Seize superbes sites orthodoxes russes situés hors de Russie
Disséminées dans le monde entier, les églises orthodoxes russes ne sont pas seulement des lieux de prière, mais aussi une occasion parfaite de se familiariser avec la culture et l'histoire russes.

1. Cathédrale de la Protection-de-la-Très-Sainte-Mère-de-Dieu /Melbourne, Australie/

Plus de 4 000 membres sont enregistrés dans la congrégation rattachée à cette cathédrale. Outre les immigrants russes de Melbourne, les fidèles d'autres églises orthodoxes (Grecs, Macédoniens, Serbes et Bulgares) assistent également régulièrement à ses services. Appartient à l'Eglise russe EORHF - sous la juridiction de ’Église orthodoxe russe hors frontière.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Août 2020 à 15:24 | 1 commentaire | Permalien

Saint Basile le Bienheureux Fol-en-Christ et Thaumaturge  de Moscou ( XV-XVI siècle)
Basile le Bienheureux, le plus célèbre des Saints Fous qui fleurirent en Russie, naquit en 1469 à Élokhov, village proche de Moscou, de pieux paysans, Jacques et Anne. On situe son trépas en 1551, ou le 2 août 1552 ou en 1557, à Moscou. Il fut canonisé vers 1580

Confié dès son enfance comme apprenti à un cordonnier, il menait une vie ascétique, priait constamment et manifesta dès lors les premiers signes de la grâce divine. Alors qu'il était âgé de seize ans, il se moqua un jour d'un marchand qui venait de commander une grande quantité de bottes neuves. Le client parti, son patron lui demanda avec insistance la raison de sa conduite. Le jeune garçon lui répondit qu'il était étrange de commander des bottes, en quantité suffisante pour de nombreuses années, alors que cet homme allait mourir le lendemain. Sa prophétie s'étant réalisée, Basile ne voulut plus rester chez son maître ni retourner chez ses parents, et il partit pour Moscou.

Perdu dans la foule tumultueuse de la cité, il embrassa l'ascèse de la folie simulée, de manière à communier pleinement à la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ tout en restant à l'abri des honneurs des hommes. N'ayant pas de domicile fixe, et pas même de cahute pour reposer sa tête, il vivait presque nu dans les rues et sur les places publiques, passait ses nuits en prière sous le porche des églises, et gardait au milieu de la foule un silence aussi parfait que les ermites au fond des déserts.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Août 2020 à 12:43 | 0 commentaire | Permalien

Archimandrite Philippe (Vasiltsev): "Dans cette situation, ils n'étaient pas censés rester en vie, mais le Seigneur les a sauvés"
L'archimandrite Philippe (Vasiltsev), recteur du métochion de l'Église orthodoxe russe à Beyrouth a parlé de ce qui se passe dans cette ville, après la terrible explosion du 4 août 2020, qui a détruit plusieurs pâtés de maisons près du port et causé de graves destructions dans d'autres quartiers, selon le site "Paroisses " .

Selon le prêtre, aucun des paroissiens permanents du métochion n'est mort dans l'explosion, il n’y a eu aucun blessé grave. Quant à la diaspora russophone du Liban, qui compte environ 50 000 personnes, des informations complètes sur les victimes seront publiées plus tard.

«Malheureusement, plusieurs familles de nos paroissiens qui vivent à Achrafieh (c'est un quartier orthodoxe de la ville, il est situé non loin du port et donc beaucoup souffert), ont perdu leurs maisons, ils n'ont plus d'abri. Par conséquent, nous devrons réfléchir très sérieusement à la manière de soutenir financièrement ces personnes qui se retrouvent, pourrait-on dire, dans la rue », a déclaré le père Philippe.

Il a noté que le 6 août, une prière d'action de grâce pour la délivrance du danger mortel sera célébrée dans l'église Saint Jean-Baptiste
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Août 2020 à 08:37 | 2 commentaires | Permalien

Le carême de la Dormition
Le carême de la Dormition débute le 14 août et se termine le 28 août.

Il précède la dernière des douze grande fête de l'année liturgique – la Dormition de la très sainte Mère de Dieu

Les Règles du carême précise que durant tout le carême, il est interdit de manger du poisson, exception faite de la fête de la Transfiguration (19 août). Les samedis et dimanches il est de coutume de consommer de la nourriture cuite accompagnée d'huile végétale est autorisée, les mardis et jeudis – sans huile végétale et les lundis, mercredis et vendredis – que de la nourriture sèche. Le carême de la Dormition dure deux semaines , mais la sévérité de son ascèse est comparable au grand carême.

La bénédiction du nouveau miel qui a lieu traditionnellement le premier jour du Carême de la Dormition. Source
Rédigé par l'équipe de rédaction le 14 Août 2020 à 15:16 | 4 commentaires | Permalien

Les trois Sauveurs: miel, pommes, pain
"Pour moi, Dieu me garde de trouver ma fierté autre part que dans la Croix de notre Seigneur Jésus Christ." Galates (6.14)

Les trois Sauveurs

Août est un mois particulièrement festif: outre "la Dormition" (15/28 août), bien connue et largement célébrée, il n'y a pas une mais trois fêtes du Christ: "la Procession de la Sainte et Vivifiante Croix à Constantinople " le 1/14 Août, , "la Transfiguration" le 6/19 Août, la seule des trois qui soit bien connue, et la fête "de l'icône de la face du Christ non faite de main d'homme" le 16/29 Août.

En Russie ces trois fêtes sont donc appelées respectivement "Premier Sauveur", "Deuxième Sauveur" et "Troisième Sauveur".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Août 2020 à 13:45 | 0 commentaire | Permalien

Le saint métropolite Benjamin de Pétrograd
Nous commémorons aujourd'hui, 13 août, l'un des premiers martyrs de la terreur athée qui a suivi le coup d'État d'octobre 1917. Sont également commémorés l'archevêque Serge ainsi que Georges et Jean qui ont partagé ses souffrances.

Le métropolite Benjamin connu pour son zèle pastoral, tout spécialement à l'égard des populations ouvrières, fut élu pour le siège de Pétrograd (actuellement Saint-Pétersbourg) en 1917.

Il entreprit aussitôt une réforme des paroisses et s'efforça de libérer l'Église de toute implication dans les affaires politiques. Sa parole, simple et spirituelle, attirait les foules dans les églises où il célébrait, et malgré sa haute charge, il continuait de visiter les pauvres et les ouvriers.

Lors de la famine de 1921, conséquence de la Révolution d'octobre et de la guerre civile, qui fit plus de six millions de victimes, le Métropolite n'hésita pas à livrer à l'État tous les biens de l'Église, à condition qu'ils restent un don délibéré, sévèrement contrôlé par le Clergé et les fidèles.

Les bolcheviques semblèrent alors devenir plus conciliants; mais la position intransigeante du Métropolite contre le mouvement de l "Église Vivante", qui avait pour but le démembrement de l'Église et de la Tradition, raviva leur haine.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 13 Août 2020 à 15:00 | 4 commentaires | Permalien

LE PROTOPRESBYTRE  BORIS BOBRINSKOY EST DÉCÉDÉ
Le père Boris est décédé dans sa 95e année + Mémoire éternelle!

Les funérailles du père Boris Bobrinskoy seront célébrées le mardi 11 août au monastère Notre-Dame de Toute Protection à Bussy en Othe. La divine Liturgie aura lieu à 8h30 et l’office des funérailles suivi de la mise en terre débutera à 11h

Une délégation de l’Archevêché aux obsèques de père Boris Bobrinskoy

Christophe Levalois

Je viens d'apprendre le décès, durant la nuit du 6 au 7 août, du père Boris Bobrinskoy (1925-2020), grande figure de l'orthodoxie en France, qui fut professeur (plus de 50 ans) et doyen à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et l'auteur de plusieurs ouvrages de théologie. Il fut pendant très longtemps le recteur de la paroisse de la Sainte-Trinité à Paris (crypte de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky), de 1968 à 2009. Mémoire éternelle !

Un entretien <25:04> avec P. Boris Bobrinskoy, réalisé 2013, dans lequel il évoque sa vie

Dans le calendrier julien, le 6 août (pour le calendrier grégorien) correspond au 24 juillet, fête des saints Boris et Gleb.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Août 2020 à 09:56 | 2 commentaires | Permalien

Saint Jean le Guerrier ( IV ème siècle )
Pendant la période des persécutions contre les chrétiens, Jean le Guerrier a servi dans l'armée de l'empereur romain Julien l'Apostat (361-363) et a été contraint de prendre part à la persécution. Néanmoins, il a aidé les chrétiens, les avertissant d'une nouvelle rafle ou, facilitant leur évasion, a rendu visite à des frères emprisonnés dans des cachots. Saint Jean était miséricordieux non seulement envers les chrétiens, mais aussi envers tous ceux qui étaient dans le besoin et qui avaient besoin de compassion: il visitait les malades, consolait lee éplorés.

En apprenant le soutien que Jean le Guerrier apportait aux chrétiens, l'empereur ordonna de l’ emprisonner. Le martyr était dans l’ attente d'être exécuté. Mais en 363, l' empereur mourut lors d’une bataille avec les Perses à Marang, et Jean le Guerrier fut libéré.

La date exacte de la mort du saint est inconnue, mais il est décédé dans une extrême vieillesse. Selon la légende, il a indiqué le lieu de son enterrement, apparaissant à une femme pieuse, après quoi les reliques du saint ont été transférées à l'église de l'apôtre Jean le théologien à Constantinople . Les reliques de Jean le Guerrier sont considérées comme miraculeuses. Ceux qui sont offensés et affligés demandent l'intercession et la consolation du saint.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Août 2020 à 16:11 | 0 commentaire | Permalien

Vladimir Zelensky: la Laure de Kiev-Petchersk reste utilisée par l'Église orthodoxe ukrainienne (PM)
Le président ukrainien a déclaré qu'il n'avait pas le pouvoir de changer l'affiliation de la Laure

Le 6 août 2020, le président ukrainien V. Zelenskyy a répondu à la pétition n ° 22/94 164-ep sur le sort de la laure des Grottes de Kiev-Petchersk et a rappelé que le sanctuaire reste géré par l'Église orthodoxe d’Ukraine.

Le président de l'Ukraine a rappelé que la Laure des Grottes avait été transférée en libre usage à l'Église orthodoxe d’Ukraine (PM) et qu'elle relevait de l'Église canonique.

«Par ordre du Cabinet des ministres de l'Ukraine en date du 11 juillet 2013 n ° 519-r bâtiments et structures dans la rue. Lavrskoy, 11 ans, et dans la rue. Lavrskoy, 15 ans, à Kiev, selon une certaine liste, a été transféré à la libre utilisation de la Laure de la Sainte Dormition Kiev-Petchersk , monastère de l'Église orthodoxe ukrainienne », a-t-il dit.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Août 2020 à 03:49 | -1 commentaire | Permalien

Dans un message au métropolite Jean de Doubna, chef de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a exprimé ses condoléances à la suite du décès du protopresbytre Boris Bobrinskoy.

Le texte du message est reproduit ci-dessous in extenso.

Éminence, cher Monseigneur,

Recevez mes profondes condoléances pour le décès du protopresbytre Boris Bobrinskoy, remarquable théologien de la diaspora russe.

Le père Boris a apporté une contribution inestimable à l’évangélisation et au témoignage de l’Orthodoxie en Europe. Il s’engagea dès sa jeunesse dans l’enseignement de la théologie, recevant des gardiens vivants des meilleures traditions de l’école théologique russe les connaissances, l’expérience spirituelle, l’amour de l’Église et de sa lointaine patrie terrestre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Août 2020 à 16:03 | 0 commentaire | Permalien

Père Georges Florovsky: "Création et Rédemption"
Père Georges Florovsky est décédée le 11 août 1979

Vladimir Golovanow

« Le Verbe s'est fait chair » : telle est la joie ultime de la Foi chrétienne. C'est la plénitude de la Révélation. Le même Dieu incarné est à la fois Dieu parfait et homme parfait. La signification plénière et le but ultime de l'existence humaine est révélée est réalisée dans et par l'incarnation.

Il descendit des cieux et sauva la terre pour unir l'homme avec Dieu pour toujours. «Et il s'est fait homme». Le nouvel âge a commencé. Nous comptons maintenant les «anni Domini». Comme saint Irénée l'écrivait : «le Fils de Dieu devient le fils de l'homme afin que l'homme puisse devenir le fils de Dieu» (Adv. Haer. III, 10, 2 p. 302)

De "synthèse néo-patristique" qui devint l'axe de recherche de cette école Georges Florovsky


Georges Vassilievitch Florovsky (en russe: Георгий Васильевич Флоровский) (1893-1979), est l'un des plus grands théologiens orthodoxes du XXe siècle. Il fut le premier inspirateur du groupe de Paris et mit en avant l'idée théologique; il fut aussi l'un des pionniers du mouvement œcuménique dès 1927. Il a participé à la fondation de l’Institut Saint-Serge de Paris, où il enseigna la patrologie (1925-1948), relança le séminaire Saint-Vladimir de New York, dont il fut le doyen (1950-1955), et enseigna dans les universités de Harvard, Princeton et Holly Cross.

Outre plusieurs ouvrages fondamentaux, il a publié de nombreux articles aux Etats Unis, la plupart en anglais, qui ont été édités en 14 volumes dans "Collected works" dont 2 ont été traduits par Jean-Louis Palierne, ("Les voies de la théologie russe", Lausanne, L'Âge d'Homme, coll. "Sophia", 2001). Le père Georges Leroy met en ligne sa traduction commentée du ch. 5, "Redemption" du volume 3 (ici en PDF), " (p. 95-159), qu'il "met en dialogue" avec ses propres études.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Août 2020 à 13:30 | 1 commentaire | Permalien

Saint et Grand-Martyr PANTELEIMON +305
Le Saint et glorieux Martyr du Christ Pantéléimon naquit à Nicomédie d'un sénateur païen, Eustorgios, et d'une Chrétienne, Euboulie, qui lui donnèrent le nom de Pantoléon. Confié à un médecin réputé, Euphrosynos, pour son éducation, il parvint en peu de temps à une connaissance parfaite de l'art médical, au point que l'empereur Maximien, ayant remarqué ses qualités, projetait de le prendre au palais comme médecin personnel.

Comme le jeune homme passait quotidiennement devant la maison où était caché Saint Hermolaos (cf. 26 juil.), le Saint Prêtre, devinant à son allure la qualité de son âme, l'invita un jour à entrer et se mit à lui enseigner que la science médicale ne peut procurer qu'un bien faible soulagement à notre nature souffrante et sujette à la mort, et que seul le Christ, le seul vrai Médecin, est venu nous apporter le Salut, sans remèdes et gratuitement.

Le coeur exultant de joie à l'audition de ces paroles, le jeune Pantoléon commença à fréquenter régulièrement Saint Hermolaos et fut instruit par lui du grand Mystère de la foi.

Un jour, en revenant de chez Euphrosynos, il trouva sur le chemin un enfant mort après avoir été mordu par une vipère. Estimant que le moment était venu d'éprouver la vérité des promesses d'Hermolaos, il invoqua le Nom du Christ et, aussitôt, l'enfant se releva et le reptile périt. Il courut alors chez Hermolaos et, plein de joie, demanda à recevoir sans retard le Saint Baptême.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 9 Août 2020 à 04:56 | -1 commentaire | Permalien

Saints Martyrs – BORIS et GLEB
Le 24 juillet/ 6 août, mémoire des Saints Martyrs BORIS et GLEB, nommés ROMAIN et DAVID au Saint Baptême; premiers Saints canonisés de l'Église russe, ils sont aussi les premiers représentants des Strastoterptsi, c'est-à-dire les Saints laïcs "qui ont souffert la passion sans résistance", catégorie de Saints particulière à l'hagiographie russe à laquelle appartiennent aussi le saint empereur Nicolas 1 et sa famille.

Mille ans déjà

C'était en 1015, le 24 juillet (calendrier julien évidemment!).

Mais revenons un peu avant.

En 988, le prince Vladimir de Kiev – païen adorateur de Peroun – se détourne de ses idoles et, comme Clovis en son temps, "brûle ce qu'il a adoré et adore ce qu'il a brûlé"... Bref, en 988, Vladimir reçoit le baptême (1).

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Août 2020 à 03:26 | -3 commentaire | Permalien

Mgr Antoine de Sourozh : Le « saint sous-sol », berceau du diocèse de Chersonèse
Nous commérons + le 4 Août Mgr Antoine, métropolite de Sourozh 1914-2003

L’évêque Benjamin (Fedchenkov) et quelques laïcs restés fidèles au patriarcat de Moscou se sont réunis en mars 1931 pour fonder la paroisse des Trois-Saints-Docteurs. Tous ont pour but immédiat de trouver un lieu pour fonder une église. On trouve, au 5 rue Pétel dans le XVe arrondissement de Paris, un ancien garage dont la location est abordable. La consécration de l’église, dédiée aux trois saints Docteurs Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome et à saint Tikhon de Zadonsk,et la toute première divine liturgie sont célébrées pour Pâques 1931.

Dans un entretien, Mgr Antoine de Sourozh se souvenait :

« Je me rappelle la première fois où je suis allé à l’église des Trois-Saints-Docteurs. J’avais lu dans un journal un article du métropolite Eleuthère de Vilnius et de Lituanie où il écrivait qu’il y avait eu un schisme [à Paris], que la grande majorité des paroisses avait quitté le patriarcat de Moscou et il appelait tous ceux qui continuaient de croire en l’Église orthodoxe russe, qui voulaient lui rester fidèles à créer de nouvelles paroisses. La paroisse des Trois-Saints-Docteurs venait de voir le jour. […]
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Août 2020 à 18:52 | 6 commentaires | Permalien

Une déclaration du Métropolite Onuphre de Kiev
Le primat de l'Église orthodoxe ukrainienne a fait une déclaration spéciale à propos de l'entrée d'une nouvelle trêve dans le Donbass : Nous appelons chacun à prier pour la fin de la guerre, pour la réconciliation, pour l’établissement de la paix

L'Église orthodoxe d’Ukraine partage et soutient pleinement toutes les initiatives de paix visant à faire cesser l'effusion de sang et à trouver des moyens de résoudre pacifiquement le conflit armé dans le Donbass. Ceci est indiqué dans une déclaration spéciale de Sa Béatitude le métropolite de Kiev et de toute l'Ukraine Onuphre à l'occasion de l'entrée en vigueur d'une nouvelle trêve dans le Donbass, rapporte le site Internet du Département de l'information et de l'éducation de l'UOC.

Voici le texte intégral de la déclaration

«Depuis six jours, l’Ukraine connaît un cessez-le-feu complet et global. Il s’agit d’un pas nouveau et décisif vers le règlement du conflit armé dans l’est de l’Ukraine et l’établissement de la paix tant attendue.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Août 2020 à 10:52 | -6 commentaire | Permalien

 Sainte Marie Madeleine : Le premier œuf  de Pâques et la résurrection du Seigneur
Devenue pour la troisième fois "apôtre des Apôtres", Marie Madeleine resta avec les disciples et la Mère de Dieu, partageant leur joie. Elle était probablement présente au Mont des Oliviers, lors de l'Ascension, tout comme dans la chambre haute, le jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit descendit sous forme de langues de feu (Actes 2).

On raconte que la Sainte quitta ensuite Jérusalem, pour se rendre à Rome et y demander justice à l'empereur Tibère de la condamnation inique prononcée par Pilate . Se présentant devant l'empereur avec un œuf en main, elle lui déclara qu'après avoir souffert la Passion, le Christ était ressuscité, apportant à tous les hommes la promesse de la résurrection; et l’œuf se teignit alors en rouge. Le souverain écouta sa requête et convoqua Pilate, ainsi que les grands prêtres Anne et Caïphe.

Caïphe mourut en route, en Crète; quant à Anne, il fut supplicié en étant enfermé dans une peau de buffle. Pilate, s'étant présenté au tribunal de l'empereur, essaya de se justifier en avançant les pressions exercées par les Juifs et le risque de rébellion contre l'autorité romaine. Mais César resta insensible à son apologie et le fit jeter en prison. On rapporte que, poursuivant un cerf au cours d'une partie de chasse, organisée non loin de la prison par des amis de Pilate, l'empereur décocha une flèche qui alla frapper Pilate en plein cœur.....
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 4 Août 2020 à 08:00 | 7 commentaires | Permalien

Petite histoire de l'icône de Saint Séraphin de Sarov ( église St Séraphin de Sarov à Paris )
Jean Liamine

Voici donc la petite histoire de l’icône de Saint Séraphin de Sarov à Paris. Cette histoire est doublement miraculeuse: elle comprend deux épisodes intimement liés bien que distants de 80 ans.


Premier épisode

1922 en Russie, dans la ville d’Orel, la révolution bolchevique bat son plein. Zénaïde, jeune fille d’une vingtaine d’années, partage depuis plus de 2 ans la vie quotidienne des sœurs au monastère de la Présentation. Elle habite chez la supérieure, l’higoumènia Alexia (veuve Timacheff-Behring, née Polouektoff). Celle-ci a veillé à son éducation depuis la mort prématurée de la propre mère de ZénaÏde; elle est devenue en fait sa mère adoptive; matouchka Alexia a pour neveu Ivan Liamine, le promis de la jeune fille. Il y a déjà plusieurs années, en 1916, les deux jeunes gens s’étaient fiancés; mais les événements tragiques de la révolution les séparent, et Ivan se retrouve à Paris où il invite instamment Zénaïde à venir le rejoindre, afin de s’y marier comme ils en avaient fait le serment.

La jeune fille, qui ne se sent pas faite pour la vie monastique, accepte :elle part d’abord pour la Sibérie, à Tomsk (six jours de voyage dans un wagon à bestiaux), pour y faire ses adieux à son père. Son retour à Orel va durer plusieurs semaines : elle reste bloquée à Tcheliabinsk, son passeur à travers les lignes de l’armée rouge venant d’être fusillé; mais des amis retrouvés providentiellement l’aident à rejoindre le monastère d’Orel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Août 2020 à 20:36 | 4 commentaires | Permalien

Saint ELIE  ( ILYA)- LE PROPHETE
Le prophète Elie a exercé son ministère prophétique sous le règne de deux rois d'Israël, Achab et Ahazia, entre 873 et 852 av. J.-C.

Le prophète Elie est l’un des saints les plus vénérés par les catholiques comme par les orthodoxes. Le judaïsme, l’islam et les sectes protestantes le commémorent. Le personnage d’Elie est également présent dans religions païennes. Nous ne savons pas quelles sont les premières mentions d’Elie. Ce nom n’est peut-être d’ailleurs pas un nom propre. Selon la tradition il n’y a dans l’histoire de l’humanité que trois d’hommes s’étant transporté au Ciel de leur vivant : l’apôtre Jean, Enoch et Elie.

C’est précisément Elie qui est dans ce sens le précurseur du Christ. Les nombreux miracles qu’il a accomplis en témoignent. Résurrection des morts, envoi de la pluie lors de sécheresses, multiplication de l’huile et de la farine dans la maison d’une veuve, etc.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Août 2020 à 10:02 | 0 commentaire | Permalien

L'église du Saint Esprit a Moscou, qui fut bâtie en 1493 et détruite en 1933...
Anna Khoudokormoff-Kotschoubey

Eglise du Saint Esprit

A l'entrée du métro Kropotkinskaya se trouvait une plaque commémorative en l'honneur d'une église dédiée au Saint Esprit, qui fut bâtie en 1493 et détruite en 1933...

Beaucoup de personnes, comme moi d'ailleurs, la voyant, se signaient. On était heureux de se souvenir… On était heureux et reconnaissant que quelqu'un ait eu l'idée de l'apposer…

Quelle ne fut pas ma surprise et désolation, en juillet dernier, de voir que cette plaque commémorative ait bel et bien disparu, et qu'à la place on y apposa, une autre plaque banale comme on en voit par dizaines dans Moscou, et stipulant "exemple d'architecture"... voulant désigner les colonnades à l'intérieur du métro.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Juillet 2020 à 04:12 | 1 commentaire | Permalien

CRSC à Paris 100e anniversaire de « l’Exode russe »
À partir du 21 juillet, l’exposition sera présentée en deux langues sur les panneaux extérieurs, le site web et les pages des réseaux sociaux du CRSC à Paris et restera disponible jusqu’au 20 août.

Il est prévu que l’exposition se poursuive dans de nombreux autres pays, y compris francophones, le long de la route de l’Exode et de la résidence actuelle des descendants de nos compatriotes.

Les documents de l’exposition sont collectés dans les fonds de la Maison des Russes à l’étranger de différents pays. La géographie des archives est vraiment large : Australie, Belgique, États-Unis, France, Suisse, etc. De rares documents numérisés proviennent de la collection d’Alexandre Plotto (France), descendant d’officiers de marine russes, qui a quitté Sébastopol dans son enfance sur les navires de l’Escadron russe.

Auteurs de l’exposition : experts de la Maison des Russes à l’étranger I.V.Domnin, I.Y.Domnina, A.S.Kroutchinin, N.A.Kouznetsov, A.A.Petrov, A.V.Marynyak, N.D.Egorov et I.N.Balabanova.

La version française et la traduction de l’exposition ont été réalisées en interne dans leur intégralité par le CRSC à Paris.

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris 61, rue Boissière 75116 Paris, France +33 1 44 34 79 79


L’exposition a été créée par la Maison des Russes à l’étranger Alexandre Soljénitsine en coopération avec le Département de la culture de la ville de Moscou à l’occasion d’une date spéciale et mémorable dans l’histoire de la Russie – le 100e anniversaire de l’exode de plusieurs millions de compatriotes vers une terre étrangère en 1920.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juillet 2020 à 07:17 | 0 commentaire | Permalien

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 297


Recherche

Sondage
Approuvez-vous la décision de l'archevêque Jean Renneteau et de la majorité du clergé de l'archevêché "de la rue Daru" de rejoindre le patriarcat de Moscou?


Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile