L'OLTR : Octobre 2018 - Préserver l’Eglise Orthodoxe d’Ukraine et sauver l’Eglise Orthodoxe
Préserver l’Eglise Orthodoxe d’Ukraine et sauver l’Eglise Orthodoxe

La crise que traverse, actuellement, le monde orthodoxe est très grave. Ce sont, surtout, deux conceptions fondamentalement différentes de l'organisation de l'Eglise qui s'opposent. D'une part, Le patriarcat de Constantinople revendique une juridiction universelle, un droit d'ingérence dans toutes les autres Eglises autocéphales, un pouvoir exclusif de décision (par exemple pour l'octroi de l'autocéphalie) qui s'imposerait à toute l'Eglise Orthodoxe.

Non sans raison, cette forme d'organisation est qualifiée de « papisme » oriental. D'autre part, suivant la conception traditionnelle de l'Eglise Orthodoxe, nous avons quinze églises autocéphales qui se reconnaissent mutuellement (c'est ce qui leur octroie la qualité d'être canonique).

Chacune est indépendante dans la conduite de sa vie ecclésiale, sur son territoire canonique et, toutes ensemble, elles sont également responsables de la vie de l'Eglise. C'est cette conception traditionnelle de l'Eglise Orthodoxe (avec un patriarche de Constantinople qui dispose d'une primauté d'honneur) que défend, entre autres, le patriarcat de Moscou.

Nous pouvons déplorer que la tension entre les patriarcats de Constantinople et de Moscou se soit accentuée après le rendez-vous manqué de Crête, où un consensus panorthodoxe n'a pas pu être trouvé. Des désaccords avaient subsisté à l'issue d'une phase préparatoire inachevée. La non-convergence sur la question de l'autocéphalie et de son octroi était justement un de ces désaccords. La crise s'est, alors, cristallisée dans le cas de l'Ukraine.

Dans ce contexte, des influences néfastes se sont opportunément emparées de cette crise pour l'exacerber et tenter de s'en servir pour leurs intérêts totalement étrangers à l'Eglise. Malheureusement, c'est, en premier, l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine qui souffre et qui subit cette situation. L'Eglise Orthodoxe d'Ukraine est la seule Eglise orthodoxe canonique en Ukraine. Elle est placée sous l'autorité spirituelle de Mgr Onuphre. L'Eglise Orthodoxe d'Ukraine a, comme héritage de son histoire, un lien spirituel inaliénable avec l'Eglise de Russie ; lien qui l'a préservée de tant d'actions hostiles et lien marqué par la vénération des saints ayant illuminé leur histoire commune depuis le baptême de la « Rouss ». Enfin, L'Ukraine est le territoire canonique incontestable de l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine, laquelle est autonome au sein de l'Eglise russe.

C'est un véritable danger qui plane sur l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine et, forcément, au-delà, sur toute l'Eglise Orthodoxe. Sans aucune concertation avec les Eglise sœurs, à l'insu de la seule Eglise canonique concernée et victime désignée de cet agissement inacceptable, le patriarche Bartholomée veut instaurer l'autocéphalie en Ukraine. Ceci pour tenter d'imposer l'autorité qu'il revendique et sa conception de l'organisation de l'Eglise.

Il ne peut y avoir d'autres motivations car cette autocéphalie n'est, en fait, réclamée que par le pouvoir politique temporel, à composante non orthodoxe, et par des mouvements schismatiques. Les deux sont ouvertement soutenus par des puissances étrangères. Ces dernières sont clairement animées par des préoccupations géostratégiques hostiles. Cette obstination est d'autant plus inopportune qu'il n'y a aucune structure apte à recevoir un éventuel Tomos d'autocéphalie, si ce n'est une entité schismatique ou bien une entité ecclésiale à créer sur le territoire canonique d'une autre Eglise canonique. Ces deux formules constitueraient un précédent grave dans la vie de l'Eglise tant la violation des règles canoniques élémentaires est flagrante. L'envoi d'exarques dont le rôle est incompréhensible et dont la présence n'est pas souhaitée par l'Eglise locale n'est qu'une illustration de ces très malencontreuses initiatives.

Tout le monde a pu constater que, depuis les manœuvres entreprises par le patriarcat de Constantinople, les lieux saints et le clergé de l'Eglise d'Ukraine sont ouvertement menacés, tant par le gouvernement que par des factions nationalistes ukrainiennes. La sécurité de l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine doit être confortée par le rejet ferme et unanime exprimé par toutes les autres Eglises, des dérives constantinopolitaines actuelles.

Tant qu'il en est encore temps, tant qu'aucune décision n'a encore été prise, l'OLTR exprime que seules, la voie conciliaire et la prière, peuvent sauver l'Eglise Orthodoxe d'une impasse sans précédent, aux conséquences dramatiques. Dans cette voie conciliaire, entre autres, les questions comme l'autocéphalie pourront trouver une réponse consensuelle. Nous sommes absolument convaincus que c'est la seule solution pour sauver l'Unité de notre Eglise.

Il faut préserver l'Eglise Orthodoxe d'Ukraine pour sauver l'Eglise Orthodoxe.

Gueorguy von ROSENSCHILD

Président de l'OLTR – octobre 2018

Site OLTR

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Octobre 2018 à 13:08 | 2 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Marie Genko le 05/10/2018 10:29
Merci beaucoup pour cette réflexion.
Elle souligne clairement les dangers auxquels nous expose la tentation de créer un nouveau diocèse du Patriarcat œcuménique en Ukraine..

2.Posté par OLTR - WEB-MASTER le 19/10/2018 18:29
Le texte est paru en russe. Accessible sur le lien ci-dessous.

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile