L’Église orthodoxe russe est prête à modifier ses statuts pour ses compatriotes, les Russes de l’etranger
Le Patriarcat de Moscou a commenté pour « Nesavisimaia Gazeta » les négociations en cours avec les paroisses de tradition russe en Europe occidentale

Milena Faustova

Les négociations se poursuivent entre Moscou et l’Archevêché des paroisses orthodoxes russes en Europe occidentale, concernant le passage des paroisses de tradition russe sous l’omophore du patriarche de Moscou et de toute la Russie. L’Église orthodoxe russe est prête à faire des concessions. En particulier, à modifier ses statuts. « Nesavisimaia Gazeta » a pu obtenir un commentaire officiel de la part des représentants du patriarcat de Moscou, le premier depuis le début des négociations il y a sept mois.

Si l’Archevêché des paroisses orthodoxes russes en Europe occidentale accepte la proposition faite par le patriarche Cyrille, les statuts de l’Église orthodoxe russe seront modifiés

C’est ce qu’a déclaré, au cours d’un entretien avec NG, l’un des participants représentant l’Église orthodoxe russe dans la commission de négociation avec les paroisses de tradition russe, l’évêque Savva (Toutounov), vice-chancelier du patriarcat de Moscou. Il a également donné des détails concernant la rencontre qui s’est déroulée le 21 juin dernier à Vienne, et à laquelle participaient l’archevêque Jean de Charioupolis (Renneteau) ainsi que deux autres représentants de l’Archevêché d’Europe occidentale. L’Église orthodoxe russe était représentée par le métropolite Antoine (Sevriouk), Exarque patriarcal en Europe occidentale, par l’archiprêtre Nicolas Balachov, Vice-Président du Département des relations extérieures, ainsi que par l’évêque Savva (Toutounov).


« Notre principe de base, tel qu’énoncé par le patriarche Cyrille, et auquel nous nous tenons, est que le patriarcat de Moscou est prêt à accueillir l’archevêché en préservant l’intégrité de son système d’administration tel qu’il est en place aujourd’hui. Le cas échéant une formation nouvelle, qui n’est pas pour l’instant prévue dans nos statuts, verra son existence au sein de L’Église orthodoxe russe. Nos statuts seraient dans ce cas amendés, afin d’y prévoir l’existence d’un tel archevêché avec son mode d’administration particulier.

De la même façon, avant le 17 mai 2007 les statuts de l’Église orthodoxe russe ne prévoyaient pas l’existence du mode d’administration tel qu’il existe au sein de l’Église hors-frontières. Mais après la signature de l’acte de communion canonique entre le patriarcat de Moscou et l’Église orthodoxe russe hors-frontières (EORHF), à l’été 2008 le concile épiscopal a introduit dans les statuts les amendements nécessaires, correspondant à la nouvelle réalité de l’existence de l’EORHF au sein du Patriarcat de Moscou. Il en serait de même ici. En cas de rétablissement du lien canonique entre le Patriarcat de Moscou et l’Archevêché, et en fonction du cadre qui sera défini pour l’existence de ce dernier, les statuts de l’Eglise orthodoxe russe seront amendés en conséquence », a souligné l’évêque Savva .

Pour rappel, le 27 novembre 2018 le patriarche de Constantinople (œcuménique) Bartholomée a révoqué le tomos donnant à l’Archevêché un statut juridique et territorial particulier d’exarchat, en d’autres termes il a aboli celui-ci. Le 23 février 2019 une assemblée générale du clergé des paroisses de tradition russe s’est tenue à Paris, qui à la majorité des voix (93%) a décidé de ne pas se soumettre à la décision du Phanar et de maintenir l’Archevêché coûte que coûte. Parmi les variantes actuellement à l’étude, il y a celle de revenir sous l’omophore du patriarche de Moscou. Le 12 décembre 2018 le patriarche Cyrille a adressé une lettre au chef de l’ancien exarchat l’archevêque Jean (Renneteau), dans laquelle il promettait de maintenir l’intégrité de l’Archevêché.

L'évêque Savva a également expliqué que la rencontre du 21 juin qui s’est déroulée à Vienne, n’était ni la première ni la seule

Les réseaux ont fait écho d’une information, selon laquelle l’entretien a été très abrupt.

« Les entretiens n’ont pas été simples, mais n’étaient pas abrupts, – a affirmé à NG l’un des participants à la négociation à Vienne, l’archiprêtre Jean Gueït, Vice-Président du Conseil de l’Archevêché. – Ils étaient sérieux et responsable. Il nous fallait effectivement nous expliquer et définir notre façon d’agir.»

Selon le représentant de l’Archevêché, lorsque la réunion était terminée, l’archiprêtre Nicolas Balachov a demandé si une aide financière était nécessaire pour ceux qui éprouvaient des difficultés à se rendre à l’assemblée, et – dans ce contexte – a demandé les listes des membres étaient déjà établies.

Selon la déclaration publiée en juin de la paroisse orthodoxe russe de Biarritz, toutes les paroisses ne disposent pas des moyens nécessaires, et pour des raisons financières certains membres du clergé n’ont pu assister à l’assemblée pastorale de l’archevêché qui s’est tenue le 11 mai à Paris.

« Nous avons répondu que les listes n’étaient pas encore établies, et nous avons décliné l’offre d’aide financière. Mais il n’y a eu ni attitude grossière ni tentative de subornation. Tout était très courtois et posé. Nous comprenons que le moment est crucial et historique, en tout cas pour nous. Et je pense que l’Eglise russe le comprend aussi. Car la décision dépend du vote de l’assemblée, et non des désirs personnels de l’archevêque Jean (Renneteau – « NG »), non plus que de deux ou trois membres de la commission ; c’est pourquoi nous devons expliciter et éclaircir tous les aspects et recevoir des garanties et des conditions claires, - a déclaré père Jean Gueït.

« Durant cette rencontre il a été particulièrement question de la formulation des futurs documents, qui permettraient à l’Archevêché de réétablir la communion canonique avec Moscou. L’Archevêché continuera d’exister avec son ordo et son statut propre – liturgique, administratif, avec ses particularités pastorales », a confirmé Toutounov. Il a ajouté que l’entretien avait eu lieu au su du Conseil de l’Archevêché, qui en son temps avait mis en place la commission de négociation avec Moscou. Outre Mgr Jean Renneteau, celle-ci comprend p. Jean Gueït et l’archiprêtre Theodore van der Voort, membre du Conseil de l’Archevêché.

Une assemblée générale des paroisses de tradition russe est prévue pour le 7 septembre. « Le dialogue avec l’archevêque Jean se poursuit, il est très dense, comme c’est le cas dans pareille situation », - a noté Toutounov. « Après une séparation de 90 ans, le dialogue se doit d’être profond et constructif. Nous espérons qu’en septembre une décision sera prise dans l’Archevêché. Mais cette décision dépend entièrement de l’assemblée, et le Patriarcat de Moscou ne peut en aucun cas influer sur elle », a conclu le représentant de l’Église orthodoxe russe.

Traduction PARLONS D'ORTHODOXIE

******

Russian Orthodox Church can change its statute to include Russian exarchate of Constantinople
Moscow, June 28, Interfax - The Russian Orthodox Church is ready to change its own statute in order to include the Archdiocese of Russian Orthodox churches in Western Europe with its unique system of administration.

“Our basic principle, which was founded by Patriarch Kirill and we stick to it, is that the Moscow Patriarchate is ready to accept the Archdiocese with the system of administration existing there today,” deputy head of the Moscow Patriarchate’s administration Bishop Savva said in his interview with the Nezavisimaya Gazeta.

Thus, he commented the meeting which was held on June 21 in Vienna between the head of the mentioned exarchate (under Constantinople) bishop John and Patriarch Kirill’s exarch in Western Europe Metropolitan Antony.

According to Bishop Savva, the situation was the same in 2007 after restoration of union of the Russian Orthodox Church Abroad with the Moscow Patriarchate as it has also preserved its system of administration.

The next general assembly of the archdiocese is planned on September 7.

The Archdiocese of Russian Orthodox Churches in Western Europe (the Russian Exarchate) with center in Paris was set up on basis of Russian emigrants parishes after the Revolution of 1917. Since the 1930s it was administered by Constantinople, however in November, 2018 the Synod in Istanbul took a unilateral decision to dismiss the Russian exarchate and offered its clerics and believers to move under administration of local Greek bishops. The Archdiocese has not agreed with this decision and today is discussing variants of its future one of which is joining the Russian Orthodox Church.

The archdiocese has 65 parishes, 11 acting churches, two monasteries and seven hermitages in France, Belgium, the Netherlands, the Great Britain, Germany, Norway, Sweeden,Denmark, Italy and Spain, there are over 100 priests and 30 deacons among its clergy.

http://www.interfax-religion.com/?act=news&div=15180


*******

РПЦ готова изменить свой устав ради соотечественников
Московский патриархат прокомментировал "НГ" переговоры с приходами русской традиции в Западной Европе

Между Москвой и Архиепископией русских православных церквей в Западной Европе продолжаются переговоры о вхождении приходов русской традиции под омофор патриарха Московского и всея Руси. РПЦ готова пойти на уступки. В частности, изменить свой устав. «НГ» удалось получить первый за все семь месяцев переговорного процесса официальный комментарий от представителей Московского патриархата

Устав Русской православной церкви будет изменен, если Архиепископия русских православных церквей в Западной Европе примет предложение патриарха Кирилла.

Об этом в разговоре с «НГ» заявил один из участников переговорной комиссии с приходами русской традиции от РПЦ заместитель управляющего делами Московского патриархата епископ Савва (Тутунов). Архиерей также прояснил подробности встречи, которая состоялась 21 июня в Вене и на которой присутствовал архиепископ Хариупольский Иоанн (Реннето) с двумя другими представителями западноевропейской архиепископии. От РПЦ были патриарший экзарх Западной Европы митрополит Антоний (Севрюк), заместитель председателя отдела Внешних церковных связей протоиерей Николай Балашов и сам епископ Савва (Тутунов).

«Наш основной принцип, который был заложен патриархом Кириллом и которого мы придерживаемся, состоит в том, что Московский патриархат готов принять архиепископию полностью в той системе управления, которая сейчас там существует. То есть в рамках Московского патриархата будет действовать устав архиепископии. У Русской православной церкви появится новое образование, которое нашим уставом пока не предусмотрено. Но в устав будут внесены некоторые коррективы, предусматривающие существование такой архиепископии с особой формой управления. Точно так же, например, уставом Русской православной церкви до 17 мая 2007 года не было предусмотрено существование такой системы управления, которая есть в Зарубежной церкви. Но после подписания акта о каноническом общении между Московским патриархатом и Русской православной церковью заграницей (РПЦЗ) на Архиерейском соборе летом 2008 года были внесены необходимые поправки в устав в соответствии с новой реальностью существования РПЦЗ в составе Московского патриархата. Точно так же будет и здесь. Если произойдет восстановление канонической связи Московского патриархата с архиепископией, то в соответствии с тем, какими будут установлены рамки ее существования, будут внесены и поправки в устав Русской православной церкви», – подчеркнул Тутунов.

Напомним, что 27 ноября 2018 года Константинопольский (Вселенский) патриарх Варфоломей отозвал томос, согласно которому архиепископия имела отдельный территориально-правовой статус экзархата, то есть ликвидировал ее. 23 февраля с.г. в Париже прошла Генеральная ассамблея духовенства приходов русской традиции, на которой большинством голосов (93%) было решено не подчиниться решению Фанара и во что бы то ни стало сохранить архиепископию. Среди вариантов, которые рассматриваются сейчас, – вернуться под омофор Московского патриарха. 12 декабря 2018 года патриарх Кирилл направил в адрес главы бывшего экзархата архиепископа Иоанна (Реннето) письмо, в котором обещал сохранение целостности архиепископии.

Епископ Савва Тутунов также пояснил, что встреча 21 июня, которая прошла в Вене, не первая и не единственная.

В Сети появилась информация о том, что последняя беседа была очень жесткой. «Разговор был не простым, но он не был жестким, – заверил «НГ» еще один участник переговоров в Вене, вице-президент Совета архиепископии протоиерей Иоанн Гейт. – Он был серьезным и ответственным. Нам действительно надо было объясниться и определиться, в каком порядке нам действовать». По словам представителя архиепископии, уже после встречи протоиерей Николай Балашов действительно спрашивал, не нужна ли финансовая помощь тем, кому трудно приехать на ассамблею, и в связи с этим интересовался, существуют ли уже списки ее членов.

Согласно опубликованному в июне заявлению русского православного прихода в Биаррице, не у всех приходов есть достаточно средств и потому некоторые клирики по финансовым причинам не смогли приехать на пастырское совещание архиепископии, которое прошло в Париже 11 мая.

«На это мы ответили, что списки еще не готовы, а от финансовой помощи отказались. Но ни грубостей, ни предложений подкупа не было. Все было очень вежливо и серьезно. Мы понимаем, что момент очень важный и исторический, во всяком случае для нас. И я думаю, что это понимают и в Русской церкви. Ведь решение зависит от голосования ассамблеи, а не личного желания архиепископа Иоанна (Реннето. – «НГ») или двух-трех человек из комиссии, поэтому мы сейчас должны проговорить и разъяснить все моменты и получить определенные гарантии и условия», – сказал Иоанн Гейт.

«В этот раз речь шла больше о формулировках будущего документа, благодаря которому архиепископия сможет восстановить каноническое общение с Москвой. Архиепископия продолжит существовать со своим уставом – богослужебным, управленческим, своими пастырскими особенностями», – подтвердил Тутунов. Он добавил, что разговор проходил с ведома Совета архиепископии, который в свое время и сформировал переговорную комиссию с Москвой. В нее помимо Реннето вошли Иоанн Гейт и член Совета архиепископии протоиерей Феодор ван дер Воорт.

Очередная Генеральная ассамблея приходов русской традиции назначена на 7 сентября. «Диалог с владыкой Иоанном ведется, он очень насыщенный, как обычно это бывает в такой ситуации», – отметил Тутунов. «После раздельного существования почти 90 лет диалог должен быть глубокий и конструктивный. Надеемся, что в сентябре в архиепископии определятся. Но решение полностью будет зависеть от ассамблеи, и Московский патриархат никак не может на него влиять», – заключил представитель РПЦ.

По ссылке Независимая газета


Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Août 2019 à 03:46 | -10 commentaire | Permalien



1.Posté par Alexis le 28/06/2019 07:46
Les choses avancent... Espérant qu'une réelle décision sera prise en septembre.

2.Posté par Olga le 28/06/2019 09:56
Заявление русского православного прихода в Биаррице
июнь 2019

Его Высокопреосвященству владыке Иоанну, членам Совета Архиепископии, членам комиссий, делегатам приходов, пастырям и дьяконам, братьям и сестрам нашей Ариепископии

Мы, члены Религиозной Православной Ассоциации прихода Биарриц, включая общины-филиалы в Сан-Себастьяне и Памплоне (Испания), во время общего собрания нашего прихода, которое имело место 2 июня 2019 г., с большим вниманием обсудили и проанализировали все события, связанные с решением Синода Константинопольского Патриархата, касающегося нашей епархии, от 29 ноября 2018 года. Мы также выслушали рассказы наших делегатов о том, как проходила Генеральная Ассамблея 23 февраля.

Генеральная Ассамблея 23 февраля 2019 г. приняла решение сохранить Архиепископию, но не приняла четкого решения о ее будущей судьбе. Мы констатируем, что одна из причин, по которой Ассамблея не приняла финального решения, были административные трудности в подготовке и манере проведения этой Ассамблеи.

Было жаль, что:

- делегаты слушали все сообщения только в устной форме и только во время собрания;

- делегаты не имели на руках никаких документов, соответственно не было возможности их прочитать, изучить, осмыслить и вносить свои предложения;

- приходы не получили полной официальной информации от руководства епархии ни перед Ассамблеей, ни после нее. Информация на сайте Архиепископии по этим вопросам недостаточна.

Решение о нашем будущем затянулось, поэтому мы обращаемся к Вам, владыка, и членам Совета с просьбой тщательно и серьезно готовить будущую Генеральную Ассамблею, которая назначена на 7.09.2019.

1) Просим подготовить Проект Автономии, одобренный Автокефальной Церковью, которая согласна нас принять. Для лучшего уяснения нашего положения необходимо приложить к проекту Досье (доклад комиссий, сообщение Совета, конструктивные предложения);

2) Проект и досье просим выслать делегатам и в каждый приход вместе с приглашением на Внеочередную Ассамблею не позже чем за месяц до начала Ассамблеи (не позже 7 августа) для предварительного рассмотрения.

Мы считаем нормальным обсуждать и голосовать за будущее нашей епархии только в том случае, если мы, члены епархии и делегаты, увидим заранее проект и изучим все его условия. Мы хотим быть информированы, как будет оформлена наша Автономия и как будет защищена наша идентичность в будущем. Если Ассамблея не будет подготовлена должным образом, возникает риск, что опять не будет принято окончательного решения.

Пожалуйста, обратите также Ваше внимание, что приходы тратят немалые деньги на передвижения делегатов, а посему регламент Ассамблеи должен учитывать транспортные расходы. Делегаты не должны покидать собрания раньше окончания и спешить на поезда и самолеты. Время окончания работы Ассамблеи должно быть указано, и президент Ассамблеи обязан контролировать соблюдение регламента

Мы искренне надеемся, что будущая решающая Ассамблея будет подготовлена в духе Соборности, в котором живет наш Экзархат, в атмосфере братства, открытости и уважения ко всем.

От имени прихода в Биаррице
Настоятель Протоиерей Георгий АШКОВ

3.Posté par Amis de l'Archevêché le 28/06/2019 12:49
Merci pour ces encourageantes informations

Le site de l'Archevêché va-t-il s'en faire l'écho?

Les paroissiens Daru aimeraient être informés d'une manière plus complète
Dans l'espoir d'une solution constructive

4.Posté par Nicolas DEBARD le 02/07/2019 10:05
Le site de l'Archevêché doit-il rendre-compte au fur et à mesure des différentes négociations qui sont menées ? Je n'en suis pas sûr. Le problème, c'est que les négociations avec le Patriarcat de Moscou suscitent beaucoup de passions et que tout finit par se cristalliser là-dessus. En attendant, où en sont les négociations avec le Phanar ? Personne (du public) ne le sait. On n'en parle pas. En revanche, des négociations avec Moscou, on n'arrête pas d'en parler : tout le monde en parle, même des non-orthodoxes ! Et tout le monde en parle plus ou moins n'importe comment. Les adversaires de cette solution ne parlent que de ça : mais où en sont-ils des autres négociations ou propositions ? Quelles sont les propositions qu'ils vont soumettre à l'Assemblée de septembre ? Encore une proposition "d'attente" d'une "autonomie", voie dans laquelle Mgr jean ne s'engagera pas ? Que feront-ils, une fois sans évêque ? Qui ordonnera leurs évêque ?
L'archevêque, et plus largement la "commission Moscou", doivent-ils rendre compte de tous leurs faits et gestes au fur et à mesure des négociations ? Pourquoi cette demande instante et continue de transparence vis-à-vis des négociations avec Moscou et tant d'opacité vis-à-vis de celles avec Constantinople, par exemple (dont personne ne parle, ni dans les médias, ni sur les réseaux sociaux, ni dans l'archevêché) et dont le premier compte rendu n'a paru que très tardivement et exclusivement en "anglais" sur le site de l'Archevêché ? L'Archevêque ou la commission "Moscou" mandatée par le Conseil doivent-ils à chaque fois s'expliquer lorsque de fausses informations et de graves accusations sont scandaleusement publiées, comme dans l'article de Bychkov sur le site "Credo Press" ? Je crois que non. Ce serait faire le jeu de l'ennemi. L'archevêque se tient dans les clous de nos statuts (contrairement à ce que Bychkov affirme) : il y a eu une AGE, une assemblée pastorale, des commissions diplomatiques qui ont été mandatées et une nouvelle AF(E, je crois, finalement... je m'y perds un peu, faut avouer) en septembre où seront exposées les résultats des différentes commissions ou propositions en vu d'un vote, je présume.

Mais que font donc tout ceux qui refusent la solution "Moscou" ? A quoi travaillent-ils d'autre qu'à la lutte contre "l'hydre moscovite" )) et à l'opposition à leur évêque ? Où sont les avancées de leurs tractations ? Que vont-ils proposer en septembre devant l'Assemblée ? Quelles solutions va pouvoir choisir l'Assemblée à part "rejoindre Moscou" ou "ne pas rejoindre Moscou" (ou bien "suivre notre archevêque" ou "ne pas suivre notre archevêque ") ? L'observateur serait en droit de se demander s'ils croient vraiment aux solutions qu'ils proposent (ou plutôt évoquent, expliquent, discutent, analysent, élaborent, rêvent, vantent ou imaginent). Mais libre à eux de déployer toute leur énergie où bon leur semble.

Et de quel droit reproche-t'on à un évêque orthodoxe de chercher une solution canonique pour son église ? De quel droit on lui reproche de mener des négociations avec ce qu'il pense être la solution la plus viable pour notre diocèse... De quel droit lui reproche-t-on de refuser catégoriquement une voie qu'il estime injuste et dangereuse ? Même s'il se trompe, comme l'estiment certains. Mais qu'ils en fassent autant, ses détracteurs ! Où en sont-ils de leur avancées ? De quoi rendent-ils compte, à part de leur "sainte répulsion" envers le "Grand méchant loup moscovite" et de leurs commentaires sur les négociations menées "avec le diable" ? Ainsi, tout semble se scléroser autour de la "solution Moscou" : que ce soient du côté des "pour" ou du côté des "contre" : et en attendant, aucune autre solution ne semble être travaillée ou ne semble évoluer et seule la solution Moscou semble être la plus aboutie et concrète.

"Les chiens aboient et la caravanne passe", dit le proverbe. Le site de l'archevêché ne doit pas entrer dans ces polémiques. Je pense que Mgr jean fait bien de ne pas réagir à la médisance, à la désinformation, parfois même à l'invective, et de continuer à travailler dans le sens qu'il estime juste et bon pour notre entité ecclésiale - dans le respect des Statuts, je précise - : il en a tout à fait le droit et le pouvoir, et rien dans nos Statuts ne l'oblige à rendre compte de tous ses faits et gestes en cours d'une négociation, surtout aussi délicate et "observée" : il n'est pas bon, dans un travail diplomatique, de tout dévoiler tout le temps et à tout le monde : ce n'est pas pour rien que ce genre de négociation a lieu à huis clos. Il peut bien sûr (et il doit, certainement) y avoir des étapes, comme celle de la publication des différentes propositions qui ont été exposées à l'Assemblée pastorale sur le site de l'Archevêché (ex-Exarchat). Peut-être y aura-t-il un dossier "synthèse" envoyé à toutes les paroisses, comme le demande la paroisse de Biarritz dans sa lettre ? Se tenant loin de toute cette mêlée de passions et de désinformations étalée dans les cybermédias et sur les réseaux sociaux (blogs, forums et autres : ici compris), il se tient ainsi au dessus de la mêlée et il travaille à quelque chose de concret. On attend tous impatiemment le 23 pour savoir ce qui sera, exposé, proposé et voté.

"Il y a dans le cœur de l'homme beaucoup de projets mais c'est le dessein du Seigneur qui s'accomplit" (Prov. 19, 21). Pour moi, ce proverbe rejoint celui cité plus haut de la caravane et des chiens. On parle, on débat, on combat, on milite : nous ne faisons que brasser de l'air et faire fuir le Saint-Souffle. Heureusement, nous avons - je le pense - un archevêque responsable et lucide sur la situation. Et beaucoup, je l'espère, le sont avec lui.

5.Posté par Didier Veillat le 02/07/2019 18:37
@ Nicolas Debard

Cher Nicolas, toute décision souveraine doit toujours faire l'objet de discrétion en amont, au minimum. Cela s'appelle les lenteurs de la pensée (la vraie). Comme vous, je ne doute pas que Monseigneur Jean ne respecte pas les statuts.
Je crains que, quel que soit le destin de l'Archevêché, Monseigneur Jean en paie une partie du prix tout en étant coupable de rien!

Je vous convie à lire le fil de ce site à propos d'un écrit du Père Vladimir Zelinsky: https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Personne-ne-voulait-choisir-Impasse-a-l-Archeveche_a5766.html?com#comments

Je pense qu'il vous intéressera.

Bonne soirée.

Didier Veillat

6.Posté par Nicolas DEBARD le 03/07/2019 05:13
@Didier : pardon... je n'avais pas lu votre traduction ;-) Merci

Vous m'avez mal compris ou bien je me suis mal exprimé (à moins que ce ne soit vous ;-) ). Vous écrivez "je ne doute pas que Monseigneur Jean 'ne respecte pas' les statuts. " ...

Moi, au contraire, "je ne doute pas que Mgr Jean 'respecte' les statuts". Enfin, il n'y a pas de doute à ce sujet : il les respecte, c'est un fait. C'est ce que j'ai écrit au 1er § de mon précédent post : "L'archevêque se tient dans les clous de nos statuts (contrairement à ce que Bychkov affirme)"

Pour le reste, je ne lis pas le russe couramment. J'attends la traduction en français de l'article en question. Merci.

7.Posté par Didier Veillat le 05/07/2019 04:20
@ Nicolas Debard; nous sommes d'accord, je me suis très mal exprimé. L'Archevêque respecte la statuts, il n'y a aucun doute.

8.Posté par Nicolas DEBARD le 05/07/2019 08:15
Je commente ici, par exemple, ce que j'ai lu d'un opposant farouche à notre éventuel intégration au PM et qui, avec beaucoup de conviction, participe à ce "haro" cyber-médiatique. Je le crois sincère mais... :

"Nous aussi, aimons beaucoup Mgr Jean, surtout qu'il nous est arrivé après le désastreux "épisode Job "...mais depuis, la décision de Constantinople du 27 novembre 2018, il est dans l'erreur."
[Ah ? Et qui est-ce qui défini que l'erreur en question en est une ? (j'en connais ici qui savent répondre à ça... ;-) ). Qui possède ce monopole de la vérité ? Est-il vraiment rassurant de savoir qu'il y a des personnes qui "savent" et d'autres pas, des personnes qui sont dans l'erreur et d'autres dans la vérité, des personnes qui sont "honnêtes" et d'autres pas ?]

"Nous lui avons dit de toutes les façons possibles et avec affection.
[Sans doute, individuellement, peut-être, certains... Mais pas d'autres, et parmi eux ceux qui devraient lui être les plus respectueux et obéissants...
Et tout ce haro, cette mobilisation de l'opinion publique avec remise en cause du choix, des préférences ou encore des refus absolus de l'archevêque, cette remise en cause publique (j'insiste !) de sa parole voire l'opposition directe à celle-ci, ces pétitions, ces contre-lettres pastorales, ces spams envoyés au clergé et aux diverses "listes de contact" pour les "alerter" sur la "vérité", ce n'est pas fait avec tant d'affection que ça : je dirais même que c'est très très très agressif. Je trouve que ça ressemble à tout sauf à un acte d'amour.]

"Certains ont préféré faire croire que nous l'agressions et le rendions malade...
[Certes, ce n'est qu'une hypothèse qui pourrait être infirmée médicalement. Néanmoins, je le redis encore, comme je viens de le dire trois lignes plus haut avec une petite nuance : en réalité, ils ne l'ont pas "rendu" malade mais ils entretiennent voire contribuent à l'aggravation de sa maladie ; à moins que tout ce combat ne lui donne des forces jusqu'à ce qu'il soit mené à bien ? Qui sait ?...et après : en aura-t-il encore ? Le Seigneur le garde ! De longues et longues années...]

"Mais n'est ce pas du rôle de chacun ici bas, dans l'église comme ailleurs, de dire à ceux que l'on aime justement, qu'ils se trompent ?"
[Si, peut-être (ou peut-être pas) : mais a qui a été confié le troupeau du Christ que nous sommes ? De qui recevons-nous l'eucharistie, le Corps et le Sang du Christ qui réalise notre unité ensemble en tant que Corps et avec les autres églises orthodoxes ? L'évêque n'a-t-il pas un rôle prépondérant en ce qui concerne le gouvernement de l'Église ? Qui prétend qu'il est dans l'erreur ? Celui qui pense être dans ou détenir la vérité ? Celui qui se croit plus clairvoyant ? Qui seul rendra compte devant Christ de la conduite du troupeau qui lui a été confié ? Qui pense que l'évêque est perdu, désorienté, aveuglé, trompé, naïf, agit par intérêt personnel, ou que sais-je encore ?
Oui, il faut dire à son frère qu'il se trompe, si on le pense, en toute conscience. Mais il est inutile pour ce faire de l'accuser de mentir, de travestir la vérité, ou d'être partisan, lorsque ce frère est ton évêque qui met tout en œuvre pour trouver la meilleure solution, canonique et orthodoxe, pour l'avenir de son diocèse. Le lui dire "avec affection", justement, sans le traiter indirectement de menteur, de dissimulateur, de manipulateur ou de naïf. Le lui dire "avec affection" en lui reconnaissant le droit, en tant qu'évêque, d'avoir un avis différent, surtout lorsqu'il s'agit de l'avenir "canonique" de notre entité ecclésiale. Il est suffisamment alerté sur les dangers de Moscou : tout le monde entier est alerté, par les réseaux sociaux et les cyber-médias ! Lorsque l'évêque, que l'on aime et donc en qui nous avons confiance (car la confiance, la foi, l'obéissance sont indissociables de l'amour) considère que de s'engager dans une voie "d'attente à durée indéterminée" est dangereuse et inacceptable et que pour le moment, il n'y a que la proposition de "Moscou" qui est la plus aboutie (et pour cause : d'y avoir travaillé ! Ce qu'on lui reproche, par dessus le marché !) et la plus intéressante et concrète pour le moment, et qu'il est urgent de trouver une solution canonique : c'est un avis qui se respecte. On ne peut pas décemment reprocher à un évêque orthodoxe de chercher le plus rapidement possible (vu notre situation et la gravité exceptionnelle de la crise) une solution canonique à son église. Fut-elle Moscou, diabolisé.
Le travail est fait : toutes les options et les opinions se sont exprimées (cf. site de l'archevêché.eu), nos instances travaillent (où en sont les démarches concernant le PC ou la Roumanie, par exemple ? Nous n'avons de nouvelles que de Moscou : de tous les côtés, tous ne parlent que de ça, que ce soit les "pour" ou les "contre"). Nous avons des AG qui s'expriment et s'exprimeront. Tout ce haro n'était pas nécessaire, en particulier le discrédit qu'il jette sur notre archevêque, qui sur le plan personnel se serait sans doute bien passé de ce qui lui tombe dessus en terme de charge. Mais il est archevêque, et je pense que la gravité de la crise ne lui permet pas d'être naïf, ou aveuglé, ou manipulateur. Il l'a montré son courage et sa détermination, il a montré son esprit d'entreprise et d'initiative, et il se tient strictement dans les clous du Droit français et de nos Statuts. De plus, les négociation avec le PC sont "coriaces", ce qui prouve qu'il ne se laisse pas faire. Que demander de plus ?

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile