Un monument aux nouveaux-martyrs le père Paul Florensky, la Grande-duchesse Élisabeth et l'archimandrite Kronid est inauguré à Sergiev Possad
Le 19 juillet, jour de la commémoration de Saint Serge de Radonezh Sa Sainteté le patriarche Cyrille s'est rendu à Serguiev Possad. Une liturgie suivie d'une panikhide ont été célébrées en présence d'un très grand nombre de fidèles.

La veille le Patriarche Cyrille a inauguré un monument au serviteurs du culte tués par les bolcheviks , jour de la fête de St Serge de Radonege et de la sainte grande-duchesse Élisabeth Serguiev Possad , non loin de la Laure de la Trinité-St. Serge. Il représente le père Paul Florensky, la Grande-duchesse Élisabeth et l'archimandrite Kronid, dernier archimandrite de la Laure avant la révolution bolchévique*.

Le monument est érigé sur le site de l'ensemble commémoratif à «Toutes les victimes des années de persécution et de répression». L'auteur de ces sculptures est Marie Tikhonova.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Juillet 2019 à 20:23 | 1 commentaire | Permalien

Selon un institut de recherche américain, seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géorgie soutiennent l’autocéphalie ukrainienne
Seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géorgie soutiennent, d’une manière ou d’une autre, la nouvelle Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine. C’est ce que rapporte l’institut de recherche américain « Jamestown Foundation ». L’auteur du rapport mentionne que trois hiérarques seulement ont exprimé ouvertement leur soutien à la nouvelle Église.

Il s’agit des métropolites Joseph de Shemokmedi, Pierre de Tchkondidi et Grégoire de Poti et Khobi. Six évêques encore, Jacques de Bodbe, Zosime de Tsilkani et Dusheti, Vakhtang de Tsurtaveli, Dosithée de Belgique et des Pays-Bas, Savva d’Amérique du Nord et Zénon de Dmanisi et Agarak-Tashiri, administrateur des paroisses géorgiennes de Grande-Bretagne, ont exprimé d’une façon ou d’une autre leur soutien à l’octroi de l’autocéphalie à l’Ukraine.

Mais 38 évêques sont opposés à la reconnaissance de la nouvelle entité ukrainienne. Parmi eux se trouve le successeur potentiel à l’actuel patriarche de Géorgie, le locum tenens du trône patriarcal, le métropolite Shio de Senaki et Tchkhorotskhu.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Juillet 2019 à 15:44 | -1 commentaire | Permalien

Plusieurs  publications sur "PO" consacrées aux problèmes de la diaspora russe en France
P.O. version française: Consécration de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris: séjour du patriarche Cyrille en France - VIDEO + PHOTOS /// Premiers offices de Noël à la cathédrale de la Sainte Trinité - Video

2019 - Strasbourg: Le patriarche Cyrille consacre la nouvelle église orthodoxe russe de Tous les Saints
2019 - PARIS: Inauguration du Centre Culturel Mère Marie Skobtsov
2019- Paris - l'EXPOSITION CONSACRÉE A L'OEUVRE DU PÈRE GREGOIRE KROUG

2019 - Un livre de Xenia Krivochéine: « Coupoles dorées dans le ciel de Paris » Ce livre est le premier consacré à la construction et à la bénédiction à Paris de la cathédrale de la Sainte Trinité (diocèse de Chersonèse, PM)

RFI : " À Paris, on a discuté « vivement et calmement » de l’avenir de l’Archevêché orthodoxe"

2017- Un an depuis la consécration de la cathédrale Sainte-Trinité de Paris VIDEO

KTO avec Crescendo Media Films présent un Documentaire consacré au Séminaire - "Le Paris orthodoxe russe"

Archimandrite Barsanuphe (Ferrier) (1935-2018) Mémoire éternelle matouchka Sophie Rehbinder🕂 ET Sophie Eltchaninoff 🕂 et Un témoin de son temps 🕂 A la mémoire de l’archiprêtre Nicolas Lossky Décès de la traductrice et spécialiste de la littérature russe - Véronique Lossky - Juliana Sergeevna Samarina (1928-2018) est décédée

Hommage à Maxime Kovalevsky 1903-1973

Père Georges Florovsky: "Création et Rédemption" (1893-1979)

En mémoire de l'archimandrite Placide (Deseille) : « Un morceau du Mont Athos » sur le sol de France. Rappel à Dieu de son Serviteur, Séraphin Rehbinder et l'archiprêtre Nicolas Soldatenkov
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 22 Juillet 2019 à 06:00 | 2 commentaires | Permalien

LE MOINE GREGOIRE KROUG: Exposition du 14 mai au 30 juin 2019, au Centre culturel et spirituel orthodoxe russe

J'aimerais aborder un thème particulièrement intéressant pour nous dans les écrits du père Grégoire, celui de la Tradition iconographique.

Quelques imprécisions théologiques dans ses réflexions ne doivent pas nous empêcher de prendre au sérieux et de goûter à la profonde richesse spirituelle et mystique de ses écrits

Pour aborder correctement ces Carnets, il faut d'abord comprendre qui est père Grégoire.
SUITE PJ
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Juillet 2019 à 20:42 | 0 commentaire | Permalien

 Icône Notre Dame de Kazan
Vladimir Golovanow

Le 21 juillet et le 22 octobre l'Eglise russe fête l'Enfantrice de Dieu dans son icône Notre Dame de Kazan et, fait remarquable, ce jour est officiellement férié en Russie comme "Jour de l’Unité". C'est, avec Noël, la deuxième fête religieuse chômée en Russie et j'y vois un signe de la sollicitude particulière de l'Enfantrice de Dieu envers la résurrection de la Sainte Russie.

Avant la révolution ce jour du 22 Octobre (calendrier julien) était bien entendu férié: c'était la fête religieuse de Notre Dame de Kazan et aussi la commémoration de la libération de Moscou après l'intervention polonaise de 1612. Supprimée à la révolution, la fête a été réinstaurée en 2007 sur proposition de l'Eglise, pour remplacer la commémoration de la révolution, le 7 novembre.

L'icône de Notre-Dame de Kazan est une icône particulièrement révérée par l'Église russe. Deux grandes cathédrales lui sont dédiées, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et elle est fêtée deux fois, le 8/21 juillet et le 22 Octobre/4 novembre. L'histoire de l'icône est riche en signes que je vais résumer
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Juillet 2019 à 08:25 | -236 commentaire | Permalien

Bruges (Bordeaux): les moniales de la congrégation Sainte Marthe ont définitivement remis l'église du couvent  et le terrain adjacent au diocèse de Chersonèse
La paroisse saint Séraphin, à Bordeaux, a été fondée en 2003. Jusqu'à la fin de 2014 la communauté ne possédait pas de local qui lui soit propre. En ces douze ans la communauté est devenue très nombreuse, elle a dû changer plusieurs fois de lieu afin de pouvoir continuer à recevoir tous les fidèles.

Début 2015 le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, a décidé de transmettre en don à la paroisse saint Séraphin le bâtiment de l' église catholique Sainte Marthe qui abritait déjà depuis un certain temps la communauté orthodoxe.

Le 8 juillet 2019 l'administration du diocèse de Chersonèse a réceptionné l'acte officiel de donation de l'église et du couvent de la congrégation Sainte Marthe. C'est en 2015 que les pourparlers ont commencé entre le couvent et le diocèse de Chersonèse.

Le 28 juin 2019 lors d'une réunion de l'association diocésaine Mgr Antoine, métropolite de Chersonèse et d’Europe occidentale, a chargé l'archiprêtre Innocent Viaud recteur de la paroisse Saint Séraphin à Bordeaux, de signer l'acte de réception de cette propriété immobilière de quelques centaines d'acres sise à Bruges, non loin de Bordeaux.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Juillet 2019 à 17:45 | 13 commentaires | Permalien

Cher père Alexis,

J’ai pu lire ta lettre aux membres de l’assemblée pastorale du 15 juillet 2019, dont pourtant je ne suis pas membre, et je voudrais te faire quelques commentaires.

Je suis parfaitement d’accord avec toi sur le fait que notre avenir dans l’Archevêché sera inéluctablement, et quelles que soient les décisions prises, autre que ce que nous connaissons actuellement. C’est en effet illusoire de croire qu’il serait possible de se retrouver « comme avant ».

En revanche j’ai une opinion radicalement contraire à la tienne sur tous les autres points.

En effet, tu écris que l’Archevêché n’est pas « russe », la grande majorité des paroisses ayant très peu, voire pas du tout de personnes d’origine russe. Jusque là tout va bien. Cependant, nous sommes bien plus « russes » que grecs (ou roumains, bulgare ou autres) d’une part parce que nous avons tous opté pour la tradition russo-slavonne. Pour ceux d’origine russe ce n’est pas vraiment un choix, mais pour tous les autres ça l’est.

Et d’autre part parce que l’Archevêché est issu de l’émigration russe et s’appuie sur le concile de Moscou de 1917 ; que notre rattachement à Constantinople était dès l’origine conçu comme temporaire, transitoire, dans l’attente de la libération de la Russie du joug communiste.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Juillet 2019 à 10:07 | 22 commentaires | Permalien

Boris ZAÏTSEV : Saint Serge de Radonège
Bibliographie des œuvres de Boris Zaïtsev et en russe Boris ZAÏTZEFF

Plus de six cents ans se sont écoulés depuis la naissance de saint Serge1, plus de cinq cents depuis sa mort. Sa vie calme, sainte et pure, a duré près d’un siècle. Le modeste adolescent, qui s’appelait d’abord Barthélemy et qui prit plus tard le nom de Serge, devint une des plus grandes gloires de la Russie.

Par sa sainteté, Serge est grand pour l’univers, car il a vécu pour l’humanité entière. Mais son harmonie parfaite avec son peuple, ce qu’il y a de typique dans sa nature, qui réunit les traits disséminés du caractère russe, lui donnent quelque chose de particulièrement émouvant pour nous.

De là proviennent la vénération tout exceptionnelle dont il est entouré en Russie et la canonisation tacite dont il a été l’objet, et par laquelle le peuple russe le reconnaît pour son saint par excellence ; privilège que personne d’autre ne partage avec lui.

Saint Serge vivait aux temps du joug tartare. Il n’en souffrait pas personnellement : les forêts de Radonège l’en préservaient. Mais il n’est pas resté indifférent à l’oppression tartare. Tout ermite qu’il fût, il n’en éleva pas moins la croix pour la Russie avec la résolution calme qui caractérisait tous ses actes ; il bénit Dimitri Donskoï, en l’envoyant à la bataille de Koulikovo2 qui, grâce à son geste, a gardé un sens symboliquement mystique jusqu’à nos jours.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Juillet 2019 à 06:30 | 0 commentaire | Permalien

Milena Faustova :« Nesavisimaia Gazeta » s'intéresse décidément à l'Archevêché et fait bien les choses: après les interview des négociateurs * voici un bon exposé complet de la situation /pour les russophones/

Русский экзархат больше не хочет и не может медлить

Архиепископия в Западной Европе стремительно теряет свои приходы
Милена Фаустова

Пока еще трудно сказать, какое именно решение будет озвучено по итогам собрания 7 сентября, но уже сейчас понятно, что совещание это будет не простым. Правда, сейчас в соцсетях пишут, что собрание в сентябре может не состояться. Главный редактор французского издательства русских книг «YMCA-Press», активный прихожанин архиепископии Даниил Струве уверен: оно будет!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juillet 2019 à 16:04 | 1 commentaire | Permalien

Aujourd'hui  l'Eglise célèbre la mémoire de l'Empereur Nicolas II et de  la famille impériale
Le 17 juillet 1918, le Tsar Nicolas II et tous les membres de sa famille, retenus prisonniers par les bolcheviks, sont assassinés sans jugement à Ekaterineburg, à l’est de l’Oural.

Le Tsar aura régné sur la Russie de 1894 à 1917. Après avoir abdiqué en mars 1917, il s’était vu refuser le droit d’asile par les Britanniques. Relégué en Sibérie, il sera fait prisonnier par les bolcheviks. Il fut d’abord détenu au palais Tsarkoïe Selo, puis près de Tobolsk. La progression, en juillet 1918, des forces contre-révolutionnaires fit craindre aux Soviets que Nicolas ne soit libéré ; lors d’une réunion secrète, une sentence de mort fut prononcée pour le tsar et sa famille. Ils furent tués avec leurs serviteurs dans une cellule à Ekaterinbourg, dans la nuit du 16 juillet.

Pierre Gilliard, né en 1879 et mort le 30 mai 1962 à Lausanne était le précepteur des enfants du Tsar Nicolas II : les grandes-duchesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexei. Gilliard raconte dans son livre : "Le 4 juillet 1918, le commissaire Yakov Yourovski prit le commandement de la villa Ipatiev. Il emmena avec lui dix hommes, qui seront chargés de l’exécution. Pendant quelques jours, il parcouru la région à cheval pour repérer un endroit sûr où faire disparaître les corps. Le 16 juillet au soir, Yourovski procura des pistolets à ses hommes. Après minuit, il demanda aux Romanov et à leurs suivants: Evgueni Botkine, la femme de chambre Anna Demidova, Ivan Kharitonov et Aloïs Troupp - de se préparer à être transférés dans un lieu plus sûr.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Juillet 2019 à 11:00 | 22 commentaires | Permalien

QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LE MESSAGE DE "MAXIME"
Vladimir Golovanow (alias Vladimir.G)

D'abord un grand merci à Maxime , pour avoir levé le voile sur ce qui se passe au CA, et à PO d'en avoir fait un nouveau fil. Les informations ne sont pas nouvelles (en dehors des noms) car "le petit groupe très opposé tente beaucoup d'intox" et se sert en particulier de sites-poubelles russophones pour distiller des informations orientées. Donc ce message, avec l'interview du p. Jean à «Nesavisimaia Gazeta» (1) et la lettre du p. Vladimir (2), remettent les choses au point et devraient réduire l'influence des informations biaisées.

Je propose quelques remarques sur le fond en citant plusieurs articles des statuts; ils sont facilement accessibles (3) mais semblent être mal connus des participants aux débats. La question porte exclusivement sur la situation administrative de "Daru" et les statuts sont "la loi des parties"; c'est sur eux que s'appuient d'abord les juges en cas de litige juridique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juillet 2019 à 10:51 | 3 commentaires | Permalien

Monseigneur Antoine, métropolite de Borispol (EOU), fait savoir que le patriarcat de Constantinople s'est adressé à Vladmir Zelensky, président de la République d'Ukraine, le priant de remettre à l'EOU plusieurs églises et monastères, ceci en se référant à un accord conclu avec Piotr Porochenko, le président précédent. Aucune rencontre entre les représentants de Constantinople et le président Zelensky n'a eu lieu.

Le métropolite Emmanuel de France a présenté au métropolite Epiphane une facture qu'il doit honorer, ceci pour le Tomos qui lui avait été octroyé.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2019 à 16:26 | 21 commentaires | Permalien

Daniel STRUVE: LE PASSAGE À MOSCOU EST LA SEULE POSSIBILITÉ DE PRÉSERVER L'ARCHEVÊCHÉ"
D'après l'interview de DANIEL STRUVE, Rédacteur en chef de la maison d'édition YMCA-Press, membre du comité de rédaction des magazines "Messager de l'ACER" et "Messager Orthodoxe" par Portal Credo.Press

UN ECHEC DE LA REUNION DE L'AGE SIGNIFIERAIT LA FIN DE L'ARCHIDIOCESE.

- Credo : Y a-t-il une opposition à la décision de l'Archevêque Jean de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire de l'Archidiocèse le 7 septembre?

- D.Struve: Je ne sais rien de l'existence d'une telle opposition et de ses motivations. La décision de convoquer l'AGE du 7 septembre a été prise à la suite des résultats de l’Assemblée pastorale du 13 mai, qui ont été publiés sur le site Web de l’Archidiocèse. Conformément aux statuts, le droit de convoquer l'AGE appartient à l'Archevêque.

Il y a certainement des partisans d'une position d'attente parmi le clergé et les laïcs. Mais l'inaction ne peut être une réponse au défi auquel l'Archidiocèse est confronté aujourd'hui, et je pense que, progressivement, tout le monde s'en rend compte. L'échec de la réunion de l'AGE me semble peu probable; il signifierait l'écroulement de l'unité du diocèse, qui se rassemble autour de son évêque, et ce sera la fin de l'Archidiocèse .

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2019 à 11:17 | 10 commentaires | Permalien

L’illumination de l’icône à Kiev – 1923
Dans la grande rue Jytomyr, à Kiev, se trouve une petite chapelle située à coté de "l’Association des amis des pauvres". Cette chapelle a reçu en l’honneur de la Vierge, le nom de Notre-Dame de la Consolation. / Le titre de Notre Dame de Consolation prévalut au titre de Notre Dame de Pitié à la fin du 17°siècle./

Le 15/28 août 1923, à deux heures du matin, un juif, demeurant trois maisons plus bas, sortit dans sa cour parce qu’il voyait une très forte lumière, un incendie sans doute. Cet embrasement sortait de la chapelle.

Effrayé, cet homme qui avait sa boulangerie tout près, courut avertir les autorités que la chapelle brûlait. Une grande foule s’amassa, saisie de crainte, car on ne voyait aucune fumée mais une aveuglante lumière qui augmentait et diminuait sans arrêt. On courut chercher les clés et on appela les membres du Parti communiste, ces « représentants du peuple ».

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2019 à 04:59 | 1 commentaire | Permalien

L'archimandrite Romain, chef de la Mission de l'ÉORHF en Terre Sainte : 70e anniversaire de l'exécution du martyr Alexandre Schmorell
Au Musée d’histoire d’Orenbourg une exposition « Alexandre Schmorell, résister dans le Reich avec une âme russe »

"Moinillon au quotidien"

C'est un grand événement pour nous — et une joie tout aussi grande. Père Romain célébrait les Vigiles de la fête des saints apôtres Pierre et Paul.


L'archimandrite Romain, chef de la Mission de l'ÉORHF en Terre Sainte, est chez nous pour quelques jours afin de participer aux solennités du 70e anniversaire de l'exécution du martyr Alexandre Schmorell, glorifié l'année dernière, qui auront lieu samedi : une Liturgie sera célébrée par de nombreux évêques sur la tombe du martyr.

Cette année, nous célébrons le 70e anniversaire de l'exécution d'Alexandre Schmorell.

Aujourd'hui, il n'y a pas de Liturgie au monastère, mais elle est célébrée sur la tombe du martyr au cimetière qui se trouve face à la cathédrale russe de Munich.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Juillet 2019 à 10:30 | 0 commentaire | Permalien

Fête des saints apôtres Pierre et Paul le 29 juin/12/juillet
ÉVANGILE DES MATINES: JEAN 21, 14-25

L’amour pour le Christ – « Cet évangile a deux choses à nous dire. Tout d’abord, il pose clairement la question unique, la question sur laquelle nous avons et nous aurons à répondre : ‘M’aimes-tu ?’ Tout, dans la vie chrétienne, se réduit à cette question. Pouvons-nous répondre avec Pierre : ‘Oui, Seigneur, Tu sais que je t’aime’ ? Nos actions ne donneraient-elles pas un lamentable démenti à cette affirmation. Cependant, répondre simplement que nous n’aimons pas le Seigneur serait méconnaître et étouffer les aspirations – si faibles soient-elles – que le Saint-Esprit met dans nos cœurs et dirige vers le Christ. Disons donc à jésus : ‘Seigneur, Tu sais tout, Tu sais que je t’aime. Je n’attends rien de moi ; j’attends tout de la grâce’.

L’autorité dans l’Eglise

Le deuxième enseignement donné par cet évangile concerne la nature de l’autorité dans l’Église. Le Seigneur confère ici à Pierre une autorité spéciale. On remarquera, d’abord, que cette autorité est fondée sur une primauté d’amour – ‘m’aimes-tu plus que ceux-ci ?’ – et ensuite qu’elle consiste dans un service humble et désintéressé – ‘paix mes agneaux’. Toute prééminence parmi les chrétiens qui ne serait pas une prééminence d’amour et de service ne correspond pas aux intentions de notre Seigneur.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juillet 2019 à 07:46 | 0 commentaire | Permalien

La Mère de Dieu dite aux trois mains
L’origine de cette icône remonte au VIII° saint Jean Damascène, grand défenseur du culte des icônes, fut condamné à avoir la main droite tranchée.Après l’exécution de la sentence, le Saint homme implora la Vierge Marie avec une confiance absolue en priant :

"il obtint un miracle, et sa main droite lui fut rendue.Jean Damascène fit ciseler une main d’argent qu’il suspendit à l’icône miraculeuse. C’est de là que vient le nom de Vierge aux trois mains".


Photo: lcône du Mont Athos, dans le Monastère de Hilandar

* * *

L'histoire de l'icône de la Mère de Dieu aux trois mains commence lorsque l'empereur Léon III l'Isaurien prescrit de détruire les saintes images, en 730, Saint Jean Damascène s'y oppose très vigoureusement. Pour éliminer cet intelligent adversaire, l'empereur Léon III envoie au Calife une lettre rédigée par des faussaires, selon laquelle Jean ne se proposait rien moins que de lui livrer Damas. Saint Jean Damascène servait le calife comme ministre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juillet 2019 à 10:05 | 0 commentaire | Permalien

Serguiev Possad, un  « VATICAN ORTHODOXE » ?
PO: C'est déjà dans les années 2000 que l'idée d'un Vatican orthodoxe à Serguiev Possad a commencé à germer au sein de l'EOR. Elle bénéficiait du soutien du gouvernement. Malheureusement, "La Croix" se fait la voix d'une mineure partie de l'opinion russe. Espérons que ce projet verra le jour.

Au centre de cette ville se situe un grand et ancien monastère où se trouvent les reliques de Saint Serge de Radonezh. A l'époque soviétique ces reliques avaient été profanées . Il reste ici de nombreuses places et rues portant les noms de Marx, Lénine, d'autres militants athées. Non loin de la Laure, au centre d'un square, se trouve une grande statue de Lénine. On ne peut qu'espérer que le "Vatican russe" sera bientôt débarrassé de cette statue incongrue et que la toponymie de la ville sera débarrassée de ces anachronismes

***
V. Golovanow

"Un ambitieux programme de rénovation estimé à deux milliards d’euros prévoit de transformer la ville historique de Serguiev Possad en centre de l’orthodoxie russe", écrit "La Croix" (1), et de parler de "projet pharaonique, estimé à deux milliards d’euros (entre 120 et 140 milliards de roubles)".

RENOVATION URBAINE EXEMPLAIRE

A y regarder de plus prés (2), le projet ne se présente pas exactement comme cela. Serguiev Possad (le Zagorsk soviétique) est une ville de 100 000 habitants, fondée en 1337 et située à 70 kilomètres de Moscou. Elle est bien connue des touristes car son célèbre monastère de la Trinité – St Serge constitue le point de départ des visites de "l'Anneau d'Or", série de villes historiques au nord-est de Moscou érigées du XIIe au XIVe siècle, avec bâtiments médiévaux, monastères, églises, cathédrales et Kremlins...
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juillet 2019 à 08:19 | 21 commentaires | Permalien

POURQUOI RAPPELER 1054 À L'OCCASION DE LA VISITE DE POUTINE AU PAPE?
V, Golovanow le 7 juillet 2019 d'après Rachael Kennedy

Le pape François et Vladimir Poutine se sont rencontrés pour la troisième fois le 4 juillet alors que le président russe entamait sa visite d'État en Italie. La réunion a duré un peu moins d'une heure, conformément au protocole pontifical, et n'a pas donné lieu à un communiqué. D'après le service de presse du Saint Siège, elle a porté sur les situations en Syrie, en Ukraine et au Venezuela, thèmes déjà évoqués la veille par l'assistant du président russe Youri Ouchakov, qui a aussi déclaré que "les positions sont proches, quasi identiques" sur des questions telles que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme religieux, la prévention des catastrophes économiques et technologiques et la protection des chrétiens dans les zones de conflit."

Y. Ouchakov a aussi ajouté que, après LA RENCONTRE HISTORIQUE DU PAPE FRANÇOIS ET DU PATRIARCHE DE MOSCOU CYRILLE à La Havane en 2016, les relations entre les Églises orthodoxe russe et catholique "ont atteint un nouveau niveau"… (2) Ainsi, ces discussions marquent aussi un rapprochement des deux branches concurrentes du christianisme dont la rivalité, souvent tendue, remonte à près de 1000 ans. Et c'est là qu'il faut revenir à 1054
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juillet 2019 à 12:19 | 20 commentaires | Permalien

Saint Ambroise d'Optino  (1812-1891)
D'une grande intelligence, il fut éduqué par son grand-père qui était prêtre de village. Il fit ses études ecclésiastiques au séminaire de Puptelzk et, après quelques hésitations, devint novice à Optino.

Là il se mit à l'école de saint Macaire qui avait entrepris l'édition des Pères de l'Eglise. Il tomba alors si malade qu'il resta désormais cloué au lit pour le reste de sa vie, sans même pouvoir célébrer les Saints-Mystères.

Il n'en continua pas moins son oeuvre de traduction russe de la patristique à laquelle, progressivement, s'ajouta la charge de succéder à SAINT MACAIRE DE CORINTHE

Il devint starets.

Riches et pauvres, gens instruits et ignorants, intellectuels et hommes d'affaires venaient vers cet homme alité qui les recevait avec bonne humeur, s'adaptant à chacun.

On dit même qu'il répondit à celui qui s'étonnait de le voir parler de dindons avec une paysanne: "Toute sa vie est liée à ses dindons et la paix de son âme a autant de prix que celle des autres."Il organisa également pour les pauvres des associations de laïcs consacrés à la bienfaisance.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juillet 2019 à 11:50 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 280


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile