Archiprêtre Georges Mitrofanov: Pourquoi nous sommes si loin du Christ ?
Il y a bien longtemps /et pas même à partir du XXe, et encore moins du XXIe siècle, mais un peu plus tôt/, la piété rituelle quotidienne s'est instaurée comme forme principale de la vie religieuse. Ceci concerne tous les pays développés entrant dans la phase de l’industrialisation. Nous sommes en retard à cet égard, la période communiste a figé notre pensée.

D'où le sentiment que soudain la majorité de notre population est devenue orthodoxe, parce qu'elle peint des œufs, béni des gâteaux de Pâques, va parfois à l'église et s'impose des restrictions alimentaires d'un autre genre que celles de l'époque soviétique qui leur étaient imposées.

C'était encore un autre jeu de rôle collectif que beaucoup d'entre nous prenaient pour une renaissance spirituelle. Mais en fait, toutes ces années, lorsque le nombre de jeûneurs assistant aux services religieux a augmenté dans notre pays, il y avait un chiffre très important, qui était un symptôme inquiétant de notre véritable état spirituel : seulement 2 à 3 % de personnes qui communient .

C'est le critère principal par lequel on peut juger qu'une personne s’applique vraiment à être chrétienne. Nous avons ignoré cela, bien qu'il s'agisse d'une réalité objective pour l'ensemble du monde chrétien civilisé, nous avons continué à nous convaincre que dans notre pays la majorité des gens se considèrent orthodoxes, plus de la moitié sont baptisés et plus de la moitié observent le jeûne d'une manière ou d'une une autre, bien que pas entièrement, est observée même par les 2 % qui déclarent s'y conformer pleinement. Car selon la charte, seuls quelques moines vivant dans des monastères sont capables de l'observer.

Les données sur ceux qui reçoivent la communion restent les mêmes - 2 à 3 % au moins une fois par an. Et ce chiffre, qui est resté inchangé pendant de nombreuses années, suggère que nous ne sommes toujours pas enclins à traiter l'essentiel - la véritable conversion des personnes au Christ. En formant en eux une telle vision du monde qui leur permettrait d'être chrétiens non seulement pendant la période de jeûne où ils choisissent la nourriture maigre, puis, après Pâques, se jeter sur le fast-food sans penser à Dieu.

Où est le Christ ? Il n'y a pas de Christ pour eux. L'essentiel serait d'expliquer quoi et comment faire, quoi manger. Cette profanation touche à sa fin, mais, malheureusement, nous ne sommes pas prêts pour cela et commençons maintenant à être horrifiés : le nombre de personnes assistant au service de Pâques diminue, le nombre de personnes bénissant les gâteaux de Pâques diminue, alors que nous arrive-t-il?

Notre pays vit aujourd'hui tardivement ce qui a déjà été vécu dans les pays de l'Europe chrétienne.

Il n'y a pas besoin d'avoir peur de cela, vous devez réfléchir à l'essence de la question : plus nous parlerons du Christ, et non de quel type de nourriture et à quel moment la prendre, plus nous serons pertinents pour ceux qui recherchent vraiment Dieu, et pas seulement un autre jeu de rôle pour tuer votre temps.

Après tout, ces gens ne sont jamais allés à l'Église, ceux qui participent à la Sainte Eucharistie et se réjouissent non pas du fait que le jeûne soit enfin terminé et que l'on puisse se donner une "détente" psycho-physiologique, mais que le Christ soit ressuscité , restent dans l'Église. Ces personnes ont toujours été minoritaires.

Par conséquent, il n'y a pas lieu de s'inquiéter et de s'affliger du fait que certaines personnes ont quitté l'Église - elles ne l'ont pas quittée, car elles n'y ont jamais été.

Et moins les gens dans notre pays feront bénir des gâteaux de Pâques et peindront des œufs à certaines périodes, plus vite nous comprendrons que nous sommes très loin du Christ. Et aucun événement social et folklorique ne nous rapproche du Christ.

Peut-être alors que les prêtres et les laïcs actifs parleront essentiellement avec les gens du Christ, et non de la façon dont, d'une manière ou d'une autre, au niveau idéologique et gastronomique, se créent le sentiment d'être dans la « sainte Russie »

Archiprêtre Georges Mitrofanov

Никольский кафедральный собор г. Оренбурга


Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Octobre 2021 à 20:14 | 6 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile