Homélie consacrée à la parabole  des talents – « à chacun selon ses capacités »...
p. Nikolaï Tikhonchuk

Que-ce que c’est le talent dont nous parle cette parabole ?

Chers frères et sœurs !

Tout à l’heure nous avons entendu la parabole des talents : « Un homme qui, partant en voyage, confia ses biens à ses serviteurs » sous la forme de pièces en argent – des talents, – « à chacun selon ses capacités ».

C’est une parabole dont l’interprétation peut paraître évidente : l’homme qui part en voyage, c’est Dieu, le Maître de tous les biens ; les serviteurs, c’est nous tous ; les pièces en argent, ce sont les différents dons de Dieu.

Cet Evangile est toujours lu le dimanche qui précède le dimanche de Zachée. Ces deux épisodes se succèdent, dans le sens inverse, chez saint Luc, et ils ont probablement eu lieu le même jour. Qui sait, peut-être que cette parabole a été prononcée dans la maison de Zachée – le chef des collecteurs d’impôts qui était prêt à distribuer sa fortune aux pauvres.

Le mot « talent » signifie à la base une unité de compte, de poids, dans la Grèce ancienne. Par la suite, ce mot a obtenu un nouveau sens qui est très proche du sens de l’Evangile : une capacité ou une aptitude particulière à faire quelque chose, un don. Ainsi les talents de cette parabole ne sont pas que de l’argent, mais des dons divers que nous pouvons « placer chez les banquiers », comme dit Jésus.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Février 2021 à 11:26 | 0 commentaire | Permalien

Нomélie prononcée par le p. Alexandre (Siniakov)

Saint Tikhon avait raison : la souffrance endurée par de nombreux chrétiens dans les pays soumis pendant la majeure partie du XXe siècle à l’idéologie soviétique totalitaire ne restera pas stérile. Puisse leur témoignage rester toujours le fondement d’une nouvelle évangélisation, d’un second baptême, des pays de l’Europe orientale et servir d’exemple de courage et de fidélité aux chrétiens vivant partout dans le monde.

Ce dimanche 9 février l’Église orthodoxe russe fait mémoire des milliers de nouveaux martyrs et confesseurs de la foi qui ont rendu témoignage au Christ au cours des persécutions antireligieuses dans la Russie post-révolutionnaire du XXe siècle. C’est le concile de Moscou de 1917-1918, témoin des bouleversements de la Révolution et de la terreur instaurée par les pouvoirs bolcheviks, qui a décidé de commémorer les victimes des persécutions contre l’Église le 9 février (en réalité, 25 janvier du calendrier julien) ou le dimanche qui suit cette date.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 7 Février 2021 à 10:12 | 9 commentaires | Permalien

Sainte Xénia de Pétersbourg
Xénia Grigorievna était mariée à un brillant colonel de la Garde impériale de Saint Petersbourg.

Elle menait une vie aisée et mondaine au sein de l'aristocratie impériale. Le décès de son époux changea totalement sa vie. Elle décida de simuler la folie pour s'offrir, avec résignation, à l'image du Christ en sa Passion, aux moqueries et aux mauvaises farces des garnements.

Sans gîte, pieds nus, revêtue été comme hiver de haillons bariolés, elle n'acceptait l'aumône que pour la redistribuer aux pauvres. Peu à peu les habitants reconnurent sa sainteté et cherchèrent ses conseils.

Grande fut alors son influence et sa renommée de sainteté. Elle s'endormit dans le Seigneur à l'âge de 71 ans et sa sépulture fut l'objet d'un véritable culte. Le tsar Alexandre III ayant été très gravement atteint lors d'un attentat au 19e siècle attribua sa guérison à sainte Xenia qu'il avait priée.

Elle fut canonisée en 1987 par le patriarcat de Moscou.

SAINTE XENIA (+ 1806)
Rédigé par Vladimir Golovanow le 6 Février 2021 à 07:55 | 8 commentaires | Permalien

Plus de 100 membres du clergé de l'Église orthodoxe russe sont morts du coronavirus
Plus de 4000 clercs ont été malades du COVID-19

Plus de 4000 membres du clergé de l'Église orthodoxe russe (PM) ont contracté une infection à coronavirus, 145 sont décédées, selon le message du groupe de travail du patriarcat de Moscou.

"Un total de 4 001 membres du clergé et des moines de l'Église orthodoxe russe ont eu une infection à coronavirus. Y compris 381 ecclésiastiques des paroisses de Moscou, 2 728 ecclésiastiques des diocèses de Russie et 892 clercs et moines de la stavropégie" précise le message.

Il est également à noter qu'au 3 février, 145 décès dus à une infection à coronavirus ont été enregistrés en Russie parmi les religieux de Moscou , le clergé et les habitants de la stavropégie. Sur les 145 défunts, il y a 14 ecclésiastiques des paroisses de Moscou, 107 clercs des diocèses de Russie et 24 ecclésiastiques et moines de stavropégie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Février 2021 à 21:46 | -5 commentaire | Permalien

Saint Maxime le Grec  (+ 1556 ) surnommé " l'illuminateur de la Russie "
Originaire d'Arta dans l'Epire en Grèce, il partit, jeune adolescent, à Florence faire ses études classiques. Il suivit avec enthousiasme le dominicain Savonarole dans son mouvement de rénovation religieuse et spirituelle qui se termina tragiquement.

Saint Maxime, une fois ses études terminées, se rendit sur la Sainte Montagne de l'Athos, au monastère de Vatopedi, dans l'étude et la méditation. Appelé par le prince russe, Basile Ivanovitch, il vient en Russie pour traduire en slavon le psautier et d'autres livres liturgiques dont la traduction du grec était très imparfaite. Après avoir effectué ce travail, on l'obligea à rester pour continuer d'autres traductions.

Mais, accusé par certains de se mêler de ce qui ne le regardait pas, il fut condamné pour hérésie et relégué au monastère de Volokolamsk. On lui reprochait notamment de défendre la primauté du siège de Constantinople contre les prétentions de Moscou de s'y substituer comme "troisième Rome".
Rédigé par l'équipe rédaction le 3 Février 2021 à 08:10 | 7 commentaires | Permalien

L'extrême droite française appelle à la fin de l'idéologie islamiste dans le pays et à l'interdiction du hijab
Le Rassemblement national français dirigé par Marine Le Pen a présenté sa version du projet de loi à l'occasion du débat parlementaire sur le séparatisme, qui propose d'exclure l'idéologie islamiste de France, notamment d'interdire aux femmes de porter le hijab dans les lieux publics .

Comme l'a rapporté le journal Ouest-France Marine Le Pen a présenté vendredi son projet de censure, qui devrait être débattu à l'Assemblée nationale à partir de lundi.

Dans son premier article, le projet de loi interdit «la pratique, la démonstration et la diffusion publique de l'idéologie islamiste» dans les films, la presse, les bibliothèques et les écoles ».

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Février 2021 à 11:09 | 27 commentaires | Permalien

Le Vatican et la plupart des régions d'Italie ont assoupli les restrictions imposées en raison du COVID-19
La plupart des régions d'Italie ont partiellement levé lundi les mesures restrictives introduites pour lutter contre la propagation du coronavirus, ont rapporté les médias européens.

Nous parlons de 16 régions dans lesquelles le niveau de menace a maintenant été abaissé de «orange» à «jaune», c'est-à-dire que la situation avec le coronavirus s'y est récemment améliorée. Parmi eux se trouvent la région du Latium, qui comprend Rome, et la Lombardie, dans laquelle se trouve Milan.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Février 2021 à 11:08 | 1 commentaire | Permalien

Sainte Gudule de Bruxelles : 650 - décédée entre 680 et 714
Portrait d'une sainte méconnue, la sainte patronne de la capitale belge

Sainte Gudule de Bruxelles (ou Gudule de Moorsel), née à Moorsel, elle est la sainte patronne de la ville de Bruxelles dont la cathédrale est consacrée à son nom.

Gudule, combien de fois avons-nous prononcé le prénom de cette sainte sans en connaître l'histoire. Avec l'archange Michel, elle veille sur Bruxelles. Selon les dires de l'hagiographe Onulphe d'Hautmont, relatés dans la "Vita Gudilæ", Gudule était la fille du comte de Brabant Witger et de sainte Amelberge de Maubeuge. Elle serait née vers 650 au château de Hamme dans le Brabant. Après la naissance de Gudule, sa mère Amelberge, qui sera elle-même vénérée comme sainte, embrassa la vie de religieuse.

Dès son plus jeune âge, Gudule vécut dans une atmosphère de piété et de soumission à Dieu. C’était, selon les légendes, une petite fille « chaste de corps, chaste d’esprit, affable envers tous, remarquable par sa patience et son humilité, forte dans sa foi ». Elle reçut sa première vraie éducation religieuse à l’Abbaye de Nivelles, auprès de sa marraine sainte Gertrude, à la mort de celle-ci en 659, elle revint à Hamme. La jeune Gudule partageait sa vie entre la prière et œuvres de charité. Elle se consacra entièrement à Dieu, jeûnant et priant avec zèle.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 1 Février 2021 à 09:05 | -1 commentaire | Permalien

Les Homélies spirituelles de saint Macaire l’Égyptien  (+ 391)
Saint Macaire utilise des couleurs vives pour dépeindre la façon dont Satan a réduit la nature humaine en esclavage après la chute d’Adam.

« Le royaume des ténèbres, le prince pervers, a, dès le commencement, réduit l’homme en captivité ; il a enveloppé et revêtu son âme de la puissance des ténèbres [...] comme on couvre [un homme] de vêtements . »

Pour évoquer les actions des puissances des ténèbres, saint Macaire a souvent recours à l’image du vent nocturne.

« Comme un vent sauvage qui souffle dans une nuit obscure et ténébreuse, ébranle, agite et secoue toutes les plantes et toutes les graines, ainsi l’homme qui est tombé au pouvoir de la nuit, des ténèbres et de Satan, et qui vit dans cette nuit ténébreuse, est violemment secoué, agité et ébranlé par le vent terrible du péché »

Ou encore. « De même en effet qu’un unique vent trouble et agite toutes les plantes et toutes les graines, et que l’unique obscurité de la nuit s’étend sur tout l’univers, ainsi le prince du mal, qui est lui-même l’obscurité spirituelle de la malice et de la mort, ainsi qu’un vent mystérieux et sauvage, agite sur la terre toute la race des hommes, la trouble par des pensées toujours en mouvement et séduit par les désirs du monde les cœurs des hommes ; il remplit des ténèbres de l’ignorance, de l’aveuglement et de l’oubli toute âme qui n’est pas née d’en-haut »
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 1 Février 2021 à 07:57 | 2 commentaires | Permalien

La vie de saint Antoine le Grand (251-356)
Archevêque Basile (Krivochéine)

Des indications sur le rôle des anges et des démons dans la vie spirituelle apparaissent dans les textes de l’Église dès les tous premiers temps du christianisme.

Ce n’est cependant qu’avec l’apparition du monachisme et l’élaboration de l’enseignement ascétique du IVe siècle que cette question a été abordée de façon cohérente et systématique. La première œuvre où l’on trouve cette question traitée de façon conséquente est sans aucun doute la Vie de saint Antoine le Grand, par saint Athanase d’Alexandrie .

La Vie de saint Antoine le Grand peut être considérée comme un modèle caractéristique de la pensée orthodoxe sur le rôle joué par les puissances des ténèbres dans la lutte spirituelle de l’homme.

Cette Vie conserve jusqu’à nos jours sa valeur d’enseignement, même si des auteurs ultérieurs ont parfois approfondi notablement l’étude de la question. Saint Athanase, à l’instar de ses contemporains, concevait le monachisme non seulement comme une voie vers le salut et la sanctification personnelle, mais aussi et avant tout comme une lutte contre les puissances démoniaques des ténèbres.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2021 à 07:58 | 0 commentaire | Permalien

Déclaration faite le 25 janvier 2021 par le Conseil suprême de la Société orthodoxe de Palestine sur le métochion Saint Alexandre  à Jérusalem
La Mission orthodoxe russe à Jérusalem, qui fait partie de l’Église orthodoxe russe hors frontières (EORHF) a célébré pendant 100 ans dans l’église Saint Alexandre de la Néva, dans les fouilles archéologiques russes (Alexandrovskoye Podvorie) à Jérusalem

L’église Saint-Alexandre a été consacrée en 1896, quand elle a été transférée à Mission russe à Jérusalem.
Après la Révolution de 1917, l’Église est devenue une partie de l’Église russe à l’étranger (EORHF), et l’administration du métochion était assumée par la Société de Palestine orthodoxe.

Lien de rappel La justice israélienne décide que le métochion Saint Alexandre à Jérusalem appartient à la Russie

Заявление Верховного совета Православного Палестинского Общества в связи с недавними событиями на Александровском подворье в Иерусалиме

Русская Духовная Миссия (РДМ) в Иерусалиме в составе Русской Православной Церкви Заграницей (РПЦЗ) уже на протяжение 100 лет совершает богослужения в храме Александра Невского на русских раскопках (Александровское подворье) в Иерусалиме. Храм Александра Невского был освящен в 1896 году, когда он был передан в ведение Русской Духовной Миссии в Иерусалиме.

После революции 1917 года храм перешел в ведение Русской Зарубежной Церкви, а управление подворьем – в ведение Православного Палестинского Общества (ППО).
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Janvier 2021 à 10:29 | 5 commentaires | Permalien

UN ANCIEN TEMPLE ESPAGNOL DE GRENADE A ÉTÉ DEFINITIVEMENT  TRANSFÉRÉ À  LA COMMUNAUTÉ ORTHODOXE RUSSE
Le 23 janvier 2021, une cérémonie a eu lieu pour le transfert officiel de l'église Saint-Barthélemée, construite au XVIe siècle, à la communauté locale du Patriarcat de Moscou, selon Patriarchia.ru

Le document a été signé dans le cadre du développement des accords conclus lors de la réunion du hiérarque de l'Église orthodoxe russe, l'archevêque Nestor de Madrid et de Lisbonne, avec l'archevêque de Grenade Francisco Javier Martinez Fernandez, le 13 octobre 2020.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Janvier 2021 à 15:09 | 0 commentaire | Permalien

Dans la région de Rostov  sera installé un monument aux Cosaques qui sont morts des mains des bolcheviks
À la mémoire des défenseurs de la Russie traditionnelle

Un monument en l'honneur des cosaques qui ont combattu les bolcheviks et ont été soumis à la décossackisation va être installé par les autorités locales dans la ville de Krasny Souline de la région de Rostov, rapporte service de presse du gouvernement du Don.

La maquette du monument "Gloire au cosaque Souline!" est déjà prête, un habitant de la ville de Shakhty, l'artiste et sculpteur Zurab Machitadze est l’auteur de ce travail. Le monument est financé par des fonds extrabudgétaires.

«Le monument est une composition sculpturale, où les cosaques les plus âgés sont au premier plan, suivis par les plus jeunes . Derrière eux se trouve la croix de Saint-Georges avec le tracé de l’église Saint Alexandre de la Néva, qui se trouvait autrefois sur la terre des Souli », a expliqué Galina Lyubovina du département de l'information du gouvernement de la région de Rostov.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2021 à 20:41 | 0 commentaire | Permalien

SAINTE NINA (+ 338)  l'illuminatrice de la Géorgie
C'est à juste titre que sainte Nina est honorée par l'Église de la Géorgie comme égale-aux-apôtres.

Sainte Nina naquit à la fin du 3 e siècle en Cappadoce, où beaucoup de Géorgiens habitaient. Elle avait une étroite parenté avec le saint grand-martyr Georges; selon un ancien manuscrit, en effet, elle fut sa cousine germaine. À cause de cela, sa vénération pour le saint fut grande.

Son père Zabulon, soldat pieux et renommé, avait quitté sa patrie cappadocienne pour offrir ses services à l'empereur Maximien. Sa mère Suzanne, native elle aussi de la Cappadoce, fut la sœur de l'évêque de Jérusalem, que certains identifient avec Juvénal.

Les parents de Suzanne et de Juvénal moururent jeunes. Ainsi, les deux enfants restèrent orphelins et sans protection. Ils pensèrent alors aller à Jérusalem.

Ils prirent la route avec foi en Dieu, sans se soucier du lointain voyage. Arrivés à la Ville sainte, ils trouvèrent refuge dans l'église de la Résurrection. Juvénal se vit rapidement investi de la charge d'économe de la toute-sainte Tombe, tandis que Suzanne se mit au service de la très-pieuse Sara-Niophora de Bethléem, qui y était diaconesse.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Janvier 2021 à 09:17 | 8 commentaires | Permalien

Sainte Tatiana (+226) : la protectrice accidentelle des débauches estudiantines
Écrit par Liza Belozerova

Tatiana est un prénom tellement usité en Russie qu’on penserait cette sainte originaire de l’Orient. Pourtant c’est bien d’une sainte romaine dont il s’agit, son nom est du reste bien latin : il s’agit de la forme féminine de Tatianus, dérivé lui-même de Titus Tatius, roi des Sabins au VIIIème siècle avant Jésus-Christ. A Rome, sainte Tatienne, martyre, qui, sous l’empereur Alexandre, fut déchirée avec des ongles et des peignes de fer, exposée aux bêtes, jetée dans le feu, sans néanmoins en recevoir aucune atteinte

Le 25 janvier est une date officielle : les étudiants russes ont le droit légal de faire la fête et de profiter pleinement du libertinage estudiantin.

Des discothèques, des concerts, des feux d’artifice : on sort dans les rues, on se défoule, on embrasse toutes les Tatianas, on fête sans aucune limite et avec tout son cœur la fin des examens d’hiver et le jour des étudiants. Soit pour célébrer les années estudiantines soit pour s’en souvenir, cette date rassemble tous les étudiants du pays, anciens et actuels, et le professorat dans un seul élan de joie et de débauche. La tradition fortement ancrée dans la mentalité russe, étouffée pendant l’époque soviétique, est en train de s’épanouir de nouveau depuis 1992.

Si l’on demande aux participants de ces célébrations à l’envergure époustouflante pourquoi la fête de l’étudiant tombe sur le jour de Tatiana, peu pourraient donner la réponse. Il faut replonger dans l’année 1755 lors du règne de l’impératrice Elisabeth Petrovna pour retrouver les origines de la fête nationale des étudiants.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 25 Janvier 2021 à 09:00 | 1 commentaire | Permalien

Le responsable de l'Union des vieux croyants s'est prononcé en faveur de la maternité de substitution
Le chef de l'Union mondiale des vieux croyants, Leonid Sevastyanov, s'est prononcé en faveur de la maternité de substitution en tant que telle, alors qu'il estime que les femmes russes ne devraient avoir que des enfants russes.

"Tout ce qui contribue à l'émergence d'une nouvelle vie est bon. Tout ce qui l'empêche est mauvais. En empêchant la gestation pour autrui, nous empêchons l'apparition d'une nouvelle personne", a déclaré Sevastyanov à Interfax.

La raison de ce commentaire était la récente nouvelle que la Douma d’État a élaboré un projet de loi interdisant les services de mères porteuses pour les étrangers.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2021 à 23:22 | 4 commentaires | Permalien

Non loin de la Laure de la Trinité-Saint-Serge, ouverture d’un musée consacré au père Alexandre Men
Alexandre Vladimirovitch Men, né le 22 janvier 1935 à Moscou et mort assassiné le 9 septembre 1990 à Serguiev Possad(Russie), est un prêtre orthodoxe et théologien russe, prédicateur, auteur de livres sur la théologie et l'histoire du christianisme et des autres religions. Son meurtre reste à ce jour /2019/ impuni

Le musée de l’archiprêtre Alexandre Men a initialement été ouvert dans la maison qu’il occupait près de l’abbatiale Saint-Serge où il officiait régulièrement. Ensuite le musée Alexandre Men a été transféré à Moscou à la Bibliothèque de littérature étrangère.

Mais en raison du nombre important de pèlerins et de visiteurs qui se rendaient à l’endroit où le prêtre a été assassiné, il est apparu indispensable de créer une exposition permanente consacrée à la vie et au service ministériel de l’archiprêtre Alexandre Men.

Aussi, avec la bénédiction du métropolite Juvénal de Kroutitsky et Kolomna, le recteur de l’abbatiale, l’archiprêtre Victor Grigorenko, a décidé d’organiser une nouvelle exposition permanente.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2021 à 13:43 | 2 commentaires | Permalien

Intervention de Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse (PM), à la Table ronde de l’OLTR consacrée à la mémoire de Monseigneur Serge (Konovaloff)
Chers pères, chers frères et sœurs,

C’est avec joie que j’ai accepté de participer à la Table ronde consacrée à Mgr Serge (Konovaloff) de bienheureuse mémoire. La possibilité m’est offerte de contribuer, ne fût-ce que modestement, à cette heureuse initiative. Nous nous devons de maintenir le souvenir d’un homme remarquable, d’un bon pasteur qui a tant souffert pour « nos malheureuses paroisses», selon sa propre expression, qui se sentait grandement responsable pour son troupeau si divers, multiethnique et pluriculturel. Mgr Serge se sentait responsable de l’avenir du diocèse qui lui avait été confié.

Il nous incombe, et ceci jusqu’à présent, de continuer à réfléchir sur la personnalité de Monseigneur Serge, sur les orientations qui étaient les siennes, sur ses aspirations, ses souhaits pour son éparchie. Toutes ces questions restent aujourd’hui d’actualité.

Il faut commencer par préciser que c’est avec la bénédiction de Mgr Serge que je me suis retrouvé en France. Un groupe de prêtres parisiens avait pris l’initiative de demander aux écoles de théologie de Moscou d’envoyer à Paris deux jeunes hiéromoines pour assister l’archevêché.

Mgr Serge avait validé cette proposition. Au lieu de deux étudiants un seul fut choisi, c’était moi. Notre première rencontre avec Mgr Serge se situe fin 1999, dans les semaines qui suivaient mon arrivée à Paris. Peu après Noël je fus invité par Mgr Serge pour prendre le thé. A sa demande je m’étais déjà mis à officier à l’église du Christ Sauveur à Asnières. Le thé qu’il offrait, il le faisait infuser lui-même, était très bon et très fort.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2021 à 13:36 | 2 commentaires | Permalien

Saint Philippe  de Moscou et son ami d’enfance d’Ivan IV, dit le Terrible
Métropolite de Moscou et de toute la Russie (1507- 1569)

En 1565, Ivan tira son ami d’enfance de son monastère de Solovki pour le mettre à la tête de l’Église orthodoxe. Désigné pour être métropolite de Moscou, il sut résister aux cruautés du tsar Ivan et il lui dit la Vérité dans la cathédrale même de la Dormition au Kremlin. Le nouveau prélat, loin d’être un allié, va s’opposer corps et âme au tsar. Au péril de sa vie.

Conflit spirituel, incandescent et violent. Tortures, décapitation, supplices en tout genre. Il est impossible de comprendre la Russie sans s’interroger sur ce personnage qui demeure le plus important de notre histoire.

Ivan IV fut le premier à se donner le titre de Tsar (du latin caesar) et il a créé la matrice du pouvoir russe qui demeure inchangée.

Sa personnalité complexe a beaucoup compté : c’était un homme éminemment doué et instruit, à la fois musicien et écrivain, mais en même temps son cas ressort de la maladie mentale avec une double, voire une triple personnalité ! Il n’était pas seulement un tyran, mais aussi un tortionnaire doublé d’un maniaque.Le métropolite Philippe c’est un homme de la Renaissance, ouvert et tourné vers l’avenir- mais aussi un brillant inventeur et un architecte.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 22 Janvier 2021 à 07:52 | -1 commentaire | Permalien

La cathédrale  russe Sainte-Marie-Madeleine fait partie désormais de la liste des six plus belles églises de Madrid
La cathédrale russe Sainte-Marie-Madeleine égale aux apôtres a été incluse dans la liste des six églises les plus impressionnantes de Madrid, compilée par le journal « El Mundo » (le média de langue espagnole le plus cité dans le monde).

«Il y a une centaine d'églises et de paroisses à Madrid, chacune étant remarquable à sa manière. Nous avons sélectionné six des plus beaux temples qui ornent vraiment la ville, qui doivent être visités », écrit El Mundo.

En plus d'une église orthodoxe de construction moderne, la liste comprend des églises et cathédrales catholiques: la basilique royale du XVIIIe siècle San Francisco El Grande, le monastère du XIVe siècle San Jeronimo El Real, l'église de San Jines, construite au XVIIe siècle, le temple du XVIIe siècle San Antonio de Los Alemanes et du XVIIIe siècle San Antonio de la Florida Temple Museum.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Janvier 2021 à 16:15 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 302


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile