Macaire Malétitch, leader de l’autoproclamée « Église orthodoxe autocéphale ukrainienne » (ÉOAU) regrette d’avoir accepté de céder au patriarcat de Constantinople l’église Saint-André de Kiev et n’a pas l’intention d’être à l’avenir aussi conciliant.

Dans une interview à la chaîne « Espresso TV », Macaire a relevé que, dans la cession de l’église Saint-André, il a été plus conséquent que le président Piotr Poroshenko qui avait d’abord déclaré que les églises sont propriété de l’État et ne peuvent donc être cédées à personne.

« J’ai dit que j’étais personnellement d’accord, mais que je devais réunir un synode épiscopal puisque la décision ne m’appartient pas. Nous cèderons, mais vous devez nous donner quelque chose en échange. Il y a l’église Saint-Cyrille, il y a le territoire de la Laure, il y a l’église du Sauveur de Berestovo — au choix.

Mais, au cours de son interview à ZIK, le président a déclaré qu’il avait promis à Philarète et à Macaire de leur donner quelque chose, mais comme ce sera une église unie, on pourra y échapper. Mais il faut être conséquent. On peut me rouler une fois, ou deux, mais pas plus, » a déclaré le chef l’Église dite autocéphale. Et il s’est ému que les églises « moscovites » (c’est-à-dire de l’Église orthodoxe ukrainienne – patriarcat de Moscou) ne seront pas cédées, alors que la seule cathédrale de l’Église orthodoxe autocéphale ukrainienne peut, elle, « être cédée. (…) Il y a une injustice », a-t-il ajouté.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Octobre 2018 à 20:04 | 0 commentaire | Permalien

Saint Ambroise d'Optino en Russie (+ 1891)
Starets au monastère d'Optino en Russie (+ 1891)

D'une grande intelligence, il fut éduqué par son grand-père qui était prêtre de village. Il fit ses études ecclésiastiques au séminaire de Puptelzk et, après quelques hésitations, devint novice à Optino. Là il se mit à l'école de saint Macaire qui avait entrepris l'édition des Pères de l'Eglise.

Il tomba alors si malade qu'il resta désormais cloué au lit pour le reste de sa vie, sans même pouvoir célébrer les Saints-Mystères. Il n'en continua pas moins son oeuvre de traduction russe de la patristique à laquelle, progressivement, s'ajouta la charge de succéder à SAINT MACAIRE DE CORINTH . Il devint starets. Riches et pauvres, gens instruits et ignorants, intellectuels et hommes d'affaires venaient vers cet homme alité qui les recevait avec bonne humeur, s'adaptant à chacun.


On dit même qu'il répondit à celui qui s'étonnait de le voir parler de dindons avec une paysanne: "Toute sa vie est liée à ses dindons et la paix de son âme a autant de prix que celle des autres."

Il organisa également pour les pauvres des associations de laïcs consacrés à la bienfaisance.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 23 Octobre 2018 à 17:34 | 1 commentaire | Permalien

Un extrait de l'interview a la Agence TASS accordée par le métropolite Hilarion:

"Le 15 octobre l'Eglise orthodoxe russe a réagi à la décision du patriarcat de Constantinople de conférer l'autocéphalie aux schismatiques d'Ukraine en interrompant la communion eucharistique avec le patriarche Bartholomé. Par son action Constantinople s'est isolé du monde orthodoxe. On dit souvent du patriarche de Constantinople qu'il est à la tête de 300 millions de fidèles dans le monde. Mais voilà que plus de la moitié de ces croyants n'est plus en communion eucharistique avec lui.

Peut-on dans ces conditions parler de premier parmi les égaux au sein de l'orthodoxie mondiale? Jusqu'à présent aucune Eglise orthodoxe n'a accordé son soutien à Constantinople. Le patriarche de Serbie a récemment dit à la presse: "Le patriarche Bartholomé a pris une décision arbitraire et cela risque d'entraîner des conséquences catastrophiques". L’ensemble des Eglises locales avaient auparavant proposé d'entamer un débat.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Octobre 2018 à 18:01 | 1 commentaire | Permalien

« Encyclopédie orthodoxe » : Commentaires de l'Eglise russe au texte de l'évêque Macaire de Christopoulos.
Traduction française des Commentaires de l'Eglise russe au texte de l'évêque Macaire de Christopoulos

Du Centre d’études ecclésiastiques « Encyclopédie orthodoxe »

Un évènement, visiblement historique, s’est produit le 7 septembre 2018 dans l’Église orthodoxe : le Patriarchat de Constantinople a décidé d’envoyer deux exarques en Ukraine, omettant ostensiblement de concerter ses actions ni avec le chef de la seule Église canonique du pays, le métropolite Onuphre de Kiev et de toute l’Ukraine, ni avec le patriarche de Moscou et de toute la Russie, dont dépend canoniquement ce métropolite. Ainsi, le patriarche de Constantinople s’est octroyé à lui-même le droit non seulement d’interférer dans la vie de l’Eglise orthodoxe en Ukraine, mais aussi celui de décider de son sort de façon autonome, sans la moindre consultation avec la hiérarchie canonique de cette Église.

Soulignons qu’aucun acte reconnaissant le métropolite de Kiev ou son patriarche comme non-canoniques, ce qui aurait théoriquement pu justifier semblable ingérence, n’a été publié. En d’autres termes, il s’est produit une tentative d’usurpation de pouvoir sur le territoire d’une Église locale autocéphale sœur.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Octobre 2018 à 16:38 | 3 commentaires | Permalien

FUNÉRAILLES ET INHUMATION

L’office des funérailles de l’Archimandrite BARSANUPHE et la liturgie seront présidés par Monseigneur NESTOR à la Cathédrale de la Sainte Trinité (1 Quai Branly, Paris 7e), le mercredi 24 octobre 2018, de 9 heures à 12 heures.

L’inhumation aura lieu le jeudi 25 octobre 2018 à 14h30 au Monastère de l’Icône de la Mère de Dieu de Korssoun (hameau de Doumérac, 16380 Grassac).

L’Archimandrite BARSANUPHE (Ferrier), de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou), a remis son âme à Dieu le 20 octobre 2018. Higoumène du skit du Saint Esprit (Le Mesnil Saint-Denis, Yvelines) et fondateur du monastère de l’icône de la Mère de Dieu de Korsoun (Charente) et de celui de l’icône de la Mère de Dieu de Znaménié (Cantal), il a été un travailleur infatigable au service de l’Eglise et de la tradition monastique orthodoxe. Depuis vingt-cinq ans, il est aussi connu pour son engagement en faveur de la Paix.

Né en 1935 à Paris de parents français, ancien élève des Beaux Arts de Paris, le Père Archimandrite BARSANUPHE a été fait moine au skit du Saint Esprit, en 1964 lors de la Fête de la Transfiguration, par son père spirituel, le Métropolite ANTOINE de Souroge, lui-même disciple de l’Archimandrite ATHANASE (Netchaïev), venu du monastère de Valaam (Nord-Ouest de la Russie) à Paris, dans les années 1920. Par cette filiation, le Père BARSANUPHE a perpétué la tradition monastique de Valaam.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Octobre 2018 à 09:55 | 1 commentaire | Permalien

A Londres l’EORHF consacre une cathédrale à la Nativité de la Mère de Dieu
Le Synode des évêques de l’EORHF vient de se réunir à Londres.

Le 21 septembre 2018, fête de la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu, a eu lieu la consécration de la nouvelle cathédrale érigée pour commémorer cette fête.

De nombreux évêques venus de partout dans le monde s’étaient réunis pour assister à cette cérémonie présidée par Monseigneur Marc, archevêque de Berlin et d’Allemagne. Lui concélébraient Mgr Cyrille, archevêque de San Francisco, Mgr Gabriel, archevêque de Montréal et du Canada, Mgr Pierre, archevêque de Chicago, Mgr Mathieu, évêque de Surozh, Mgr Irénée, évêque de Richmond ainsi que Mgr Nicolas, évêque de Manhattan.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Octobre 2018 à 19:00 | 0 commentaire | Permalien

« Je ne souhaite nullement que l’Eglise russe à étranger perde son identité » : une interview du père Pierre Perekrestov
L’archiprêtre Pierre Perekrestov (EOHRF), sacristain de la cathédrale de la Mère de Dieu de tous les affligés à San Francisco, secrétaire du diocèse d’Amérique de l’Ouest, est l’auteur de nombreuses publications consacrées à la vie de l’Eglise.

- Vous êtes né dans la diaspora russe. Parlez nous de votre famille, de ceux qui vous ont influencé lorsque vous étiez adolescent ? Qui vous a fait aimer l’Eglise et la patrie des ancêtres ?

- Je suis né à Montréal. Mon grand-père paternel était un officier de l’armée Blanche. Il a été tué par les rouges en 1945. Ma maman a été emmenée en Allemagne par la Wehrmacht a l’âge de 13 ans. Notre famille n’a toujours parlé que le russe, lorsque je suis allé à l’école je ne connaissais pas un mot d’anglais.

Nous recevions beaucoup, et, lorsque cela est devenu possible, des personnes venues de la Russie soviétique. Je pense en particulier à 1967, année de l’Exposition universelle à Montréal. La délégation soviétique était très nombreuse. Pendant tout l’été nous nous nous rendions chaque semaine à l’Exposition, nous y écoutions des concerts, des invités soviétiques venaient nous voir chez nous.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Octobre 2018 à 06:21 | 137 commentaires | Permalien

« Les voix de l’unité » futurs prêtres catholiques et orthodoxes chantent pour la reconstruction d'églises en Syrie
Jeudi 11 octobre en soirée, à Paris, en la cathédrale de la Sainte Trinité, avait lieu un concert à l'occasion de la parution du CD Les voix de l'unité (éditions Jade) avec les séminaristes du Séminaire orthodoxe russe en France et du Séminaire Saint-Sulpice, en présence de Mgr Nestor Sirotenko, évêque de Chersonèse, Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France, Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié et président du conseil pour l'unité des chrétiens au sein de la Conférence des évêques de France et Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre.

La cathédrale était comble

Tous les bénéfices sont reversés à un fonds pour la reconstruction d'églises en Syrie, géré par l'AED, "Aide à l’Église en détresse". Découvrez Les Voix de l'Unité, l'album événement par des futurs prêtres catholiques et orthodoxes ! Sortie dans les bacs vendredi 28 septembre 2018.

Tous les bénéfices sont destinés à un fonds de soutien pour la reconstruction d'églises en Syrie, géré par l'AED : Aide à l'Eglise en Détresse. 37 PHOTOS sur FB >>>

Suite >>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Octobre 2018 à 10:39 | 0 commentaire | Permalien

Nicolas Ross : “Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent”
En juillet 2018, le patriarche Cyrille s'est rendu en pèlerinage dans l’Oural à l’occasion du centenaire de l’assassinat de la famille de Nicolas II

Choix et rédaction des documents, avant-propos et notes de Nicolas Ross - Documents traduits du russe par Jean Christophe Peuch

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 mourraient Nicolas II et sa famille à Ekaterinbourg, dans la maison de l’ingénieur Ipatiev, où ils étaient détenus depuis le 30 avril. Contrairement à ce qu’on a pu croire, les exécutants et les complices de et assassinat ont beaucoup parlé et beaucoup écrit, mais sous le sceau d’un secret bien gardé jusqu’aux dernières années de l’existence de l’URSS.

Avant de donner la parole aux acteurs de ces événements, Nicolas Ross revient sur le massacre de la famille impériale, la disparition puis la réapparition de ses restes. Ce court récit facilite la lecture des seize témoignages qui suivent.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Octobre 2018 à 07:52 | 7 commentaires | Permalien

Appel de l’ACER-RUSSIE: « Une rentrée à l’hôpital »
Les bénévoles de Saint-Ioassaff sont à l’hôpital tous les jours. Ils rassurent les petits malades, leur redonnent le courage de se soigner et d’apprendre. Parmi les 80 enfants malades de tuberculose se trouvent des orphelins ou orphelins sociaux, des enfants des rues, ils restent à l’hôpital de longs mois, parfois des années. Les petits malades subissent des traitements qui attaquent leurs reins et leur foie ce qui les contraint à prendre des préparations onéreuses.

Malgré leur grande fatigue, les enfants ne doivent pas rompre leurs liens avec l’école, il faut les remotiver, les passionner et leur redonner l’envie d’apprendre.

L’association Saint-Ioassaff finance les traitements payants, achète les cahiers et fournitures scolaires mais pour y parvenir elle a besoin de vous !
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Octobre 2018 à 20:49 | 4 commentaires | Permalien

Eugene Troubetskoi: L'or Céleste: "L'Assiste"
Eugène Troubetskoi
Extrait de la brochure Deux mondes dans l'iconographie russe. Edition de l'auteur. Μοscοu, l9l6.

Les grands peintres de l'ancienne iconographie russe, de même que les fondateurs de la «symbolique» de l'art orthodoxe, les iconographes grecs, furent sans nul doute des observateurs rigoureux et profonds du ciel, aux deux sens de ce terme. Le ciel physique s'οffrait à leurs yeux corporels.

Et ils contemplaient par les yeux de l'esprit le ciel transcendant. Leur expérience religieuse faisait vivre dans leur intériorité ce ciel second, et leur création artistique mettait en correspondance leurs deux visions du ciel. Le ciel transcendant s'inscrivait pour eux dans la beauté multicolore d'un arc-en-ciel utilisant les tonalités d'ici-bas. Et, dans cette correspondance, rien n'était arbitraire.

Chaque couleur, lorsqu'ils l'utilisent, recèle un sens qui lui est propre et possède sa raison d'être particulière. Que ce sens ne nous soit pas toujours évident οu accessible vient uniquement de notre incapacité: nous avons perdu la clé permettant de comprendre cet art unique au monde.
Rédigé par L'équipe Rédaction le 17 Octobre 2018 à 17:01 | 0 commentaire | Permalien

Au cours de la séance du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, le 15 octobre 2018, à Minsk, une Déclaration a été adoptée, faisant suite aux empiétements du Patriarcat de Moscou sur le territoire canonique de l’Église orthodoxe russe.

Les membres du Saint-Synode ont reconnu impossible de demeurer plus longtemps en communion eucharistique avec le Patriarcat de Constantinople.

La Déclaration précise notamment : « L’accueil dans la communion des schismatiques et d’une personne frappée d’anathème par une autre Église locale avec tous les « évêques » et les « clercs » qu’elle a ordonnés, l’impiétement sur des territoires canoniques étrangers, la tentative de renier ses propres décisions historiques et ses obligations, tout cela place le Patriarcat de Constantinople en dehors des canons et, à notre grand regret, fait qu’il nous est impossible de poursuivre la communion eucharistique avec ses hiérarques, son clergé et ses laïcs. »

« Désormais et jusqu’à ce que le Patriarcat de Constantinople désavoue ses décisions anticanoniques, il est impossible à tous les ministres de l’Église orthodoxe russe de concélébrer avec les clercs de l’Église constantinopolitaine, et aux laïcs de participer aux sacrements célébrés dans leurs églises », est-il précisé dans le document.
MOSPAT
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2018 à 22:13 | 5 commentaires | Permalien

Le saint amiral Fiodor (Théodore) Ouchakov
Vladimir Golovanow

Ouchakov a été canonisé le 15 octobre

J'ai appris la canonisation du saint amiral Fiodor Ouchakov (1744-1817) lors d'un voyage touristique dans les iles ioniennes: son icône occupe une place d'honneur dans bon nombre d'églises, à commencer par Corfou, et les nombreux cierges allumés devant montrent une véritable ferveur populaire.

Il est en effet considéré comme un "fondateur de l'état grec dans les iles ioniennes" (1)

Fiodor Ouchakov (en russe : Фёдор Фёдорович Ушаков) est né en 1744 à Bournakovo (actuellement Rybinsk, 350 Km au NE de Moscou); il étudia à l'École navale du Corps des cadets de Saint-Pétersbourg.

Montant très rapidement les échelons, notamment grâce à ses victoires dans la guerre contre les Turcs de 1787-1792, il fut envoyé en Méditerranée afin de soutenir la Campagne d'Italie du général Alexandre Souvorov (1799). Au cours de cette expédition navale, il conquit les îles Ioniennes occupées par le Français.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2018 à 09:45 | 0 commentaire | Permalien

 POKROV - LE VOILE DE LA PROTECTION
Prêtre Vladimir ZELINSKY

« Sous la protection de ta miséricorde nous nous réfugions », - chante la prière la plus ancienne adressée à la Mère de Dieu.

L’idée de sa protection, née presque avec le début du christianisme, « s’est revêtue » un jour d’un événement concret et mystique : au X ème siècle Marie est apparue à un « fou en Christ et à son disciple dans l’Eglise de St Sophie avec le voile en signe de la protection de la ville de en Constantinople contre le menace venue de la mer.

La protection, en russe, "pokrov", car cette fête célébrée le 14 octobre est particulièrement aimée en Russie, ne signifie pas seulement le souvenir d'un miracle qui s'est produit une fois, mais la sollicitation maternelle qui fait partie de la foi chrétienne. "Toute la nostalgie de l'humanité" souffrante qui n'a pas l'audace d'ouvrir son âme devant le Christ par crainte de Dieu, - dit un philosophe russe G.Fedotov, - se verse librement et avec amour sur la Mère de Dieu." Parmi les images les plus aimées de Marie est celle de la Mère qui protège, qui nous accompagne et nous sauve d'un danger, celui qui peut nous attendre dans cette vie, mais surtout celui qui menace notre salut éternel.

Marie est solidaire avec toute la famille humaine, elle n'est pas "déesse", elle prie comme nous prions devant son Fils et son Père Céleste, mais elle sollicite aussi pour tous les hommes. Et sa prière, portée par l'Esprit Saint, nous fait découvrir l'aspect maternel du Dieu même.
Rédigé par Prêtre Vladimir Zelinsky le 13 Octobre 2018 à 21:52 | 1 commentaire | Permalien

Une plaque à la mémoire de Mère Marie (Skobtsov) a été inaugurée à Yalta
Le 27 septembre 2018, fête de l'Invention de la Sainte Croix, une plaque commémorative consacrée à Mère Marie a été apposée sur l'enceinte du gymnase de Yalta. Lisa Pilenko, devenue la Sainte martyre Marie Skobtsov y avait fait ses études.

La légende de cette plaque dit: "En 1905-1906 Elisaveta Pilenko, (devenue Kouzmina-Karavaeva, puis Skobtsov, puis moniale Marie) a fait ses études dans ce gymnase pour femmes. Poète, théologien, bienfaitrice, membre de la Résistance en France, juste de ce monde. A péri en 1945 dans les chambres à gaz de Ravensbrück".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Octobre 2018 à 20:40 | 0 commentaire | Permalien

« Rétablir sans délais l’autorité ecclésiastique supérieure du patriarche œcuménique à Kiev »
Le 13 octobre le métropolite Hilarion a dit sur la chaîne Rossya 24 : "Le patriarche de Constantinople a reconnu les leaders du schisme, ce faisant il a légitimé le schisme en tant que tel. Il est par conséquent désormais impossible pour l'Eglise orthodoxe russe de maintenir ses contacts avec Constantinople.

L'archevêque Job (Getcha), représentant de Constantinople à Chambésy, a dans ses échanges avec le protodiacre André Kouraev, (sur FB) dit que Philarète Denissenko s'est vu attribuer le titre, disparu, de métropolite de Kiev. Il doit donc dorénavant commémorer lors des offices le patriarche Bartholomé.

L’archimandrite Cyrille Hovorun (Patriarcat de Moscou) a écrit à ce sujet: "Le Phanar est en train de reconstituer une métropole de Kiev dépendante de lui. Par conséquent ce n'est qu'un métropolite appartenant à l'Eglise de Constantinople qui est à même d'en avoir la responsabilité. Or, Philarète ne peut dire de lui-même qu'il est "patriarche".

Le métropolite Macaire, à la tête de l'Eglise autocéphale d'Ukraine, perd ipso facto son titre. Nous ne savons pas quels seront les titres des autres membres de ce clergé schismatique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Octobre 2018 à 15:46 | 16 commentaires | Permalien

LE PIRE S’ANNONCE POUR L’ORTHODOXIE
V.G.

LES DÉCISIONS DU SAINT-SYNODE DU PATRIARCAT DE CONSTANTINOPLE SUR L’UKRAINE RISQUENT DE MENER À UNE CATASTROPHE POUR L’ORTHODOXIE, VOIRE POUR LE MONDE ENTIER.

«La situation actuelle n’a absolument pas de précédent pour tout le monde. C’est une rupture totale avec la tradition et la perception de la vie de l’Église. Les actions de Constantinople porteront un préjudice catastrophique, avant tout pour les orthodoxes d’Ukraine. Quelque chose de terrible va commencer», a déclaré à la chaîne de télévision religieuse russe Spas Alexandre Volkov, porte-parole du Patriarche de Moscou et de toutes les Russies Cyrille; et pour le responsable du département Synodal de l'information de l’Église russe Vladimir Legoïda, il s’agit d’une «tentative de saper les bases du système canonique de l’orthodoxie», ces décisions non canoniques vont toucher "de millions de personnes en Ukraine et dans le monde orthodoxe" ajoute-t-il en soulignant que «nous sommes au bord d’événements dramatiques, c’est évident».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 12:44 | 8 commentaires | Permalien

Qui lèvera l'anathème dont est frappé le prétendu patriarche Philarète?
Le métropolite Antoine (Pokanytch), l’un des administrateurs de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine, a accordé une longue interview au site "Strana". Il s'y agit en particulier de l'anathème qui pèse sur Philarète Denissenko .

Strana - Monseigneur, le patriarcat œcuménique peut-il lever l'anathème dont est frappé Philarète? Avons-nous raison de penser que tant que cet anathème ne sera pas levé il ne peut devenir le primat de l'Eglise que souhaite fonder Patriarcat de Constantinople ? Avons-nous raison de penser que tant que cet anathème ne sera pas levé il ne peut devenir le primat de l'Eglise que souhaite fonder le patriarche œcuménique?

Mgr Antoine - Jamais encore dans le passé des relations entre Constantinople et Kiev ou Moscou il n'y a eu d'exemple de révocation de décisions adoptées à Kiev ou Moscou. Cela concerne également les cas précédents d'anathème. Jusqu'à présent du moins l'ensemble des Eglises locales, y compris celle de Constantinople, reconnaissent la validité de l’anathème qui frappe l'ex métropolite de Kiev Philarèthe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 11:44 | 3 commentaires | Permalien

« Le saint et sacré Synode, sous la présidence de Sa Toute-Sainteté [le patriarche Bartholomée, ndt], s’est réuni en session ordinaire du 9 au 11 du mois d’octobre 2018. Lors de celle-ci ont été examinés et discutés les sujets portés à l’ordre du jour.

Le Saint-Synode s’est occupé particulièrement et en détails de la question ecclésiastique de l’Ukraine, en présence également des exarques envoyés en Ukraine, à savoir Son Éminence l’archevêque de Pamphilon Mgr Daniel et de Son Excellence l’évêque d’Edmonton Mgr Hilarion, et, après des discussions étendues, a décidé de :

1) Renouveler la décision, déjà prise, d’octroi par le patriarche œcuménique de l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine.
2) Rétablir maintenant la stavropégie du Patriarcat œcuménique à Kiev, l’une de ses nombreuses stavropégies en Ukraine qui y ont existé depuis les siècles passés.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2018 à 09:31 | 0 commentaire | Permalien

"La NEF": Comprendre l’organisation de l’orthodoxie aujourd’hui
G. Golovanow

D’après la grande étude, publiée par l’institut américain Pew Research Center le 8 octobre 2017, les chrétiens orthodoxes sont estimés à 260 millions dans le monde (1) et cette enquête illustre la grande diversité du monde orthodoxe qui reste mal connu. Nous allons essayer de l’expliquer en nous appuyant sur le livre fondamental de Mgr Kallistos (Ware), « L’Orthodoxie, l’Église des sept conciles »(2).

La fragmentation de la chrétienté en trois étapes

Pour expliquer la situation actuelle, il faut partir des trois étapes principales de la fragmentation de la chrétienté que montre le schéma, chacune à peu près à 500 ans d’intervalle. Elles « ont déterminé le développement extérieur de l’Église orthodoxe », écrit Mgr Kallistos :
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2018 à 12:37 | 1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 268


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile