Sainte Marina la grande martyre du III siècle, fêtée le 17/30 juillet
Marina est née en Anatolie du Sud, plus précisément à Antioche, à la fin du troisième siècle, pendant le règne de Claude II (268-270). Elle était la seule fille de parents païens nobles. Quand elle avait cinq ans, sa mère est morte (certaines sources disent qu'elle est morte peu de temps après l'accouchement), et depuis que son père Aidesios, était trop occupé à l'exercice de ses fonctions en tant que prêtre païen pour l'éduquer correctement, il tourna ses soins envers Marina avec une femme qui se trouvait être chrétienne. Suite Sainte Marina, grande martyre et vainqueur des démons

Un miracle de sainte Marina
Version française Claude Lopez-Ginisty

Il y a quelques années, une famille de Lymassol, à Chypre, nommée Vassiliou a été bénéficiaire du miracle suivant. En Grèce, cette famille est bien connue à cause des demandes télévisées qu'elle a faites en vue de trouver un donneur pour leur jeune garçon Andrea, qui souffrait de leucémie. Le donateur a bien été trouvé et les parents ont commencé à préparer leur voyage au Texas (USA) où la greffe de moelle osseuse allait être exécutée. Entre-temps, ils ont aussi prié et supplié Jésus-Christ de sauver leur petit garçon. Avant leur départ pour les USA les parents ont entendu parler de miracles de sainte Marina et ils ont appelé le monastère de Sainte-Marina situé sur l'île d'Andros en Grèce pour demander sa bénédiction.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Juillet 2018 à 10:35 | 0 commentaire | Permalien

SUISSE- Vevey "La coupole du lieu de culte brillera comme au premier jour"
Lire d’abord le 28 avril 2018 L'église orthodoxe russe de la Sainte Mégalomartyre Barbara de Vevey, doit subir d'importants travaux de rénovation

Et ensuite : Depuis trois semaines, Michel Muttner et son équipe jouissent de la plus belle vue du moment sur Vevey. Perché à une trentaine de mètres du sol, au sommet de l’imposant entrelacs d’échafaudage qui corsète l’église orthodoxe russe Sainte-Barbara, le restaurateur du Landeron (NE) est aux petits soins avec la coupole en cuivre. Celle-ci n’attend qu’une chose: retrouver son éclat doré d’antan.

Pour cela, il faudra juxtaposer un à un 9000 carrés d’or ultrafins – 0,2 micron d’épaisseur et 8 cm de côté – sur les 40 m2 de surface. Le restaurateur pourra compter sur l’expertise de la spécialiste maison: Élisabeth Muttner, son épouse et bras droit.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juillet 2018 à 16:15 | 3 commentaires | Permalien

Saint Vladimir le Grand -  Vladimir le BEAU SOLEIL  (980-1015)  et le Baptême de la Russie
Il est l'une des grandes figures de la Russie médiévale, tant d'un point de vue politique que spirituel.

Vladimir était le plus jeune fils du prince de Kiev, Sviatoslav. Sa mère s'était convertie au christianisme, mais le jeune prince fut élevée dans le paganisme. En 980, il devint prince de Kiev, après avoir éliminé son frère aîné (qui avait lui-même assassiné un autre de leurs frères).

Son alliance est alors sollicitée par les Bulgares, les Khazars, les Allemands et les Byzantins qui représentent les quatre religions de présence: l'islam, le judaïsme, le christianisme latin et le christianisme byzantin. Vladimir, d'après la tradition, envoie alors des ambassadeurs recueillir de plus amples renseignements sur ces religions.

L'islam des Bulgares respire la tristesse; les offices latins des allemands sont dépourvus de beauté. A Constantinople, la splendeur de la liturgie célébrée dans l'église Sainte Sophie, l'encens projeté vers le ciel par le balancement des lourds encensoirs, l'or des icônes, les hymnes célestes transportent d'enthousiasme les âmes slaves des envoyés du prince: "Nous ne savions plus si nous étions au ciel ou sur la terre ! C'est là que Dieu demeure avec les hommes!" Vladimir se fait donc baptiser, avec tous ses sujets en 988 et reçoit pour épouse une princesse byzantine.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Juillet 2018 à 06:30 | Permalien

Le métropolite Hilarion : "Le patriarche Bartholomée a dit très clairement qu’on ne légaliserait pas le schisme"
Mgr Hilarion : "En rencontrant les quatre hiérarques ukrainiens, le patriarche Bartholomée a dit très clairement que le schisme ne serait pas légitimé, et c’est une déclaration importante. J’espère que la solution au problème du schisme ukrainien sera trouvée uniquement par la voie canonique".


Au cours de son séjour à Athènes, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a donné une interview au correspondant de l’agence d’information grecque « Romfea ».

-Éminence, vous séjournez actuellement en Grèce. De quoi avez-vous parlé avec le primat de l’Église orthodoxe de Grèce.

-Comme toujours, lorsque je viens à Athènes, j’ai rencontré Sa Béatitude l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce. Nous avons évoqué les relations entre les Église orthodoxes russe et grecque, ainsi que l’agenda interorthodoxe. Il y avait beaucoup de questions dont il fallait discuter.

Je voulais parler à Sa Béatitude le métropolite Jérôme de la situation en Ukraine et de la situation délicate dans laquelle est aujourd’hui placée l’Église orthodoxe canonique de ce pays. J’en parlerai aussi pendant l’Assemblée interparlementaire de l’Orthodoxie. Il faut que le primat et les hiérarques de l’Église grecque, ainsi qu’un large public, puisse se faire une idée de ce qui se passe réellement en Ukraine, qu’ils sachent que l’Église orthodoxe ukrainienne, qui est l’Église de la majorité en Ukraine, fait aujourd’hui l’objet de discriminations, de persécutions, de pressions incroyables de la part des autorités civiles de ce pays.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2018 à 12:48 | 0 commentaire | Permalien

Le starets Serge (Chévitch) à propos de la patience
Il y a 31 ans, le 25 juillet 1987, l’âme du père Serge (Chévitch) a été rappelée à Dieu. Père spirituel de nombreux prêtres, moines et laïcs orthodoxes, l’archimandrite Serge demeure, à travers les années, une personnalité phare de l’Orthodoxie du XXième siècle en Europe occidentale. Ce mercredi, le 25 juillet, une pannikhide à sa mémoire sera célébrée dans l’église cathédrale des Trois-Saints-Docteurs (rue Pétel) après la Divine Liturgie...suite

A la mémoire du P. Serge Chévitch

« La patience est aussi, avec la pénitence et la prière, l’un des instruments dont nous disposons pour mener le combat invisible permanent contre toutes les tentations et les difficultés qui sont placées sur notre chemin par nos ennemis spirituels.

Elle est également le moyen d’accomplir chaque jour notre tâche spirituelle alors même que nous en tirons encore aucune jouissance spirituelle, mais qu’au contraire les obstacles dus aux attaques des démons et les peines se multiplient.

C’est grâce à elle que, sans nous décourager, nous pouvons porter le joug que nous a donné le Christ (Mt. 11, 29-30). »

Le starets, qui, nous l’avons vu, a une conception modérée et équilibrée de l’ascèse, considère que, pour y progresser réellement et sans danger, il ne faut pas faire de saut.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2018 à 06:13 | 0 commentaire | Permalien

Archange saint Gabriel
Tout au long de l’Ancien Testament, les anges sont présents pour instruire, protéger, réconforter et conduire les hommes.Le Nouveau Testament est aussi tout rempli du ministère des anges.

Nous savons que si les anges se présentèrent aux hommes comme des messagers de Dieu, ils sont avant tout, de purs esprits qui se déploient dans une dimension étrangère à notre espace, sans être soumis à la durée ni au rythme du temps.

L’ordinaire de la vie immortelle de ces créatures personnelles, pour parler comme Jésus, est de contempler sans cesse la face du Père qui est aux cieux, bonheur dont ils s’éloignent par amour de Dieu et des hommes, pour porter la parole de l’un aux autres.

« Ange, dit saint Augustin, désigne la fonction non pas la nature. Tu demandes comment s’appelle cette nature ? Esprit. Tu demandes la fonction ? Ange. D’après ce qu’il est, c’est un esprit, d’après ce qu’il fait, c’est un ange. »

Après l’expulsion de nos premiers parents, l’ange à l’épée flamboyante interdit l’entrée du Paradis terrestre. Un ange consola Agar dans le désert. C’est un ange qui arrêta le bras d’Abraham prêt à immoler Isaac. Avant que Sodome fût détruite par le feu du ciel, un ange fit sortir Loth et sa famille de la ville. Le patriarche Jacob vit en songe des multitudes d’anges monter et descendre l’échelle qui allait de la terre au ciel.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 26 Juillet 2018 à 04:46 | 2 commentaires | Permalien

Les fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne (patriarcat de Moscou) ne peuvent se déplacer librement pour les célébrations du Baptême de la Russie
Le Département de l’information de l’Église orthodoxe ukrainienne (patriarcat de Moscou) déclare qu’on s’efforce d’empêcher les fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne de prendre part à l’office d’actions de grâce et à la procession dans Kiev le 27 juillet en interdisant à tous transporteurs de l’arrondissement Ovruchskiy ( région de Jitomir) tout déplacement vers Kiev ce jour-là.

En revanche les déplacements des fidèles de l’église schismatique du « patriarcat de Kiev » sont organisés par les administrations locales qui mettent des cars à leur disposition. Pour le 28 juillet, on a donné aux administrations locales des instructions comminatoires pour qu’elles recueillent des fonds auprès des chefs d’entreprise et transportent dans les cars tous leurs fonctionnaires jusqu’à Philarète. Tout cela pour montrer à la télévision que le « patriarcat de Kiev » est soutenu par la majorité des Ukrainiens.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Juillet 2018 à 13:25 | 12 commentaires | Permalien

Sainte OLGA princesse de Russie
Mère de Sviatoslav (+ 969) Sainte OLGA ou Hélène. Elle se convertit au Christianisme à Constantinople en 958 et prit le nom d’Hélène. C'est la première princesse chrétienne qu'ait connue la Russie.

Née à Pskov (anciennement Pleskov) ou dans le voisinage.
Olga épousa le Prince Igor 1er, duc de Kiev en 903. Après l’assassinat de son mari en 945, elle gouverna la Russie avec sagesse et miséricorde jusqu’à sa propre mort.

Elle se chargea en particulier de l’éducation de son petit fils, saint Vladimir qui allait définitivement donner le Saint Baptême à la Russie.

Issue d'une noble famille du pays de Pskov, à linitiative de laquelle les Varègues étaient venus en Russie, la princesse Olga avait été dotée par Dieu d'une rare beauté et d'une brillante intelligence.

Un jour, alors qu'elle traversait le fleuve Pskov, elle rencontra le jeune prince Igor qui aussitôt s'éprit d'elle.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 24 Juillet 2018 à 10:20 | 37 commentaires | Permalien

Une icône du Saint apôtre André sera présente à Kiev à l’occasion du 1030e anniversaire du baptême de la Rus
La légende veut que l’apôtre André le Premier nommé aie été crucifié sur une croix en X dans la ville grecque de Patras. Saint André est le protecteur céleste de Kiev. C’est de là qu’il a atteint les îles de Valaam.

L’icône miraculeuse contenant une particule des reliques du saint ainsi qu’une parcelle de la croix sur laquelle il a subi le martyre provenant du monastère de Patras viendra de Grèce à Kiev empruntant l’itinéraire naguère parcouru par l’apôtre. La plus grande partie de ce chemin passe par le Dniepr.

L’icône a été peinte par les moniales du cloître Saint André à Patras
Из Греции в Киев по Днепру привезут икону апостола Андрея Trad "PO"

2013 - La croix sur laquelle l'apôtre Saint-André avait été crucifié est arrivée en Russie
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juillet 2018 à 13:02 | 1 commentaire | Permalien

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Juillet 2018 à 14:35 | 0 commentaire | Permalien

 Icône Notre Dame de Kazan
Vladimir Golovanow

Le 21 juillet et le 22 octobre l'Eglise russe fête l'Enfantrice de Dieu dans son icône Notre Dame de Kazan et, fait remarquable, ce jour est officiellement férié en Russie comme "Jour de l’Unité". C'est, avec Noël, la deuxième fête religieuse chômée en Russie et j'y vois un signe de la sollicitude particulière de l'Enfantrice de Dieu envers la résurrection de la Sainte Russie.

Avant la révolution ce jour du 22 Octobre (calendrier julien) était bien entendu férié: c'était la fête religieuse de Notre Dame de Kazan et aussi la commémoration de la libération de Moscou après l'intervention polonaise de 1612. Supprimée à la révolution, la fête a été réinstaurée en 2007 sur proposition de l'Eglise, pour remplacer la commémoration de la révolution, le 7 novembre.

L'icône de Notre-Dame de Kazan est une icône particulièrement révérée par l'Église russe. Deux grandes cathédrales lui sont dédiées, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et elle est fêtée deux fois, le 8/21 juillet et le 22 Octobre/4 novembre. L'histoire de l'icône est riche en signes que je vais résumer
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Juillet 2018 à 08:25 | 0 commentaire | Permalien

Nicolas Ross : “Ils ont tué le tsar… Les bourreaux racontent”
En juillet 2018, le patriarche Cyrille a l’intention de se rendre en pèlerinage dans l’Oural à l’occasion du centenaire de l’assassinat de la famille de Nicolas II

Choix et rédaction des documents, avant-propos et notes de Nicolas Ross - Documents traduits du russe par Jean Christophe Peuch

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 mourraient Nicolas II et sa famille à Ekaterinbourg, dans la maison de l’ingénieur Ipatiev, où ils étaient détenus depuis le 30 avril. Contrairement à ce qu’on a pu croire, les exécutants et les complices de et assassinat ont beaucoup parlé et beaucoup écrit, mais sous le sceau d’un secret bien gardé jusqu’aux dernières années de l’existence de l’URSS.

Avant de donner la parole aux acteurs de ces événements, Nicolas Ross revient sur le massacre de la famille impériale, la disparition puis la réapparition de ses restes. Ce court récit facilite la lecture des seize témoignages qui suivent.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Juillet 2018 à 07:52 | 7 commentaires | Permalien

Etat de New York : un monument à la mémoire de Saint Séraphin de Sarov
Un monument à Saint Séraphin de Sarov, l’un des saints les plus vénérés de Russie a été érigé au monastère de Novo-Divéevo (EORHF), Etat de New York. C’est là que se trouve l’icône de la Mère de Dieu de Vladimir apportée du monastère d’Optino ainsi qu’un crucifix en provenance de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg où la famille impériale avait été assassinée par les bolcheviks.

Le plus grand cimetière orthodoxe des Etats-Unis se trouve auprès de ce monastère. On y compte près de huit mille tombes, de nombreux émigrés russes célèbres y sont inhumés. Le cloître a été fondé dans les années 1950, les pèlerins y affluent chaque dimanche. Le monument a été érigé grâce à des dons privés, le sculpteur a représenté le saint assis, plongé dans la prière.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Juillet 2018 à 07:59 | 0 commentaire | Permalien

La profanation des reliques de Saint Serge de Radonège  le 11 avril 1919
Traduction Elena Tastevin

Le numéro 82 de « Pravda », journal moscovite du parti communiste russe, en date du 16 avril 1919 a publié le procès-verbal de l’exhumation des reliques de Saint Serge de Radonège. Ce sacrilège a eu lieu le 11 avril 1919. L’article était intitulé « Saints miracles ».

Le procès-verbal de l’exhumation était un document officiel. Il commence par la liste des personnes présentes. Elles sont toutes des bolcheviks, des membres de la « commission technique chargée de l’autopsie », et des médecins (Y.Gvozdikova et I.Popova, docteurs ès sciences médicales) ainsi que des prêtres. A 20h50 précises, sur l’ordre du finnois Vankhanen, président du comité exécutif de Serguiev Possad, l’hiéromoine Jean et l’higoumène de la Laure furent obligés, le revolver sur la nuque, de desceller la tombe de l’un des saints les plus vénérés de l’Eglise. Pendant deux heures ils démêlaient les linceuls des reliques de Saint Serge qui 500 ans auparavant avait béni le peuple russe pour le combat avec le joug tatar au nom du salut et de l’union de la Russie.orthodoxe.

YOUTUBE - 1919 - Profanation des reliques de saint Serge de Radonège
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 18 Juillet 2018 à 10:05 | 2 commentaires | Permalien

Le leader du schisme ukrainien demande au patriarche Bartholomée de déclarer la nullité de l’anathème qui le frappe
Selon Evstrate Zorya, porte-parole du prétendu « patriarcat de Kiev », Philarète Denisenko, chef de ce prétendu « patriarcat », a demandé au patriarche œcuménique Bartholomée de déclarer la nullité de l’anathème qu’a proclamé à son encontre le patriarcat de Moscou.

« Selon les règles canoniques, personne ne conteste que le patriarche œcuménique est l’instance suprême d’appel dans les conflits juridiques quand ceux-ci ne peuvent être résolus au niveau d’une Église locale, alors que le conflit en question dépasse le cadre local » écrit Evraste Zorya sur sa page Facebook.

Selon lui, Philarète considère que le patriarche de Moscou n’a pas respecté le droit canon lors de la procédure de l’anathème lancé à son encontre.

2015 - Lors d'une rencontre du métropolite Mitrophane, responsable du DREE de l’Église orthodoxe d'Ukraine, avec une délégation du Conseil oecuménique des églises le métropolite Guennadi de Sasym, membre du Saint Synode du patriarcat de Constantinople a déclaré: "Notre Eglise ne considère pas que "le patriarcat de Kiev" est canonique. Nous estimons qu'il s'agit d'une entité schismatique. Il n'est pas question pour nous de les reconnaître. Ils peuvent se donner toutes les dénominations qu'ils veulent, ils ne sont reconnus par aucune Église".
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Juillet 2018 à 07:00 | 1 commentaire | Permalien

L’enquête a définitivement établi que les restes découverts près d’Ekaterinbourg sont bien ceux de Nicolas II et des membres de sa famille
Selon Svetlana Petrenko, représentante officielle de la Commission nationale d’enquête de Russie, l’expertise pluridisciplinaire de vérification a définitivement établi l’authenticité des restes de Nicolas II et sa famille fusillés il y a 100 ans à Ekaterinbourg.

Lundi, Svetlana Petrenko a déclaré à Interfax : « À ce jour, les conclusions des commissions pluridisciplinaires d’expertises moléculaires génétiques ont confirmé que les restes découverts sont bien ceux de l’ancien empereur Nicolas II, des membres de sa famille et de personnes de leur entourage, » et elle a ajouté que sept des onze corps retrouvés correspondent à une même famille : la mère, le père, quatre filles et un garçon.

« Les résultats des comparaisons des tests génétiques pratiqués sur les ossements et sur des prélèvements effectués sur des membres encore vivants de la famille Romanov, lignes paternelle et maternelle, ont confirmé que les restes sont bien ceux de Nicolas II et sa famille. »

Toujours selon Svetlana Petrenko, les conclusions des expertises moléculaires génétiques pour établir la parenté génétique avec Alexandre III (exhumé de la cathédrale Saints-Pierre-et-Paul à Saint-Pétersbourg) avec les restes de la personne identifiée comme étant Nicolas II ont démontré que ce sont des liens de père à fils.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juillet 2018 à 18:32 | Permalien

17 juillet : office aux Saints martyrs impériaux de Russie
Chers amis, pères, frères et soeurs,

À l'occasion des 100 ans depuis l'assassinat du saint martyr le Tsar Nicolas et de sa famille, un office en leur honneur sera célébré le 17 juillet. à 19 h dans la Cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité a Paris

Venez nombreux
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juillet 2018 à 04:36 | 2 commentaires | Permalien

Leonide Ouspensky: "André Roublev, son art, son époque"
Nous vénérons le 17 juillet la mémoire du Saint iconographe André (Roublev).Voici un article de Léonide Ouspensky, le grand peintre et historien d'art russe qui a vécu en France

Εn septembre 1960, οn a commémoré solennellement en Russie le sixième centenaire du grand iconographe André Roublev.

Du 15 au 21 de ce mois, des colloques réunis au Théâtre du Kremlin et à l'Académie des Arts ont étudié l'art de Roublev et de son époque, des excursions ont été organisées aux lieux οù s'est déployée son activité.

Une exposition lui est consacrée à la Galerie Trétiakov, et un musée André Roublev a été ouvert à Moscou dans l'ancien monastère Saint- Andronic.Plusieurs monographies très honnêtes sont venues compléter sa bibliographie, οn a tourné sur son œuvre un film scientifique et populaire et les périodiques de Moscou ont publié toute une série d'articles à son sujet.

Ces études, certes, se situent dans une perspective qui ne rend pas compte de la dimension spirituelle d'une œuvre qui a valu à son auteur d'être canonisé parmi les «saints iconographes» de l'Orthodoxie. Pourtant elles la mettent en lumière et répandent involontairement (parfois même volontairement) son témoignage spirituel.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Juillet 2018 à 04:02 | 1 commentaire | Permalien

Le patriarche Cyrille conduire une procession en mémoire de la famille de Nicolas II
Le Patriarche a souligné que cette date importante pour l’Oural et pour toute l’Église russe, pour le peuple et l’histoire et souligné : « J’ai depuis longtemps envie de me rendre justement en ces jours à Ekaterinbourg pour organiser une procession et prier avec le peuple. »

Une procession nocturne marchera sur une distance de 21 kilomètres à Ekaterinbourg . Les fidèles iront de la cathédrale sur le Sang Versé jusqu’au fossé Ganine où avaient été précipitées les dépouilles des membres de la famille impériale. Les Romanov avaient été assassinés sans autre forme de procès en 1918 dans la maison Ipatiev. Les corps avaient été jetés dans le fossé Ganine, à 2 kilomètres du lieu du crime. Les criminels bolcheviks les avaient incinérés et arrosés d’acide sulfurique. En 2000 le Saint Synode de l’Eglise orthodoxe russe a décidé de fonder un monastère là où avait eu lieu l’incinération.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Juillet 2018 à 11:06 | 4 commentaires | Permalien

Vient de paraître: Père Paul Pellemans. "LA CONVERSION NAISSANCE DE LA VRAIE JOIE"
Fondateur et recteur de la paroisse orthodoxe de Tous les Saints de Russie, qui s'établit successivement à Lasne, Ottignies, puis Louvain-la-Neuve, le Père Paul Pellemans, né le 23 juillet 1937, est décédé le 7 novembre 2015.

Belge d'origine hollandaise, il était également professeur d'université. Il représenta le courant d'inculturation de l'orthodoxie dans la société et la culture de l'Europe occidentale, tout en demeurant fidèle à l'Eglise de Russie et au patriarcat de Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juillet 2018 à 14:01 | 0 commentaire | Permalien

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 266


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile