L’orthodoxie, comme la sainte Trinité est une et indivisible
Le père Basile Pasquier, hégoumène du monastère orthodoxe de Tchéboksary, a accordé une interview à Pravda.ru.

L’itinéraire du père Basile est surprenant : né en France, dans une famille catholique, c’est dans l’orthodoxie et en Russie que s’est réalisée sa vocation. Le père Basile s’engage pour Église du Christ une : « L’orthodoxie doit devenir universelle et une»

Vers l’orthodoxie!

— Vous êtes né catholique et êtes devenu hégoumène du monastère orthodoxe de Tchéboksary, la capitale de la république de Tchouvachie. Comment cela est-il arrivé ? Racontez-nous votre vie et vos recherches spirituelles.

— L’homme ne choisit pas son lieu de naissance, il naît là où Dieu a voulu qu’il naisse. Je suis né en Vendée, à l’ouest de la France, dans une famille catholique. Il m’importait peu d’être catholique ou non, j’étais chrétien. Et j’ai été élevé chrétien dans une famille chrétienne, simplement le catholicisme était la religion dominante dans l’ouest de la France, et j’ignorais tout de l’orthodoxie.

À Paris il m’arrivait de regarder avec curiosité les dômes doré des églises orthodoxes, mais je n’y entrais pas, parce que je ne m’y sentais pas appelé. Aujourd’hui lorsque l’on parle des deux branches d’une Église une, on oublie de préciser que l’Église a été une durant de nombreux siècles, jusqu’au grand schisme.
Il faut revenir à cette Église une, une en Christ, à la confession originelle du Christ pour apprécier justement l’Église et la rendre authentiquement Universelle.


L’orthodoxie, comme la sainte Trinité est une et indivisible
Je n’ai pas choisi mon lieu de naissance, je n’ai pas choisi ma famille, mais je pense que Dieu m’a appelé, Il a porté un regard favorable sur moi. Les gens que j’ai rencontrés au cours de mes pérégrinations sont membres d’une communauté importante dans les années 1963 – 1970. Il y avait alors beaucoup de communautés de jeunes orthodoxes qui cherchaient à revenir aux sources du christianisme primitif, à la renaissance, au renouveau de l’Église, et cela me plaisait.

Tout cela était original : pour les prières nous utilisions le rite orthodoxe oriental. Notre supérieur avait fait ses études en Grèce, y avait passé sa jeunesse et il voulait vraiment créer une communauté qui serait un pont entre l’Occident et l’Orient. Nous nous sommes assez rapidement rendu compte que c’était impossible.

Nombreux étaient ceux qui voulaient devenir orthodoxes, mais très rapidement notre groupe social a connu une crise interne. Nous avons même senti une certaine menace de la part des autorités ecclésiastiques : notre prêtre a même été interdit d’officier, il a fait l’objet de pressions pour qu’il revienne à l’ordo du rite latin.

Et nous voyions que, bien que nous soyons moines, on nous considérait comme des gens qui avaient franchi un certain pont. Prenant conscience que nous partagions en quelque sorte la foi orthodoxe, nous nous considérions comme initiés à cette approche juste des offices et des textes sacrés, nous n’avions plus besoin du rite latin.

Notre monastère se trouvait en Terre Sainte, près de Jérusalem, nous étions sous l’autorité de l’Église melchite, proche des Arabes. Le patriarche local nous accueillit à bras ouverts, et nous qui venions de France sommes restés 20 ans en Terre Sainte, jusqu’à ce que les franciscains nous en chassèrent alors que nous avions avec eux signé un bail de 90 ans.

L’orthodoxie, comme la sainte Trinité est une et indivisible
Au début des années 90 nous avons reçu la visite de hiéromoines du Mont Athos. L’un d’eux, le père Iéronime, qui avait passé plusieurs années à la Laure des Grottes de Pskov, puis sur la Sainte Montagne, resta à Jérusalem deux ou trois années. C’est ce père Iéronime qui m’a amené à l’orthodoxie et qui, ensuite, m’a pour ainsi dire tenu sur les fonts baptismaux. Tous les Russes de mon entourage à Jérusalem me disaient : « Père Basile, il faut que tu ailles en Russie, la Russie est faite pour toi, la Russie a besoin de toi. » Et moi je répondais : « Mais vous, vous l’avez quittée, pourquoi donc ? » Et ils me répondaient : « Non, non, tu dois absolument aller en Russie, on y a besoin de toi. »

En Russie, à cette époque, c’était le chaos. C’était risqué de se rendre en Russie. Mais petit à petit je me rendais compte que c’était ce qu’il me fallait, que je devais aller en Russie. J’ai décidé de rendre visite à l’évêque de Tcheboksary pour Pâques 1993.

Quand je suis arrivé à Moscou, le hiéromoine, par la suite évêque, Tikhon avait pris la décision de restaurer la maison de ville de la Laure des Grottes de Pskov. Je me suis mis à l’aider et nous sommes devenus amis, ce qui m’a ouvert le monde dans lequel je vis aujourd’hui. Je suis devenu ami d’Olessia Nikolaeva, du père Vladimir Viguiliansky et de tout le monde orthodoxe traditionnel qui me convenait beaucoup mieux. Ensuite je suis allé à Pskov.

L’orthodoxie, comme la sainte Trinité est une et indivisible
L’Église une du Christ

— Que pensez-vous de la rencontre des mondes catholique et orthodoxe à Cuba ?

— Ça ne me perturbe absolument pas parce que j’ai ma propre vision de l’Église. L’Église une, c’est l’Église de Christ. Je suis convaincu que c’est dans le monde orthodoxe que se réalise la plénitude de la vie ecclésiale. Il y a beaucoup de gens qui pourraient devenir orthodoxes, mais pour cela je pense qu’on doit leur donner une chance et c’est dans le dialogue qu’elle se trouve. Je ne vois dans cette rencontre aucun œcuménisme. Il ne mène à rien, il ne peut pas être un pont. Je pense que l’orthodoxie doit devenir catholique, c’est-à-dire universelle et une. Elle est comme la Sainte Trinité une et indivisible, et à sa tête est le Christ.

Si vous confessez cette vérité, rien ni personne ne peut vous détourner de cette voie de vérité ou vous faire douter. Il est indispensable que les catholiques s’engagent sur la voie que j’ai suivie et reconnaissent pleinement le Christ, comme je l’ai reconnu dans l’Église orthodoxe.

J’ai parcouru un long chemin, j’ai traversé un pont, et, comme Abraham avant d’entrer en terre de Jérusalem, j’ai connu des tentations. Le Seigneur l’a raisonné, lui disant : « Va-t-en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. » À moi aussi, le Seigneur m’a montré le chemin.

Texte préparé par Youri Kondratiev.
Interview recueillie par Alexandre Artamov
.
Pravda.ru Traduction "PO"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Mai 2016 à 18:32 | 1 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile