La profanation des reliques de Saint Serge de Radonège  le 11 avril 1919
Traduction Elena Tastevin

Le numéro 82 de « Pravda », journal moscovite du parti communiste russe, en date du 16 avril 1919 a publié le procès-verbal de l’exhumation des reliques de Saint Serge de Radonège. Ce sacrilège a eu lieu le 11 avril 1919. L’article était intitulé « Saints miracles ».

Le procès-verbal de l’exhumation était un document officiel. Il commence par la liste des personnes présentes. Elles sont toutes des bolcheviks, des membres de la « commission technique chargée de l’autopsie », et des médecins (Y.Gvozdikova et I.Popova, docteurs ès sciences médicales) ainsi que des prêtres. A 20h50 précises, sur l’ordre du finnois Vankhanen, président du comité exécutif de Serguiev Possad, l’hiéromoine Jean et l’higoumène de la Laure furent obligés, le revolver sur la nuque, de desceller la tombe de l’un des saints les plus vénérés de l’Eglise. Pendant deux heures ils démêlaient les linceuls des reliques de Saint Serge qui 500 ans auparavant avait béni le peuple russe pour le combat avec le joug tatar au nom du salut et de l’union de la Russie.orthodoxe.

YOUTUBE - 1919 - Profanation des reliques de saint Serge de Radonège
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Octobre 2019 à 10:05 | -1 commentaire | Permalien

L’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale est reçu officiellement dans le Patriarcat de Moscou
L’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, sous S.E. l’archevêque Jean de Dubna, anciennement exarchat du Patriarcat de Constantinople, a été officiellement reçu dans l’Église orthodoxe russe. « Une session historique du Saint-Synode s’est achevée », écrit S.E. l’évêque Sabbas de Zelenograd, vice-chancelier du Patriarcat de Moscou, sur son canal Telegram.

« L’archevêché d’Europe occidentale des paroisses de tradition russe est maintenant partie intégrale du Patriarcat de Moscou », rapporte-t-il, mentionnant que l’archevêché continuera ses traditions administratives, comme le Patriarcat de Moscou l’avait proposé. Le Saint-Synode devait se réunir demain, mais S.S. le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a expliqué au commencement de la session extraordinaire d’aujourd’hui : « Étant donné qu’il y a des questions qui nécessitent une discussion maintenant, nous avons décidé de ne pas attendre la réunion prévue du Synode ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Octobre 2019 à 16:43 | 1 commentaire | Permalien

Dans cette émission des historiens de l'émigration racontent le difficile itinéraire de Daru avant la réunification. Alexis Tchertkoff décrit la diaspora russe de Paris. L'historienne Elena Maler parle du rôle de l'OLTR

Le 7 octobre 2019, le Saint Synode de l'EOR s'est réuni en session à la Laure Saint Serge. La réception officielle de l’Archevêché par l'Eglise orthodoxe russe en est le seul point de l'ordre du jour. Nous pouvons comparer la portée de cet événement avec celle de l'union, en 2007, de l'Eglise orthodoxe russe avec l'Eglise orthodoxe russe hors frontières. L’archevêché compte actuellement en Europe occidentale 65 paroisses, 11 églises, 2 monastères et 7 skites. Son clergé consiste de plus de 100 prêtres et 30 diacres.

Matouchka Anne-Marie Nègre-Gueit parle aux lecteurs francophones de l'émission "Et nous voilà ensemble".

"Cette émission est en effet très intéressante et rassurante par son aspect sérieux et paisible. Chez nous en France, nous avons été pris dans un flot d'invectives, d'accusations, de violences verbales, qui rend impossible tout débat serein . Alors, combien est surprenant et agréable un entretien posé, , dans lequel les choses sont dites avec précision et sans malveillance. Dans une première partie , axée autour du discours du patriarche se réjouissant du rattachement de l’Archevêché au P.M est évoquée l'histoire de l’exarchat, les conditions de sa fondation, le rôle du métropolite Euloge, la méfiance de la première émigration et de ses descendants à l'égard du P.M.Les participants, laïcs ou prêtres, connaissent bien la question.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Octobre 2019 à 14:17 | 0 commentaire | Permalien

Des plaques commémoratives portant les noms de saints de l'université ont été installées sur la façade de l'église Sainte Tatiana de l'Université d'État de Moscou
Moscou, 1er octobre. INTERFAX - Le site de l'Église orthodoxe russe a rapporté que des plaques commémoratives portant les noms des saints qui ont étudié et enseigné à l'Université de Moscou ont été installées sur la façade de l'église de la sainte martyre Tatiana à l'Université d'État de Moscou.

Au total, sur trois plaques de pierre, 21 noms sont gravés.

« Le jour de la fête de Sainte Tatiana, en 2020, nous célébrerons le 25ème anniversaire de la renaissance de cette église. Cette date est très importante pour nous tous, membres du clergé et paroissiens, ainsi que pour toute la corporation universitaire : nous devons la célébrer avec tous nos saints protecteurs de l'université », a déclaré le recteur de l'église, l'archiprêtre Vladimir Viguilyansky sur sa page Facebook.

Les plaques commémoratives ont été consacrées par le patriarche Kirill le 25 janvier de cette année, jour de la mémoire de la sainte martyre Tatiana, en présence du recteur de l'Université d'État de Moscou, Viktor Sadovnitchy, des enseignants, des étudiants et des anciens de l'université.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Octobre 2019 à 05:54 | 0 commentaire | Permalien

Saint Innocent de Moscou ou d'Alaska (1797-1879)
Il fut métropolite de Moscou de 1868 à sa mort. L'Église orthodoxe l'a canonisé comme « apôtre de l'Amérique du Nord et de la Sibérie ».

Né dans le village d'Angarsk, dans la région d'Irkoutsk, le futur métropolite Innocent, Jean (Ivan) Popov, selon l'état civil, perdit son père Eusèbe à l'âge de 6 ans. C'est son oncle paternel, Dimitri qui se chargea de son éducation.

À partir de neuf ans, jusqu'à vingt ans, il étudia au séminaire d'Irkoutsk. Dans le but de le différencier des autres « Popov », on le nommait « Popov d'Angarsk ». Remarqué par le recteur du séminaire comme élève sérieux et appliqué, il lui fut proposé de prendre le nom du précédent archevêque d'Irkoutsk, Véniamine (Benjamin). Il fut donc « Jean Véniaminov ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Octobre 2019 à 10:20 | 2 commentaires | Permalien

Une exposition consacrée à l'exploit des guerriers Blancs à Gallipoli s'est ouverte à Koursk
Une exposition intitulée "Dieu est avec nous, que la Russie revive!" s'est ouverte le 28 septembre au séminaire de Koursk.

Elle a été préparée par le Fonds de la mémoire du mouvement Blanc et l'Union des anciens de Gallipoli -
Union des Descendants des Combattants Russes de Gallipoli. Il s'y agit de l'exploit des officiers et des soldats de l'Armée blanche et des membres de leurs familles, du clergé, des infirmières qui ont quitté la Russie en 1920 et se sont retrouvés dans des conditions extrêmement pénibles dans la presqu’île turque de Gallipoli.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Octobre 2019 à 15:27 | 0 commentaire | Permalien

La martyre Tatiana Grimblit, exécutée pour avoir apporté son aide à des détenus
Tatiana Grimblit (1903-1937)

C'est déjà en 1919, en pleine guerre civile, que Tatiana a commencé à secourir les malheureux arrêtés pour leur foi. Elle a perpétué son aide lors de la grande terreur et a été fusillée au polygone de Boutovo en 1937.

En 1920, alors âgée de 17 ans, elle devient orpheline de son père. La famine et le chaos régnaient en Russie. Tatiana, restée avec sa mère souffrante, devait gagner sa vie. Elle réussit à se faire embaucher monitrice dans une colonie pour jeunes sans-abris et orphelins. C'est là qu'elle voit pour la première fois ce qu'est la vie des détenus. Son salaire était très faible ce qui ne l'a pas empêché de consacrer presque tout son argent pour acheter de la nourriture et des effets aux détenus. Tatiana aidait aussi les prêtres que les autorités relâchaient. Elle les invitait, leur donnait à manger, de l'argent.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Octobre 2019 à 20:57 | 3 commentaires | Permalien

Le concile de l'Eglise grecque ne discutera pas du "problème ukrainien"
Le concile des évêques de l'Eglise de Grèce se réunira le 8 octobre prochain.

Selon une source "l'Eglise de Grèce a ajourné le débat sur le tomos consacré à la reconnaissance de l'autocéphalie de la nouvelle Eglise d'Ukraine. Nous sommes une Eglise peu nombreuse, il ne nous appartient pas de porter jugement à ce propos. Les divisions sont partout dans le monde orthodoxe. Notre concile se réunira probablement en février 2020. En attendant nous ne réagissons pas officiellement à ce qui se passe".

Source :Собор Элладской Церкви не будет обсуждать «украинский вопрос» Trad. PO

***
SUITE >>> 2000 clercs et laïcs de l’Église orthodoxe de Grèce demandent à leurs évêques de ne pas reconnaître la nouvelle Église autocéphale ukrainienne

Un appel adressé à l’archevêque d’Athènes et aux membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce, demandant que celle-ci s’abstienne de reconnaître la nouvelle Église d’Ukraine, a recueilli à ce jour 2000 signatures en Grèce, dont 100 prêtres, moines et moniales. Nous publions ci-dessous in extenso le texte intégral de cet appel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Octobre 2019 à 16:18 | 36 commentaires | Permalien

Les inédits slaves de l’Eglise russe en Occident
Archiprêtre Alexandre Winogradsky Frenkel, patriarcat de Jérusalem

Il y a quelque chose de pourri dans le domaine de la climatologie. Enfin, il est certain que ces canicules, ces incendies qui avalent les hectares à travers les continents, les îles grecques, la Sibérie, l’Europe continentale… Il y aurait comme un changement. Hier encore, la pluie était normale. Il pleuvait, oui, certes ,mais on connait bien le terrain. Le grand-père, les aïeux savaient quand il faut semer, récolter, engranger. Là, il y a comme un tournis à y perdre son latin. Enfin, c’est peut-être vrai pour un occidental du Sud. Mais allez reconnaître la géographie humaine ces temps derniers ! Non seulement, il n’y a plus de saison, mais, en plus, les gens migrent. Tout va si vite… trop vite sans doute.

Un feu s’empare des terres. Il court les forêts, détruit. Les tornades ,les bourrasques font voler des bâtiments que l’on croirait stable. Les glaces ont fondu au Groënland. Les inondations ont submergé le Néguev israélien et le désert d’Akaba, la mousson déracine les sols birmans et les typhons précipitent la disparition des îles du Pacifique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Octobre 2019 à 16:08 | -1 commentaire | Permalien

Père  Wladimir Yagello: Incertitudes pour notre diocèse en 2003
"Parlons d'orthodoxie" estime nécessaire de rappeler cette position du père Vladimir datant de 2003. Comme de nombreux clercs de l'Archevêché le père Vladimir faisait partie du "cercle Euloge" fondé par Monseigneur Serge Konovalov qui aspirait à s'unir avec la Mère Eglise. Le père Vladimir se rend souvent en Russie où il intervient dans les médias.

***
Avec quelques six mois de recul il est possible maintenant de revenir avec sérénité sur les idées exprimées par les uns et les autres en réaction à la lettre patriarcale du 2 avril 2003.

Il me semble que l'argumentation des détracteurs a révélé une incompréhension du message du patriarche sur le fond, ainsi qu'une haine profonde de l'Eglise russe, de la Russie, ainsi que de tout ce qui est russe en général, et en particulier de ceux qui au contraire ont une relation vivante avec la russité, fut-elle purement affective. Le patriarche propose au fond un projet somme toute logique.

Première étape - réunifier les juridictions russes qui n'en faisaient qu'une en 1922. Il est vain d'invoquer le phylétisme, qui n'a rien à voir dans cette affaire. On se demande d'ailleurs si ceux qui manient ce terme avec suffisance, savent de quoi ils parlent. Il serait opportun de rappeler les circonstances de la condamnation du phylétisme à Constantinople en 1872. Ce synode local condamnait non pas la russité, mais les bulgares qui avaient proclamé l'indépendance de leur exarchat national sans limites géographiques, tandis que les grecs eux-mêmes avaient déjà proclamé leur indépendance en 1833, avant de faire reconnaître l'autocéphalie de l'Eglise d'Hellade en 1850, alors que se posait déjà le problème de la survie du patriarcat de Constantinople.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Octobre 2019 à 12:52 | 7 commentaires | Permalien

L'Église en Ukraine doit-elle devenir autocéphale?

Oui 37.93%

Non 51.25%

Oui, mais pas maintenant 10.82%

3752 votants
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Octobre 2019 à 11:02 | 4 commentaires | Permalien

URSS : l’Eglise des Catacombes et la vie des croyants
Nous lisons dans un article rédigé sur l’Eglise des Catacombes et la vie des croyants en 1951 par un témoin : « Les fidèles préféraient entrer dans l’Eglise clandestine plutôt que de demeurer dans l’Eglise officielle»

Un jour ; me dit ce témoin, mon juge d’instruction me déclara : « Savez-vous que nous, tchékistes, nous sommes, comme votre Dieu, tout puissants et omnipotents, que nous connaissons tout, que nous sommes partout ! Et nous vus déclarons : « Là où deux ou trois sont réunis en Son nom nous sommes au milieu d’eux ! »

Malgré les terribles persécutions menées contre elle, l’Eglise des catacombes continue d’exister en Union Soviétique. Une de ses chapelles-refuges de Crimée était creusée sous une étable dans laquelle la vache du kolkhoze ruminait en paix. Sous terre, dans une sorte de cave humide et obscure, on avait installé le sanctuaire, muni de tous les objets nécessaires au culte.

Un groupe de quelques moines et prêtres, ayant à sa tête l’évêque M. dirigeait la petite colonie et se tenait en contact avec d’autres groupes des catacombes dispersés dans toute la Russie. Cette colonie était entourée
d’un tel secret que beaucoup de groupes clandestins religieux de la région l’ignoraient.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Septembre 2019 à 08:50 | 1 commentaire | Permalien

Sainte Sophie et ses trois filles, Foi, Espérance et Charité
A Rome, les saintes vierges Foi, Espérance et Charité, qui obtinrent la couronne du martyre sous l’empereur Adrien.

Ces trois Vierges étaient sœurs. Sainte Sophie, leur mère, qui est nommée sous le 30 septembre par le martyrologe romain, leur donna probablement les noms sous lesquels elles sont connues par dévotion et par amour des vertus théologales.

Les ménologes grecs donnent aux trois sœurs les noms de Pistis, Elpis et Agapé : ce sont trois mots grecs qui répondent aux mots français : foi, espérance et charité.

Il en est de même de Sophie qui signifie Sagesse. Aussi, croyons-nous volontiers que ces noms sont moins des noms propres que des noms appellatifs.
Rédigé par l'équipe rédaction le 30 Septembre 2019 à 06:00 | 30 commentaires | Permalien

La majorité des clercs de l'Archevêché ont rejoint l'Eglise orthodoxe russe
Communiqué du Bureau de l’Archevêque du 29 septembre 2019
L’assemblée pastorale de l’Archevêché des églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale du 28 septembre 2019 SUITE

Absolute majority of Russian Exarchate clerics in Europe join Moscow Patriarchate

Le 28 septembre 2019 s'est tenue une réunion du clergé de l'Archevêché. La majorité absolue des clercs avec à leur tête Mgr Jean de Doubna ont rejoint l'Eglise orthodoxe russe.

La réunion a adopté un message adressé à Sa Sainteté Cyrille. Le Saint Synode adoptera dès sa prochaine réunion la décision qui s'impose.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Septembre 2019 à 03:21 | 5 commentaires | Permalien

Le Saint Synode du Patriarcat de Moscou définira le 8 octobre 2019 le statut de l'Archevêché (ex Constantinople)
Le statut des paroisses de l'ex Exarchat de Constantinople qui ont rallié le 28 septembre le patriarcat de Moscou sera défini par le Saint Synode qui se réunira à la Laure Saint Serge.

Monseigneur Sabba Toutounov, vice-responsable de l'administration du patriarcat de Moscou, a dit:

"Le jour où nous commémorons Saint Serge de Radonezh aura lieu à la Laure la session d'automne du Saint Synode. Des décisions historiques devraient y être adoptées. Le Synode a l'intention de maintenir le statut spécifique de l'exarchat tel qu'il existe depuis sa fondation.

Le Patriarcat de Moscou propose à l'Archevêché de conserver ses traditions et ses statuts

Ce sera un archevêché, avec à sa tête Monseigneur Jean de Doubna, il ne sera pas fusionné avec notre exarchat en Europe, fondé fin 2018 et qui ne deviendra pas un diocèse à l'étranger.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Septembre 2019 à 11:11 | 4 commentaires | Permalien

Pèlerinage pour vénération  du Voile se l'Intercession de la Très -Sainte Mère de Dieu  dans la cathédrale de Chartres
Samedi le 12 octobre 2019

Avec la bénédiction de son Éminence Anthony, métropolite de Korsunsky et Europe occidentale , exarque patriarcal de L'EUROPE occidentale

POUR LA PREMIÈRE FOIS, LA LITURGIE SERA SERVIE DEVANT LA COUVERTURE DE LA MÈRE DE DIEU

Site PALOMNIK

PROGRAMME

7h00 Départ du bus du Temple des Trois Saints: 5, rue Pétel Paris 75015.

9h30 Liturgie devant le plateau de la Bienheureuse Vierge Marie

13h00 Repas fraternel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Septembre 2019 à 02:20 | 0 commentaire | Permalien

Soirée au profit de la paroisse de la Présentation de la Vierge au Temple à Paris
Le vendredi 4 octobre prochain est organisé une soirée russe dans l’Eglise Notre-Dame du Rosaire (194 rue Raymond Losserand 75014 Paris) au profit de la paroisse de la Présentation de la Vierge au Temple

Buffet russe et moldave – vente artisanale
Ouverture du buffet : 19h
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Septembre 2019 à 18:10 | 0 commentaire | Permalien

  Exaltation de la Croix vivifiante
Dans les Eglises orthodoxes, nous célébrons chaque année l’Exaltation de la Croix.

Pour les disciples du Christ et les chrétiens des premiers siècles, la mort de Jésus sur la Croix restait un souvenir douloureux, la crucifixion étant considérée comme une mort déshonorante réservée aux esclaves.

D’après la tradition, sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin, découvrit au IVe siècle trois croix enfouies au Golgotha où fut crucifié N.-S. Jésus-Christ. On identifia la Croix parce qu’elle se trouvait au milieu des deux autres (celles des deux larrons), qu’elle portait l’inscription : Jésus de Nazareth, roi des Juifs et qu’elle fut à l’origine de nombreux miracles.

Historiquement, dans la basilique du Saint-Sépulcre, construite à Jérusalem par ordre de Constantin, une cérémonie avait lieu le 14 septembre dès 347, au cours de laquelle on vénérait une relique considérée comme le bois de la Croix. Ce jour-là, l’évêque " exaltait ", c’est à dire élevait la Croix avec solennité devant le peuple. Aujourd’hui encore, l’évêque reproduit ce même geste liturgique au cours de la Fête.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Septembre 2019 à 09:00 | 5 commentaires | Permalien

Qu’il est pénible, désolant, affligeant de subir, depuis l’automne dernier, l’agonie de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale, tel que nous l’avons connu et aimé.

Nous sommes des spectateurs ébahis, écœurés

En Suisse, on pourrait dire que cela ne nous concerne pas, puisqu’il ne s’y trouve pas de paroisses de l’Archevêché. Mais «quand un membre souffre, tous partagent sa souffrance» (1 Corinthiens 12,26). A titre personnel, je ne puis être indifférent. En 1956, rue Daru, je suis entré pour la première fois dans une église orthodoxe

En 1981, j’ai été reçu dans l’Eglise orthodoxe par le père Jean Renneteau, alors recteur de la Paroisse orthodoxe francophone de Chambésy. Avec lui, et avec des frères et sœurs orthodoxes venus d’au moins dix juridictions, nous avons fondé en 1982 la première paroisse orthodoxe à Fribourg. Dans la Métropole de Suisse du Patriarcat œcuménique, coexistant avec des paroisses de style grec, nous avons pu nous inspirer plutôt du style russe et développer une vie paroissiale dans une grande liberté, respectant la composition de la paroisse, avec sa diversité de langues et de cultures; elle avait des particularités qui lui donnaient un beau visage. Ce fut une magnifique aventure. A qui me demandait alors ce qu’est l’Eglise orthodoxe, j’osais dire : Venez et voyez! En ce temps-là, j’ai travaillé avec le père Jean. Plus tard, j’ai salué Mgr Jean de Charioupolis. Et maintenant je dois dire à Mgr Jean de Doubna : Que ces titres ne changent rien à votre identité de baptisé!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Septembre 2019 à 10:36 | 9 commentaires | Permalien

Communiqué du Bureau de l’Archevêque du 25 septembre 2019
Sur la situation de notre Archevêché en droit

Plusieurs contributions, émises « à titre privé », circulent à l’heure actuelle visant à décourager les clercs de notre Archevêché de participer à l’assemblée pastorale du 28 septembre prochain aux motifs que Monseigneur Jean n’aurait plus qualité pour présider l’Archevêché.

Ces interventions mélangent habilement les notions juridiques et ecclésiales. Elles font de très nombreuses approximations sur les statuts qu’elles qualifient volontiers de « loi fondamentale » pour mieux pouvoir les contourner :

1) Le Conseil de l’Archevêché (CA) n’est pas co-décisionnaire suivant les statuts : c’est « l’Archevêque, assisté du Conseil Episcopal et du CA, qui dispose de la plénitude du pouvoir en matière d’enseignement doctrinal et moral, d’administration et de gestion, de vie liturgique et de ministère pastoral » (article 39). Il n’y a donc pas de « co-responsabilité pastorale » du CA au sens de nos statuts. Les mots ont un sens.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Septembre 2019 à 10:10 | -3 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 286


Recherche

Sondage
Approuvez-vous la décision de l'archevêque Jean Renneteau et de la majorité du clergé de l'archevêché "de la rue Daru" de rejoindre le patriarcat de Moscou?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile