Nouvelle Journée interreligieuse à Épinay-sous-Sénart: le 19 mars, à la grande Salle polyvalente
Des fidèles des communautés chrétiennes, musulmane et juive d'Épinay-sous-Sénart se rassembleront de nouveau pour une après-midi commune le 19 mars prochain, à partir de 14 h, dans la grande salle polyvalente de la ville (22, rue de Quincy).

Cette rencontre, la seconde ce genre, aura pour thème: "Le rôle de la religion dans la société".

Cette manifestation est libre et ouverte à tous. Elle comportera des différentes animations, autour d'un verre de l'amitié.

Reportage vidéo sur la première rencontre interreligieuse.

Христианские, мусульманская и иудейская общины города Эпине-су-Сенар соберутся на общую встречу 19 марта в большом муниципальном зале. Ее тема: "Роль религии в обществе".

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Mars 2017 à 16:43 | 19 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir G: Excellente initiative de l'Église russe! le 07/03/2017 15:59
Excellente initiative de l'Église russe!

Il est logique que l'Église russe soit en pointe pour ce type de réunion: elle peut partager l’expérience concrète de 3 siècles de coexistence pacifique avec une forte minorité musulmane dont la part dans la population de l'empire avait atteint 30%.

Le reportage vidéo sur la première rencontre interreligieuse, dont l'affiche illustre l'article (ATTENTION: la date du 15 mars est celle de 2015 - elle peut induire en erreur des lecteurs pressés) est particulièrement caractéristique du brassage de cultures et de religions en France. La seule délégation de la paroisse catholique en est déjà un bel exemple!

Et il est particulièrement agréable de voir l'Orthodoxie, largement minoritaire et relativement récente en France, ainsi représentée au même niveau que les religions dominantes. Cela illustre magnifiquement la devise du séminaire d'Épinay: "Au service de la formation et de la rencontre des Chrétiens d'Orient et d'Occident."

2.Posté par justine le 08/03/2017 20:20
"elle peut partager l’expérience concrète de 3 siècles de coexistence pacifique avec une forte minorité musulmane" - En l'occurrence, cette "coexistence pacifique" fut assuree par un Pouvoir d'Etat fort qui ne laissait guere d'autre choix aux musulmans. Dans les cas ou le pouvoir fut du cote des musulmans, la coexistence fut nettement moins pacifique. Les Grecs pourraient vous faire part de leur propre experience de quatre siecles...
Mais l'heure etant aux flatteries et aux enjolivements ecumenistes, la lucidite se trouve exilee, tout comme la logique d'ailleurs, ainsi que le montre ce contresens: la devise de servir "la rencontre des Chretiens d'Orient et d'Occident" s'illustrerait par la rencontre avec des non-chretiens?

3.Posté par Tchetnik le 09/03/2017 09:25
On peut ajouter que le 93 est encore plus représentatif du "brassage" des religions et des cultures en "France", avec ses "chances pour la France" violeuses et dealeuses...

La Serbie, Chypres, les Grecs d'Asie Mineure, les Assyrochaldéens savent aussi très bien ce que valent les belles théories du "brassage des cultures". Pour paraphraser Eusébio Caffarelli, la coexistence pacifique ne peut se concevoir qu'entre gens du même monde.

La Russie a simplement su parler au musulmans un langage de force et de justice. Mais elle a eu la lucidité et l'intelligence de maintenir un référentiel Chrétien, Impérial et Russe dominant.

4.Posté par Théophile le 11/03/2017 10:28
@Tchetnik

Vous dénoncez sans cesse le "culturalisme" de certains orthodoxes, mais quand il s'agit des cultures non-chrétiennes, vous semblez des plus fermés (et parlez même de "référentiel Russe dominant", comme d'un critère positif).
C'est assez cocasse - je ne sais pas comment vous faites la différence, là où l'Evangile nous envoie en mission comme des brebis au milieux des loups dévorants.
Pour le brassage des cultures, il s'agit d'une théorie du XXe siècle, non? Pourquoi l'appliquez-vous aux massacres historiques commis lorsque l'Empire ottoman était en décomposition, rattrapé par le nationalisme contemporain ? Soutenez-vous que l'Empire ottoman traitait mieux les chrétiens que les régimes contemporains nationalistes?

5.Posté par Tchetnik le 11/03/2017 20:02
@Théophile

L'Empire Ottoman traitait si bien les Chrétiens qu'ils les a massacrés tout au long de son existence. On peut appeler cela "bons traitements" si vous aimez la SM, le bondage, les domina et les bouquins de la mère Leonard (pourquoi pas). Mais en base 10, les traitements Turcs sur les Chrétiens relèvent essentiellement du génocide et de l'esclavage, ce depuis la prise d'Ani. On ne sait où on pourrait voir un traitement différent.

Idem pour l'Espagne musulmane, les Turcs dans les Balkans qui cherchaient à envahir l'Autriche tous les 15 jours, les Arabes envers les Syriaques, sans oublier les bienfaits des divisions Handschar, Skanderberg, Kama...la liste est longue.

Je pense en effet que le référentiel Russe dominant est positif - quand il est en Russie, à savoir sur ses terres et que la culture Russe a effectivement de grandes et belles choses à dire au monde, certainement bien plus que les musulmans dont certains ont d'ailleurs su bien faire la différence en devenant Chrétiens.

Vous m'avez certainement mal lu et mal compris - volontairement? - sur ma dénonciation du "culturalisme" de certains - en fait beaucoup - d"orthodoxes" à l'étranger. Mon propos n'a jamais été de dénoncer ou de diaboliser le patriotisme ou l'attachement à la famille comme à la nation. Mais simplement de savoir hiérarchiser la Nation et le Christ et de mettre la seconde sous le premier. Et les églises sont avant tout des lieux où l'on vient rechercher le Christ, la Vérité, le Salut, la Grâce et pas exprimer ce genre d'attachement, aussi légitime et positif qu'il puisse être dans d'autres aspects de la vie humaine par ailleurs. De plus, le "culturalisme" de trop d'"Orthodoxes" en Occident ne relève pas d'un nationalisme bien compris et positif, mais simplement d'une nostalgie de blédard, de ce que le pays d'origine peut offrir, non en richesse culturelle, mais en sous-produits folkloriques plus faciles à consommer. Comportement, attitude qui entraine en effet des comportements des plus racialistes et anti-évangéliques. Chaque chose à sa place et elles portent en effet leurs bons fruits et le taf d'un Tsar n'est pas celui d'un évêque, même s'ils sont complémentaires.

Vous m'excuserez enfin d'être effectivement "fermé" aux cultures fondées sur le mensonge et la violence systématique et de ne pas les reconnaitres comme "égales". De même que je ne reconnais pas les sacrifices humains des Mayas ou le cannibalisme des Papous comme équivalents à l'Eucharistie.

6.Posté par Vladimir.G: «Le respect mutuel et la coexistence pacifique comme conditions de la paix et de la stabilité interreligieuses : défense des chrétiens et des représentants d’autres religions.» Métropolite Hilarion de Volokolamsk le 13/03/2017 18:17
PERSECUTIONS ET DISCRIMINATIONS DES CHRETIENS : UN DEFI A UN ORDRE MONDIAL JUSTE AU XXI SIECLE

Discours du président du DREE, le métropolite Hilarion de Volokolamsk à la conférence « Le respect mutuel et la coexistence pacifique comme conditions de la paix et de la stabilité interreligieuses : défense des chrétiens et des représentants d’autres religions » (7 mars 2017, Genève).

Honorables participants à cette conférence,

Dans le monde contemporain, les persécutions massives contre les chrétiens, dont nous sommes les témoins, étonnent par leur ampleur. Au Proche Orient et en Afrique du Nord, les chrétiens sont expulsés de leurs terres natales, exterminés par des groupes extrémistes. Le patrimoine chrétien est détruit de la façon la plus barbare, la population chrétienne diminue rapidement dans ces régions.

Jusqu’à une date récente, l’ampleur des persécutions et des discriminations de chrétiens étaient passée sous silence, les organisations internationales préférant fermer les yeux. Il y a quatre ans, je suis intervenu lors de la réunion du III Comité de l’Assemblée générale de l’ONU, présentant un rapport sur les vexations et les discriminations dont les chrétiens sont victimes. La suite des évènements a montré que mes craintes pour les chrétiens du Proche Orient, telles que je les avais énoncées, étaient justifiées.

Jusqu’à aujourd’hui, l’opinion est largement répandue que les chrétiens ne sont pas soumis à des persécutions organisées et ne font que souffrir des conséquences de la guerre au même titre que les autres. Cette opinion est profondément erronée. Sur les territoires contrôlés par les rebelles, les chrétiens sont, dans le meilleur des cas, forcés de vivre en citoyens de seconde zone, à condition de payer un impôt. Les chrétiens sont souvent tout simplement exterminés, sans la moindre pitié pour les femmes et les enfants. Il suffit de se souvenir des fosses communes ouvertes après la libération des villes de Sadad (en 2013) et d’Al-Qaryatayn (en 2016) en Syrie, contenant les corps de dizaines de chrétiens. SUITE


7.Posté par Théophile le 13/03/2017 18:39
@ Tchetnik

A titre personnel - j'ai de la difficulté à "juger l'histoire" comme vous le faites - certes de façon très argumentée - je ne connais pas suffisamment l'histoire pour en débattre et je n'y tiens pas.
Le problème, c'est que votre position de hiérarchie des cultures n'est pas basée sur l'Evangile - aucunement même.
Par ailleurs, si l'on suit cette logique de cloisonnement des cultures, cela entérine de facto la fin des chrétiens au Moyen-Orient - dans un espace désormais très majoritairement musulman. Bref, cela me semble une voie sans issue - car je crois profondément au témoignage des chrétiens du Moyen-Orient.
Les chrétiens doivent être le sel de la terre, la Lumière du monde - ils doivent montrer le Royaume des Cieux. Si nous ne sommes plus qu'un royaume historique (certes glorieux et, admettons, le plus civilisé), cela nous met dans la position du monde - une position amenée à disparaître, inéluctablement.
Or, si l'on croit que les martyrs sont les germes de l'Eglise de demain, les souffrances endurées par nos frères d'Orient ne sont pas vaines. Elles sont le ferment qui amènera bien des musulmans à retourner la foi chrétienne, un jour. Quand et comment ce jour arrivera-t-il - Dieu seul le sait.
Il faut veiller et prier, comme l'enseigne l'Eglise.

8.Posté par Gilles le 14/03/2017 07:30
"Ils collectionneront les maîtres" dit Saint-Paul , du superflu s' en passer c' est aussi Carême , et Carême de jeûnes et de trêves et des paix possibles d' Assise aussi . Non , Le Bon Dieu n' est pas de trop , Chrétiens d' Orient . Enfants d' Orient aussi . Enfants de journées d' Assise , de l' œcuménisme de nos actes comme en Fraternité et Partage , prière à Sainte Marie de La Paix , de multiples chemins en partage , chemins de Foi , La Paix aussi

9.Posté par Tchetnik le 14/03/2017 11:35
@Théophile

Cette "hiérarchie" est au contraire on ne peut plus basée sur l'Evangile, entre les cultures qui sont fondées dessus et celles qui ne le sont pas, critère relativement simple, et au demeurant logique. Confère ce que je disais sur le sacrifice humain ou le cannibalisme. Affirmer une telle hiérarchisation ne remet absolument pas en cause l'égale dignité et image divine des Hommes du reste. Simplement, ce qu'ils en font n'est certainement pas "équivalent". Et - justement - quand on veut parler Histoire, il vaut mieux la connaître car outre un témoignage de ce qui a été vécu, elle apporte aussi un résultat, lequel, pour paraphraser Pétain, n'est pas plus neutre que la vie elle-même mais distribue les bons et mauvais points.

Par ailleurs, les pays "musulmans" du moyen orient sont d'origine Chrétienne, envahis et réduits en esclavage ensuite par les mahos, ce qui est un autre problème. Les Chrétiens de Syrie ou de Mésopotamie ne proviennent pas d'immigrations-invasions mais sont bel et bien chez eux depuis des siècles, ce qui est une grosse nuance.

Il ne s'agit pas de ramener le Christianisme à une domination terrestre, mais de comprendre que le Christ ne peut triompher sans combat, notamment contre le mal et le mensonge, ce que certaines "cultures" représentent indubitablement. Ce qui passe par une certaine incarnation terrestre avec la construction de sociétés, de communautés de vie, fondées sur les idéaux de vertu et enseignements Chrétiens, justement. C'est bien dans ce monde-ci que nous devons être Chrétiens et en incarner les idéaux de vertu, pas dans le monde suivant. Et c'est donc dans ce monde-ci que certains combats s'imposent, comme l'avaient d'ailleurs très bien compris nos ancêtres. Comme je l'ai signalé, le travail d'un roi et celui d'un évêque ne sont pas les mêmes mais sont complémentaires. Ce qui implique que leurs puissances publiques puissent - et doivent - collaborer.
Par ailleurs, si vous aviez raison, cela mettrait encore plus à mal le "culturalisme" - en réalité chauvinisme folkorique et superficiel - des "orthodoxes" en Occident...

Les martyrs sont effectivement joyaux de l'Eglise mais ils ne sont pas les seuls. Ils font briller les vertus Chrétiennes mais ne sont pas les seuls. Et admettre l'existence du mal ne signifie pas le laisser faire. Le Christianisme a triomphé par le combat autant que par la confession de foi des martyrs, par saint Dimitri Donskoï, Alexandre, Rodion...autant que par Nicolas II ou Elizabeth. Les circonstances ne sont simplement pas les mêmes et le martyr est une réponse à certaines d'entre elles mais certainement pas à toutes. Donner sa vie pour ses amis, illustrer certaines vertus de dévouement, de sacrifice en défendant la veuve et l'orphelin aussi. D'ailleurs, s'il reste encore des Chrétiens au MO, c'est surtout gràace aux soldats du général Youdénitch et aux matelots et fusilliers de la Sainte-Jeanne-d'Arc...

10.Posté par Théophile le 15/03/2017 13:33
@ Tchetnik
Vous n'amenez aucun indice de ce que votre hypothèse sur la hiérarchie des cultures soit basée sur le message de l'Evangile - et qu'elle ne soit pas une interprétation contemporaine.
Quant au fait qu'il reste des chrétiens au Moyen-Orient, j'y vois surtout la marque de ce que la vérité est impossible à effacer complètement - car Dieu ne le permettra pas.
Je vous rejoints sur le combat pour la vérité - mais celui-ci est du domaine du témoignage (et du martyr) et de la sainteté - car il traverse nos coeurs- et non du domaine de la géopolitique (et de ses moyens très peu liés aux Vertus).
Comme l'exemple de l'URSS l'a montré, aucun état n'est en mesure de protéger les chrétiens de façon crédible dans le temps - tous les états sont faillibles et instables dans le temps.
Certes, à certains moments de l'histoire, certains états sont préférables à d'autres, certains persécutent les chrétiens violemment, d'autres subtilement, d'autres favorisent l'Eglise à court terme, mais c'est là un mystère qui ne suit pas les lois politiques ou philosophiques et que Dieu seul connaît - le mystère de l'iniquité. Et les chrétiens se sont toujours adaptés à ces situations - car le Seigneur les a assistés, tout particulièrement au milieu des épreuves et des persécutions.
A mes yeux, si nous avons une telle hystérie de l'Islam en Occident, c'est parce que notre foi est devenue molle et médiocre, et que notre témoignage est gâchée par le folklore et la concurrence des juridictions ecclésiastique (comme vous le décrivez si bien).

11.Posté par Tchetnik le 15/03/2017 16:02
« Vous n'amenez aucun indice de ce que votre hypothèse sur la hiérarchie des cultures soit basée sur le message de l'Evangile - et qu'elle ne soit pas une interprétation contemporaine. »
-Interprétation tellement « contemporaine » qu’elle était déjà pratiquée par Alexandre Nevski ou Dimitri Donskoi, Théophile.
L’Evangile proclame un enseignement et des idéaux de vertu qui sont la Vérité et ou une culture est en accord avec ou elle ne l’est pas. C’est un « indice » suffisamment probant. L’Apocalypse parlait bein des nations qui allaient assiéger le Camp des Saints, par exemple, Salomon est devenu Païen en écoutant ses compagnes « étrangères » (ah, les femmes…) et si l’Etranger est parfois décrit comme le Christ caché, il est aussi parfois décrit comme source d’égarements dans les Psaumes comme dans le reste de la Bible. Votre obstination à vouloir relativiser des différences aussi grosses que la réclusion des femmes, leur excision, les sacrifices humains et autres joyeusetés devient un peu inquiétante.
« Quant au fait qu'il reste des chrétiens au Moyen-Orient, j'y vois surtout la marque de ce que la vérité est impossible à effacer complètement - car Dieu ne le permettra pas. »

-Que Dieu ne permette pas est une chose, qu’Il puisse autoriser l’Homme à subir les conséquences de ses actes en est une autre. Et si Dieu intervient, Il le fait aussi par le biais des Hommes qui se battent pour Lui et leur prochain. Sinon, ni vous ni moi ne serions là pour en débattre vu que nous ferions nos 5 prières par jour ou n’existerions pas.

« Je vous rejoints sur le combat pour la vérité - mais celui-ci est du domaine du témoignage (et du martyr) et de la sainteté - car il traverse nos coeurs- et non du domaine de la géopolitique (et de ses moyens très peu liés aux Vertus). »

-Les soldats qui protègent des innocents sont aussi des illustrateurs des vertus Chrétiennes, désolé. Comme je vous l’ai prouvé, le martyr n’est pas la réponse à toutes les situations et un combat terrestre n’est pas nécessairement « géopolitique ».
« Comme l'exemple de l'URSS l'a montré, aucun état n'est en mesure de protéger les chrétiens de façon crédible dans le temps - tous les états sont faillibles et instables dans le temps. »
-Comme l’exemple de l’URSS l’a montré, le maintien du Christianisme passe autant par les combats des uns que par le martyr des autres, justement.
« Certes, à certains moments de l'histoire, certains états sont préférables à d'autres, certains persécutent les chrétiens violemment, d'autres subtilement, d'autres favorisent l'Eglise à court terme, mais c'est là un mystère qui ne suit pas les lois politiques ou philosophiques et que Dieu seul connaît - le mystère de l'iniquité. Et les chrétiens se sont toujours adaptés à ces situations - car le Seigneur les a assistés, tout particulièrement au milieu des épreuves et des persécutions. »
-Si Dieu les a assistés c’est justement autant grâce aux Hommes qui se sont dévoués à protéger les faibles et à accomplir leurs devoirs de Justice et de dévouement qu’à ceux qui ont témoigné de leur sang. S’il y eut Eliazar, il y eut aussi els Maccabées.

« A mes yeux, si nous avons une telle hystérie de l'Islam en Occident, c'est parce que notre foi est devenue molle et médiocre, et que notre témoignage est gâchée par le folklore et la concurrence des juridictions ecclésiastique (comme vous le décrivez si bien). »
-C’est en effet en partie vrai, mais en partie seulement. Il est clair que si nous avions une foi Chrétienne bien plus forte et authentique, le problème de l’islam en Europe ne se serait en fait jamais posé. Des gens comme Don Juan d’Autriche, Prince Lazare, Pelayo ou Fiodor Uchakov sachant y apporter des réponses idoines.


Attention au quiétisme, Théophile. C’est autant une hérésie chez nous que dans le catholicisme et ne correspond en rien ni aux enseignements du Christ – qui défendait quand même bel et bien l’existence d’une Vérité unique – ni des Pères, ni de toute l’Eglise depuis deux millénaires.

12.Posté par Vladimir.G: "hiérarchie des cultures" et Alexandre Nevsky le 15/03/2017 22:45
Le modèle Alexandre Nevsky est à manier avec prudence: il a reconnu la suzeraineté du grand-khan de la Horde d'Or, musulman, qui lui a accordé son "billet" de prince, et s'il a combattu Suédois et Chevaliers Teutoniques, Chrétiens, il n'a jamais croisé le fer avec les Tatars musulmans... Curieux exemple de "hiérarchie des cultures".

13.Posté par Tchetnik: Histoire déformée. le 16/03/2017 08:57
Alexandre Nevski n'a pas combattu le Khan parce qu'il savait qu'il n'en n'avait -provisoirement - pas les moyens. Ce qui ne signifiait pas qu'il reconnaissait une quelconque valeur à la culutre Tatare ou musulmane.Citez le contexte, Vladimir, cessez de ne prendre vos exemples qu'à moitié.

14.Posté par Théophile le 16/03/2017 10:49
@ Tchetnik
Surtout que le Khan n'était pas encore converti à l'Islam à l'époque d'Alexandre Nevski.
Mais cela a peu d'importance dans le débat.
Séraphim de Sarov ou les martyr du communismes, voire le père A.Men, sont bien plus importants pour expliquer le renouveau orthodoxe russe actuel qu'Aleksandre Nevsky (qui était aussi utilisé par Staline pour sa propagande athée).

15.Posté par Tchetnik: Histoire déformée. le 16/03/2017 18:30
@Théophile

Ils ont en effet leur rôle et importance, comme ces grand-mères, ces mères, ces sœurs qui baptisaient en secret leurs petits enfants, enfants, frères...

Mais si vous prenez globalement l'Histoire Russe, les combattants comme Alexandre Nevski, Dimitri Donskoï, Théodore Uschakov ont eu aussi leur part et sont aussi également commémorés. De même les combattants des armées Blanches - relativement peu Chrétiens et royalistes pourtant - le sont aussi.

Si vous prenez un pays comme l'Arménie, Vartan Mamikonian y est aussi célébré que la martyre Rhipsimé ou ceux du Génocide de 1915. En Serbie, Prince Lazare est aussi commémoré que les martyrs de Jasenovac et une combattante comme Rayna Knyaguinyia est certainement aussi appréciée que les martyrs de Novo Selo. Il ne faut pas faire de l'un ou de l'autre un exclusif d'incarnation des idéaux de vertu Chrétiens, les deux le sont et édifient l'Eglise comme les croyants en leur montrant plus précisément la voie à suivre selon ensuite les circonstances et capacités de chacun.

16.Posté par justine le 16/03/2017 18:49
Le brassage des peuples et des cultures tels qu'il est activement promu aujourd'hui, au point d'en faire un ideal et une ideologie, et ceci pour servir certains interets ou plutot les interets de certains, est de toute maniere le signe d'un manque d'intelligence ou du moins de bienveillance a l'egard des hommes et donc contraire a l'Evangile, car il est evident que c'est là une source d'interminables conflits. Dans Sa Sagesse, Dieu a partage l'humanite en nations et fixe a chacune ses frontieres, selon le nombre de Ses Anges, comme nous l'apprend la Sainte Ecriture (dans la Seconde Ode Biblique que nous lisons pendant le Grand Careme chaque mardi: Deut 32,8). Mais les hommes s'obstinent a vouloir renverser ce que le Tres-Haut a etabli, et ainsi les guerres se poursuivent.

17.Posté par Théophile le 17/03/2017 15:55
@ justine
Si l'on va au bout de votre raisonnement, les apôtres ne seraient jamais sortis de Galilée. Or, ils devinrent de grands voyageurs pour l'Evangile justement - ils sont tous morts "à l'étranger".
Qu'il faille lutter contre le règne de l'argent tout-puissant et respecter chaque nation, chaque culture avec ses beautés, qu'il faille être respectueux envers les lois, nous sommes d'accord - mais de là à retourner à une nouvelle idolâtrie païenne, non merci.
Quant aux guerres, laissez-moi dire qu'elles ont pour source première le coeur de l'homme (Caïn et Abel, Esaü et Jacob, Saül... jusqu'au Christ). Tant que le coeur ne sera pas pacifié par la venue du Christ ("Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur"), les frontières n'empêcheront nullement les guerres et vous le savez bien - nombreux sont les saints qui ont été persécutés par leur propre famille à cause de la Foi.

18.Posté par justine le 17/03/2017 20:14
Vous vous hatez vers des conclusions irreflechies. L'etablissement des nations et la fixation de leurs limites par le Seigneur ne signifie aucunement qu'elles ne doivent pas avoir de contacts les unes avec les autres. Cela signifie que dans ces contacts, chacune doit respecter l'existence et les limites des autres, conditions indispensables de la paix. Et respecter veut dire respecter, en acte, pas en paroles ou philosophie de salon ou declarations grandiloques et theatrales. Bien sur, ce ne sont pas les frontieres en soi qui empechent les guerres, mais le respect des frontieres. Verite de La Palisse: les frontieres sont la pour qu'on les respecte, non pas pour la decoration.

En attendant l'illumination - laquelle est chose difficile a atteindre, vu qu'on ne cesse de refuter la volonte de Dieu -, la paix est assuree par le respect de certaines lois, ecrites d'ailleurs dans la conscience humaine par le Createur Lui-meme, comme le prouve leur existence dans toutes les cultures anciennes. Ce n'est qu'en notre epoque confuse et captive de slogans que ces lois ont ete abolies et que la notion meme de nation et de frontieres est devenu quasiment un "crime"! Mais examinez donc les motifs et criteres qui ont conduit a cette situation, en prenant bien garde de ne pas vous laisser leurrer par les enjolivements hypocrites!

Si malgre tout vous avez de la peine a comprendre, prenez la famille: chacune a son habitat, son intimite, cela ne l'empeche pas d'etre en relation avec d'autres familles. Mais la decence exige que cette relation se tienne a certaines regles, a certaines limites, si on veut eviter les conflits. Les "modernes" anti-limites evidemment ont reverse cet ordre la aussi, et leurs "familles" avec le "swapping" illimite de maris, de femmes et d'enfants sont un chaos permanent, un foyer de desequilibres.

Ou prenez l'individu lui-meme - n'a-t-il pas ete dote par son Createur d'une conscience personnelle, d'une corporeite, autonomie et liberte personnelle qui le delimitent vis-a-vis des autres individus? Cela ne l'empeche pas d'etre en relation avec les autres, mais la encore, cette relation doit se derouler selon certaines regles pour qu'elle soit harmonieuse. Ces regles se resument en celle-ci, deposee dans la Sainte Ecriture: "Ne fais pas a autrui ce que tu ne veux qu'on te fasse a toi." Ce qui vaut au niveau de l'individu, vaut au niveau des nations, et je ne vois pas ce que cela a voir avec de l'idolatrie paienne.

Donc, on n'echappe pas aux regles et aux lois, aux limites est-ce a dire, si on veut paix et harmonie, des regles et lois donnes par Dieu, bien entendu, non pas celles donnes par les hommes contre Dieu. Au stade superieur, d'accord avec Theophile, viendra l'illumination par l'Amour divin, et les lois et les limites deviennent alors superflues. Mais c'est la le domaine des Saints.

19.Posté par Tchetnik le 17/03/2017 20:49
@Théophile

Pas nécessairement. Le Christ a demandé d'évangéliser les nations, pas de les fondre dans un salmigondis pour qu'elles disparaissent.
Ce même si - en effet - il convient de ne pas en faire une idolâtrie vu que la nation, comme la famille ne prend son sens qu'avec le Christ. Mais elle a sa légitimité et son utilité.

20.Posté par Stéphane le 18/03/2017 12:22
@ Tchetnik
Votre point de vue m'intéresse. Auriez-vous une bonne référence (ouvrage ou article) sur une vision orthodoxe contemporaine de la nation ? Au-delà, ou en prolongement du "Pour notre Patrie et ceux qui la gouvernent, prions le Seigneur" ?

21.Posté par Tchetnik le 18/03/2017 18:46
@Stéphane

Vous pouvez par exemple lire les ouvrages de Nicolas Vélimirovic, "THEODULIE" et la "VIE DE SAINT SAVA". Le premier ouvrage explique en un sens la destinée Chrétienne du peuple Serbe, le deuxième en parle de manière plus indirecte au travers de la vie du saint qui contribua à enraciner la foi Chrétienne consciente et bien comprise dans ce peuple.

Ces deux livres existent en français aux éditions l'AGE D'HOMME. Ce sont les deux références qui me viennent immédiatement à l'esprit.

22.Posté par Stéphane le 18/03/2017 23:01
@Tchetnik : merci !

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile