« N'ayez pas peur ! »
Sortie du film « 2012 » , Conférence de Copenhague sous le signe de l’asphyxie de la planète…
L’avenir n’est pas rassurant.
Le patriarche Cyrille, comme le pape Jean-Paul II nous exhortent avec des paroles identiques « N’ayez pas peur » !
Sommes-nous, plus qu’hier, au seuil de temps eschatologiques ?
Quel est votre « ressenti » ?

................................................................

Avant de mourir sur le bûcher, le moine Savonarole (XVe s) avait fait bon nombre de prédictions, dont aucune ne se vérifia. Nostradamus, réinterprété par Jean-Charles de Fontbrune est souvent invoqué mais sans grand succès (faute de fin du monde, M.Fontbrune a affirmé avoir annoncé l'arrivée de la gauche au pouvoir et la chute du mur de Berlin!). Les Témoins de Jehovah attendaient la fin du monde en 1914, puis 1925, puis 1975.Le couturier Paco Rabanne avait prédit la chute de la station Mir sur le château de Vincennes et la fin du monde pour le 11 août 1999, date de l'éclipse solaire. Comme disait Garcimore, le magicien maladroit de la télévision : «Ah?! ça n'a pas marché!»

Professeur d'histoire médiévale à l'Institut catholique de Toulouse,l'abbé Georges Passerat a étudié les grandes peurs : elles surviennent en période de crise et se nourrissent des interprétations de la Bible.

LA DEPECHE DU DIMANCHE : Que vous inspire l'annonce d'une fin du monde pour 2012 ?

Georges PASSERAT : Pas grand-chose ! La fin du monde et la spéculation sur les chiffres sont un phénomène récurrent. Dans le monde occidental, il correspond toujours à un moment clé, à une période de crise. ça a été vers 400 avec les invasions barbares et le sac de Rome, puis l'approche de l'An Mil… Le réveil des grandes peurs est cyclique, tous les 300, 500 ou 1000 ans, et il a pour effet la crainte de la fin du monde et souvent la désignation d'indésirables qui en seraient responsables. Cela a été le cas des juifs au moment de la croisade de 1009 ou de la peste en 1348, ou des lépreux en 1321, brûlés à cause d'une rumeur d'empoisonnement. Derrière cela, se cachait aussi la volonté de leur ravir leurs biens.

Rédigé par l'équipe de rédaction le 7 Décembre 2009 à 15:40 | 6 commentaires | Permalien


Mgr Jonas, archevêque de Washington, métropolite d’Amérique et du Canada, est arrivé le 5 décembre à Moscou où il est invité par le patriarche Cyrille à l’occasion du 15e anniversaire de la création d’une représentation de l’OCA dans la capitale russe
Rédigé par l'équipe de rédaction le 6 Décembre 2009 à 17:57 | 0 commentaire | Permalien

Le samedi 5 décembre vers 16h le père Vitaly Zoubkov, second prêtre de l’église Saint Thomas à Moscou, très proche du père Daniel Syssoev, recteur de cette église, assassiné à la mi-novembre, a été cruellement passé à tabac par trois individus qui se sont précipités sur lui alors qu’il se rendait à l’égalise pour y officier les vêpres.
Lenta.ru
Rédigé par l'équipe de rédaction le 6 Décembre 2009 à 17:30 | 0 commentaire | Permalien

Anniversaire de la Naissance au Ciel du Patriarche Alexis II
Georguy

VETCHNAIA PAMIAT

Il y a un an, le 5 décembre 2008, sa Sainteté le Patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexis II naissait au Ciel.
Je ne pense pas utile de redonner ici le détail de l’immensité de l’œuvre accomplie, chacun choisira de rechercher sur l’internet [ 1] ou ailleurs les différents hommages.
Ma pensée se concentre seulement sur les thèmes suivants :

* Le Patriarche de la Transfiguration. Arrivée à la tête de l’Eglise en pleine « péréstroika », son élection a été très discrètement relayée. Tout juste ai-je des souvenirs que l’on mentionnait, ici à Paris, dans mon milieu de l’ACER, que son père avait participé aux premières réunions de ce mouvement, en Estonie, avant le congrès de Ptchora en ex-Tchécoslovaquie, en 1923. Mais le point marquant du Patriarcat d’Alexis II sera la réelle Transfiguration de l’Eglise russe. J’emploie le terme Transfiguration moins pour une fidélité exacte à la notion théologique associée à la Transfiguration mais parce qu’une date marquante est le jour de la Transfiguration de 1991 (19 août 1991 dans la transposition au calendrier grégorien de la date du 6 août du calendrier julien en vigueur dans l’Eglise russe), Jour qui marquait le début de l’éclatement de l’empire soviétique et le symbole d’athéisme[2] qu’il véhiculait mais, surtout, jour qui marquait le début de la Liberté de l’Eglise russe. J’invite le lecteur à relire les témoignages de celui qui allait devenir l’actuel Patriarche Cyrille. Voir message n°6786 (et antérieurs). En effet, on peut identifier cette date comme celle du jour où, après de trop nombreuses années, si ce n’est siècle, de soumission au pouvoir politique en place, avec une heureuse mais inachevée éclaircie du Concile de 1917 puis de martyre de l’Eglise russe, celle-ci trouvait enfin la Liberté totale. La mission que le Seigneur a confiée à sa sainteté est de faire renaître cette Eglise russe. Et Alexis II en mesurait encore, plus de 10 ans plus tard, cet immense défi. Dans ce message du 1er avril 2003 que nous évoquerons plus loin, le Patriarche Alexis II écrivait bien :
Rédigé par l'équipe de rédaction le 5 Décembre 2009 à 14:01 | 2 commentaires | Permalien


Le pape allemand Benoît XVI a qualifié vendredi le Mur de Berlin de "frontière de mort", lors d'un concert au Vatican en présence du président allemand Horst Köhler.

Nous célébrons "le 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, cette frontière de mort qui a divisé notre patrie pendant tant d'années et avait séparé de force des hommes, des familles, des voisins et des amis", a déclaré le pape dans la chapelle Sixtine lors de ce concert offert par le président allemand pour le 20ème anniversaire de la chute de la construction qui coupait en deux la capitale allemande.
Rédigé par l'équipe rédaction le 5 Décembre 2009 à 09:40 | 0 commentaire | Permalien

Le ministère jordanien des Affaires étrangères a remis jeudi à l'ambassadeur d'Israël en Jordanie une lettre de protestation en raison de travaux menés par Israël sur un des murs du Saint-Sépulcre, dans la Vieille ville de Jérusalem, a indiqué un haut responsable jordanien.
Dans sa lettre le gouvernement jordanien exprime "sa vive inquiétude et son refus total des mesures unilatérales israéliennes sur la partie externe du mur ouest de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem-est", a déclaré à l'AFP le haut responsable sous couvert d'anonymat.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 4 Décembre 2009 à 10:58 | 0 commentaire | Permalien

La Russie et le Vatican établissent des relations diplomatiques "complètes" (Kremlin)
La Russie a décidé l'établissement de relations diplomatiques "complètes" avec le Vatican en élevant sa représentation au rang d'ambassade, a annoncé jeudi le Kremlin après une rencontre entre le président russe Dmitri Medvedev et le pape Benoît XVI.
"Le président Medvedev a dit au pape Benoît XVI qu'il avait signé un décret concernant l'établissement de relations diplomatiques complètes avec le Vatican", a déclaré à la presse la porte-parole du président russe Natalia Timakova.
"Il a demandé au ministère des Affaires étrangères de conduire des discussions pour établir les relations et élever le statut des représentation à (celui de) nonciature apostolique et d'ambassade", a-t-elle ajouté.
CITE DU VATICAN, 3 déc 2009 (AFP)
Rédigé par l'équipe de rédaction le 4 Décembre 2009 à 10:42 | 2 commentaires | Permalien

L'Espagne a fait un premier pas vers l'interdiction des crucifix à l'école avec l'approbation mercredi soir d'une initiative parlementaire demandant au gouvernement d'appliquer la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).
Saisie par une mère de famille italienne, la CEDH qui siège à Strasbourg avait condamné début novembre l'Italie pour la présence de crucifix dans les salles de classe, jugée contraire au droit des parents à éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion.
Rédigé par l'équipe rédaction le 3 Décembre 2009 à 18:13 | 2 commentaires | Permalien

Icônes, sources de joie
Martigny fait dans l’icône
C’est la troisième fois. La Fondation Gianadda, qui entretient des liens étroits avec la Russie, présente de nouvelles icônes issues de la Galerie Tretiakov de Moscou. Il y en a 52, reflétant la création orthodoxe du XIVe au XVIIIe siècle. ÉTIENNE DUMONT (Tribune de Genève)

VERONIQUE RIBORDY
Les icônes présentées à Martigny (Suisse)

«Images Saintes», la nouvelle exposition de la Fondation Pierre Gianadda, présente des icônes de la galerie Tretiakov de Moscou jusqu'au 13 juin prochain.

C'est une chose de voir de la peinture dans des livres, une autre de la voir en vrai. Si nous avions vu les icônes de la galerie Tretiakov prêtée à la Fondation Pierre Gianadda, le cahier publié hier dans «Le Nouvelliste» aurait été différent. Nous aurions parlé de la beauté et de la subtilité des icônes des XVIIe et XVIIIe siècles, avec leurs bleus purs, leurs roses délicats, leur gris fumée. Nous aurions insisté sur leur taille surprenante. Les deux icônes d'Andreï Roublev, ces pièces maîtresses presque impossible à obtenir en prêt, dépassent les trois mètres. Et surtout, nous aurions pu faire passer un peu de l'enthousiasme et des connaissances de la commissaire de cette - très belle - exposition, Nathalia Cheredega, cheffe du département des arts de l'Ancienne Russie à la galerie Tretiakov.

La galerie Tretiakov de Moscou a prêté une soixantaine d'icônes, dont la moitié ont été décrochées des cimaises. L'autre moitié provient des très vastes réserves de la Tretiakov, dont la collection d'icônes est la première de Russie. Nathalia Cheredega a orienté son exposition de manière à «mettre en lumière les différentes régions qui ont été des centres de production d'icônes, Novgorod, Pskov, Moscou, et ses plus grands maîtres, Maître Denis, Roublev».
Rédigé par l'équipe de rédaction le 3 Décembre 2009 à 17:28 | 0 commentaire | Permalien

Lors de la première visite officielle du président russe au Vatican, jeudi 3 décembre, les deux parties pourraient annoncer l’établissement de relations diplomatiques plénières

Rome et Moscou ont la mémoire longue. Lorsque le président russe Dmitri Medvedev franchira, ce jeudi 3 décembre à 18 heures, le seuil de la bibliothèque privée du pape, pour sa première rencontre officielle avec Benoît XVI, les deux hommes pourront faire mémoire, presque jour pour jour, de la rencontre historique entre Jean-Paul II et Mikhaïl Gorbatchev, le 1er décembre 1989 à 11 heures, ici même. Ce qui est présenté par le Kremlin comme « une courte visite de travail » en marge du déplacement de Medvedev en Italie revêt en fait une réelle importance politique.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 3 Décembre 2009 à 12:52 | 0 commentaire | Permalien

ZENIT.org

Pour le patriarche œcuménique Bartholomée Ier, la présence de la délégation du Saint-Siège à Istanbul pour la fête de saint André est « une confirmation du désir » de « parvenir à la pleine communion » et d'éliminer « les obstacles accumulés » ces derniers siècles.
L'archevêque de Constantinople a accueilli, lundi 30 novembre, le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens, Mgr Brian Farrell, secrétaire du dicastère, le révérend Andrea Palmieri et le père Vladimiro Caroli, membre de la section orientale.
Ces hauts prélats ont été envoyés par Benoît XVI à Istanbul pour la célébration du saint patron du patriarcat œcuménique, a rapporté L'Osservatore Romano. Une visite qui rentre dans le cadre de l'échange annuel de délégations pour les fêtes respectives des saints patrons (la rencontre à Rome a lieu le 29 juin à l'occasion de la fête des saints Pierre et Paul).
Rédigé par l'équipe rédaction le 2 Décembre 2009 à 21:26 | 17 commentaires | Permalien

Grandiose cérémonie unitaire à Lyon
Le succès de notre commémoration est clairement placé sous le signe de la Providence: la présence à Lyon justement ce jour là de l'exarque du patriarche de Moscou et la possibilité de faire apporter les reliques des saintes néo-martyres Elisabeth et Barbara en sont des signes concrets; ils renforcent le signal fort donné par l'exceptionnelle manifestation de l'unité de l'Orthodoxie.

Ce 85éme anniversaire du retour de l'Orthodoxie à Lyon a répondu aux espérances : nous avons réussi le 1er grand rassemblement des Orthodoxes de Lyon, toutes juridictions, confondues et la cérémonie fut grandiose.

Nous étions plus de 250 à la Liturgie: 5 paroisses au complet (sur 8, 2 autres étant représentées par des délégations) représentant donc 5 patriarcats(*). Mgr Philaret de Minsk a concélébré avec Mgr Innocent de Chersonèse et 9 prêtres (Marseille, Grenoble et Paris avaient rejoint Lyon); la grande église prêtée par l'archevêché de Lyon était réchauffée par nos icônes, nos cierges et notre ferveur.

Le magnifique chœur POKROFF a donné la dernière touche au faste de cette liturgie épiscopale. De très nombreux participants ont témoigné que c'est la première fois qu'il leur était donné d'assister à une liturgie aussi belle à Lyon et les Orthodoxes ont été surpris de se retrouver aussi nombreux.
Rédigé par Vladimir Golovanow le 2 Décembre 2009 à 11:32 | 1 commentaire | Permalien

Le métropolite orthodoxe Philarète de Minsk à Lyon
Depuis vendredi le 27 novembre, le responsable de l'Eglise orthodoxe de Biélorussie est à Lyon. Il rend ainsi la visite qu'avait effectuée le cardinal Philippe Barbarin, archevêque catholique de Lyon, en juin dernier dans ce pays de l'Europe de l'Est. Accueilli solennellement vendredi soir à la Primatiale Saint-Jean par le cardinal lui-même, le métropolite orthodoxe a visité le lendemain la crypte de l'église Saint-Irénée et l'amphithéâtre des Trois Gaules, à la Croix-Rousse, lieux liés au début du christianisme à Lyon.

Dimanche la matinée a été consacrée à la communauté orthodoxe de Lyon et en fin d'après-midi le métropolite avait été invité à donner un sermon à la basilique de Fourvière pendant la messe célébrée par le cardinal. Enfin hier a été consacré à l'Institut des Sources chrétiennes.

La raison du voyage du cardinal Barbarin en Biélorussie avait été la remise d'une collection des volumes des Sources chrétiennes, édition critique des textes des écrivains chrétiens des premiers siècles, ainsi que leur traduction du latin, du grec, du syriaque, de l'arménien… à la faculté de théologie orthodoxe de Biélorussie.
Hier (photo), ce fut une occasion pour le métropolite de remercier l'Institut pour son travail et d'étudier les projets de collaboration avec l'Eglise orthodoxe russe, projets initiés à Lyon même il y a deux ans pendant la visite du métropolite Cyrille, élu depuis patriarche de l'orthodoxie russe.
"Le Progrès"
Rédigé par l'équipe rédaction le 2 Décembre 2009 à 09:33 | 0 commentaire | Permalien


« Europe, patrie spirituelle », sera présentée à Rome le 2 décembre


Le patriarcat de Moscou a publié un livre sur le pape Benoît XVI. Intitulé « Europe, patrie spirituelle », il s'agit d'un volume en édition bilingue italienne et russe, qui recueille les discours que Joseph Ratzinger - Benoît XVI a consacré ces dix dernières années à l'Europe.
L'introduction de l'ouvrage est du président du département pour les relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou, l'archevêque Hilarion de Volokolamsk, et l'initiative éditoriale est du Département des relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou, en coopération avec l'Association internationale Sofia.
Rédigé par l'équipe rédaction le 2 Décembre 2009 à 09:17 | 5 commentaires | Permalien

Anticléricalisme primaire en Suisse?
Un avis personnel:

J'imagine que tout croyant a été choqué par le résultat de la "votation" des Suisses contre les minarets. Cela rappelle les temps les plus tristes de l'anticléricalisme français: à la fin du XIX siècle, pendant la "bataille anticléricale" la communauté russe a eu le plus grand mal a obtenir un permis de construire pour l'église à Biarritz (l'empereur a du intervenir auprès du gouvernement de l'époque), et ce permis n'autorisait ni cloches ni clocher (voir photo). De même, bien entendu, les bolchéviques ont rasé les clochers, même quand ils conservaient les églises comme cinémas ou entrepôts, et les Etats musulmans extrémistes n'autorisent aucune construction chrétienne… Je trouve bien triste que la Suisse, que je croyais pays de la tolérance, se range maintenant dans ce camp là…
Rédigé par Vladimir Golovanow le 1 Décembre 2009 à 10:22 | 48 commentaires | Permalien

L'Église orthodoxe en Europe orientale au XXe siècle
Paris, éd. du Cerf, coll. « Histoire religieuse de l’Europe contemporaine », octobre 2009.


On sait que la plupart des pays d'Europe orientale sont majoritairement de tradition chrétienne orthodoxe. Mais a-t-on toujours une connaissance historique du passé et même du présent de ces Églises orthodoxes ? C'est le but de ce livre : introduire à cette histoire, écrite pour un grand public, chrétien ou non chrétien.
À la suite de la révolution de 1917 en Russie, le communisme se répandit dans la majorité des pays de l'Europe orientale. En 1953, à la mort de Staline, la division entre Europe de l'Est et de l'Ouest était totale. À partir de la « perestroïka », dès la fin des années 1980, les changements politiques ont permis que l'Église orthodoxe se développe à nouveau en Europe orientale. Dans le contexte de l'Union européenne à partir de 1993, ces communautés orthodoxes vont participer à l'élaboration de l'Europe à venir. Certaines Églises orthodoxes ont déjà des représentations auprès de l'Union européenne à Bruxelles : les patriarcats de Constantinople, de Russie et de Roumanie, ainsi que l'Église de Grèce et celle de Chypre.
De nos jours, l'Europe se diversifie religieusement, y compris dans le cadre chrétien. Un nombre croissant de chrétiens orthodoxes viennent travailler et s'établir en Europe occidentale. Connaître l'histoire des communautés orthodoxes de l'Europe orientale au XXe siècle ne peut qu'aider à préparer l'avenir de cette nouvelle Europe encore en gestation, dans un esprit de dialogue informé.

Christine Chaillot (dir.)
Préface : métropolite Kallistos Ware
Rédigé par l'équipe rédaction le 1 Décembre 2009 à 10:09 | 0 commentaire | Permalien

La récente décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme selon laquelle la présence de crucifix dans les écoles publiques italienne serait une violation des droits de l’homme suscite une grande inquiétude l’Eglise Orthodoxe Russe. Interfax annonce le 30 novembre que l’archevêque Hilarion, responsable du Département des relations extérieures du patriarcat de Moscou vient d’écrire à ce sujet au cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’Etat à la Curie romaine.
Selon Mgr Hilarion « cette décision n’est pas une première dans la pratique de la CEDH dont l’orientation antichrétienne devient de plus en manifeste. « Nous proposons d’organiser dans le cadre du Conseil de l’Europe un séminaire où seraient représentés des experts ainsi que les communautés religieuses. Ce séminaire pourrait débattre des décisions de la CEDH concernant la vie religieuse.
Mgr Hilarion estime qu’il est très important de mobiliser les communautés religieuses d’Europe afin qu’elle puissent discuter des récentes décisions de la Cour de Strasbourg qui ces derniers temps sont manifestement adoptées sans tenir compte de la réalité historique et juridique qui est celle des Européens. La Cour est désormais devenue l’instrument d’une idéologie ultralibérale.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 30 Novembre 2009 à 12:46 | 1 commentaire | Permalien

Le site "Bogoslov.ru" (que nous recommandons vivement) vient de poster un texte du
père Antoine Lambrechts
En voici un extrait dans l'original.Pour ceux qui souhaiteraient le lire in extenso cliquez ICI

« Bien que je vive en Occident et que pour bien des choses j’estime et même j’aime l’Occident, je ne suis pourtant pas un “Occidentaliste”. J’aime beaucoup plus le monde grec que le monde latin, Byzance que le moyen âge occidental, et bien sûr l’Orthodoxie et non le Catholicisme romain. J’aime beaucoup aussi la Russie, toute sa culture et son histoire, bien que Byzance et “l’Orthodoxie patristique” me soient peut-être encore plus proches et plus chères »[1].

Ce credo – à la fois culturel et ecclésial – que Mgr Basile (Krivochéine) exprime, comme un cri du cœur, en 1956 à Oxford, dans une lettre à son neveu Nikita, est en quelque sorte caractéristique de son attitude à l’égard de l’Eglise catholique et de ses relations avec les Catholiques qu’il a rencontrés au cours de sa longue vie. Son regard est d’abord un regard de foi, une foi enracinée dans celle des Pères de l’Eglise ancienne, la foi des Pères grecs, les Cappadociens surtout, la foi aussi des “mystiques” byzantins, Syméon le Nouveau Théologien et Grégoire Palamas, son premier amour. On pourrait dire que sa vraie patrie ici sur terre était la foi des Pères. A partir de cette foi, il juge l’Eglise orthodoxe, qu’elle soit russe ou grecque, il juge aussi l’Eglise catholique. Son regard sur l’Eglise catholique est d’abord un regard de théologien et non celui d’un œcuméniste diplomate. Il n’aime pas les compromis et les amabilités au détriment de la vérité, de l’Orthodoxie ou de la tradition ecclésiale. En cela il est resté aussi toute sa vie moine athonite…
Rédigé par l'équipe de rédaction le 29 Novembre 2009 à 11:47 | 0 commentaire | Permalien

En Russie, Mgr Hilarion Alfeyev, président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, a indiqué le 11 novembre être « totalement solidaire » avec le Vatican et le gouvernement italien après la sentence de la Cour européenne des droits de l´homme condamnant la présence de crucifix dans les salles de classe des écoles publiques de la péninsule, le 3 novembre dernier. « Nous estimons que l´activité de la Cour européenne ne doit pas se transformer en farce et que ces idées hyper-libérales ne doivent pas prévaloir », a renchéri le prélat orthodoxe, auprès de la presse étrangère.

Evoquant en outre la question de la rencontre entre le patriarche de Moscou Cyrille et Benoît XVI, Mgr Hilarion a affirmé qu´il n´avait pas été question jusqu´à présent d´un lieu et d´une date précise, mais qu´il existait une « volonté d´avancer ».
Rédigé par l'équipe de rédaction le 28 Novembre 2009 à 17:59 | 2 commentaires | Permalien

Une table ronde "Coopération de l'Eglise orthodoxe russe avec les agences de l'ONU" aura lieu à Moscou les 26 et 27 novembre, a annoncé à RIA Novosti le hiéromoine Philippe (Riabikh), vice président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou.
Selon lui, l'Eglise orthodoxe russe a beaucoup travaillé pour lancer la coopération avec des organisations internationales.
"Auparavant les organisations internationales n'avaient pas l'intention de coopérer avec des communautés religieuses. Maintenant après une série de rencontres et de négociations nous entamons une coopération pratique", a expliqué le père Philippe.
Il a souligné que le but du Patriarcat de Moscou est de "trouver un soutien, y compris financier, de la part des organismes internationaux pour les programmes sociaux de l'Eglise orthodoxe russe".
Rédigé par l'équipe de rédaction le 28 Novembre 2009 à 17:55 | 0 commentaire | Permalien

1 ... « 274 275 276 277 278 279 280 » ... 300


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile