Mgr Antoine de Sourozh : Le « saint sous-sol », berceau du diocèse de Chersonèse
Nous commérons aujourd’hui Mgr Antoine, métropolite de Sourozh 1914-2003

L’évêque Benjamin (Fedchenkov) et quelques laïcs restés fidèles au patriarcat de Moscou se sont réunis en mars 1931 pour fonder la paroisse des Trois-Saints-Docteurs. Tous ont pour but immédiat de trouver un lieu pour fonder une église. On trouve, au 5 rue Pétel dans le XVe arrondissement de Paris, un ancien garage dont la location est abordable. La consécration de l’église, dédiée aux trois saints Docteurs Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome et à saint Tikhon de Zadonsk,et la toute première divine liturgie sont célébrées pour Pâques 1931.

Dans un entretien, Mgr Antoine de Sourozh se souvenait :

« Je me rappelle la première fois où je suis allé à l’église des Trois-Saints-Docteurs. J’avais lu dans un journal un article du métropolite Eleuthère de Vilnius et de Lituanie où il écrivait qu’il y avait eu un schisme [à Paris], que la grande majorité des paroisses avait quitté le patriarcat de Moscou et il appelait tous ceux qui continuaient de croire en l’Église orthodoxe russe, qui voulaient lui rester fidèles à créer de nouvelles paroisses. La paroisse des Trois-Saints-Docteurs venait de voir le jour. […]
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Août 2020 à 16:52 | 0 commentaire | Permalien

Exode de Crimée en 1920: des prêtres russes parlent des Blancs et des Rouges
L’évacuation de la Crimée débute le 10 novembre 1920. En trois jours, les 126 bateaux de tout tonnage rassemblés par le Général Wrangel embarquent troupes, familles de militaires, population civile des ports de Crimée, Sébastopol, Yalta, Féodossia (Théodosie) et Kertch.

L’École navale de Sébastopol est évacuée au complet : élèves, corps enseignant, personnel administratif, plus tout son précieux matériel pédagogique et sa bibliothèque de littérature russe. La plupart des élèves, dont les gardes-marine du collège naval de Vladivostok évacués en janvier 1920, ne reverront jamais leur famille.

La répression bolchevique, dirigée par Bela Kun, fera des milliers de morts. Au total, 145 693 personnes, plus les membres d’équipage, purent gagner Constantinople. 

A la suite de la révolution bolchévique de 1917, plus de 3 millions de ressortissants russes ont fui leur pays. Parmi eux, bon nombre ont trouvé refuge en Tunisie et au Maroc. Un siècle plus tard, leurs descendants se remémorent cet exil

Dans les années 1920, les 20 membres d’une petite chorale russe avaient l’habitude de se réunir chaque semaine. Non pas à Moscou, mais à Rabat, où s’installèrent des centaines de “Russes blancs” après un événement qui ébranla le monde : la Révolution bolchevique d’octobre 1917.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 4 Août 2020 à 15:00 | -1 commentaire | Permalien

Une déclaration du Métropolite Onuphre de Kiev
Le primat de l'Église orthodoxe ukrainienne a fait une déclaration spéciale à propos de l'entrée d'une nouvelle trêve dans le Donbass : Nous appelons chacun à prier pour la fin de la guerre, pour la réconciliation, pour l’établissement de la paix

L'Église orthodoxe d’Ukraine partage et soutient pleinement toutes les initiatives de paix visant à faire cesser l'effusion de sang et à trouver des moyens de résoudre pacifiquement le conflit armé dans le Donbass. Ceci est indiqué dans une déclaration spéciale de Sa Béatitude le métropolite de Kiev et de toute l'Ukraine Onuphre à l'occasion de l'entrée en vigueur d'une nouvelle trêve dans le Donbass, rapporte le site Internet du Département de l'information et de l'éducation de l'UOC.

Voici le texte intégral de la déclaration

«Depuis six jours, l’Ukraine connaît un cessez-le-feu complet et global. Il s’agit d’un pas nouveau et décisif vers le règlement du conflit armé dans l’est de l’Ukraine et l’établissement de la paix tant attendue.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Août 2020 à 10:52 | 0 commentaire | Permalien

 Sainte Marie Madeleine : Le premier œuf  de Pâques et la résurrection du Seigneur
Devenue pour la troisième fois "apôtre des Apôtres", Marie Madeleine resta avec les disciples et la Mère de Dieu, partageant leur joie. Elle était probablement présente au Mont des Oliviers, lors de l'Ascension, tout comme dans la chambre haute, le jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit descendit sous forme de langues de feu (Actes 2).

On raconte que la Sainte quitta ensuite Jérusalem, pour se rendre à Rome et y demander justice à l'empereur Tibère de la condamnation inique prononcée par Pilate . Se présentant devant l'empereur avec un œuf en main, elle lui déclara qu'après avoir souffert la Passion, le Christ était ressuscité, apportant à tous les hommes la promesse de la résurrection; et l’œuf se teignit alors en rouge. Le souverain écouta sa requête et convoqua Pilate, ainsi que les grands prêtres Anne et Caïphe.

Caïphe mourut en route, en Crète; quant à Anne, il fut supplicié en étant enfermé dans une peau de buffle. Pilate, s'étant présenté au tribunal de l'empereur, essaya de se justifier en avançant les pressions exercées par les Juifs et le risque de rébellion contre l'autorité romaine. Mais César resta insensible à son apologie et le fit jeter en prison. On rapporte que, poursuivant un cerf au cours d'une partie de chasse, organisée non loin de la prison par des amis de Pilate, l'empereur décocha une flèche qui alla frapper Pilate en plein cœur.....
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 4 Août 2020 à 08:00 | 7 commentaires | Permalien

La communauté des vieux-croyants en Bolivie
P.O. a mis en ligne de nombreux textes consacrés aux vieux-croyants et en voici un nouveau: "Bienvenue dans la petite Russie de Bolivie" Maria Plotnikova

Des accents slaves résonnent au fin fond des Andes. Là se sont implantés, après un long exode, des orthodoxes dissidents ayant fui au XXe siècle les répressions dans l’URSS d’alors. La photographe russe Maria Plotnikova a pu pénétrer cette communauté très fermée.

Bien à l’abri derrière une moustiquaire, Inafa et Salamania guettent les allées et venues dans leur village, dénommé Toborochi et isolé dans les plaines orientales de Bolivie. Comme tous les autres habitants de ce hameau, ces fillettes sont des starovery, des «vieux-croyants». Autrement dit, des orthodoxes considérés comme dissidents par l’Eglise russe depuis qu’ils ont refusé d’appliquer des réformes entérinées au XVIIe siècle, continuant par exemple à faire le signe de croix avec deux doigts croisés au lieu de trois.

Après un long exode depuis leur mère patrie, la famille et les voisins d’Inafa et Salamania se sont implantés dans ces confins des Andes au début des années 1980, pour pouvoir y pratiquer leur foi en paix.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Août 2020 à 16:57 | 0 commentaire | Permalien

Petite histoire de l'icône de Saint Séraphin de Sarov ( église St Séraphin de Sarov à Paris )
Jean Liamine

Voici donc la petite histoire de l’icône de Saint Séraphin de Sarov à Paris. Cette histoire est doublement miraculeuse: elle comprend deux épisodes intimement liés bien que distants de 80 ans.


Premier épisode

1922 en Russie, dans la ville d’Orel, la révolution bolchevique bat son plein. Zénaïde, jeune fille d’une vingtaine d’années, partage depuis plus de 2 ans la vie quotidienne des sœurs au monastère de la Présentation. Elle habite chez la supérieure, l’higoumènia Alexia (veuve Timacheff-Behring, née Polouektoff). Celle-ci a veillé à son éducation depuis la mort prématurée de la propre mère de ZénaÏde; elle est devenue en fait sa mère adoptive; matouchka Alexia a pour neveu Ivan Liamine, le promis de la jeune fille. Il y a déjà plusieurs années, en 1916, les deux jeunes gens s’étaient fiancés; mais les événements tragiques de la révolution les séparent, et Ivan se retrouve à Paris où il invite instamment Zénaïde à venir le rejoindre, afin de s’y marier comme ils en avaient fait le serment.

La jeune fille, qui ne se sent pas faite pour la vie monastique, accepte :elle part d’abord pour la Sibérie, à Tomsk (six jours de voyage dans un wagon à bestiaux), pour y faire ses adieux à son père. Son retour à Orel va durer plusieurs semaines : elle reste bloquée à Tcheliabinsk, son passeur à travers les lignes de l’armée rouge venant d’être fusillé; mais des amis retrouvés providentiellement l’aident à rejoindre le monastère d’Orel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Août 2020 à 15:36 | 4 commentaires | Permalien

Saint ELIE  ( ILYA)- LE PROPHETE
Le prophète Elie a exercé son ministère prophétique sous le règne de deux rois d'Israël, Achab et Ahazia, entre 873 et 852 av. J.-C.

Le prophète Elie est l’un des saints les plus vénérés par les catholiques comme par les orthodoxes. Le judaïsme, l’islam et les sectes protestantes le commémorent. Le personnage d’Elie est également présent dans religions païennes. Nous ne savons pas quelles sont les premières mentions d’Elie. Ce nom n’est peut-être d’ailleurs pas un nom propre. Selon la tradition il n’y a dans l’histoire de l’humanité que trois d’hommes s’étant transporté au Ciel de leur vivant : l’apôtre Jean, Enoch et Elie.

C’est précisément Elie qui est dans ce sens le précurseur du Christ. Les nombreux miracles qu’il a accomplis en témoignent. Résurrection des morts, envoi de la pluie lors de sécheresses, multiplication de l’huile et de la farine dans la maison d’une veuve, etc.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Août 2020 à 10:02 | 0 commentaire | Permalien

L'église du Saint Esprit a Moscou, qui fut bâtie en 1493 et détruite en 1933...
Anna Khoudokormoff-Kotschoubey

Eglise du Saint Esprit

A l'entrée du métro Kropotkinskaya se trouvait une plaque commémorative en l'honneur d'une église dédiée au Saint Esprit, qui fut bâtie en 1493 et détruite en 1933...

Beaucoup de personnes, comme moi d'ailleurs, la voyant, se signaient. On était heureux de se souvenir… On était heureux et reconnaissant que quelqu'un ait eu l'idée de l'apposer…

Quelle ne fut pas ma surprise et désolation, en juillet dernier, de voir que cette plaque commémorative ait bel et bien disparu, et qu'à la place on y apposa, une autre plaque banale comme on en voit par dizaines dans Moscou, et stipulant "exemple d'architecture"... voulant désigner les colonnades à l'intérieur du métro.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Juillet 2020 à 04:12 | 1 commentaire | Permalien

CRSC à Paris 100e anniversaire de « l’Exode russe »
À partir du 21 juillet, l’exposition sera présentée en deux langues sur les panneaux extérieurs, le site web et les pages des réseaux sociaux du CRSC à Paris et restera disponible jusqu’au 20 août.

Il est prévu que l’exposition se poursuive dans de nombreux autres pays, y compris francophones, le long de la route de l’Exode et de la résidence actuelle des descendants de nos compatriotes.

Les documents de l’exposition sont collectés dans les fonds de la Maison des Russes à l’étranger de différents pays. La géographie des archives est vraiment large : Australie, Belgique, États-Unis, France, Suisse, etc. De rares documents numérisés proviennent de la collection d’Alexandre Plotto (France), descendant d’officiers de marine russes, qui a quitté Sébastopol dans son enfance sur les navires de l’Escadron russe.

Auteurs de l’exposition : experts de la Maison des Russes à l’étranger I.V.Domnin, I.Y.Domnina, A.S.Kroutchinin, N.A.Kouznetsov, A.A.Petrov, A.V.Marynyak, N.D.Egorov et I.N.Balabanova.

La version française et la traduction de l’exposition ont été réalisées en interne dans leur intégralité par le CRSC à Paris.

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris 61, rue Boissière 75116 Paris, France +33 1 44 34 79 79


L’exposition a été créée par la Maison des Russes à l’étranger Alexandre Soljénitsine en coopération avec le Département de la culture de la ville de Moscou à l’occasion d’une date spéciale et mémorable dans l’histoire de la Russie – le 100e anniversaire de l’exode de plusieurs millions de compatriotes vers une terre étrangère en 1920.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juillet 2020 à 07:17 | 0 commentaire | Permalien

Sainte Marina la grande martyre du III siècle, fêtée le 17/30 juillet
Marina est née en Anatolie du Sud, plus précisément à Antioche, à la fin du troisième siècle, pendant le règne de Claude II (268-270). Elle était la seule fille de parents païens nobles. Quand elle avait cinq ans, sa mère est morte (certaines sources disent qu'elle est morte peu de temps après l'accouchement), et depuis que son père Aidesios, était trop occupé à l'exercice de ses fonctions en tant que prêtre païen pour l'éduquer correctement, il tourna ses soins envers Marina avec une femme qui se trouvait être chrétienne. Suite Sainte Marina, grande martyre et vainqueur des démons

Un miracle de sainte Marina
Version française Claude Lopez-Ginisty

Il y a quelques années, une famille de Lymassol, à Chypre, nommée Vassiliou a été bénéficiaire du miracle suivant. En Grèce, cette famille est bien connue à cause des demandes télévisées qu'elle a faites en vue de trouver un donneur pour leur jeune garçon Andrea, qui souffrait de leucémie. Le donateur a bien été trouvé et les parents ont commencé à préparer leur voyage au Texas (USA) où la greffe de moelle osseuse allait être exécutée. Entre-temps, ils ont aussi prié et supplié Jésus-Christ de sauver leur petit garçon. Avant leur départ pour les USA les parents ont entendu parler de miracles de sainte Marina et ils ont appelé le monastère de Sainte-Marina situé sur l'île d'Andros en Grèce pour demander sa bénédiction.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juillet 2020 à 04:35 | 0 commentaire | Permalien

Une cérémonie a eu lieu à Sébastopol : la pose des fondations d'une église en l'honneur de l'icône de la Mère de Dieu " Adoucir les mauvais cœurs ". Elle est en cours de construction dans la région de Maximova Dacha sur le site d'un complexe commémoratif à la mémoire des victimes de la guerre civile et des événements tragiques de l'exode russe.

Le bâtiment sera modulaire. Il abritera également le Musée de la guerre civile. L'exposition a déjà été constituée par les historiens de Sébastopol. La construction est financée par des philanthropes et des citoyens concernés de différentes régions du pays.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Juillet 2020 à 10:39 | -2 commentaire | Permalien

L’exarque du patriarche de Moscou en Europe occidentale a consacré le terrain où sera construit la première église orthodoxe au Portugal.
Le site Patriarchia.ru annonce que, du 18 au 20 juillet 2020, l’exarque du patriarche de Moscou en Europe occidentale, le métropolite Antoine de Chersonèse et d’Europe occidentale, a effectué une visite pastorale au Portugal.

Le 19 juillet, le métropolite Antoine a présidé la divine liturgie célébrée à la paroisse de Tous-les-Saints de Lisbonne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juillet 2020 à 11:02 | 0 commentaire | Permalien

Saint Vladimir le Grand -  Vladimir le BEAU SOLEIL  (980-1015)  et le Baptême de la Russie
Il est l'une des grandes figures de la Russie médiévale, tant d'un point de vue politique que spirituel.

Vladimir était le plus jeune fils du prince de Kiev, Sviatoslav. Sa mère s'était convertie au christianisme, mais le jeune prince fut élevée dans le paganisme. En 980, il devint prince de Kiev, après avoir éliminé son frère aîné (qui avait lui-même assassiné un autre de leurs frères).

Son alliance est alors sollicitée par les Bulgares, les Khazars, les Allemands et les Byzantins qui représentent les quatre religions de présence: l'islam, le judaïsme, le christianisme latin et le christianisme byzantin. Vladimir, d'après la tradition, envoie alors des ambassadeurs recueillir de plus amples renseignements sur ces religions.

L'islam des Bulgares respire la tristesse; les offices latins des allemands sont dépourvus de beauté. A Constantinople, la splendeur de la liturgie célébrée dans l'église Sainte Sophie, l'encens projeté vers le ciel par le balancement des lourds encensoirs, l'or des icônes, les hymnes célestes transportent d'enthousiasme les âmes slaves des envoyés du prince: "Nous ne savions plus si nous étions au ciel ou sur la terre ! C'est là que Dieu demeure avec les hommes!" Vladimir se fait donc baptiser, avec tous ses sujets en 988 et reçoit pour épouse une princesse byzantine.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juillet 2020 à 06:30 | Permalien

Le métropolite Hilarion, a déclaré qu'il accepterait de devenir volontaire pour tester le vaccin contre le COVID-19
Le métropolite Hilarion, responsable  du département des relations extérieures  du patriarcat de Moscou, a déclaré qu'il accepterait de devenir volontaire pour tester le vaccin contre le COVID-19.

«Je suis prêt à le faire», a répondu le métropolite à une question  de l'animateur de l'émission Church and the World sur la chaîne de télévision Russia-24 .

Selon le métropolite, plus tôt ces tests réussissent, mieux c'est, car le risque de contracter un coronavirus est toujours élevé. «Nous pouvons voir d'après les chiffres que des gens meurent chaque jour», a ajouté le représentant de l'Église orthodoxe russe, ajoutant que chaque jour est précieux Interfax Mитрополит Иларион заявил, что согласился бы стать добровольцем для тестирования вакцины от COVID-19
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2020 à 19:36 | 1 commentaire | Permalien

О Laurence Guillon : La mort des coquillages
C’est avec consternation, et une sorte de terreur sacrée, que j’ai appris l’incendie de la cathédrale de Nantes et la disparition de son orgue vieux de 400 ans.

Quand Notre Dame a brûlé, j’ai su que c’était le début de la fin, que tout l’héritage de la France encore miraculeusement conservé allait subir le sort de celui de la sainte Russie, qui n’existe plus qu’à l’état résiduel, et que risquent d'achever l’incurie, l’ignorance, la cupidité et la stupidité. La différence est que ce qu’il reste de Russes se mobilise avec l’Eglise orthodoxe pour tenter d’en sauver les vestiges, car ils sont considérés par ce petit troupeau comme quelque chose de sacré, il arrive même que des incroyants y tiennent encore par patriotisme.

Alors qu’en France, il serait plus difficile, me semble-t-il, de regrouper la résistance autour des merveilles léguées par nos ancêtres, et qui sont non seulement belles, mais pleines de sens, car tout ce qu’on faisait au moyen âge était avant tout porteur de sens. Chaque sanctuaire était en soi un livre saint et un reliquaire, chaque sanctuaire est un message qui nous est adressé à travers les siècles, et je ne parle pas de la dimension mystérieuse qui, en Russie, fait même des icônes ou églises décadentes, qui ont perdu ce sens, et ne le transmettent pas, lorsqu'elles sont « imprégnées de prières », comme on dit ici, des objets chargés. Ainsi en est-il de l’icône sentimentale, académique et opaque devant laquelle priait saint Séraphin de Sarov.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2020 à 07:09 | 8 commentaires | Permalien

 Votez pour votre monument préféré!
Cette année, c'est le grand retour sur France 3 du "Monument préféré des Français", animée par Stéphane Bern.

Du 6 au 26 juillet, faites valoir votre voix et voter, dans la liste des 14 monuments sélectionnés ci-dessous, pour celui de votre choix. Le monument préféré des français sera révélé prochainement lors d'une grande émission spéciale sur France 3.

Votez pour votre Monument préféré :

1) En cliquant sur la photo de votre Monument préféré
2) En cliquant sur ’’Valider’’ (en bas de la page) pour enregistrer votre votе
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Juillet 2020 à 10:32 | 1 commentaire | Permalien

Le Sultan invite pour le 24 juillet...La première prière islamique dans la basilique Sainte-Sophie durera un jour!
Les icônes chrétiennes qui ornent l'intérieur de l'ancienne basilique byzantine seront dissimulées le temps de la prière

La première prière islamique dans la basilique Sainte-Sophie durera un jour. Selon le journal grec Ethnos.gr, la prière durera du vendredi matin 24 juillet au samedi matin 25 juillet. Pendant tout ce temps, la cathédrale sera ouverte à la prière

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué dimanche une visite symbolique dans l'ex-basilique Sainte-Sophie d'Istanbul, la première depuis la reconversion controversée de ce monument en mosquée la semaine dernière. Lors de cette brève inspection, M. Erdogan a observé les travaux de reconversion à l'intérieur du bâtiment, a indiqué la présidence, qui a publié des photos sur lesquelles on voit des échafaudages. La visite surprise du chef de l'État turc a lieu à quelques jours de la première prière musulmane à Sainte-Sophie depuis sa reconversion, prévue vendredi. M. Erdogan y prendra part.

La semaine dernière, le plus haut tribunal administratif de Turquie a révoqué une décision gouvernementale datant de 1934 conférant à Sainte-Sophie le statut de musée.Aussitôt cette décision rendue publique, le président Erdogan a annoncé la transformation de Sainte-Sophie en mosquée. Selon l'Autorité des Affaires religieuses (Diyanet), 500 personnes participeront à la première prière collective, vendredi, à l'intérieur de Sainte-Sophie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Juillet 2020 à 15:27 | 8 commentaires | Permalien

Sainte OLGA princesse de Russie
Mère de Sviatoslav (+ 969) Sainte OLGA ou Hélène. Elle se convertit au Christianisme à Constantinople en 958 et prit le nom d’Hélène. C'est la première princesse chrétienne qu'ait connue la Russie.

Née à Pskov (anciennement Pleskov) ou dans le voisinage.
Olga épousa le Prince Igor 1er, duc de Kiev en 903. Après l’assassinat de son mari en 945, elle gouverna la Russie avec sagesse et miséricorde jusqu’à sa propre mort.

Elle se chargea en particulier de l’éducation de son petit fils, saint Vladimir qui allait définitivement donner le Saint Baptême à la Russie.

Issue d'une noble famille du pays de Pskov, à linitiative de laquelle les Varègues étaient venus en Russie, la princesse Olga avait été dotée par Dieu d'une rare beauté et d'une brillante intelligence.

Un jour, alors qu'elle traversait le fleuve Pskov, elle rencontra le jeune prince Igor qui aussitôt s'éprit d'elle.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 24 Juillet 2020 à 10:20 | 37 commentaires | Permalien

LE CIEL, L'ENFER et les SOUFFRANCES ÉTERNELLES
A ce sujet nous mettons en ligne deux textes, l’un d’un moine, le second - d’un penseur religieux. Nous réfléchissons tous à cela.

P.O. vous sera reconnaissant de faire part de vos réflexions à ces sujets


SOUFFRANCES ÉTERNELLES
Saint Barsonuphe d’Optino 1845- 1913

De plus en plus de laïcs et de jeunes prêtres sont convaincus que les souffrances éternelles sont incompatibles avec la miséricorde divine et ne peuvent donc être éternelles. Je crois que c’est une erreur car les souffrances, comme la béatitude, ne proviennent pas de l’extérieur et existent dans le monde intérieur de chacun.

La maladie nous fait souffrir ici bas, de même l’âme malade commence à cruellement souffrir quand elle entame sa vie éternelle. La colère, l’irritation, le vice et autres maladies de l’âme sont des parasites qui suivent la personne après la mort du corps. Notre tâche dans cette vie consiste à supprimer ces monstres en nous-mêmes. Imaginons qu’une âme non purifiée par la contrition entre au paradis.

Je suis certains que cela lui serait intolérable et qu’elle aspirerait à quitter ce lieu.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juillet 2020 à 14:58 | 0 commentaire | Permalien

Père Théophore ANTOINE, fondateur de la Laure des GROTTES de KIEV
Notre Saint Père Antoine naquit en 983 à Lubetch, dans la région de Tchernigov, et reçut le nom d'Antipas au Saint Baptême.

Désirant depuis son plus jeune âge se consacrer à Dieu, il quitta sa patrie et, passant par Constantinople, il parvint sur la Sainte Montagne de l'Athos. Après avoir visité les Monastères, où la vie angélique des moines embrasa encore plus son coeur d'amour pour le Seigneur, il fut reçu au monastère d'Esphigménou et devint disciple de l'Higoumène Théoctiste, homme à la vertu éminente. Se faisant violence en tout pour observer les commandements à la perfection, Antoine faisait la joie des frères.
Au bout de quelques années, Théoctiste, à la suite d'une révélation divine, renvoya son disciple en Russie, en lui disant: « Antoine, va en Russie, afin d'y devenir un exemple et un guide pour le peuple. Que la bénédiction de la Sainte Montagne soit avec toi! »

Parvenu à Kiev, en 1013, il visita les Monastères de la ville, mais ne trouva pas l'endroit qu'il recherchait. Se dirigeant vers les collines voisines, il découvrit, à Berestovo, une grotte jadis creusée par les Varanges (ou Varègues)(1), et s'y installa pour y persévérer dans l'ascèse et la prière.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juillet 2020 à 13:30 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 294


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile