La Vierge de Vladimir et l'enfant Jésus
La vierge de Vladimir ou Théotokos (= Marie) de Vladimir

L'icône de la Vierge de Vladimir est connue en Russie depuis 1131 alors qu'elle était apportée de Constantinople à Kiev.

En 1155, le prince André Bogolioubski partit vers le Nord pour fonder une nouvelle capitale. Ce fut Vladimir. Il apporta avec lui l'icône de Kiev. Il était captivé par sa splendeur. C'est à cette époque que l'icône commença à opérer des miracles et attira de nombreux fidèles.

En 1395, l'icône était transportée à Moscou. À trois reprises, lorsque menacée par une invasion de l'est, Moscou était sauvé par une intervention miraculeuse impliquant l'icône. L'icône se distingue par le bras de l'Enfant autour du cou maternel. Le visage de la Vierge qui nous regarde est empreint de chaleur et compréhension humaine, mais aussi d'une profonde tristesse.

Aujourd'hui, les pèlerins affluent toujours en grand nombre de toute la Russie, vers la Vierge de Vladimir.

L'icône de la Mère de Dieu, appelée aussi « icône de Vladimir», est conservée aujourd'hui dans la galerie Tretiakov à Moscou. C'est une icône dite miraculeuse du type Éléousa (tendresse miséricordieuse).

C'est une des plus anciennes icônes de ce type et, sans doute aussi, l'une des plus connues en Occident.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 6 Juillet 2018 à 13:29 | 16 commentaires | Permalien

Strasbourg: rencontres sur les Nouveaux Martyrs a eu lieu à la paroisse de Tous les Saints
Le 29 juin 2018 à la bibliothèque orthodoxe auprès de l'église de Tous les Saints à Strasbourg, a eu lieu la troisième rencontre consacrée aux nouveaux martyrs de l'Eglise russe qui a souffert au XXe siècle du pouvoir athée soviétique.

Cette fois , les paroissiens et les invités ont regardé un extrait d'une série documentaire «L'Église dans l'histoire », écrite par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, ainsi que des courts métrages sur les Saints confesseurs Sergey Pravdolyubov et Seraphin Zvezdinsky.

Après la projection, l'higoumène Philip (Ryabykh) a proposé au public de réfléchir sur les raisons de la persécution de l'Eglise depuis 1917, ainsi que de songer aux leçons que nous pouvons tous apprendre de cette terrible période dans l'histoire du pays et de l'Église.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Juillet 2018 à 10:07 | 0 commentaire | Permalien

Les photos sont mises par V.G. Les vidéos proviennent de P.O.

La situation de l'Église orthodoxe ukrainienne, indépendante ou rattachée au patriarcat de Moscou, est en débat politique plus que religieux depuis plus de 25 ans que l'Ukraine est un état indépendant; les politiques s'en préoccupent régulièrement, le parlement (Rada) et le président Porochenko demandant au patriarcat de Constantinople d'instituer une Église autocéphale en Ukraine, alors que celui-ci renvoie à l'Église orthodoxe d'Ukraine canonique qui est autonome dans l'obédience du patriarcat de Moscou. La métropole de Kiev est en effet rattachée à ce patriarcat depuis plus de 450 ans mais la question revient dans l’actualité (1). Il est donc intéressant de revenir sur les circonstances de ce rattachement, qui fut aussi le résultat de considérations politiques bien plus que religieuses à la fin du XVIIе

Contexte historique

La métropole de Kiev, fondée après le baptême de St Vladimir en 988, occupait la 60e place dans les dyptiques du patriarcat de Constantinople. Après la conquête tatare (XIIIe siècle) le métropolite suivit le Grand Prince à Vladimir (1354), puis à Moscou, devenue capitale du principal état russe, tout en gardant le titre de "métropolite de Kiev et de toute la Rus" jusqu'à l'obtention du titre de "patriarche de toute les Russies" en 1589. La métropole de Kiev ne faisait alors plus partie de son obédience.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Juillet 2018 à 05:17 | 6 commentaires | Permalien

CONFÉRENCES LITURGIQUES SAINT SERGE en russe + PHOTOS
Programme

Mercredi 4 juillet 2018 : JOURNÉE à la Cathédrale de la Sainte-Trinité

Matin, à 9h15 : rendez-vous au 1, quai Branly pour visite de l’église puis suite des travaux dans les
locaux du Centre spirituel, même adresse.

Matin (suite) présidence: Père Gilles Drouin F: Gestes d’onctions

- Père Bruce MORRILL, Anointing the Sick Within Mass in the Easter Season: The Proclaimed Word
of Salvation Written on Sacramental Bodies

- Père Pierre JABBOUR, L’onction du myron : un geste épiclétique selon la liturgie maronite
- Père Przemysław NOWAKOWSKI, Le corps humain comme sujet des onctions avec le saint myron
dans la tradition byzantine-slave (russe)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2018 à 23:00 | 0 commentaire | Permalien

La métropole de Kiev fait partie du patriarcat de Moscou
Le métropolite Hilarion, président du DREE du patriarcat de Moscou, a démenti les assertions selon lesquelles la transsection de la métropole de Kiev sous l’omophore du patriarcat de Moscou, il y a quelques siècles, avait un caractère provisoire.

Une délégation de ‘Eglise orthodoxe d’Ukraine s’est rendue récemment à Istanbul Elle y a été reçue par le patriarche Bartholomé, le métropolite Jean de Pergame, le métropolite Emmanuel de Gaule et le métropolite de Smyrne monseigneur Bartholomé.

« Le métropolite de Pergame a évoqué des événements remontant à trois siècles en affirmant que cette transition avait dès les départ un caractère provisoire.

Une décision du patriarche de Constantinople voulait que ce soit Moscou qui désigne le métropolite de Kiev mais que celui-ci dépendrait du patriarche de Constantinople » a dit le métropolite Hilarion dans le cadre d’un entretien avec l’agence grecque Romfea. Il a précisé que l’études archives existantes ne corrobore pas la théorie préconisée par le représentant du patriarche Constantinople.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2018 à 09:51 | 2 commentaires | Permalien

Saint Maxime le Grec  (+ 1556 ) surnommé " l'illuminateur de la Russie "
Originaire d'Arta dans l'Epire en Grèce, il partit, jeune adolescent, à Florence faire ses études classiques. Il suivit avec enthousiasme le dominicain Savonarole dans son mouvement de rénovation religieuse et spirituelle qui se termina tragiquement.

Saint Maxime, une fois ses études terminées, se rendit sur la Sainte Montagne de l'Athos, au monastère de Vatopedi, dans l'étude et la méditation. Appelé par le prince russe, Basile Ivanovitch, il vient en Russie pour traduire en slavon le psautier et d'autres livres liturgiques dont la traduction du grec était très imparfaite. Après avoir effectué ce travail, on l'obligea à rester pour continuer d'autres traductions.

Mais, accusé par certains de se mêler de ce qui ne le regardait pas, il fut condamné pour hérésie et relégué au monastère de Volokolamsk. On lui reprochait notamment de défendre la primauté du siège de Constantinople contre les prétentions de Moscou de s'y substituer comme "troisième Rome".
Rédigé par l'équipe rédaction le 4 Juillet 2018 à 08:10 | 6 commentaires | Permalien

Iran - Cathédrale  arménienne  Saint-Sauveur d'Ispahan a été construite entre 1655 et 1664
Cette cathédrale abrite également aujourd'hui un musée consacré à l'histoire des Arméniens de la Nouvelle-Djoulfa, une imprimerie ancienne, ainsi qu'une grande bibliothèque de manuscrits arméniens (au nombre de sept cents).

Vue de la rue, la cathédrale a le même aspect qu'une mosquée si ce n'était la croix au sommet du dôme. A l'intérieur les murs sont recouverts d'une merveilleuse collection de fresques consacrées entre autre au martyre légendaire de saint Grégoire l'Illuminateur, fondateur de l'Église arménienne

L'église est officiellement affiliée à l'Eglise apostolique arménienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2018 à 08:02 | 2 commentaires | Permalien

Nicolas Ross : “Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent”
En juillet 2018, le patriarche Cyrille a l’intention de se rendre en pèlerinage dans l’Oural à l’occasion du centenaire de l’assassinat de la famille de Nicolas II

Choix et rédaction des documents, avant-propos et notes de Nicolas Ross - Documents traduits du russe par Jean Christophe Peuch

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 mourraient Nicolas II et sa famille à Ekaterinbourg, dans la maison de l’ingénieur Ipatiev, où ils étaient détenus depuis le 30 avril. Contrairement à ce qu’on a pu croire, les exécutants et les complices de et assassinat ont beaucoup parlé et beaucoup écrit, mais sous le sceau d’un secret bien gardé jusqu’aux dernières années de l’existence de l’URSS.

Avant de donner la parole aux acteurs de ces événements, Nicolas Ross revient sur le massacre de la famille impériale, la disparition puis la réapparition de ses restes. Ce court récit facilite la lecture des seize témoignages qui suivent.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2018 à 22:52 | 2 commentaires | Permalien

UNE COMMUNAUTÉ ORTHODOXE RUSSE DANS LA PRINCIPAUTÉ DE MONACO
V. Golovanow

La principauté de Monaco abrite depuis plusieurs années une communauté orthodoxe d’obédience grecque desservie par l’Archiprêtre Michel Seliniotakis qui célèbre dans la Chapelle de la Visitation, place de la Visitation, Monaco Ville, mise a la disposition par l’Église catholique. Mgr Emmanuel, Métropolite de France, est venu y célébrer une Liturgie pontificale le 20 mai dernier

Les Russes devenant de plus en plus nombreux, ils ont décidé de fonder leur propre communauté dans le cadre du diocèse de Chersonèse, qui regroupe les paroisses du patriarcat de Moscou en France, Suisse, Espagne et Portugal.

L’évêque de de Chersonèse Nestor s’est rendu à Monaco à la fin de 2017 et a rencontré, en particulier, Mgr Bernard Barsi, l’ordinaire catholique de Monaco
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2018 à 11:53 | 12 commentaires | Permalien

Pèlerinage orthodoxe aux reliques du Saint martyr Maurice
L’église Saint Jacques avait été transmise à titre permanent au diocèse de Chersonèse.

Des offices orthodoxes sont désormais régulièrement célébrés à l’abbaye Saint Maurice (Suisse), dans l’église Saint Jacques.

Le 3 juin, c’est avec la bénédiction de Monseigneur Nestor que le père Augustin Sokolowski a célébré une divine liturgie auprès des reliques du martyr Maurice. Trente pèlerins y ont assisté et vénéré les reliques du martyr. Ils venaient des paroisses suisses du patriarcat de Moscou à Biehl, Zurich et Berne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2018 à 08:50 | 1 commentaire | Permalien

Le 2 juillet nous commémorons saint Jean de Shanghai vénéré par le plérôme de l'Eglise russe
Examen des reliques de l'Archevêque Jean Maximovitch, saint Jean de Shanghai 1896-1966

Inspiré de l'article de "Tcerkovnie novosti" № 34 sept.octobre 1993

Le Mardi 29 septembre / 12 octobre 1993, après la célébration d'une pannikhide à l'intention de l'Archevêque Jean Maximovitch et l'enlèvement de la dalle de pierre qui couvre son tombeau, il a été procédé à l'ouverture de son cercueil et l'examen de ses reliques.

Les participants à cette cérémonie, qui s'y étaient préparés par le jeûne et la prière, étaient l'Archevêque Antony de San Francisco, l'Archevêque Laure de Syracuse, l'Evêque Cyrille de Seattle, sept prêtres, trois diacres, un lecteur et un laïc. Parmi les prêtres qui participaient se trouvait en particulier le hiéromoine Pierre (Loukianov) qui passa sa jeunesse auprès de l'Archevêque Jean.

Lire aussi Émigration russe en Chine. Saint Jean de Shanghai au milieu des enfants de l’orphelinat de saint Tikhon de Zadonsk.

Après qu'ils eurent prié dans la crypte, le hiéromoine Pierre tenta d'ouvrir la serrure du cercueil avec la clé qu'il avait conservée mais l'état rouillé de la serrure ne le permit pas. Pendant qu'on cherchait des outils, l'Archevêque Antony se mit à chanter "Ouvre nous les portes de la miséricorde", et les gonds du tombeau cédèrent en l'ouvrant. Avant que l'Archevêque Laure enlevât le voile de sa face, l'Archevêque Antony lut le Psaume 50.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Juillet 2018 à 11:26 | 0 commentaire | Permalien

Espagne : Onze lieux saints où il faut se rendre
L’Espagne que nous ne connaissons pas. L’archiprêtre André Kordotchkine, recteur de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine de Madrid partage ici avec nous son amour pour les reliques de saint Jacques le Majeur, le Suaire de notre Seigneur, une parcelle de la Sainte Croix et la geôle de la sainte martyre Léocadia.

Parfois on nous demande en quoi la vie orthodoxe à l’étranger diffère-t-elle de celle de la Russie. Il me semble qu’il y a une différence, importante, peut-être pas pour tous, mais pour beaucoup. Quand on vit à Moscou, par exemple, ou à Saint-Pétersbourg, si on a le cafard, on peut aller au monastère du Don ou sur les bords de la Smolenka, et alors ça va mieux, ou ça passe totalement. Si on est à Madrid, on n’a nulle part où aller, nulle part où recharger ses batteries.

C’est ce que je pensais quand je suis arrivé à Madrid, il y a douze ans, quand nous avons commencé à officier là où avant nous venaient des immigrés latino-américains ou marocains pour téléphoner chez eux ou vendre des pêches et des tomates. Ce n’est pas facile de commencer quelque chose, d’essuyer les plâtres, pensai-je. Mais petit à petit nous avons appris que nous n’étions pas les premiers. L’histoire passée de notre paroisse nous est apparue, elle remonte jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, nous avons découvert un prêtre remarquable : le père Constantin Koustodiev qui officiait à Madrid dans les années 1860, nous avons feuilleté les pages de l’histoire de l’Église indivise en Espagne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Juillet 2018 à 15:00 | 19 commentaires | Permalien

La façade de l’église catholique Sainte-Catherine a été restaurée  pour l’ouverture de la Coupe du monde de foot
Saint-Pétersbourg: Pour l’ouverture de la Coupe du monde de football, la façade de l’église catholique Sainte-Catherine a été restaurée, elle a retrouvé les statues des quatre Évangélistes et de deux anges.

« Beaucoup de supporters viennent dans notre église. Pratiquement tous ceux qui se promènent sur la perspective Nevski, entrent pour quelques minutes.

On reconnaît tout de suite que ce ne sont pas nos paroissiens : ils sont habillés différemment. Ils sont d’autant plus nombreux que juste à côté se trouve une fan-zone. » Nous a déclaré le père Tomas Vyrtval, avant d’ajouter « les fans se tiennent correctement, nous n’avons pas de problèmes avec eux. »

L’agence « Karpovka » annonce que fin 2017, on a ôté les échafaudages dressés devant la façade de l’église Sainte-Catherine, la compagnie Renaissance-restauration a terminé le ravalement de l’extérieur de l’église.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Juillet 2018 à 14:12 | 0 commentaire | Permalien

Le patriarcat de Moscou sera-t-il représenté au sommet œcuménique de Bari sur le Proche-Orient le 7 juillet 2018
Le Vatican avait annoncé le 25 avril dernier que le pape François se rendra le 7 juillet prochain à Bari (sud de l’Italie) pour une «journée de réflexion et de prière sur la situation dramatique du Moyen-Orient qui afflige tant de frères et sœurs dans la foi» et a publié le programme de la journée le 7 juin.

Le programme du sommet >>> ICI

Le pape accueillera un à un chacun des patriarches ayant répondu à son invitation sur le parvis de la basilique Saint-Nicolas.

Ils descendront ensuite ensemble dans la crypte de la basilique pour y vénérer les reliques de saint Nicolas et allumer une lampe puis rejoindront la Rotonde du front de mer de Bari pour une rencontre œcuménique de prière.

Un « dialogue » d’une heure et demie se déroulera ensuite à huis clos dans la basilique Saint-Nicolas, à l’issue duquel le pape et les patriarches déjeuneront ensemble à l’archevêché de Bari
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Juillet 2018 à 12:29 | 8 commentaires | Permalien

Le patriarche Bartholomé reçoit une délégation de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine: La question du Tomos n'a pas trouvé de solution
Le samedi 23 juin une délégation du Saint Synode de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine s'est rendue à Istanbul, à l'invitation du patriarche Bartholomé et avec la bénédiction du métropolite Onuphre.

Elle est dirigée par Monseigneur Agafangel, métropolite d'Odessa (PM). La délégation souhaite suggérer des solutions à la diffcile situation qui est celle de l'Eglise d'Ukraine après 1992.

C'est alors que s'est produit le schisme qui l'a divisée. Elle voudrait connaître l'attitude du patriarcat œcuménique à l'égard de cette situation. La date de la réunion du Synode du patriarcat œcuménique qui devait fixer la date de l'octroi de l'autocéphalie a été repoussée.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juin 2018 à 08:47 | 2 commentaires | Permalien

Dans la région d’Arkhangelsk a été dressée une croix en mémoire des victimes des répressions bolchéviques
Cette croix a été élevée dans un endroit désert sur les bords de la rivière Kolozma /près d’Arkhangelsk/ où ont été relégués les moines du monastère des Solovki et d’autres communautés…

Le service de presse du diocèse d’Arkhangelsk annonce que la croix a été dressée à l’aide d’un hélicoptère militaire et le soutien de la SARL « Severalmaz (Émeraude nordique) ». L’expédition qui s’est rendue dans ce lieu peu accessible était dirigée par le hiéromoine Daniil (Plotnikov), recteur de l’église Sainte-Barbara d’Arkhangelsk, accompagné du marguillier de la paroisse et de la nonne Elisabeth (Oboukhova).

La croix est située à 40 kilomètres au nord-ouest de la capitale régionale sur le lieu où vécurent des moines exilés de monastères du grand nord par les bolchéviques. Le père Daniil a célébré une liturgie en plein air au pied de la croix. « L’hélicoptère est reparti et nous avons dressé les tentes et sommes restés six jours dans cet endroit désert, nous sommes revenus en barque durant douze heures.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Juin 2018 à 12:28 | 0 commentaire | Permalien

La chorale de garçons de Konakovo, événement dans la vie de la ville
Comment un prêtre et son épouse, anciens de la Gnessine, ont transformé la vie d’une petite ville de province

1995, Konakovo est une petite ville ouvrière sur la Volga nommée « 101ème kilomètre ». Une partie des habitants de la ville travaille à la centrale électrique locale, les autres vont quotidiennement chercher un salaire à Moscou, ceux qui restent cultivent leur jardin ou pêchent le long de la Volga.

Les enfants à la sortie de l’école traînent dans les rues, abandonnés à eux-mêmes. Le foot – la bière, la bière – le foot, à la tombée de la nuit c’est l’insécurité, les bagarres.

Puis, un jour, tout change : tous les soirs après l’école, plus de foot, plus de bière, tous se rendent au foyer local et y disparaissent jusque tard dans la soirée. Entassés dans une pièce, les jeunes apprennent par cœur des textes allemands, déchiffrent des partitions, chantent des œuvres de Bach, Haydn, Strauss, Tchaïkovsky ou Moussorgsky.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juin 2018 à 22:06 | 1 commentaire | Permalien

Le patriarche Cyrille se rendra à Ekaterinbourg à l’occasion du centenaire de l’assassinat de la famille impériale
Le patriarche Cyrille se rendra dans la métropole d’Ekaterinbourg pour y commémorer le premier centenaire de l’assassinat de la famille impériale.

Selon le père Alexandre Volkov, porte-parole du patriarcat de Moscou « Le patriarche Cyrille sera à Ekaterinbourg du 14 au 17 juillet. Il y célèbrera plusieurs offices solennels. Le Saint Synode se réunira dans la ville pour une session ordinaire.

Cette session du Synode souligne la gravité des évènements de 1918 : assassinat de la famille impériale, début des persécutions de l’Eglise. Le père Volkov n’a pas précisé si le Synode allait examiner la question de l’authenticité des reliques. L’ordre du jour de la session est confidentiel, un communiqué sera publié après la session.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juin 2018 à 17:15 | 3 commentaires | Permalien

Données statistiques sur la situation de l'orthodoxie en France
Lors de la deuxième Conférence internationale consacrée à l'impact des technologies numériques sur la prise en charge pastorale orthodoxe, qui s'est déroulée du 18 au 21 Juin 2018 à l'Académie orthodoxe de Crète de Kolimvari (Grèce), le père Jyvko Panev, un prêtre d'origine bulgare qui exerce son ministère à Paris, a décrit la situation actuelle de l'Orthodoxie en France, ainsi que l'indique le site Orthodoxie.com

Selon le père Jyvko, la présence des orthodoxes en France est principalement due à plusieurs vagues d'émigration venant de pays traditionnellement orthodoxes comme la Russie, la Grèce, la Serbie, la Roumanie, la Bulgarie et des pays du Proche-Orient. Aujourd'hui, selon diverses estimations, le nombre de chrétiens orthodoxes en France varie de 500 à 700 000.

L'orthodoxie en France est organisée comme suit :
- 273 paroisses ;
- 27 monastères ;
- 3 instituts de théologie.
Les orthodoxes en France disposent de :
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juin 2018 à 09:42 | 1 commentaire | Permalien

Femmes martyres pour la foi 1932-1938
En 1932, à la suite d’arrestations massives effectuées dans la région de Leningrad 900 religieuses et leurs amies laïques furent expédiées en direction d’Alma-Ata, en Asie centrale soviétique, pour être réparties en divers endroits.

Bientôt, il n’en restait plus que 70 en vie ! Le typhus, la dysenterie, la faim avaient touché toute les autres. Du matin au soir, on évacuait leurs cadavres des baraques en béton ou en argile, des prisons et des infirmeries.

Marie de Gatchina (Lidia Lelianova dans le monde), sainte martyre, est née à Saint Pétersbourg en 1874. A l’âge de 16 ans elle est atteinte par la maladie de Parkinson, puis d’une encéphalite.

C’est dans un fauteuil roulant qu’elle se présente à son lycée pour y passer les examens de fin d’études.De longs traitements, y compris à l’étranger, s’avèrent infructueux. Ses bras et ses jambes se dessèchent peu à peu. La position assise lui était impossible à cause des terribles douleurs qu’elle éprouvait. Elle était astreinte à rester couchée.

Photo: Sainte martyre Marie de Gatchina 1930
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 28 Juin 2018 à 08:03 | -1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 264


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile