L'icône de la Mère de Dieu de Vladimir n'a pas souffert de l'incendie qui s'est déclenché à Notre-Dame
Lors de sa visite en France en 2007 le patriarche Alexis II a offert à la cathédrale Notre-Dame de Paris une icône représentant la Mère de Dieu de Vladimir.

Le père Philippe Riabykh, recteur de la paroisse de Tous les Saints à Strasbourg, a fait savoir qu'il était entré en contact avec Monseigneur Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame, qui a confirmé que l'icône n'avait pas été endommagée par le feu.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Avril 2019 à 17:42 | -1 commentaire | Permalien

L’interview du patriarche de Moscou au journal grec « Ethnos tis Kyriakis »
– Votre Sainteté, le patriarche œcuménique Bartholomée a octroyé, au début du mois de janvier, l’autocéphalie à l’Église orthodoxe d’Ukraine. Quelle sera désormais la position du Patriarcat de Moscou ?

– Autant en Ukraine qu’en Grèce, il n’y a qu’une Église orthodoxe, qui est reconnue par toutes les Églises autocéphales. L’Église d’Ukraine n’a pas demandé au Phanar l’autocéphalie, et bien plus, elle s’y est opposée. Cependant, méprisant le point de vue de l’Église canonique d’Ukraine, le patriarche Bartholomée a octroyé le « Tomos d’autocéphalie », non pas à l’Église, mais à des schismatiques. Du point de vue canonique, cette acte est inexistant. Nous ne le reconnaissons pas, et il n’est pas question pour nous de le reconnaître.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Avril 2019 à 15:54 | 0 commentaire | Permalien

Dimanche des Rameaux
Dimanche des Rameaux /autrefois appelé en français Dimanche de l'Hosanne!/

Qui n'a pas rencontré du Seigneur quand, comme un roi, triomphant Il entra dans Jérusalem, et qui n'a pas crié alors, Hosanna au Fils de David! (Matthieu 21:15)?

Mais seulement quatre jours se sont écoulés, et la même foule avec les mêmes langues crie, Crucifie-le, crucifie-le! (Jean 19:6). Changement incroyable!

Mais pourquoi devrions-nous être surpris? N'avons-nous pas fait la même chose, quand après avoir reçu les saints mystères du Corps et du Sang du Seigneur, nous quittons à peine l'église avant de tout oublier, à la fois notre révérence et la miséricorde de Dieu envers nous.

Nous nous adonnons comme avant à des actes agréables pour nous, d'abord petits puis ensuite grands. Peut-être même qu'avant que quatre jours ne se soient écoulés, bien que nous ne criions point, "Crucifie-le!" nous crucifions le Seigneur en nous-mêmes. Le Seigneur voit tout cela, et Il souffre. Gloire à Ta patience, ô Seigneur!
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Avril 2019 à 09:50 | 0 commentaire | Permalien

Homélie pour le samedi de la résurrection de Lazare
Chers frères et sœurs, hier soir, en me préparant à cette homélie, j’ai voulu parcourir sur internet ce qui y est dit, du point de vue scientifique, sur la mort.

On trouve beaucoup de choses passionnantes sur le web sur la différence entre la mort clinique et la mort cérébrale, sur la question de l’instant de la mort et de sa définition, sur l’aspect irréversible de l’arrêt des activités cérébrales, sur ce qu’on appelle l’expérience de la mort imminente et les témoignages de ceux qui ont été ramenés à la vie après une telle expérience etc.

On y trouve aussi une multitude de conceptions religieuses et philosophiques du sens de la mort. Beaucoup de religions et de cultures envisagent la mort comme un passage dans une autre vie de l’âme séparée du corps, parfois comme une pérégrination qui amène l’âme à une nouvelle incarnation, mais aussi comme une nouvelle naissance de la conscience dans une autre forme d’existence.

Ce qui m'a frappé, c'est que, partout, la mort est considérée comme irréversible, même quand on croit en la vie éternelle.

Et même dans les milieux chrétiens, la mort est souvent considérée comme la séparation définitive de l’âme et du corps. On croit que les morts sont irrévocablement débarrassés de leur corps et continuent à vivre éternellement sous la forme d’âmes et d’esprits.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 20 Avril 2019 à 09:45 | 2 commentaires | Permalien

En cas d'incendie et dès les premiers signes de fumée, les abeilles se "gorgent" de miel et protègent leur reine.

Un rucher est installé sur les toits de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Les abeilles de Notre-Dame miraculées

Les quelque 200.000 abeilles des ruches de Notre-Dame ont survécu à l'incendie qui a ravagé le toit de la cathédrale le 15 avril 2019. "Les abeilles sont en vie. Jusqu'à ce matin, vers 11H00, je n'avais aucune nouvelle", explique à l'AFP l'apiculteur Nicolas Géant qui s'occupe des ruches de Notre-Dame situées sur la sacristie attenante à la cathédrale.

"Au départ, je pensais que les trois ruches avaient brûlé, je n'avais aucune information. Mais j'ai ensuite pu voir sur les images satellites que ce n'était pas le cas et le porte-parole de la cathédrale m'a confirmé qu'elles entraient et sortaient des ruches", poursuit-il.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Avril 2019 à 20:28 | 0 commentaire | Permalien

Saint Ambroise (340-397) par l'historien Patrick Boucheron
Issu de la meilleure aristocratie, saint Ambroise /340-397/ est d’abord un grand commis de l’Empire romain avant de devenir évêque de Milan, en 374.

Milan est une ville qui compte pour Patrick Boucheron C’est à l’urbanisme de la capitale lombarde à la fin du Moyen Age qu’il consacra jadis sa thèse, et c’est Milan qu’il parcourt de nouveau aujourd’hui sur les traces du plus célèbre de ses enfants, Ambroise de Milan.

C’est aux «vies posthumes» de ce dernier qu’il consacre un gros livre bourré d’érudition, c’est-à-dire aux multiples réemplois de la figure du saint milanais durant le millénaire qui sépare sa naissance (au IVe siècle) de la fin du Moyen Age. Par bien des aspects, ce livre est donc d’abord une histoire politique et religieuse de la capitale lombarde, rédigée à partir du souvenir ou, mieux, d’une anamnèse collective. «Tout à Milan est ambrosien - ou plus exactement, tout l’est devenu», écrit-il.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Avril 2019 à 16:50 | 2 commentaires | Permalien

Femmes martyres pour la foi 1932-1938
En 1932, à la suite d’arrestations massives effectuées dans la région de Leningrad 900 religieuses et leurs amies laïques furent expédiées en direction d’Alma-Ata, en Asie centrale soviétique, pour être réparties en divers endroits.

Bientôt, il n’en restait plus que 70 en vie ! Le typhus, la dysenterie, la faim avaient touché toute les autres. Du matin au soir, on évacuait leurs cadavres des baraques en béton ou en argile, des prisons et des infirmeries.

Marie de Gatchina (Lidia Lelianova dans le monde), sainte martyre, est née à Saint Pétersbourg en 1874. A l’âge de 16 ans elle est atteinte par la maladie de Parkinson, puis d’une encéphalite.

C’est dans un fauteuil roulant qu’elle se présente à son lycée pour y passer les examens de fin d’études.De longs traitements, y compris à l’étranger, s’avèrent infructueux. Ses bras et ses jambes se dessèchent peu à peu. La position assise lui était impossible à cause des terribles douleurs qu’elle éprouvait. Elle était astreinte à rester couchée.

Photo: Sainte martyre Marie de Gatchina 1930
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Avril 2019 à 20:03 | -1 commentaire | Permalien

Émotion et solidarité internationales après l’incendie à Notre-Dame de Paris

Les orthodoxes du monde entier ont souffert avec leurs frères catholiques, avec le monde entier de voir au bord de annihilation Notre-Dame de Paris, joyau du christianisme européen . Gloire au Ciel, aux efforts et aux prières de tous , nous irons tout à l'heure, comme nous le faisons souvent vénérer ce haut lieu de la foi . L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir, don du défunt patriarche Alexis II est sauve, comme l'ensemble des objets sacrés se trouvant dans la cathédrale.

Патриарх Кирилл надеется на быстрое восстановление собора Нотр-Дам

Патриарх Московский и всея Руси Кирилл "глубоко опечален" известием о разрушительном пожаре, который нанес большой ущерб собору Парижской Богоматери, сообщает официальный сайт Русской православной церкви.

"Сопереживаю Вам, вашей пастве и всем, кому дорог этот шедевр христианского храмового зодчества, занимающий особое место среди памятников архитектуры всемирного культурного наследия", - говорится в послании патриарха Мишелю Опети, архиепископу Парижскому.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Avril 2019 à 10:37 | 57 commentaires | Permalien

SAINT THOMAS
Ce deuxième dimanche de Pâques, nous fêtons le Renouveau de la Résurrection du Christ et l'attouchement du Saint Apôtre Thomas.

Thomas signifie abyme, ou jumeau, en grec Dydime : ou bien il vient de thomos qui veut dire division, partage. Il signifie abyme, parce qu'il mérita de sonder les profondeurs de la divinité, quand, à sa question, J.-C. répondit : « Je suis la voie, la vérité et la vie. » On l’appelle Dydime pour avoir connu de deux manières la résurrection de J.-C. Les autres en effet, connurent le Sauveur en le voyant, et lui, en le voyant et en le touchant. Il signifie division, soit parce qu'il sépara son âme de l’amour des choses du monde, soit parce qu'il se sépara des autres dans la croyance à la résurrection.

Saint Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée.
Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination; d'autre part, il avait du cœur et du dévouement. Ces deux caractères de sa physionomie paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui. Peu avant Sa Passion, Jésus veut retourner en Judée; les Apôtres Lui rappellent les menaces de Ses ennemis. Thomas seul s'écrie: "Eh bien! Allons et mourons avec lui!" Voilà le dévouement du cœur de l'Apôtre.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 15 Avril 2019 à 07:05 | 10 commentaires | Permalien

Mgr Nestor : Homélie le jour de la fête de Sainte Marie l’Égyptienne
Enregistrement audio transcrit 2010

Chers frères, chères sœurs,

Nous avons prié avec une ferveur particulière le mercredi de la semaine qui s’achève ainsi que le samedi lors de la lecture du Grand canon pénitentiel de saint André de Crète. Plus nous nous approchons de la fin du Grand Carême, plus nous trouvons dans les saints offices une nourriture consistante pour nos âmes et pour nos cœurs. Le Seigneur frappe à nos cœurs, nous indique les voies du salut, nous donne des exemples. Il s’efforce d’être entendu par nous afin que lors de cette dernière semaine de carême nous puissions ne fût-ce qu’un peu régénérer nos âmes.

Nous commémorons aujourd’hui sainte Marie l’Egyptienne, une grande sainte qui a réussi à expier ses péchés et à manifester un immense amour du Seigneur. Nous allons continuer cette commémoration pendant toute la semaine qui suit. Les commandements nous prescrivent d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos aspirations. Chacun de nous éprouve cet amour de Dieu car c’est ainsi que nous avons été créées, Dieu nous a donné à tous sans exception ce don d’amour.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 14 Avril 2019 à 10:03 | 0 commentaire | Permalien

Sainte Martyre MATRONE de THESSALONIQUE (✝ v. 304)
Servante chrétienne dans une famille juive de Thessalonique, elle fut soumise à de rudes flagellations par sa maîtresse pour avoir confessé la divinité du Christ, Fils de David. Elle périt sous les coups de bâtons.

Sainte Matrone était servante d'une noble juive, nommée Pautilla, qui était mariée au général de la garnison impériale de la ville de Thessalonique. Elle adorait Jésus-Christ comme le vrai Dieu et le priait en secret, pour ne pas éveiller l'attention de sa maîtresse.

Lorsque, chaque jour, celle-ci se rendait à la synagogue, Matrone l'accompagnait jusqu'à la porte, puis elle se dérobait aussitôt pour se rendre à l'église et offrir ses prières au Seigneur, s'arrangeant pour être présente à la sortie de Pautilla. Or quand vint la Pâque juive.

Matrone, qui désirait assister aux offices préparant la fête de la Résurrection du Seigneur, la vraie Pâque qui nous a fait passer de la mort à la vie, se rendit à l'église, mais elle tarda à réjoindre la synagogue et un des domestiques la dénonça à sa maîtresse. Pautilla, entrant alors dans une grande colère, déclara que si Matrone l'avait] trompée sur ce point elle devait bien être aussi fautive dans son service, et elle ordonna à ses autres serviteurs de l'attacher sur un banc et de la frapper de verges.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Avril 2019 à 17:31 | 1 commentaire | Permalien

Rendez-vous Mardi 9 avril à 19h40 avec Carol Saba sur KTO VIDEO

Que s'est-il vraiment passé, durant la nuit du 16 au 17 juillet 1918 dans la maison Ipatiev où le Tsar Nicolas II, sa femme et ses enfants ont été tués ? Les exécutants, les commanditaires, les complices ...
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Avril 2019 à 15:24 | 2 commentaires | Permalien

Émilie van Taack : LE PERE SERGE ET SES ENFANTS SPIRITUELS
"Un maître de sagesse vanvéen : soirée à la mémoire du starets Serge Chévitch à Vanves"

Le 16 mai 2014, une soirée à la mémoire du père Serge Chévitch (1903-1987) a eu lieu dans la salle Palestre en face de la Mairie de la ville de Vanves. Cette rencontre a commencé par une introduction du père Jean-Michel Rousseau, recteur de la paroisse Sainte-Trinité à Vanves, que le père Serge Chévitch desservait jusqu’à sa mort. Dans son discours, le père Michel a présenté les quatre conférenciers de la soirée et le livre de Jean-Claude Larchet Le Starets Serge.

P.O. publie le texte de l'intervention d’Émilie van Taack , fille spirituelle du père Serge

LE PERE SERGE ET SES ENFANTS SPIRITUELS

Père Serge fut véritablement un PERE, dans le sens le plus filial du terme.
Il a adopté un certain nombre de personnes et son amour en a fait ses enfants, avant que des disciples.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Avril 2019 à 04:51 | -1 commentaire | Permalien

Père Serge Model: La canonisation des saints dans l’Église orthodoxe
Texte adapté d’une communication présentée à Bruxelles /Belgique/ le 15 octobre 2011, dans le cadre de la Journée de rencontre et de ressourcement organisée par la Fraternité orthodoxe de la région bruxelloise

« La vénération des saints occupe une grande place dans la piété orthodoxe », relève l’un des grands théologiens orthodoxes contemporains, le père Serge Boulgakov. Et il poursuit :

Les saints sont nos orants et nos protecteurs dans le ciel et donc des membres vivants et actifs de l’Église terrestre […].

Leur présence de grâce dans celle-ci, rendue apparente par leurs icônes et leurs reliques, nous entoure comme d’une nuée de prière à la gloire de Dieu. Elle ne nous éloigne pas, elle nous rapproche du Christ et nous unit à lui.

Les saints ne sont pas des médiateurs entre Dieu et les hommes, qui nous écarteraient du seul médiateur Jésus Christ […] ; ce sont nos compagnons de prière, nos amis et nos aides dans notre service du Christ et notre communion avec lui. (1
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Avril 2019 à 21:35 | 6 commentaires | Permalien

Dimanche de saint Jean Climaque, hégoumène des moines du Sinaï (+ 605 )
Ce quatrième dimanche de Carême, nous faisons mémoire de notre Vénérable Père Jean Climaque

Vers la fin de sa vie, on lui demande de rédiger "L'échelle sainte" (en grec "klimax", d'où son nom) qui résume l'expérience spirituelle des trois premiers siècles du monachisme.

Tu mortifiais la chair, Saint Jean, de ton vivant
et, bien que tu paraisses sans vie maintenant,
tu vis éternellement.
L'Echelle où tu décris la montée vers les cieux
annonce de ton âme le retour à Dieu.


Lire aussi Histoire d'un voleur pénitent : Extrait de "L'échelle sainte" de Saint Jean Climaque

Alors qu'il était âgé de seize ans et qu'il avait l'esprit vif, il s'offrit à Dieu en victime sacrée, gravissant la montagne du Sinaï. Après dix-neuf ans passés dans ce Monastère, il le quitta pour le stade des hésychastes : à cinq milles de la palestre où s'exerça l'anachorète Cyriaque,

il fixa sa demeure au lieudit Tholâs. Il y passa quarante ans, dans un ardent amour, constamment embrasé par le feu de l'amour divin.

Il mangeait de tout ce que lui permettait la règle (et en cela il brisait très sagement l'aiguillon de l'orgueil), mais il le faisait en toute frugalité et non jusqu'à satiété. Et le flot de ses larmes, qui pourrait le décrire ?
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 8 Avril 2019 à 13:24 | 0 commentaire | Permalien

Le primat de l’Église catholique en Biélorussie appelle à cesser de détruire les croix des Kourapaty
Kourapaty est une zone forestière des environs de Minsk, en Biélorussie où de nombreuses exécutions furent perpétrées par le régime soviétique de 1937 à 1941. Le nombre de victimes est estimé entre 30 000 et 100 000

L’archevêque Tadeusz Kondrusiewicz, primat de l’Église catholique-romaine en Biélorussie, a appelé à cesser de détruire dans la forêt des Kourapaty les croix érigées, sans autorisation des autorités gouvernementales, par les parents des victimes des répressions staliniennes.

L’archevêque déclare dans le communiqué publié sur le site de l’Église catholique : « J’appelle les responsables de ces actes à cesser de détruire les croix et à entamer, par le dialogue avec les représentants des différentes forces politiques et des différentes religions, un processus de régularisation de la situation. » Il rappelle ensuite que le problème des Kourapaty existe depuis longtemps et a des racines profondes, mais qu’il est indispensable de régler cette situation et poursuit :

« Depuis que, à la fin des années 80 du siècle dernier, le monde a découvert le lieu des exécutions, il est apparu indispensable de mener les recherches fondamentales adéquates, comme cela se pratique avec tous les charniers comparables pour s’assurer de ce qui s’est passé.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Avril 2019 à 10:36 | 1 commentaire | Permalien

Fête de l'Annonciation
Le 7 avril, nous célébrons l'Annonciation et nous vénérons la mémoire du Saint Patriarche Tikhon

La plus grande des fêtes qui se rencontre en cette période de l’année [le Carême] est assurément la fête de l’Annonciation de la maternité divine faite par l’ange Gabriel à la Théotokos, la très sainte Vierge Marie. Une phrase des chants de matines résume toute la signification de cette fête : " Le mystère éternel est révélé aujourd’hui ; le Fils de Dieu devient Fils de l’homme… ". L’Épître aux Hébreux, lue à la liturgie (2, 11-18), insiste sur ce que, du fait de l’Incarnation, " le sanctificateur et les sanctifiés ont tous même origine.

Ce site "Россия и христианский Восток" met en ligne une rétrospective des représentations de l'Annonciation par les meilleurs peintres russes LIEN ICI

C’est pourquoi il ne rougit pas de les nommer frères ". L’Évangile (Lc 1, 24-38) relate la révélation que Gabriel, à Nazareth, fit à Marie. La réaction de Marie, " comment cela se fera-t-il ? ", N’est pas l’expression d’un doute, et en cela elle diffère de la réaction de Zacharie, lorsque la naissance de Jean lui fut prédite. Marie pose simplement une question respectueuse ; et, quand l’ange explique que le Saint-Esprit descendra sur elle et la couvrira de son ombre, Marie répond, avec l’humilité et l’obéissance qui caractérisent toute sa personne : " Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ". La fête de l’Annonciation a en quelque sorte deux faces. L’une d’elles est tournée vers la Très Sainte Mère de Dieu. Elle concerne sa gloire et notre piété envers Marie. La déclaration de cette gloire et l’expression de cette piété trouvent leur forme parfaite dans la première phrase du message de l’ange : " Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ".
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 6 Avril 2019 à 10:09 | 0 commentaire | Permalien

Montgeron : La maire Sylvie Carillon " l’église orthodoxe  Saint-Séraphin-de-Sarov, en revanche, ne nous appartient pas »
Montgeron : l’ex-château des dissidents russes vendu 504 000 € aux enchères

Renaissance de la paroisse Saint Séraphin de Sarov - VOIR le SITE. Cette église est restée de longues années en déshérence. Voilà deux ans qu’elle revit, le nombre de ses fidèles, multiethniques ce qui correspond à la tradition du lieu. L’église compte aujourd'hui près de 500 fidèles, c'est l'une des plus nombreuses du diocèse de Chersonèse, très unis, très actifs. Pâques à Montgeron!

Les prêtres qui la desservent appartiennent au diocèse de Chersonèse. SUITE

Après trois ans de procédure, la Ville a annoncé l’inscription du Moulin de Senlis au titre des Monuments historiques. La bâtisse du XVe siècle va pouvoir être rénovée à moindre coût. VIDEO

C’est une victoire pour les Montgeronnais. Propriétaire du bâtiment depuis un an, la Ville a vu sa demande d’inscription du Moulin de Senlis au titre des Monuments historiques acceptée par le Préfet de région. « Au terme de trois ans de procédure, notre implication forte et constante pour préserver notre patrimoine historique est enfin récompensée ! », se félicite la maire (LR) de Montgeron, Sylvie Carillon.

Il faut dire que la ville revient de loin. Fin juillet 2016, une dizaine de familles, originaires des pays de l’Est, étaient expulsées du château, à la suite d’un arrêté de péril imminent suite aux inondations du mois de juin. Elles avaient toutes étaient relogées à l’époque. Aujourd’hui, seules deux personnes, en situation irrégulière, sont toujours à l’hôtel, « mais toutes ont un toit sur la tête », assure Sylvie Carillon.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Avril 2019 à 07:06 | -1 commentaire | Permalien

AVANT-FÊTE DE L'ANNONCIATION
AVANT-FÊTE DE L'ANNONCIATION A LA VIÈRGE MARIE.

Le 7 avril, la plus grande des fêtes qui se rencontre en cette période de l’année /le Carême/ est assurément la fête de l’Annonciation de la maternité divine faite par l’ange Gabriel à la Théotokos, la très sainte Vierge Marie

Tropaire de l’avant-fête de l'Annonciation - ton 4

En ce jour d'avant-fête nous chantons / le début de l'universelle jubilation; / voici que s'avance, en effet, Gabriel / pour annoncer à la Vierge la bonne nouvelle en disant : / Réjouis-toi, Pleine de grâce, le Seigneur est avec toi.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, et maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Avril 2019 à 14:29 | 0 commentaire | Permalien

Mgr Antoine de Souroge: Dialogue œcuménique
V. G.

Je vous propose un discours prononcé par Mgr Antoine en janvier 1967 à Paris, probablement à l'occasion de la "Semaine de l'Unité".

Ce texte reste d'actualité, même si le début est historiquement connoté: presque vingt ans après la fondation du COE (1948), le mouvement œcuménique semble à son apogée (1) Les représentants des Eglises orthodoxes ont clairement confirmé leurs positions exprimées précédemment dans [la Déclaration d'Oberlin]url: http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Declaration-des-representants-orthodoxes-a-la-conference-d-Oberlin-1957_a953.html (1957 cf. ibid.) et l'Eglise catholique a rejoint le mouvement en 1964 "Unitatis Redintegratio. Ibid.

Mais Mgr Antoine met le doigt sur les difficultés profondes qui apparaissent derrière une convergence de façade et qui aboutiront aux profondes divergences actuelles. Il montre aussi combien cette recherche de l'Unité demande en fait un effort à chacun pour faire participer l'autre: "Il y a aussi le fait que nous n'arriverons jamais à rien si nous ne nous rappelons que par rapport à l'autre, qui est l'objet de notre dialogue, notre attitude doit être celle du Christ Lui-même; du Christ, du Dieu Un dans la Sainte Trinité, qui est le Dieu de tous et de chacun; du Dieu qui aime également les bons et les méchants, qui déverse Sa charité sur les bons et les méchants."

Et cet appel de notre regretté pasteur ne s'applique pas uniquement à nos rapports avec les hétérodoxes; il convient aussi à nos relations avec nos frères Orthodoxes car, là aussi, dès que nous avons une divergence de vues, nous avons tendance à oublier que "personne ne peut reconnaître dans le prophète de Galilée le Verbe incarné de Dieu et son Seigneur, si l'Esprit Saint lui-même ne le lui révèle".

Voici le texte de la conférence de Mgr Antoine (titres et notes de VG)
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Avril 2019 à 09:52 | 29 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 278


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile