Pourquoi certains orthodoxes fêtent-ils Noël après les catholiques ? LE CALENDRIER: QUESTION CONTROVERSÉE DANS L’ORTHODOXIE.
Noël orthodoxe

Une question de calendrier expliquée par le père Hyacinthe Destivelle du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Il explique également la liturgie et les traditions populaires de ce temps festif.

Beaucoup d'orthodoxes (notamment l'Église orthodoxe russe) et de gréco-catholiques ont conservé le calendrier « julien » (introduit par Jules César), qui comporte actuellement 13 jours d'écart par rapport au calendrier occidental « grégorien » (institué par le pape Grégoire XIII au XVIe siècle), qui est devenu le calendrier civil. Le 25 décembre du calendrier julien correspond donc au 7 janvier du calendrier grégorien utilisé par les catholiques, les protestants, et par un certain nombre d'Églises orthodoxes.

Les orthodoxes ont-ils un temps d'Avent comme les catholiques ?

La période de préparation aux fêtes de la Nativité ne s'appelle pas « Avent » mais « Carême de Noël », période de jeûne qui commence 40 jours avant la fête, du 28 (15) novembre, jour de la fête du l'apôtre Philippe (c'est pourquoi cette période est parfois appelée aussi « Carême de Philippe »), au 6 janvier (24 décembre). Les deux dimanches précédant Noël sont appelés respectivement « Dimanche des Ancêtres », consacré aux patriarches et prophètes de l'Ancien Testament, et « Dimanche des Pères », consacré aux parents du Christ selon la chair, tels qu'ils apparaissent dans les Généalogies du Seigneur.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 28 Décembre 2018 à 11:31 | 21 commentaires | Permalien

Le patriarche Cyrille a présenté ses vœux de Noël aux chefs des Églises hétérodoxes
Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a adressé ses vœux pour la fête de Noël aux chefs des Églises hétérodoxes : le patriarche de l’Église copte Tawadros II, le pape François de Rome, le patriache Ignace Ephrem II, chef de l’Église syro-jacobite, Gewargis III Sliwa, catholicos-patriarche de l’Église assyrienne d’Orient, le patriarche maronite Bechara Boutros, cardinal Rahi, le catholicos d’Orient, métropolite de Malankar, Basile mar Thomas Paul II, le patriache éthiopien Abuné Mathias I.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Décembre 2018 à 14:32 | 0 commentaire | Permalien

Discours de Sa Sainteté le patriarche Cyrille à la séance du Haut Conseil, le 26 décembre 2018
Le 26 décembre 2018, à la salle du Haut Conseil de l’église cathédrale du Christ-Sauveur, Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a présidé une séance ordinaire du Haut Conseil ecclésiastique de l’Église orthodoxe russe. Ouvrant la séance, Sa Sainteté a prononcé un discours devant les membres du Haut Conseil.

Слово Святейшего Патриарха Кирилла на заседании Высшего Церковного Совета 26 декабря 2018 года

Bienvenue à tous les membres du Haut Conseil pour la dernière séance de l’année. Nous parlerons, naturellement, du bilan de l’année écoulée. J’aimerais tout d’abord vous saluer tous. Et je dois dire quelques mots de l’année qui s’achève, qui, comme nous le sentons tous, a été particulièrement difficile.

La source de principale tension, le facteur influant sur le bien-être des orthodoxes, sur leur état spirituel, reste la situation de notre Église en Ukraine. Vous êtes au courant, vous savez ce qui se passe, vous savez quels évènements radicaux, extrêmement dangereux pour l’intégrité du peuple orthodoxe, et pas seulement pour notre Église, ont eu lieu récemment à Kiev, après la décision du parlement ukrainien qui exige de modifier la dénomination de l’Église orthodoxe ukrainienne. Ces modifications devraient être suivies de répressions, et il est évident qu’il s’agit d’une sorte d’ultimatum : si l’Église ne change pas de dénomination, son enregistrement lui sera retiré. Si l’Église change de dénomination, naturellement, on opèrera les pressions les plus fortes sur les Ukrainiens, sur la société. Il y aura sans aucun doute des saisies d’églises par la force. Or, le peuple des croyants, les orthodoxes d’Ukraine, sont fermes dans la foi, émotifs. Tout ce qui concerne leurs églises risque de tourner au conflit sanglant. C’est pourquoi je vous demanderais d’intensifier notre prière commune pour la conservation de la paix en terre d’Ukraine, ainsi, bien sûr, que nos prières pour la préservation de l’Église orthodoxe ukrainienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Décembre 2018 à 22:41 | 2 commentaires | Permalien

Décorer les sapins de Noël: une tradition venue de Turquie (chercheur)
La tradition d'orner des arbres en prévision de la Noël ou du Jour de l'An est née en Orient, affirme la femme écrivain turque Muazzez Ilmiye Cig, spécialisée entre autres dans l'étude de la culture sumérienne.

"Le monde chrétien s'attribue volontiers la coutume d'orner les sapins, mais en fait il doit cette tradition aux ancêtres des Turcs modernes", explique-t-elle dans un entretien accordé à RIA Novosti .

"Bien avant qu'elles ne s'installent en Anatolie, les tribus turques associaient déjà le sapin à l'Arbre de Vie. Pour l'orner, obligatoirement dans la nuit du 22 décembre, pendant la "fête de la renaissance", on choisissait un sapin blanc qui ne poussait qu'au Turkestan (Asie centrale)", a-t-elle poursuivi.

Apporté à la maison et orné de rubans multicolores, le sapin "recevait" des dons au Tout-Puissant, pour que le nouvel An apporte le bonheur. Des plats spéciaux étaient cuisinés à l'occasion de la fête de la Renaissance qui était célébrée en famille, précise la femme écrivain turque. Selon elle, l'Europe a emprunté cette tradition aux Huns, nomades turcophones, qui créèrent un immense Etat s'étendant de la Volga au Rhin.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 26 Décembre 2018 à 12:30 | 3 commentaires | Permalien

La librairie et la boutique du Centre spirituel  de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris
LA CATHÉDRALE RUSSE DE LA SAINTE-TRINITÉ est ouverte pour des visites chaque jour du mardi au vendredi de 15h00 à 19h00 et samedi, dimanche: de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00

Chaque jour : Divine Liturgie à 10h et Vigiles /office du soir/ à 18h
........................................................................................................................................................................

La librairie et la boutique du Centre spirituel et culturel sont très bien fournies. Vous trouverez un grand choix de livres de prière et d’histoire, de cartes postales, de calendriers, de publications pour enfants.

Beaucoup de titres en russe comme en français, un rayon est consacré aux ouvrages pour enfants, également dans les deux langues.

Les visiteurs trouveront des icônes sur bois et sur métal, des croix pectorales et de baptême. Souvenirs traditionnels russes. Cierges, prosphores, encens et chapelets. CD et DVD. Clochettes et objets en porcelaine. Livres d’art.

Une brochure en français, et récemment en anglais parue, consacrée à l’histoire de la construction du Centre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Décembre 2018 à 03:10 | 4 commentaires | Permalien

Noël devient en Irak une fête nationale!
Le Conseil des ministres de l'Irak a porté le jour de Noël dans la liste des fêtes officielles du pays.

Il est précisé dans le communiqué publié par le gouvernement: "Noël devient une fête nationale sur l'ensemble du territoire national. Nous félicitons tous nos citoyens chrétiens ainsi que tous ceux dans le monde qui célèbrent Noël le 25 décembre.

1,4 millions de chrétiens résidaient dans le pays en 2003 A la suite d'une guerre destructrice leur nombre s'est réduit à 300.000 De nombreux sanctuaires et lieux saints ont été détruits.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Décembre 2018 à 14:58 | 0 commentaire | Permalien

Saint Spyridon de Trimythonte + 348
Saint Spyridon fut évêque de Trimythonte (au Nord de Larnaka), dans l'île de Chypre, au IVe siècle. On situe la date de sa naissance vers 270, et celle de sa mort vers 348.

Sa légende veut qu'il ait d'abord été berger, ou du moins propriétaire d'un grand troupeau de brebis. En tant qu'évêque, ou probablement chorévêque, il eut à souffrir des persécutions de Galère, étant notamment forcé d'aller travailler dans les mines. On considère qu'il est intervenu au premier concile de Nicée. Il est très vénéré à Chypre, où on lui attribue de nombreux miracles. Il est aussi très vénéré à Corfou (Kerkyra), en Grèce, où est conservée la relique de son corps. Il est représenté, dans la tradition iconographique orthodoxe, coiffé, par humilité, d'une ruche en osier.

Avec l'aide de Dieu, il devient doux, sage et mesuré. II se marie et devient père de deux enfants. Sa femme quitte soudainement ce monde. Alors Spyridon se consacre davantage à servir Dieu et à la demande de tous il devient prêtre, en s'efforçant d'acquérir toutes les qualités d'un véritable prêtre de Dieu : désintéressé, sage, paisible et hospitalier, doux, indulgent, bon père de famille et sans rancune comme le démontre l'histoire qui suit.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 25 Décembre 2018 à 13:00 | 2 commentaires | Permalien

Chers amis, le père Philippe Riabykh, recteur de l'église de Tous les Saints à Strasbourg vous invite tous à la première liturgie et à la consécration de l'église qui sera célébrée le 23 décembre 2018 par Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse accompagné du père Maxime Politov, secrétaire de l'administration diocésaine, du protodiacre Nicolas Rehbinder et du lecteur Daniel Naberejny.

Дорогие друзья, настоятель храма в честь Всех Святых в Страсбурге игумен Филипп Рябых приглашает всех на малое освящение и на первую литургию, которые состоятся в новосооруженном храме 23 декабря 2018 года.

Освящение совершит епископ Корсунский Нестор. В торжествах также примет участие делегация Корсунской епархии в составе секретаря епархиального управления иерея Максима Политова, соборного протодиакона Николая Ребиндера и чтеца Даниила Набережного.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Décembre 2018 à 10:38 | 0 commentaire | Permalien

Le président Porochenko a signé un décret modifiant le nom de l’Eglise orthodoxe d’Ukraine
PREMIÈRE ÉTAPE DE L’OFFENSIVE MENÉE PAR LE GOUVERNEMENT UKRAINIEN POUR DÉTRUIRE CETTE ÉGLISE CANONIQUE: LA PRIVER DE SON NOM!

Le gouvernement de Kiev développe à marche forcée son offensive contre l’EOU: cinq jours après le pseudo-concile unifiant les schismatiques, largement minoritaires en terme de fidèles et de paroisses, la Rada (parlement ukrainien) adopte le 20 décembre, une loi exigeant de l’UOC-MP qu’elle change de nom et ne puisse plus s’appeler Église orthodoxe ukrainienne, malgré la prière de 2000 fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne canonique devant le parlement pour que ce vote n’ait pas lieu (cf. illustrations).

Une bagarre a éclaté dans le parlement mais, ignorant les remous et l’appel de UOC-MP à opposer son droit de veto sur cette loi, le président Porochenko s’est au contraire empressé de promulguer la loi dans la foulée, dès le 22 décembre.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Décembre 2018 à 17:37 | 7 commentaires | Permalien

Le patriarche de Moscou Cyrille a appelé les Églises orthodoxes locales à ne pas reconnaître « l’Église orthodoxe d’Ukraine »
Le patriarche de Moscou Cyrille a adressé un message aux primats des Églises orthodoxes locales, les exhortant à ne pas entrer en communion avec la nouvelle « Église orthodoxe d’Ukraine »

Le patriarche Cyrille a informé les primats que, le 15 décembre 2018 à Kiev, avec la participation et sous le patronage direct des autorités gouvernementales d’Ukraine a eu lieu une réunion de « hiérarques », du « clergé » et de laïcs des deux groupes schismatiques ukrainiens.

Constantinople Patriarchate is accomplice to persecution of Ukrainian Orthodox Church - Patriarch Kirill

Les participants de ce conciliabule illégal, qui ont siégé en l’église historique Sainte-Sophie de Kiev, se sont auto-proclamés « Concile de réunification ». En réalité, cette soi-disant réunification s’est terminée par la fusion des deux organisations schismatiques, le « Patriarcat de Kiev » et « l’Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine ». « Or, l’Église orthodoxe canonique d’Ukraine, présidée par S.B. le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, reconnue dans tout le monde orthodoxe, a refusé, conformément à la décision de son Saint-Synode du 7 décembre, de participer à l’événement en question, le considérant comme « une réunion illégale ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Décembre 2018 à 11:30 | 9 commentaires | Permalien

Serge Karcevski - "C’était il y a longtemps, c’était loin" . Textes rassemblés par Irina et Gilles Fougeron
Le nom de Serge Karcevski (1884 – 1955) n’est pas connu du grand public. Et pourtant c’est un éminent linguiste, dont l’activité a marqué la première moitié du XXe siècle. Les évènements historiques ont fait que son nom a été rayé de la science soviétique parce qu’émigré et l’occident ne l’a pas vraiment accepté parce que son activité linguistique se basait surtout sur l’analyse de la langue russe.

En juillet 2018 à Moscou, les éditions Ridero avec le soutien de Planeta ont publié S.I. Karcevski Iz proshlogo, iz dalekogo (C’était il y a longtemps, c’était loin). Ce livre regroupe les écrits de Karcevski que nous avons découverts dans ses archives conservées à l’Université de Genève.

Ces essais littéraires ont tous un caractère biographique : c’est son arrivée et ses premiers jours dans un village vogoul où il est envoyé comme instituteur, son analyse des peuples sibériens au contact desquels il vit, un épisode de son passé révolutionnaire, deux billets de correspondant de guerre : les avions soviétiques bombardent les villes de Finlande, etc.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Décembre 2018 à 10:44 | 1 commentaire | Permalien

15/28 novembre: début du Carême de Noël
Les origines de l'Avent

Dans l'église Catholique-romaine et les autres églises chrétiennes en Occident, un groupe de semaines précédant Noël est appelé l'Avent, du mot latin signifiant "Venue".

Le début de l'Avent commence toujours le dimanche le plus proche du 30 novembre, l'ancienne Fête (tant en Orient qu'en Occident) de l'Apôtre André. Parmi les Chrétiens d'Occident, cette période préparatoire, qui tend à être moins rigoureuse que celle du Grand Carême et n'implique souvent aucun jeûne particulier du tout, commence toujours le 4ème dimanche avant Noël. Dès lors, elle variera toujours d'année en année entre 3 et 4 semaines, mais aura toujours 4 dimanches.

L'observance de la période de l'Avent est plutôt tardive. On ne trouve nul sermon pour l'Avent, par exemple, dans les homélies liturgiques de saint Léon le Grand, au milieu du 5ème siècle.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Décembre 2018 à 17:56 | 12 commentaires | Permalien

Alexandre  Musin: Le second avènement de saint Nicolas - les origines du  culte d’un saint et sa transformation en Europe de l’Est aux XI e -XV e siècles
Colloque international "Entre Orient et Occident : le culte de Saint Nicolas en Europe Xe - XXIe siècles

Résumé de la communication présentée par Alexandre MUSIN (Institut pour l’histoire de la culture matérielle, Académie de Russie ; Saint-Pétersbourg) "Le second avènement de saint Nicolas : les origines du culte d’un saint et sa transformation en Europe de l’Est aux XIe-XVe siècles"

La popularité immense de saint Nicolas soi-disant « saint du peuple dans l’Europe de l’Est d’aujourd'hui fait parfois de lui un « dieu russe » pour des yeux européens. Cependant, la formation de la vénération particulière de ce saint a connu une histoire spécifique, qui ne s’est cristallisée qu’à la fin du Moyen Âge pour parvenir à son état actuel aux Temps Modernes autrement dit aux XVIIIe-XIXe siècles.

La communication porte essentiellement sur les changements historiques de la vénération attestés à travers des chroniques, des actes, des textes liturgiques et hagiographiques, des sources toponymiques, des dédicaces d’églises et leur topographie historique, des sources épigraphiques, onomastiques, sigillographiques et iconographiques (icônes, fresques, reliquaires, objets de devotion privée, etc.).

La recherche se fonde sur une approche de « stratigraphie culturelle » qui comprend l’examen de sources diverses provenant des périodes variées, leur analyse selon les méthodes appropriées et la confrontation ultérieure des résultats de recherche pour échelonner et comparer la situation culturelle aux époques différentes sur le territoire en question.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Décembre 2018 à 22:00 | 5 commentaires | Permalien

Une nouvelle édition du "Petit Chaperon rouge"  de Charles Perrault  illustrée par Xenia Krivochéine
"Le Petit Chaperon rouge'' de Charles Perrault, richement illustré par Xenia Krivochéine et mis en page par Daria Aleks, vient d’être publié sous les auspices de la cathédrale de la Sainte Trinité à Paris

Les dessins originaux se trouvent au Japon dans une collection particulière.

Nous espérons que ce beau livre fera la joie des enfants ainsi que de leurs parents. On peut l'acheter à la librairie de Centre spirituel orthodoxe, 1 quai Branly, Paris 7e

"Le Petit Chaperon rouge", française avec le charme slave


"Pendant les années 90 du siècle dernier j'ai régulièrement exposé à des Salons de peinture organisés par Pierre Guénеguan, collectionneur connu de tableaux, en particulier d’auteurs russes. Une fois il m'a appelé pour dire: "Des japonais se portent acquéreurs de ton Petit chaperon rouge. Ils sont ravis de voir que ce conte français tel que tu l'as traité s'est pénétré d'un charme tout à fait slave. J'ai volontiers accepté de me séparer des originaux tout en gardant les diapos de ces illustrations. Vingt ans se sont passés et cette nouvelle édition est de fait une deuxième naissance. Je suis heureuse de voir que le livre est devenu une passerelle entre la tradition française et la tradition russe."
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Décembre 2018 à 07:09 | 0 commentaire | Permalien

Le Vatican n'a pas reconnu la nouvelle église d'Ukraine afin de ne pas nuire à ses relations avec l'Eglise orthodoxe russe
Le site "VaticanNews" annonce la formation en Ukraine d'une "nouvelle église" avec à sa tête le métropolite Épiphane. Le service de presse du Vatican précise que cette information n'en est qu'une parmi d'autres.

L'agence TASS, se référant à des sources bien informées annonce que le Vatican a décidé de ne pas établir de contacts avec la nouvelle entité estimant qu'il est prioritaire de maintenir de bonnes relations avec le patriarcat de Moscou. Le Vatican estime que des contacts avec l'entité ukrainienne non canonique mettraient en danger ses relations avec l'Eglise orthodoxe russe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Décembre 2018 à 19:55 | 73 commentaires | Permalien

Le métropolite Hilarion (Alfeyev) de Volokolamsk, président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, de passage à Paris pour présenter ses deux livres, "Image de l’Invisible. L’art dans l’Église orthodoxe" et "Le Sermon sur la montagne", a répondu le 30 vendredi dernier aux questions du père Jivko Panev, traduction Nikita Krivocheine.

Mgr Hilarion y évoque l’actualité récente : la dissolution de l’Archevêché-exarchat, la crise ukrainienne, les relations actuelles du Patriarcat de Moscou avec le Patriarcat de Constantinople. Source Orthodoxie.com
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Décembre 2018 à 13:28 | 8 commentaires | Permalien

V. Golovanow

C’est le titre d’un article de Fabrice Deprez, jeune journaliste qui a travaillé en Ukraine, en Russie et dans les pays Baltes et qui tente une synthèse des évènements pour le journal catholique de référence en France "La Croix" (article réservé aux abonnés (1). Mais cet article se révèle en fait très approximatif alors même qu’il sera la référence pour l’opinion française.

UNE APPROXIMATION DE TAILLE

Après avoir rappelé l’élection du métropolite Épiphane (Doumenko), que notre chroniqueur baptise curieusement "I’Epifani", il fait un micro-trottoir: "Avec quelques milliers d’autres Ukrainiens, Constantine a bravé le froid hivernal, samedi 15 décembre, pour se rendre devant la cathédrale Sainte Sophie et assister à la création d’une nouvelle Église orthodoxe ukrainienne. « C’est un événement historique », s’enthousiasme cet électricien venu de la région de Tcherkassy, dans le sud du pays. Une bandelette aux couleurs du drapeau ukrainien noué sur la poitrine, il attend patiemment la confirmation du succès du concile, une journée que « nos enfants étudieront à l’école », assure-t-il."

"Concrètement, explique ensuite très justement Fabrice Deprez, le concile a fusionné l’Église du Patriarcat de Kiev (la plus importante du pays d’après plusieurs sondages) et la minoritaire Église autocéphale, deux organisations religieuses qui n’étaient alors pas reconnues comme canoniques."
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Décembre 2018 à 12:26 | 12 commentaires | Permalien

Le Département d'Etat des USA  estime que l'apparition de l'Eglise d'Ukraine est un événement historique
Robert Palladino, respponsable du service de presse du Département d'Etat, a déclaré le 17 décembre 2018: "La création de cette Eglise est devenue pour l'Ukraine un événement historique. Nous allons continuer à soutenir l'Ukraine, nous estimons qu'aucun obstacle extérieur ne doit entraver la liberté de conscience". Les Etats-Unis ont félicité le métropolite Épiphane de son élection.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Décembre 2018 à 12:03 | 2 commentaires | Permalien

Sainte Barbe ou Barbara
Avant la révolution de 1917 et jusque la fin de la guerre civile de très nombreux militaires de l'Armée impériale et des armées blanches avaient sur eux une petite icône de sainte Barbe.

Sainte-Barbe vivait au milieu du III ème siècle (vers 235 ) à Nicomédie en Asie Mineure, aujourd'hui Izmit, un port de Turquie.

Dioscore, son père, était un être d'une humeur bizarre et d'un naturel cruel ayant toutes les inclinations d'un barbare. Celui-ci, voyant que sa fille, déjà parvenue à l'adolescence, était d'une beauté très remarquable, et comprenant les dangers auxquels ne tarderaient pas à l'exposer ses grâces jointes à une immense fortune, imagina de l'enfermer dans une forteresse inaccessible. La célèbre tour ressemblait plus à un palais magnifique qu'à une prison.

Barbe profita de l'absence de son père pour faire percer une troisième fenêtre en plus des deux dont disposait sa prison dorée, pour symboliser la Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit. De même elle y traça des signes de croix.

Son père, à son retour, lui demanda l’explication de ces signes. Elle lui dit qu’elle avait voulu représenter un Dieu en trois personnes et la mort du fils de Dieu sur la croix. Dioscore entra dans une grande colère en voyant que sa fille embrassait "les rêveries" des chrétiens : elle fut obligée de fuir.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Décembre 2018 à 06:00 | 0 commentaire | Permalien

 Le « bras droit » de  Philarète Denissenko,  Épiphane (Doumenko) élu primat de « l’Église orthodoxe d’Ukraine »
L'Eglise orthodoxe russe estime que le concile soit disant de réunification qui s'est tenu à Kiev est un événement de nature politique et non ecclésiale. Il découle des statuts de la nouvelle entité qu'elle sera dirigée par un métropolite et non par le patriarche. L'union de trois églises locales au sein de cette nouvelle entité ne s'est pas faite. Deux entités schismatiques l'ont rejointe.

L'archiprêtre Nicolas Balachov a précisé: "La portée canonique du concile de réunification souhaité par le patriarche œcuménique est par Porochenko insignifiante. Il faudra que le patriarcat de Constantinople explique son attitude à l'ensemble du monde orthodoxe. Il lui faudra convaincre les Eglises locales de considérer comme leurs égaux les schismatiques d'hier".

L'Eglise orthodoxe d'Ukraine dirigée par le métropolite Onuphre n' pas été dupe des intrigues et des ordres qui lui ont été adressés. Elle reste entière si l'on ne compte pas deux transfuges qui l'ont abandonnée ( les métropolites Alexandre Drabinko et Siméon de Vinnitsa ) Les deux métropolites Symeon et Alexandre ont été destitués par le Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine qui a siégé aujourd'hui en séance extraordinaire sous la présidence du metropolite Onuphre de Kiev et toute l'Ukraine.
..................

Mgr Épiphane Doumenko, métropolite de Pereyaslav-Khmelnitsy (Patriarcat de Kiev) a été élu le 15 novembre primat de la nouvelle « Église orthodoxe d’Ukraine » unifiée par les participants du « concile de réunification » à Kiev.

Après l’élection, Mgr Épiphane s’est adressé aux fidèles réunis devant la cathédrale Sainte-Sophie, en remerciant le président Porochenko pour ses efforts qui ont contribué à la création de l’Église orthodoxe ukrainienne unie, mais aussi Mgr Philarète qui « est père spirituel de tous les Ukrainiens », ainsi que tous les membres du « concile de réunification ».

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Décembre 2018 à 15:55 | 18 commentaires | Permalien

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 274


Recherche

Sondage
L'Église en Ukraine doit-elle devenir autocéphale?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile