Emilie van Taack, une iconographe française. Les fresques du séminaire russe d'Epinay sous Sénart
La chapelle Saint Martin et Sainte Geneviève du Séminaire à Epinay-sous-Sénart

L'atelier iconographique du Séminaire, sous la direction de Madame Emilie van Taack, a réalisé 2011 des fresques dans le sanctuaire de la chapelle. Derrière l'autel se trouve une grande fresque de la Mère de Dieu du Signe.

Les fresques de la chapelle de saint Martin et sainte Geneviève, réalisées à l’œuf, représentent de gauche à droite : saint Basile le Grand, saint Maxime le Confesseur, saint Michel Archange, la Très sainte Mère de Dieu du Signe, des Chérubins et Séraphins, saint Grégoire le Théologien, et des saints Jean Chrysostome et Basile le Grand (les Trois Saints Docteurs)

Parmi les autres réalisations d'Emilie van Taack se trouvent les fresques du sanctuaire de l'église Notre-Dame Souveraine à Chaville (photographies)

Emilie van Taack, une iconographe française. Les fresques du séminaire russe d'Epinay sous Sénart
Emilie van Taack, née en 1954, fille des peintres Gabrielle Charpentier, élève d’Othon Friez, et de Jean Engel, disciple de Metzinger, fondateur du cubisme, n’a jamais suivi d’école d’art mais a reçu le goût et la pratique de la peinture de ses parents.

Convertie dès l’âge de quatre ans avec sa mère à l’Orthodoxie, alors que ses études la menaient sur les voies de la philosophie puis de l’étude des Pères de l’Eglise, elle a parallèlement appris la peinture des icônes avec Léonide Alexandrovitch Ouspensky, créateur de l’iconographie contemporaine et pionnier de la Théologie de l’Icône.

Pendant sept années, de 1980 à 1987, année du bienheureux repos du célèbre iconographe, elle s’est consacrée sous sa direction à la découverte de cette autre vision du monde que représente l’Icône.
En 1999, à la demande de son Excellence, monseigneur l’évêque Luka (Kovatchevitch) du patriarcat de Serbie, elle a ouvert un atelier d’iconographie à Paris placé sous la protection des Saints Apôtres.

En 2002, sur la proposition de Lydia Alexandrovna Ouspensky, veuve de l’iconographe, et de son Eminence monseigneur Innokenty, alors archevêque de Chersonèse, elle a transféré ses cours dans les locaux de l’Exarchat du Patriarcat de Moscou, près la paroisse cathédrale des Trois Saints hiérarques, au 5 de la rue Pétel, là même où jadis elle avait reçu l’enseignement de son maître Ouspensky et dont elle est le marguillier.

Emilie van Taack a orné de fresques plusieurs chapelles, celle du Monastère de la Transfiguration à Murel, maintenant détruite, celle de Notre Dame Souveraine à Chaville, puis celle de Saint Martin de Rome et de Sainte Geneviève, au nouveau séminaire russe d’Epinay sous Sénart, où elle enseigne également la peinture des icônes depuis sa fondation.


Emilie van Taack, une iconographe française. Les fresques du séminaire russe d'Epinay sous Sénart
« Théologie en couleur »

Les fresques des fêtes en la Cathédrale des Trois Saints Hiérarques à Paris
Les textes sont publiés en trois langues (français, anglais, russe)
Photographies de Fabien da Costa – À l'occasion de la 20e année du repos de Léonide A. Ouspensky – Avec la bénédiction de Monseigneur Innocent, évêque de Chersonèse
Ce volume, réalisé sous la direction d’Émilie van Taack, rend hommage au grand iconographe Léonide Ouspensky à l’occasion du trentième anniversaire de son décès


Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 7 Décembre 2011 à 14:05 | 1 commentaire | Permalien


Commentaires

1.Posté par Gueorguy le 08/12/2011 23:09
Nous avions évoqué certains de mérites de Emilie sur le lien ci-dessous. Plus que jamais, il serait bien de les rappeler ici.

Nouveau commentaire :



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile