Au cours de la séance du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, le 15 octobre 2018, à Minsk, une Déclaration a été adoptée, faisant suite aux empiétements du Patriarcat de Moscou sur le territoire canonique de l’Église orthodoxe russe.

Les membres du Saint-Synode ont reconnu impossible de demeurer plus longtemps en communion eucharistique avec le Patriarcat de Constantinople.

La Déclaration précise notamment : « L’accueil dans la communion des schismatiques et d’une personne frappée d’anathème par une autre Église locale avec tous les « évêques » et les « clercs » qu’elle a ordonnés, l’impiétement sur des territoires canoniques étrangers, la tentative de renier ses propres décisions historiques et ses obligations, tout cela place le Patriarcat de Constantinople en dehors des canons et, à notre grand regret, fait qu’il nous est impossible de poursuivre la communion eucharistique avec ses hiérarques, son clergé et ses laïcs. »

« Désormais et jusqu’à ce que le Patriarcat de Constantinople désavoue ses décisions anticanoniques, il est impossible à tous les ministres de l’Église orthodoxe russe de concélébrer avec les clercs de l’Église constantinopolitaine, et aux laïcs de participer aux sacrements célébrés dans leurs églises », est-il précisé dans le document.
MOSPAT
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2018 à 22:13 | 0 commentaire | Permalien

Le saint amiral Fiodor (Théodore) Ouchakov
Vladimir Golovanow

Ouchakov a été canonisé le 15 octobre

J'ai appris la canonisation du saint amiral Fiodor Ouchakov (1744-1817) lors d'un voyage touristique dans les iles ioniennes: son icône occupe une place d'honneur dans bon nombre d'églises, à commencer par Corfou, et les nombreux cierges allumés devant montrent une véritable ferveur populaire.

Il est en effet considéré comme un "fondateur de l'état grec dans les iles ioniennes" (1)

Fiodor Ouchakov (en russe : Фёдор Фёдорович Ушаков) est né en 1744 à Bournakovo (actuellement Rybinsk, 350 Km au NE de Moscou); il étudia à l'École navale du Corps des cadets de Saint-Pétersbourg.

Montant très rapidement les échelons, notamment grâce à ses victoires dans la guerre contre les Turcs de 1787-1792, il fut envoyé en Méditerranée afin de soutenir la Campagne d'Italie du général Alexandre Souvorov (1799). Au cours de cette expédition navale, il conquit les îles Ioniennes occupées par le Français.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2018 à 09:45 | 0 commentaire | Permalien

« Les voix de l’unité » futurs prêtres catholiques et orthodoxes chantent pour la reconstruction d'églises en Syrie
Jeudi 11 octobre en soirée, à Paris, en la cathédrale de la Sainte Trinité, avait lieu un concert à l'occasion de la parution du CD Les voix de l'unité (éditions Jade) avec les séminaristes du Séminaire orthodoxe russe en France et du Séminaire Saint-Sulpice, en présence de Mgr Nestor Sirotenko, évêque de Chersonèse, Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France, Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié et président du conseil pour l'unité des chrétiens au sein de la Conférence des évêques de France et Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre.

La cathédrale était comble

Tous les bénéfices sont reversés à un fonds pour la reconstruction d'églises en Syrie, géré par l'AED, "Aide à l’Église en détresse". Découvrez Les Voix de l'Unité, l'album événement par des futurs prêtres catholiques et orthodoxes ! Sortie dans les bacs vendredi 28 septembre 2018.

Tous les bénéfices sont destinés à un fonds de soutien pour la reconstruction d'églises en Syrie, géré par l'AED : Aide à l'Eglise en Détresse. 37 PHOTOS sur FB >>>

Suite >>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Octobre 2018 à 12:39 | 0 commentaire | Permalien

 POKROV - LE VOILE DE LA PROTECTION
Prêtre Vladimir ZELINSKY

« Sous la protection de ta miséricorde nous nous réfugions », - chante la prière la plus ancienne adressée à la Mère de Dieu.

L’idée de sa protection, née presque avec le début du christianisme, « s’est revêtue » un jour d’un événement concret et mystique : au X ème siècle Marie est apparue à un « fou en Christ et à son disciple dans l’Eglise de St Sophie avec le voile en signe de la protection de la ville de en Constantinople contre le menace venue de la mer.

La protection, en russe, "pokrov", car cette fête célébrée le 14 octobre est particulièrement aimée en Russie, ne signifie pas seulement le souvenir d'un miracle qui s'est produit une fois, mais la sollicitation maternelle qui fait partie de la foi chrétienne. "Toute la nostalgie de l'humanité" souffrante qui n'a pas l'audace d'ouvrir son âme devant le Christ par crainte de Dieu, - dit un philosophe russe G.Fedotov, - se verse librement et avec amour sur la Mère de Dieu." Parmi les images les plus aimées de Marie est celle de la Mère qui protège, qui nous accompagne et nous sauve d'un danger, celui qui peut nous attendre dans cette vie, mais surtout celui qui menace notre salut éternel.

Marie est solidaire avec toute la famille humaine, elle n'est pas "déesse", elle prie comme nous prions devant son Fils et son Père Céleste, mais elle sollicite aussi pour tous les hommes. Et sa prière, portée par l'Esprit Saint, nous fait découvrir l'aspect maternel du Dieu même.
Rédigé par Prêtre Vladimir Zelinsky le 13 Octobre 2018 à 21:52 | 0 commentaire | Permalien

Une plaque à la mémoire de Mère Marie (Skobtsov) a été inaugurée à Yalta
Le 27 septembre 2018, fête de l'Invention de la Sainte Croix, une plaque commémorative consacrée à Mère Marie a été apposée sur l'enceinte du gymnase de Yalta. Lisa Pilenko, devenue la Sainte martyre Marie Skobtsov y avait fait ses études.

La légende de cette plaque dit: "En 1905-1906 Elisaveta Pilenko, (devenue Kouzmina-Karavaeva, puis Skobtsov, puis moniale Marie) a fait ses études dans ce gymnase pour femmes. Poète, théologien, bienfaitrice, membre de la Résistance en France, juste de ce monde. A péri en 1945 dans les chambres à gaz de Ravensbrück".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Octobre 2018 à 20:40 | 0 commentaire | Permalien

« Rétablir sans délais l’autorité ecclésiastique supérieure du patriarche œcuménique à Kiev »
Le 13 octobre le métropolite Hilarion a dit sur la chaîne Rossya 24 : "Le patriarche de Constantinople a reconnu les leaders du schisme, ce faisant il a légitimé le schisme en tant que tel. Il est par conséquent désormais impossible pour l'Eglise orthodoxe russe de maintenir ses contacts avec Constantinople.

L'archevêque Job (Getcha), représentant de Constantinople à Chambésy, a dans ses échanges avec le protodiacre André Kouraev, (sur FB) dit que Philarète Denissenko s'est vu attribuer le titre, disparu, de métropolite de Kiev. Il doit donc dorénavant commémorer lors des offices le patriarche Bartholomé.

L’archimandrite Cyrille Hovorun (Patriarcat de Moscou) a écrit à ce sujet: "Le Phanar est en train de reconstituer une métropole de Kiev dépendante de lui. Par conséquent ce n'est qu'un métropolite appartenant à l'Eglise de Constantinople qui est à même d'en avoir la responsabilité. Or, Philarète ne peut dire de lui-même qu'il est "patriarche".

Le métropolite Macaire, à la tête de l'Eglise autocéphale d'Ukraine, perd ipso facto son titre. Nous ne savons pas quels seront les titres des autres membres de ce clergé schismatique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Octobre 2018 à 15:46 | 9 commentaires | Permalien

LE PIRE S’ANNONCE POUR L’ORTHODOXIE
V.G.

LES DÉCISIONS DU SAINT-SYNODE DU PATRIARCAT DE CONSTANTINOPLE SUR L’UKRAINE RISQUENT DE MENER À UNE CATASTROPHE POUR L’ORTHODOXIE, VOIRE POUR LE MONDE ENTIER.

«La situation actuelle n’a absolument pas de précédent pour tout le monde. C’est une rupture totale avec la tradition et la perception de la vie de l’Église. Les actions de Constantinople porteront un préjudice catastrophique, avant tout pour les orthodoxes d’Ukraine. Quelque chose de terrible va commencer», a déclaré à la chaîne de télévision religieuse russe Spas Alexandre Volkov, porte-parole du Patriarche de Moscou et de toutes les Russies Cyrille; et pour le responsable du département Synodal de l'information de l’Église russe Vladimir Legoïda, il s’agit d’une «tentative de saper les bases du système canonique de l’orthodoxie», ces décisions non canoniques vont toucher "de millions de personnes en Ukraine et dans le monde orthodoxe" ajoute-t-il en soulignant que «nous sommes au bord d’événements dramatiques, c’est évident».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 12:44 | 3 commentaires | Permalien

Qui lèvera l'anathème dont est frappé le prétendu patriarche Philarète?
Le métropolite Antoine (Pokanytch), l’un des administrateurs de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine, a accordé une longue interview au site "Strana". Il s'y agit en particulier de l'anathème qui pèse sur Philarète Denissenko .

Strana - Monseigneur, le patriarcat œcuménique peut-il lever l'anathème dont est frappé Philarète? Avons-nous raison de penser que tant que cet anathème ne sera pas levé il ne peut devenir le primat de l'Eglise que souhaite fonder Patriarcat de Constantinople ? Avons-nous raison de penser que tant que cet anathème ne sera pas levé il ne peut devenir le primat de l'Eglise que souhaite fonder le patriarche œcuménique?

Mgr Antoine - Jamais encore dans le passé des relations entre Constantinople et Kiev ou Moscou il n'y a eu d'exemple de révocation de décisions adoptées à Kiev ou Moscou. Cela concerne également les cas précédents d'anathème. Jusqu'à présent du moins l'ensemble des Eglises locales, y compris celle de Constantinople, reconnaissent la validité de l’anathème qui frappe l'ex métropolite de Kiev Philarèthe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 11:44 | 3 commentaires | Permalien

« Le saint et sacré Synode, sous la présidence de Sa Toute-Sainteté [le patriarche Bartholomée, ndt], s’est réuni en session ordinaire du 9 au 11 du mois d’octobre 2018. Lors de celle-ci ont été examinés et discutés les sujets portés à l’ordre du jour.

Le Saint-Synode s’est occupé particulièrement et en détails de la question ecclésiastique de l’Ukraine, en présence également des exarques envoyés en Ukraine, à savoir Son Éminence l’archevêque de Pamphilon Mgr Daniel et de Son Excellence l’évêque d’Edmonton Mgr Hilarion, et, après des discussions étendues, a décidé de :

1) Renouveler la décision, déjà prise, d’octroi par le patriarche œcuménique de l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine.
2) Rétablir maintenant la stavropégie du Patriarcat œcuménique à Kiev, l’une de ses nombreuses stavropégies en Ukraine qui y ont existé depuis les siècles passés.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 09:31 | 4 commentaires | Permalien

"La NEF": Comprendre l’organisation de l’orthodoxie aujourd’hui
G. Golovanow

D’après la grande étude, publiée par l’institut américain Pew Research Center le 8 octobre 2017, les chrétiens orthodoxes sont estimés à 260 millions dans le monde (1) et cette enquête illustre la grande diversité du monde orthodoxe qui reste mal connu. Nous allons essayer de l’expliquer en nous appuyant sur le livre fondamental de Mgr Kallistos (Ware), « L’Orthodoxie, l’Église des sept conciles »(2).

La fragmentation de la chrétienté en trois étapes

Pour expliquer la situation actuelle, il faut partir des trois étapes principales de la fragmentation de la chrétienté que montre le schéma, chacune à peu près à 500 ans d’intervalle. Elles « ont déterminé le développement extérieur de l’Église orthodoxe », écrit Mgr Kallistos :
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2018 à 12:37 | 1 commentaire | Permalien

La glorification de la synaxe des saints d’Espagne et du Portugal
Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse, a pris part aux cérémonies solennelles consacrées à la glorification du synaxe des saints d’Espagne et du Portugal

Le 7 octobre 2018 à la paroisse de la Dormition de la Mère de Dieu à Saragosse, Eglise orthodoxe de Roumanie, une divine liturgie a été célébrée, y ont été glorifiés les anciens Saints d’Espagne et du Portugal.

C’est le 20 avril 2018 que l’Assemblée des évêques orthodoxes d’Espagne et du Portugal a décidé de glorifier le Synaxe des Saints de la presqu’île Ibérique en se fondant sur le calendrier liturgique élaboré par l’archiprêtre André Kordotchkine, recteur de la paroisse Sainte Marie Madeleine à Madrid. Plus de 200 Saints sont présents dans ce calendrier. Ils seront commémorés chaque année les dimanches précédant le 12 octobre (fête de la Très Sainte Mère de Dieu de Pilar et fête nationale de l’Espagne).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2018 à 07:58 | 0 commentaire | Permalien

Une livre de l'archiprêtre André Kordotchkine "Le christianisme en Espagne au premier millénaire"
Издательство "Алетейя" Mater Hispania.Христианство а Испании в I тысячелетии OZON и ОСТРОВ КНИГ

Les éditions "Aleteia" viennent de faire paraître à Saint Saint-Pétersbourg un livre du père André Kordotckine, recueil de textes consacrés à l'histoire du christianisme en Espagne.

Parmi eux: Les hagiographies des martyrs espagnols du IV au X e siècles; textes consacrés à l'ascèse datant du VI au IX e siècles; textes poétiques et liturgiques d'auteurs chrétiens du VIIe siècle. C'est la première publication d'un calendrier mozarabe commémorant les anciens saints d'Espagne.

L'ouvrage contient de nombreuses illustrations: architecture, pierre taillée, enluminures.

Le père André précise que la sortie de cet ouvrage ayant nécessité un long travail coïncide avec la glorification de la synaxe des Saints d'Espagne et du Portugal qui a eu lieu le 7 octobre 2018 à Saragosse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2018 à 20:34 | 0 commentaire | Permalien

2012/2013 - Mgr Emmanuel: "Nous ne soutenons pas les schismatiques d'Ukraine"
P.O. estime utile de rappeler la déclaration faite en 2012/2013 par le métropolite Emmanuel. Ce n'est pas le première fois que Constantinople oublie sur ses déclarations précédentes.

"Le patriarcat de Constantinople n’a aucun lien avec les schismatiques (alors que le prétendu patriarcat de Kiev fait courir des rumeurs à propos de consultations portant sur une éventuelle reconnaissance par le patriarcat de Constantinople). Le patriarcat de Constantinople n’a pas reconnu et ne reconnaîtra pas le prétendu patriarcat de Kiev. Il ne saurait être question d’une reconnaissance unilatérale des schismatiques. Immuablement le patriarcat de Constantinople ne s’est pas inspiré de ses intérêts propres, nous avons toujours aspiré à défendre les intérêts du plérôme de l’Eglise orthodoxe
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2018 à 20:05 | 7 commentaires | Permalien

L’Eglise du Belarus se prononce pour un moratoire sur la peine de mort
Les tribunaux du Belarus ont prononcé en 2017 cinq condamnations à mort. Deux de ces sentences ont été mises en exécution en 2017 et deux autres pourraient l’être en 2018. Le Belarus est le seul pays de la CEI et d’Europe à avoir maintenu la peine de mort. Les condamnés au châtiment suprême sont fusillés.

Monseigneur Paul, métropolite de Minsk et du Belarus, s’est prononcé pour un moratoire : « L’existence d’une telle peine dans le code pénal pourrait être maintenue. Cela pourrait avoir une fonction préventive. Cependant les Eglises orthodoxes de Russie et du Belarus considèrent que la peine de mort devrait être remplacée par d’autres modes de châtiment. Nous nous prononçons pour la mise en œuvre d’un moratoire ». Lien Trad PO



Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2018 à 10:58 | 0 commentaire | Permalien

Appel de l’ACER-RUSSIE: « Une rentrée à l’hôpital »
Les bénévoles de Saint-Ioassaff sont à l’hôpital tous les jours. Ils rassurent les petits malades, leur redonnent le courage de se soigner et d’apprendre. Parmi les 80 enfants malades de tuberculose se trouvent des orphelins ou orphelins sociaux, des enfants des rues, ils restent à l’hôpital de longs mois, parfois des années. Les petits malades subissent des traitements qui attaquent leurs reins et leur foie ce qui les contraint à prendre des préparations onéreuses.

Malgré leur grande fatigue, les enfants ne doivent pas rompre leurs liens avec l’école, il faut les remotiver, les passionner et leur redonner l’envie d’apprendre.

L’association Saint-Ioassaff finance les traitements payants, achète les cahiers et fournitures scolaires mais pour y parvenir elle a besoin de vous !
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2018 à 10:49 | 0 commentaire | Permalien

Monseigneur Macaire, évêque de Christopoulos, Patriarcat de Constantinople, accuse les médias ukrainiens de répandre de fausses nouvelles
Le 9 octobre l'agence ROMFEA a mis en ligne une déclaration de Monseigneur Macaire, il y précise ne pas avoir diffusé le texte de son rapport exposant l'historique de l'examen du problème de l'octroi de l'autocéphalie à l'Eglise d'Ukraine.

Ce rapport a été présenté les 1-3 octobre à la Synaxe réunie à Istanbul. Il n'a pas été publié en grec, ni en anglais.

"Malheureusement c'est avec regret que j'ai découvert le texte du rapport sur le site risu.org.ua Je n'ai jamais autorisé cette publication, le rapport a fait l'objet de nombreuses coupures, il est riche en falsifications. Je n'ai pas envoyé ce rapport à qui que ce soit. Les modérateurs du site ne m'ont pas répondu à la question de savoir quelle était la provenance du texte que j'ai prié de supprimer. Le texte authentique de mon intervention fera partie d'un recueil devant paraître fin novembre."
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2018 à 15:34 | 0 commentaire | Permalien

Fête de l'apôtre et évangéliste Jean le Théologien
Saint Jean dictant l'Apocalypse à son disciple Prokhor

Jean est le premier disciple de Jésus.

Il a 20 ans environ au moment de sa rencontre avec Lui au bord du Jourdain. Il assiste à son Baptême en compagnie de son frère Jacques le majeur et d’André. Au retour de Jésus du désert, où il a passé quarante jours, il l'interpelle : "Maître, où demeures-tu ?" et le suit (EMV 47 - Cf. Jean 1, 35-39).

Jean l'évangéliste, ascète semblable aux anges, théologien qui as eu Dieu pour maître, tu as prêché au monde fidèlement la plaie immaculée du Seigneur faisant jaillir le sang et l'eau. C'est elle qui procure à nos âmes la vie éternelle.

Couché sur la poitrine du Christ le Maître pendant la Cène du Seigneur, ô disciple bien-aimé, d'elle tu as reçu la connaissance des choses ineffables et tu as clamé à tous d'une voix de tonnerre: Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu, la vraie lumière qui éclaire tout homme par sa venue dans le monde, le Christ Dieu, le Sauveur de nos âmes.

On attribue à l'apôtre Jean de nombreux miracles.

Lors d'une fête en dévotion à la déesse Artémis, que vénéraient les habitants d'Éphèse, Jean monta sur la colline où se trouvait une grande statue de la déesse et commença à haranguer la foule païenne. Celle-ci, furieuse, tenta de le lapider, mais toutes les pierres frappèrent la statue qui fut mise en pièces, puis les pierres se retournèrent contre ceux qui continuaient à les lancer.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2018 à 11:39 | 1 commentaire | Permalien

Les relations entre le Saint patriarche Tikhon et le patriarcat de Constantinople
Nos lecteurs seront surpris d’apprendre que Constantinople a collaboré avec le régime soviétique dès son instauration, quitte à sacrifier le saint patriarche Tikhon. Les relations entre les deux patriarcats sont jusqu’à présent restées difficiles.

Le patriarche Meletios IV est le premier à avoir pratiqué la politique destructrice inhérente au Phanar. Un mois après son sacre, le 1 mars 1922 , il a abrogé le Tomos accordé aux paroisses grecques des Etats-Unis. Il a ainsi rétabli pour ces paroisses la juridiction de Constantinople. Cette décision a été désapprouvée par l’Eglise de Grèce. Ces dissensions persistent jusqu’à aujourd’hui.

En mars 1922 Meletios IV élabore, sans se concerter avec qui que ce soit, un autre Tomos « Sur le droit de Constantinople de superviser directement et de gérer l’ensemble des paroisses orthodoxes d’Eurоpe, d’Amérique, etc. En 1923 un autre Tomos annonce que le diocèse de Revel relevant de l’Eglise orthodoxe russe appartient désormais à sa juridiction sous le nom de Métropole orthodoxe d’Estonie. Un troisième Tomos annonce la création de l’Eglise orthodoxe de Finlande relevant du patriarcat de Constantinople.

***
Par Dimitri Safonov

Le patriarche Tikhon a dû, en juin 1924, faire face à des dangers suscités par la politique du patriarcat de Constantinople.

Le patriarche de Constantinople est traditionnellement considéré comme étant le primus inter pares. Il n’en découle cependant pas qu’il dispose de droits particuliers en ce qui concerne les Eglises orthodoxes locales. Au début des années 1920 la politique conduite par les patriarches de Constantinople a changé du tout au tout s’écartant de plus en plus de la tradition orthodoxe. [
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2018 à 20:05 | 24 commentaires | Permalien

Elie II, Patriarche de l’Eglise de Géorgie : l’octroi de l’autocéphalie à l’Eglise d’Ukraine ne peut être que conforme au droit canon
Le site du patriarcat de l’Eglise de Géorgie a publié le texte qui suit :

« Après la rencontre entre le catholicos Elie II et André Paruby, président de la Rada suprême (parlement) d’Ukraine, de fausses informations ont été diffusées selon lesquelles l’Eglise de Géorgie reconnaîtrait l’autocéphalie de l’Eglise d’Ukraine.

Or, nous avons déclaré que l’Eglise de Géorgie a répondu à A. Parouby que l’on ne saurait laisser s’installer des divisions au sein de la société et que tant que les positions définitives des patriarcats de Moscou et de Constantinople ne seront pas connues le patriarcat de l’Eglise de Géorgie s’abstiendra de tout commentaire". Lien et PO
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2018 à 15:43 | 0 commentaire | Permalien

Saint Serge de Radonège + 1392
Ermite, fondateur Laure de la Sainte Trinité-Saint-Serge (+ 1392) Serguiev Posad - Сергиев Посад (appelé Zagorsk - Загорск à l'époque soviétique), à 75 km au nord de Moscou

Ce monastère fondé dans les années 1340 par saint Serge, eut un rayonnement exceptionnel jusqu'au XXe siècle.

En 1920, la laure est fermée par les bolchéviques et ne sera réouverte qu'après le IIe guerre mondiale : « cadeau » de Staline à l'Église


Le monastère de la Trinité Saint Serge, resta même aux jours les plus sombres du soviétisme un grand lieu de pèlerinage et l'un des centres théologiques et spirituels de l'Église russe.

Né à Rostov au nord de Moscou, le jeune Barthélémy (le futur moine Serge) émigre à Radonège avec les siens, fuyant l'avance des Tatares. Le garçon, peu doué pour les études, ne rêve que de vie monastique. A la mort de ses parents, il se retire avec son frère aîné dans la forêt pour y vivre en ermite au milieu des loups et des ours.

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Octobre 2018 à 14:30 | 1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 268


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile