«Je n’ai jamais décoré de sapin»
Larissa

« A l’époque soviétique, les étoiles de Bethléem et les anges de cires ont été changés pour des étoiles rouges à cinq branches ou étoiles du Kremlin ».

C'est vers 330 que l'empereur Constantin fixa la date au 25 décembre, mais ce n'est qu'en 353, sous le pape Liberius (ou Liberos) que la fête de la naissance du Christ fut instituée à Rome. L'Eglise d'orient, qui jusqu'alors célébrait la naissance de Jésus le 6 janvier jour de l'Epiphanie, adopta en 381 elle-aussi la date du 25 décembre sur l'initiative de Grégoire de Nazianze, célébrant ainsi la venue sur terre du sauveur.

En 425, l'empereur d'Orient Théodose II codifia officiellement les cérémonies de la fête de Noël, ainsi Noël devint une fête exclusivement chrétienne. Le concile d'Agde en 506 rendit cette fête obligatoire, et l'empereur d'Orient Justinien, en 529, en fit un jour férié. C'est à partir du Ve siècle, sous le pontificat de Grégoire le Grand que l'on commença à célébrer la messe de minuit.

Au VIIe siècle, l'usage s'établit à Rome de célébrer 3 messes : la vigile au soir du 24 décembre, la messe de l'aurore et la messe du jour le 25 décembre.

La fête de Noël se repandit progressivement en Europe, puisqu'elle fut célébrée dés le Vème siècle en Irlande, le VIIe siècle en Angleterre, et au VIIIe siècle en Allemagne , au IXe siècle, dans les Pays scandinaves, aux IXe et Xe siècles dans les pays slaves.

La tradition de fêter le Nouvel An est née sous Pierre le Grand.

En 1699, Pierre le Grand a établi un oukaz qui décidait de fêter le nouvel an chaque 1er janvier. La coutume de décorer les sapins n’a pas trouvé son public immédiatement. ! A la fin du 19ème siècle, le sapin est devenu la principale décoration de nouvel-an dans les maisons. Pendant très longtemps, seuls les restaurants (traktirs) installaient les sapins qui étaient d’ailleurs présents toute l’année. D’ou l’expression « elki-palki » (sapins-batons) La révolution d’Octobre 1917 a interdit le sapin de Noël car c’était une tradition bourgeoise. Et c’est seulement 17 ans plus tard, en 1935, que l’arbre reprend sa place dans les maisons comme sapin soviétique de Nouvel-An.

Il a fait une timide apparition et on installe le Sapin d’Etat au Kremlin En décembre 1935 une chaîne de production de jouets de Nouvel-An est mise en route ! Cette année-là, des boules pour le sapin ornées des portraits de Lénine, de Staline et des membres du Politbureau. On a rapidement arrêté leur production. Deux ans plus tard, en janvier 1937, le premier sapin de Nouvel-An soviétique a été installé dans la salle des colonnes de la Maison des Unions. Cette même année, le commissariat populaire à l’éducation a mis en place la directive «un sapin dans les jardins d’enfant», qui décrivait en détail quelles décorations devaient être mises dans les branches inférieures, du milieu et de quelle couleur devait être l’étoile sur la cime de l’arbre. Pendant les années de guerre, on façonnait et peignait des figurines d’animaux en fer blanc. On fabriquait aussi toute sorte de décorations en fil de fer

Photos: décoration arbre du Nouvel An 1937, Kremlin
«Je n’ai jamais décoré de sapin»

Les familles soviétiques ont ainsi pris l’habitude de fêter la Nouvelle Année plutôt que Noël.

«Pour moi, le 24 décembre est un jour comme un autre, raconte Olga. Avec mon mari Ivan, on ne va ni décorer de sapin, ni s’offrir des cadeaux. Ce n’est pas dans nos habitudes.» Guère étonnant lorsqu’on sait que le sapin de Noël a été interdit dans les foyers russes durant les vingt ans qui ont suivi la Révolution d’octobre en 1917. Les familles en URSS ont ainsi pris l’habitude de fêter la Nouvelle Année plutôt que Noël. Seuls les orthodoxes célèbrent encore la nativité, mais le 6 janvier selon le calendrier julien. «Il a fallu que je vive en Suisse pour prendre conscience que Noël chez nous se confond avec le Nouvel An. A l’époque soviétique, les étoiles de Bethléem et les anges de cires ont été changés pour des étoiles rouges à cinq branches ou étoiles du Kremlin. Au début des années 1970, la fabrication de guirlandes électriques a commencé. Ces décorations étaient dangereuses au début. Les guirlandes étaient souvent à l’origine d’incendies», dit-elle.

«Je n’ai jamais décoré de sapin»

«Je n’ai jamais décoré de sapin»
Bien que vide de toute connotation religieuse le dernier jour de l’an est cependant fêté comme il se doit en Russie. Il y a un sapin, un bon repas, des cadeaux après les douze coups de minuit et un Père Noël appelé Died Moroz (Père Gel) accompagné de sa fille à longue tresse blonde et habillée en blanc, Snegourotchka (la fille de la neige) . Le Père Gel est habillé d’un grand manteau rouge orné de fourrure blanche (synthétique bien évidemment !), c’est un homme plutôt âgé qui a l’air d’un grand-père avec une grande barbe blanche.


FETE LAÏQUE EN CAREME

Interview du père Tykhon, higoumène du monastère de la Rencontre à pravoslavie.ru en 2013 (3)

"Le Nouvel An est peut-être la seule fête familiale qui a subsisté aujourd’hui en Russie, lorsque toute la famille se rassemble et peut se ressentir effectivement comme une famille. Il y a très peu de tels événements dans la vie de l’homme contemporain, et il ne faut pas le supprimer… Nous disons toujours à nos paroissiens que si leurs parents et leurs proches veulent fêter le nouvel an, il ne faut pas les priver de cette joie - étant entendu que le chrétien orthodoxe ne doit pas transgresser le carême - mais le devoir de celui-ci est aussi d’apporter, en cette fête, la lumière du Christ, la joie de l’attente de la Nativité du Christ. En conséquence, sur la base de tous ces problèmes et préoccupations, nous décidâmes de célébrer la sainte liturgie durant la nuit du nouvel an. …

Au début, nous pensions qu'il n'y aurait que nos moines à l’office voire, peut-être, quelques uns de nos paroissiens les plus assidus. Mais, à notre grande surprise, l’église était pleine… Pour nos paroissiens, dont les familles sont orthodoxes, c'était une excellente manière de résoudre cette question de la célébration du Nouvel an... L’année suivante il y eut encore plus de monde et, chaque année encore plus ! Puis nous avons appris que cette pratique a été adoptée dans d’autres églises (*). Notre monastère se trouve dans le centre même de Moscou et, à minuit précises, le bruit des feux d’artifices et les explosions des pétards couvrent la première ecténie. Nous acceptons cela avec calme. Personne, ni les moines, ni nos paroissiens ne condamnent ceux qui ne viennent pas à l’église à cette occasion. …Nous célébrons en cette nuit un peu plus rapidement que d’habitude, afin que les fidèles puissent encore prendre le métro pour rentrer. La communion est distribuée de quatre ou cinq calices. La liturgie dure environ une heure et demie. Tous les moines, et même la plupart des paroissiens, communient aux saints mystères du Christ. /envoyer par V. Golovanow/
«Je n’ai jamais décoré de sapin»

En 2016 dans de nombreuses églises, sur tout le territoire canonique de l’Église orthodoxe russe, ont lieu des Liturgies dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

La tradition, qui est apparue au milieu des années 1990 de célébrer la Liturgie la nuit du nouvel an s’est étendue à toute l’Église russe. Cette année, puisque le nouvel an coïncide avec un dimanche, la Liturgie sera célébrée à l’heure habituelle. Néanmoins, dans de nombreuses églises, la Liturgie sera célébrée la nuit. Afin de permettre aux fidèles de rentrer chez eux après la Liturgie, les transports publics de Moscou et de Saint-Pétersbourg fonctionnent pendant la nuit du nouvel an. Lien et Photos

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Décembre 2018 à 07:05 | 57 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile