L'Eglise catholique cubaine a appelé jeudi le gouvernement de Raul Castro à "créer des conditions de dialogue" pour éviter que ne se reproduise la "tragédie" d'Orlando Zapata, ce prisonnier politique décédé mardi à l'âge de 42 ans des suites d'une grève de la faim."Cette mort, dans de telles conditions, est une tragédie pour tout le monde", a estimé dans un communiqué la Conférence des Evêques catholiques de Cuba qui dit récuser "toute méthode de réclamation mettant la vie en danger".

"L'Eglise avait demandé à plusieurs reprises de pouvoir visiter M. Zapata, ce qui n'a pu se faire", poursuit le communiqué.

"De la même manière, nous avons réclamé et nous réitérons notre demande faite aux autorités, qui ont entre leurs mains la vie et la santé des prisonniers, pour que soient prises des mesures adéquates (...) et que soient créées des conditions de dialogue et de compréhension pour éviter des situations douloureuses qui ne profitent à personne", ajoute l'Eglise.
Orlando Zapata, qui a été inhumé jeudi dans l'est de Cuba, avait entamé début décembre une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention. Il avait été transféré d'urgence la semaine dernière dans un hôpital de La Havane où il est décédé.
Le président Raul Castro a exprimé ses "regrets" pour cette mort, dans un acte de contrition sans précédent. Les dissidents sont considérés par les autorités comme des "mercenaires" à la solde des Etats-Unis.
L'Eglise catholique cubaine est l'une des rares voix indépendantes de l'île communiste. Après une longue période de froid, ses relations avec le gouvernement révolutionnaire se sont réchauffées depuis une dizaine d'années et la visite du pape Jean Paul II en 1998.

LA HAVANE, 25 fév 2010 (AFP) La Croix

Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Février 2010 à 08:20 | 1 commentaire | Permalien


Commentaires

1.Posté par Cuba: Ne pas transformer les églises en tranchées politiques le 16/03/2012 20:46
Des fidèles occupent une église pour faire pression sur le pape
La Havane, 15 mars 2012 (Apic) Désireuses d’attirer l’attention du pape sur la nécessité d’appliquer les réformes sur l’île, 13 personnes ont occupé l’église de Notre-Dame de la Charité dans le centre de la capitale, durant la nuit du 13 mars 2012. Réponse de l’archidiocèse: "Personne n’a le droit de transformer les églises en tranchées politiques".

Le curé de l’église de Notre-Dame de la Charité, le Père Roberto Betancourt, a reçu une lettre des manifestants où ils expliquent les motivations de l’occupation : demander au Pape d’exercer des pressions sur le régime, afin que les réformes soient appliquées, précise le communiqué de l’archidiocèse de la Havane . Les manifestants promettent de quitter le lieu dès qu’ils auront obtenu une réponse des autorités ecclésiastiques.

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile