Une nouvelle paroisse de l'Eglise orthodoxe russe à Västerås, en Suède
Le père Alexandre Volkov, secrétaire de presse du patriarche Cyrille, a annoncé, lors de la visite de Sa Sainteté à Strasbourg: "L'Eglise orthodoxe russe a l'intention de continuer à augmenter le nombre de ses paroisses en Europe occidentale. Nos fidèles souhaitent que cela se fasse, c'est là l'un des principaux objectifs de notre Eglise".

Il ne s'agit pas seulement d'un souhait des ressortissants russes, c'est aussi ce que veulent les Moldaves, les Ukrainiens et les Biélorusses. Autant que nous le sachions les autres Eglises orthodoxes n'ont pas ces dernières années inauguré de nouvelles paroisses en Europe occidentale.

Actuellement plusieurs églises de l'EOR s'y trouvent en chantier, en particulier à Limassol (Chypre) et Västerås (Suède).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juin 2019 à 18:05 | 1 commentaire | Permalien

LA COOPERATION ÉGLISE-ÉTAT DANS L'ORTHODOXIE
V. Golovanow

Ouvrant la Conférence internationale sur "les relations entre l’État et les confessions religieuses dans l’Union européenne", qui se déroulait au palais patriarcal de Bucarest, le 7 juin, le patriarche de Roumanie Daniel a prononcé un intéressant discours intitulé: « l’importance de la coopération Église-État dans le contexte européen ».

DES SITUATION TRES DIFFERENTES DANS DIFFERENTS ETATS DE L'UE

Rappelant que «L’Union Européenne respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les Églises et les associations ou communautés religieuses dans les États membres … et maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations »(1), le patriarche Daniel indique que les relation entre les communautés religieuses et l’autorité politique varient dans les États membres de l’Union européenne depuis la séparation radicale jusqu’à une quasi-identification entre une communauté religieuse particulière et un État, et il souligne que l’Union européenne se propose d’engager un dialogue avec les confessions religieuses de telle façon à ce qu’elles puissent exprimer leur contribution spécifique à la construction européenne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juin 2019 à 10:36 | 0 commentaire | Permalien

Un livre de Xenia Krivochéine: « Coupoles dorées dans le ciel de Paris »
Ce livre est le premier consacré à la construction et à la bénédiction à Paris de la cathédrale de la Sainte Trinité (diocèse de Chersonèse, PM). La décision de mettre en œuvre ce projet avait été prise en avril 2007, lors de la visite d’Etat de S. S. le patriarche Alexis II.

En 2016 le patriarche Cyrille a béni la cathédrale de la Sainte Trinité. Le livre raconte l’histoire difficile de ce chantier: des milieux fort différents allant de certains groupes orthodoxes et jusqu’aux laïcs ont tenté de faire obstacle à ce projet. Le projet architectural lui-même a été l’objet de nombreuses attaques et discutions.

L’auteur expose l’histoire de l’orthodoxie de tradition russe en France, il rappelle les temps difficiles qu’a eu à vivre le diocèse de Chersonèse après 1932 ainsi que les relations plus que compliquées avec l’Archevêché de la rue Daru. Au sommaire de l’ouvrage un texte important de Séraphin Rehbinder, président de l’OLTR, ainsi qu’un rappel historique du métropolite Antoine de Surozh.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Juin 2019 à 19:56 | 4 commentaires | Permalien

Le père Maxime Politov, secrétaire de l’Administration diocésaine a pris part aux festivités à l’occasion de la fête nationale de la Russie
Le 12 juin 2019, avec la bénédiction de l’Exarque du Patriarche en l’Europe occidentale, le secrétaire de l’Administration diocésaine le père Maxime Politov a pris part aux festivités solennelles organisées dans les murs de l'ambassade de la Russie à Paris à l’occasion de la fête nationale de la Russie.

Le secrétaire du diocèse a eu l'occasion de transmettre les félicitations du Mgr Antoine, le métropolite de Chersonèse et d’Europe Occidentale, adressées à Son Excellence Alexey Yourievitch Mechkov, ambassadeur extraordainaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie en France.

De nombreux invités et amis de divers pays ont également pris part aux cérémonies officielles.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2019 à 15:51 | 0 commentaire | Permalien

Hiéromoine Gabriel (Bunge): La réconciliation des Eglises, une vision personnelle
La revue « Neskoutchny Sad » (journaliste Anna Paltcheva) a obtenu un entretien avec le père Gabriel Bunge (1)

- NS. Vous vous êtes converti à l’orthodoxie, ceci à un âge fort avancé. Il n’est pas fréquent que de telles décisions soient prises aussi tard dans la vie. Votre conversion a eu lieu à Moscou, fin août dernier. Elle a suscité de grands remous parmi les catholiques. Vous avez dit que cette décision avait mûri en vous pendant toute votre vie. Vous êtes un théologien, un patrologue connu, un ermite. Racontez-nous cette évolution.

- GB. Dès ma naissance je me suis heurté au drame de la division de la chrétienté : mon père était protestant, ma mère catholique. J’ai été baptisé dans l’Eglise de Rome. A l’âge de 21 ans j’ai décidé d’entrer dans les ordres mais mon père s’y est opposé. J’étudiais alors à la faculté de philosophie et je suis allé passer deux mois en Grèce avec des camarades.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 12 Juin 2019 à 13:20 | 15 commentaires | Permalien

Le 3 juin, Philarète Denisenko, "patriarche (sic)" du "Patriarcat de Kiev" (PK) et "Patriarche honoraire" de "l'église orthodoxe d'Ukraine" (EOU [Schismatique]), a rencontré les recteurs des paroisses du diocèse de Kiev de l'EOU, où la possibilité de réunir un concile local du PK a fait l'objet de discussions.

Aujourd'hui, au forum "Pour l'Église orthodoxe ukrainienne ! Pour le Patriarcat de Kiev" , Philarète a annoncé qu'un concile local du PK se tiendra en effet, le 20 Juin, rapporte BBC News Ukraine.

Philarète a donc l'intention de restaurer complètement le PK qu'il avait nominalement accepté de liquider le 15 décembre avant le début du "concile d'unification" qui a créé l'EOUà partir du PK et de l'"Église orthodoxe autocéphale ukrainienne" (EOAU).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2019 à 13:01 | 2 commentaires | Permalien

UNE ANCIENNE PROCESSION RESSUSCITÉE EN RUSSIE
V.Golovanow

L'une des plus imposante se déroule actuellement, du 3 au 8 juin dans le diocèse Viatka (950 km à l'est de Moscou, aux pieds des monts Oural): 27 000 personnes, d'après la police, sont parties de la cathédrale de la Dormition de Kirov (anciennement Viatka) pour rejoindre le village de Velikoretskoye, sur la rivière Velikaya (160 km aller-retour, voir photo.)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juin 2019 à 16:31 | 1 commentaire | Permalien

Pere Anton Odaysky: Saint Luc de Crimée "L'EXPLOIT DE TOUTE UNE VIE"
Les 18 mars et 11 juin nous commémorons Saint Luc de Crimée, archevêque de Simferopol né Valentin Felixovitch Voïno-Iassenetski

Collection Cerf Patrimoines

Saint Luc de Crimée (Voïno-Iassenetski) : un médecin qui soignait des gens ordinaires, parmi lesquels beaucoup peuvent encore témoigner ; un professeur qui donnait des cours à des étudiants aujourd'hui devenus médecins.

Un détenu politique qui connut l'exil, la prison, les tortures et fut lauréat du prix Staline. Un chirurgien et un prêcheur de talent, qui parfois hésitait entre ces deux vocations, médicale et sacerdotale.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il envoie un télégramme personnel au Président du præsidium du Soviet suprême Mikhaïl Kalinine, dans lequel il demande à pouvoir soigner les soldats blessés au combat et il se dit prêt à repartir en exil à la fin de la guerre.

Un chrétien doué d'une énorme force de volonté, d'honnêteté, de foi intrépide, et qui cependant n'évita pas de sérieuses erreurs sur son chemin. Un être pleinement humain. Un pasteur. Un savant. Un saint.

L'archevêque Luc a été canonisé en 2000.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juin 2019 à 16:27 | 2 commentaires | Permalien

Mgr Antoine, archevêque de Vienne et de Budapest, est nommé chef de l'Exarchat patriarcal en Europe Occidentale
L'archevêque Antoine de Chersonèse et d'Europe Occidentale à été élevé à la dignité de métropolite

Les membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe, réunis le 30 mai 2019 à Saint-Pétersbourg, ont débattu, entre autres, la question de la nomination des évêques pour les diocèses si situant à l’étranger /procès-verbal N°49/.

Il a été décidé que Mgr Jean, métropolite de Chersonèse et d’Europe Occidentale, quitte sa chaire ainsi que la fonction de l’Exarque du Patriarche en Europe Occidentale suite à sa nouvelle nomination en qualité du métropolite de Vienne et de Budapest.

L’Exarchat patriarcal et le diocèse de Chersonèse et d’Europe Occidentale seront désormais dirigés par Mgr Antoine, l’archevêque Vienne et de Budapest. Mgr Antoine conservera l’administration des établissements du Patriarcat de Moscou à l’étranger ainsi que la gestion temporaire des paroisses de l’Église orthodoxe russe en République italienne.

BIOGRAPHIE de Monseigneur ANTOINE (Sevryuk), métropolite de Chersonèse et d'Europe occidentale
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juin 2019 à 21:00 | Permalien

Le Patriarcat de Constantinople a publié le 9 mars 2019, sur son site officiel, une lettre de Sa Sainteté le patriarche Bartholomée de Constantinople à Sa Béatitude l’archevêque Anastase d’Albanie, réponse à la lettre de ce dernier sur la question ukrainienne.

Le contenu de la lettre du patriarche Bartholomée justifie l’octroi non canonique d’une prétendue autocéphalie à des schismatiques en Ukraine, par le Patriarcat de Constantinople, ce qui touche directement l’Église russe. Afin de justifier son ingérence dans les affaires de celle-ci, le patriarche Bartholomée développe une théorie des droits exclusifs des patriarches de Constantinople dans l’Église orthodoxe, à l’explication de laquelle est consacrée la lettre au primat de l’Église albanaise.

Les membres et les experts de la Commission synodale biblique et théologique ont étudié les principales thèses de l’argumentation du patriarche Bartholomée. Ses principales conclusions sont reproduites ci-après.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juin 2019 à 16:36 | 1 commentaire | Permalien

D'où vient la doctrine de la primauté de Phanar dans le monde orthodoxe ?
Photo: Métropolite Zizioulas et son "patriarche"

Alexis Smirnov

Faut-il rappeler que Jean Zizioulas, était un des artisans de la tentative avortée de célébration commune entre le pape catholique romain et le "patriarche" d'Istanbul, pour faire l'union entre les deux églises!

En tant que théologien grec, John Zizioulas tente de justifier les prétentions papales du patriarche Bartholomée.
Les actions anti-canoniques du patriarche Bartholomée en Ukraine ont provoqué la plus grande crise de l’église orthodoxe depuis le schisme de 1054.

Et le problème ne réside pas uniquement dans l’intervention d’une église locale dans les affaires d’une autre, ni dans le différend portant sur un territoire canonique. De telles choses sont déjà arrivées. Et la rupture de la communion eucharistique n’est pas nouvelle. Ce fut le cas entre les églises d'Antioche et de Jérusalem, entre celles de Jérusalem et de Roumanie etc.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juin 2019 à 09:52 | 5 commentaires | Permalien

7ème dimanche de Pâques: Saints Pères du Premier Concile Œcuménique
Après-fête de l'Ascension

Le premier Concile œcuménique est celui qui a eu lieu à Nicée en 325. Nicée se trouve dans la Turquie actuelle. Ce concile dont la première séance a eu lieu le 20 mai a été présidé par l’évêque Ossius de Cordoue. L’empereur Constantin était également présent à l’ouverture du concile.

La première chose qui pouvait frapper était les séquelles des persécutions (qui avaient alors cessé) sur les corps de la plupart des participants. En effet certains avaient subi des amputations, d’autres avaient des corps déformés ou bien tout simplement ils portaient les traces des coups de fouet, des blessures et des coups qu’ils avaient subi pour témoigner de la Foi vivante qu’ils ont affermi à Nicée.

Cette foi qui était gravée dans leurs cœurs et leurs intellects et écrite sur leurs corps. Et il n’est caché à personne que ces souffrances accompagnent les saints martyrs (en tout temps). Ainsi le diacre Athanase qui accompagnait l’évêque d’Alexandrie (et qui devait devenir le héros du concile de Nicée) a subi plus tard par cinq fois l’exil de la ville d’Alexandrie dont il devait devenir évêque.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Juin 2019 à 09:56 | -1 commentaire | Permalien

 Saint Jean le Russe (1690-1730)
Le 9 juin l’Eglise orthodoxe russe commémore Saint Jean le Russe qui, étant un tout jeune soldat de l’armée de Pierre le Grand, a été fait prisonnier par les Turcs, vendu en esclavage et a passé le reste de ses jours loin de son pays. Il a dû énormément souffrir mais l’espoir ne l’a jamais abandonné.

Il guérissait les malades et secourait ceux qui s’étaient égarés, il sauvait les marins du naufrage et protégeait les innocents des jugements iniques. Le saint protège tout particulièrement les enfants. Loin de la Russie ce guerrier russe a conquis les cœurs de tous ceux qui l’entouraient par sa bonté, sa patience, les nombreux miracles qu’il a accomplis.

Notre Saint père Jean naquit dans un village de Petite-Russie, et grandit dans la piété et l'amour des Saintes vertus.

Parvenu à l'âge adulte au temps de la guerre russo-turque (1672-1681), il fut enrôlé dans l'armée du tsar.

Capturé par les Tatares il fut vendu à un Turc, officier de cavalerie, qui l'emmena dans sa patrie, Prokopion, en Cappadoce.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Juin 2019 à 09:55 | 2 commentaires | Permalien

MUTATION STRUCTURELLE DE L’ORTHODOXIE RUSSE EN FRANÇE
V. Golovanow

Les structures de l’orthodoxie russe en France sont profondément remodelées depuis le début de la crise opposant les patriarcats de Moscou et Constantinople: L'ARCHEVÊCHÉ DE ÉGLISES RUSSES EN EUROPE OCCIDENTALE se cherche et LE PATRIARCAT DE MOSCOU nomme un nouveau métropolite à Paris.

Deux articles de Pierre Sautreuil (1) publiés dans "La Croix" le 8 janvier et le 5 juin 2019 donnent un éclairage intéressant sur une situation qui est loin d'être dénouée.

CRISE OUVERTE PAR CONSTANTINOPLE

Alors que les Patriarcats de Moscou et de Constantinople se déchirent autour de la reconnaissance de l’Église de Kiev, l’Église décidant une rupture de communion le 15 octobre, "le Patriarcat de Constantinople ouvrait le bal /à Paris/ le 28 novembre 2018, écrit le journaliste, en décidant le rattachement des paroisses de l'Archevêché "de Daru" aux métropoles du patriarcat de Constantinople dans les pays où elles se trouvent (2).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Juin 2019 à 09:45 | 93 commentaires | Permalien

Saint Jean Baptiste
Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth. Il l'a baptisé sur les bords du Jourdain, laissant certains de ses disciples se joindre à lui. Précurseur du Messie, il est donc présenté dans les synoptiques comme partageant beaucoup de traits avec le prophète Élie, ce qu'il n'est pas dans l'Évangile selon Jean

par Xenia Krivocheine

L'histoire de la tête de Saint Jean Baptiste à Amiens est riche en péripéties tragiques, elle s'étale sur plusieurs siècles. Au cours des deux derniers millénaires elle a à plusieurs reprises disparu pour resurgir à nouveau. L'infâme Hérodiade avait enseveli la tête de saint Jean dans son verger tandis qu'elle rendit son corps aux disciples du martyr.

Des flots de pèlerins se mirent à affluer en Terre Sainte pour y vénérer la Sainte Croix et le Saint Sépulcre sous le règne de l'empereur Constantin et de sa mère Hélène. Une fois deux moines venus en pèlerinage virent en songe l'endroit où reposait la tête de St Jean.

Effectivement, les deux frères découvrirent la relique dans l'ancien verger du roi Hérode. Ils mirent la tête dans un sac et s'en allèrent à la recherche d'un travail. Chemin faisant un troisième compagnon se joignit à eux, c'était un potier. Fatigués de porter leur fardeau les deux moines le lui confièrent et ordonnèrent de ne pas essayer de regarder le contenu du sac.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Juin 2019 à 09:00 | 21 commentaires | Permalien

  LE MYSTÈRE DE L’ASCENSION
Père Vladimir Zelinsky, patriarcat de Constantinople, Italie

«  Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes », dit Jésus (Gn 12,32). Il part avec une promesse, enracinée dans la mémoire de son séjour sur la terre. La promesse et la mémoire s’unissent, remplissent notre temps.

Ce temps est « évangélisé » désormais, il est comblé par une vie une fois vécue. Cette vie continue en nous ici et maintenant.

Or, irréversiblement elle appartient au passé, la Révélation de Dieu est close dans l’histoire, fermée dans les circonstances, dans les mots, dans les événements qui ne se produiront plus.

La parole de Dieu est mise tout entière en un personnage historique, dans ce qu’il a dit, dans ce qu’il a fait.

Mais l’Homme de Nazareth n’habite plus à Nazareth et ne célèbre pas la Pâque à Jérusalem. Or, sa Résurrection est célébrée sur toute la terre, et la création entière lui sert une habitation.

Nous reconnaissons Jésus dans « les plus petits de ses frères » : pauvres, torturés, tués. Son visage apparaît aussi dans les yeux de l’enfant qui vient au monde, dans chaque créature appelée à la vie par l’amour du Créateur. Clouée dans un petit coin de l’histoire humaine, Dieu se révèle partout, et sa brève existence terrestre est élargie à tout ce qui existe et passe à travers le temps.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Juin 2019 à 15:47 | 5 commentaires | Permalien

Notre vénérable père Syméon le Stylite (c. 390-459)
Notre vénérable père Syméon le Stylite ou Siméon, appelé aussi "l'Ancien" ou "le Grand" (c. 390-459) a été un moine qui a vécu en Syrie

Syméon est né dans une famille de bergers, dans le village Sisan de Syrie. Quand il était jeune, il a été très ému après avoir entendu les Béatitudes et décida d’entrer dans un monastère. Sa passion pour l’ascèse et le jeûne s’agrandit rapidement.


Le supérieur du monastère lui demande de quitter le monastère en raison de sa stricte ascèse, en craignant que d’autres frères auraient pu essayer d’imiter son jeûne très sévère. Syméon s’en va pour vivre pour un certaine période dans un puits vide, près des montagnes. Les moines le recherchent et lui demandent de rentrer au monastère, mais il les abandonne bientôt pour continuer ses efforts ascétiques.

Gabriel Matzneff: Sainte Geneviève et saint Syméon - ces liens entre l'Église de France et l'Église de Syrie

Des foules accourent à lui pour être guéris et pour entendre ses conseils sur la foi chrétienne, mais Syméon, pour les éviter, monte sur une colonne et commence à vivre là dans une petite cellule, en s’adonnant toujours à la prière et au jeûne. Il priait, assis ou debout, continuellement pendant des semaines.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 6 Juin 2019 à 07:42 | 0 commentaire | Permalien

Des spéculations, des excès et des mensonges purs et simples dans un entretien avec le Patriarche de Constantinople.

Il y a quelques jours, le patriarche Bartholomée de Constantinople a accordé une interview à l'agence de presse bulgare BGNES, qui a été publiée en Ukraine sous sa forme la plus complète par Glavcom).

Dans cette interview plutôt compacte, il y a tellement de mensonges qu'il est temps de poser une question : pourquoi Sa Sainteté s'exposerait-il si ouvertement comme s'il mentait comme si, pour parler franchement, il mentait comme un arracheur de dents?

Gardons le silence sur le commandement de Dieu "ne portez pas de faux témoignage". Mais après tout, les gens modernes sont très instruits : ils peuvent ouvrir l'Internet et tout vérifier en une fraction de seconde... Pourquoi le patriarche se déshonorerait-il autant ? Peut-être qu'il est acculé dans un coin ? Ou bien ouvre-t-il plutôt la "fenêtre d’Overton" [1]?

Le titre même de l'interview (dans la version de Glavcom) montre clairement le contraire : "La présence du Patriarcat de Moscou nuit aux intérêts de la nation ukrainienne".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Juin 2019 à 10:43 | 1 commentaire | Permalien

Fête de l’Ascension : le chemin extraordinaire d’une icône rare par son nom et exceptionnelle par son histoire
Anne Khoudokormoff-Kotschoubey

Bientôt nous serons dans la joie extrême d’une fête qui, à part son icône spécifique et traditionnelle de ce jour de l’Ascension, en a une autre, encore peu connue, dont l’appellation porte le nom du Kondakion du jour: « «Аз есть с вами и никто же на вы» (« Je suis toujours avec vous et personne à jamais ne peut rien contre vous »).

Quelle est cette icône ? D’où vient-elle ? Quelle est son histoire ?

Cette icône, un peu « fade » par sa représentation et couleurs, a vu le jour en Russie, dans un célèbre monastère appelé saint Jean-Baptiste, situé à Leouchino, près du village de Miaksa, au nord de Moscou. A l’heure actuelle ce monastère n’existe plus. Il se trouve sous eau ayant été totalement submergé, comme tant d’autres, par la construction d’un gigantesque barrage sur la Volga, construit dans les années 1940, ayant provoqué des inondations impitoyables pour l’homme, son habitat, ses œuvres (monastères, églises) et la nature environnante. Cet endroit devenu un immense lac artificiel (connu sous le nom de lac de Rybinsk) est visité sans cesse à présent par des descendants de cette contrée qui viennent sur les bords de cette vaste étendue d’eau se rappeler leurs parents disparus et/ou leurs domaines noyés.
Rédigé par Anne Khoudokormoff-Kotschoubey le 5 Juin 2019 à 09:36 | 14 commentaires | Permalien

Les relations entre l’Eglise catholique romaine et l’Eglise orthodoxe russe suivent une évolution positive
PHOTO DU JOUR DU "HAVANA TIME": L'ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE DE LA HAVANE

La "photo du jour" du périodique anglophone "Havana Time" le 31 mai 2019 représente l'Église orthodoxe russe dédiée à l'icône de Notre-Dame de Kazan, dont les cinq coupoles dorées se dressent au bord de la mer, dans le quartier historique de la Vieille Havane.

Elle avait été inaugurée le 19 octobre 2008 par le président cubain Raul Castro et le métropolite Cyrille, actuel patriarche de Moscou. L'ambassadeur russe à Cuba avait souligné que l'église était destinée aux "milliers de Russes vivant à La Havane et de touristes russes visitant le pays"; il y aurait de fait environ 3 000 Russes résidant à Cuba, la plupart des femmes ayant épousé des Cubains à l'époque soviétique, auxquels s'ajoutent chaque année plus de 15 000 touristes.

À proximité se trouve l'église grecque de Saint Nicolas, première église orthodoxe construite sur l'île communiste qui avait été inaugurée en 2004 par le Patriarche de Constantinople Bartholomée en présence de Fidel Castro
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juin 2019 à 14:06 | 5 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 280


Recherche

Sondage
L'Église en Ukraine doit-elle devenir autocéphale?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile