Pourquoi l'URSS ne put détruire la religion
La révolution en Russie commença en février. Le tsar, à ce moment-là, avait déjà abdiqué. Le gouvernement provisoire bourgeois avait commencé à prendre le pouvoir entre ses mains.

Mais c'est l'occupation des bâtiments gouvernementaux à Petrograd, le 25 octobre 1917, par l'armée rouge des bolcheviks, qui marque le véritable début de l'ère communiste. C'est précisément à ce moment de l'histoire du monde qu'une expérience sans précédent commença : une tentative systématique, soutenue par l'État, de détruire la religion. « L'athéisme militant n'est pas un détail, pas un phénomène périphérique, pas un effet secondaire de la politique communiste, mais son principal moteur », écrivait Alexandre Soljenitsyne. Lénine comparait la religion à une maladie vénérienne.

Quelques semaines seulement après la révolution d'Octobre fut créé le commissariat du Peuple à l'éducation, dont la tâche était de supprimer toute référence à la religion des programmes scolaires. Au cours des années suivantes, les églises et les monastères du pays furent démolis ou transformés en toilettes publiques. Leurs terres et leurs biens furent saisis. Des milliers d'évêques, de moines et de prêtres furent systématiquement assassinés par les services spéciaux. Des détachements spéciaux de propagande furent constitués, par exemple, l'Union des militants athées. Des intellectuels chrétiens furent arrêtés et envoyés dans les camps.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Décembre 2017 à 06:34 | -2 commentaire | Permalien

Ce weekend sur les ondes de France Culture est consacré au centième anniversaire de la révolution russe. Dans La Conversation scientifique, nous voudrions aborder plusieurs questions : Pour ce qui est des sciences, de la recherche, où en était la Russie du Tsar au tout début du XXe siècle ? En quoi la révolution bolchevique de 1917 a-t-elle changé la donne ?

Invités

Alexei Grinbaum, philosophe des sciences, auteur de La Mécanique des étreintes (Encre Marine, 2014)
Pierre Vanhove, physicien théoricien à l’Institut de Physique théorique de Saclay, traducteur du livre de Pavel Florensky, Les imaginaires en géométrie (Zones Sensibles, 2016)

Quand la révolution russe éclate, trois révolutions scientifiques sont accomplies ou en voie de l'être: la théorie de la relativité restreinte, formulée par Einstein en 1905 ; la théorie de la relativité générale du même Einstein et enfin, la toute neuve et balbutiante physique de l’atome.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Décembre 2017 à 13:20 | 0 commentaire | Permalien

Montgeron: Chants de Noël 16 décembre à 19h 30
Concert de Noël donné par la chorale de l'église Saint Séraphin de Sarov sous la direction d'Irène Fanina. L'année dernière le concert de Noël avait eu un grand succès.

Adresse: église Saint Jacques, Place de Rottembourg à Montgeron.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Décembre 2017 à 14:58 | 0 commentaire | Permalien

Pèlerinage le 19 décembre dans la basilique de Saint Nicolas à Saint Nicolas de Port
Avec la bénédiction de Mgr Nestor, évêque de Chersonèse (patriarcat de Moscou)

Dans la basilique de Saint Nicolas à Saint Nicolas de Port ( à 12 km de Nancy)

Ce village est devenu un centre important pour la vénération de saint Nicolas par les chrétiens de l'Allemagne, de France et surtout de la Lorraine dont il est le Saint protecteur, après les transfert des reliques de ce Saint depuis Bari, en 1098

Programme et affiche >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Décembre 2017 à 07:58 | 0 commentaire | Permalien

L’archiprêtre Michel Tikhomirov l’ancien aumônier d’un régiment de la Garde et ses collaborateurs, fusillés en 1931
L’archiprêtre Michel Tikhomirov 1869–1931

En 1924 la situation de l’Eglise orthodoxe était bien sombre dans la capitale de Saint Pétersbourg, devenue successivement Petrograd. L’église « vivante » (obnovlentcheskaya jyvaya tzerkovj)avait annexé presque tputes les paroisses de la ville et tous les prêtres non ralliés en avaient été exclus, à part deux, le père Xénophonte Vinogradov et le père Michel Tikhomirov. L’archiprêtre Vinogradov qui s’occupait de l’église grecque de Petrograd, jouissait de la protection de l’ambassade de Grèce. Il mourut en 1935.

L’archiprêtre Tikhomirov, l’ancien aumônier d’un régiment de la Garde, dirigeait l’église de la Transfiguration (Preobrajenky), ancienne cathédrale de la Garde. Privé de toute aide, il n’avait plus une minute de liberté. Pendant la période du Grands Carême 1924, il devait confesser chaque jour deux à trois cent personnes, car les vrais orthodoxes ne voulaient pas avoir affaire à l’église progressiste révolutionnaire. Les confessions étaient courtes, mais le fait de se présenter dans cette église qui leur avait été laissée, constituait un témoignage de loyauté chrétienne. L’année suivante, en 1925, le père se trouva un peu soulagé par le retour à Petrograd de deux vicaires.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 3 Décembre 2017 à 17:20 | 0 commentaire | Permalien

La librairie et la boutique du Centre spirituel  de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris
LA CATHÉDRALE RUSSE DE LA SAINTE-TRINITÉ est ouverte pour des visites chaque jour du lundi au vendredi de 15h00 à 19h00 et samedi, dimanche: de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00

Chaque jour : Divine Liturgie à 10h Vigiles /office du soir/ à 18h
........................................................................................................................................................................

La librairie et la boutique du Centre spirituel et culturel sont très bien fournies. Vous trouverez un grand choix de livres de prière et d’histoire, de cartes postales, de calendriers, de publications pour enfants.

Beaucoup de titres en russe comme en français, un rayon est consacré aux ouvrages pour enfants, également dans les deux langues.

Les visiteurs trouveront des icônes sur bois et sur métal, des croix pectorales et de baptême. Souvenirs traditionnels russes. Cierges, prosphores, encens et chapelets. CD et DVD. Clochettes et objets en porcelaine. Livres d’art.

Une brochure en français, récemment parue, consacrée à l’histoire de la construction du Centre.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Novembre 2017 à 22:10 | 2 commentaires | Permalien

Centre spirituel et culturel du quai Branly, une exposition « Peintres soviétiques non conformistes, 1960-1990 »
Le collectionneur Victor Scherrer expose au Centre du quai Branly près de 70 œuvres, peintures, gravures, dessins signés par des artistes tels qu’Oscar Rabine, Vladimir Nemoukhine, Ernst Neizvestny, Vladimir Svechnikov, Dimitri Plavinslyy, Edouard Zelenine, etc.

Ce sont le diocèse de Chersonèse ainsi que les éditions « Terra Mare » qui sont aux origines de cette exposition.

L’exposition a été inaugurée par Monseigneur Nestor, évêque de Chersonèse et M. Léonid Kadychev, ministre-conseiller de l’ambassade de la Fédération de Russie en France.

Victor Scherrer a parlé de l’histoire de sa collection. Le peintre Vladimir Titov est également intervenu. Le directeur des éditions « Terra Mare » a présenté le catalogue de l’exposition qui est en vente à la librairie du Centre spirituel et culturel du quai Branly

Exposition ouverte du 16 au 30 novembre. >>>> 12.00h - 14.00h et 15.00 h - 19.00h
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 28 Novembre 2017 à 20:55 | -1 commentaire | Permalien

Cette vidéo réalisée par Alexey Vozniuk à l'occasion du 30e anniversaire de la mort du grand iconographe Léonide Alexandrovitch Ouspensky est né le 8 août 1902 à Golaya Snova (aujourd'hui Golosnovka) dans la partie Nord du gouvernement de Voronej, à soixante-dix kilomètres de la ville de Zadonsk en Russie. On lui donna le nom d'un saint commémoré en Russie le jour de sa naissance. Son père appartenait à la petite noblesse provinciale ; sa mère, née Koutouzov, était d’une famille paysanne.

Liste des manifestations relatives à l'exposition Ouspensky >>>>
Centre spirituel de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris - 1 quai Branly >>>>
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Novembre 2017 à 06:43 | -3 commentaire | Permalien

Chorale "Lumière de Valaam"  le 1 décembre 2017 de 19h30 à 21h00
Le Centre culturel et spirituel russe 1 quai Branly, 75007, Paris accueille la chorale du célèbre monastère russe de Valaam connu pour son exceptionelle et harmonieuse tradition vocale.

Valaam, archipel d’une cinquantaine d’îles, figées six mois par an dans les glaces de l’immense lac Ladoga, abrite le plus ancien monastère de Russie. Reservation de billets ICI
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Novembre 2017 à 07:09 | 0 commentaire | Permalien

Père Alexandre Siniakov: «Comme l'éclair part de l'Orient» et Interview  au quotidien ZENIT
Recteur du Séminaire orthodoxe russe à Épinay-sous-Sénart, il est aussi secrétaire du diocèse de Chersonèse aux relations avec les Églises, la presse et la société et secrétaire du Conseil d’administration de l’Association diocésaine, membre de la Représentation de l’Église orthodoxe russe près les institutions européennes à Bruxelles. Le p. Alexandre Siniakov est titulaire d’une maîtrise en théologie orthodoxe de l’Institut Saint-Serge et d’un doctorat en lettres classiques de l’École pratique des Hautes Études (Paris, France).

Il a bien voulu revenir pour les lecteurs de ZENIT sur les progrès des relations entre le pape François et le patriarche Kirill, au moment où le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, effectue un voyage inédit à Moscou (21-24 août 2017).

***

Les Éditions Salvator viennent de faire paraître un livre du P. Alexandre Siniakov, Comme l'éclair part de l'Orient. Voici sa présentation par l'éditeur: Dans un village cosaque de la Russie encore soviétique des années 1980, un jeune homme découvre l’Évangile et décide d’y consacrer sa vie. Le père Alexandre Siniakov raconte dans cet ouvrage son chemin atypique qui l’a conduit des steppes du Caucase à la France des écrivains qu’il lisait en secret.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 23:48 | 3 commentaires | Permalien

LE METROPOLITE HILARION DE VOLOKOLAMSK: "LA REVOLUTION, A COUTE DES MILLIONS DE VIES INNOCENTES A NOTRE PAYS"
Le président du Département des Relations Ecclésiastiques Extérieures du patriarcat de Moscou (DREE), généralement considéré comme le porte-parole et le bras droit du patriarche, se dit convaincu que la Russie aurait obtenu beaucoup plus de succès si elle s'était développée d'une manière évolutive et non révolutionnaire...

A la veille du 100 e anniversaire de la Révolution d'Octobre, métropolite de Volokolamskiy Hilarion a prononcé une sentence extrêmement sévère dans le cadre de l'émission «Eglise et Paix» sur la chaîne TV «Russie-24». Il a souligné que la révolution a profondément blessé la Russie, qui ne s'en est pas remise jusqu'à nos jours, et elle a rejeté le pays bon nombre d'années en arrière.

« Pour l'Eglise, cette date signifie, avant tout, la commémoration dans la prière des millions de victimes de la révolution. Nous parlons d'un événement extrêmement tragique dans l'histoire de notre pays et, même si on l'entend s'exprimer aujourd'hui les appréciations les plus diverses de ce qui s'est passé pendant la révolution, l'Eglise a clairement donné sa position sur ces événements en canonisant les néomartyrs et confesseurs de l'Eglise russe. C'était en l'années jubilaires 2000. L'Église a alors glorifié plus de mille saints nommément, et maintenant cette liste en compte déjà plus de deux mille noms. Et en plus de ceux dont les noms sont connus, ont aussi été glorifié tous ces nombreux croyants, moines, prêtres et évêques dont les noms ne sont connus que de Dieu. Et c'est là que l'Eglise a clairement signifié qui étaient les victimes et qui étaient les bourreaux."

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Novembre 2017 à 11:32 | 0 commentaire | Permalien

Les nouveaux livres de Grzegorz Ojcewicz « Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres » et  «Son esprit est froid, comme de glace, son coeur – dur comme une pierre…»
Pologne, "Szczytno", 2017

Professeur Grzegorz Ojcewicz : « Dans mon livre "Les vérités simples. Les mystères de Sainte Mère Marie (Skobtsov) et autres œuvres" je présente trois mystères de la moniale orthodoxe russe, écrits alors qu’elle se trouvait en exil en France entre 1939 et 1942.

L’intégralité des trois textes ont été inspirés par la réaction de Mère Marie à des problèmes à caractère spirituel, religieux et éthique, extrêmement importants pour elle .

Le mystère Anna est devenu une sorte de témoignage personnel littéraire . Elle avait sa propre définition du service du prochain, tout en plaidant pour l’exercice intensif du ministère religieux en dehors de l’église. Selon Mère Marie, la liturgie se réalisait à chaque instant, en forme du soutien prêté à toutes les personnes dans le besoin.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Novembre 2017 à 14:36 | 0 commentaire | Permalien

Selon le Kremlin, la Russie a grandement besoin de l’éthique protestante
*** S. Kirienko : les qualités des protestants sont importantes pour réussir dans les pays au développement rapide.

Moscou, le 31 octobre. INTERFAX. Selon Sergueï Kirienko, adjoint du chef de l’administration présidentielle de la Fédération de Russie, les protestants de Russie sont une composante importante de la société russe, leurs qualités propres sont particulièrement importantes pour remporter des succès dans le monde contemporain :

« Nous savons tous que les protestants attachent une attention particulière à l’assiduité au travail, au patriotisme et la moralité des mœurs.

Les protestants en Russie occupent une place importante dans le service public, l’aide aux personnes en difficultés, quelle que soit leur confession. Toutes ces qualités sont absolument indispensables aujourd’hui dans notre pays et particulièrement importantes pour réussir dans notre monde en développement rapide, » a déclaré S. Kirienko lors de la célébration des cinq cents ans de la Réforme organisée à Moscou dans la Maison Pachkov.

Selon lui, « les autorités gouvernemen¬tales considèrent les protestants de Russie comme une part indissociable de la communauté religieuse traditionnelle de la Russie multi-ethnique. »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Novembre 2017 à 09:22 | 4 commentaires | Permalien

84 millions de roubles en 6 ans ont été investis à la réhabilitation par l'Eglise des toxicomanes
Le site du Patriarcat de Moscou "патриархия.ru" annonce que le 6 ème anniversaire de la création du Fonds de bienfaisance Saint-Jean de Cronstadt, qui s'occupe de l'aide aux toxicomanes, a été fêté le 3 août 2017 au couvent Saintes Marthe et Marie.

Avec la bénédiction du Patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, la divine liturgie a été célébrée dans l'église de l'Intercession de la Sainte Vierge par le président du Département synodal pour les actions de bienfaisance et les affaires sociales de l'Eglise, l'évêque Panteleimon d'Orekhovo-Zuevo et par le directeur du Centre de coordination pour la lutte contre la toxicomanie de ce Département et président du conseil d'administration du Fonds Saint-Jean de Cronstadt, l'évêque Méthode de Kamensk et Alapaiev.

Après la divine liturgie dans l'église de l'Intercession de la Sainte Vierge, un Te Deum fut célébré devant l'icône de la sainte martyre et grande-duchesse Elizabeth Feodorovna, fondatrice du couvent Marthe et Marie.

« Dans votre diocèse, on honore pieusement la mémoire de la sainte martyre Elizabeth ; je pense que le couvent Marthe et Marie est particulièrement cher à votre cœur, a déclaré l'évêque Panteleimon à l'évêque Méthode. Nous sommes heureux d'avoir la possibilité de prier ici avec vous la sainte martyre, afin qu'elle nous renforce dans nos actions d'amour et de charité ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Octobre 2017 à 19:57 | 1 commentaire | Permalien

À la recherche de starets, les gens comblent leur vide spirituel
Irina Yakousheva s’entretient avec l’Higoumène Pierre /Meshcherinov/ le 8 août 2017

« Qui sont ces „touristes de la spiritualité” ? Qu’est-ce qui pousse ces paroissiens laïques vers la spiritualité monacale ?

Les monastères peuvent-ils survivre sans pèlerins ? Qu’est-ce qu’un regard serein sur la vie monacale ? » Telles sont les interrogations de l’Higoumène Pierre.

Qu’est-ce qui pousse les gens à faire de si nombreux pèlerinages, comment se porte le « tourisme de la spiritualité » ?

— Pour ce qui est des gens extérieurs, des non pratiquants, c’est là une mode, une démonstration de réussite sociale. Les gens aisés aiment se rendre au Mont Athos, en Grèce, en Terre sainte. Pour ce qui est des monastères de notre pays, seuls quelques-uns, comme Valaam, suscitent un tel intérêt. Nos monastères de province n’attirent pas particulièrement ce genre de groupes de pèlerins. Il y a un type donné de sermons adressés aux gens aisés : on leur parle pèlerinages, dons, restaurations d’églises et de monastères, c’est une bonne action qui leur est accessible. Suivre les Commandements du Christ leur est plus difficile, mais faire un don manuel, ça, ils le peuvent.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Octobre 2017 à 15:23 | 47 commentaires | Permalien

Un prêtre - médecin urgentiste, raconte comment il cumule son métier avec sa vocation
Anastasie Gnedinskaya

Nous croyons que la religion secoure l’âme, tandis que la médecine répare le corps.

Le hiéromoine Théodorite (Sentchoukov) cumule depuis dix ans le métier de médecin urgentiste mobile avec la prêtrise. Pendant plus de trente ans il a été rattaché à "l’Institut Sklifassovky" (Moscou), centre spécialisé dans les urgences. Il y a neuf ans le docteur Sentchoukov a apporté ses vœux monastique, s’est revêtu d’une soutane sans pour autant abandonner sa blouse blanche de médecin.

Nous avons rencontré le père Théodorite au monastère Saint Pierre. La liturgie dominicale s’est terminée vers midi. Le prêtre vient à notre rencontre vêtu d’une soutane tenant dans ses mains un sac contenant sa blouse de médecin. Son travail commence dans deux heures.

-Votre physique est pour ainsi dire très marqué, vous arborez la barbe. Est-ce que vos patients devinent à votre aspect quel est votre deuxième, si l’on peut dire, métier ?

- La question que l’on me pose le plus souvent est de savoir si je suis un motard ou un hippy ? Ce n’est que très rarement que je suis reconnu en tant que prêtre. Souvent c’est ma barbe qui me trahit.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Octobre 2017 à 23:00 | 1 commentaire | Permalien

Les abeilles de Notre-Dame de Paris
Un rucher est installé sur les toits de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Paris, comme toutes les autres grandes villes de la planète souffre des gaz d’échappement. Il n’a, pourtant, pas été difficile de décider d’installer un rucher sur le toit de la sacristie de Notre-Dame. L’apiculteur responsable, Nicolas Géant, nous en parle :

« L’apiculture urbaine depuis ces dernières dizaines d’années devient inéluctablement de plus en plus populaire dans le monde. Depuis longtemps, la ville leader en ce domaine est Paris.

Actuellement plus de 400 ruches sont installées sur les toits de capitale française. Mon entreprise en exploite environ 200.

Le premier abri pour une colonie d’abeilles sur la cathédrale Notre-Dame de Paris est apparu il y a trois ans. Depuis lors, il y en a trois aujourd’hui et plusieurs générations d’abeilles s’y sont succédé. Il faut trois semaines à une abeille pour devenir active, puis pendant un mois elle œuvre pour sa colonie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Octobre 2017 à 14:14 | 0 commentaire | Permalien

Exposition Léonide Ouspensky "Le mystère de l'icône" du 5 décembre 2017 au 14 janvier 2018
"Le Centre culturel et spirituel russe" présentera à l'occasion du 30- ème anniversaire du rappel à Dieu de Léonide Ouspensky une grande exposition de ses œuvres. Entrée visiteurs 1 quai Branly.

Léonide Alexandrovitch Ouspensky est né le 8 août 1902 à Golaya Snova (aujourd'hui Golosnovka) dans la partie Nord du gouvernement de Voronej, à soixante-dix kilomètres de la ville de Zadonsk en Russie. On lui donna le nom d'un saint commémoré en Russie le jour de sa naissance. Son père appartenait à la petite noblesse provinciale ; sa mère, née Koutouzov, était d’une famille paysanne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Octobre 2017 à 16:00 | -1 commentaire | Permalien

La révolution d’Octobre et son « héritage » ecclésial
Père Vladimir Zelinsky

Le centenaire de la révolution d’Octobre coïncide presque jour pour jour avec celui d’un autre événement qui n’est connu aujourd’hui que des spécialistes : le grand concile de Moscou de l’Église russe qui a restauré le système patriarcal. Les deux conséquences de la révolution de Février, dite démocratique, d’une portée incomparable, ont en un certain sens un statut semblable : l’oubli un peu forcé.

Certes, on ne peut pas oublier la révolution qui a renversé l’Empire russe en changeant le visage de la planète. Pourtant, pour la Russie officielle d’aujourd’hui, très patriotique, orgueilleuse de sa force, comme pour celle qui s’oppose à elle farouchement – les nostalgiques de l’URSS mis à part –, 1917 a été une catastrophe. Mais pas pour les mêmes raisons. Pour les uns, la révolution a conduit à la destruction d’un État puissant, devenu un mythe. Pour les autres, elle a donné naissance à un monstre sanglant. Sanglant surtout pour tous les croyants, l’orthodoxie en premier lieu, vue comme complice de l’ancien régime. Il faut toujours rappeler l’ampleur du martyre qu’elle a enduré : des centaines de milliers de vies humaines, des dizaines de milliers d’églises détruites ou profanées.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Octobre 2017 à 10:46 | 3 commentaires | Permalien

A l'occasion de l'exposition "Chrétiens d'Orient, 2000 ans d'histoire" à l'Institut du Monde Arabe de Paris, Carol Saba reçoit Raphaëlle Ziadé, Responsable du Département byzantin du Petit Palais

Charles Personnaz, historien et membre du conseil scientifique de l'exposition.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2017 à 17:41 | 0 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 29


Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile