Liturgie célébrée le 5 mars à Cambo par le père Nicolas Rehbinder
La chapelle d’Artzaindeia – qui signifie en basque « l’appel du berger » -, au cœur de Cambo, avait accueilli pour une célébration dominicale une grande partie des paroissiens orthodoxes habituels venus de l’église russe de Biarritz. Connu comme « la chapelle aux icônes », cet édifice religieux avait été généreusement prêté aux orthodoxes par le Centre Arditeya qui le gère.

C'est la grande majorité des paroissiens avec le chœur qui ont dû hélas quitter leur église russe de Biarritz dont s'est emparée » une petite fraction/faction qui s'est séparée de l'Archevêché des églises de tradition russe groupé autour de la cathédrale de la rue Daru à Paris.

Rappelons qu’à Biarritz face à l’Hôtel du Palais, l’église russe fut construite en 1892 par les Moscovites et les Péterbourgeois. Aujourd’hui, l’édifice en très mauvais état devrait être restauré
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Mai 2021 à 11:03 | 1 commentaire | Permalien

Emilie van Taack, Séminaire de Fondation Nationale Hellénique de la Recherche
« L’icône à travers l’enseignement du moine Grégoire (Kroug) et de Léonide Ouspensky »

Je suis très honorée de votre invitation et très heureuse de pouvoir parler de ce sujet qui m’est cher. Soyez tous remerciés. J’ai donné comme titre : l’icône à travers l’enseignement de Kroug et d’Ouspensky. Je comprends ici leur enseignement de manière très large, c’est-à-dire ce qu’on peut comprendre à partir de leur vie, de ce qu’ils ont écrit, de ce qu’ils ont dit mais aussi à partir de leur manière de peindre et d’enseigner la peinture, particulièrement pour Léonide Ouspensky.

En effet, le Père Grégoire Kroug n’a jamais enseigné, personne même ne l’a vu peindre, excepté son père spirituel, l’archimandrite Serge (Chévitch).

Cet enseignement est, à mon avis, quelque chose d’extraordinairement important pour notre époque et pour l’Eglise; il ne s’agit pas seulement des idées d’Ouspensky et de Kroug aux sujet des icônes. Je pense que c’est vraiment l’enseignement de Dieu pour le vingt et unième siècle, à travers eux. J’en vois la preuve dans le fait que, d’une manière tout à fait spontanée et sans qu’aucune question ne lui ait été posée, l’archimandrite Aimilianos, higoumène du Monastère de Simonos Petra, a dit à un iconographe français, élève d’Ouspensky, tout à fait spontanément encore une fois : « Il n’y a pas sur la terre d’œuvre supérieure à la peinture de l’Icone »

Bien sûr, c’est une parole tout à fait incroyable!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Mai 2021 à 12:12 | 0 commentaire | Permalien

Le Christ est Ressuscité! Христос Воскресе!
Chers amis, 

  Nous vivons des journées Pascales difficiles.  Il y a autours de nous tant de malades, tant de décédés...     Pensons à eux, prions pour eux!   Le Christ est ressuscité!

PARLONS D'ORTHODOXIE

Prions le Seigneur !

Nous invoquons le Nom divin, saint, grand, redoutable, et insupportable pour te chasser, apostat ; et nous ordonnons ton anéantissement ô diable. Le Dieu saint, sans principe, redoutable, invisible en son Essence, incomparable en sa Puissance, incompréhensible en sa Divinité, le Roi de gloire et Seigneur tout-puissant t’ordonne, ô diable ; Celui qui par son Verbe fit venir toutes choses du non-être à l’être,

Celui qui marche sur les ailes du vent, le Seigneur t’ordonne, ô diable, Lui qui a rassemblé l’eau de la mer et l’a répandue sur la face de la terre, le Seigneur des Puissances , est son nom ; le Seigneur t’ordonne, ô diable, lui que vénèrent les puissances qui L’entourent, les chérubins et les séraphins aux six ailes et aux yeux innombrables dont deux leur voilent le visage pour ne pas regarder sa Divinité insoutenable et insondable, deux leur cachent les pieds, pour n’être pas brûlés par sa Gloire ineffable et sa Majesté incompréhensible, tandis qu’ils volent des deux autres et remplissent les cieux de leur clameur : « Saint, saint, saint Es-Tu notre Seigneur Sabaoth, les cieux et la terre sont remplis de ta gloire ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Mai 2021 à 09:00 | 9 commentaires | Permalien

Message pascal du Patriarche CYRILLE de Moscou et de toutes les Russies
Message pascal du Patriarche CYRILLE de Moscou et de toutes les Russies aux archipasteurs, pasteurs, diacres, moines et moniales et à tous les fidèles enfants de l’Église orthodoxe russe

Éminences et excellences, révérends pasteurs et diacres, vénérables moines et moniales chers frères et sœurs !

En ce jour parfaitement saint, empli de la joie pascale et d’une merveilleuse lumière, de bouche en bouche, de cœur à cœur se transmet la bonne nouvelle vivifiante :

LE CHRIST EST RESSUSCITÉ !


Nous confessons ainsi notre foi inébranlable en Celui auprès de la Croix duquel nous nous sommes tenus le Vendredi Saint, Celui qu’avec les disciples et les myrophores nous avons pleuré, priant devant l’épitaphion. Aujourd’hui, avec les chœurs angéliques, manifestant l’unité de l’Église céleste et de l’Église terrestre, nous proclamons solennellement : « Aujourd’hui, c’est le salut du monde, car il est ressuscité, le Christ, notre Dieu tout-puissant » (Canon de Pâques, hirmos de la 4eode).

La Pâque du Seigneur est un témoignage éclatant de la sagesse divine et de l’amour infini du Créateur pour le genre humain. Le commencement de l’histoire, comme on sait, fut assombri par une tragédie spirituelle : par la chute de nos premiers parents, les portes du Paradis se fermèrent pour les hommes, les souffrances et la mort sont les conséquences inévitables de la peccabilité humaine. Mais, ayant perdu la communion avec Dieu, Source de vie, les hommes n’ont été privés ni de Sa bonté, ni de Son amour.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Mai 2021 à 06:23 | 0 commentaire | Permalien

MESSAGE PASCAL DE MÉTROPOLITE ANTOINE, EXARQUE DU PATRIARCHE EN EUROPE OCCIDENTALE
MESSAGE PASCAL de Son Éminence ANTOINE, Métropolite de Chersonèse et d’Europe occidentale, exarque du patriarche en Europe occidentale

Éminences, vénérables prêtres, moines et moniales, chers frères et sœurs !

De tout mon cœur je vous félicite à l’occasion de la grande et radieuse fête de la Pâque du Seigneur ! De nouveau, le Sauveur du monde nous a permis d’atteindre ce jour saint et promis, et d’entendre la salutation pascale par laquelle – saisi de liesse – je m’adresse à vous tous : Le Christ est ressuscité ! En vérité Il est ressuscité !

Ayant parcouru avec le Seigneur le chemin des derniers jours de Sa vie terrestre, nous sommes désormais placés devant la Vivifiante Grotte, d’où a jailli la lumière du salut. La magnificence de Dieu a vaincu le mal qui a cloué le Sauveur sur la Croix. L’amour du Christ s’est avéré plus fort que la mort même. La largesse du Père céleste s’est abondamment répandue sur tous les Hommes, ouvrant à chacun les portes du Royaume éternel. Il ne peut y avoir davantage de joie que celle qui nous associe étroitement et activement à cette Grande Victoire qui, d’après l’Apôtre, a vaincu le monde et a libéré la création du sceau oppressant des péchés !
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Mai 2021 à 01:26 | 4 commentaires | Permalien

Pâques chez les chrétiens orthodoxes : le triomphe de la lumière
Христос Bоскресe ! (le Christ est Ressuscité) - Воистину Bоскресе ! (en Vérité, Il est Ressuscité) : c’est ce dimanche 2 mai que les chrétiens orthodoxes célébreront Pâques. Encore de nos jours, il s'agit de la fête majeure du calendrier de l’église orthodoxe et c'est en Russie que sa célébration revêt son plus grand éclat.

Dans notre région, la célébration de la fête de Pâques chez les Orthodoxes : à Cambo, l'office de Pâques sera célébré par le Père Nicolas Rehbinder le samedi 8 mai "Semaine de Pâques à 10h30 à la Chapelle aux Icônes.

Il est de tradition qu’une délégation assiste à la cérémonie du Feu nouveau à l'église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, et l’achemine en avion à Moscou où le Patriarche célèbre l'office pascal à la Cathédrale du Christ Sauveur. Car, chaque année, se reproduit ce miracle du Feu du Saint-Sépulcre qui descend le Samedi Saint, embrase en un instant une multitude de cierges et illumine la basilique de la Résurrection à Jérusalem
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Mai 2021 à 13:38 | 1 commentaire | Permalien

La Nativité du Christ, Icône de Sa descente aux enfers
Par professeur Nicolas Ossorguine

Dans l’Eglise orthodoxe, la Nativité du Christ est une fête très importante. Liturgiquement, l’Eglise voit en elle l’icône de la fête de Pâques. C’est la raison pour laquelle, dans la partie consacrée aux éphémérides du « Psautier commenté », la fête de la Nativité est appelée « Pâques, fête de trois jours ».

La notion de « trois jours » doit être comprise non pas sur le plan de temps (durée), mais dans le sens qualitatif : liturgiquement les offices de la Nativité contiennent des éléments du Vendredi Saint, du Samedi Saint et de Pâques. Ces éléments se retrouvent dans les offices des 24 et 25 décembre, à savoir : 1) le 24 – XII « les Heures Royales » (Vendredi Saint), 2) le 25-XII les Vêpres avec la liturgie vespérale de Saint Basile (Samedi Saint) et enfin 3) la liturgie eucharistique matinale de Saint Jean Chrysostome le jour de la Nativité (Pâques).

Dans la mesure où le 24 décembre correspond aux deux derniers jours de la Semaine Sainte, l’Eglise prescrit un carême semblable à celui de cette semaine Il est très important de comprendre que, du moment où il y a relation très étroite entre les évènements liés à la fête de Pâques, fête mobile et les évènements de la Nativité, fête fixe, l’expression liturgique de la Nativité se manifeste simultanément à travers ces deux cycles : fixe et mobile (pascal).
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 1 Mai 2021 à 10:57 | -6 commentaire | Permalien

Le prêtre Feodor Guidaspov (1875-1918), parmi les premiers nouveaux martyrs
La modeste chapelle de la Mère de Dieu à Kazan s’élève près des murs blancs du couvent de la Vierge. C’est une des plus anciennes églises de la ville. C’est là qu’au XVI siècle, Hermogène, plus tard patriarche de l’Eglise Russe et martyr, exerça son ministère en ses jeunes années, peu après la conquête de la ville par les Polonais, quand ils entrèrent en Russie.

La célèbre icône miraculeuse de la Vierge, connue sous le nom de « Notre-Dame de Kazan » fut découverte, en 1579, dans une maison brûlée, à quelques pas de la jolie chapelle près de laquelle on construisit alors un grand couvent de femmes. La ville de Kazan, située au bord de la Volga, fut créée par les Tatars lors de leur invasion au XIII siècle.

En 1917, quand commença la révolution, c’était un vieux et modeste prêtre, le père Feodor Guidaspov qui s’occupaiot de la petite chapelle.

L’année d’après, Kazan fut occupée par l’armée populaire qui cherchait, à la défendre contre l’assaut des Bolcheviks ; ceux-ci la bombardaient depuis la Volga, avec leurs canonnières. Tandis que continuait la lutte le père Feodor faisait chaque jour le tour de sa pauvre paroisse à la tête d’une procession.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Avril 2021 à 08:48 | 0 commentaire | Permalien

Le Saint et Grand Vendredi
Le Saint et Grand Vendredi, nous célébrons les Saintes Souffrances que notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ endura pour notre salut les crachats, les soufflets, la flagellation, les insultes, les moqueries, le manteau de pourpre, le roseau, l'éponge, le vinaigre, les clous, la lance et surtout la Croix et la mort, qu'Il accepta librement pour nous sauver; et nous y ajoutons la mémoire de la confession par laquelle le bon Larron, crucifié avec Lui, trouva le salut sur la croix.

Verbe du Dieu vivant, aujourd'hui sur la Croix Tu souffres que la mort prenne le Dieu de vie. La clef du bon Larron ouvre le Paradis : «Seigneur, en Ton royaume souviens-toi de moi !»

Il faut savoir que, si le Seigneur a été crucifié le sixième jour, c'est-à-dire un vendredi, c'est parce que le sixième jour fut créé l'homme au commencement. Et s'Il a été mis en croix à la sixième heure, c'est parce qu'à cette heure-là, comme nous l'avons déjà dit, Adam lui-même, ayant tendu la main vers l'arbre défendu, le toucha et mourut. C'est donc à l'heure où il avait été brisé qu'il fallut le recréer. Suite ...
Rédigé par l'équipe de rédaction le 30 Avril 2021 à 05:55 | 0 commentaire | Permalien

Jeudi Saint, la Cène mystique du Seigneur
La liturgie du Jeudi Saint se compose, dans la tradition byzantine, de trois grands offices : les matines, le rite du lavement des pieds – réservé au rituel pontifical – et les vêpres avec la liturgie de Saint-Basile.

Trois événements sont au centre de la liturgie de ce jour : la trahison de Judas, la manifestation de l’humilité du Seigneur et la Cène avec les disciples, appelée dans la tradition orthodoxe « repas mystique ».

Aucune autre fête, pas même celle de la Nativité, n’est dotée de prières aussi riches sur le plan christologique que le Jeudi Saint. C’est au soir de la Pâque juive, au cours du repas rituel commémorant la sortie d’Égypte du peuple hébreu, que le Roi d’Israël se fait connaître à ses disciples et découvre la nature véritable de son alliance avec l’humanité.

Ainsi, le dernier dîner du Seigneur avec les apôtres est non seulement mystique, mais aussi mystagogique.

« Lors de ce dîner, tu as révélé aux initiés l’immense mystère de ton incarnation » : l’incarnation de Dieu est l’alliance éternelle que Dieu promettait à Abraham et qu’il a enfin accomplie à la fin des temps.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 29 Avril 2021 à 08:22 | 0 commentaire | Permalien

Nikita Krivochéine " Des miradors à la liberté : Un Français-Russe toujours en résistance "
Présentation du livre par M. Guillaume d’Alançon, directeur de l’Institut pour la Famille en Europe.

- Pourquoi vouloir publier vos mémoires ?

 La littérature « Archipel » stalinien est abondante en français. Mais  pratiquement rien n’est paru sur la période qui a suivi les évènements de Budapest et  le Festival de la jeunesse de 1957. Ont paru en France les souvenirs  d’ Anatoli Martchenko « Une Grève de la faim » et le livre d’Irina Emelianova «  Légendes de la rue Potapov » ,  sur les périodes concentrationnaires Khrouchtchev-Brejnev. Il fallait combler cette omission.

 - Au nom du respect des droits de l'homme, on est aujourd'hui face à un déni du droit à la vie et à chercher la vérité en conformité avec sa conscience. Vous qui avez souffert pour vos convictions, que doit être selon vous le rôle de l'Etat, mais aussi des médias ?

- L’Eglise enseigne que le Droit Divin prime sur les codes et les lois que se donnent les sociétés. Il est légitime de refuser à suivre un ordre peccamineux. Il y a eu à Katyn des militaires qui n’ont pas accepté de participer à la tuerie des prisonniers polonais.  
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Avril 2021 à 08:17 | 0 commentaire | Permalien

Mercredi Saint
Saint Matthieu 26, 14-25

L’un des douze apôtres de Jésus, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d’argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? »

Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : ’Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.’ » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.

Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l’un après l’autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer.

Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi qui l’as dit ! »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Avril 2021 à 05:34 | 0 commentaire | Permalien

L’archevêque Nestor de Madrid et de Lisbonne a célébré la consécration mineure de l’église Saint-Alexandre-Nevski, à Saragosse
Le 24 avril 2021, dimanche de Lazare, l’archevêque Nestor de Madrid et de Lisbonne a célébré la consécration mineure de l’église Saint-Alexandre-Nevski, à Saragosse. Saragosse, l’une des principales villes d’Espagne, capitale de l’Aragon, est aussi l’un des plus anciens buts de pèlerinage en Espagne.

Avant la célébration de la Divine liturgie, le chef du diocèse d’Espagne et du Portugal a célébré la consécration mineure de l’église, qui marque le début des célébrations diocésaines de l’année Alexandre Nevski : on fête, en effet, cette année le 800e anniversaire de sa naissance.

L’archevêque Nestor concélébrait avec le prêtre Alexandre Lobera (Emilio Alejandro Lobera), recteur de la paroisse, l’archiprêtre Andreï Kordotchkine, secrétaire de la Direction diocésaine, et le diacre Gleb Zaïka.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Avril 2021 à 18:10 | 0 commentaire | Permalien

Le Saint et Grand mardi, nous faisons mémoire de la parabole évangélique des Dix Vierges
Dix vierges font cortège au plus grand des Mardis tiens ta lampe allumée, ne sois pas étourdi!

Pourquoi le Seigneur, entré à Jérusalem afin d'y accomplir Sa Passion, propose-t-il de telles paraboles à Ses disciples: ce sont, dit-Il, des paraboles qui s'appliquent aussi aux Juifs. En effet, Il raconte la parabole des dix vierges en portant l'attention sur la miséricorde, et en même temps Il enseigne à tous à être prêts avant la fin. Car sur la virginité, Il leur a parlé plusieurs fois, ainsi que sur les eunuques. Certes, beaucoup de gloire s'attache à la virginité, elle est grande, en vérité. Mais afin que nul, en pratiquant cette vertu, ne néglige les autres, et surtout la miséricorde, dont s'éclaire la lampe de la virginité, le Saint Evangile propose cette parabole .
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 27 Avril 2021 à 15:12 | -1 commentaire | Permalien

Des archéologues russes étudient  plusieurs anciennes églises chrétiennes en Syrie
Des archéologues russes et syriens participent à un projet de préservation des premières églises chrétiennes en Syrie, a fait savoir le service de presse de l'Institut d'histoire de la culture matérielle (IIMK) de l'Académie des sciences de Russie.

"Une expédition russo-syrienne a commencé à travailler en Syrie, dans le but d'étudier l’état de conservation des monuments paléochrétiens sur le territoire syrien et de réparer les dommages subis par les temples médiévaux à cause de la guerre", indique le message.

De premières études ont déjà été menées sur les monuments byzantins du début du Moyen Âge: les églises des Ve-VIe siècles dans le village de Deir al-Salib dans le nord de la Syrie et dans la Basilique de Qasr ibn Vardan, également connue sous le nom de Temple des quatre éléments.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Avril 2021 à 12:50 | 0 commentaire | Permalien

Communiqué: ASSOCIATION SOUVENIR ET SAUVEGARDE DU CIMETIERE RUSSE DE CAUCADE, A NICE
ASSOCIATION SOUVENIR ET SAUVEGARDE DU CIMETIERE RUSSE DE CAUCADE, A NICE

Communiqué

Le 12 avril 2021, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, dénommée « Souvenir et sauvegarde du cimetière russe de Caucade, à Nice », a été fondée par un groupe de descendants, directs ou apparentés, de personnes ayant leur sépulture au sein de ce cimetière.

Son président d'honneur est S.A.S. le Prince Georges Yourievsky, dont l’arrière- grand-mère – S.A.S. la Princesse Catherine Michailovna Yourievsky, née Princesse Dolgorouky, veuve de l’empereur Alexandre II – y est inhumée.
Cette association n’est pas propriétaire du terrain accueillant le cimetière et est indépendante de l’actuel propriétaire de ce terrain.

L’association prévoit d'apporter son soutien au cimetière russe de Caucade et de contribuer à sa conservation, ainsi qu'au respect des tombes qui le composent.

L’association se fixe également pour objet de rassembler les ayants-droits, descendants et personnes ayant un lien de parenté, avec des personnes reposant dans le cimetière. En effet, conformément au droit français, une sépulture dans une propriété privée revêt un caractère de perpétuité, la rendant inaliénable et incessible en l’absence de la manifestation de la volonté du plus proche parent de la personne défunte. C’est pourquoi l’association invite les descendants des milliers de personnes reposant en ce cimetière et toutes autres personnes intéressées, à se manifester auprès d’elle afin que leurs éventuels droits puissent être recensés.

Plus largement, l’association invite toutes personnes de bonne volonté, ayant un lien avec l'histoire de la présence russe à Nice et manifestant un intérêt pour l’objet de l’association et souhaitant y contribuer, à se rapprocher de son Bureau.

NICE,16 avril 2021

Contact : Le Secrétaire Général : N. Genko contact@caucade-russe.fr
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Avril 2021 à 10:34 | -5 commentaire | Permalien

Les Coptes au présent, avec Christian Cannuyer
En 640, l’Égypte chrétienne passe sous le contrôle des armées arabo-musulmanes. Le destin de la communauté copte bascule : héritière des pharaons et des Ptolémées, elle doit désormais faire vivre son identité dans un pays où elle est devenue minoritaire.

Christian Cannuyer évoque pour nous ce destin exemplaire entre spiritualité, foi et martyre - au sens de témoin - une minorité qui fait corps avec son pays.

En l’absence de recensement officiel, on estime que les Coptes sont environ 10% de la population (5% selon l’État, 20% selon l’Église), soit une dizaine de millions. Ils se répartissent sur le territoire entier, du nord au sud, ainsi que dans l’ensemble des classes sociales.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Avril 2021 à 11:56 | -1 commentaire | Permalien

Lundi Saint
Le Saint et Grand Lundi, nous faisons mémoire du Bienheureux Joseph au-beau-visage, ainsi que du figuier maudit et desséché par le Christ.

Joseph, chaste et prudent, fut prince de justice,pourvoyeur de froment et trésor de délices. Au stérile figuier, sans fruits spirituels,Le Christ a comparé les hommes infidèles: fuyons donc les passions, car nous pourrions un jour être maudits et desséchés à notre tour.

Comme les Saintes Souffrances de notre Seigneur Jésus Christ ont ici leur début, c'est Joseph qui, le premier, en présente l'image. Car il était le dernier fils du Patriarche Jacob, né de Rachel et envié par ses frères pour quelques visions qu'il avait eues en songe.

Tout d'abord, il est caché dans le creux d'une fosse, et son père est trompé par sa tunique ensanglantée, comme s'il avait été dévoré par une bête fauve. Puis, pour trente pièces d'argent il est livré aux Israélites, qui le vendent à leur tour à Putiphar, le chef des eunuques de Pharaon, le roi d'Égypte.

Or, sa maîtresse s'étant fâchée contre lui à cause de la chasteté du jeune homme, parce qu'il n'avait pas voulu commettre l'iniquité avec elle, il s'enfuit en laissant son vêtement: elle le calomnia auprès de son maître, et il connut l'amertume des chaînes et de la prison. Il en fut tiré par son don d'interpréter les songes: on le mena devant le roi, et il fut établi seigneur sur toute la terre d'Égypte.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 26 Avril 2021 à 09:03 | 0 commentaire | Permalien

MÉMOIRES de  Maria Fédorovna Meyendorff
Une épopée héroïque et sublime de l'empire du Tsar à la révolution bolchévique (1869-1962)
Préface Prince Dimitri Schakhovskoy, traduction Anne Andronikof

Éditeur : Frison-Roche

Ces Mémoires sont le roman d’une vie héroïque ! Au-delà de la fresque historique qui va de l’Empire russe à l’Union soviétique, se dessine une personne étonnante, résistante dans l’âme mais consciente de ses faiblesses, une enfant complexée qui deviendra le pilier de sa famille, une adolescente blessée dans son amour qui consacrera sa vie à soutenir les siens, une femme de conviction qui prendra toujours les bonnes décisions, et enfin une personne âgée atteinte d'un cancer,

Cette femme nous fait côtoyer toutes les couches de la population, du Tsar, dont la famille était proche, jusqu’aux brigands de grand chemin (la vie quotidienne sous les bolchéviques), en passant par Léon Tolstoï, ami de la famille.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Avril 2021 à 18:35 | 0 commentaire | Permalien

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes
Père Jivko Panev

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres sont disponibles et prêtes à accueillir des étudiants en Théologie, mais aussi des personnes voulant passer une année à Paris, et désireuses de loger sur la Colline, près de l’église Saint-Serge.

Un peu d’histoire : des émigrés russes, chassés de leur pays par la Révolution bolchevique, acquièrent la Colline en 1924, il y a bientôt cent ans. Leur objectif est d’ouvrir un lieu de culte orthodoxe ainsi qu’une école de théologie. Ces émigrés, qui ont tout perdu, ont conscience de leur patrimoine spirituel et désirent le faire fructifier dans le Paris des années vingt. L’ancienne église luthérienne est remaniée pour être transformée en église russe traditionnelle, avec ses flèches et ses escaliers de bois.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Avril 2021 à 17:31 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 303


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile