La nécropole de Sainte-Geneviève-des-Bois près de Paris sera restaurée
Viktoria Ivanova- RIA Novosti

Un peu moins de la moitié des tombes du célèbre cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois à proximité de Paris ont besoin de restauration et de travaux de renouvellement, selon le Directeur du Centre de Russie pour la science et la culture Konstantin VOLKOV, le début des travaux était prévu pour le printemps, mais le coronavirus a fait ses corrections, a déclaré le chef du Centre de Russie pour la science et de la culture à Paris, Konstantin Volkov, dans un entretien avec la correspondante de RIA Novosti.

Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est situé à 24 kilomètres de Paris, dans le département de l’Essonne. Il a été fondé à la fin du XIXe siècle et la toute première tombe russe est apparue en 1927. C’est le lieu de repos des écrivains Ivan Bounine et Teffi, du réalisateur Andreï Tarkovski, des danseurs étoiles de ballet Sergueï Lifar et Roudolf Nouréev, du poète Alexandre Galitch, des émigrants de différentes vagues, des représentants de la noblesse, des cercles militaires et d’autres originaires de Russie.

L’histoire de la restauration du secteur russe du cimetière de Sainte-Geneviève — des-Bois date de 2016, où la nécropole a été intégralement inscrite sur la Liste des sépultures d’importance historique et valeur commémorative pour la Fédération de Russie, situées à l’étranger.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Septembre 2020 à 08:21 | -2 commentaire | Permalien

Pour le Début de l'Indiction, 1/14  septembre
Le 1/14 septembre, début de L'INDICTION, c'est-à-dire de la nouvelle année ecclésiastique L'Eglise du Christ célèbre en ce jour l'indiction qui, selon les Romains, signifie «limite», c'est à dire le début de l'année ecclésiastique.

L’Indiction fut établie par les empereurs pour lever chaque année à cette époque un impôt sur leurs sujets pour l'entretien de l'armée.

Cette fête correspond à la fin des récoltes engrangées et donc au démarrage d'un nouveau cycle agricole et le Juifs célébraient début septembre la fête des Trompettes, en cessant tout travail pour se consacrer seulement à l'offrande de sacrifices: “Parle aux enfants d'Israël, et dis: Le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez un jour de repos, publié au son des trompettes, et une sainte convocation.

Vous ne ferez aucune œuvre servile, et vous offrirez à l'Éternel des sacrifices consumés par le feu.” (Lév 23,24-25). Et nous commémorons en ce jour le début de l'enseignement du Sauveur, ce jour où Jésus Christ se rendit à la synagogue etlut le passage où le Isaïe dit en son nom: «L'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a oint. Il m'a envoyé pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, pour proclamer une année de grâce du Seigneur. » (Luc 4:18).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Septembre 2020 à 10:51 | 1 commentaire | Permalien

Notre vénérable père Syméon le Stylite (c. 390-459)
Notre vénérable père Syméon le Stylite ou Siméon, appelé aussi "l'Ancien" ou "le Grand" (c. 390-459) a été un moine qui a vécu en Syrie

Syméon est né dans une famille de bergers, dans le village Sisan de Syrie. Quand il était jeune, il a été très ému après avoir entendu les Béatitudes et décida d’entrer dans un monastère. Sa passion pour l’ascèse et le jeûne s’agrandit rapidement.


Le supérieur du monastère lui demande de quitter le monastère en raison de sa stricte ascèse, en craignant que d’autres frères auraient pu essayer d’imiter son jeûne très sévère. Syméon s’en va pour vivre pour un certaine période dans un puits vide, près des montagnes. Les moines le recherchent et lui demandent de rentrer au monastère, mais il les abandonne bientôt pour continuer ses efforts ascétiques.

Des foules accourent à lui pour être guéris et pour entendre ses conseils sur la foi chrétienne, mais Syméon, pour les éviter, monte sur une colonne et commence à vivre là dans une petite cellule, en s’adonnant toujours à la prière et au jeûne. Il priait, assis ou debout, continuellement pendant des semaines.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 14 Septembre 2020 à 07:42 | 0 commentaire | Permalien

Saint Alexandre de la Neva ou Alexandre Nevsky (1220 - 1263)
Héros national, Alexandre Nevsky a été canonisé après sa mort par l'Église orthodoxe.

Le 5 avril 1242, Alexandre Nevsky massacre les chevaliers Teutoniques et les chevaliers Porte-Glaives sur les glaces du lac Peïpous, à la frontière de l'Estonie actuelle. De cette victoire, aussi appelée «bataille de la Glace», va sortir la nation russe, au terme d'un douloureux processus.

Fils du prince Iaroslav II de Vladimir, il devient prince de Novgorod (1236-1252) puis grand-prince de Vladimir (1252-1263). C'est le dernier prince russe à recevoir l'investiture du khan Batu de la Horde d'or pour la principauté de Kiev en 1249.

À l’époque la plus critique de toute l’histoire mouvementée du peuple russe, Saint Alexandre brilla par son courage et ses vertus de chef d’état chrétien: énergique, vaillant, défenseur de la foi et de la justice; il reçut de Dieu la mission d’offrir sa vie au service de son peuple assailli de toutes parts.

Dès son plus jeune âge, il fut initié au métier des armes et à l’art du gouvernement par son père Iaroslav, prince de la ville de Pereiaslav; mais il apprit aussi à user de l’un et de l’autre avec sagesse et modération pour la cause de la piété et de la justice, grâce à la fréquentation assidue de l’Eglise et à la méditation des Saintes Ecritures. Alexandre était si beau, si vaillant et se comportait avec un tel esprit évangélique qu’il faisait même l’admiration de ses ennemis.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Septembre 2020 à 06:44 | 0 commentaire | Permalien

l’État turc, l’imposant séminaire orthodoxe de l’île de Halki,a été transformé contre toute attente en un sanatorium en institut islamique
Rappelons 2018: les nombreuses demandes adressées par le patriarche Bartholomé au gouvernement turc afin que soit rouvert le séminaire de Halki . Jusqu'à présent rien n'a changé, la situation continue même à s'aggraver

Un hôpital situé sur l’île turque de Halki a été remis à la Diyanet, la direction nationale des affaires religieuses, afin d’être transformé en centre d’enseignement islamique. Dans le même lieu, l’école théologique orthodoxe de l’île a été fermée sur ordre de l’État depuis 1971 et n’a pas été autorisée à ré-ouvrir

Alors que le Patriarcat œcuménique de Constantinople attend depuis des années la réouverture de son séminaire sur l’île turque d’Halki, les autorités turques ont fait savoir, jeudi 2 août, leur intention d’ouvrir un centre d’études islamiques face à ce centre d’étude orthodoxe inauguré à la fin du XIXe siècle.

Depuis 1971, date de sa fermeture officielle par l’État turc, l’imposant séminaire orthodoxe de l’île d’Halki est devenu un moyen de pression courant des autorités turques sur le Patriarcat œcuménique de Constantinople.

Adossé à un monastère orthodoxe du XIe siècle, l’établissement religieux est un symbole très fort pour tous les grecs-orthodoxes du Patriarcat œcuménique. Plus qu’un simple séminaire, il crée un sentiment d’appartenance chez tous les grands responsables orthodoxes du pays, qui, pour la plupart, y ont été formés.

Mais l’annonce par le gouvernement turc, le 2 août 2018 de l’installation d’un centre d’étude islamique sur l’île semble marquer un véritable coup d’arrêt à une possible réouverture du séminaire, fermé depuis 47 ans. « L’annonce de la création de ce centre islamique est vécue comme un véritable désaveu pour les grecs-orthodoxes du Patriarcat œcuménique de Constantinople », selon Nicolas Kazarian, chercheur associé à l’IRIS en charge de l’observatoire géopolitique du religieux.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Septembre 2020 à 11:32 | 3 commentaires | Permalien

Décollation de saint Jean Baptiste
Jean, le dernier Prophète, n'a jamais mâché ses mots, pas plus quand il traitait les pharisiens de "races de vipères" sur les bords du Jourdain, que lorsqu'il rappelait à Hérode Antipas qu'il n'avait pas le droit de vivre avec Hérodiade, la femme de son frère Phlippe.

A présent, il est en prison, car on n'a pas le droit de faire impunément des reproches publics aux grands de ce monde. Il sait qu'Hérodiade lui en veut à mort. Mais ce n'est pas ce qui le préoccupe. C'est Jésus. Est-il bien le Messie que lui, Jean, annonçait ? A-t-il eu raison de lui faire confiance, de lui donner ses propres disciples ? Sa conduite est si étrange. "Il tient dans sa main la pelle à vanner." Pourquoi ne vanne-t-il pas avec gloire et majesté ?

La réponse est venue. Aux disciples de Jean venus l'interroger, Jésus a répondu : "Allez annoncer à Jean ce que vous voyez et entendez : les aveugles voient, les boîteux marchent ..."

Jean n'a plus de doutes. Il peut à présent rendre le dernier témoignage. Il a bien rempli sa mission. C'est l'anniversaire d'Hérode. Salomé danse et envoûte le roi ivre :" Demande-moi tout ce que tu voudras, fut-ce la moitié de mon royaume." Ce sera la tête de Jean sur un plateau.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Septembre 2020 à 09:25 | 1 commentaire | Permalien

Sur le site du camp Vozhegodsky, un Crucifix a été installé
Il a été érigé en la mémoire de Valentina Troitskaya, confesseur de la foi du Christ, et de toutes les victimes innocentes du pouvoir soviétique qui ont été torturées à cet endroit ...

Le 29 août 2020, avec la bénédiction du métropolite de Vologda, dans le district de Vozhegodsk, région de Vologda, avec la participation de représentants d'organisations de jeunesse et de la population, un Crucifx a été installé et consacré à la mémoire de Christina Nikolaevna Troitskaya (1889-1942) .

C.N. Troitskaya appartenait à un groupe de croyants qui célébraient secrètement la liturgie à Vyshny Volochyok après la fermeture de toutes les églises de la ville. Pour avoir participé à ces offices clandestins Valentina Nikolaevna a été condamnée à 10 ans dans les camps et est décédée en prison dans le camp de Vozhegodsky.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Septembre 2020 à 18:18 | 0 commentaire | Permalien

Saint Job de Potchaiev (+ 1651)
Dès l'âge de neuf ans, il entre au monastère de Pokutcha en Galicie, puis dans celui de Ugornitska dans les Carpathes.

Pour protéger les fidèles orthodoxes du prosélytisme des jésuites et des polonais, le prince d'Ostrog lui fait édifier le monastère de l'Exaltation de la Sainte Croix à Duben dont il fut l'higoumène durant vingt-deux ans.

Mais désireux de mener la vie d'un simple moine, il sera admis à la laure de Potchaiev, en Volhynie, célèbre par le pèlerinage à la Saint Mère de Dieu et toujours Vierge Marie en son icône de Potchaiev.

Il travailla beaucoup pour le renforcement de l'Orthodoxie, opprimée par les Polonais.


Il fut très vite choisi comme higoumène mais, à la fin de sa vie, il reçut le saint habit angélique et, reclus, il s'endormit dans le Seigneur. Il mourut en 1651.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Septembre 2020 à 09:53 | 0 commentaire | Permalien

Plusieurs  publications sur "PO" consacrées aux problèmes de la diaspora russe en France
P.O. version française: Consécration de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris: séjour du patriarche Cyrille en France - VIDEO + PHOTOS /// Premiers offices de Noël à la cathédrale de la Sainte Trinité - Video

2020 La nécropole de Sainte-Geneviève-des-Bois près de Paris sera restaurée

2020 LE PROTOPRESBYTRE BORIS BOBRINSKOY EST DÉCÉDÉ

2020 L'ordination épiscopale de l’archimandrite Syméon Cossec, élu évêque de Domodiédovo et Le métropolite Jean de Doubna a présidé le sacre épiscopal de l’archimandrite Élisée Germain, élu évêque de Réoutov

2020 L'inauguration d’une plaque en mémoire de Sainte mère Marie Skobtsov a eu lieu le 24 juin au mémorial aux émigrés russes impliqués dans la Résistance, à Saint-Genevieve-des-Bois, près de Paris. Monseigneur Jean Renneteau a participé à l’inauguration

2020 - Le 1er février 2020, Son Eminence le Métropolite Jean de Doubna, le père Jean Gueit et du protodiacre Drobot, se sont rendus à Moscou pour le onzième anniversaire de l’intronisation de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille.

2020 - Le 2 février le chef de l’Archevêché des Eglises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale s’est rendu à Tcherkizovo

ARCHIVES L'Orthodoxie, ici et maintenant

2019 - NOUVELLE DÉNOMINATION DE L’ARCHEVÊCHÉ : Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale Patriarcat de Moscou

2019 La présentation du livre de Xénia Krivochéine « Des bulbes d’or dans le ciel de Paris »

2019 - Le patriarche Cyrille a , le 3 novembre 2019 à la cathédrale du Christ Sauveur, remis à Monseigneur Jean l'Acte de rétablissement de l'union ecclésiale. Monseigneur Jean a été consacré métropolite de Doubna

2019 - Strasbourg: Le patriarche Cyrille consacre la nouvelle église orthodoxe russe de Tous les Saints
2019 - PARIS: Inauguration du Centre Culturel Mère Marie Skobtsov
2019- Paris - l'EXPOSITION CONSACRÉE A L'OEUVRE DU PÈRE GREGOIRE KROUG
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 10 Septembre 2020 à 08:00 | 4 commentaires | Permalien

 Il y a 30 ans le père Alexander Men (1935-1990) était assassiné
Magnifique documentaire sur Alexandre Men grand spirituel orthodoxe mort en martyr en 1990

Le 9 septembre 1990, à cinq heures du matin, pendant qu'il se rendait à la divine liturgie, père Alexandre Men fut assassiné par un inconnu.

Né à Moscou en 1935 de parents juifs, Alexandre Men est éduqué à la foi orthodoxe chez sa mère qui entretient des liens avec l'Église des catacombes. Il a une vocation précoce à la prêtrise, mais il sera ordonné seulement après avoir achevé ses études supérieures de biologie.


Depuis le début de son ministère sacerdotal il réunit autour de lui un nombre toujours plus important d'intellectuels moscovites, en devenant un point de référence obligatoire pour l'intelligentsia de la capitale. A partir des années 1960, il rédige une oeuvre en plusieurs volumes sur l'histoire des religions, un dictionnaire biblique monumental en 7 tomes, et des livres de vulgarisation sur l'Ecriture Sainte, l'Église et la Liturgie orthodoxe.Il compose une vie de Jésus qui conduira à la foi des milliers de citadins soviétiques.
Rédigé par l'équipe rédaction le 9 Septembre 2020 à 17:03 | 1 commentaire | Permalien

L'archimandrite Andreas (Konanos) le théologien de renommée internationale a annoncé qu'il démissionnait de la prêtrise. Pourquoi?
Le théologien de renommée internationale a annoncé qu'il démissionnait de la prêtrise. Comment traiter cette situation et quelle est la raison possible de cette décision ?

Le 24 août a 2020 , l'un des plus célèbres prédicateurs, missionnaires, théologiens et écrivains spirituels orthodoxes, l'archimandrite grec Andreas (Konanos), a annoncé sa décision de quitter la prêtrise. Le père Andreas n'a pas expliqué les motifs de son action, se contentant d'écrire un message sur Facebook pour dire que les raisons de son départ sont multiples.

"Mes chers amis, je vous souhaite tout le succès possible ! Aujourd'hui est une étape importante dans ma vie. Quelque chose de très important touche à sa fin. Et quelque chose de nouveau commence", écrit-il dans sa déclaration. "Aujourd'hui, 24.08.20, j'ai présenté au saint Archevêché d'Athènes ma démission du sacerdoce, et je suis redevenu un citoyen ordinaire de ce monde. Je suis maintenant le "simple" Andreas Konanos".

Selon le père Andreas, il démissionne du sacerdoce, mais il n'est déçu ni par la foi ni par son cheminement, et son essence ne changera jamais - seules sa "forme et son apparence seront différentes maintenant".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Septembre 2020 à 15:41 | 0 commentaire | Permalien

Les deux saintes Nathalie  martyres  (✝ 306) et (✝ 852)
Le prénom Nathalie vient du latin natalis, « natal » (dans natalis dies, « le jour de la naissance » (du Seigneur) Sainte Nathalie (IVe siècle) a popularisé son prénom dans le monde orthodoxe russe, et Nathalie a progressivement conquis l’Europe.

Lorsque nous commémorons sainte Nathalie , n'oublions pas qu'il y a dans l'histoire deux, et peut-être plus de saintes portant ce nom.

L'histoire d'Adrianus (Saint Adrien) et de sa jeune épouse Natalie (Sainte Nathalie, Natacha) est contée dans la Légende Dorée.

Adrianus était officier dans l'armée de l'empereur Romain Galère qui faisait appliquer avec zèle les quatre édits de persécution des chrétiens de Dioclétien.

Vers 306, alors qu'Adrianus avait vingt-huit ans, il se convertit devant le courage de trente-trois chrétiens de Nicomédie que Galère avait ordonné de supplicier en les faisant fouetter à coups de nerfs, en leur broyant la bouche avec des pierres, puis en les emprisonnant après leur avoir mis le garrot.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Septembre 2020 à 07:39 | -1 commentaire | Permalien

La communauté des vieux-croyants en Bolivie
P.O. a mis en ligne de nombreux textes consacrés aux vieux-croyants et en voici un nouveau: "Bienvenue dans la petite Russie de Bolivie" Maria Plotnikova

Des accents slaves résonnent au fin fond des Andes. Là se sont implantés, après un long exode, des orthodoxes dissidents ayant fui au XXe siècle les répressions dans l’URSS d’alors. La photographe russe Maria Plotnikova a pu pénétrer cette communauté très fermée.

Bien à l’abri derrière une moustiquaire, Inafa et Salamania guettent les allées et venues dans leur village, dénommé Toborochi et isolé dans les plaines orientales de Bolivie. Comme tous les autres habitants de ce hameau, ces fillettes sont des starovery, des «vieux-croyants». Autrement dit, des orthodoxes considérés comme dissidents par l’Eglise russe depuis qu’ils ont refusé d’appliquer des réformes entérinées au XVIIe siècle, continuant par exemple à faire le signe de croix avec deux doigts croisés au lieu de trois.

Après un long exode depuis leur mère patrie, la famille et les voisins d’Inafa et Salamania se sont implantés dans ces confins des Andes au début des années 1980, pour pouvoir y pratiquer leur foi en paix.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Septembre 2020 à 16:57 | 0 commentaire | Permalien

Dix ans de la consécration épiscopale de Monseigneur Nestor !
Excellence, très cher Monseigneur Nestor,

Nous nous souvenons avec quelle joie nous avons appris votre nomination comme évêque de Caffa et suivi les nouvelles de votre sacre il y a aujourd’hui dix ans !

Nous gardons un souvenir très vif et heureux de votre séjour et de votre action à Paris. Nous n’oublierons jamais combien nous vous devons pour la construction de la nouvelle cathédrale de la Sainte-Trinité qui, dans sa version actuelle, loin de défigurer (comme nous l’avons tant craint) le quai Branly, l’embellit vraiment.

Comme tous les paroissiens des Trois-Saints-Docteurs nous regrettons votre départ, mais sommes confiants et vous souhaitons de tout cœur de poursuivre dans votre nouvel archidiocèse, avec l’aide de Dieu, votre œuvre au service de l’Église orthodoxe russe.

Sollicitant vos paternelles prières, nous vous assurons, Monseigneur, de nos ferventes prières et de notre fidèle amour en Christ.

Vos fidèles paroissiens
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Septembre 2020 à 22:19 | -2 commentaire | Permalien

Saint Irénée de Lyon (+ v. 201) un homme de paix au service de l’Église
Irénée est né vers 135-145, à Smyrne (Izmir) en Asie Mineure. Il est vraisemblable qu’il quitta sa ville natale à l’adolescence pour compléter sa formation à Rome. En 177, Irénée arrive à Lyon, la capitale des Gaules. Des chrétiens de Vienne et de Lyon, prisonniers en raison des persécutions, l’invitent à transmettre un message au pape Éleuthère (175 ? - 189). Ils y expriment leur sentiment sur le montanisme, un mouvement prophétique qui commence à se répandre en Phrygie. Irénée se rend donc à Rome avec cette lettre qui est le document écrit le plus ancien de l’Église des Gaules.

Peut-être ce voyage lui épargna-t-il d’être lui-même victime de la persécution qui s’abat alors sur cette communauté chrétienne. De retour à Lyon, Irénée est nommé évêque de la cité gauloise en remplacement de l’évêque Pothin décédé des suites des mauvais traitements dont il avait été victime.

Sous le pontificat de Victor (189-198), Irénée (dont le nom signifie la paix) agit en véritable homme de paix. Alors que les communautés chrétiennes de Rome et d’Asie mineure célébraient Pâques à des dates différentes, Victor, soucieux peut-être d’éviter un retour aux pratiques juives, cherchait à imposer la coutume romaine à l’ensemble des Églises.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 5 Septembre 2020 à 08:25 | 1 commentaire | Permalien

On saura ce 18 septembre si la cathédrale orthodoxe russe à Nice est le "Monument préféré des Français 2020"
Cette année, c’est le retour sur France 3 du "Monument préféré des Français";Monument préféré des Français" , animé par Stéphane Bern. En PACA, le monument qui a été retenu est l’édifice bien connu à Nice sous le nom de la cathédrale orthodoxe russe de Saint-Nicolas. Réponse ce 18 septembre à 21h05.

Avec plus de 43.000 édifices inscrits ou classés aux "Monuments historiques", la France dispose d'un patrimoine incroyable, à l’histoire aussi riche que variée. France Télévisions a relancé cette année le concours. Ce vendredi 18 septembre à 21h05, vous pourrez découvrir le lauréat 2020.

Histoire de la Cathédrale Saint-Nicolas

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, la famille impériale russe se rend régulièrement sur la Côte d’Azur, et plus particulièrement à Nice. Une forte population russe s’y installe donc, entraînant la construction d’un lieu de culte orthodoxe pour cette communauté. La Cathédrale Saint- Nicolas est alors édifiée au début du XXe siècle, à Nice, sous le patronage du dernier Tsar Nicolas II et de sa mère l'Impératrice douairière Marie Feodorovna.[
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Septembre 2020 à 14:19 | 1 commentaire | Permalien

En quelle année a eu lieu la Dormition de la Mère de Dieu ? Elle avait 82 ans.
La date de la Dormition de la Mère de Dieu est totalement inconnue. Cependant on peut la supposer.

L’évangéliste Luc, médecin et assistant de l’apôtre Paul s’est rendu à Jérusalem aux environs de l’an 60. Selon la tradition, c’est alors qu’il y a rencontré la Mère de Dieu et, à la demande de membres de nouvelles communautés chrétiennes, réalisé trois portraits de la Vierge.

Ensuite, Luc a accompagné le prisonnier Paul jusqu’à Rome. C’est à Rome que Luc a écrit le troisième Évangile qui renferme des indications précieuses pour nous sur l’Annonciation, la Nativité et la jeunesse de Jésus. Événements qui ne sont relatés que dans l’Évangile de Luc, ce qui tend à attester que l’Évangéliste a effectivement rencontré la Mère de Dieu, car c’est d’Elle seulement qu’il ne pouvait détenir tous ces détails.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Septembre 2020 à 16:59 | 0 commentaire | Permalien

L’évêque Amfilohije, qui dirige l’église au Monténégro, s’est ouvertement retourné contre le gouvernement à cause de la loi sur la propriété.
Archiprêtre Nicolas Balachov: Les résultats des élections au Monténégro donnent l'espoir de mettre fin à la politique anti-ecclésiale dans ce pays

L’Église orthodoxe serbe a fait valoir que la loi permet à l’État monténégrin de confisquer ses biens en prélude à la création d’une église monténégrine distincte. Cela a été nié par le gouvernement.

L’évêque Amfilohije, qui dirige l’église au Monténégro, s’est ouvertement retourné contre le gouvernement à cause de la loi sur la propriété. Le principal groupe d’opposition, l’alliance pro-serbe et pro-russe «Pour l’avenir du Monténégro», a soutenu les manifestations dirigées par l’Église contre la loi sur la religion, et il souhaite des liens plus étroits avec Belgrade et Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Septembre 2020 à 08:44 | 0 commentaire | Permalien

Carol SABA : LIBAN, 2ème lettre ouverte à Emmanuel Macron
LIBAN : 2ème lettre ouverte à l’occasion du 2ème voyage d’Emmanuel Macron au Liban qui commence lundi soir. Une lecture de la situation contextuelle actuelle et des raisons d’espérer. Cet article est un ensemble composé de la lettre elle-même plus et de trois annexes qui constituent une analyse de fond.

Par Carol SABA, Avocat franco-libanais au Barreau de Paris et de Beyrouth, Vice-président de la Commission internationale « Paris-Beyrouth » de l’Ordre des Avocats de Paris, Responsable de la Communication de l’Assemblée des Evêques Orthodoxes de France, écrivain et chroniqueur (Il s’exprime ici en son nom personnel)

« Oui, M Macron, Ecoutez FAYROUZ ! Elle vous dira ce qu’est vraiment le Liban ! Mais de grâce, M le Président, ne soyez pas contaminé par nos politiciens ! »

« Monsieur le Président. Je vous fais une lettre, Que vous lirez peut-être, Si vous avez le temps ». Sans être « déserteur », j’emprunte à Boris VIAN, ces paroles pour vous adresser un salut républicain franco-libanais et pour vous parler du LIBAN.

Cette lettre ouverte, à la veille de votre voyage à Beyrouth, n’a d’autres ambitions que de rappeler l’essentiel de certains CONSTATS de la situation de crise libanaise, complexe et dramatique, et à formuler des PROPOSITIONS qui seraient nécessaires pour aider les libanais à s’en sortir, par le haut.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Septembre 2020 à 13:51 | Permalien

Saints Flor et son frère jumeau Laure
Saint Flor et son frère jumeau Laure vécurent sous le règne d'Hadrien (117-138).

Ils exerçaient la profession de tailleurs de pierre, qu'ils avaient apprise à Byzance des Saints Patrocle et Maxime. Recevant aussi de leurs maîtres les semences de la piété, ils mettaient leur art au service de Dieu, et quand ils taillaient les pierres pour leur donner forme et grâce, ils avaient conscience qu'ils travaillaient en fait sur leur âme, pour la dégrossir de ses passions et la faire resplendir de la ressemblance divine par les saintes vertus.

Lorsque leurs maîtres Patrocle et Maxime eurent subi le martyre, ils quittèrent Byzance et allèrent s'installer dans la ville d'Ulpiana en Dardanie (province d'Illyrie). Arrivés là, ils demandèrent au gouverneur Lykôn l'autorisation d'exploiter des carrières et d'en extraire des pierres aptes à être sculptées.

Ayant acquis une bonne réputation par leur travail, ils furent convoqués par Licinius, fils de l'impératrice, qui leur confia une importante somme d'argent pour construire un temple en l'honneur des idoles, dont il avait lui-même tracé les plans.
Rédigé par l'équipe rédaction le 31 Août 2020 à 15:46 | -1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 296


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile