le Ramadan n' est pas Carême , il est Ensegnement aussi , rappel ou appel en mémoires et des jeûnes selon Isaïe , accordant les Paroles et les Actes , Consoler comme Aimer , de nos petits pas aussi , Espérance en Partage , Fraternité d' Espérer , à bras ouverts aussi , Un Seul Père

8.Posté par Vladimir G: "un seul Nom nous rassemble: Jésus Christ!" le 17/06/2017 08:03
Là je suis bien d'accord avec vous, cher Tchetnik: "Le dialogue respectueux (comme Justin et Tryphon) n'empêche pas le refus du syncrétisme" et l'Église russe refuse aussi tout "relativisme"...

9.Posté par Gilles le 19/06/2017 06:45
(sans uniatisme , ni prétention ni intentions de savoir ou de protester ou de diviser ou de place ou d' hérésie) , Espérance au Nom du Père , Un Seul Père , Notre Père

10.Posté par Gilles le 21/06/2017 21:41
les aventuriers de l' arche d' alliance ou perdue , non, le spectacle des dix commandements non plus , l' union sacrée non plus ,, car cybervie et trop souvent nous laissant à l' écart . " Sur un ânon ou une ânesse"" , et du bois de Sa Croix et de Ses souffrances et de nos souffrances ou peines ou égarements et rémission des péchés et joies aussi , de La Crèche et Sa Croix , Espérance plus forte que les raisons de "j' ai raison" d' hommes et de leurs folies et rejets aussi , Il brise l' arc de guerre , Espérance en Patience et Partage aussi , au Nom du Père , Un Seul Père , Notre Père

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile