Parution d'un livre sur l'histoire de l'émigration orthodoxe russe
L'historien pétersbourgeois M. Chkarovski vient de publier en russe aux éditions Aletheia un livre intitulé Histoire de l'émigration religieuse russe (Шкаровский М. История русской церковной эмиграции. — СПб.: Алетейя, 2009. — 359 с).

C'est une étude approfondie de la présence de l'émigration russe, de son organisation canonique en Europe centrale et orientale avant et pendant la seconde guerre mondiale. Pour écrire cette œuvre, l'auteur avait longuement travaillé dans diverses archives en Russie, Allemagne, Italie, Bulgarie et États-Unis.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 10 Juin 2009 à 13:48 | 0 commentaire | Permalien

A la demande de nos amis de la Fraternité orthodoxe, nous relayons ici l'appel en différentes langues à la prière pour les délégués des Églises orthodoxes, réunis actuellement à Chambésy:

Révérends Pères,
Chers Frères et Sœurs,

Du 6 au 13 juin se tiendra à Chambésy (près de Genève en Suisse) une consultation panorthodoxe, en préparation du Saint et Grand Concile de l'Église orthodoxe. Pendant ces jours, plusieurs délégués des Églises autocéphales prieront, réfléchiront et travailleront ensemble sur la question brûlante de l’organisation de la présence orthodoxe en Occident. Cette rencontre revêt une grande importance pour notre Église dont le témoignage est trop souvent mis à mal par des divisions.

Pour soutenir ce cheminement, efforçons-nous durant cette période (seuls, en famille, en communauté) de prier le Seigneur pour qu'Il accorde la confiance et l'humilité à chacun des délégués, et l'unité, la paix et la concorde à l’ensemble de la consultation.

« Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, et il vous sera donné !» (Lc XI, 9)
Rédigé par l'équipe de rédaction le 8 Juin 2009 à 14:27 | 4 commentaires | Permalien

Communiqué N° 15

L’OLTR est une association regroupant un certain nombre d’orthodoxes de France et d’Europe occidentale dont le souci commun est le maintien de la tradition russe, à côté d’autres traditions, dans la construction de l’Eglise locale dans leurs pays.

A ce titre, ces orthodoxes se sentent très concernés par les travaux de la commission préconciliaire qui doit se réunir à Chambésy le 6 juin. Ils prient pour que la commission puisse avancer dans la recherche d’une solution au problème de « la diaspora » orthodoxe, qui soit juste et conforme à la Sainte Tradition de l’Eglise et ainsi acceptée par tous.

La France possède une expérience particulière dans ce domaine grâce à l’existence de « l’Assemblée des évêque orthodoxes de France ». Cette association n’est pas, malgré son nom, une instance canonique locale. Elle est simplement une structure de collaboration entre les évêques, des différentes Églises autocéphales orthodoxes, dont le diocèse possède des paroisses en France.

L’expérience montre que c’est une instance très utile de coopération. Mais elle a atteint ses limites. Le fait qu’elle soit présidée par le métropolite appartenant à l’Eglise de Constantinople, ex officio, limite son efficacité et sa représentativité. Son président se préoccupe en effet davantage des souhaits de sa propre Église que des questions communes à tous les membres de l’Assemblée. Il en résulte des tensions et des insatisfactions, voire des disfonctionnements. (1)

Une amélioration sensible de la situation pourrait être constatée si le président de cette assemblée était, dans l’avenir, élu par ses pairs. Il recevrait alors sa légitimité de cette élection et non plus de son appartenance à une Église particulière, celle de Constantinople.

Nous pensons qu’une telle adaptation du fonctionnement de l’Assemblée constituerait un pas en avant significatif dans l’édification d’une conscience orthodoxe commune parmi les évêques, les clercs et les laïcs de France. Ce serait sans doute une étape extrêmement bénéfique sur la voie d’une solution canonique aux problèmes actuellement pendants, et qu’il paraît difficile de résoudre instantanément, sans que les pratiques n’évoluent progressivement. C’est pourquoi nous adressons une demande pressante aux membres de la commission afin qu’elle prenne en compte cette suggestion, dont le besoin paraît reconnu par beaucoup et qui, seule, pourrait permettre de progresser réellement.

Séraphin Rehbinder
Président de l’OLTR
5 juin 2009

(1) Son Président n’étant pas d’accord, l’Assemblée n’a pu accueillir en son sein un évêque, pourtant membre de droit de l’association depuis plus d’un an, malgré le vœux unanime de tous les autres participants.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 6 Juin 2009 à 19:04 | 4 commentaires | Permalien

MOSCOU, 5 juin 2009 (AFP) - Vol Rio-Paris : condoléances du patriarche orthodoxe russe à Sarkozy, Lula

Le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Kirill, a présenté ses condoléances aux familles des victimes de la catastrophe du vol AF447, dans deux messages distincts adressés aux présidents français Nicolas Sarkozy et brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

"En ces jours de deuil, je partage avec tous les croyants de l'Eglise orthodoxe russe la douleur qui affecte le peuple français", écrit Kirill dans le message adressé à M. Sarkozy, publié vendredi sur le site internet de l'Eglise orthodoxe russe.

"Je prie pour les âmes des défunts, afin de consoler tous ceux qui ont perdu des proches et des êtres chers", a ajouté le patriarche, qui a adressé un message semblable à M. Lula.

Un Airbus A330 d'Air France reliant Rio-Paris s'est abîmé dans la nuit de dimanche à lundi dans l'Atlantique avec 228 personnes à son bord, un accident aux causes toujours inconnues.

Parmi les victimes de 32 nationalités figuraient notamment 72 Français et 59 Brésiliens.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 5 Juin 2009 à 17:49 | 0 commentaire | Permalien

Voici le texte intégral du message adressé par le diocèse de Chersonèse au secrétariat de la consultation panorthodoxe qui aura lieu du 6 au 13 juin à Chambésy:

Saluant les participants de la IVe consultation préconciliaire panorthodoxe, réunis à Chambésy, en Suisse, le diocèse de Chersonèse du patriarcat de Moscou (Église orthodoxe russe en France) leur souhaite grâce et succès dans leur travail pour le bien de toute l’orthodoxie.

Compte-tenu de l’importance des questions soulevées à cette rencontre, nous espérons que ses participants accorderont une bienveillante attention aux problèmes existant dans les milieux orthodoxes en France et à l’expérience que les membres de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France ont acquise au cours des dix années de son existence.

Cette expérience montre qu’il est important pour les Églises orthodoxes locales, indépendantes entre elles, d’avoir en France un organe de coordination de leurs activités. La pratique acquise en ce domaine peut s’avérer utile. Cependant, le temps fait apparaître de vrais dangers et des évolutions inquiétantes pour le monde orthodoxe en France dont l’avenir nous préoccupe beaucoup. Nous constatons, ces dernières années, des tendances grandissantes de la part d’une juridiction à la domination au détriment du principe de conciliarité inhérent à l’Église orthodoxe. L’Assemblée des évêques orthodoxes de France devient de plus en plus l’instrument d’une seule juridiction. Son représentant, président immuable de l’Assemblée et nommé sans concertation, utilise celle-ci au seul profit de sa juridiction et au détriment des autres Églises. Cette pratique institutionnelle est en contradiction avec celle de toutes les autres structures religieuses de ce genre en France, y compris celle de l’Église catholique romaine, dont les présidents sont élus par leurs pairs.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 5 Juin 2009 à 00:38 | 12 commentaires | Permalien

Visite en France du patriarche de Roumanie
La métropole roumaine d'Europe occidentale vient d'annoncer la prochaine visite en France du patriarche Daniel de Roumanie. Ce sera la première fois que la France accueillera un primat de l'Église orthodoxe roumaine. C'est une immense joie pour tous les orthodoxes du pays.

Le communiqué de la métropole roumaine peut être consulté à cette page.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 4 Juin 2009 à 22:58 | 0 commentaire | Permalien

Recension de La Croix du premier des quatre volumes de «L'Orthodoxie» de Mgr Hilarion Alfeyev
Paru dans La Croix: Point de vue russe sur l'orthodoxie

NICOLAS SENÈZE

Les Éditions du Cerf viennent de publier le premier des quatre volumes de «L'Orthodoxie», volumineux exposé systématique de l'archevêque Hilarion Alfeyev sur l'histoire, la théologie et la structure de l'Église orthodoxe

Tout nouveau président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, l’évêque Hilarion Alfeyev – désormais archevêque – est aussi un des plus talentueux théologiens de l’Église orthodoxe russe. En 2008, il avait publié en Russie une œuvre en quatre volumes, conçue comme «un exposé systématique de l’histoire, des structures canoniques, de la théologie, de la doctrine morale et sociale, de la liturgie et de la vie spirituelle de l’Église orthodoxe». C’est en effet comme un «système théologique et liturgique, comme une vision du monde achevés» que l’auteur entend présenter l’orthodoxie. Le premier tome, consacré à l’histoire et aux structures canoniques de l’Église orthodoxe, vient de sortir aux éditions du Cerf.

Pourquoi commencer par l’histoire ? Parce que «l’orthodoxie est historique par essence, explique l’auteur. Elle s’enracine dans l’histoire.» Passer par son contexte historique permet d’en comprendre la structure, sa théologie, sa liturgie… Le spécialiste des Pères de l’Église qu’est l’archevêque Hilarion livre donc ici un exposé synthétique de l’histoire de l’Église orthodoxe. Seule faiblesse de ce tableau clair et structuré: l’extrême insistance sur l’Église orthodoxe russe dans la partie consacrée au second millénaire (près de 140 pages, contre une quinzaine pour les autres Églises orthodoxes). Mais il est vrai que l’ouvrage s’adressait d’abord à un public russe (et, insiste Mgr Hilarion en introduction, à un public déjà connaisseur de l’orthodoxie).
Rédigé par l'équipe de rédaction le 4 Juin 2009 à 15:07 | 2 commentaires | Permalien

Le patriarche de Moscou pourrait se rendre cet été en Turquie
Les visites du patriarche Cyrille de Moscou dans les autres Églises orthodoxes sœurs pourraient commencer dès cet été, affirme le département des relations extérieures, cité par Interfax. Selon les dyptiques - liste des Églises par ancienneté - le patriarche de Moscou visitera d'abord son homologue de Constantinople.

L'archevêque Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, souligne que ces visites ne sont pas protocolaires: c'est chaque fois une occasion de 'renforcer les contacts personnels avec les primats d'autres Églises".

Interrogé sur le contenu des discussions éventuelles entre les patriarches de Moscou et de Constantinople, lors de la visite de la délégation russe à Istanbul, Mgr Hilarion a affirmé que cela dépendra des résultats de la prochaine rencontre panorthodoxe à Chambésy. "Elle sera consacrée, ajouta Mgr Hilarion, à la question de la diaspora. Sur cette question, notre approche diverge sérieusement de cette de Constantinople".
Rédigé par l'équipe rédaction le 3 Juin 2009 à 19:48 | -1 commentaire | Permalien

Le nonce Fortunato Baldelli revient à Rome
Nous avons appris aujourd'hui, avec beaucoup de tristesse, le départ de Paris de Mgr Fortunato Baldelli, Nonce apostolique en France depuis 1999. Cet Italien de 73 ans, canoniste de formation, est nommé Grand Pénitencier du Saint-Siège.

Même nous, les orthodoxes, nous le regretterons. En effet, il était toujours disponible pour rencontrer les représentants de l'Église orthodoxe, nous donner des conseils avisés et contribuer, par tous les moyens dont il disposait, à instaurer plus de confiance et d'amitié entre les catholiques et les orthodoxes du pays. En toutes les grandes occasions, Mgr Baldelli s'est rendu dans nos églises ne laissant aucune invitation sans réponse.

Mgr Baldelli a beaucoup contribué à l'organisation de la visite en France du patriarche Alexis II de Moscou et l'a reçu très fraternellement. Nous lui en garderons une reconnaissance filiale.

Nous souhaitons désormais à Mgr Baldelli de longues et fructueuses années de ministère au Saint-Siège, près des tombeaux des saints apôtres Pierre et Paul.
Rédigé par le hiéromoine Alexandre le 2 Juin 2009 à 20:59 | 0 commentaire | Permalien

Selon Interfax, le Conseil de l'Europe a conclu que le blasphème n'est que l'une des manifestations du libre arbitre et ne peut être considéré comme un délit. La Commission de Venise du Conseil ("de la démocratie par le droit") vient de rendre public un rapport qui établit une différentiation entre "blasphème" et "atteinte aux croyances religieuses". Les experts de la Commission affirment que la propagation de la haine et de l'animosité en fonction de critères religieux sont un délit, ceci à la différence du blasphème. Cette disposition figure d'ailleurs dans la législation de la majorité des 56 États membres du Conseil de l'Europe. Les lois de nombreux pays européens considèrent le blasphème comme un délit mais ces lois ne sont que très rarement appliquées. Alors que la plupart des pays musulmans appliquent la peine de mort à ceux qui sont jugés coupables de blasphème..
Rédigé par l'équipe de rédaction le 1 Juin 2009 à 19:45 | 3 commentaires | Permalien

André Malinine est dans le coma
André Malinine a eu un grave accident de scooter cette nuit. Il a un hématome cérébral et a été placé dans un coma artificiel à la suite d'une opération.

Nous prions tous pour son rétablissement et demandons les prières de tous.
Que le Seigneur, par les prières de saint Pantéléimon, le guérisse bien vite !

André est chef de chœur à l'église des Trois-Saints-Docteurs (Paris). Il dirige aussi l'ensemble orthodoxe " Volga".
Rédigé par Nikita et Xenia Krivochéine, tous les amis d'André le 30 Mai 2009 à 21:59 | 13 commentaires | Permalien

Le patriarche Cyrille plaide pour la mise en place des aumôneries dans l'armée russe
A la rencontre le 29 mai avec plus de 8 000 étudiants à Saint-Pétersbourg, le patriarche Cyrille a, entre de nombreux autres sujets abordés, rappelé son souhait de voir naître en Russie des aumôneries religieuses dans l'armée. "Pour des raisons purement historiques, nous ne parvenons pas à l'entente qui permettrait un travail pastoral permanent et la création des aumôneries militaires, même si un mission est déjà menée auprès des forces armées", a affirmé le patriarche Cyrille.

Selon le primat de l'Église orthodoxe russe, "il doit y avoir des prêtres auprès des militaires dans les casernes. Ils doivent partager avec eux les peines du service militaire, le danger, être un modèle non seulement en paroles, mais en actes. Pour réaliser ce potentiel de l'Église, il faut rétablir les aumôneries religieuses".
Rédigé par l'équipe de rédaction le 30 Mai 2009 à 18:57 | 0 commentaire | Permalien

Voici un extrait de l'intéressant discours de Séraphin Rehbinder, membre de l'exarchat des églises russes d'Europe occidentale du patriarcat de Constantinople, portant sur l'ambiguïté de l'organisation actuelle des contacts interorthodoxes en France:

Personne ne peut « décider » que « l’assemblée des évêques orthodoxes de France », telle que nous la connaissons, constitue le vrai « synode » de l’Église territoriale de France, car cette assemblée ne l’est pas. Personne ne peut « décider » que la seule apparence donnée à quelque chose constitue l’essence de cette chose. En l’occurrence, on a donné le nom de « assemblée des évêques » à un comité inter-épiscopal, sans que la nature de ce dernier ait changé d’un iota. Et ce fut sans doute une erreur, car tricher avec la réalité n’a aucun sens en matière ecclésiale. L’AEOF est en réalité, et par sa nature, une association réunissant des évêques appartenant à des Églises territoriales différentes, dont le diocèse comprend la France. Soit dit en passant, ils sont donc différents évêques du même diocèse ce qui est tout à fait contraire aux Saints Canons et cela constitue le nœud du problème. Cet organisme n’a donc aucune autorité ecclésiale véritable et entretenir l’ambiguïté à son sujet, volontairement ou non, ne peut qu’augmenter la confusion et compliquer les choses. Il vaudrait bien mieux, en effet, que cet organisme serve simplement de lieu de rencontre d’évêques œuvrant tous dans le même pays afin de développer des liens d’amitié et de collaboration. Ce serait bien plus utile que d’échafauder des plans et des stratégies qui n’aboutissent qu’à exacerber les incompréhensions et les hostilités.

Il est vain de penser que l’on pourra avancer sur les problèmes de la diaspora en imposant les vues de tel ou tel parti dans l’Église à tel autre. Ils ne se résoudront que par l’approfondissement de notre foi commune, l’élimination de toutes les causes de désaccord et la prière.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 29 Mai 2009 à 17:54 | 1 commentaire | Permalien

Le Synode du patriarcat de Moscou se réunit à son siège historique à Saint-Pétersbourg
Le 27 mai 2009, veille de l'Ascension, le Saint-Synode de l'Église orthodoxe russe - organe conciliaire permanent d'administration ecclésiale - tiendra une réunion à son siège historique à Saint-Pétersbourg. Ce sera la première depuis la révolution bolchévique de 1917 et le concile local de 1917-1918 !

Le patriarche Cyrille et les membres du Saint-Synode (au nombre de douze) sont arrivés le 26 mai à Saint-Pétersbourg où des grands panneaux souhaitent "La bienvenue au patriarche et au Synode" de la part des habitants de la ville.

Avant la session synodale, le patriarche consacrera l'église du bâtiment du Saint-Synode (voisin de celui du Sénat), reconstruite après 80 ans d'abandon et de profanation. Il semblerait que des décisions importantes soient prises lors de cette réunion du Synode.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 27 Mai 2009 à 10:57 | 0 commentaire | Permalien

Vladimir Poutine a déposé des gerbes sur les  tombes des émigrés russes, cimetière Notre-Dame du Don à Moscou
Moscou, Interfax, le 24 mai 2009

M. Vladimir Poutine, premier ministre de la Fédération de Russie, a déposé des gerbes sur les tombes d'émigrés russes au cimetière Notre Dame du Don à Moscou. Les cendres de l'écrivain Ivan Chmelev, du philosophe Ivan Iline et du général Anton Denikine avaient récemment été transférées en Russie, leur Patrie. Le patriarche Cyrille a béni ces sépultures le matin même, y a dit un office pour le repos de leurs âmes et a exprimé sa gratitude à ceux qui avaient installé ces beaux monuments funéraires.

"Il faut constater que les tombes de ces personnalités remarquables sont aujourd'hui si bien ornées, des monuments dignes d'eux ont été érigés", a dit le primat de l'Église russe. Vladimir Poutine s'est longuement entretenu avec l'archimandrite Tikhon, puis il s'est adressé aux journalistes présents: "Je vous conseille vivement la lecture du"Journal" de Denikine. Il y réfléchit à la Grande et à la Petite Russie, l'Ukraine. Denikine dit que personne n'est en droit de s'ingérer dans les relations entre les deux pays".

Puis le premier ministre a déposé un bouquet de roses rouges sur la tombe d'Alexandre Soljenitsyne, à proximité des sépultures des émigrés.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 24 Mai 2009 à 16:53 | 11 commentaires | Permalien

UN BON EXEMPLE?

D'autant que, par delà nos différences, nous retrouvons des motifs qui nous sont proches dans les raisons et les difficultés de ce rapprochement.

"Le Figaro" explique que les deux Églises protestantes historiques(1) se réunissent ce week-end pour franchir une étape décisive dans leur rapprochement. Il s'agit de deux familles, avec leur histoire, leur liturgie, leur théologie (les divergences sont aujourd'hui dépassées, l'une portait sur la présence du Christ dans l'eucharistie, l'autre sur la place de la loi dans la vie chrétienne, décisive pour les calvinistes), mais partageant leurs pasteurs et une foi commune, qui veulent ne faire qu'une Église tout en préservant leur style propre. Elles étaient déjà fédérées au sein de la Fédération protestante de France (FPF), créée en 1905, qui rassemble à ce jour dix-sept dénominations et réfléchit à l'admission de six autres Églises. Mais l'union en cours de discussion est d'essence ecclésiale et non plus fédérative: le principe en avait été adopté en 2007 et toutes les régions consultées depuis deux ans ont voté à une écrasante majorité en faveur de l'union. Toutefois les arcanes théologiques et juridiques sont telles qu'il faudra encore quatre années avant de célébrer définitivement cette union et les deux Églises se donnent jusqu'à 2013 pour finaliser ce projet.

Le président du conseil national de l'ÉRF a affirmé que le projet était motivé «par le besoin d'un meilleur témoignage de l'Évangile». Ce n'est pas «une simple clause de style» a-t-il assuré. Ni «un “machin" institutionnel” concocté par les “appareils” ecclésiastiques pour colmater la dégradation de la vie de nos Églises.». Pour lui, «nos Églises elles-mêmes nous apparaissaient comme des cercles trop fermés, trop identitaires, trop à l'image d'un protestantisme qui n'existe plus». Il a précisé : «Nous avons compris que nous ne pouvions plus fonctionner sur la seule base de la desserte pastorale, et que notre vie d'Église elle-même devait donner priorité à l'annonce de l'Évangile.» En clair, «annoncer» pour faire face à la poussée des mouvements évangéliques et continuer à exister comme une identité forte du protestantisme. Et le président de la FPF avait situé l'enjeu global : «Le protestantisme actuel voit deux types d'Églises se rapprocher : le type luthéro-réformé à dominante rationnelle, intellectuelle, avec un engagement sociopolitique fort ; l'autre à dominante émotionnelle et missionnaire marqué par un discours de séparation d'avec le monde. Mais ces deux types sont de plus en plus hybrides. Le côté militant et confessant des évangéliques est aujourd'hui prudemment repris par les luthéro-réformés qui ne craignent plus de parler d'évangélisation.»
Rédigé par Vladimir Golovanow le 23 Mai 2009 à 18:24 | 0 commentaire | Permalien

CITÉ DU VATICAN, 22 mai 2009 (AFP) - Benoît XVI souhaite que l'Europe "demeure fidèle à ses racines chrétiennes"

Le pape Benoît XVI a souhaité que l'Europe "demeure fidèle à ses racines chrétiennes", vendredi, en recevant au Vatican le président bulgare Georgui Parvanov. Le pape, qui s'exprimait en français, a souhaité que la Bulgarie "contribue efficacement à construire une Europe qui demeure fidèle à ses racines chrétiennes".

"Les valeurs de solidarité et de justice, de liberté et de paix, aujourd'hui constamment réaffirmées, trouvent en effet encore plus de force et de solidité dans l'enseignement éternel du Christ", a-t-il ajouté. Benoît XVI a reçu M. Parvanov, puis le président de la Macédoine George Ivanov, à l'occasion de la fête des saints Cyrille et Méthode, co-patrons d'Europe et célébrés dimanche.

Devant M. Ivanov, il a déclaré, en anglais, que les chrétiens doivent "sauvegarder le patrimoine d'idéaux et de valeurs" que ces deux saints ont transmis. "C'est de fait la plus précieuse contribution que les chrétiens peuvent offrir à la construction d'une Europe du troisième millénaire, qui aspire à un avenir de progrès, de justice et de paix pour tous", a affirmé Benoît XVI.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 23 Mai 2009 à 10:29 | 0 commentaire | Permalien

Foi et pratique en Russie (suite)
UNE PROFONDE IMPREGNATION CULTURELLE

En regardant ces statistiques qui donnent des chiffres très différents sur la pratique religieuse en Russie, y compris dans nos notes précédentes, on pourrait avoir une impression d'incohérence totale ou, en ne s'arrêtant que sur quelques données, tirer des conclusions totalement erronées: lorsque certains observateurs parlent "du retour de la Sainte Russie", en se fondant sur 80% d'Orthodoxes et 90% des Russes fêtant Pâques, alors que d'autres considèrent "la Russie totalement déchristianisée par le bolchevisme", en mettant en avant que 1% à peine vont à l'église plus d'une fois par mois, ils s'appuient tous sur des chiffres vrais… Mais en y regardant de plus prés, on peut dresser un tableau assez cohérent en mettant tous ces chiffres en perspective.
Rédigé par Vladimir Golovanow le 23 Mai 2009 à 08:48 | 3 commentaires | Permalien

Le site du président de l'Ukraine Victor Iouchtchenko annonce qu'il a eu, le 20 mars, une rencontre à Istanbul avec le patriarche Barthélemy de Constantinople. Selon le communiqué, "l'objectif principal était de rendre plus actifs les contacts" entre le patriarcat de Constantinople et l'Ukraine. La question de l'ouverture en Ukraine d'une représentation du patriarcat de Constantinople, qui serait "une cour ecclésiale ou un centre culturel et d'information", a été abordée.

S'adressant aux journalistes, le président ukrainien a affirmé: "Il est important pour l'Ukraine, en tant que pays orthodoxe, d'entretenir des relations à un haut niveau et dynamiques avec le patriarcat œcuménique". Il a ajouté qu'il accordait "une grande attention à ce dialogue".

Le communiqué présidentiel précise que Victor Iouchtchenko a abordé avec le patriarche Barthélemy la question de la préparation au concile panorthodoxe et de la tenue prochaine d'une rencontre des représentants des Églises autocéphales sur le sujet.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 21 Mai 2009 à 16:10 | 4 commentaires | Permalien

La lecture du communiqué publié par la paroisse "géorgienne" du patriarcat de Constantinople, Sainte Nino, laisse une sombre impression. Au lieu de se réjouir de la possibilité offerte aux orthodoxes géorgiens d'avoir une nouvelle église, le communiqué s'en prend de façon effrontée au catholicos Élie II de Géorgie, un des patriarches les plus anciens et les plus estimés dans le monde orthodoxe. Pourquoi si peu d'amour et de soutien fraternel ?

On se demande pourquoi l'ouverture d'une nouvelle paroisse géorgienne en France serait en "en contradiction avec les règles canoniques de l’Église orthodoxe". De quelles règles s'agit-il? Le communiqué, très peu bienveillant à l'égard de l'Église de Géorgie et très polémique, reproche aussi au patriarche Élie "le manque de "concertation avec les autorités ecclésiastiques orthodoxes, que ce soit celles de France ou le Patriarcat œcuménique de Constantinople". L'Église orthodoxe de Géorgie ne serait-elle plus autocéphale pour devoir consulter le patriarcat de Constantinople qui n'a pas plus de droits en dehors de son territoire canonique (Turquie et une partie de la Grèce) que les autres Églises orthodoxes.

Finalement, le concile épiscopal de l'Église orthodoxe russe de juin 2008 avait vu juste, en dénonçant dans sa déclaration "Sur l'unité de l'Église orthodoxe" le danger de la "nouvelle ecclésiologie de Constantinople" qui, selon l'épiscopat orthodoxe "est en contradiction manifeste avec la tradition séculaire sur laquelle s’est édifiée la vie de l’Église orthodoxe russe et d’autres Églises orthodoxes locales, et va à l’encontre de leurs devoirs pastoraux auprès de leurs fidèles dans la dispersion".

Voici l'extrait de la déclaration conciliaire relatif à la question:
Rédigé par l'équipe de rédaction le 20 Mai 2009 à 09:59 | 4 commentaires | Permalien

1 ... « 181 182 183 184 185 186 187 » ... 189


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile