Miracle spirituel – 1960
Le jour de Noël 1960, un groupe d’écrivains et intellectuels se trouvait réuni à Moscou.

L’écrivain X nous interpella soudain : Camarades, vous me connaissez depuis de longues années et vous connaissez aussi mes œuvres !

Vous savez que j’ai toujours été un bon patriote soviétique, un fidèle membre du parti communiste et que j’ai reçu à plusieurs reprises des médailles et des prix… Dites-moi, camarades, me trouvez-vous déraisonnable en quelque chose ou même étrange ?


Chacun s’empressa de le rassurer et on lui demanda de s’expliquer plus clairement. L’écrivain X reprit la parole :
« Il y a un mois, je séjournais dans le midi en Crimée. Une nuit j’étais assis dans ma chambre, en train d’écrire les premiers chapitres de mon dernier ouvrage et je me sentais l’esprit particulièrement clair et inspiré. Tout à coup à ma fenêtre, j’aperçus clairement la silhouette d’un vieil homme aux cheveux blancs, paraissant âgé de 90 ans et vêtu d’une soutane noire. Or, ma fenêtre se trouvait à plus de 7 mètres du sol.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Mai 2018 à 08:40 | 0 commentaire | Permalien

V.G.
Vous me demandez dans quelle mesure cette spiritualité, propre à l’Orthodoxie mais sans doute pas « réservée » à elle, peut être assimilée par les Occidentaux et devenir leur. Je crois que la spiritualité orthodoxe, de ce point de vue, est simplement de la spiritualité chrétienne. Je crois que ce qu’il y a de vrai dans ce que j’ai dit appartient à l’Occident comme à l’Orient, appartient à quiconque est chrétien.

Des barrières qui ne viennent pas de Dieu

Il y a cependant des barrières qui se sont établies, qui ne viennent pas de Dieu ni de l’Évangile ; elles viennent, je crois, de ce que l’Occident a perdu de vue un certain nombre de choses : l’Occident a perdu de vue l’aspect cosmique de l’Incarnation et de tout ce qui a trait au Verbe incarné. En Occident, l’Incarnation, ainsi que tous les événements de l’œuvre de la Rédemption, qui ont une portée dépassant infiniment notre petit monde humain, se sont trouvés réduits à une histoire du salut des hommes. « Réduits » n’est peut-être pas le mot qu’il faudrait dire, parce qu’ils sont essentiels pour nous ; mais tout en étant essentielle pour nous, leur portée est plus grande. Voilà, je crois, un aspect que l’Occident est en train de redécouvrir.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Mai 2018 à 13:39 | -1 commentaire | Permalien

On prévoit de construire une église Saint Alexandre Nevsky, haute de 92 m., à Kerch, à l’entrée en République de Crimée
Ce sera l’une des plus hautes églises du pays.

L’acte de rétrocession du terrain au diocèse de Théodosie a été signé dans le cadre du IVe Forum économique international de Yalta par Sergueï Borozdine, chef de l’administration de la ville de Kertch, et le métropolite Platon de Théodosie et Kertch.

« Nous espérons une construction rapide, » a déclaré S. Borozdine.

Les plans de l’église ont été projetés par le Centre culturel de Moscou, sa construction est prévue sur une colline située à l’entrée en Crimée sur la rive gauche du pont de Crimée actuellement en construction.

Selon le métropolite Platon, des travaux de renforcement des sols seront entrepris. Il a ajouté que les dates de début des travaux ne sont pas encore arrêtées, « ce sera, peut-être, après l’achèvement du pont, peut-être, en parallèle. »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Mai 2018 à 02:15 | 1 commentaire | Permalien

Saint apôtre et évangéliste Marc
L'apôtre saint Marc naît trois ans après le Christ et décède à l'âge de soixante-cinq ans

Marc né Jean surnommé Marcus, est l'un des premiers convertis au christianisme et à l'évangélisation de l'Empire romain par l'apôtre Pierre. Il est disciple évangéliste des apôtres Pierre et Paul et l'auteur de l'Évangile selon Marc du Nouveau Testament.

Si son Évangile est le second dans l'ordre traditionnel du Nouveau Testament et des trois évangiles dits « synoptiques » avec l'Évangile selon Matthieu et l'Évangile selon Luc, il est probablement celui dont la rédaction initiale est la plus ancienne.

Marc est probablement l'inventeur du genre littéraire des évangiles tels que nous les connaissons.

Après la première version de son texte, vers 65-75, ce genre littéraire connaîtra un succès considérable, donnant naissance en un siècle à plus de dix évangiles se présentant comme des biographies de Jésus.

Son nom est Jean, Marc n'étant que son surnom. Selon les Actes des Apôtres, sa mère se prénommait Marie (12 Actes 12, 12). Ses parents auraient immigré en Palestine peu de temps après sa naissance, en raison d'attaques berbères sur leur ville et sur leur propriété. Ils se sont installés à Cana en Galilée où Jésus effectuera le miracle de la transformation de l'eau en vin, selon l'Évangile attribué à Jean, réputé être le premier « miracle » de Jésus. Marc aurait été un des intendants qui servaient au cours de cette fête
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Mai 2018 à 13:51 | -1 commentaire | Permalien

Espagne : Onze lieux saints où il faut se rendre
L’Espagne que nous ne connaissons pas. L’archiprêtre André Kordotchkine, recteur de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine de Madrid partage ici avec nous son amour pour les reliques de saint Jacques le Majeur, le Suaire de notre Seigneur, une parcelle de la Sainte Croix et la geôle de la sainte martyre Léocadia.

Parfois on nous demande en quoi la vie orthodoxe à l’étranger diffère-t-elle de celle de la Russie. Il me semble qu’il y a une différence, importante, peut-être pas pour tous, mais pour beaucoup. Quand on vit à Moscou, par exemple, ou à Saint-Pétersbourg, si on a le cafard, on peut aller au monastère du Don ou sur les bords de la Smolenka, et alors ça va mieux, ou ça passe totalement. Si on est à Madrid, on n’a nulle part où aller, nulle part où recharger ses batteries.

C’est ce que je pensais quand je suis arrivé à Madrid, il y a douze ans, quand nous avons commencé à officier là où avant nous venaient des immigrés latino-américains ou marocains pour téléphoner chez eux ou vendre des pêches et des tomates. Ce n’est pas facile de commencer quelque chose, d’essuyer les plâtres, pensai-je. Mais petit à petit nous avons appris que nous n’étions pas les premiers. L’histoire passée de notre paroisse nous est apparue, elle remonte jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, nous avons découvert un prêtre remarquable : le père Constantin Koustodiev qui officiait à Madrid dans les années 1860, nous avons feuilleté les pages de l’histoire de l’Église indivise en Espagne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Mai 2018 à 04:39 | 19 commentaires | Permalien

Pèlerinage le 21 mai dans la basilique de Saint Nicolas à Saint Nicolas de Port
Pèlerinage le 21 mai dans la basilique de Saint Nicolas à Saint Nicolas de Port

Avec la bénédiction de Mgr Nestor, évêque de Chersonèse (patriarcat de Moscou)

Dans la basilique de Saint Nicolas à Saint Nicolas de Port ( à 12 km de Nancy)

Ce village est devenu un centre important pour la vénération de saint Nicolas par les chrétiens de l'Allemagne, de France et surtout de la Lorraine dont il est le Saint protecteur, après les transfert des reliques de ce Saint depuis Bari, en 1098

En russe PALOMNIK

Programme >>>>

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 13:36 | 0 commentaire | Permalien

Enfants à l'hôpital:  Appel de l'ACER-RUSSIE
Des enfants orphelins ou issus de familles en difficulté passent des mois, parfois des années sans pouvoir jouer, se blottir contre leurs parents, découvrir le monde et apprendre à l'aimer.

Des bénévoles ( Miloserdie detiam à Moscou, Saint Ioassaff à Saint-Pétersbourg...) refusent de laisser ces enfants abandonnés de tous ! Ils organisent les activités, financent des traitements trop coûteux, organisent des sorties et des vacances pour les petits malades. Par leur énergie ils redonnent l'espoir à tous, aux enfants en premier lieu, aux parents épuisés ou éloignés, aux soignants parfois privés de moyens pour guérir !

" Dima ne marchait pas, il se déplaçait en fauteuil roulant. Aujourd'hui, cinq ans plus tard, il fait du vélo et du théâtre, poursuit ses études. Ce ne sont pas des miracles mais le fruit de beaucoup d'amour et de compassion." Lina Saltykova présidente de Miloserdie detiam.

Aidons les associations russes à surmonter la maladie et rendre le sourire et la joie aux enfants cloîtrés dans la douleur.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 12:02 | 0 commentaire | Permalien

Une liturgie orthodoxe a été célébrée  par l'aumônerie de la légion étrangère
Le 29 avril une liturgie orthodoxe a été célébrée avec la bénédiction de Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse, et l'accord des autorités militaires à la base d'Aubagne de la Légion étrangère. C'est le père Georges Egorov, aumônier orthodoxe de la Légion, qui a présidé l'office.

De nombreux légionnaires originaires des pays de ma CEI ont pu prier et communier à cet office. Lien
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 10:51 | 0 commentaire | Permalien

PORTES OUVERTES À LA PAROISSE ORTHODOXE RUSSE  "NOTRE DAME DE TOUTE PROTECTION" A LYON LE 16 AVRIL 2018
V. Golovanow

Cette manifestation était organisée dans le cadre du festival "les Saisons Russes de Lyon", qui s’est déroulé cette année du 5 au 15 avril. Elle fut un franc succès, rassemblant prés de 150 personnes.

Après une courte introduction rappelant l’histoire de la paroisse, le chœur paroissial dirigé par d'Alexey Vassilenko, donna un concert de chants liturgiques russes. Suivirent 2 conférences :

– "Les fondements de l’Orthodoxie" par Vladimir Golovanow, qui dédia sa conférence aux centième anniversaire du massacre de la famille impériale et à toutes les victimes de la répression bolchevique.

– L’icône comme témoignage de la spiritualité orthodoxe et "l'äge d'or" de l'iconographie russe (14éme - 16éme siécles) : Théophane le Grec, André Roublev et maître Dionisy. Conférencier Mathey Leszczynski - iconographe.

Une petite collation pascale fut ensuite offerte à tous les participants.

Voici le résumé de la première conférence : >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 09:50 | 29 commentaires | Permalien

Yakoutie: Orthodoxie du bout du monde
La Yakoutie a beaucoup souffert des répressions staliniennes.

La Yakoutie, c’est la terre des mammouths et des hommes préhistoriques, un sol riche en diamants et or noir. C’est aussi une terre de missionnaires. Parmi eux : le père Roman, évêque de Yakoutie. Il explique à la revue Foma pourquoi les Yakoutes vous regardent droit dans les yeux, et ce qu’ils font quand leur voiture tombe en panne en plein hiver.

«Nous savons qu’avant 1916, le pays comptait 300 églises et chapelles où officiaient 200 prêtres, dont la moitié étaient Iakoutes. En 1993, la région ne recensait plus une seule église, plus un prêtre. En 2013, nous fêtons le vingtième anniversaire de la renaissance du diocèse iakoute : la contrée compte aujourd’hui 65 églises et 60 prêtres. Et il reste encore beaucoup de villes et villages reculés dont les habitants souhaitent avoir une église et un prêtre mais n’en ont toujours pas.

Pour répondre à cette demande, nous avons ouvert à Yakoutsk un séminaire de formation des prêtres pour la région. Je peux vous assurer que former un prêtre est autrement difficile que de bâtir une église ! La plupart des prêtres qui servent actuellement en Yakoutie sont originaires d’autres régions russes. Notre objectif est de former des prêtres parmi les locaux. Il faut des gens habitués à ce climat très dur, qui comprennent bien la vie d’ici dans toute la diversité de sa culture.

Quand je suis arrivé, il y a deux ans, j’ai amené avec moi un certain nombre de mes étudiants, prêtres eux aussi. Ils m’ont suivi parce que ce sont des héros. Mais je ne le leur dirai pas. Ils sont encore jeunes, ils risqueraient d’en tirer de l’orgueil.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 09:39 | 0 commentaire | Permalien

Béatification du docteur Friedrich Joseph Haass
Le procès en béatification du docteur Friedrich Joseph Haass a duré 20 années. C’est grâce aux efforts du « saint docteur » qu’a été fondé le premier hôpital pénitencier de Russie.

Le docteur Friedrich Joseph Haass a été béatifié. L’office de clôture du procès au niveau diocésain a été célébré ce dimanche 6 mai en la cathédrale catholique de l’Immaculée-conception de la Vierge Marie de Moscou, il a été célébré par Mgr Paolo Pezzi, ordinaire de l'archidiocèse (catholique) de la Mère de Dieu à Moscou.

Le docteur Friedrich Joseph Haass, né le 10 (24) août 1780 dans la famille d’un apothicaire de Bad Münstereifel, près de Cologne, a suivi des cours de philosophie et de mathématiques à l’université de Jena puis a terminé ses études de médecine à l’université de Vienne. En 1806, il s’est rendu en Russie à l’invitation du prince Répine qu’il avait soigné avec succès à Vienne
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Mai 2018 à 01:05 | -1 commentaire | Permalien

Le cinquième dimanche de Pâques, nous célébrons la fête de la Samaritaine
Corruptible était l'eau que tu cherchais, ô femme, et tu puises l'eau vive où tu blanchis ton âme !

La raison de cette fête, c'est que le Christ en ce jour confesse clairement qu'Il est le Messie, c'est-à dire l'Oint (messa, en hébreu, c'est l'huile). Et c'est pourquoi la présente fête a trouvé place dans la semaine de la Mi-Pentecôte. En outre, le dimanche précédent, le Christ opérait un miracle à la Piscine probatique. Ici, c'est au puits de Jacob que Jésus S'entretient avec une femme, ce puits que Jacob lui-même a fait creuser et qu'il a donné à son fils Joseph.

Le lieu était d'importance, car près du mont Somôr les Samaritains habitaient de nombreuses villes.

Le Christ entra donc à Sichar, là où Jacob avait habité jadis, avec sa fille Dina et ses autres enfants. Sichem, le fils de Emmor le Horrite (Hamor le Hivvite), l'ayant désirée, fut avec elle en lui faisant violence.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Mai 2018 à 11:12 | 0 commentaire | Permalien

Saint Georges
Saint Georges né en Cappadoce de parents chrétiens, Georges, officier dans l'armée romaine, traverse un jour une ville terrorisée par un redoutable dragon qui dévore tous les animaux de la contrée et exige des habitants un tribut quotidien de deux jeunes gens tirés au sort.

Georges arrive le jour où le sort tombe sur la fille du roi, au moment où celle-ci va être victime du monstre. Georges engage avec le dragon un combat acharné ; avec l'aide du Christ, il finit par triompher. la princesse est délivrée et, selon certaines versions, dont celle de la Légende dorée, le dragon, seulement blessé, lui reste désormais attaché comme un chien fidèle.

Plus tard, Georges est victime des persécutions antichrétiennes de l'empereur Dioclétien. Il subit en Palestine un martyre effroyable : livré à de nombreux supplices (brûlé, ébouillanté, broyé sous une roue, etc.), il survit miraculeusement et finit par être décapité.Son culte est toujours resté vivace en Grèce et en Russie.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 6 Mai 2018 à 07:30 | 7 commentaires | Permalien

Mariage, célibat et vie monastique par le père Jean Meyendorff
père Jean Meyendorff

Un des paradoxes de la morale chrétienne est que le mariage et le célibat, s’ils supposent des comportements pratiques différents, prennent appui sur la même théologie du Royaume de Dieu, et de ce fait sur la même spiritualité.

La particularité du mariage chrétien consiste à transformer et à transfigurer l’affection humaine et naturelle qui existe entre un homme et une femme en un lien éternel d’amour, lien qui ne peut pas être rompu, pas même par la mort. Le mariage est un sacrement, car par lui le futur Royaume de Dieu, les noces de l’Agneau (Apocalypse 19, 7-9), la pleine union du Christ et de l’Église (Éphésiens 5, 32), sont anticipés et représentés.

Un mariage chrétien trouve sa signification ultime non pas dans la satisfaction charnelle, la stabilité sociale, ou un moyen d’assurer sa postérité, mais dans l' " eschaton ", les " choses dernières ", que le Seigneur prépare pour ses élus.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Mai 2018 à 13:34 | 1 commentaire | Permalien

La dernière tranche de la restauration de la plus vieille élise catholique de Moscou est adoptée
Les services du patrimoine de la ville de Moscou ont annoncé qu’ils autorisent de procéder à la deuxième tranche des travaux de restauration de l’église Saint-Louis au centre de Moscou.

« C’est la seule église catholique de Moscou qui n’a pas cessé son activité durant la période soviétique.

Aujourd’hui il est question de la deuxième, tout aussi importante que la première, tranche de travaux de restauration qui seront réalisés grâce à des subventions de la municipalité », a déclaré Alexis Emelyanov, responsable des services du patrimoine de Moscou.

Les travaux les plus importants consisteront à remplacer le dallage de marbre de l’église. Particulièrement délicat sera le remplacement des bases de colonnes de marbre endommagées par les infiltrations d’humidité. Les restaurateurs auront également à remettre en état les peintures murales de l’église. Il conviendra également de remplacer la couverture de cuivre de la nef, de nettoyer les marches de l’entrée de l’église, de remettre en état les encadrements du porche et des ouvertures, leurs grilles et leurs décors.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Mai 2018 à 10:11 | 0 commentaire | Permalien

Simbirsk (aujourd'hui Oulianovsk) va retrouver sa place de la Cathédrale
Renommée en l'honneur de lénine, la place principale de la ville va recevoir à nouveau son ancienne appellation...

Le 23 Avril 2018, la Commission pour les appellations des rues, places, ruelles, avenues, boulevards, passages et autres composantes de Simbirsk (aujourd'hui Oulianovsk) a pris la décision quasiment unanime (7 membres de la commission ont voté pour, 2 se sont abstenus) de rendre à la place principale de la ville son nom de « Place de la Cathédrale ». C'était le nom qu'elle avait porté depuis la fondation de Simbirsk par Bogdan Khitrovo, en 1648, jusqu'en 1918. En 1940, la place avait reçu le nom de Lénine, rapporte le site Pravoslavie.Ru.

Comme l'écrit le portail 73online.ru, l'idée était dans l'air depuis longtemps. Le premier appel à la Commission toponymique demandant la restitution à la place Lénine de son nom historique, « Place de la Cathédrale », a été adressé aux autorités de la part de la branche régionale du parti « Russie Juste », qui était alors dirigée par Viktor Sakharov. Celui-ci a fait observer qu'il ne demandait pas seulement le retour du nom historique de la place, mais également la restauration de la cathédrale de la Trinité, dans laquelle les habitants de Simbirsk avaient célébré le 100ème anniversaire de la victoire sur Napoléon.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Mai 2018 à 11:42 | 0 commentaire | Permalien

Monseigneur Corneille, métropolite de Tallinn et d'Estonie a été rappelé à Dieu le 19 avril 2018
Monseigneur Corneille , métropolite de Tallinn et d'Estonie a été rappelé à Dieu le 19 avril dernier. Il avait 94 ans. Issu de l'émigration militaire blanche en Estonie il avait fait ses études au séminaire, puis à l'Académie spirituels de Leningrad.

Déporté dans les camps de concentration de Mordovie a partir de 1957. il fut arrêté par le KGB de la région de Vologda pour « agitation antisoviétique » (en fait, pour possession de livres à contenu religieux et discussions avec les fidèles). Le 16 mai 1957, il fut condamné par le Tribunal d’instance de Vologda sur la base de l’article 58-10 du code pénal de la République socialiste fédérative de Russie à une peine de dix ans de camp, qu’il effectua en Mordovie (Dubravlag). Le 12 septembre 1960, la Cour suprême a réduit la peine à cinq ans. Suite

Suit sa nécrologies, en russe, signée Nikita et Xenia Krivochéine Mémoire éternelle!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Mai 2018 à 07:05 | 0 commentaire | Permalien

LE PARALYTIQUE DE LA PISCINE DE BÉTHESDA - 4e dimanche après Pâques
LE PARALYTIQUE DE LA PISCINE DE BÉTHESDA (Jean 5, 1-5) (4e dimanche après Pâques)

Ces dimanches qui suivent Pâques

"Je prépare une conférence à propos de ces dimanches qui suivent Pâques (de Thomas, des Femmes Myrophores, du Paralytique, de la Samaritaine, de l'Aveugle-né), du sens de ces lectures évangéliques et de toute cette période de la Pentecôte comme réponse à la question: où est cette "nouvelle vie de la nouvelle créature" que nous recevons dans le baptismal "co-ensevelissement avec le Christ"* pour Pâques? D'une part c'est le moment de la "joie", de la communion à la nouvelle vie ressuscitée, au" jour sans soir"* (le dimanche qui "se prolonge" liturgiquement toute la semaine).

Et de l'autre côté, c'est l'explication comment "vivre" de cette vie en "ce monde" et dans son temps déchu. Ce "message"** est-il compris par qui que ce soit? Je n'e suis pas certain." (1)

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Avril 2018 à 10:49 | 1 commentaire | Permalien

Le 17 avril - 6 mai 2018 : Exposition consacrée aux nouveaux martyrs et confesseurs de l’Eglise russe
Une exposition multimédia consacrée aux nouveaux martyrs et confesseurs de l’Eglise russe sera inaugurée le 17 avril au Centre du quai Branly. Elle restera ouverte jusqu’au 6 mai 2018.

2017 est l’année du centenaire de la révolution en Russie. Il y a 100 ans, en 2018, furent assassinés le saint martyr Nicolas II et les membres de sa famille. C’est alors que commencèrent les persécutions à l’encontre de l’Eglise Orthodoxe Russe. Le coup d’état qui s’est produit en Russie en octobre 1917 a changé du tout au tout la vie du pays et de ses peuples. Les nouvelles autorités se sont mises à conduire une politique hostile à l’égard des religions.

Les persécutions dirigées contre l’Eglise Orthodoxe Russe se sont poursuivies jusqu’à l’effondrement de l’ex-URSS. Ces persécutions prenaient des formes différentes, leur intensité variait dans le temps. Les autorités communistes menaient en permanence une propagande forcenée de l’athéisme. En même temps elles procédaient à des arrestations et des exécutions de masse. Des membres du clergé, des fidèles, nombre d’évêques ont connu les prisons et la déportation. Un certain nombre de prêtres ont dû s’exiler.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Avril 2018 à 07:21 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 261


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile