L'église ukrainienne schismatique: Philarète a perdu la bataille, mais il espère gagner la guerre?!
Philarète Denisenko, le "patriarche honoraire" ou "grand-père" de l’église ukrainienne [schismatique], comme l'a surnommé Mgr Daniel (Zelinsky), archevêque phanariote, a annoncé la renaissance de l'Église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kiev (schismatique). De plus, il a dit en langage clair que cela se ferait en rompant avec l’église ukrainienne autocéphale d’Epiphane.

Pour réaliser ses projets, il a convoqué l'"épiscopat" dans sa cathédrale Saint-Vladimir les 13 et 14 mai pour une "conversation amicale". Cependant, seuls 4 des 60 "évêques" ont rejoint ses bannières.

Un échec ? Oui, peut-être, mais pas pour Philarète. Au lendemain de cette "conversation amicale", le service de presse du "patriarcat de l’église ukrainienne" schismatique a publié un discours de Philarète à tout le troupeau ukrainien, puis le "grand-père" de l'OCU l'a annoncé lors d'une conférence de presse. Analysons les messages clés de ce document.

D'abord : Le Patriarcat de Kiev était, est et sera !

Une citation du discours:

1. "Le patriarcat de Kiev (sic) n'a pas besoin d'être restauré, car il était, est et sera.

2. Le patriarche Philarète reste le hiérarque actuel. Il a sa propre éparchie - Kiev, il est membre permanent du Saint Synode. Donc s'il y a un patriarche actuel, il y a un patriarcat de Kiev.

3. L ’église ukrainienne [schismatique] du patriarcat de Kiev reste enregistrée auprès des organes de l'Etat. En particulier, le patriarcat de Kiev est enregistré. Cela signifie que légalement le patriarcat de Kiev continue d'exister."
Selon les décisions du patriarcat de Constantinople et le statut de l’église ukrainienne [schismatique], Philarète est un "patriarche" par intérim, mais pas un "patriarche" agissant, il est un "patriarche honoraire". Mgr Daniel (Zelinsky) a décrit ce titre comme une sorte de "bibelot" pour qu'une personne âgée puisse s'amuser dans sa vieillesse. Et il n'a pas son éparchie. Selon les statuts de l' l’église ukrainienne [schismatique] il ne gère actuellement que deux monastères de Kiev. Toutefois, selon le statut de l’église ukrainienne du « patriarcat de Kiev », c'est-à-dire une organisation religieuse enregistrée qui n'est pas au stade de la liquidation, Philarète est le chef de cette église ( sic) et en est le "patriarche" actuel.

Le discours de Philarète explique comment le patriarcat de Kiev, liquidé lors du "Concile d'unification" du 15 décembre 2018, est soudainement redevenu actif. Et cette explication nous montre le deuxième message du document.
Deuxièmement : Nous avons menti, nous mentons et nous mentirons.

Tout ce qui se passe est un terrible déjà vu. Rappelons comment Philarète Denisenko, lors du Conseil épiscopal de Moscou au début du mois d'avril 1992, a juré sous serment devant la Croix et l'Evangile (un enregistrement audio pertinent peut être trouvé sur Internet) qu'il quittera le poste de chef de l'église orthodoxe ukrainienne. Mais à son arrivée à Kiev, il convoqua une conférence de presse le 14 avril 1992, au cours de laquelle il déclara qu'il n'irait nulle part, tandis que le serment de son évêque était prononcé "pour des raisons diplomatiques".

De même, aujourd'hui, Philarète ne nie pas que le patriarcat de Kiev s'est dissous lui-même, ne nie pas qu'il a refusé d'être le chef de l’église ukrainienne [schismatique] autocéphale, ne nie pas qu'il a accepté le statut de métropolite au lieu de patriarche, mais prétend que cela a été fait une manière "conjoncturelle".

Une citation du discours:

"Notre refus du statut de patriarche était purement conjoncturel."
Par conséquent, du point de vue du "patriarche d'honneur", tout mensonge et faux, toute fraude peut être justifiée par la situation. Le discours indique directement que le consentement à la dissolution du patriarcat de Kiev et au retrait de Philarète de la direction n'était rien de plus qu'une tentative de saisir frauduleusement le Tomos et de se moquer du patriarche Bartholomée de Constantinople.

Le patriarcat de Kiev remplissait officiellement les conditions du patriarche Bartholomée.

Une citation du discours:
"Pourquoi le Patriarche œcuménique a-t-il exigé de refuser le statut de patriarcat ? Parce que l'Eglise orthodoxe ukrainienne en statut de patriarcat ne peut faire partie du patriarcat de Constantinople. Mais il était nécessaire que l'église orthodoxe ukrainienne autocéphale [schismatique] fasse théoriquement partie du patriarcat de Constantinople.

Qu'est-ce qu'on devait faire ? Refuser de faire théoriquement partie du patriarcat de Constantinople ? Le patriarche œcuménique n'aurait alors pas le droit canonique d'accorder partiellement le Tomos. Pour obtenir le Tomos, il faut d'abord devenir la métropole de Kiev au sein du patriarcat de Constantinople. C'est pourquoi le patriarche œcuménique demanda et posa comme condition que je ne présente pas ma candidature au poste de Primat, tandis que le métropolite Emmanuel, président du Concile, - que je ne porte pas l'insigne patriarcal au Concile."
"Notre refus du statut de Patriarcat était purement conjoncturel."

Extrait du discours de Philarète Denisenko
Le "grand-père de « l’église orthodoxe ukrainienne" explique aussi ses actions frauduleuses. Quoi Phanariotes, vous voulez qu'on renonce au statut de patriarche ? Ok - tout ce que vous voulez !

Une citation du discours:
"Pour la convocation du Concile et l'octroi du Tomos, le « patriarche » Philarète devait remplir les conditions suivantes : ne pas présenter sa candidature au poste de Primat. Pourquoi ? Parce que l'Eglise orthodoxe ukrainienne ne serait reconnue par l'église autocéphale qu'en tant que métropolite, et non en tant que patriarcat."
Voulez-vous que le patriarcat de Kiev soit liquidé ? Tenez, voilà !

Une citation du discours:
"La deuxième condition de la part du patriarche œcuménique est la signature des évêques sur la dissolution du patriarcat de Kiev."
Nous ferons tout, donnez-nous juste le Tomos !

Une citation du discours:
"Que devait faire le patriarche Philarète dans ces conditions ? Refuser au nom de la gestion de l'église ou accepter d'être humilié afin d'obtenir le Tomos. Le patriarche Philarète a choisi l'humiliation. Par conséquent, nous avons le Tomos de notre autocéphalie."
Philarète et le patriarcat de Kiev ont formellement rempli toutes les conditions, mais en réalité c'était une tromperie consciente, un mensonge délibéré. Philarète savait bien que tout cela n'était pas valable.

Une citation du discours:
"Seul le Concile local de l'Église, convoqué par le « patriarcat de Kiev », peut annuler la décision sur la création du patriarcat de Kiev. Ce Concile n'existait pas. Cela signifie que le patriarcat de Kiev reste, il continue à fonctionner, d'autant plus qu'il est enregistré auprès des organes de l'Etat. On peut objecter que le 15 décembre 2018, nous avons refusé le statut de patriarcat au Concile local de la cathédrale Sainte-Sophie. Oui ! Au Concile local, mais ce Concile n'était pas le Concile de l'église autocéphale ukrainienne, mais le Concile de la métropole de Kiev du patriarcat de Constantinople."....SUITE Orthodoxologie Claude LOPEZ-GINISTY
L'église ukrainienne schismatique: Philarète a perdu la bataille, mais il espère gagner la guerre?!

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Mai 2019 à 13:49 | 13 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir G: scission puissance 2 ? En rire ou en pleurer ? le 21/05/2019 14:40
scission puissance 2 ? En rire ou en pleurer ?

D'après bbc.com, sur le 4 évêques présents le 14 mai, un seul venait Ukraine (l'évêque de Crimée!), les trois autres ayant leurs sièges en Russie (!). Mais pendant l'office, le métropolite Épiphane a été commémoré parmi les autres primats, comme primat de l'Église d'Ukraine...

D’après https://ukraina.ru/exclusive/20190512/1023562397.html, les prémices du conflit sont apparus dès le lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, quand il fut clair que Porochenko allait perdre. Deux "métropolite" dont l'un des présents le 14 mai, s'étaient élevés le 2 avril contre la direction de la pseudo "Église d'Ukraine" et contre l'éviction du pseudo-patriarche. L'accalmie d'un mois qui suivit avait laissé penser que cette opposition allait se calmer après la défaite finale de leur champion (Porochenko s'était prononcé pour Épiphane lors du "concile d'unification") mais cette nouvelle offensive, menée par le pseudo-patriarche en personne, montre qu'il n'en est rien ...

À suivre

https://www.bbc.com/ukrainian/news-russian-48259494

2.Posté par Gueorguy le 21/05/2019 15:06
Ceci ressemble fort à un nouvel acte du cirque de Kiev. Denissenko fait semblant de rompre (ou bien on s'arrange pour le marginaliser) avec la structure d'Epiphane. En fait, l'objectif recherché est probablement de faire croire aux Eglises orthodoxes qui refusent, à juste titre, de la reconnaitre que Epiphane, c'est autre chose que Philarète. Bref, on recherche une "honorabilité" pour le premier en sacrifiant le second... Mais qui espèrent-ils leurrer?

3.Posté par Guillaume le 21/05/2019 15:21
J'en pleure cher Vladimir G car pendant ce temps l'Eglise est persécutée.
Ce triste épisode montre l'échec d’Istanbul et un évêque ayant rejoint la structure stambouliote le regrette maintenant.
https://orthodoxologie.blogspot.com/2019/05/eveque-transfuge-drabinko-si-javais.html

XB

4.Posté par Vladimir G: UN (PETIT) ESPOIR D'AMÉLIORATION? le 22/05/2019 10:21
Ukraine : Zelensky pourrait changer les rapports avec l'orthodoxie russe
21 Mai, 2019
Provenance: fsspx.news

Largement élu à la tête de l’Ukraine avec 73% des voix, le 21 avril 2019, Volodymyr Zelensky incarne la rupture avec son prédécesseur, Petro Porochenko. Humoriste, comédien de cabaret, animateur d’émissions télévisées, Volodymyr Zelensky s’est, à de nombreuses reprises, moqué des efforts du président sortant de créer une Eglise orthodoxe nationale ukrainienne, au détriment de l’Eglise rattachée au patriarcat de Moscou.

Lors de la campagne présidentielle, le futur vainqueur des élections s’est gaussé en particulier du tomos (décret) d’autocéphalie obtenu du patriarche de Constantinople, Bartholomée. Dans ses émissions, il remplaçait ainsi systématiquement le mot « tomos » par « thermos » (bouteille Thermos) suscitant l’hilarité des spectateurs.

Dès le 22 avril, le patriarche orthodoxe russe Cyrille de Moscou a exprimé « l’espoir de voir la fin des persécutions contre l’Eglise canonique » rattachée à Moscou. Si le nouveau président n’est pas un russophile déclaré, il n’est pas en tout cas l’ennemi officiel que fut son prédécesseur.

Le métropolite Onuphre, chef de l’Eglise orthodoxe dépendante du patriarcat de Moscou, n’a pas manqué également de féliciter le nouveau président pour son élection. Il l’a assuré de son soutien sans conditions pour le « renforcement des valeurs spirituelles et morales de la société ukrainienne ». Il s’est dit « persuadé que Zelensky garantira la non-ingérence de l’Etat dans les affaires des Eglises », ainsi que « la liberté de religion pour les fidèles de toutes les confessions ».

Né dans une famille juive, Zelensky a de nombreuses affinités avec la culture russe. Enfant, il a vécu en Mongolie où son père avait été affecté comme informaticien par le pouvoir soviétique. De retour en Ukraine, il a obtenu son baccalauréat et fait des études de droit avant de devenir comédien. Avec la troupe qu’il a fondée, il a vécu cinq ans à Moscou effectuant de nombreuses tournées dans la Fédération de Russie. En Ukraine depuis 2006, il y est devenu une vedette de la télévision, amassant une solide fortune personnelle.

Sans donner d’éléments concrets sur ses intentions et son programme politique, il a obtenu la confiance de la population surtout en promettant de lutter contre la corruption qui gangrène le pays et en dénonçant la dérive autoritaire du président Porochenko.

Du côté de l’Eglise orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kiev, l’élection de Zelensky n’a pas suscité de réaction officielle. L’Eglise gréco-catholique n’a pas davantage réagi.

Toutes ces divergences et oppositions entre Eglises orthodoxes autocéphales montrent à l’évidence que le dialogue œcuménique avec l’orthodoxie, promu par Vatican II, est plus que difficile. En effet, il n’y a pas une orthodoxie mais des orthodoxies rivales, tout comme il n’y a pas un protestantisme mais de multiples protestantismes très différents entre eux.

https://fsspx.news/fr/ukraine-zelensky-pourrait-changer-les-rapports-avec-orthodoxie-russe-47819

Pour le patriarche de Moscou, l'élection de Zelensky est une chance pour l'Ukraine
24.04.2019 par Maurice Page

Le patriarche orthodoxe russe Cyrille de Moscou place de grands espoirs dans le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky, élu à une très forte majorité le 21 avril 2019. Le patriarche a exprimé "l'espoir de voir la fin des persécutions contre l'Eglise canonique" rattachée à Moscou.

https://www.cath.ch/newsf/pour-le-patriarche-de-moscou-lelection-de-zelensky-est-une-chance-pour-lukraine/

5.Posté par Didier Veillat le 22/05/2019 10:29
C'est beau, la prestidigitation. Seuls les enfants croient qu'il n'y a pas de truc, qu'il ne s'agit pas d'un tour de passe-passe. J'aime beaucoup la seconde photographie et la belle allure du Métropolite phanariote, par ailleurs président de l'AEOF... Il s'agit vraiment d'attirer l'ouest de l'Ukraine vers l'Ouest tout court. Quitte à mentir et à briser l'Eglise légitime! Tous les moyens sont bons en politique.
Merci à Guillaume pour le lien dont le contenu est édifiant et effrayant.
Il n'y a pas grand chose à rajouter...

6.Posté par père Joachim le 22/05/2019 12:22
Ah ! j'aime bien l'humour du nouveau Président , qui parle de "Thermos" en guise de "Tomo" à condition qu'on puisse y trouver un bon café chaud et si possible sans marc au fond.
J'en viens à regretter qu'on ne soit pas tous parti en Mongolie.

Au moins:
Zelensky nous change de " ces faces de maudits" qu'on trouve dans nos rangs ! ...

7.Posté par Gueorguy le 22/05/2019 22:28
@4 - Vladimir

Si le présent blog autorise cette distraction, je propose de regarder le sketche dont je donne le lien ci-dessous.

Je comprends le côte délicat de la situation mais sincèrement il peut être exceptionnellement autorisé de rire. Le sketche est en russe.

8.Posté par Vladimir G: le 23/05/2019 11:22
Merci Georges! Excellent le nouveau président!!!

9.Posté par Vladimir G: LEn Ukraine, Volodymyr Zelensky hérite du dossier brûlant orthodoxe le 23/05/2019 18:48
Alors que Petro Porochenko se voulait héros de l’indépendance de l’Église orthodoxe de son pays, l’ancien chef d’État ukrainien a dû s’incliner face à son opposant Volodymyr Zelensky le 21 avril.

Une victoire de la star de télévision ukrainienne qui pourrait potentiellement rebattre les cartes dans un paysage orthodoxe très fracturé.

Constance Vilanova, le 24/04/2019 à 06:58

Celui qui avait comparé le « tomos » (1) à un « thermos » pendant un sketch diffusé à la télévision ukrainienne le soir du réveillon ne pourra plus plaisanter au sujet de l’orthodoxie. Le 21 avril, le comédien Volodymyr Zelensky est devenu président de l’Ukraine en infligeant à son prédécesseur Petro Porochenko une défaite cuisante. L’ancien comédien récupère donc le dossier orthodoxe, question brûlante s’il en est.

L’ex chef d’État ukrainien avait fait de la création d’une nouvelle Église orthodoxe le fer de lance de sa campagne fondée sur la souveraineté nationale contre l’ingérence russe. Plus que jamais l’affrontement entre l’Ukraine et la Russie s’était alors transporté dans la sphère religieuse.

Pour rappel, en avril 2018, Petro Porochenko se tourne vers le patriarche de Constantinople, Bartholoméos, plus haute autorité dans l’Église orthodoxe mondiale, pour lui demander d’unifier sous son autorité l’ensemble des Églises du pays en une Église canonique et « autocéphale », c’est-à-dire indépendante. Son objectif : se libérer de la tutelle russe. Le 5 janvier dernier, Bartholomeos accorde le « tomos ». Une décision qui provoque l’ire du Patriarcat de Moscou, auparavant détenteur de la seule Église reconnue canoniquement sur le territoire.

Erreur de diagnostic pour Porochenko

Le candidat Volodymyr Zelensky avait tardé à s’exprimer sur la question orthodoxe tandis que Petro Porochenko avait fait des mots « armée, langue, foi » son slogan de campagne, pour saluer avec ferveur, le 6 janvier, la nomination à la tête de la nouvelle Église ukrainienne du métropolite Iepifani. Après des mois de silence, le 19 avril, pendant un débat diffusé à la télévision, le comédien candidat félicite « les nombreuses réussites » de son opposant en lançant, acide : « Pour le tomos, c’est une victoire pour l’Ukraine, mais il me semble que cette victoire est avant tout celle de Filaret (à la tête de l’ancien Patriarcat de Kiev non reconnu, aujourd’hui fusionné dans la nouvelle Église NDLR), qui a lutté pour l’Église ukrainienne bien avant que vous ne soyez président. En ces temps où vous étiez un paroissien du Patriarcat de Moscou ».

Selon Nicolas Kazarian, chercheur associé à l’Iris, en charge de l’Observatoire géopolitique du religieux, cette défaite nette de Petro Porochenko révèle une erreur stratégique : « Si Porochenko voulait s’approprier l’épisode « tomos » pour se donner un caractère historique, il a perdu. Faire appel aux symboles identitaires, reconstituer une grande histoire nationale sur la base religieuse : sa communication est le fruit d’un mauvais diagnostic dans une Ukraine beaucoup plus sécularisée que ce qu’il ne pensait », décrypte-t-il.

Moscou fait appel à la liberté religieuse pour se maintenir

De son côté, le Patriarcat de Moscou appelle surtout « à faire la promotion de la liberté religieuse en Ukraine pour se garantir une existence. Il veut mettre fin à la domination de cette nouvelle église ukrainienne qui risque d’avaler tout le monde », souligne Nicolas Kazarian.

Une revendication dont s’est emparé le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département pour les relations extérieures du Patriarcat de Moscou. Dans une interview donnée le 13 avril au site de l’Église orthodoxe Russe, il avait déclaré : « « Si Porochenko reste au pouvoir, on peut s’attendre à des persécutions continues contre des millions de croyants orthodoxes en Ukraine. Si l’élection est remportée par un homme qui n’a aucun lien avec l’Église et qui, même dans l’un de ses programmes, se moque du "tomos" en le comparant au thermos, on peut espérer que la persécution contre l’Église s’arrêtera et que l’accord interconfessionnel sera rétabli en Ukraine. » Une distance avec l’Église pour le premier président juif du pays, dont les enfants sont baptisés orthodoxes.

Autre exemple du changement de stratégie moscovite, le Métropolite Onuphre, primat de l’Église orthodoxe ukrainienne rattachée à Moscou, s’est félicité de la victoire du nouveau président en se disant convaincu que son mandat « sera le garant du principe de non-ingérence de l'État dans les affaires de l'Église, ainsi que des droits et des libertés de tous les croyants ».

(1) décret garantissant le caractère canonique de l’Église

10.Posté par justine le 26/05/2019 20:24
Toute cette histoire des schismatiques ukrainiens avec leur parrain Bartholomee est et sera une farce du debut a la fin. Malheureusement elle est aux frais de la Tres Sainte Eglise.

11.Posté par УПЦ КП не признает свою ликвидацию le 06/06/2019 09:38
Поместный собор в декабре 2018 года, на котором патриарх Филарет поддержал решение о ликвидации УПЦ КП, не имеет юридической силы, заявили в церкви.

В Украинской православной церкви Киевского патриархата заявили, что проведенный 15 декабря 2018 года поместный собор являлся ситуативным собранием, решения которого не имеют юридической силы. Об этом говорится в заявлении УПЦ КП, опубликованном 5 июня.

Таким образом в УПЦ КП отреагировали на видео, на котором почетный патриарх Филарет подписывает документ о ликвидации Киевского патриархата.
"Собрание, которое было 15 декабря 2018 года в храме святого благоверного князя Ярослава Мудрого (Теплой Софии), не является поместным собором УПЦ КП, а является ситуативным собранием делегатов УПЦ КП перед объединительным собором, которое по требованию для участия в объединительном соборе со стороны представителей Вселенского патриархата приняло формальный, ситуативный документ, не имеющий юридической силы", – говорится в сообщении.

В пресс-службе церкви отметили, что проведение собора сопровождалось рядом нарушений, а значит "не может называться поместным собором и нести ту же властную силу".

"Принятие решения о ликвидации или продолжении существования Киевского патриархата имеет исключительное право действительный поместный собор Украинской православной церкви Киевского патриархата. Сформированный и проведенный согласно уставу УПЦ КП, который и создал эту церковь. Такого поместного собора не было, а значит Киевский патриархат продолжает существовать, тем более, что он зарегистрирован в государственных органах", – указали в УПЦ КП.

Филарет заявил, что пошел на унижение ради Томоса


12.Posté par Epiphany: My visit to Phanar was not announced in advance le 12/06/2019 19:15
Epiphany: My visit to Phanar was not announced in advance

Speaking to Archbishop Ieronymos and Phanar hierarchs, Epiphany said that his visit to Istanbul had not been announced in advance.

Speaking at Phanar on June 10, the head of the OCU Epiphany Dumenko said in his welcoming speech in honor of Patriarch Bartholomew that his visit to Istanbul to celebrate the namesday of the head of the Church of Constantinople had not been planned and announced in advance.

“My visit to Constantinople, although it was not planned and not announced in advance, was determined by the intention to once again express gratitude on behalf of the Orthodox Church of Ukraine and mine personally for all the good deeds of your holiness for the pious Ukrainian people,” Epiphany said.

The head of the OCU pronounced this, having previously turned to the head of the Greek Orthodox Church, Archbishop Ieronymos.

It was the meeting of Epiphany with Archbishop Ieronymos that became the main intrigue of the celebration at Phanar, since Epiphany had repeatedly declared that the OCU would be recognized by the Hellas Church soon.

A number of Ukrainian media have spread information about the service of Archbishop Ieronymos with Epiphany, which would mean recognition of Dumenko as bishop. Archpriest Nikolai Danilevich, a spokesman of the UOC, wrote about this meeting: “Everyone in the Church is agitated by the fact of joint presence at the vespers in Istanbul of Archbishop Ieronymos of Athens with the head of the breakaway OCU on the occasion of the Angel day of Patriarch Bartholomew. Definitely, there is nothing good about it.”

However, the Primate of the Church of Hellas did not stay in Istanbul at the festive liturgy, which took place on June 11, and suddenly flew to Athens immediately after the meeting on June 10.

Epiphany Dumenko’s admitting his impromptu visit may mean that the meeting with him at Phanar was a “bolt from the blue” for Archbishop Ieronymos.


13.Posté par Guillaume le 18/06/2019 14:09
Nouvelle épisode. Lors d'une célébration de la pseudo "église d'Ukraine", auquel a participé, on ne sait comment un clerc de "l'église du Monténégro" et a piégé le métropolite Emmanuel.
Bref la série noire phanariote continue.
https://orthodoxie.com/le-metropolite-de-france-emmanuel-patriarcat-oecumenique-ignorait-que-lun-de-ses-concelebrants-a-kiev-appartenait-a-la-soi-disant-eglise-du-montenegro/

14.Posté par Vladimir G: Est-ce bien certain? le 18/06/2019 15:09
"et a piégé le métropolite Emmanuel." Est-ce bien certain? Ne serions nous pas toujours dans le jeu destructeur de Constantinople suivant ses mentors d'outre-Atlantique? L'Église schismatique du Monténégro demande sa séparation du patriarcat de Serbie... Constantinople ne serait-il pas enclin à y accéder et cette rencontre "fortuite" ne serait-elle pas un premier pas dans cette direction?

15.Posté par Guillaume le 19/06/2019 08:57
C'est ce qu'affirme le bureau de presse stambouliote. Je suis certains que tout cela est fait sciemment par le phanar. Un clerc qui comme par hasard se trouve à cette célébration alors que le contact est "officiellement" rompu! Il y a anguilles sous roches.

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile