L’archimandrite  Gabriel (Bunge), moine grand schème  : sans s’exercer dans  la vie spirituelle celui qui étudie la théologie ne s’en pénètrera pas
Traduction Elena Tastevin

De la prière, de la lecture des Saintes Ecritures, de l’étude de la théologie dans les universités et impressions des Pâques en URSS en 1968

Père Gabriel, qu’est-ce que vous apprécier le plus dans la communication avec une autre personne ?

Cela dépend de la profondeur de notre communication. Lorsque des personnes trouvent une langue commune c’est bien. Le plus précieux est de déceler l’image de Dieu dans l’interlocuteur. Nous sommes tous créés à l’image de Dieu, de Jésus. Si nous Le trouvons dans autrui c’est le plus précieux, c’est le fondement d’une vraie amitié. Il ne s’agit pas d’une simple sympathie humaine mais de la perception de l’autre comme étant l’image de Dieu.

- Avec quelle fréquence lisez-vous les Saintes Ecritures ?

- J’ai commencé à lire les Saintes Ecritures très tôt, bien avant de quitter le monde, il m’était devenu naturel de lire la Bible quotidiennement au cours des offices et dans ma cellule. Je suis moine depuis 50 ans. Je me remémore de plusieurs textes, je les médite et cela me permet de révéler un sens plus profond que celui que l’on perçoit à la lecture. On peut lire le même texte 100 et 1000 fois et puis un jour y découvrir une profondeur nouvelle et un sens nouveau. Les Saintes Ecritures ressemblent à un puits insondable.

L’archimandrite  Gabriel (Bunge), moine grand schème  : sans s’exercer dans  la vie spirituelle celui qui étudie la théologie ne s’en pénètrera pas
- On dit qu’il faut lire les Saintes Ecritures avec une certaine disposition. Est-ce la bonne attitude ?

- Bien sûr ! Selon certains pères, il convient de lire l’Evangile agenouillé. On ne peut pas le lire comme un texte ordinaire. Si l’on aborde la Bible comme un livre ordinaire on passera à coté de la Révélation.

- En quoi consiste une telle disposition ? Comment l’expliquer à un néophyte ?

- Il s’agit plutôt du désir d’entendre la Parole Divine que d’une curiosité intellectuelle. L’étude des textes bibliques est importante dans le cadre d’une formation philologique. Mais à un moment donné il faut mettre tout cela de côté et percevoir la Parole de Dieu telle quelle. La Bible s’explique de par elle-même. On dit que la lumière n’a pas besoin d’une autre lumière pour être la lumière.

- Selon notre tradition ecclésiastique la théologie a toujours été la vocation de ceux qui avaient une expérience de communication avec Dieu ainsi que de prière. Et que doivent alors faire de nos jours les étudiants en théologie? Les programmes et l’emploi du temps ne prévoient pas explicitement qu’ils aient un père spirituel qui puisse leur transmettre son expérience.

- La personne qui étudie la théologie sans s’exercer dans la vie spirituelle n’y comprendra pas grand chose. En Occident il y a des professeurs de théologie et même des prêtres qui ne croient pas en Dieu. Ils perçoivent leur mission comme un travail, une façon de gagner leur vie. Cela semble incroyable mais j’en ai des témoignages. Dieu merci, je n’ai pas rencontré ce genre de personnes moi-même mais certains de mes amis et des évêques connaissent des prêtres qui ont perdu la foi et officient pour vivre et pourvoir aux besoins de leurs familles. C’est la fin de tout.

Pour l’éviter il nous faut étudier les saints pères. Ils étaient très instruits sur le plan laïc. Ils connaissaient la rhétorique, la philosophie, la littérature et les langues. Ces connaissances leurs étaient utiles. Les saints pères menaient une vie profondément spirituelle.

Les connaissances ne sont pas un gage de la perception correcte des Ecritures. A quelle fin utiliser les connaissances ? La théologie des ariens était fondée dans son intégralité sur la Bible. En tentant Jésus, Satan citait les Saintes Ecritures. Il connaissait les textes, il les citait sans chercher à pénétrer leur sens ceci pour les altérer, pour les fausser. La meilleure façon d’altérer les Saintes Ecritures consiste à ne citer que d’une tronquée.

- Est-ce que l’on peut apprendre à prier ? D’une part il faut l’apprendre, et de l’autre la prière est un don de Dieu. Cela veut dire que l’on ne peut pas l’acquérir délibérément.

- Selon les écrits sur la prière d’Evagre le Pontique, Dieu confère la prière à celui qui le Lui demande. Si l’homme ne le demande pas il ne l’aura pas. Le meilleur apprentissage de la prière est la prière elle-même.

- Vous êtes moine depuis 50 ans et ermite depuis 32 ans. Aujourd’hui vous voilà en Russie, à Moscou. Quelles sont vos impressions ?


- Je constate un changement inouï dans la société.Je connais l’église au nom de la Vierge « La joie de tous les affligés » rue Bolchaïa Ordinka depuis 1968. A l’époque l’église était bondée. Les fidèles étaient entassés comme des sardines dans une boîte. Cette année-là, jeune moine, j’y ai fêté les Pâques. Il était impossible d’y entrer à cause de la foule, j’ai été obligé de sortir. Au cours de la procession une quinzaine de houligans ivres s’en sont pris aux croyants en les offensant. La procession courait pour ainsi dire au galop autour de l’église.

Ces dernières années je viens de plus en plus souvent à Moscou, dans cette église et je vois qu’elle renaît. Dans la semaine, elle est pleine de fidèles. La nuit des Pâques la circulation est arrêtée pour laisser passer la procession.

Les églises et les monastères restaurés sont le symbole de la renaissance de la Russie. Ils sont actuellement dispersés sur la carte mais ils montrent que les Russes peuvent beaucoup lorsqu’ils le veulent. Les monastères sont en Russie d’une taille considérable. Nous croyons que le sang des nouveaux martyrs est la semence de l’Eglise Russe renaissante.

Je pense que ces lieux deviendront de plus en plus nombreux et que par la société se reconstruira. La guérison est nécessaire parce que ce ne sont pas seulement les bâtiments qui ont été détruits mais aussi, et surtout, les bases morales. Je ne serais pas étonné d’apprendre que les houligans des années 60 soient aujourd’hui devenus croyants.

Tatianine Den'
Схиархимандрит Габриэль (Бунге): Человек, который изучает богословие, без духовной жизни не поймет ничего
...........................
"PO" Hiéromoine Gabriel (Bunge): La réconciliation des Eglises, une vision personnelle

Le frère bénedictin Gabriel (Bunge) reçu dans l'Eglise orthodoxe


Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 22 Novembre 2012 à 16:37 | 4 commentaires | Permalien



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile