Les étudiants  de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge … à la faculté de théologie protestante
Ils seront donc 25 étudiants orthodoxes – auxquels s’ajoutent près de 300 étudiants par correspondance – à se familiariser, dès la fin du mois de septembre, avec les locaux de l’Institut de théologie protestante!

Contraint de quitter ses locaux pour cause de travaux, l’Institut orthodoxe Saint-Serge fera cette année sa rentrée dans les murs de la faculté de théologie protestante de Paris.

C’est un cas pratique d’œcuménisme du cœur… Dimanche 15 octobre, les étudiants de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, fleuron de la tradition orthodoxe en France, effectueront leur séance solennelle de rentrée dans les locaux de la faculté de théologie protestante de Paris.

Installé depuis un siècle sur une colline artificielle du XIXe arrondissement de la capitale, l’institut Saint-Serge, qui a vu défiler dans ses murs les plus grands noms de l’intelligentsia russe orthodoxe après la Révolution d’octobre 1917, est acculé par la préfecture de Paris à de lourds travaux de sécurisation.

Les étudiants  de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge … à la faculté de théologie protestante
Des chambres pour les internes chez les dominicains

« Les bâtiments ont été construits sur un sol de schiste troué par des catacombes et la culture de champignons », explique son président Jean-François Colosimo.

La facture – plusieurs millions d’euros – sera honorée par l’archevêché des Églises russes d’Europe occidentale, rattaché au patriarcat œcuménique de Constantinople (Istanbul).

Quant à l’Institut Saint-Serge, sans le sou et secoué par une crise existentielle qui a abouti en 2015 au remplacement de son évêque de tutelle, il s’est mis d’urgence en quête d’un lieu d’accueil pour ses étudiants à la rentrée.

2014 - 2017 Crise a l'ITO Saint-Serge à Paris !

Ils seront donc 25 étudiants orthodoxes – auxquels s’ajoutent près de 300 étudiants par correspondance – à se familiariser, dès la fin du mois de septembre, avec les locaux de l’Institut de théologie protestante (170 inscrits l’an dernier). Deux salles de cours et un bureau leur seront dédiés pour deux ans, ainsi qu’un oratoire qui devrait être utilisé en commun.

C’est Jean-François Colosimo qui a directement contacté juste avant l’été Corinne Lanoir, alors doyenne de l’institut protestant, pour lui demander l’hospitalité. « C’est pour nous une façon concrète d’aller au-delà des déclarations d’amitié, même si au quotidien tout est encore à construire », raconte cette dernière. Cerise sur le gâteau œcuménique, les dominicains du couvent voisin – Saint-Jacques, qui abrite par ailleurs le centre Istina de dialogue théologique avec les Églises orthodoxes – met à la disposition des chambres pour les internes.

Le meilleur de la pensée théologique au XXè siècle

Les relations entre les instituts protestants et orthodoxes à Paris n’en sont pas à leurs balbutiements. Des sessions communes se tiennent régulièrement entre étudiants et enseignants, qui se retrouvent aussi à l’occasion sur les bancs de l’institut supérieur d’études œcuméniques (ISEO) de la Catho.
Surtout, ces deux traditions chrétiennes, bien que minoritaires dans l’Hexagone, ont en commun d’avoir produit sur les rives de la Seine le meilleur de la pensée théologique au XXè siècle. En fécondant les plus grands esprits catholiques – les jésuites Jean Daniélou et Henri de Lubac, le dominicain Yves Congar –, elles ont notamment contribué au renouveau théologique qui a plus tard ouvert la voie au concile Vatican II.

A une échelle plus modeste, la cohabitation qui s’annonce ouvre à son tour de nouveaux horizons. « Il est clair que l’étude des pères de l’Église sera un terrain où les orthodoxes pourront nous être d’un grand apport », fait valoir Corinne Lanoir. Quant aux orthodoxes, ils pourront puiser à loisir dans le fonds Paul Ricoeur, le célèbre philosophe qui a légué l’ensemble de sa bibliothèque à la faculté protestante.

Samuel Lieven, le 19/09/2017 La CROIX

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Septembre 2017 à 08:47 | 23 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Tchetnik le 20/09/2017 15:53
Ca en dit long sur un siècle de présence "orthodoxe" en France...

2.Posté par Boris le 20/09/2017 17:00
"Quant à l’Institut Saint-Serge, sans le sou et secoué par une crise existentielle qui a abouti en 2015 au remplacement de son évêque de tutelle..".

Je n'en crois pas mes yeux!!! la crise existentielle ayant démarré depuis fort longtemps, Monseigneur Job a vraiment bon dos... .

"La facture – plusieurs millions d’euros – NE sera JAMAIS honorée par
l’archevêché des Églises russes d’Europe occidentale, rattaché au
patriarcat œcuménique de Constantinople..."

"Mgr Job Getcha, archevêque de Telmessos exarque des paroisses russes en Europe occidentale relevant du Patriarcat de Constantinople, a évoqué, à la grande surprise de son auditoire, la « situation inquiétante » de l’Institut Saint-Serge. Dans un réquisitoire sans appel, ce théologien formé sur les bancs de la maison, dont il fut par la suite doyen entre 2005 et 2008, a dénoncé pêle-mêle la « tendance laïcisante » de l’institut, tenté de réduire le rôle de l’archevêque – qui en est aussi le recteur – à un « rôle honorifique », une « mauvaise gestion » et un « mauvais niveau académique », appelant de ses vœux une « réforme en profondeur ».

3.Posté par Daniel le 20/09/2017 17:16
@Tchtenik

De m^me que ces paroisses qui existent depuis environ 100 ans et qui squattent toujours des cryptes d'églises catholiques.

4.Posté par Tchetnik le 20/09/2017 21:28
@Daniel

....Ou qui ne survivent péniblement que sous perfusion externe.

5.Posté par Vladimir G: l''''impacte impressionnant de la théologie orthodoxe le 21/09/2017 13:53
"bien que minoritaires dans l’Hexagone, ont produit sur les rives de la Seine le meilleur de la pensée théologique au XXè siècle. En fécondant les plus grands esprits catholiques – les jésuites Jean Daniélou et Henri de Lubac, le dominicain Yves Congar –, elles ont notamment contribué au renouveau théologique qui a plus tard ouvert la voie au concile Vatican II. "

Cet article est particulièrement important puisqu'il montre l'impacte impressionnant de la théologie orthodoxe sur la pensée des Catholiques, en s'adressant principalement à des lecteurs catholiques qui, en règle générale, ignorent tout de l'Orthodoxie!

6.Posté par justine le 23/09/2017 20:32
Vu la source de l'article, on ne s'étonne de rien. La réalité est que la théologie authentique, que ce soit celle du 20e siècle ou du 4e, n'est pas l'affaire de la pensée, comme croient les romeo-catholiques, mais provient de l'illumination par la Grâce incréée qui transforme les pêcheurs en vrais théologiens.

7.Posté par Marie Genko le 23/09/2017 22:23
Pour ma part, je suis franchement étonnée!
Il y a suffisamment d'orthodoxes à Paris pour que l'archevêché puisse s'adresser à n'importe queI autre patriarcat ?
Les Roumains ont leur propre institut de théologie, les Russes ont leur séminaire.
Alors pourquoi aller chez les Protestants ? Les Catholiques sont infiniment plus proches de nous!

@Vladimir message 5
j'espère que vous vous trompez lorsque vous écrivez que les Orthodoxes ont
contribué au renouveau théologique qui a plus tard ouvert la voie au concile Vatican II. "
Le Concile de Vatican II a créé un schisme et a grandement contribué à parachever la désacralisation du rite de la messe catholique.
Je pense que l'influence protestante, présente elle aussi à Vatican II, a contribué à déstabiliser ces malheureux Catholiques.
Catholiques déjà attaqués par la Laïcité agressive de notre pays.
Nous constatons hélas l'étendue des ravages.

8.Posté par Tchetnik le 24/09/2017 13:05
Avec "500 000 Orthodoxes" en France, soi-disant, ils ne pouvaient pas faire une quête pour louer un local - même si cela n'enlève rien au geste de la faculté Protestante, qui elle au moins, fait son travail?
Comment se fait-il qu'après un siècle de présence en France, l'Eglise Orthodoxe et ses différents - et surnuméraires - avatars, en soient encore à jouer les mendiants Roumains aux feux rouges?

C'est un peu triste à dire, mais s'il y a bien un critère qui ne ment pas pour mesurer la santé réelle d'une institution, c'est bien le portefeuille...

9.Posté par Daniel le 24/09/2017 13:09
@ Marie

Déplacer un lieu d'enseignement n'est pas chose aisée. Il y a des questions avant tout logistiques : possibilité d'avoir des salles attitrées en permanence par exemple, possibilité de stocker le matériel de cours sur place, possbilité d'un lieu d'hébergement pour les internes (qui dans ce cas est à proximité)...

10.Posté par père Joachim le 25/09/2017 15:33
Le malheur de cette histoire est le trop grand nombre de stations de métro entre Villier et Laumière.

Pour combler ces distances il a du y avoir, du temps des vaches maigres, entre l'Archevêque GEORGES et le Père ALEXIS un solide pont commun gage de leur proximité culturelle et spirituelle .
Ensemble je les ai vu avancer portant humblement le dépôt de la slavité universelle, ( certainement, volet ultime de la grande romanité latino-grecque et au delà de la fondamentale alliance synaîtique de la judaïté).

Peut on imaginer que du vivant des grands témoins qui reposent à Sainte Geneviève on ait pu voir se vider l'"Institut"? ... Imaginez la réaction de Monsieur OSSORGUINE et des autres, sur les quels nous avons caché nos indifférences coupables et notre démobilisation d'enfants d’émigrés trop gâtés ?

Qui d’honnête, dans notre génération de confort, peut accepter que la "colline russe" dans Paris, soit désertée ? alors que ce lieu emblématique à justement manifester avec RÉUSSITE et EXCELLENCE de l'universalité slave qui nous habite, et qui à présent peut librement témoigner ?

A qui revient à présent l'honneur de sauver "l'eau du bain" quel que soit "le bébé"qui s'y baigne en ce moment ?

Ne nous reste-il plus, du point de vu religieux, qu'à être des gestionnaires de " CLOCHERS" bien placés sur les côtes ensoleillées, et témoigner tristement de notre ignorance quand à la " VASTE COUPOLE" de notre identité civilisatrice et réellement porteuse de promotions humaines et de PAIX UNIVERSELLE encrées dans l'Essentiel ?

Le "SERGIESKY PODVOR" tel qu'il était devra être, consolidé et rétablit ( aux prix de certains réajustements) pour témoigner pour l'avenir de ce que nous sommes, en demeurant en Occident le CŒUR et la CONSCIENCE de nos aspirations pacifiques les plus larges et les plus généreuses ; celles que les plus étrangers ont pu le percevoir et apprendre, Rue de Crimée quand au delà en France, de Russie, il n'y avait d'enseignement que la très folklorique FRANCE-URSS.

Aujourd'hui encore des choix restent à faire ....

11.Posté par Marie Genko le 25/09/2017 22:00
@ Père Joachim,
Mon Père bénissez.
Je ne suis pas certaine d'avoir saisi toute la teneur de ce que vous avez voulu exprimer dans votre message N°10.
Pour moi il n'y a pas de" slavité universelle".
Il y a des coutumes et des rites profondément enracinés dans le cœur des Orthodoxes et ces rites sont différents selon le peuple orthodoxe qui prie dans un lieu donné: en Géorgie, en Russie, en Roumanie ou ailleurs.

Au Xème siècle, lorsque l'Occident était encore orthodoxe, il avait son propre rite et sa propre musique.
Et il me semble que ce sont justement ces racines que l'Occident doit s'appliquer à redécouvrir, s'il veut que le christianisme fleurisse à nouveau sur ce sol.
Souvenons nous combien d'églises et d'abbayes se sont jadis construite ici, et combien de prières sont montées de l'Occident chrétien!
L'Occident peut admirer le rite slave, mais ce rite ne correspond pas à son identité profonde.
Espérer que l'Occident puisse se convertir au rite russe est à mon sens une utopie digne du panslavisme du XIXème siècle.
La présence des exilés orthodoxes russes en Europe occidentale a certainement été un témoignage, qui a aidé à réveiller des consciences, chrétiennes assoupies.
Mais pour moi ce volet de notre Histoire est terminé.

Le flambeau a été repris par les Eglises mères, qui témoignent l'Orthodoxie en Europe occidentale par la voix des assemblée des évêques orthodoxes.

Je crois beaucoup au dialogue inter religieux et si les chrétiens ne veulent pas disparaître, balayés par la nouvelle civilisation qu'on s'efforce avec succès de nous imposer, et bien il est temps d'unir nos forces.

Je viens de terminer un livre intitulé :

"Comment être chrétien dans un monde qui ne l'est plus. Le pari bénédictin"

Ce livre est écrit par un Orthodoxe américain et cela vaut vraiment la peine de le lire pour comprendre quel monde sera celui de nos enfants.
Avec tout mon respect et ma reconnaissance pour le temps que vous prenez ici.

12.Posté par Affeninsel le 25/09/2017 22:19
A Marie Genko : cela tient aussi de la volonté de quelques personnes qui voient en Saint Serge un outil de promotion d'idées personnelles de conserver un 'jouet' bien à soi, qui ne puisse pas partir dans les mains des autres.
A Tchetnik : en tout cas le manque d'argent est souvent une preuve de l'anémie spirituelle. L'abondance d'argent, elle, ne prouve rien, comme lorsqu'elle provient des caisses de l'Etat (à bon entendeur...)

13.Posté par Marie Genko le 26/09/2017 09:37
@Affeninsel,

Je suis atterrée par ce que vous venez d'écrire.
Comment en est-on arrivé à laisser l'orgueil prendre la place de l'humilité.
Triste...Triste...!
Que le Seigneur pardonne et éclaire les esprits égarés.

14.Posté par Tchetnik le 26/09/2017 09:50
@Affeninsel

En effet.
Disons seulement que vu que la Maison de Dieu doit être une maison d'ordre, des finances saines traduiraient au moins une gestion compétente sur une base de fréquentation importante.

15.Posté par père Joachim le 29/09/2017 23:19
Chère Amie et sœur en Christ Marie,
Il y avait chez l’archevêque Georges de Syracuse, chez le père Alexis, les Professeurs Jean Morozoff (histoire église russe) et Cyrille Eltchaninoff (philo.russe) et biens d'autres, un profond encrage dans leur héritage qui était susceptible d'émouvoir d'enseigner, d être transmis "partout" et n'importe qui. (C'est déjà la définition de l'UNIVERSALITE; seul espace possible pour la FOI de JÉSUS)

Dans leur éthos à la fois russe et chrétien il y avait l'ouverture et le service gratuit vers et pour l'autre sans arrière pensée.
Toute cette dynamique de "civilisation" était l'expression de l'universalité de leur foi orthodoxe et en même temps le lieu de leur propre illumination. ( quelqu’un ne disait il pas trouves la PAIX en toi et 100.000 la trouveront autours)

Sans rien renier de ce qu'ils avaient "sucer à la mamelle" (expression du Père André BORRELY) ils exprimaient, ils transpiraient, par leur être et leur propos la culture Œcuménique de l'Église qu’ils ont servie et aimée et qu’ils ont fondé ici pour très longtemps encore.

S'ils trouvaient suffisamment de continuateurs et de chevilles ouvrières ici, la-bas ou plus loin, devrions nous avoir du soucis à nous faire pour le monde et les églises de demain qui appartiennent à Dieu, tout autant que pour nos enfants dont nous partageons avec LUI la charge ?

16.Posté par Marie Genko le 30/09/2017 14:34
@Père Joachim

Mon Père bénissez.
Je comprends d'autant mieux votre message N°15 que j'ai moi aussi sucé à la mamelle de ma famille cette Foi orthodoxe dans sa version russe.
L'Orthodoxie était pour mes parents et pour moi-même le seul bien hérité de notre lointaine patrie!

Je comprends qu'à la vue de l'errance provoquée sur le sol de France par l'idéologie des Lumières et les erreurs successives des Catholiques romains durant le second millénaire, cette terrible désolation ambiante a pu inspirer les personnalités que vous citez: l’archevêque Georges de Syracuse, le père Alexis, les Professeurs Jean Morozoff (histoire église russe) et Cyrille Eltchaninoff (philo.russe) et biens d'autres, ont pu espérer que leur témoignage deviendrait la pierre angulaire du renouveau chrétien en Europe occidentale.
Je comprends que cet espoir d'une reconstruction orthodoxe de l'Occident ait pu les animer d'un grand feu intérieur et d'une certitude, qui s'est à son tour transmise à leurs élèves et à tous ceux qui ont eu la chance de se nourrir à leur enseignement.

Cher Père Joachim, nul d'entre nous n'est infaillible!

Vous dites :

"la dynamique de "civilisation" était l'expression de l'universalité de leur foi orthodoxe "

Avec la tragédie actuelle, qui touche Saint Serge, nous constatons que cette grande vague d'espoir, portée par ces hommes de Foi, cette vague d'espoir semble s'être tarie sur le sable de l'Occident.

La grandeur de l'Orthodoxie est justement dans la SAGESSE de la PLURALITE de son expression cultuelle.
Ici en Occident, les peuples ont rejeté l'universalisation imposée par Rome!
Vatican II l'a compris en imposant la langue locale avec une terrible maladresse.

Pour moi, l'Europe est mûre pour retourner à ses racines.
Elle est mûre pour retrouver la Foi d'un Saint Benoît, qui sut construire une Europe chrétienne orthodoxe sur les ruines de l'empire romain.
Grâce aux bénédictins, la France, et même l'Europe entière, s'est couverte d'églises et d'abbayes!
Souvenez-vous combien de Prières, autrefois orthodoxes, sont montées de ce sol vers le Seigneur!
L'Europe est mûre pour retourner vers ses racines parce que les ravages de l'Idéologie des Lumières sont arrivées à un point de paroxysme.
Les civilisations ont toujours été mues par un grand mouvement de balancier.
Le balancier de l'Occident a été trop loin dans le rejet de Dieu et dans le libertarisme.
Il a été trop loin en voulant couper les racines des peuples et leur substituer une nouvelle civilisation métissée!
Métisses sans Foi et sans racines, soumis à la civilisation de l'Homme Dieu, comme le disait Soljenitsyne.

Parce que je suis née sur ce sol et que j'ai été éduquée par des sœurs oblates de l'Assomption durant sept années de mon instruction secondaire, je connais assez de l'intérieur la Foi catholique et je sais combien sont nombreux ceux qui lui sont inconditionnellement attachés.

Croyez-moi, cher Père Joachim, les peuples rejettent de toutes ses forces l'universalisation d'un monde unipolaire, et nous chrétiens orthodoxes et catholiques et protestants nous devons nous entraider et nous tenir par la main pour résister aux assauts furieux de l'idéologie athée que nos états s'efforcent de nous imposer.
Le témoignage orthodoxe est celui de la Vérité de l'héritage laissé par le Christ, dans le respect de l'âme des peuples.
Et c'est la raison pour laquelle je suis convaincue le Seigneur permettra autant aux Catholiques qu'aux Protestants de retrouver leur Orthodoxie première dans le rite et la culture qui ont été durant des siècles celles de leur différentes nations.
Avec tout mon respect, bien à vous dans le Christ. Marie

17.Posté par Affeninsel le 01/10/2017 20:01
Je n'ai pas bien compris, Mme Genko, si c'est moi que vous qualifiez d'orgueilleux et d'égaré...
En attendant je continue de me désoler que vous fassiez de l'orthodoxie un "moyen" en vue de la préservation d'une identité personnelle et nationale...

18.Posté par Marie Genko le 01/10/2017 21:55
message 17 Affeninsel

A ce jour, je n' ai aucune raison de vous traiter d'orgueilleux.

Vous avez écrit au sujet de Saint Serge :

"cela tient aussi de la volonté de quelques personnes qui voient en Saint Serge un outil de promotion d'idées personnelles de conserver un 'jouet' bien à soi, qui ne puisse pas partir dans les mains des autres."

Je ne souhaite pas savoir à qui vous avez fait référence en écrivant cela.
D'après les informations qui circulent, il est vraisemblable que vous ayez raison.
Et je trouve infiniment triste que ce qui fut un joyau de la théologie orthodoxe puisse s'éteindre par la faute de ceux qui souhaiteraient en faire un outil de promotion d'idées personnelles.

N'est-ce pas une forme d'Orgueil de vouloir imposer ses vues aux autres ?

Comme je l'ai écrit, j'aurais trouvé plus normal que les responsables de Saint Serge s'adressent à des structures orthodoxes russes, roumaines ou autres...

A mon tour de ne pas comprendre pourquoi vous estimez que je fais de l'Orthodoxie un moyen en vue de la préservation d'une identité personnelle et nationale... ?

Est-ce le fait de souhaiter que l'Occident retrouve la Foi des bénédictins et toute la richesse de son rite occidental latin, qui vous fait dire cela ?

Depuis l'aube de l'histoire de l'Eglise chaque territoire canonique orthodoxe a son propre rite et sa propre musique.
Ce territoire canonique n'a jamais été destiné à être national.
Il ne peut pas l'être à moins de tomber dans le phylétisme.
Vous savez parfaitement qu'il en est de même aujourd'hui.

Parce que tous nos sens se sont imprégnés depuis notre petite enfance par la musique de nos offices, nous sommes complètement attachés à notre Liturgie, nous sommes portés dans notre Prière et nous sommes motivés pour approfondir notre Foi.

C'est justement cette " incarnation" de la Foi dans l'âme d'un peuple fait la force de l'attachement de ce peuple à sa Foi.
Voilà pourquoi je souhaite à l'Occident de retrouver les racines de son orthodoxie perdue.
Et je ne vois pas cela comme un moyen de préserver une identité nationale, puisque le territoire canonique de l'évêque de Rome va bien au-delà des frontières de notre pays, la France.

Très amicalement Marie

19.Posté par père Joachim le 03/10/2017 09:05
Chère Marie, je me réjouis de trouver dans vos propos la richesse de votre conviction religieuse et son généreux attachement à la foi ancestrale, celle dont la liturgie et l'écriture qualifie de "la foi de nos Pères (et ... Mères)
Vous semblez rejeter le qualificatif "d'universalité" par crainte de la quo-notation écrasante qu'il a pu prendre dans l'histoire.
Mais quand on emploie ce terme, on peut penser à l'universalité du message que Jésus lui donna quand IL parla à la SAMARITAINE d'un FUTUR véritable culte "en esprit et en vérité"à propos de vrais adorateurs ...
Cela ne l’empêchant pas, soit dit en passant, de prêcher AUSSI pour la bonne cause de sa "propre chapelle"

Ainsi donc, aujourd'hui, dans les 14 stations de "notre chemin de Croix occidental", il y a place pour l’espérance d'une résurrection possible du ferment vivificateur le la foi de "l'église" indivise dont vous savez si bien parler. Mais il est tout aussi vrais que devra subsister, ici, à côté d'autres fois et conviction philosophiques, l’adhésion à différents christianismes et plus particulièrement à celui des options de la foi catholique romaine dans toute sa diversité.

Ce qui est nouveau dans ce débat d'idées occidental c'est la présence d'un pôle culturel nouveau de la " PENSÉE RUSSE"avec un réinvestissement slave très positif et inespéré, né du post soviétisme.
et reconnaissons le du renouveau ecclésiastique en Russie.

Qui pourrait nier qu'il y est là un débat à mener contre la pensée unique de académisme français passionnellement antireligieux ? Mais tout aussi stérile que le fondamentalisme qui s'était imposé au religions en Orient ?
Il y a donc pour nourrir le débat des idées dans la Capitale certaines stations du chemin de croix qui appartiennent à la Russie; il serait dommageable à la démarche "irénique" qui est scellée ce jour au Centre Culturel, que nous perdions en route pour 1OOO et une raisons débiles le plus beau et plus ancien "joyau de la couronne" morale qui veut être un artisan majeur d'une PAIX offerte dans une approche TOUTE nouvelle.

20.Posté par Marie Genko le 03/10/2017 21:58
@ Père Joachim,

Mon Père bénissez.
Pardonnez-moi de ne pas être certaine de comprendre votre pensée.
Lorsque vous écrivez:

"il serait dommageable à la démarche "irénique" qui est scellée ce jour au Centre Culturel, que nous perdions en route pour 1OOO et une raisons débiles le plus beau et plus ancien "joyau de la couronne" morale qui veut être un artisan majeur d'une PAIX offerte dans une approche TOUTE nouvelle. "

Si j'ai bien compris, vous voulez parler du Centre Culturel russe du quai Branly?
Et lorsque vous mentionnez l'ancien" joyau de la couronne" il s'agit de l'ITO ?

Vous écrivez aussi que ce joyau (l'ITO?) veut être un artisan majeur d'une PAIX offerte dans une approche TOUTE nouvelle. "

Qu'est-ce qu'une approche toute nouvelle?

Est-il vraiment nécessaire de se tourner vers autre chose que ce qui a fait la force de l'Eglise orthodoxe, depuis deux mille ans?

En Occident, notre Foi est la seule qui a su préserver le sens du sacré dans toutes nos églises!

La nouveauté a toujours, et partout, créé des schismes et des conflits.
La réforme du Patriarche Nikon a provoqué le schisme des Vieux croyants. Cette blessure profonde saigne toujours dans le corps de l'Eglise russe.
La réforme Protestante a déchiré le christianisme en Occident.
Et plus récemment, en imposant la langue vernaculaire, Vatican II a cabré les Catholiques traditionalistes.
Combien de fois l'Histoire nous apprend que les approches nouvelles, imposées aux fidèles leur ont fait fuir leurs lieux de culte.

Cher Père Joachim, nous vivons une époque troublée.
Comme vous l'écrivez vous même, le débat est passionnellement anti religieux en France.
Je comprends qu'il va falloir unir les chrétiens de toutes les confessions dans la lutte contre un sécularisme de plus en plus agressif envers nous.

Alors, ne serait-il pas aberrant de nous plonger dans un conflit stérile entre traditionalistes et modernistes, au sein de l'Orthodoxie ?

N'avons nous pas un témoignage glorieux à transmettre à l'Occident ?
Celui de la Lumière de notre Foi orthodoxe forte de ses Traditions bimillénaires ?

Pour conclure, je dirai qu'une approche Toute nouvelle pourrait être dangereuse.
Surtout si elle voulait écarter les Orthodoxes de l'enseignement rigoureux qui est le notre.
Prière, Jeûne, Repentir et Humilité.

Avec tout mon respect et ma filiale affection en Christ. Marie

21.Posté par Marie Genko le 04/10/2017 09:42
Père Joachim bénissez.

Je suis bien hélas imprégnée de l'air du Temps présent.
Dans mon message ci-dessus, je n'ai pas mentionné aux côtés de la Prière, du Jeûne, du Repentir et de l'Humilité,la notion d' "OBEISSANCE"

Sans OBEISSANCE aucune construction sociale, ni ecclésiale, ne sont possibles.

Vous écrivez aussi que je semble rejeter le qualificatif "d'universalité" par crainte de la quo-notation écrasante qu'il a pu prendre dans l'histoire.

Je ne peux que répéter ma conviction profonde que la Parole du Christ est universelle, et que le chemin de Vérité et de Vie de cette Parole s'est incarné au cours de l'Histoire de notre humanité dans la pluralité des génies des peuples qui ont adopté cette Foi.
Dans le Patriarcat d'Antioche les fidèles chantent en Arabe sur des mélodies arabes, et il en est de même dans les différents patriarcats, Roumains,Géorgiens etc.

De toute mes forces je souhaite à l'Europe occidentale de retrouver les racines du génie chrétien qui a été le sien.
Ce génie qui a couvert l'Europe de ses églises et de ses abbayes.
Et souvenons-nous, ces abbayes étaient possibles grâce à la vertu d'obéissance qui était un de leurs fondements!

Depuis la révolution de 1968 (Il est interdit d'interdire) toutes les structures occidentales tremblent sur leurs elles mêmes !
Les enfants s'insurgent contre leurs parents, les femmes contre leurs époux et les chefs de famille eux aussi contestent souvent leurs devoirs les plus élémentaires.

Jusqu'aux Laïcs dans les structures ecclésiales, qui contestent l'autorité de leurs évêques et les font démettre comme cela a été le cas pour Mgr Job dans l'exarchat et celui de Mgr Michel à Genève dans le diocèse de l'Eglise Russe Hors Frontières d'Europe occidentale.

Nous n'échappons pas au souffle mauvais de la désobéissance et je crains que notre exemplarité ne devienne un contre témoignage.
Nous en répondrons devant le redoutable tribunal du Christ.

Avec tout mon respect et ma filiale affection en Christ. Marie

22.Posté par Vladimir G: L''''impacte essentiel de "l''''École de Paris" le 04/10/2017 10:45
L'impacte essentiel de "l'École de Paris"

Le mouvement théologique de "l'École de Paris", qui regroupait l'essentiel des théologiens russes émigrés autour de l'ITO ST Serge (*) a réellement fait découvrir l'Orthodoxie aux théologiens occidentaux: «Il est clair que l’étude des pères de l’Église sera un terrain où les orthodoxes pourront nous être d’un grand apport» dit dans l'article Corinne Lanoir, et cela fut déjà vrai au siècle dernier.

Mais l'approche ecclésiologique des deux grandes confessions occidentales fut aussi sérieusement changée

- Leur "fécondation des plus grands esprits catholiques /qui a/ contribué au renouveau théologique ouvrant la voie au concile Vatican II" comme écrit Samuel Lieven, a en particulier contribué au changement à 180 degré de la position catholique vis à vis des Orthodoxes: les anathèmes 1054 ont été levés et les Orthodoxes sont passés de la position d'hérétiques à combattre à celle "d'Églises sœurs" (beaucoup d'Orthodoxes n'ont d'ailleurs pas encore pris la mesure de ce changement de cap!); et c'est cela qui a permis le grand dégel des relations entre Orthodoxes et Catholique et, en particulier, les mises à disposition de lieux de cultes: un très grand nombre de paroisses orthodoxes en profite actuellement!

- Mais l'impact sur le Protestantisme a été le premier a porter des fruits puisque les représentants de "L'École de Paris" ont été à la pointe de la participation orthodoxe au mouvement œcuménique en participant massivement à la première conférence de « Foi et Constitution » (Lausanne, 1927), avec le métropolite Euloge (alors responsable des paroisses orthodoxes russes à l’étranger et recteur de l'ITO), les pères S. Boulgakov, doyen, et G. Florovsky, les professeurs L. Zander et V. Zenkovsky... "(**). Et ce mouvement continue aussi à porter ses fruits puisque le dialogue se développe à tous les niveaux et que les Catholiques l'ont rejoint (après Vatican II).

Il faut aussi souligner que la coopération pratique avec les Protestants remonte en fait aux tous débuts de l'ITO: le complexe immobilier (terrain, église, bâtiments ...) a été acheté à une communauté protestante et l'Institut a bénéficié d'une aide financière de fonds protestants américains jusqu'au début des années 1990... Côté Orthodoxes, en revanche, les seuls locaux qui, à ma connaissance, aurait pu convenir, au moins en partie, son ceux du séminaire et du centre culturel russes... J'imagine que cette solution n'a même pas été envisagée!

(*) Cf. http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Arkady-Mahler-developpement-de-la-theologie-russe-aux-XIX-XX-siecles_a3311.html
(**) Cf. "Istina", Volume 15, 1970

23.Posté par père Joachim le 04/10/2017 12:35
L'"école de Paris" est bien celle qui se cristallise autour du PODVOR, mais avec le temps on y inclus le CERCLE SAINT PHOTIUS des grands penseurs religieux russes comme le grand Maitre de Clamart ou le moins grand Maitre du M°Glacière et son honorable famille...etc jusqu'au productions d'importantes revues et travail d'édition des Éditeurs Réunis...

Tout cela n'a pas existé que pour influencer Vatican II en rentrant en dialogue vivificateur f avec ses grandes chevilles ouvrières/ CONGAR etc... allez disons qu'au mieux l'occident chrétien à du admettre qu'au delà de ses "petites" frontières, de grandes choses se vivaient et se vivent encore. Elles sont humblement dissimulées sur des volutes d’encens, des mètres de tissus et des chants qui transportent l'âme ... (de cela il peut s'en repaitre par de tristes imitations dans " son rite oriental")

Mais ce qui semble significatif et providentiel en ce début octobre est bien l'activation d'un Centre Culturel en lien avec le centre M.Gorki de Moscou qui vient en supplément au Séminaire de Sénart.
Nous revenons par là, d'une certaine manière, au foisonnement de la PENSÉE RUSSE qui a existé le siècle dernier et même avant avec l'accueil à DARU d'un grand théologien occidental tel w Guettée.

Dans ce foisonnement culturel et théologique, le PODVOR est resté pendant des décennies comme un symbole et un point de ralliement. L'heure ne me semble pas être venu de tourner la page, mais de recadrer la chose et d'envisager rapidement de plonger la main dans nos bourses respectives.

24.Posté par Nicodème le 04/10/2017 12:44
Je me trouve globalement en accord avec tout ce qu'expose ici Marie Genko , que je salue affectueusement au passage . Sur nos racines "orthodoxes" , en effet , c'est une erreur que d'essayer d'importer les usages de l'orthodoxie russe , et Dieu sait si je les trouve beaux et émouvants . Grâce aux frères Kowalevsky , des essais ont été effectués . Il sont su greffer le génie propre de la polyphonie russe sur notre vieux substrat grégorien . Prinicpe repris , en partie par André Gouze , dont j'ai chanté , en ténor , les merveilleuses polyphonies durant des années . Malheureusement , cela n' a pas pris . l'ECOF , créée de toutes pièces à partir de l'émigration russe , s'est engluée ds des querelles de personnes , des querelles de juridiction , et finalement un flirt avec des doctrines hétérodoxes . Son éclatement a donné naissance à d'autres ecclésioles , qui ne se développent pas , quand bien même elles ont tenté une réunification . Pas loin de chez moi , en Bretagne , une ecclésiole survit sous la houlette d'un "prêtre" , dont j'ai compris qu'il "en" était . Cela est très triste . D'un côté l'évêque de Rome , François premier , qui se couche devant l'islam , pis , est complice , de l'autre , une orthodoxie locale" non canonique" indigne . Celle qui est "canonique" est sous la hioulette de Constantinople , amis "de tradition russe" . Fréquentable tant que vous êtes dans les clous .
Au final , je me suis retiré dans mon agnosticisme premier . D'ailleurs , au fond de mon cœur ,je reste incapable de répondra à la question de Yeshouah de Nazareth : "Qui dites vous que je suis (pour les christiques) ?" (ou que "Je Suis" , pour les chrétiens , ce qui , d'ailleurs , correspond au tétragramme hébreu "YHWH" ... comme si la réponse était ds la question ...

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile