L'ampleur de la persécution des chrétiens et des autres croyants en Corée du Nord est très préoccupante.
La Corée du Nord occupe une position dominante dans le monde pour la persécution des chrétiens et des représentants des autres confessions religieuses.

Cependant, selon le père Dmitri Safonov, chef de la division des contacts interreligieux du Département des relations ecclésiastiques extérieures (DREE) du Patriarcat de Moscou, il y a très peu d'informations à ce sujet.

Selon le DREE, il y avait en 2012 environ 70 000 chrétiens dans 30 camps de travail de Corée du Nord. Sur les 24 millions d'habitants de ce pays, les chrétiens sont environ 400 000. La grande majorité d'entre eux sont des protestants de diverses dénominations.

Une communauté chrétienne en Corée du Nord

"Selon toutes les statistiques fournies par plusieurs grandes organisations internationales de défense des droits de l'homme, comme Open Doors, Christian Solidarity Worldwide, la Corée du Nord occupe la première place dans le monde en termes d'intensité des persécutions. Mais malheureusement, même ces organisations soulignent qu'il y a très peu d'informations disponibles. Nous ne savons pratiquement rien de ce qui se passe là-bas", explique le père Dmitri Safonov à l'agence RIA Novosti.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Novembre 2017 à 09:07 | 0 commentaire | Permalien

Synaxe des Archistratèges de la Milice Céleste, Michel et Gabriel et des autres Puissances célestes et incorporelles
Quand David, contrairement à l'ordre de Dieu, eut fait recenser le peuple, Michel fut envoyé par Dieu pour être l'instrument de sa colère. En un jour, il ravageât par son épée plus de soixante-dix mille hommes et il se tenait prêt à détruire Jérusalem, lorsque, ému par le repentir de David, le Seigneur l'arrêta et lui ordonna de remettre son épée au fourreau (I Chron. 21). La tradition de l'Eglise a gardé la mémoire d'autres miracles de l'Archange Michel, comme, par exemple, celui accompli à Colosses en Phrygie.

En Dieu, la Justice ne peut être séparée de la miséricorde : « La miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées », chante le Psalmiste (Ps 84:11). C'est pourquoi, on ne peut commémorer Michel, l'Ange de la Justice, sans lui associer Gabriel, l'Ange de la Miséricorde.

Dieu est la seule véritable Lumière éternelle, immatérielle, infinie et absolument incompréhensible. Il repose dans le secret inaccessible de Sa Nature unique et jouit de la communion inexprimable d'amour entre Ses trois Personnes: le Père, le Fils et le Saint Esprit. Il est bon et principe de toute bonté et de tout amour; c'est pourquoi Il ne S'est pas contenté de Sa propre contemplation, mais dans la surabondance de Sa bonté Il a voulu qu'un autre participât à Sa lumière et Il a tiré le monde du non-être à l'existence.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Novembre 2017 à 09:05 | 0 commentaire | Permalien

Des astronomes ont établi la date de l’arrêt de la marche du Soleil par le prophète Josué
Des chercheurs de Cambridge ont réussi en se fondant sur une analyse des textes bibliques à élaborer une nouvelle interprétation du Livre de Josué.

Le chapitre 10 du livre raconte la bataille livrée par les Israélites aux armées des cinq rois lors de la conquête de Gabaôn. Josué arrêta alors la marche du Soleil afin de ne pas laisser l’adversaire battre en retraite à la faveur de la nuit.

« C’est alors que Josué s’adressa à Yahvé, en ce jour où Yahvé livra les Amorites aux Israélites. Josué dit en présence d’Israël : « Soleil, arrête-toi sur Gabaôn, et toi, Lune, sur la vallée d’Ayyalôn ! » Et le Soleil s’arrêta et la Lune se tint immobile jusqu’à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. Le Soleil se tint immobile au milieu du ciel et près d’un jour entier retarda son coucher.
» (Jos 10 :12-13)

Selon les chercheurs de Cambridge Josué n’arrêta pas la course du Soleil et de la Lune sur la voûte céleste mais mit à profit une éclipse annulaire la Lune se trouvant éloignée de la Terre, le Soleil ayant l’apparence d’un anneau de feu.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Novembre 2017 à 15:00 | 5 commentaires | Permalien

Chorale "Lumière de Valaam"  le 1 décembre 2017 de 19h30 à 21h00
Le Centre culturel et spirituel russe 1 quai Branly, 75007, Paris accueille la chorale du célèbre monastère russe de Valaam connu pour son exceptionelle et harmonieuse tradition vocale.

Valaam, archipel d’une cinquantaine d’îles, figées six mois par an dans les glaces de l’immense lac Ladoga, abrite le plus ancien monastère de Russie. Reservation de billets ICI
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Novembre 2017 à 07:09 | 0 commentaire | Permalien

Les propositions douteuses de Chtchipkov divisent la communauté religieuse
L’adjoint du Responsable du Département synodal Alexandre Chtchipkov à l’information s’est de nouveau prononcé pour le maintien du mausolée, des monuments et des rues dédiés à Lénine

À la différence de son chef, Vladimir Legoïda, qui avec une constante régularité demande le retrait du corps de Lénine de son mausolée, son adjoint, Alexandre Chtchipkov, manifeste une nouvelle fois son attitude clairement soviétique sur la question.

Et de plus sa position aberrante est présentée par les médias comme étant celle l’Église orthodoxe russe, ce qui provoque l’indignation des croyants : serions-nous revenus à cette époque passée où notre Église devait chanter les louanges de l’antéchrist Staline et dire que les valeurs du pouvoir athée étaient « nos valeurs » ?

Rappeler ces temps et quelques actions de notre hiérarchie religieuse n’est pas très agréable aujourd’hui, mais alors cette attitude séduisante pour de nombreux chrétiens pouvait au moins se justifier par le fait que le pouvoir soviétique menaçait de détruire l’Église et, dans ces conditions, on peut comprendre que nos évêques aient été obligés de faire des concessions aux organes de répression.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Novembre 2017 à 23:59 | -3 commentaire | Permalien

Douloureuse  repentance et manque de conscience
par Xenia Krivocheine

"Il serait bien que les gens retrouvent mémoire et conscience, et les choses se feront d’elles-mêmes par la suite…peut-être. J’écris ainsi en prenant mes distances, avec des réserves, car je ne crois pas en une guérison immédiate, d’autant plus quand on soigne le malade tantôt par le nom de la rue Saint Séraphim de Sarov tantôt par les portraits de Staline et les dénigrements de l’Armée blanche..."

Nous avons abordé un centenaire qui est loin d’être festif. Comment le peuple russe perçoit ces « temps damnés et difficiles »? Peut-être, 85% de la population ne pense même pas à ces événements qui se sont déroulés il y a un siècle. Soljenitsyne et Chalamov, avec leurs vérités, n’intéressent plus et les regards ne se portent plus sur leurs écrits.

Les néo-martyrs et les généraux blancs sont aux oubliettes? Alors que Lénine et ses complices reposent en paix au pied du Kremlin.

Voici seulement une dizaine de noms issus d’une longue liste:

1.Yakov Sverdlov - idéologue de la terreur rouge. Plus de 500 personnes issues de l’intelligentsia russe assassinées durant les premiers jours de la terreur.

2. Rosalia Zemliatchka - organisateur de la terreur rouge en Crimée. Plus de 50000 êtres humains sont tués en trois ans! Beaucoup d’entre eux de ses propres mains.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Novembre 2017 à 21:18 | 8 commentaires | Permalien

Les chrétiens chinois sont tenus, pour obtenir des subventions publiques, de remplacer leurs icônes par des portraits de Xi Jinping
Le Sud-Est de la Chine est l’une des régions les plus pauvres du pays. Plus de 11% du million d’habitants y vivent en deçà du seuil de pauvreté. 10% de la population sont chrétiens.

Les autorités de la région s’emploient à améliorer le niveau de vie dans la région. Il a été recommandé aux habitants de remplacer les représentations du Christ par des effigies de Xi Jinping.

La presse en parle comme du « grands timonier », appellation jusqu’ici réservée exclusivement à Mao dont le portrait était présent dans chaque foyer chinois.

Des fonctionnaires se sont rendus dans les familles chrétiennes les plus pauvres pour y expliquer la politique conduite par le parti en vue d’éliminer la pauvreté. A la suite de ces entretiens plus de 600 foyers ont supprimés les images pieuses qu’ils détenaient pour les remplacer par 453 portraits du Président de la République Populaire de Chine.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Novembre 2017 à 18:07 | 0 commentaire | Permalien

Les évêques de France ont affirmé lundi rejeter la proposition de faire payer l'entrée des cathédrales
L'Eglise catholique souhaite rappeler que "les cathédrales sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre."

L'animateur de télévision Stéphane Bern a été chargé par Emmanuel Macron d'une mission visant à garantir et préserver le patrimoine français. Stéphane Bern aurait sans doute dû consulter l'Église avant de faire de grandes annonces.

Faire payer l'entrée des cathédrales dans le but d'entretenir les monuments historiques de la France n'est en effet pas vraiment du goût des religieux français. Lundi, la Conférence des évêques de France (CEF) a ainsi fait savoir qu'elle rejetait l'idée du "monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron, indiquant dans un communiqué relayé sur Twitter que les cathédrales sont "avant tout des lieux de prière et de culte dont l'accès doit être libre".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Novembre 2017 à 05:04 | 0 commentaire | Permalien

La vidéo de l’émission “L’orthodoxie, ici et maintenant“, sur KTO, du mois de novembre. Elle a pour thème: « La Russie cent ans après, hier et aujourd’hui », à l’occasion de deux centenaires, l’un celui de la révolution d´octobre 1917 et l’autre, celui du rétablissement du patriarcat le 17 novembre 1917. Les invités sont le père Alexandre Siniakov et Antoine Arjakovsky. Au cours de l’émission un extrait du reportage du père Jivko Panev pour Orthodoxie.com, avec la voix d’Emilia Panev, sur l’exposition « La peinture à l’aiguille ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Novembre 2017 à 18:33 | 8 commentaires | Permalien

Le pape François  appelle à ne plus photographier lors des célébrations liturgiques
Rome, le 8 novembre. "La Stampa" annonce que le pape François appelle à ne plus se servir des téléphones mobiles pour photographier pendant les offices.

Lorsque le célébrant s'exclame "Élevons nos cœurs en prière" cela ne veut pas dire "Élevons nos téléphones pour prendre une image, cette manière de faire est malséante", a dit Sa Sainteté François lors de son apparition hebdomadaire place Saint Pierre.

"Je suis triste quand je vois lorsque je célèbre ici ou dans la basilique tant de téléphones braqués et ceci non seulement dans les mains des fidèles mais aussi dans celles des prêtres et des évêques".

Auparavant le pape avait appelé à s'abstenir de photographier pendant les repas de familles car cette pratique risque d'engendrer des querelles.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Novembre 2017 à 10:02 | 2 commentaires | Permalien

Père Alexandre Siniakov: «Comme l'éclair part de l'Orient» et Interview  au quotidien ZENIT
Recteur du Séminaire orthodoxe russe à Épinay-sous-Sénart, il est aussi secrétaire du diocèse de Chersonèse aux relations avec les Églises, la presse et la société et secrétaire du Conseil d’administration de l’Association diocésaine, membre de la Représentation de l’Église orthodoxe russe près les institutions européennes à Bruxelles. Le p. Alexandre Siniakov est titulaire d’une maîtrise en théologie orthodoxe de l’Institut Saint-Serge et d’un doctorat en lettres classiques de l’École pratique des Hautes Études (Paris, France).

Il a bien voulu revenir pour les lecteurs de ZENIT sur les progrès des relations entre le pape François et le patriarche Kirill, au moment où le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, effectue un voyage inédit à Moscou (21-24 août 2017).

***

Les Éditions Salvator viennent de faire paraître un livre du P. Alexandre Siniakov, Comme l'éclair part de l'Orient. Voici sa présentation par l'éditeur: Dans un village cosaque de la Russie encore soviétique des années 1980, un jeune homme découvre l’Évangile et décide d’y consacrer sa vie. Le père Alexandre Siniakov raconte dans cet ouvrage son chemin atypique qui l’a conduit des steppes du Caucase à la France des écrivains qu’il lisait en secret.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 23:48 | 3 commentaires | Permalien

L'ÉGLISE RUSSE DANS LA LUTTE CONTRE LES AVORTEMENT
Vladimir Golovanow

Alors que l’URSS, pays de la mort, avait été le premier pays du monde à légaliser l’avortement, la Russie son héritière a été confrontée à la menace d’un désert démographique, héritage du stalinisme.

Dans les années 1960-70, l’URSS perdait en 4 ans autant de gens que pendant la Seconde Guerre Mondiale.

L'avortement était alors considéré comme moyen de contraception (il en était de même dans les autres Pays de l'Est, à l'exception notable de la Pologne) et représentait plus du double des naissances. Ce ratio est tombé à 50% en 2014 (25% en France!) et la baisse continue en 2016
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 19:37 | 1 commentaire | Permalien

LE METROPOLITE HILARION DE VOLOKOLAMSK: "LA REVOLUTION, A COUTE DES MILLIONS DE VIES INNOCENTES A NOTRE PAYS"
Le président du Département des Relations Ecclésiastiques Extérieures du patriarcat de Moscou (DREE), généralement considéré comme le porte-parole et le bras droit du patriarche, se dit convaincu que la Russie aurait obtenu beaucoup plus de succès si elle s'était développée d'une manière évolutive et non révolutionnaire...

A la veille du 100 e anniversaire de la Révolution d'Octobre, métropolite de Volokolamskiy Hilarion a prononcé une sentence extrêmement sévère dans le cadre de l'émission «Eglise et Paix» sur la chaîne TV «Russie-24». Il a souligné que la révolution a profondément blessé la Russie, qui ne s'en est pas remise jusqu'à nos jours, et elle a rejeté le pays bon nombre d'années en arrière.

« Pour l'Eglise, cette date signifie, avant tout, la commémoration dans la prière des millions de victimes de la révolution. Nous parlons d'un événement extrêmement tragique dans l'histoire de notre pays et, même si on l'entend s'exprimer aujourd'hui les appréciations les plus diverses de ce qui s'est passé pendant la révolution, l'Eglise a clairement donné sa position sur ces événements en canonisant les néomartyrs et confesseurs de l'Eglise russe. C'était en l'années jubilaires 2000. L'Église a alors glorifié plus de mille saints nommément, et maintenant cette liste en compte déjà plus de deux mille noms. Et en plus de ceux dont les noms sont connus, ont aussi été glorifié tous ces nombreux croyants, moines, prêtres et évêques dont les noms ne sont connus que de Dieu. Et c'est là que l'Eglise a clairement signifié qui étaient les victimes et qui étaient les bourreaux."

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 11:32 | 0 commentaire | Permalien

Sainte Parascève de Rome, (117-138), dite «Piatnitza» ( Vendredi )
Martyre (2ème s.)

Sa mémoire n'apparaît que 6 siècles après sa mort. De très nombreuses chapelles édifiées sur le bord des routes sont en Russie consacrées à cette Sainte dont le vénération est forte. Parascève est souvent représentée portant une tiare.
Ci-joint une sculpture en bois représentant sainte Parascaève et provenant du Nord de la Russie (XII-XIII siècle).

Paraskevi signifie « préparation », et ce mot sert en grec à désigner le sixième jour de la semaine, le vendredi. En effet, dans la tradition juive, le vendredi est consacré à la préparation du sabbat (samedi). Dans la tradition chrétienne, ce mot évoque plus particulièrement le Vendredi saint. Paraskeva Parascève (en grec Παρασκευή, Paraskevi) est un prénom féminin, dont il existe de nombreuses variantes (Praskovie, Praskovia, Paraskeva…. )

La Sainte et Grande Martyre Parascève naquit dans un village proche de Rome, sous le règne d'Hadrien (117-138), de parents chrétiens, Agathon et Politeia, qui avaient longtemps supplié le Seigneur de leur donner une progéniture. Dieu, qui comble toujours le désir de ceux qui le craignent, leur accorda donc une fille, qu'ils appelèrent Parascève, car elle était née un vendredi et par dévotion pour la Passion vivifiante de Notre Seigneur Jésus-Christ
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 10:06 | 0 commentaire | Permalien

La fabrication "de l'homme nouveau", une interview de l'archiprêtre André Kordotchkine
Le site "Pravoslavie i mir" a mis en ligne le 7 novembre, jour du centenaire du putsch bolchevique de 1917 une interview d'Anne Danilova, rédacteur du site, avec l'archiprêtre André Kordotchkine, recteur de la cathédrale Sainte Marie-Madeleine égale aux apôtres, à Madrid.

L'entretien porte sur les procédés et les méthodes auxquels a eu recours le pouvoir communiste pour, entre autre par l'antisélection, aboutir à l'élaboration "d'un homme nouveau". Le père André conclut à l'impossibilité totale de trouver une interaction positive entre la foi orthodoxe et la doctrine communiste. Elles sont complètement antinomiques et incompatibles.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Novembre 2017 à 20:08 | 0 commentaire | Permalien

Les nouveaux livres de Grzegorz Ojcewicz « Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres » et  «Son esprit est froid, comme de glace, son coeur – dur comme une pierre…»
Pologne, "Szczytno", 2017

Professeur Grzegorz Ojcewicz : « Dans mon livre "Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres" je présente trois mystères de la moniale orthodoxe russe, écrits alors qu’elle se trouvait en exil en France entre 1939 et 1942.

L’intégralité des trois textes ont été inspirés par la réaction de Mère Marie à des problèmes à caractère spirituel, religieux et éthique, extrêmement importants pour elle .

Le mystère Anna est devenu une sorte de témoignage personnel littéraire . Elle avait sa propre définition du service du prochain, tout en plaidant pour l’exercice intensif du ministère religieux en dehors de l’église. Selon Mère Marie, la liturgie se réalisait à chaque instant, en forme du soutien prêté à toutes les personnes dans le besoin.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Novembre 2017 à 14:36 | 0 commentaire | Permalien

Saint Nestor le Chroniqueur des Grottes de Kiev (1050 - 1114)
Nestor (c. 1050 - c. 1114) était l'auteur réputé du plus tôt Chronique slave est, les vies de la rue Theodosius et de Boris et Gleb, et du prétendu Lecture.

Saint Nestor naquit à Kiev en 1050. Il vint près de saint Théodose (3 mai) étant encore jeune et devint novice. Saint Nestor prononça ses voeux monastiques sous le successeur de saint Théodose, l'higoumène Etienne, et fut ordonné hiérodiacre.

De sa haute vie spirituelle on apprend qu'avec un certain nombre d'autres pères moines, il participa à l'expulsion d'un démon hors de Nicétas l'Ermite (31 janvier), qui était devenu fasciné par la sagesse Hébraïque de l'Ancien Testament. Saint Nestor appréciait grandement la vraie connaissance, accompagnée d'humilité et de pénitence. Il disait : "Il y a grand bénéfice à retirer de l'étude des livres, car les livrs nous montrent et nous enseignent le chemin de la repentance, parce qu'à travers les mots des livres, nous découvrons la sagesse et la tempérance. C'est le flot, innondant l'univers, d'où jaillit la sagesse. Dans les livres on trouve une profondeur sans limites, par eux nous sommes réconfortés dans nos peines, et ils sont un frein nous modérant. Si vous parcourez consciensieusement les livres de sagesse, alors vous découvrirez de grand bénéfices pour votre âme. Dès lors, celui qui lit ces livres converse avec Dieu ou les saints".

Nestor était a moine du Monastère de Kiev des cavernes de 1073. Le seul l'autre détail de sa vie qui est sûrement connue est qu'il a été commissionné avec deux autres moines trouver les reliques de la rue Theodosius, une mission qu'il a réussie à accomplir. On specule également le qu'il a soutenu le prince régnant Svyatopolk II et sa partie pro-Scandinave et influence grecque détestée à Kiev.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Novembre 2017 à 08:08 | 0 commentaire | Permalien

Saint Démétrius ou DIMITRI martyr à Thessalonique
Ermite (4ème s.)

Son culte fut extrêmement populaire en Orient .

Le diocèse de Gap en France voulut même se l'annexer en en faisant son premier évêque. D'autres en font un martyr du premier siècle. En fait, il y eut au quatrième siècle un saint Démétrios, martyr à Thessalonique, qui bénéficia de l'enjolivement de la piété populaire.
On en fit un soldat chrétien et fier de l'être, on en fit même le proconsul de Grèce et de Macédoine. Dénoncé comme fauteur de troubles, il fut condamné à lutter dans l'arêne contre un gladiateur plus robuste que lui, l'on vit arriver, avec lui, un jeune garçon nommé Nestor, frêle et courageux, qui d'un geste mit à mort ce géant. Dépité, l'empereur présent, fit mettre à mort l'enfant et Dimitri. De son corps se mit à jaillir une huile odoriférante et miraculeuse.

"Les crocs des loups au milieu desquels le Christ a envoyé son disciple Démétrios ont, par leur morsures, ouvert en son corps des sources par lesquelles une grande allégresse s’écoule sur le troupeau du Christ."
(Saint Grégoire Palamas - Eloge de Démétrios)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Novembre 2017 à 11:00 | 2 commentaires | Permalien

À Moscou, un forum sera consacré au centenaire du Concile local 1917-1918 et à la fin de l’empire
L’Université orthodoxe en sciences humaines Saint-Tikhon a indiqué ce mercredi à RIA Novosti qu’un séminaire international « Le Concile et la conciliarité — le centenaire d’une nouvelle époque » se déroulera dans son bâtiment principal du 13 au 16 novembre de l’année du centenaire du Concile local de l’Église orthodoxe russe.

« Comme le précise l’intitulé du séminaire, celui-ci est consacré à deux événements qui se sont superposés il y a cent ans : le Concile local de l’Église orthodoxe russe et le renversement de l’Empire russe, » a déclaré l’archiprêtre Pavel Khondzinsky, doyen de la faculté de théologie de l’Université Saint-Tikhon et président du comité d’organisation.

À ce séminaire prendront part d’éminents scientifiques russes et étrangers, théologiens et spécialistes de l’histoire de l’Église et de philosophie religieuse. Selon le père Pavel, une telle multidisciplinarité permettra de donner un nouvel éclairage au Concile de 1917 et de préciser sa signification dans l’histoire de l’Église orthodoxe russe et de l’ensemble de la chrétienté.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Novembre 2017 à 16:38 | 0 commentaire | Permalien

St Jacques, frère de notre Seigneur et 1er Evêque de Jérusalem
Frères de Jésus

Dans le christianisme oriental, les frères de Jésus sont des enfants que Joseph a eus avec une autre femme avant d'épouser Marie. Dans le christianisme occidental, ce sont des cousins de Jésus. Les évangiles synoptiques et de nombreux textes apocryphes mentionnent les frères de Jésus et indiquent leurs noms : Jacques, Joseph (parfois appelé Joset), Jude et Simon. De très nombreux documents chrétiens attestent de l'appellation « frère du Seigneur » donnée à Jacques le Juste

St Jacques, frère de notre Seigneur et 1er Evêque de Jérusalem : il était fils du premier mariage de Joseph le divin fiancé. Cet homme fut béni par Dieu dès le sein de sa mère et à cause de son éminente justice, tous ceux de sa race l'appelaient «le Juste» et «Oblias», ce qui signifie en hébreux «rempart du peuple» et «justice». Dès son enfance, il vécut dans l'ascèse la plus stricte. Il ne buvait ni vin, ni boisson fermentée. Comme St Jean le Précurseur, il ne mangea jamais rien qui eût vécu. Le rasoir ne passa jamais sur sa tête, comme le recommande la Loi à ceux qui se consacrent à Dieu. Il ne prenait jamais de bain et ne s'oignait pas d'huile, préférant le soin de l'âme à celui du corps.

Icône de saint Jacques, frère de Notre Seigneur
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Novembre 2017 à 15:00 | 1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 253


Recherche

Sondage
La révolution était-elle nécessaire en Russie en 1917 ?




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile