À PROPOS DE LA RENCONTRE À ISTANBUL LE 31 AOÛT...ET MAINTENANT ?
V.Golovanow

"Tout va bien", a dit le patriarche de Moscou Cyrille en sortant de sa rencontre avec le patriarche de Constantinople, Bartholomé, mais il n’y a pas eu de communiqué officiel.

"La question principale a été la situation en Ukraine", a indiqué le métropolite de France Emmanuel qui participait à la réunion (AFP) et le métropolite de Volokolamsk, qui participait aussi, l’a confirmé...

C’est en effet le cœur des discussions : le président ukrainien Porochenko, soutenu par les politiques occidentaux, veut voir reconnue par Constantinople l’indépendance de la question de l’Église ukrainienne pour la soustraire ainsi à "la tutelle russe". Mais cette indépendance soulève des enjeux tant religieux que politiques.

L’UKRAINE AUJOURD'HUI: 1 PAYS, 2 LANGUES, 2 CONFESSIONS, 3 JURIDICTIONS ORTHODOXES IMPORTANTES…

Après dix siècles de déchirements et partages (1), l'Ukraine suivit les vicissitudes soviétiques jusqu'en 1991 et fit partie des trois pays qui y mettront fin en signant la création de la CEI. Le clivage linguistique (ibid) se retrouve en grande partie au niveau confessionnel: 78% d'Ukrainiens se déclarent croyants et plus de 67% Orthodoxes, pour moins de 10% gréco-catholique (la deuxième confession), essentiellement à l’ouest du pays (sondage effectué en novembre 2010), mais les orthodoxes sont divisés (2).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Septembre 2018 à 20:57 | 11 commentaires | Permalien

Stephen C. Headley, « Du désert au paradis. Introduction à la théologie ascétique »
Le père Stéphen Headley est recteur de la paroisse orthodoxe à Vézelay et professeur de Théologie Ascétique & Anthropologie religieuse Séminaire Orthodoxe Russe, Paris

Collection Cerf - Patrimoines Paris, 2018, 219 p.

Quinze siècles de la vie ascétique des moines chrétiens de l’Orient sont ici présentés, pour donner aux lecteurs un aperçu de leur vie spirituelle à travers un accès direct à leurs écrits, et à leurs oeuvres. Certains de leurs monastères sont encore ouverts et peuvent être visités par les pèlerins les plus motivés.

Des lieux comme Saint-Macaire à l’ouest du Caire, Sainte-Catherine (Sinaï) et Saint-Sabas (Palestine) offrent le ressenti profond du silence dont les moines avaient soif. Plus simplement, la lecture de sentences des Pères du Désert laisse une impression unique d’une sagesse chrétienne aux origines du monachisme.

Ce livre propose des clés pour entrer dans le silence paisible de la théologie du désert, et offre une expérience de prière, en mettant en avant la pérennité de l’ethos monastique qui a été vécu et approfondi par des générations de moines, de siècle en siècle et jusqu’à nos jours.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Septembre 2018 à 19:21 | 1 commentaire | Permalien

Le Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople a pris la décision historique de permettre aux prêtres de se remarier, indique l’agence d’information orthodoxe en grec Romfea. Un texte officiel précisera les conditions permettant aux prêtres de se marier une seconde fois : le remariage sera autorisé dans des cas bien précis : Cela ne concernera que les prêtres veufs et ceux qui ont été abandonnés par leur femme et en aucun cas ceux qui veulent se remarier en quittant leur première épouse. » L’autorisation sera accordée après un examen au cas par cas par une commission du Saint-synode, indique le communiqué. (1)

UNE TRADITION DE L’ÉGLISE INDIVISE

Lors des sept premiers siècles, beaucoup de clercs, évêques, prêtres et diacres, sont choisis parmi les hommes mariés. Par exemple Grégoire le Grand est l'arrière petit-fils du pape Félix II. Ensuite apparaît le principe canonique, toujours en vigueur dans l’Église orthodoxe que le choix du sacerdoce est le dernier qu’un homme peut faire dans sa vie. Les hommes mariés peuvent donc accéder au diaconat, puis à la prêtrise. Ainsi par exemple le canon 6 du Concile in Trullo (VIIe siècle) permet aux diacres et prêtres de vivre avec leur épouse légitimes, c'est-à-dire d'un mariage datant d'avant l'accès aux ordres majeurs.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Septembre 2018 à 18:00 | 4 commentaires | Permalien

France Culture ORTHODOXIE: par Alexis Chryssostalis avec Marc Andronikof
Entretien sur les questions posées, en particulier par les progrès scientifiques, dans le domaine de la bioéthique.

Marc Andronikof: Médecin, chef de service des urgences de l'hôpital Antoine-Béclère de Clamart, spécialiste de bioéthique . L'évolution du sens de la "mort clinique" ; transplantations et prélèvement d'organes ; l'évolution du texte du "Sermon d'Hippocrate".

ECOUTER >>>> ICI

A lire: M. Andronikof, J. Dauxois, Médecin aux urgences, Paris, 2005
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Septembre 2018 à 17:43 | 0 commentaire | Permalien

Saint Irénée de Lyon (+ v. 201) un homme de paix au service de l’Église
Irénée est né vers 135-145, à Smyrne (Izmir) en Asie Mineure. Il est vraisemblable qu’il quitta sa ville natale à l’adolescence pour compléter sa formation à Rome. En 177, Irénée arrive à Lyon, la capitale des Gaules. Des chrétiens de Vienne et de Lyon, prisonniers en raison des persécutions, l’invitent à transmettre un message au pape Éleuthère (175 ? - 189). Ils y expriment leur sentiment sur le montanisme, un mouvement prophétique qui commence à se répandre en Phrygie. Irénée se rend donc à Rome avec cette lettre qui est le document écrit le plus ancien de l’Église des Gaules.

Peut-être ce voyage lui épargna-t-il d’être lui-même victime de la persécution qui s’abat alors sur cette communauté chrétienne. De retour à Lyon, Irénée est nommé évêque de la cité gauloise en remplacement de l’évêque Pothin décédé des suites des mauvais traitements dont il avait été victime.

Sous le pontificat de Victor (189-198), Irénée (dont le nom signifie la paix) agit en véritable homme de paix. Alors que les communautés chrétiennes de Rome et d’Asie mineure célébraient Pâques à des dates différentes, Victor, soucieux peut-être d’éviter un retour aux pratiques juives, cherchait à imposer la coutume romaine à l’ensemble des Églises.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 5 Septembre 2018 à 08:25 | 0 commentaire | Permalien

Pourquoi restaurer des églises que personne ne fréquente ?
De la réhabilitation des églises anciennes qui menacent ruine au fin fond des campagnes.

Récemment sur internet quelqu’un a raconté l’histoire suivante. Un athée, c’est ainsi qu’il s’est nommé, a décidé de participer à la restauration d’une église. Mais de cette église personne n’avait besoin.

Ceux qui ont participé à cette restauration ne l’ont fait que pour le salaire versé. Quand il n’y a plus eu d’argent, les travaux ont stoppé. Et cet athée s’est demandé pourquoi est-ce que le Patriarcat n’a pas pris en charge cette restauration.

Si le Patriarcat n’a pas pris en charge cette restauration, c’est parce que personne n’a besoin de cette église. Il y a peu « Pravmir » a publié un historique d’églises qui nécessitent une remise en état et qui, aujourd’hui restaurées, embellissent notre terre. Mais avant de décider d’une restauration, il faut se demander à qui va servir cette église.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Septembre 2018 à 18:22 | -1 commentaire | Permalien

L’Église orthodoxe ukrainienne dément que l’autocéphalie a été accordée aux schismatiques
L’Église orthodoxe ukrainienne dément l’annonce faite par les médias ukrainiens selon laquelle le patriarcat œcuménique aurait décidé d’accorder l’autocéphalie aux schismatiques

Comme le rappelle, dans son commentaire, le département de l’information et de l’éducation de l’Église orthodoxe ukrainienne, le saint synode du patriarcat de Constantinople a publié le 22 avril un communiqué duquel il ressort qu’aucune décision n’a été prise à propos de l’autocéphalie de l’Église ukrainienne, il y est simplement indiqué que des demandes en ce sens ont été adressées par plusieurs structures et que le synode va enquêter auprès des différentes Églises locales.

« Le patriarcat de Constantinople a non seulement déclaré la nécessité de rechercher les voies selon lesquelles déclarer l’autocéphalie, mais il a aussi « implémenté » cette décision, c’est-à-dire qu’il a débuté cette recherche. Toutefois, est-ce que depuis le mois d’avril le patriarcat de Constantinople a trouvé des moyens de déclarer cette autocéphalie et si oui, quels sont-ils, de tout cela il n’est pas question dans le propos du métropolite Emmanuel. De même que le métropolite responsable ne dit pas si le patriarcat de Constantinople s’est fixé pour objectif de mettre en œuvre ces moyens, ni s’ils ont été trouvés. »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Septembre 2018 à 15:07 | 0 commentaire | Permalien

Pas d'accord en vue ! La délégation russe aurait quitté Istanbul après deux heures de discussion !

Cher ami, les choses sont allées trop loin de part et d'autre, depuis un certain temps, dans des politiques parallèles qui ne se recoupent pas, que le format d'un sommet primatial aussi important (qui a le mérite en soi de faire venir Moscou vers Constantinople après la distance prise depuis Crête 2016.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Septembre 2018 à 09:27 | 18 commentaires | Permalien

Pèlerinage orthodoxe en Terre Sainte du 9  au 16 décembre 2018
Avec la bénédiction de Mgr Nestor, évêque de Chersonèse ( Patriarcat de Moscou )

Groupe de 25-30 personnes

Conditions

Dates : du 9 décembre au 16 décembre 2018
Prix : 850€+ billets d’avion + transfère de l’aéroport de Tel-Aviv à Jérusalem

Puisque nos pèlerins viennent de différentes villes, l’arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv de chacun peut varier lors de la journée du 9 décembre (idem pour le départ du 16 décembre). On propose de prendre un transfère de l’aéroport de Tel-Aviv à Jérusalem en fonction de nombre de personnes qui arrivent.

Renseignements :
Inna Botcharova, tél. 06 50 64 01 26, émail : inessa0228@mail.ru
Prêtre Nicolas Nikichine, tél. 06 20 34 95 46
Centre des pèlerinages du Diocèse de Chersonèse SITE " PALOMNIK"
Eglise de Trois Saints Docteurs, 5, rue Pétel, Paris 15

Programme >>> PJ
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Septembre 2018 à 06:24 | 1 commentaire | Permalien

ARCHIMANDRITE ZENON (THEODOR): Sa vie et son oeuvre
"PO" met en ligne un extrait de la biographie illustrée de l'archimandrite Zenon, célèbre iconographe russe contemporain

Par Aidan Hart, publié sur Orthodox arts journal / Traduction Nicolas Petit, pour "Iconophile"

Je ne suis pas donné à l'adulation: il place un fardeau trop lourd d'attente sur le malheureux destinataire, et entrave souvent l'adorateur. Mais je dois avouer que je suis à la limite de l'adulation pour les œuvres du peintre iconographe et fresquiste russe contemporain, l'archimandrite Zenon (Teodor).

De temps en temps un iconographe apparaît, qui est libre et traditionnel, un vent de fraîcheur, une nouvelle plante dans une forêt de conformité. Tel est le père Zenon. Ses œuvres résonnent d'authenticité. Il apprend constamment des différentes traditions iconographique, de l'Occident comme de l'Orient, s’exposant a de nouvelles influences - d'abord de l'école de Moscou d’André Roublev, puis d’ancienne oeuvre Byzantine, Romane, Arménienne, et plus récemment, des œuvres de Ravenne et de la Rome des premiers siècles. Il déterre les secrets des chefs-d’œuvre, les fait siennes, puis il peint sans travail apparent.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Août 2018 à 20:34 | 1 commentaire | Permalien

Saints Flor et son frère jumeau Laur
Saint Flor et son frère jumeau Laur vécurent sous le règne d'Hadrien (117-138).

Ils exerçaient la profession de tailleurs de pierre, qu'ils avaient apprise à Byzance des Saints Patrocle et Maxime. Recevant aussi de leurs maîtres les semences de la piété, ils mettaient leur art au service de Dieu, et quand ils taillaient les pierres pour leur donner forme et grâce, ils avaient conscience qu'ils travaillaient en fait sur leur âme, pour la dégrossir de ses passions et la faire resplendir de la ressemblance divine par les saintes vertus.

Lorsque leurs maîtres Patrocle et Maxime eurent subi le martyre, ils quittèrent Byzance et allèrent s'installer dans la ville d'Ulpiana en Dardanie (province d'Illyrie). Arrivés là, ils demandèrent au gouverneur Lykôn l'autorisation d'exploiter des carrières et d'en extraire des pierres aptes à être sculptées.

Ayant acquis une bonne réputation par leur travail, ils furent convoqués par Licinius, fils de l'impératrice, qui leur confia une importante somme d'argent pour construire un temple en l'honneur des idoles, dont il avait lui-même tracé les plans.
Rédigé par l'équipe rédaction le 31 Août 2018 à 09:46 | -1 commentaire | Permalien

Sa Sainteté le patriarche Cyrille se rendra le 31 août prochain au patriarcat de Constantinople.
Les deux parties discuteront d'un large cercle de questions.

En juillet dernier une délégation du patriarcat de Constantinople s'est rendue à Moscou où elle a été reçue par le patriarche Cyrille. La situation en Ukraine a été passée en revue par les deux parties.

La prochaine rencontre entre les deux patriarches contribuera à l'amélioration des relations entre les Eglises et mettra en difficulté tous ceux qui cherchent une solutions à leurs problèmes dans la scission ecclésiale.

L'archiprêtre Nicolas Danilevitch, vice-président du DREE de l'EOU, a dit: "Tout permet d'espérer que cette rencontre sera un événement très positif qui contribuera à l'amélioration des relations entre Constantinople et le patriarcat de Moscou et au resserrement des liens interorthodoxes en général". La précédente rencontre des deux patriarches avait lieu dans le cadre de l'Assemblée des Eglises orthodoxes autocéphales à Chambésy (Suisse) les 22-27 janvier 2016.

L'archiprêtre Nicolas Balachov a précisé que l'ordre du jour de cette rencontre est encore à l'étude.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Août 2018 à 06:59 | 9 commentaires | Permalien

Des catholiques européens feront un pèlerinage sur les lieux saints de Russie
Des représentants du clergé et de l’association académique de l’Église catholique romaine participeront au colloque d’été qui se déroulera du 24 août au 2 septembre 2018 à Moscou.

Le service de presse des Études doctorales de l’Église a déclaré ce mardi : « La délégation sera conduite par Mgr Didier Berthet, évêque de Saint Dié des Vosges et président du Conseil pour l’unité des chrétiens de la Conférence des évêques de France. »

Les représentants du Saint Siège sont invités par le patriarcat de Moscou pour l’approfondissement de leurs connaissances de l’orthodoxie et de la culture russe contemporaine depuis 2015. Les sujets principaux de ce colloque seront la défense des chrétiens d’orient et la préservation des valeurs traditionnelles.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Août 2018 à 23:31 | 1 commentaire | Permalien

Allemagne, à partir du 1er juin: Un crucifix dans chaque bâtiment public en Bavière
Des crucifix trônent déjà dans les salles de classes des écoles primaires et les salles d'audience des tribunaux bavarois.

La Bavière veut imposer un crucifix dans les halls d'entrée de ses bâtiments publics, à partir du 1er juin. Le choix des conservateurs de la CSU qui dirigent cette région du sud de l'Allemagne fait polémique dans tout le pays.

Un affichage de "la culture chrétienne" peu apprécié

Aucune trace d’un quelconque crucifix n'apparaît dans le hall de la mairie de Ratisbonne. Dans cette ville pourtant très religieuse de Bavière, les autorités locales ne semblent pas pressées d’appliquer la nouvelle réglementation. Peu d'administrés défendent la décision du président de région, Markus Söder. Une habitante tente de faire la part des choses. "Nous autres Bavarois sommes imprégnés de culture chrétienne, et beaucoup sont attachés au symbole que représente la croix, dit-elle, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire dans les bâtiments publics."
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Août 2018 à 07:12 | 1 commentaire | Permalien

Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse: Homélie le jour de la fête de la Dormition de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie
« Dans ton enfantement tu as gardé la virginité, dans ta Dormition tu n’as pas quitté le monde, ô Mère de Dieu. Tu as rejoint la Source de vie, toi qui conçus le Dieu vivant et qui délivres nos âmes de la mort par tes prières ».

En cette journée, chers frères, chères sœurs, nous célébrons, comme le fait toute l’Eglise orthodoxe du Christ, la mémoire de la glorieuse Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie. Cette fête clôt, ne l’oublions pas, le cycle des douze fêtes Majeures et couronne l’année liturgique nous faisant évoquer tout ce que nous avons ressenti et vécu, ce à quoi nous avons aspiré tout au cours l’année ecclésiale qui s’achève. La fête est précédée par deux semaines de jeûne strict. La Dormition est commémorée dans les monastères les plus connus, les Laures, les cathédrales ainsi que dans les petites églises éloignées. De nombreuses cathédrales et églises sont, au sein de l’Eglise orthodoxe d’Orient ainsi qu’en Occident consacrées à la glorification de la vie éternelle de la Très Sainte Vierge.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Août 2018 à 22:19 | 2 commentaires | Permalien

Cette session était prévue pour le 10 septembre et devait trouver une solution au problème de la situation de l'Eglise ukrainienne. Désormais la date de cette session a été reportée aux et 9 et 10 octobre.

D'autre part, la rencontre entre les patriarches Bartholomé et Cyrille aura lieu comme prévu le 31 août. Du 1 au 3 septembre une Synaxe se réunira à Istanbul. Lien Interfax et PO
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Août 2018 à 14:15 | 2 commentaires | Permalien

Dormition ou Assomption?
L'origine de la fête

Les premières mentions connus au sujet de célébrations de la Vierge Marie apparaissent au V-ème siècle au cours duquel se tint le troisième concile œcuménique (Ephèse, 351), qui établit la doctrine mariale de la chrétienté. Les premières célébration sont eu lieu à Jérusalem le 13 Août et ne mentionnaient pas spécifiquement la Dormition –c'était une fête en l'honneur de Marie, instrument de l'incarnation (Theotokos) et Mère de Dieu. L'empereur romain d'Orient Maurice (539 - 27 novembre602)) fixe la fête de la Dormition à la date du 15 août, probablement pour commémorer la consécration de l'église de la Panagia (la toute sainte) à l'emplacement de sa tombe à Gethsémani.

Chez les Orthodoxes la fête de la Dormition est précédée par les deux semaines du carême de la Dormition, instauréau VIIème siècle et précisé au X-ème sièclel; les Catholiques ne le suivent plus et, comme la majorité des Orthodoxes* suit le calendrier julien, ce carême commence pour eux le 14 août du calendrier civil…

* Il s'agit des Églises de Russie, Serbie, Géorgie et Jérusalem ainsi que des monastères du Mont Athos et du Sinaï, qui constituent de 70 à 80% des 250-300 million d'Orthodoxes du monde
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Août 2018 à 09:48 | 13 commentaires | Permalien

Les chasubles modernes du clergé russe sont des vêtements hautement technologiques
Les chasubles modernes du clergé russe sont des vêtements hautement technologiques, leur valeur peut atteindre plusieurs centaines de milliers de roubles

L’entreprise d’objets sacerdotaux Sofrino nous a fait part des spécifités que présente de nos jours la confection des vêtements liturgiques. « Nous avons recours à des machines automatiques allemandes ou japonaises. Le créateur introduit ses esquisses dans l’ordinateur qui contrôle la machine et reproduit point de couture par point de couture l’ornement prévu. L’impression thermique est également utilisée : il est possible de concevoir un ornement sur du papier à dessin, de faire passer la feuille superposée au tissu par des rouleaux incandescents.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Août 2018 à 09:57 | 1 commentaire | Permalien

L’ÉGLISE ORTHODOXE ÉTHIOPIENNE RÉCONCILIÉE
L'Église orthodoxe tewahedo éthiopienne est l'une des plus anciennes églises chrétiennes du monde, constituée vers le IVe siècle. Elle fait partie de l'ensemble formé par les Églises des trois conciles.

Elle utilise le rite abyssinien /dit aussi guèze / ; son chef porte le titre de patriarche et catholicos d'Éthiopie et réside à Addis-Abeba. Elle dépendait du patriarcat copte d’Alexandrie et devint autocéphale en 1959.

LE SCHISME DE 1991

La scission date de 1991, quand le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (EPRDF) renverse le Gouvernement militaire provisoire de l’Éthiopie socialiste (Derg), mis en place en 1974 après le renversement de l’empereur Haïlé Sélassié (1892-1975, empereur d'Éthiopie de 1930 à 1936 et de 1941 à 1974.)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Août 2018 à 15:54 | 2 commentaires | Permalien

Irina Yazykova : "Les saints de l’Église indivise témoignent de leur temps et adressent un message à notre époque actuelle"
Le 3 novembre 2017 au Centre culturel « Pokrovskie vorota » a eu lieu la présentation du projet international « Les saints de l’Église indivise ».

La première exposition organisée dans le cadre de ce projet s’est ouverte à Minsk le 21 décembre, elle doit ensuite voyager en Russie et à l’étranger.

Irina Yazykova, présidente du Comité d’experts en œuvres d’art, vice-recteur de l’Institut d’études bibliques et de théologie Apôtre Saint André et professeur au grand séminaire de Kolomna, nous présente ce projet auquel participent plus d’une centaine de peintres d’icônes venus de quatorze pays

« C’est un projet unique, actuel pour notre temps. Son idée est apparue il y a un certain temps. Elle est née de la rencontre du pape François et du patriarche Cyrille à Cuba en février 2016.

Membres de l’amicale de soutien à la culture chrétienne « Arthos » nous avons compris que cette rencontre pouvait ouvrir une nouvelle page dans le dialogue entre les chrétientés occidentale et orientale, et nous avons décidé de faire quelque chose de concret.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Août 2018 à 22:00 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 266


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile