L’Eglise orthodoxe russe a canonisé le docteur Eugène Botkine
L’Eglise orthodoxe russe hors-frontières avait en 1981 déclaré saint Eugène Botkine ainsi que les serviteurs de la famille impériale massacrés par les bolcheviks le 17 juillet 1918 dans la maison de l’ingénieur Ipatiev à Ekaterinbourg.

Le 3 février 2016 le Concile des évêques de l’Eglise orthodoxe russe, patriarcat de Moscou, a décidé de glorifier le docteur Eugène Botkine.

Monseigneur Hilarion, métropolite de Volokolamsk, a dit dans le cadre d’une conférence de presse « Il s’agit, j’en suis convaincu, d’une décision attendue depuis longtemps. Eugène Botkine est de ceux des saints qui sont vénérés non seulement au sein de l’EORHF mais aussi dans de nombreux diocèses du patriarcat de Moscou.

Il est l’un des saints patrons du monde médical. L’Eglise continuera à étudier la vie et les circonstances de la mort des serviteurs assassinés par le régime à Alapaievsk en même temps que la la grande-duchesse et sainte martyre Elisabeth Feodorovna ».

Interfax religion Traduction B.R. pour PO

Lire aussi MOSCOU: "Une enquête qui dure un siècle"... sur le massacre de la famille impériale

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Février 2019 à 10:29 | 14 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Daniel le 04/02/2016 11:38
Il avait déjà été canonisé par l'EORHF... voilà des années... Moscou semble à la traîne...

2.Posté par Vladimir.G: un bel exemple de reconnaissance de la grâce chez nos frères séparés le 04/02/2016 17:59
"Eugène Botkine fait partir des saints qui sont vénérés non seulement au sein de l’EORHF mais aussi dans de nombreux diocèses du patriarcat de Moscou," a bien précisé le métropolite Hilarion en faisant allusion à la canonisation par l'Église Hors Frontières en 1981 avec la famille impériale. On peut s'interroger sur les raisons qui ont retardé de 15 ans la canonisation du néomartyr alors que la famille impériale l'était en 2000...

Notons que l'EHF a simultanément canonisé les 3 autres domestiques, dont la dame de compagnie de l'impératrice, Luthérienne, et le valet de l'empereur, Catholique romain... Ce bel exemple de reconnaissance de la grâce chez nos frères séparés ne semble pas devoir être suivi par le patriarcat...

3.Posté par Daniel le 04/02/2016 21:42
Pourriez-vous nous donner le nom de cette dame de chambre et de ce valet ? Je souhaite vérifier l'information ?

4.Posté par Daniel le 04/02/2016 22:04
Contrairement à ce que Vladimir avance, la comtesse était ben orthodoxe au moment de sa mort, s'étant convertie à l'orthodoxie. Le soleil de l'oecuménisme semble aveugler certains...

http://www.alexanderpalace.org/palace/HendrikovaSchneider.html

5.Posté par Vladimir.G: "Nous somme unis par le sang des martyrs." le 05/02/2016 08:47
"Nous somme unis par le sang des martyrs."

Je parlais de:

- Catherine Schneider (1856 – Perm 4 September 1918), originaire des Pays Baltes, Luthérienne, elle fut le professeur de russe de la grande duchesse Elisabete et de l'impératrice puis dame de compagnie du palais ("Hoflectrice"). Elle accompagna la famille impériale jusqu'à Ekaterinbourg et fut emprisonnée là séparément; transférée à Perm après le massacre de la famille impériale elle y fut assassinée le 4 septembre 1918. Canonisée en même temps que la famille impériale en octobre 1981 par décision du synode de l'EORHF.

- Aloīzs Lauris Trūps (1865 - Ekaterinburg 17 juillet 1918), originaire de Lettonie, Catholique, officier dans l'armée impériale (colonel?) avant de devenir le valet personnel de l’empereur qu'il accompagna jusqu'au massacre. Ses restes ont été identifiés avec ceux de la famille impériale et reposent dans la cathédrale des St Pierre et Paul à St. Petersboug. Canonisé avec la famille impériale par le synode de l'EORHF en 1981.

NB: je n'ai pas trouvé de liste des néomartyrs canonisés en 1981, mais la présence de ces deux serviteurs est mentionnée par de très nombreuses sources anglaises et russes. En particulier le métropolite Hilarion dans une interview en 2013 rapporte l'explication de l'archevêque de Los Angeles Antoine Sinkevich (+1996): ces personnes ont été fidèles à l'empereur et ont été baptisé par le sang de leur martyr ils sont par conséquent dignes à être canonisés avec sa famille. (In. http://magazines.russ.ru/nj/2013/271/12i.html)

Cette explication fait penser à l'appel du Pape François: "Nous somme unis par le sang des martyrs." En effet, ni les assassin bolcheviques ni ceux de DAESH ne font de différences entre les confessions chrétiennes!

6.Posté par Daniel le 05/02/2016 09:53
@ Vladimir


Le baptême par le sang du martyr est autre chose que ce que décrit le pape François qui, pour reprendre Alain Finkielkraut, est le souverain pontife de la bien pensance est de ce fait adepte de toutes les confusions.

L'église ne reconnaît pas les martyrs hors de son sein. On peut citer Saint Irénée de Lyon : "Les vrais martyrs sont trouvés dans l'église orthodoxe car comme il y a une seule vraie foi, il y a un seul vrai baptême". Mais Saint Cyprien, Augustin et d'autres ont aussi abondé dans ce sens.

Une personne baptisée dans le martyr est une personne qui est morte en confessant la foi orthodoxe sans pour autant avoir été baptisée formellement. On peut ainsi citer Saint Ahmed le Calligraphe ou un des 40 martyrs de Sébaste. La réflexion qui semble avoir été faite dans le cas de ce monsieur est qu'ayant été fidèle au tsar orthodoxe, il a confessé d'une certaine façon l'orthodoxie... Je vais tâcher d'en savoir un peu plus sur le cas.

7.Posté par Vladimir.G: le 05/02/2016 12:00
Et voilà, bien cher Daniel, que vous contredisez le synode (ou concile?) de l'EORHF de 1981, qui a canonisé comme martyrs deux personnes qui ne confessaient aucunement la foi orthodoxe...

NB: le métropolite Hilarion, dont je cite l'interview en 2013, est le primat actuel de l'Église russe à l'Étranger (ROCOR) et l'archevêque de Los Angeles Antoine (Sinkevich), qu'il cite, a personnellement participé au synode de 1981...

Voici le lien de l'interview: http://magazines.russ.ru/nj/2013/271/12i.html

8.Posté par Vladimir.G: Confusion le 05/02/2016 12:16
NB: votre 4: vous confondez la comtesse Anastasia Vasilyevna Hendrikova et la "hoflectrice" Catherine Adolphovna Schneider, qui n'a jamais été comtesse. Sa conversion à l’Orthodoxie n'est rapportée par aucun document ni témoin connu et semble inconnue du synode de l'EORHF en 1981, d'après ce qu'en dit archevêque Antoine ...

9.Posté par Daniel le 05/02/2016 14:52
Je ne contredis ni Saint Irénée de Lyon, ni Saint Augustin, ni Saint Cyprien, ni les canons 9 et 34 de Laodicée validés par le canon 1 du 4e concile oecuménique, ni la pratique du baptême par le sang que vous ne semblez pas saisir entièrement. Ainsi, le martyr de Sébaste, soldat de son état et païen qui a rejoint le lac glacé et y est mort n'est pas un païen canonisé, à moins que vous ne reconnaissiez la présence de grâce dans le paganisme...

10.Posté par Vladimir.G: métropolite Jean de Pergame: " L’unité chrétienne, dans de tels cas, est de facto réalisée par la persécution et le sang – un œcuménisme du martyre... ". le 05/02/2016 16:12
Et quid du métropolite Jean de Pergame: " … Regardez, par exemple, ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient : ceux qui persécutent les chrétiens leur demandent-ils à quelle Église ou confession ils appartiennent ? L’unité chrétienne, dans de tels cas, est de facto réalisée par la persécution et le sang – un œcuménisme du martyre... "?

11.Posté par Daniel le 05/02/2016 20:24
@ Vladimir (10)

Je suis les saints pères, les conciles... pas les contemporains aux titres prestigieux mais dont la pensée s'écarte de celles des pères.

12.Posté par Vladimir.G: une Église orthodoxe personnelle? le 05/02/2016 22:19
une Église orthodoxe personnelle?

Là au moins, pas de risque d'être contredit par un synode ou un concile...

13.Posté par Daniel le 05/02/2016 23:59
Absolument pas, je vous ai évoqué les canons de Laodicée validés par des conciles oecuméniques... En revanche, une certaine hiérarchie orthodoxe invente une orthodoxie qui n'a jamais existé et qui n'a d'orthodoxe que le nom.

14.Posté par Tchetnik le 06/02/2016 08:54
Les hommes ont été canonisés, pas leurs églises d'origine.


15.Posté par Vladimir G: "Il faut canoniser tous les serviteurs qui ont été massacrés avec la sainte famille impériale" dit Mgr Eugène, évêque de l''''Oural central, vicaire du diocèse d''''Ekaterinbourg, le 24/07/2016 11:00
"Il faut canoniser tous les serviteurs qui ont été massacrés avec la sainte famille impériale" dit Mgr Eugène, évêque de l'Oural central, vicaire du diocèse d'Ekaterinbourg, en précisant qu'après la canonisation du docteur Eugène Botkine il pensait au cuisinier Ivan Kharitonv, à dame de compagnie de l'impératrice Catherine Schneider et au valet personnel de l’empereur Aloīzs Lauris Trūps (cf. commentaires 2 et 5 ci-dessus).

"Il est important de comprendre que la sainteté ne se décide pas par et un Concile ou un Synode mais par notre Seigneur. Il ouvre la sainteté à l'Eglise soit naturellement, quand nous apprenons quel exploit la personne a réalisé, soit par des moyens surnaturels: par les miracles associés à telle ou telle personne après sa mort terrestre. La glorification parmi les saints n'est pas une question de bureaucratie ecclésiastique mais celle de la main de Dieu: quand c'est utile à l'Eglise et au peuple le Seigneur nous révèle le témoignage de sainteté comme exemple à suivre," a continué le prélat en précisant que, dans l'Église sur le Sang, il y avait face à face deux plaques commémoratives, l'une avec les noms des saints martyrs impériaux et l'autre ceux des serviteurs.

Il a aussi expliqué que la commissions de canonisation du diocèse avait réuni tous les documents nécessaires à la canonisation et les avait adressés à la commission synodale.

http://www.interfax-religion.ru/?act=interview&div=449

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile