Saint André les Vergers: un premier office dans la nouvelle église orthodoxe
En cours de réhabilitation, la future église orthodoxe a abrité, samedi le 12 octobre 2019 , un premier office religieux

Samedi toute la journée, les fidèles de la communauté chrétienne orthodoxe de tradition russe ont déblayé la grange de l’espace Saint-Frobert, appelé à devenir leur futur lieu de culte. D’abord, tout ce qui encombrait le local, puis les planches et les solives qui recouvraient les murs et les poutres intérieures. Dans la future église orthodoxe, le père André Krementzoff a célébré, samedi, un premier office. Le père André soutient Mgr Jean. Il vous invite tous dans sa nouvelle église. Suite avec VIDEO

À Saint-André-les-Vergers, la communauté orthodoxe à réaménagé une grange en église. Présente depuis le début du siècle dernier, l’église orthodoxe de Troyes a été détruite lors d’un bombardement en 1940. Depuis, la communauté se réunissait dans différents lieux. Fin 2015, via un bail à titre gracieux, l’évêque de Troyes a proposé une grange. La communauté se mobilise afin de financer les travaux, notamment
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Octobre 2019 à 20:53 | 8 commentaires | Permalien

Le protodiacre André Kouraïev critique le chef de l'Eglise grecque pour sa justification de Constantinople
Le protodiacre André Kouraiev, théologien et blogueur connu, a jugé éhonté le raisonnement du chef de l'Eglise grecque, l'archevêque Jérôme, qui a tenté de présenter l'Eglise de Constantinople comme le défenseur des intérêts de l'Orthodoxie mondiale.

"L'effronterie hellénique", c'est ainsi que le protodiacre a intitulé son message sur les réseaux sociaux, consacré au rapport de l'archevêque lors de l'assemblée d'Athènes le 12 octobre, où la plupart des hiérarques de l'Eglise grecque ont accepté de reconnaître la nouvelle structure religieuse de l'Ukraine (Eglise orthodoxe ukrainienne), créée l'année dernière avec le soutien de Constantinople et des autorités ukrainiennes d'alors.

Dans son rapport, l'archevêque Jérôme a déclaré en particulier, que "toute l'histoire du Patriarcat œcuménique, que ce soit dans les périodes de prospérité ou dans les temps difficiles, est un véritable témoignage de son service toujours désintéressé et sacrificiel auprès des églises orthodoxes souffrantes".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Octobre 2019 à 13:41 | 10 commentaires | Permalien

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a donné une interview à l’agence TASS.

Les informations les plus contradictoires nous parviennent, principalement de source anonyme, depuis le Concile épiscopal de l’Église de Grèce, samedi dernier. Pourriez-vous expliquer quelles décisions y ont été prises, et ce qu’en pense l’Église russe ?

Mgr Hilarion: Pour l’instant, c’est par la presse que nous apprenons les décisions qu’a prises l’Église grecque. Un communiqué a été publié, ainsi qu’un discours de l’archevêque Jérôme. Avant de tirer des conclusions, il faudra procéder à une sérieuse analyse. Il y aura une réaction, elle sera formulée par le Saint-Synode de notre Église, qui doit se réunir très prochainement pour examiner cette question et d’autres.

Depuis 10 ans que vous êtes à la tête du Département des relations ecclésiastiques extérieures, beaucoup de choses ont changé dans les rapports entre l’Église russe et les chrétiens hétérodoxes, entre les Églises orthodoxes, entre l’Église et les états étrangers. Quels étaient les objectifs de la « diplomatie ecclésiastique » il y a dix ans, et qu’en est-il aujourd’hui ? Plus généralement, comment le dialogue de l’Église avec le monde se différencie-t-il de la diplomatie laïque ?
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Octobre 2019 à 18:26 | 1 commentaire | Permalien

Saint Denis – premier évêque de Paris ( +250 ou 275)
Patron de Paris et de la Seine-Saint-Denis, il est le premier évêque de Paris, capitale de la France. L'hagiographie le fait mourir en martyr entre 250 et 275, puis ensevelir à Catulliacus, là où s'élève la basilique Saint-Denis.

p. Nikolaï Tikhonchuk

Aujourd’hui le 16 octobre, nous célébrons la mémoire de saint Denis – premier évêque de Paris et ses compagnons le prêtre Rustique et le diacre Eleuthère. D’après saint Grégoire de Tour qui a écrit la vie de saint Denis, nous savons que saint Denis est un missionnaire qui est venu d’Orient vers l’an 250. Sa mission, auprès des peuples indigènes qui vivait ici dans le bassin d’Île-de-France actuel, a duré à peu près 20 ans.

Saint Denis et ses compagnons seraient morts décapités à Montmartre pendant la persécution de l’empereur Valérien en 272, pendant une nouvelle vague de persécution contre les chrétiens.

Une chapelle a été édifiée sur le tombeau de saint Denis et de ses compagnons, et puis a été agrandie en 467 par sainte Geneviève. Au début du VII siècle, le roi Dagobert a transporté leurs reliques dans l’abbaye qu’il venait de fonder et qui devient l’abbaye Saint-Denis, future sépulture des rois de France.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Octobre 2019 à 13:46 | 0 commentaire | Permalien

P.O. met en ligne un résumé de cette intervention

Le père Jean parle de ce qu'il a ressenti lorsqu'il a appris que l'Archevêché ralliait l'Eglise orthodoxe russe: "Mon aïeul maternel est le père Michel Tikhonitzkyé par les bolcheviques en 1918 pour avoir donné lecture du message du patriarche Tikhon, mon grand-oncle Vladimir est devenu dans l'émigration métropolite et exarque au sein de l'Archevêché. Le fardeau familial est lourd à porter. Lorsque Mgr Jean de Doubna nous a annoncé la prochaine union de nombreux fidèles se sont mis à pleurer. J'ai ressenti une grande paix en moi-même. C'est l’aboutissement d'une longue période de conflits et d'incompréhensions avec l'Eglise russe, celle de nos ancêtres".

Le père Jean raconte qu'un jour il célébrait avec Mgr Jean (Renneteau) dans une paroisse française, il ne retrouvait plus une expression en français et l'a donc prononcée en slavon. À la sortie, une dame lui a reproché d'avoir utilisé le slavon. Il regrette que dans certaines paroisses francophones il soit impossible de prononcer même un seul Gospodi pomiloui (kyrie eleison) en slavon. Cela ne signifie pas du tout que l'on va réduire le français ! Au début de l'entretien, il explique que dans les paroisses de l'Archevêché actuellement, la majorité des paroissiens sont des "locaux" : français, espagnols, hollandais, anglais, italiens etc et qu'on célèbre dans les langues locales
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2019 à 16:47 | 3 commentaires | Permalien

Saint Gabriel de Samtavro, Fol en Christ (1929-1995)
Lors de la manifestation officielle du 1 mai 1965 à Tbilissi le moine Gabriel (Ourguébadzé) a mis le feu à un portrait de Lénine faisant 12 m de hauteur fixé sur la façade du Soviet suprême de Géorgie. Il fut cruellement passé à tabac par les manifestants et appréhendé par le KGB.Il déclara lors de l’interrogatoire qui s’ensuivit : « Il ne faut pas diviniser un homme. Au lieu du portrait de Lénine, il faut mettre la Crucifixion du Christ. Pourquoi dites-vous « Gloire à Lénine » ? Il faut dire « Gloire au Seigneur Jésus-Christ ! » En octobre 1965 il est reconnu irresponsable de ses actes et remis en liberté.

En 1971, le moine Gabriel, 42 ans, est nommé confesseur d'un cloître pour femmes à Samtavro. La moniale Pélagie évoque ses souvenirs: "Le futur saint, le starets Gabriel nous avait fait nous ranger. Il donna à la mère Ketovania un bassinet rempli d'eau et dit aux autres moniales d'y laver leurs mains. L'eau devint trouble. Puis le starets dit à la mère Ketovania de boire cette eau ce qu'elle fit sur le champ. Elle n'en fut pas malade ce qui nous étonna. Puis le starets embrassa la mère Ketovania sur le front et bénit les autres sœurs. Notre monastère n'avait pas à l'époque de mère supérieure. Nous comprimes toutes que le père Gabriel avait ainsi indiqué que la mère Ketovania était digne de cette difficile tache. Puis il s'étendit au seuil du réfectoire et dit que toutes celles qui sortaient devaient lui marcher dessus. Nous étions, bien sûr, troublées mais n'osions pas lui désobéir".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2019 à 16:44 | 0 commentaire | Permalien

Un laboratoire mobile venu de France examine les églises antiques de Novgorod
Le service de presse du gouvernement régional a annoncé que des spécialistes d'un laboratoire mobile français examinent l'état des monuments de l'Ancienne Russie à Novgorod la Grande.

"Selon ce communiqué, un laboratoire mobile de recherche sur les monuments historiques va travailler à Novgorod pendant quatre jours. Ses chercheurs étudieront les monuments archéologiques, les peintures murales (dans les églises anciennes - IF), des textes écrits sur de l'écorce de bouleau et des objets d'art, selon des procédés non-destructifs de haute précision".

La visite des chercheurs français a été initiée par l'Académie des sciences de Russie. Les objets rares des collections du musée de Novgorod, les produits des fouilles effectuées par les expéditions de l'Institut d'archéologie de l'Académie des sciences de Russie (Moscou), ainsi que des objets du patrimoine culturel difficiles ou impossibles à étudier dans des laboratoires traditionnels ont été sélectionnés pour être étudiés.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Octobre 2019 à 10:23 | 5 commentaires | Permalien

"LA NEF": L'Eglise russe depuis 1990
Le cahier juillet-août de l'excellente revue "La Nef" vient d'être mis en ligne. Au sommaire , un dossier consacré à l'orthodoxie russe. Avec l'aimable autorisation de la rédaction de "La Nef" nous vous proposons l'article de Nikita Krivochéine

***
Le 19 août 1991, fête de la Transfiguration, le pouvoir soviétique s’effondre et ouvre une nouvelle ère pour la Russie et l’Église orthodoxe. Histoire et enjeux de ces vingt-cinq ans.

L’Église orthodoxe russe, comme le monde entier, avait été prise de court par la perestroïka puis, très rapidement, la chute du mur de Berlin et l’effondrement du régime athée. La propagande totalitaire avait fait que, malgré la misère et l’incurie du régime, les « gens simples » ainsi que la grande majorité des intellectuels étaient convaincus de vivre dans un Empire de mille ans figé et immuable.

Puis en 1989, c’est la première édition de l’Archipel du Goulag en Union Soviétique. Plus question de « socialisme à visage humain » ou d’une quelconque redite du « printemps de Prague ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Octobre 2019 à 18:20 | 5 commentaires | Permalien

Interview de l’évêque Savva de Zelenograd à la chaîne de télévision Spas, 1er octobre 2019

Q: En quoi est-ce important ? Pourquoi dit-on de cet événement /la réunion de l’Archevêché à l’Église orthodoxe russe/ qu’il est historique ?

R. : Il faut revenir un peu sur l’histoire.

L’archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale a existé sous différents noms – à un certain moment c’était un exarchat – mais peu importe. Il fut créé en 1921 par décision du saint Patriarche Tikhon de Moscou, du Saint Synode, du Conseil Supérieur de l’Église, en conjointe réunion de ces deux organes suprêmes de notre Église. Avant la révolution, il n’existait à l’étranger que peu d’églises orthodoxes russes, essentiellement près les ambassades, et en bord de mer où les russes partaient se reposer ; mais bien sûr, après la révolution et le début de la guerre civile, un très grand nombre de russes se retrouvèrent en France et dans d’autres pays, dont beaucoup de membres du clergé ; des communautés orthodoxes se créèrent, des églises, petites d’abord, furent fondées ; il devenait indispensable de trouver une forme plus régulière d’administration. (Avant la révolution les paroisses étaient gérées par le métropolite de Saint-Pétersbourg.)
En 1921 une entité ecclésiale fut créée, dirigée par l’archevêque puis métropolite Euloge (Gueorguievski).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Octobre 2019 à 10:04 | 3 commentaires | Permalien

 POKROV - LE VOILE DE LA PROTECTION
Prêtre Vladimir ZELINSKY

« Sous la protection de ta miséricorde nous nous réfugions », - chante la prière la plus ancienne adressée à la Mère de Dieu.

L’idée de sa protection, née presque avec le début du christianisme, « s’est revêtue » un jour d’un événement concret et mystique : au X ème siècle Marie est apparue à un « fou en Christ et à son disciple dans l’Eglise de St Sophie avec le voile en signe de la protection de la ville de en Constantinople contre le menace venue de la mer.

La protection, en russe, "pokrov", car cette fête célébrée le 14 octobre est particulièrement aimée en Russie, ne signifie pas seulement le souvenir d'un miracle qui s'est produit une fois, mais la sollicitation maternelle qui fait partie de la foi chrétienne. "Toute la nostalgie de l'humanité" souffrante qui n'a pas l'audace d'ouvrir son âme devant le Christ par crainte de Dieu, - dit un philosophe russe G.Fedotov, - se verse librement et avec amour sur la Mère de Dieu." Parmi les images les plus aimées de Marie est celle de la Mère qui protège, qui nous accompagne et nous sauve d'un danger, celui qui peut nous attendre dans cette vie, mais surtout celui qui menace notre salut éternel.

Marie est solidaire avec toute la famille humaine, elle n'est pas "déesse", elle prie comme nous prions devant son Fils et son Père Céleste, mais elle sollicite aussi pour tous les hommes. Et sa prière, portée par l'Esprit Saint, nous fait découvrir l'aspect maternel du Dieu même.
Rédigé par Prêtre Vladimir Zelinsky le 14 Octobre 2019 à 06:52 | 4 commentaires | Permalien

ARCHIMANDRITE ZENON (THEODOR): Sa vie et son oeuvre
"PO" met en ligne un extrait de la biographie illustrée de l'archimandrite Zenon, célèbre iconographe russe contemporain

Par Aidan Hart, publié sur Orthodox arts journal / Traduction Nicolas Petit, pour "Iconophile"

Je ne suis pas donné à l'adulation: il place un fardeau trop lourd d'attente sur le malheureux destinataire, et entrave souvent l'adorateur. Mais je dois avouer que je suis à la limite de l'adulation pour les œuvres du peintre iconographe et fresquiste russe contemporain, l'archimandrite Zenon (Teodor).

De temps en temps un iconographe apparaît, qui est libre et traditionnel, un vent de fraîcheur, une nouvelle plante dans une forêt de conformité. Tel est le père Zenon. Ses œuvres résonnent d'authenticité. Il apprend constamment des différentes traditions iconographique, de l'Occident comme de l'Orient, s’exposant a de nouvelles influences - d'abord de l'école de Moscou d’André Roublev, puis d’ancienne oeuvre Byzantine, Romane, Arménienne, et plus récemment, des œuvres de Ravenne et de la Rome des premiers siècles. Il déterre les secrets des chefs-d’œuvre, les fait siennes, puis il peint sans travail apparent.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Octobre 2019 à 07:34 | 0 commentaire | Permalien

La signature de l'acte d'union entre l'Eglise orthodoxe russe et l'Archevêché aura lieu le 3 novembre 2019 à Moscou
Monseigneur Jean, archevêque de Doubna, a déclaré à un correspondant de l'agence TASS

"Le lundi 7 octobre je me suis entretenu par téléphone avec le patriarche Cyrille. Nous avons parlé de la décision historique adoptée par le Saint Synode de l'EOR. Sa Sainteté m'a fait savoir que le Synode avait accédé à notre souhait d'être accepté au sein de l'Eglise russe. Nous avions présenté le projet d'accord que nous avons élaboré conjointement. Nous sommes heureux de cette décision et avons l'intention de nous rendre le 3 novembre à Moscou pour y signer ce document".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Octobre 2019 à 17:54 | 1 commentaire | Permalien

MONSEIGNEUR PIERRE MÉTROPOLITE DE KROUTITSK (1863- 1936 )
Les nouveaux martyrs de la terre russe

Le métropolite de Kroutitsk fut l’un des successeurs du Patriarche Tikhon.


Né en 1863, dans la province de Voronèje, Pierre Féodorovitch Poliansky terminait en 1892 ses études de théologie à la Faculté de Moscou où il demeura un certain temps comme aide de l’inspecteur, puis il fut nommé surveillant de l’institut théologique de Jiroviets, dans la province de Grodno, après quoi on l’invita à devenir secrétaire du Comité d’éducation religieuse auprès du Saint-Synode. Devenu membre laïc de ce comité, il exerça jusqu’à la révolution les fonctions d’inspecteur des établissements d’éducation religieuse.

Obligé de parcourir de long en large toute la Russie, il eut l’occasion de connaître beaucoup de monde et de se faire de nombreuses relations dans le haut clergé et dans l’enseignement supérieur. Très doué intellectuellement et d’un caractère sociable, il était hautement apprécié des larges cercles qu’il avait à fréquenter.

Sa fermeté de caractère et son tact exercèrent une grande influence sur l'éducation religieuse et l’enseignement en Russie.Pendant la révolution, Pierre Féodorovitch participa aux travaux du Concile national de l’Eglise Russe de 1917-1918, à Moscou. Le Patriarche Tikhon en fit l’un de ses plus proches collaborateurs. En 1920, Pierre Féodorovitch se fit moine. Il reçut l’habit des mains du Patriarche qui, rapidement, le consacra évêque pour en faire son vicaire. Plus tard, il l'éleva au rang de métropolite de Kroutitsk, dans le diocèse de Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Octobre 2019 à 10:52 | 2 commentaires | Permalien

Le 7 octobre 2019, le Saint-Synode du Patriarcat de Moscou, siégeant à la Laure de la Trinité-Saint-Serge, a pris la décision suivante au sujet de la réception de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale /protocole N°123/ :

ЖУРНАЛЫ заседания Священного Синода от 7 октября 2019 года

« Considérant que : Le Saint-Synode, le 14 septembre 2019, en réponse à l’appel de l’archevêque Jean (Renneteau) a décidé ‘de recevoir S.E. l’archevêque Jean (Renneteau) avec le titre de « Doubna » dans la juridiction du Patriarcat de Moscou, ainsi que tous les clercs se trouvant sous sa direction qui le souhaitent, et aussi les paroisses qui expriment une telle volonté’, et de ‘confier à l’archevêque de Doubna Jean la direction des paroisses mentionnées’ (protocole n°122). Le Saint-Synode avait également décrété : ‘Après réception de l’appel de l’assemblée des représentants de ces paroisses, procéder à une discussion complémentaire sur la forme et l’organisation canoniques de ces paroisses en se basant sur les particularités historiques de l’administration diocésaine et paroissiale, ainsi que sur les traditions liturgiques et pastorales établies par le métropolite Euloge, tenant compte des conditions dans lesquelles existait l’entité ecclésiale présidée par celui-ci en Europe occidentale’.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2019 à 17:21 | 0 commentaire | Permalien

Pastis, le chien de la paroisse de la cathédrale d'Amiens, ne mange pas avant la fin du bénédicité
Impossible de ne pas fondre devant Pastis ! Le retriever de la Nouvelle-Écosse adopté par Don Cédric connaît déjà bien ses cours de catéchisme.

Dans une vidéo postée sur la page Facebook de la paroisse de la cathédrale d'Amiens, on voit le chien âgé de 6 mois attendre sagement la fin du bénédicité avant de manger sa gamelle. "Il sait que quand j'ai dit Amen, il peut manger", confie Don Cédric.

Le chien, très docile, n'a mis qu'une semaine à apprendre ce comportement. Postée il y a un mois, la vidéo a dépassé les 12 000 vues. "On a rarement fait autant sur notre page Facebook !!", s'étonne le prêtre de la paroisse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2019 à 15:17 | -2 commentaire | Permalien

Cathédrale russe de la Sainte-Trinité: horaires des offices en français et en russe
Chers amis, pères, frères et sœurs,

Nous vous transmettons ci-joint les horaires des offices à la Cathédrale de la Sainte Trinité pour le mois d'octobre.

Nous attirons votre attention sur les offices qui se tiendront dans la semaine à l'occasion des fêtes suivantes

- le 30 septembre, Stes Foi, Espérance, Charité et leur mère Sophie ;
- le 8 octobre, St Serge de Radonège ;
- le 9 octobre, St Jean le Théologien
- le 14 octobre, Ste Protection de la Mère De Dieu.

Les horaires des offices en français et en russe sont accessibles également sur facebook (www.facebook.com/cathedralesaintetrinite) et sur le nouveau site de la Cathédrale : http://cathedrale-sainte-trinite.fr

Pour toutes questions relatives aux offices, veuillez nous contacter par mail de la cathédrale ou directement notre responsable d'horaires Maxime Venetskov : max.venec@gmail.com

La librairie et la boutique du Centre spirituel de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris

En vous souhaitant de l'aide de Dieu,
Très cordialement,
10_2019_horaires.pdf 10.2019 horaires.pdf  (150.23 Ko)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2019 à 09:27 | 0 commentaire | Permalien

Mgr Hilarion: "L'Eglise russe espère  le ravalement complet des bâtiments de l'institut Saint Serge à Paris"
Dans le cadre de l'émission télévisée "Tzerkovj i mir" (L'Eglise et le monde) le métropolite Hilarion a parlé de l'avenir de l'Institut de théologie Saint Serge à Paris:

"A la lumière de l'union de l’archevêché d'Europe occidentale avec le patriarcat de Moscou nous pouvons espérer un ravalement complet des édifices de l'Institut Saint Serge à Paris si celui-ci venait à rejoindre l'EOR. Voilà vingt ans que cette institution est en crise, ses immeubles sont dans un état catastrophique. L'Institut est la propriété de l’Archevêché Daru.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2019 à 17:25 | Permalien

Le patriarche Bartholomée décoré par "l'archevéquesse" de l'église suédoise
Le patriarche œcuménique Bartholomée Ier a reçu un prix - la plaque commémorative de saint Eric - pour son engagement en faveur de la liberté religieuse, des droits de l'homme et de la sauvegarde de la création.

"Maseigneure" [1] Antje Jackelén a remis le prix le 1er octobre 2019 au patriarche Bartholomée lors de la visite du leader orthodoxe à l'église luthérienne pour son engagement en faveur de la liberté religieuse [2], des droits humains et de la sauvegarde de la création. Ceci est rapporté par la Fédération luthérienne mondiale.

Le patriarche œcuménique est le 25e récipiendaire de la plaque commémorative de saint Eric, honoré "pour ses efforts en faveur de la liberté religieuse et des droits de l'homme (voir plus haut [2]), pour avoir attiré l'attention du monde entier sur les besoins des réfugiés et pour avoir montré à travers le monde que le souci de la création est une responsabilité œcuménique et spirituelle". Les récipiendaires précédents comprennent des représentants des églises anglicane, luthérienne et catholique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2019 à 12:40 | 10 commentaires | Permalien

La profanation des reliques de Saint Serge de Radonège  le 11 avril 1919
Traduction Elena Tastevin

Le numéro 82 de « Pravda », journal moscovite du parti communiste russe, en date du 16 avril 1919 a publié le procès-verbal de l’exhumation des reliques de Saint Serge de Radonège. Ce sacrilège a eu lieu le 11 avril 1919. L’article était intitulé « Saints miracles ».

Le procès-verbal de l’exhumation était un document officiel. Il commence par la liste des personnes présentes. Elles sont toutes des bolcheviks, des membres de la « commission technique chargée de l’autopsie », et des médecins (Y.Gvozdikova et I.Popova, docteurs ès sciences médicales) ainsi que des prêtres. A 20h50 précises, sur l’ordre du finnois Vankhanen, président du comité exécutif de Serguiev Possad, l’hiéromoine Jean et l’higoumène de la Laure furent obligés, le revolver sur la nuque, de desceller la tombe de l’un des saints les plus vénérés de l’Eglise. Pendant deux heures ils démêlaient les linceuls des reliques de Saint Serge qui 500 ans auparavant avait béni le peuple russe pour le combat avec le joug tatar au nom du salut et de l’union de la Russie.orthodoxe.

YOUTUBE - 1919 - Profanation des reliques de saint Serge de Radonège
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Octobre 2019 à 10:05 | -1 commentaire | Permalien

L’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale est reçu officiellement dans le Patriarcat de Moscou
L’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, sous S.E. l’archevêque Jean de Dubna, anciennement exarchat du Patriarcat de Constantinople, a été officiellement reçu dans l’Église orthodoxe russe. « Une session historique du Saint-Synode s’est achevée », écrit S.E. l’évêque Sabbas de Zelenograd, vice-chancelier du Patriarcat de Moscou, sur son canal Telegram.

« L’archevêché d’Europe occidentale des paroisses de tradition russe est maintenant partie intégrale du Patriarcat de Moscou », rapporte-t-il, mentionnant que l’archevêché continuera ses traditions administratives, comme le Patriarcat de Moscou l’avait proposé. Le Saint-Synode devait se réunir demain, mais S.S. le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a expliqué au commencement de la session extraordinaire d’aujourd’hui : « Étant donné qu’il y a des questions qui nécessitent une discussion maintenant, nous avons décidé de ne pas attendre la réunion prévue du Synode ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Octobre 2019 à 16:43 | 1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 286


Recherche

Sondage
Approuvez-vous la décision de l'archevêque Jean Renneteau et de la majorité du clergé de l'archevêché "de la rue Daru" de rejoindre le patriarcat de Moscou?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile