Le 1er février 2020 a été célébré le onzième anniversaire de l’intronisation du patriarche de Moscou Cyrille. Le patriarche a célébré la Liturgie en la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, dans les ornements qu’il portait le jour de l’intronisation. 70 métropolites concélébraient la Liturgie, dont les métropolites Hilarion et Marc (Église russe hors-frontières) et le métropolite Jean de Doubna (Archevêché des Églises russes en Europe occidentale).

Le métropolite de Philippopolis Niphon (Église orthodoxe d’Antioche), et l’évêque de Moravica Antoine (Église orthodoxe serbe) participaient également à la célébration.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Février 2020 à 09:48 | 3 commentaires | Permalien

La Douma de la Fédération de Russie a débattu d'une proposition consistant à mentionner Dieu dans le texte de la Constitution
Michel Emelianov, premier vice-président de la Douma d'Etat pour  la législation, a admis la possibilité de faire mentionner Dieu dans le texte de la Constitution du pays.

Il a ainsi commenté la proposition avancée par le patriarche Cyrille et consistant à compléter la législation russe par une mention de Dieu dont l’existence est reconnue par la majorité des citoyens du pays: "Si le patriarche avait proposé de déclarer l’orthodoxie, l'islam ou le bouddhisme religions officielles de l'Etat cela aurait contredit la nature laïque de notre pays.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Février 2020 à 11:46 | 4 commentaires | Permalien

MONUMENTS RUSSES EN FRANCE : Photographies de K. SEMENOFF-TIAN-CHANSKY
Dans le cadre du XIe Salon du Livre Russe

Samedi 8 et Dimanche 9 Février 2020, Mairie du Ve - Ouverture à 11 heures

Remise du Prix « Russophonie » en présence de S. E. l’Ambassadeur de Russie à 18 heures

ARTCORUSSE sera heureux de vous accueillir sur son stand et vous présentera une série d’objets russes et :

Présentation-Vente & Dédicaces de Photographies Noir & Blanc et Couleur sur le thème des Monuments Russes en France par Kyrill Semenoff-Tian-Chansky

Reproductions de haute qualité 21 x 15 cm imprimées par Suisse Imprimerie à Paris, co-organisatrice des Trophées de l’Imprimerie Française à utiliser comme Carte de Vœux de prestige,

Reproductions à encadrer, Objets de décoration ou à offrir

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Février 2020 à 09:36 | 0 commentaire | Permalien

La situation au Monténégro se dégrade : après que le régime de Đukanović a imposé une loi visant à nationaliser l’Église orthodoxe et à entraver l’éducation religieuse, il intensifie désormais la répression contre ceux qui s’opposent à cette loi.

Ce matin du 31 janvier 2020, la police du Monténégro a violemment arrêté la mère de Milan Knežević, ainsi qu’un autre membre de sa famille. M. Knežević est membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) et député de l’opposition au Parlement du Monténégro.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Février 2020 à 14:45 | 10 commentaires | Permalien

Les Homélies spirituelles de saint Macaire l’Égyptien  (+ 391)
Saint Macaire utilise des couleurs vives pour dépeindre la façon dont Satan a réduit la nature humaine en esclavage après la chute d’Adam.

« Le royaume des ténèbres, le prince pervers, a, dès le commencement, réduit l’homme en captivité ; il a enveloppé et revêtu son âme de la puissance des ténèbres [...] comme on couvre [un homme] de vêtements . »

Pour évoquer les actions des puissances des ténèbres, saint Macaire a souvent recours à l’image du vent nocturne.

« Comme un vent sauvage qui souffle dans une nuit obscure et ténébreuse, ébranle, agite et secoue toutes les plantes et toutes les graines, ainsi l’homme qui est tombé au pouvoir de la nuit, des ténèbres et de Satan, et qui vit dans cette nuit ténébreuse, est violemment secoué, agité et ébranlé par le vent terrible du péché »

Ou encore. « De même en effet qu’un unique vent trouble et agite toutes les plantes et toutes les graines, et que l’unique obscurité de la nuit s’étend sur tout l’univers, ainsi le prince du mal, qui est lui-même l’obscurité spirituelle de la malice et de la mort, ainsi qu’un vent mystérieux et sauvage, agite sur la terre toute la race des hommes, la trouble par des pensées toujours en mouvement et séduit par les désirs du monde les cœurs des hommes ; il remplit des ténèbres de l’ignorance, de l’aveuglement et de l’oubli toute âme qui n’est pas née d’en-haut »
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 1 Février 2020 à 07:57 | 2 commentaires | Permalien

Ukraine - Il y a un an débutait la veillée de prière en Bucovine
P.O. publie à regret ces informations à propos de la situation de l'Eglise en Ukraine. Nous le faisons pour mieux renseigner nos lecteurs francophones.

Le 27 janvier 2020 marque le premier anniversaire de la veillée de prière, organisée par les paroissiens de l’église de la Dormition de la Mère de Dieu dans le village de Vaslovovtsy (district de Zastavna, région de Tchernovtsy).

24h/24 les fidèles élèvent leurs prières pour la paix en Ukraine et le droit de fréquenter librement leur église.

L’église de la Dormition est l’une des premières dans le diocèse dont les partisans de la schismatique « Église orthodoxe d’Ukraine » ont tenté de s’emparer. Durant toute l’année, les paroissiens ont subi les vexations des autorités locales, la persécution de leurs enfants à l’école, les injures et les quolibets de leurs concitoyens.

Des actions judiciaires sont toujours en cours concernant le ré-engistrement illégal de leur paroisse au profit de l’Église orthodoxe d’Ukraine, Mgr Épiphane Doumenko
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Janvier 2020 à 14:59 | 2 commentaires | Permalien

Le 27 janvier 2020, d’après Le Commerçant, la commission chargée de proposer des améliorations à la Constitution de la Fédération de Russie, réunie en session de travail, a délibéré de différentes améliorations à apporter au texte de la Loi fondamentale.

Parmi les propositions figure l’affirmation que l’orthodoxie est la religion prédominante du pays. Cette proposition a été présentée par le champion paralympique Sergueï Bourlakov.

La commission, qui se compose de soixante-quinze membres a déjà élaboré plus d’une centaine de propositions d’amendements à Loi fondamentale.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Janvier 2020 à 09:42 | 7 commentaires | Permalien

Printemps 1918, le populaire archiprêtre Philosophe Ornatsky (1860-1918) , recteur de la cathédrale de la Mère de Dieu de Kazan à Pétrograd devient le second martyr du clergé de la capitale.

Pendant 20 ans le père Philosophe avait Saint Jean de Cronstadt pour père spirituel. En 1913 il est nommé recteur de la cathédrale de la Mère de Dieu de Kazan à Saint Pétersbourg. C’était un brillant prédicateur, un admirable orateur ainsi qu’un grand travailleur social. Généreux bienfaiteur, il avait fondé de nombreux établissements destinés aux familles pauvres.

Quand la révolution éclata, le père créa, auprès de son église, un foyer pour tous ceux qui cherchaient leur consolation dans la religion. Les bolcheviks surveillaient son activité et, le 9 août 1918, ils l’arrêtèrent avec ses deux fils, Nicolas et Boris, officiers de la Garde qui ont été fusillés plus tard. Ils ont été jetés dans la prison de la Tcheka. La veille de son arrestation l’archiprêtre avait célébré un office de requiem pour le repos des âmes des victimes de la terreur rouge. Les exécutions par fusillade étaient devenues courantes.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2020 à 12:31 | 1 commentaire | Permalien

La police monte la garde autour de l’église d’un village d’Ukraine occidentale
Au matin du 25 janvier 2020, des partisans de l’Église orthodoxe d’Ukraine du village de Bouderage (district de Zdolbounov, région de Rovno), soutenus par des alliés venus de localités voisines, ont une fois de plus tenté de s’emparer de l’église de l’Intercession de la Vierge de l’Église orthodoxe ukrainienne. Le conflit est toujours en cours : l’église est gardée par une unité de la police du district de Zdolbounov, et des représentants des deux communautés veillent toutes les nuits.

Les paroissiens ont raconté que l’assaut a débuté par une soi-disant panikhide, à laquelle sont venues des personnes qui n’avaient jamais auparavant assisté à aucun office. Avant que la police n’arrive, les paroissiens ont une heure durant défendu leur église contre les assaillants. Selon des témoins, quatre institutrices de l’école locale étaient particulièrement virulentes dans leurs invectives envers les paroissiens. Les forces de l’ordre ont immédiatement réagi à l’appel reçu et ont empêché les schismatiques de briser les cadenas, a déclaré le département d’information et d’éducation de l’Église orthodoxe ukrainienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2020 à 10:24 | 1 commentaire | Permalien

Mgr Serge Konovaloff,  fils d’un Russe émigré en Belgique et d’une Hollandaise
p. Serge MODEL

La notice sur Mgr Serge Konovaloff, publiée dans le volume № 11 de la "Nouvelle Biographie Nationale"


KONOVALOFF, Serge, enseignant et ecclésiastique orthodoxe russe, né à Louvain le 8 juillet 1941, décédé à Paris (France) le 22 janvier 2003.

Rien ne prédestinait sans doute Serge Konovaloff, un Belge d’origine russe, marié et père de famille, professeur dans une école de la région bruxelloise, à devenir, dans la dernière partie de sa vie, archevêque des paroisses orthodoxes russes en Europe occidentale (dans l’obédience du patriarcat de Constantinople), c’est-à-dire primat d’une des plus importantes structures ecclésiastiques orthodoxes en Occident.

Fils d’un Russe émigré en Belgique (Alexis Konovaloff, chimiste) et d’une Hollandaise (Caroline Van Staveren), Serge Konovaloff avait obtenu en 1963 la licence et l’agrégation en philologie germanique à l’Université catholique de Louvain et était devenu, dès 1964, professeur de langues et d’histoire au Collège Saint-Joseph de Woluwe-Saint-Pierre, où il enseigna pendant près de trente ans. En 1968, il épousa Lydia Tchernenko, d’origine russe comme lui, qui lui donnera trois enfants.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 30 Janvier 2020 à 09:25 | 1 commentaire | Permalien

La vie de saint Antoine le Grand (251-356)
Archevêque Basile (Krivochéine)

Des indications sur le rôle des anges et des démons dans la vie spirituelle apparaissent dans les textes de l’Église dès les tous premiers temps du christianisme. Ce n’est cependant qu’avec l’apparition du monachisme et l’élaboration de l’enseignement ascétique du IVe siècle que cette question a été abordée de façon cohérente et systématique. La première œuvre où l’on trouve cette question traitée de façon conséquente est sans aucun doute la Vie de saint Antoine le Grand, par saint Athanase d’Alexandrie .

La Vie de saint Antoine le Grand peut être considérée comme un modèle caractéristique de la pensée orthodoxe sur le rôle joué par les puissances des ténèbres dans la lutte spirituelle de l’homme.

Cette Vie conserve jusqu’à nos jours sa valeur d’enseignement, même si des auteurs ultérieurs ont parfois approfondi notablement l’étude de la question. Saint Athanase, à l’instar de ses contemporains, concevait le monachisme non seulement comme une voie vers le salut et la sanctification personnelle, mais aussi et avant tout comme une lutte contre les puissances démoniaques des ténèbres.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2020 à 07:58 | 0 commentaire | Permalien

Communiqué - Assemblées générales ordinaires et extraordinaires de l’Archevêché
Les 24 et 25 janvier 2020, les assemblées générales ordinaires et extraordinaires de l’Archevêché se sont tenues dans les locaux de l’Institut St Serge sous la présidence de son Éminence le Métropolite Jean. Malgré les perturbations dans les transports, 133 délégués sur 181 inscrits (soit 75%) ont pu participer aux travaux. La première journée, après la célébration de la Divine Liturgie, les délégués à l’Assemblée Générale Ordinaire ont entendu les rapports d’activité de Son Eminence le Métropolite Jean de Doubna et du secrétaire du conseil, puis de ceux du trésorier et de la commission de contrôle à l’issue desquels quitus a été donné à l’unanimité.

Ils ont procédé ensuite :

- d’une part au renouvellement des membres du Conseil de l’Archevêché et à l’élection de la commission de contrôle ;

- d’autre part à l’élection de deux évêques auxiliaires : l’archimandrite Syméon supérieur du monastère Saint Silouane dans la Sarthe et l’higoumène Elisée, recteur de la paroisse de la Sainte Trinité (crypte de la Cathédrale St Alexandre Nevsky).

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Janvier 2020 à 16:57 | -8 commentaire | Permalien

SAINTE NINA (+ 338)  l'illuminatrice de la Géorgie
C'est à juste titre que sainte Nina est honorée par l'Église de la Géorgie comme égale-aux-apôtres.

Sainte Nina naquit à la fin du 3 e siècle en Cappadoce, où beaucoup de Géorgiens habitaient. Elle avait une étroite parenté avec le saint grand-martyr Georges; selon un ancien manuscrit, en effet, elle fut sa cousine germaine. À cause de cela, sa vénération pour le saint fut grande.

Son père Zabulon, soldat pieux et renommé, avait quitté sa patrie cappadocienne pour offrir ses services à l'empereur Maximien. Sa mère Suzanne, native elle aussi de la Cappadoce, fut la sœur de l'évêque de Jérusalem, que certains identifient avec Juvénal.

Les parents de Suzanne et de Juvénal moururent jeunes. Ainsi, les deux enfants restèrent orphelins et sans protection. Ils pensèrent alors aller à Jérusalem.

Ils prirent la route avec foi en Dieu, sans se soucier du lointain voyage. Arrivés à la Ville sainte, ils trouvèrent refuge dans l'église de la Résurrection. Juvénal se vit rapidement investi de la charge d'économe de la toute-sainte Tombe, tandis que Suzanne se mit au service de la très-pieuse Sara-Niophora de Bethléem, qui y était diaconesse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2020 à 09:17 | 6 commentaires | Permalien

Le chef de l’ONU met en garde contre les «quatre cavaliers» qui menacent le monde
Faisant allusion aux quatre cavaliers précurseurs de l’Apocalypse, Antonio Guterres a évoqué les défis auxquels est confronté le monde: tensions politiques, crise climatique, méfiance et menace du numérique.

Dans un discours tenu devant l'Assemblée générale, le chef de l’ONU a alerté le monde sur les «quatre cavaliers» qui menacent son avenir.


«Je vois "quatre cavaliers" parmi nous, quatre menaces imminentes qui mettent en danger les progrès du XXIe siècle et mettent en péril les possibilités du XXIe siècle», a déclaré Antonio Guterres mercredi 22 janvier. Ses propos ont été publiés sur le site de l’ONU.

Le premier «cavalier» revêt la forme des «tensions géostratégiques» qui ont atteint leur niveau le plus élevé depuis des années, a-t-il indiqué, évoquant des attaques terroristes et la menace nucléaire.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Janvier 2020 à 19:08 | 1 commentaire | Permalien

L’Assemblée générale ordinaire de l’Archevêché – élection de deux évêques
Les informations concernant l'AG et le CA des 24-25 janvier seront complétées

Le matin du 24 janvier à Paris, à l’Institut Saint-Serge, après la divine liturgie, s’est tenue l’Assemblée générale de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale (Patriarcat de Moscou)

L'Assemblée, présidée par Mgr Jean, a commencé par la célébration d'un office d’action de grâce pour l’ouverture d’une réunion devant l’icône des Saints Pères ayant participé au Concile de Moscou 1917-1918

Les délégués ont voté et après le dépouillement des votes pour les élections des évêques auxiliaires, voici les résultats:

Sur 132 votant :

L'Archimandrite Syméon (Cossec) 111 voix

Hiéromoine Elisée (Germain) 121 voix

Mgr Jean rappelle l’importance d’être missionnaires de la Parole de Dieu : « Et comme envoyés, nous sommes au service du témoignage de la présence de l’Eglise orthodoxe dans nos pays respectifs »!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Janvier 2020 à 14:18 | 17 commentaires | Permalien

Sainte Tatiana (+226) : la protectrice accidentelle des débauches estudiantines
Écrit par Liza Belozerova

Tatiana est un prénom tellement usité en Russie qu’on penserait cette sainte originaire de l’Orient. Pourtant c’est bien d’une sainte romaine dont il s’agit, son nom est du reste bien latin : il s’agit de la forme féminine de Tatianus, dérivé lui-même de Titus Tatius, roi des Sabins au VIIIème siècle avant Jésus-Christ. A Rome, sainte Tatienne, martyre, qui, sous l’empereur Alexandre, fut déchirée avec des ongles et des peignes de fer, exposée aux bêtes, jetée dans le feu, sans néanmoins en recevoir aucune atteinte

Le 25 janvier est une date officielle : les étudiants russes ont le droit légal de faire la fête et de profiter pleinement du libertinage estudiantin.

Des discothèques, des concerts, des feux d’artifice : on sort dans les rues, on se défoule, on embrasse toutes les Tatianas, on fête sans aucune limite et avec tout son cœur la fin des examens d’hiver et le jour des étudiants. Soit pour célébrer les années estudiantines soit pour s’en souvenir, cette date rassemble tous les étudiants du pays, anciens et actuels, et le professorat dans un seul élan de joie et de débauche. La tradition fortement ancrée dans la mentalité russe, étouffée pendant l’époque soviétique, est en train de s’épanouir de nouveau depuis 1992.

Si l’on demande aux participants de ces célébrations à l’envergure époustouflante pourquoi la fête de l’étudiant tombe sur le jour de Tatiana, peu pourraient donner la réponse. Il faut replonger dans l’année 1755 lors du règne de l’impératrice Elisabeth Petrovna pour retrouver les origines de la fête nationale des étudiants.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 25 Janvier 2020 à 12:00 | 1 commentaire | Permalien

Petite histoire de l'icône de Saint Séraphin de Sarov ( église St Séraphin de Sarov à Paris )
Jean Liamine

Voici donc la petite histoire de l’icône de Saint Séraphin de Sarov à Paris. Cette histoire est doublement miraculeuse: elle comprend deux épisodes intimement liés bien que distants de 80 ans.


Premier épisode

1922 en Russie, dans la ville d’Orel, la révolution bolchevique bat son plein. Zénaïde, jeune fille d’une vingtaine d’années, partage depuis plus de 2 ans la vie quotidienne des sœurs au monastère de la Présentation. Elle habite chez la supérieure, l’higoumènia Alexia (veuve Timacheff-Behring, née Polouektoff). Celle-ci a veillé à son éducation depuis la mort prématurée de la propre mère de ZénaÏde; elle est devenue en fait sa mère adoptive; matouchka Alexia a pour neveu Ivan Liamine, le promis de la jeune fille. Il y a déjà plusieurs années, en 1916, les deux jeunes gens s’étaient fiancés; mais les événements tragiques de la révolution les séparent, et Ivan se retrouve à Paris où il invite instamment Zénaïde à venir le rejoindre, afin de s’y marier comme ils en avaient fait le serment.

La jeune fille, qui ne se sent pas faite pour la vie monastique, accepte :elle part d’abord pour la Sibérie, à Tomsk (six jours de voyage dans un wagon à bestiaux), pour y faire ses adieux à son père. Son retour à Orel va durer plusieurs semaines : elle reste bloquée à Tcheliabinsk, son passeur à travers les lignes de l’armée rouge venant d’être fusillé; mais des amis retrouvés providentiellement l’aident à rejoindre le monastère d’Orel.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 25 Janvier 2020 à 09:36 | 3 commentaires | Permalien

Communiqué du CA de l’Union diocésaine (dans la juridiction du Patriarcat de Constantinople)
P.O. met ce texte en ligne pour une information plus complète:

Le 18 janvier, s’est tenue l’assemblée générale extraordinaire de l’Union diocésaine dans la juridiction du Patriarcat de Constantinople, à savoir de ceux qui ont refusé le passage de l’Archevêché au sein de l’Église orthodoxe russe et qui demeurent au sein du Patriarcat de Constantinople, en France dans le vicariat créé à cette occasion.

Cette assemblée n’a pas pu élire un président, car le quorum n’a pas été atteint.

Ci-dessous, le communiqué du conseil d’administration à la suite de cette assemblée générale extraordinaire.

Une assemblée générale extraordinaire de l’Union directrice diocésaine des associations orthodoxes russes en Europe occidentale s’est réunie à Paris le 18 janvier 2020. Ont été convoqués tous les membres du clergé et délégués laïcs de l’Archevêché, conformément aux statuts en vigueur.

L’assemblée a été présidée par Son Éminence le métropolite Emmanuel de France, actuel locum tenens. Autour de lui étaient réunis clercs et laïcs restés fidèles au patriarcat de Constantinople et désireux de continuer l’œuvre de l’Archevêché.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2020 à 21:17 | 3 commentaires | Permalien

124 victimes d'actes terroristes commis en France ont été décorées
L'AFP fait savoir que la Chancellerie de l'ordre de la Légion d'honneur a remis à un groupe important de personnes la "Médaille de la reconnaissance". 

124 Français et étrangers figurent dans la liste des décorés. Ils ont péri ou souffert d'actes terroristes commis en France et dans le monde.   La première de ces médailles a été décernée en 2018 à l'une des victime de l'acte  terroriste commis en 2009 au Caire.

22 décorés l'ont été à titre posthume. 102 ont été blessés. 

    Parmi les décorés à titres posthume Igor Chelechko, lecteur/carillonneur  de la cathédrale orthodoxe Saint Nicolas (Patriarcat de Moscou) à Nice. Il est l'une des victimes de l'attaque terroriste du 14 juillet 2016.   
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2020 à 11:43 | Permalien

Le cortège funèbre tente d’accaparer l’église
Le 20 janvier, dans le village de Sousval (province de Volyn), sous prétexte d’enterrement, des partisans de l’Église schismatique d’Ukraine ont tenté d’accaparer l’église de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu dont la paroisse relève de l’Église canonique orthodoxe ukrainienne. Ayant pénétré dans l’enclos de l’église les participants au convoi ont oublié le défunt et se sont rués sur les portes de l’église.

Le défunt Stéphane Panassevitch était membre de la paroisse de cette église, il s’y confessait et y communiait, c’est pourquoi le recteur, le père Bogdan Gnatiouk, a autorisé le convoi à pénétrer dans l’enclos paroissial. Sergueï, le fils du défunt, chef de l’unité territoriale de sûreté et activiste de l’« Église » schismatique, avait exigé la veille que l’on ouvre l’église pour qu’un représentant de ladite « Église » réalise le « rite d’enterrement ».

Un membre du clergé a déclaré : « Nous sommes convenus que le convoi pourrait pénétrer dans l’enclos paroissial, comme cela a été fait pour le jour de la Théophanie : leur communauté a pu, avec notre accord, se réunir dans la cour de l’église. Mais là, lorsque le corps a été porté dans l’enclos, il s’est produit quelque chose d’inattendu, le corps a été abandonné et les gens ont pris d’assaut les portes de l’église. » Dans la confusion, les partisans de l’« Église » schismatique ont tenté de jeter bas les paroissiens qui défendaient leur église. Une des participantes du convoi avait avec elle des cadenas neufs.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2020 à 10:51 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 289


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile