Synaxe des Archistratèges de la Milice Céleste, Michel et Gabriel et des autres Puissances célestes et incorporelles
Quand David, contrairement à l'ordre de Dieu, eut fait recenser le peuple, Michel fut envoyé par Dieu pour être l'instrument de sa colère. En un jour, il ravageât par son épée plus de soixante-dix mille hommes et il se tenait prêt à détruire Jérusalem, lorsque, ému par le repentir de David, le Seigneur l'arrêta et lui ordonna de remettre son épée au fourreau (I Chron. 21). La tradition de l'Eglise a gardé la mémoire d'autres miracles de l'Archange Michel, comme, par exemple, celui accompli à Colosses en Phrygie.

En Dieu, la Justice ne peut être séparée de la miséricorde : « La miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées », chante le Psalmiste (Ps 84:11). C'est pourquoi, on ne peut commémorer Michel, l'Ange de la Justice, sans lui associer Gabriel, l'Ange de la Miséricorde.

Dieu est la seule véritable Lumière éternelle, immatérielle, infinie et absolument incompréhensible. Il repose dans le secret inaccessible de Sa Nature unique et jouit de la communion inexprimable d'amour entre Ses trois Personnes: le Père, le Fils et le Saint Esprit. Il est bon et principe de toute bonté et de tout amour; c'est pourquoi Il ne S'est pas contenté de Sa propre contemplation, mais dans la surabondance de Sa bonté Il a voulu qu'un autre participât à Sa lumière et Il a tiré le monde du non-être à l'existence.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Novembre 2019 à 10:05 | 1 commentaire | Permalien

L'exposition "Le monde des enfants de la famille de l'empereur Nicolas II" s'ouvre au musée "de Kolomna"
L'exposition "Le monde des enfants de la famille de l'empereur Nicolas II, Olga, Tatiana, Marie, Anastasie et Alexis” est un projet conjoint du musée de l'Ermitage, du musée-conservatoire "de Kolomna" à Moscou et des archives d'État de la Fédération de Russie.

Le thème principal de l'exposition est l'histoire de la vie quotidienne de la famille du dernier empereur de Russie Nicolas II. Tout d'abord, l'exposition est dédiée à ses enfants : les grandes duchesses Olga, Tatiana, Marie, Anastasie et leur frère, le tsarévitch Alexis. Le cadre chronologique englobe la période allant de leur naissance à l'adolescence. Une grande attention est accordée à leur éducation familiale et à leur instruction. Les derniers mois du séjour de la famille impériale à Ekaterinbourg et sa fin tragique ne sont pas évoqués.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Novembre 2019 à 20:57 | 0 commentaire | Permalien

VENDREDI 22 NOVEMBRE À 17H: SOLENNELLE À L’OCCASION DE LA COMMÉMORATION DU TRANSFERT DES RELIQUES DE SAINTE HÉLÈNE À PARIS


EGLISE ST LEU ST GILLES. 92, RUE ST DENIS. 75001 PARIS MÉTRO ETIENNE MARCEL
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Novembre 2019 à 15:23 | 0 commentaire | Permalien

Conférence débat le 22 novembre 2019 à 19h à St.Serge
Annonce

Une conférence intitulée : « L’avenir de l’Archevêché et de ses paroisses » aura lieu dans les locaux de St.Serge au 93, rue de Crimée, Paris 19ème à 19h00 le vendredi 22 novembre 2019.

Les intervenants seront la métropolite Jean de Doubna, Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale ; p.Nicolas Cernokrak, doyen de l’ITO-Saint-Serge de Paris ; p.Jivko Panev, maître de conférence de droit canon à l’ITO-Saint-Serge de Paris ; Daniel Struve, rédacteur en chef de la maison d’édition YMCA-Press et membre du comité de rédaction des revues « Messager de l’ACER » et « Le Messager Orthodoxe ».

L’entrée est libre et la conférence sera suivie d’un buffet.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Novembre 2019 à 21:22 | 1 commentaire | Permalien

Le 25 mai 2016, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille a envoyé un ecclésiastique de l'Eglise métropolitaine de Belgorod, le prêtre George Ivanchoglo, en République de Turquie pour les besoins spirituels des fidèles orthodoxes vivant dans la province turque d'Antalya.

Auparavant, un groupe de citoyens orthodoxes de la République de Turquie dirigé par Oksana Vladimirovna Alykan a commencé à recueillir des documents pour l'enregistrement officiel de la première Société des croyants orthodoxes russes dans la province d'Antalya dans l'histoire du pays (Antalyadaki Rusça Konuşan OrtodoksİnançlılılarDerneği) à Antalya.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Novembre 2019 à 20:03 | 3 commentaires | Permalien

Nikita Krivochéine a été décoré de l'ordre du Saint Prince Daniel de Moscou IIe grade
Le 17 novembre 2019 Monseigneur Antoine, métropolite de Chersonèse et d'Europe occidentale, a célébré la Divine liturgie à la cathédrale des Trois Saints Docteurs.

Lui concélébraient: l'archiprêtre Nicolas Rehbinder, recteur de la cathédrale, le père Maxime Politov, secrétaire de l’administration diocésaine, le père Georges Egorov ainsi que l'archidiacre Nicolas Rehbinder et le diacre Marc Andronikof.

A l'initiative de Monseigneur Antoine, métropolite de Chersonèse et d'Europe occidentale, Sa Sainteté Cyrille a décerné à Nikita Krivochéine, paroissien de la cathédrale des Trois Saints Docteurs à Paris, connu pour ses activité au sein de l'émigration russe, l'ordre du saint Prince Daniel de Moscou, II-e grade.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Novembre 2019 à 13:22 | Permalien

Le 3 novembre 2019 les paroissiens de l’église de Chatenay-Malabry ont décidé de rester dans la juridiction de Constantinople
Nous reprenons ce commentaire de Maxime, l’un de nos correspondants. Ce texte est « bilingue » prière de nous en excuser.

Paroisse des Saints Pierre et Paul Fondée en 1984 par l'Archiprêtre Michel Evdokimov et Pierre Semenoff
Père Michel Evdokimov, recteur de la paroisse orthodoxe de Châtenay-Malabry (Patriarcat de Constantinople), a été secrétaire de la commission de dialogue catholique/orthodoxe française depuis sa création en 1972, jusqu’en 2000.

Le Père Michel Evdokimov qui s'est tellement dévoué à ses paroissiens et à l'orthodoxie de langue française est malade et qu'il est resté ainsi que son épouse fidèle à Mgr Jean et qu'il est très affecté de cette décision (16 pro Moscou, 26 pro Constantinople). Le même jour une autre paroisse de la région parisienne celle de Saint Prix a voté pour suivre Mgr Jean Lire ICI Toutes ces divisions sont d'une infinie tristesse et il n'y a pas lieu de se réjouir d'un côté comme de l'autre!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Novembre 2019 à 11:34 | 9 commentaires | Permalien

Le son de la renaissance
Les cloches russes sont plus lourdes que les cloches d’Europe. Pour les faire sonner, on utilise surtout la langue de la cloche car à trop solliciter un tel géant de bronze on prend le risque de démolir la chapelle ! Plus la cloche est imposante, plus le son est bas, et plus il porte au loin.

Aujourd’hui, malheureusement, aussi lourdes qu’elles puissent être, le son des mégalopoles, envahies par les bruits de voitures et de chantiers, couvre de plus en plus celui des cloches.


Grigori Koubatiane

Les cloches d'églises ont toujours eues une valeur singulière en Russie. C’est ainsi que les gens apprenaient tous les événements importants, de la fête à l’incendie. Après 1917, les bolchéviques ont commencé à détruire les cloches. C'était non seulement un acte de vandalisme mais un geste remplit d’un sombre sens mystique qui, pendant longtemps, a privé le pays de son ouïe et de sa voix.

Entre les renaissances et les chutes de l'URSS, les cloches russes se taisaient : brisées, emportées à l'étranger, oubliées dans les locaux annexes des églises. Avant la révolution d'octobre 1917, les volumes du moulage annuel de cloches en Russie atteignaient 2 mille tonnes. Et la plus grande cloche du monde est la Cloche-Roi de Moscou qui pèse plus de 200 tonnes. Si la Russie prérévolutionnaire avait uniquement de tels géants, il en serait sorti pas moins de 10 pièces chaque année !

Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 15 Novembre 2019 à 10:22 | 0 commentaire | Permalien

Xenia Krivochéine   "Des bulbes d’or dans le ciel de Paris"
Ce livre de Xenia Krivochéine peut être acheté à la librairie de la сathédrale

Traduction Gilles-Marc Fougeron, mise en page et couverture Daria Alexandrovskaya

" Editions Sainte-Geneviève", 2019. Nombreuses photos historiques

Prix 13 €.

La majorité des Russes et des Français ne connaît pas l’histoire de l’érection de la cathédrale russe du diocèse de Chersonèse de l’Église orthodoxe russe en plein centre de Paris.

La consécration de la cathédrale de la Sainte-Trinité par le patriarche Cyrille fin 2016 a été l’accord final d’un long chemin semé d’embûches pour l’Église russe. Ses bulbes d’or embellissent la merveilleuse ville de Paris.

La cathédrale, telle l’invisible cité de Kitège , s’est comme par miracle dressée au bord de la Seine et, malgré les difficultés, les relations historiques, culturelles et religieuses entre nos deux pays, loin de se rompre, se sont renforcées.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Novembre 2019 à 09:20 | 7 commentaires | Permalien

Saint Cosme et Saint Damien procédant à une guérison miraculeuse par la transplantation d'une jambe
Notre lectrice Nina nous a envoyé un document et un commentaire très intéressants :

«Une vie peut dépendre de la décision que vous prendrez », est-il dit dans la Déclaration conjointe des services des relations avec la société, de la bienfaisance et du service social du Saint Synode. L’Eglise encourage les personnes qui décident de donner une partie de leur corps afin de sauver la vie du prochain

NINA : « Oui, la greffe sauve beaucoup de vies, aide et participe aussi à l'évolution positive de la médecine et des soins ; mais ne faut il pas tenir compte malgré tout des effets indésirables apportées par les médicaments antirejet et qui ne sont pas anodins?

De plus, que sait on réellement de la "perception" du corps pendant cette phase située juste après la mort ? On ne connaît pas vraiment ce que l'on peut ressentir, vivre après le décès ? N'y aurait il pas "souffrance" ? Qu'en est il du relèvement des corps d'Ezechiel ? »

* * *

Saint Côme et saint Damien sont des martyrs du début de la Chrétienté qui, selon la légende, pratiquaient gratuitement la médecine.

Leur représentation pour le public a donc été celle d'un idéal en matière médicale. Sur ce retable espagnol, les deux saints, vêtus de la parure complète des médecins universitaires, sont représentés dans une vision miraculeuse où ils procèdent à la transplantation d'une jambe. Cette vision est décrite dans un livre écrit en 1275 par Jacques de Voragine. Legenda aurea (La légende dorée). Cette vision a été reçue dans l'église de Côme et Damien, à Rome, par un bedeau atteint d'une maladie qui rongeait la chair de sa jambe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Novembre 2019 à 11:30 | 30 commentaires | Permalien

Des paroisses d’Europe sont de retour dans l’Église russe : comment et pourquoi est-ce arrivé ?
Mi-septembre certains paroissiens ont pleuré de joie pendant les offices. Quelle blessure sur le corps de l’Église russe a-t-elle enfin commencé à cicatriser ces derniers temps ? Pourquoi cette souffrance a-t-elle mis tant de temps à être surmontée ? La revue « Foma » s’entretient de l’événement historique dont nous avons été témoins récemment, avec l’évêque de Zelenograd Savva /Toutounov/ , vice-chancelier du Patriarcat de Moscou.

Mgr Savva vit aujourd’hui en Russie et célèbre dans l’Église orthodoxe russe. Mais quand il était enfant, lui et sa famille fréquentaient l’une des églises de l’Archevêché en France. Il a été témoin de la vie des paroisses russes en Europe alors qu’elles étaient séparées de l’Église russe, et il comprend bien les raisons pour lesquelles leur retour à la maison a suscité une telle émotion chez le clergé et les fidèles.

Le 4 septembre 2019, une nouvelle page de l’histoire de la Guerre civile a été tournée : le Saint Synode a accueilli au sein de l’Église orthodoxe russe le chef de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale, l’archevêque Jean (Renneteau), ainsi que toutes les paroisses et leur clergé qui le souhaitaient. Deux semaines plus tard, lors de la réunion pastorale de l’Archevêché, une majorité absolue des membres du clergé de celui-ci a décidé de rejoindre le Patriarcat de Moscou ; le 7 octobre le Saint Synode a statué de recevoir l’Archevêché dans les rangs de l’Église orthodoxe russe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Novembre 2019 à 02:10 | 3 commentaires | Permalien

St Martin de Tours  ( 317-397 )
Ce geste de couper une cape en deux parties pour n'en donner que la moitié peut sembler curieux, mais il faut savoir que tout militaire romain devait payer la moitié de son uniforme tandis que l'autre moitié restait propriété de la cavalerie. Saint Martin ne pouvait donc pas s'en défaire sans courir le risque d'être accusé de détourner les deniers publics.

La légende de St Martin de Tours

St Martin, patron des ânes est né bien loin de Tours en Pannonie (ancienne région de l’Europe centrale sur le moyen Danube) aux alentours de l’an 317. St Martin de Tours est un véritable personnage de légende.

Il est l'un des saints les plus populaires de France : des centaines de villages et d'églises portent son nom ; d'innombrables vitraux, sculptures, enluminures représentent la scène du partage de son manteau d'officier avec un pauvre.

A Tours, nombre de monuments sont ornés à son honneur.

Fils d'un officier de la cavalerie romaine, Saint Martin grandit dans la région de Pavie, en Italie où son père avait reçu quelques lopins de terre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Novembre 2019 à 22:48 | 1 commentaire | Permalien

Père Zenon - dans le monde Vladimir Theodore - est né dans le sud de l'Ukraine en 1953, de sorte que les trente-huit premières années de sa vie se sont passées sous le communisme athée. Lui et sa famille vivait dans la région de Mykolaïv près d'Odessa, dans la petite ville de Pervomaïsk. Dans les interviews, il a souvent souligné que cette région était autrefois une très grande colonie Grecque. Ce fait pourrait bien avoir influencé sa convictions que l'iconographie russe doit retourner à ses racines byzantines si elle souhaite atteindre à nouveau les sommets qu'elle a obtenu au XVe siècle. Suite
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Novembre 2019 à 09:08 | 0 commentaire | Permalien

PÉTITION des paroissiens de l'église Saint-Serge de Radonège à Paris
URGENT et IMPORTANT !

Nous, soussignés membres fidèles de la paroisse orthodoxe Saint-Serge à Paris, demandons au Conseil Paroissial de convoquer de toute urgence /et au plus tard lors de la réunion du Conseil prévue le 9.11.2019/ une Assemblée Générale de la paroisse afin de procéder à un vote au sujet de l'avenir canonique de la paroisse Saint-Serge selon le choix entre les deux réponses possibles suivantes :

a/ Êtes-vous d’accord pour que la paroisse Saint-Serge de Radonège à Paris suive l’archevêque Jean (Renneteau) dans son choix pastoral de mettre l’archevêché des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale, avec un statut de large autonomie interne, sous la protection canonique de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou, Moscou, Russie).

b/ Êtes-vous d’accord pour que la paroisse Saint-Serge de Radonège à Paris devienne partie de la métropole grecque en France (patriarcat de Constantinople, Istanbul, Turquie).

Nous demandons également que la liste complète et les coordonnées des membres de la paroisse habilités à voter soit communiquée immédiatement à chaque membre du Conseil Paroissial, afin d'être vérifiée et entérinée définitivement par ledit Conseil Paroissial, au plus tard au cours de sa séance du 09 novembre prochain.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Novembre 2019 à 09:24 | 52 commentaires | Permalien

L'UNESCO considère ces monuments comme « les plus parfaits et les mieux conservés de l'art médiéval d'Europe de l'Est », et ses fresques, réalisées en 1259, comme « l'une des plus importantes collections de peintures médiévales »

Elle se compose de trois bâtiments, dont le premier est l'église de l'Est, construite au Xe siècle. Cette première église a été agrandie au milieu du XIIIe siècle à la demande du sébastocrator Kalojan, le gouverneur de Sofia, qui fit construire le second bâtiment, haut de deux étages, à côté de l'ancien. La troisième église a été édifiée au début du XIXe siècle. C'est ici que fut enterrée la reine Éléonore de Bulgarie (1860-1917), dont les restes furent dispersés par les communistes, avant d'y retrouver leur place.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Novembre 2019 à 19:18 | 0 commentaire | Permalien

Samedi 7 décembre 2019,  pèlerinage pour la vénération de la Ceinture  de la Mère de Dieu
Avec la bénédiction de Son Éminence Antoine, métropolite de Chersonèse et d'Europe occidentale (Patriarcat de Moscou)

Au X e siècle, grâce à la Providence Divine, l'une des Ceintures de la Vierge Marie se retrouva dans la ville de Loches, où son séjour fut marqué par de nombreux miracles. En particulier, les jeunes mères vont à Loches depuis des siècles afin de prier pour leurs enfants.

PROGRAMME:

7h00 - Départ du bus de l'église des Trois Saints Docteurs: 5, rue Pétel Paris 75015.

12h00 - Vénération de la ceinture de la Bienheureuse Mère de Dieu

13h00 - 15h00 Déjeuner pique-nique. Prenez un casse-croûte

15h30 - Vénération des reliques de la sainte martyre Catherine

20h00 - Retour à l'église des Trois Saints Docteurs

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2019 à 17:29 | 0 commentaire | Permalien

Sainte Parascève de Rome, (117-138), dite «Piatnitza» ( Vendredi )
Martyre (2ème s.)

Sa mémoire n'apparaît que 6 siècles après sa mort. De très nombreuses chapelles édifiées sur le bord des routes sont en Russie consacrées à cette Sainte dont le vénération est forte. Parascève est souvent représentée portant une tiare.
Ci-joint une sculpture en bois représentant sainte Parascaève et provenant du Nord de la Russie (XII-XIII siècle).

Paraskevi signifie « préparation », et ce mot sert en grec à désigner le sixième jour de la semaine, le vendredi. En effet, dans la tradition juive, le vendredi est consacré à la préparation du sabbat (samedi). Dans la tradition chrétienne, ce mot évoque plus particulièrement le Vendredi saint. Paraskeva Parascève (en grec Παρασκευή, Paraskevi) est un prénom féminin, dont il existe de nombreuses variantes (Praskovie, Praskovia, Paraskeva…. )

La Sainte et Grande Martyre Parascève naquit dans un village proche de Rome, sous le règne d'Hadrien (117-138), de parents chrétiens, Agathon et Politeia, qui avaient longtemps supplié le Seigneur de leur donner une progéniture. Dieu, qui comble toujours le désir de ceux qui le craignent, leur accorda donc une fille, qu'ils appelèrent Parascève, car elle était née un vendredi et par dévotion pour la Passion vivifiante de Notre Seigneur Jésus-Christ
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 10 Novembre 2019 à 10:06 | 0 commentaire | Permalien

Saint Nestor le Chroniqueur des Grottes de Kiev (1050 - 1114)
Nestor (c. 1050 - c. 1114) était l'auteur réputé du plus tôt Chronique slave est, les vies de la rue Theodosius et de Boris et Gleb, et du prétendu Lecture.

Saint Nestor naquit à Kiev en 1050. Il vint près de saint Théodose (3 mai) étant encore jeune et devint novice. Saint Nestor prononça ses voeux monastiques sous le successeur de saint Théodose, l'higoumène Etienne, et fut ordonné hiérodiacre.

De sa haute vie spirituelle on apprend qu'avec un certain nombre d'autres pères moines, il participa à l'expulsion d'un démon hors de Nicétas l'Ermite (31 janvier), qui était devenu fasciné par la sagesse Hébraïque de l'Ancien Testament.

Saint Nestor appréciait grandement la vraie connaissance, accompagnée d'humilité et de pénitence. Il disait : "Il y a grand bénéfice à retirer de l'étude des livres, car les livrs nous montrent et nous enseignent le chemin de la repentance, parce qu'à travers les mots des livres, nous découvrons la sagesse et la tempérance. C'est le flot, innondant l'univers, d'où jaillit la sagesse.

Dans les livres on trouve une profondeur sans limites, par eux nous sommes réconfortés dans nos peines, et ils sont un frein nous modérant. Si vous parcourez consciensieusement les livres de sagesse, alors vous découvrirez de grand bénéfices pour votre âme. Dès lors, celui qui lit ces livres converse avec Dieu ou les saints".

Nestor était a moine du Monastère de Kiev des cavernes de 1073. Le seul l'autre détail de sa vie qui est sûrement connue est qu'il a été commissionné avec deux autres moines trouver les reliques de la rue Theodosius, une mission qu'il a réussie à accomplir. On specule également le qu'il a soutenu le prince régnant Svyatopolk II et sa partie pro-Scandinave et influence grecque détestée à Kiev.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Novembre 2019 à 08:08 | 0 commentaire | Permalien

Saint Démétrius ou DIMITRI martyr à Thessalonique
Ermite (4ème s.)

Son culte fut extrêmement populaire en Orient .

Le diocèse de Gap en France voulut même se l'annexer en en faisant son premier évêque. D'autres en font un martyr du premier siècle. En fait, il y eut au quatrième siècle un saint Démétrios, martyr à Thessalonique, qui bénéficia de l'enjolivement de la piété populaire.

On en fit un soldat chrétien et fier de l'être, on en fit même le proconsul de Grèce et de Macédoine. Dénoncé comme fauteur de troubles, il fut condamné à lutter dans l'arêne contre un gladiateur plus robuste que lui, l'on vit arriver, avec lui, un jeune garçon nommé Nestor, frêle et courageux, qui d'un geste mit à mort ce géant. Dépité, l'empereur présent, fit mettre à mort l'enfant et Dimitri. De son corps se mit à jaillir une huile odoriférante et miraculeuse.

"Les crocs des loups au milieu desquels le Christ a envoyé son disciple Démétrios ont, par leur morsures, ouvert en son corps des sources par lesquelles une grande allégresse s’écoule sur le troupeau du Christ."
(Saint Grégoire Palamas - Eloge de Démétrios)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Novembre 2019 à 11:00 | 2 commentaires | Permalien

M. Sergei Lavrov blâme les États-Unis pour la division du monde orthodoxe
Moscou, le 6 novembre, Interfax - Les Etats-Unis ont joué un rôle dans l'octroi de l'autocéphalie à la nouvelle « église » d'Ukraine et cherchent à diviser encore plus le monde orthodoxe, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Je n'ai pas entendu dire que l'Église de Grèce reconnaissait officiellement l'église orthodoxe schismatique d'Ukraine. J'ai entendu dire qu'il y a une lettre de Jérôme II, archevêque d'Athènes et de toute la Grèce, adressée au chef des schismatiques, mais je n'ai pas vu de déclaration officielle de l'Eglise de Grèce", a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse suite aux négociations avec le ministre grec des Affaires étrangères, mercredi à Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Novembre 2019 à 09:51 | 42 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 286


Recherche

Sondage
Approuvez-vous la décision de l'archevêque Jean Renneteau et de la majorité du clergé de l'archevêché "de la rue Daru" de rejoindre le patriarcat de Moscou?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile