LES DERNIÈRES PÉRIPÉTIES DE L'ARCHEVÊCHÉ
"A DES MAUX ÉTRANGES ON APPLIQUE D'ÉTRANGES REMÈDES."
"Beaucoup de bruit pour rien" William Shakespeare

Plusieurs évènements sont intervenus après l'AGE du 23 février: une lettre, publiée sur PO (1), a été adressée le 22 avril par Mgr Jean de Charioupolis au clergé de son archidiocèse, 8 membres élus du Conseil de l’Archevêché (sur 12?) ont réagi par une lettre ouverte publiée sur un site russe (en russe) et en commentaire à notre précédent article sur PO (2), une pétition lancée à une date inconnue par au moins un archiprêtre éminent recueil à cette heure* 95 signatures, dont 8 membres du clergé (3) et ce samedi 11 mai Mgr Jean réunit le clergé du diocèse pour l'Assemblée pastorale annoncée dans sa lettre du 22 avril. D'importance différente, ils provoquent remous et commentaires parmi les fidèles de l'Archevêché. Nous allons essayer d'en analyser brièvement la portée.

LA LETTRE DE MGR JEAN:
Très factuelle, elle fait un point de la situation en partant de la décision de l'AGE: "GARDER L'UNITÉ MAIS COMMENT?" (en gras dans le texte (1) et indiquant que ni les délégations auprès du Phanar, de l'EORE et de l'OCA, ni les contacts avec le patriarcat de Roumanie, n'ont permis d'avancer vers une solution. En revanche, les contacts à haut niveau avec Moscou ont permis de recevoir UNE PROPOSITION CONCRÈTE garantissant le respect de ces conditions. Et Mgr Jean convoque donc le clergé pour "CLARIFIER LA SITUATION ET CHOISIR AVEC VOUS TOUS LE MEILLEUR CHEMIN …".

LES DERNIÈRES PÉRIPÉTIES DE L'ARCHEVÊCHÉ
LETTRE OUVERTE DE 8 MEMBRES ÉLUS DU CONSEIL DE L’ARCHEVÊCHÉ
Les huit membres du Conseil défendent leur opposition à Moscou sans proposer d'arguments concrets, mais en dénaturant le propos de Mgr Jean et en élargissant l’audience (lettre ouverte contre circulaire au clergé), procédé polémique classique pour le déconsidérer. Cela provoque des réponses encore plus polémiques des partisans de Moscou (ibid.)

NB: Les statuts de l'Archevêché (4) prévoient (titre V):

- Art 66: Le Conseil de l'Archevêché (CA) "est investi des prérogatives nécessaires pour accomplir ou pour autoriser tout acte ou opération qui ne découle pas de l’attribution de l’AG. Il assiste l’Archevêque dans tous les domaines de la vie ecclésiale.". Il est composé de l’Archevêque en exercice qui en est le président, et de ses évêques auxiliaires (aucun actuellement), six membres du clergé, six laïcs soit 13 membres à l'heure actuelle.

- Art 73: " Le CA se réunit en principe au moins 6 fois par an et autant de fois qu’il est nécessaire à l’initiative de l’Archevêque, ou à la requête de 1/3 de ses membres. …"

- Art.74: "En cas de désaccord entre l’Archevêque et le CA, le sujet est présenté en deuxième lecture lors de la réunion suivante. L’Archevêque expose par écrit aux membres du CA les raisons de son désaccord. Les membres du C.A. en désaccord peuvent exposer par écrit les raisons de leur désaccord. Ces explications sont jointes au procès-verbal. Si la solution n’est pas trouvée, l’Archevêque consultera le C.E.(composé de l’Archevêque et de ses évêques auxiliaires ainsi que des évêques à la retraite /Ibid. titre III Art. 56/, inexistant à l'heure actuelle...) avant de trancher définitivement."

Ainsi les 8 peuvent demander une réunion du CA mais l'Archevêque peut parfaitement décider contre la majorité du CA …

PÉTITION "AUTRE PROPOSITION POUR L'AVENIR DE L'ARCHEVÊCHÉ"

Remarque liminaire: cette pétition est "ouverte": rien ne semble garantir que seuls des membres de l'Archevêché participent…

Elle annonce que "l'Archevêché … n'a pas d'autre « Mère » que l’Église Orthodoxe tout entière, ainsi appelée à l’universalité et à l’unité," ce qui constitue évidemment un paradoxe ecclésiologique. Elle propose "SEULE NOTRE AUTONOMIE PEUT ÊTRE L’AMORCE D’UN PROCESSUS OÙ L’ORTHODOXIE, « ICI ET MAINTENANT », DANS LES PAYS OÙ LE SEIGNEUR NOUS A APPELÉ À VIVRE …" Il s'agit du vieux rêve de "Daru" – " promesse" d'une Orthodoxie française, qui eut son heure de gloire dans les années 1970 (5) et se termina, à notre sens, avec la Conférence diocésaine du 1 octobre 2005 avec l'intervention du Monseigneur Kallistos (Ware) annonçant "déjà dans l’archevêché des églises orthodoxes de tradition russe sous la juridiction du patriarcat de Constantinople, il y a la promesse d’une Église locale multinationale." (6) Mais les autres juridictions ne manifestent aucune intention de suivre ce mouvement. Au contraire, les juridictions séparées des Églises roumaine et russe se sont réunies et de nouveaux diocèses et métropoles ont été fondés par différentes Église "nationales"…

La pétition continue dans le registre des vœux (pieux?): "notre autonomie et notre indépendance, humble et ouverte, … devraient susciter une sollicitude paternelle et une neutralité bienveillante de la part de l’ensemble des Patriarcats Orthodoxes, … nous serons reconnus et assurés d’obtenir les participations nécessaires aux sacres épiscopaux, sans aucune ingérence extérieure dans l’élection de nos candidats." Est-ce vraiment si probable? L'Archevêché ne risque-t-il pas, plutôt, de subir le sort de l'ECOF, après qu'elle ait quitté le patriarcat de Roumanie, et se retrouver parmi les ecclésioles non canoniques (7). Cette proposition semble faire la suite de la "lettre émanant d'un prêtre de l'OCA" dont parle Mgr Jean dans sa lettre en disant "Une telle proclamation /autonomie unilatérale/" canoniquement peu justifiable conduirait inexorablement l'Archevêché à son autodestruction et à sa mise au ban des Églises orthodoxes. Sachez que je ne m'engagerai jamais dans une telle voie.

Un archiprêtre éminent a vivement réagi sur PO: "Il est impossible de vivre dans un vide canonique en attendant que quelqu'un nous fasse cadeau dans l'espace d'une journée d'une autocéphalie… " (8, commentaires 51-52)

LES DERNIÈRES PÉRIPÉTIES DE L'ARCHEVÊCHÉ
L'ASSEMBLÉE PASTORALE DE CE SAMEDI 11 MAI

On voit que les positions sont extrêmement tranchées et IL SEMBLE DIFFICILE D'IMAGINER QUE L'ASSEMBLÉE PASTORALE DÉBOUCHE SUR UN CONSENSUS… Mais rien n'est impossible à L'Esprit s'Il veut se manifester!

NB: l'Assemblée pastorale n'est pas un organe statutaire de l'Archevêché et ne peut donc prendre de décision modifiant les statuts qui stipulent (Art 7 in fine): "l’Archevêché se trouve sous l’autorité canonique du Patriarcat œcuménique." Les modifications sont du ressort de "L’Assemblée Générale de l’Archevêché (ci-après : AG) représente l’universalité des membres de l’Archevêché et ses décisions, après confirmation par l’Archevêque, obligent chacun d’eux dans les limites fixées par la réglementation en vigueur et les présents statuts ainsi que dans le respect des statuts respectifs de ses membres." (Statuts Art 15. Cf. 9); elle peut toutefois préparer les débats de l'AG, comme ce fut le cas le 15 décembre 2018. S'adressant aux 165 clercs du diocèse, qui représentent donc une partie essentielle de l'AG dont ils sont tous membre de droit (l'AGE du 23 février comptait 206 membres), elle constitue évidemment un organe consultatif de première importance. Les prochaines étapes annoncées seraient une AG ordinaire (AGO), en septembre-octobre, qui peut trancher ce sujet statutaire, puis une AG extraordinaire (AGE), comme celle du 23 février.

REMARQUE EN PASSANT:
Tous les débats se transitent par PO, forum visiblement essentiel pour les Orthodoxes russes francophones.

V. Golovanow
Rédaction terminée le samedi 11mai à 14h45

LES DERNIÈRES PÉRIPÉTIES DE L'ARCHEVÊCHÉ
Sources:
(1) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Le-message-de-l-archeveque-Jean-de-Charioupolis_a5709.html
(2) https://credo.press/224192/
(3) https://github.com/CPAORIEO/Proposition/blob/master/index.md? / fbclid=IwAR36051uJ2dbLFGbICEkPcnLU8Pphr_I7O0fJbI1BPbLiT99zVPd4oxX1yw
(4) http://exarchat.eu/spip.php?article63
(5) http://www.fraternite-orthodoxe.eu/fr/Presentation_Fraternite.html
(6) http://exarchat.eu/spip.php?article426
(7) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/PAROISSES-NON-CANONIQUES-EN-FRANCE_a5718.html
(8) https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/SITUATION-TOUJOURS-TRES-COMPLIQUEE-AU-SEIN-DE-L-ARCHEVECHE-DE-DARU-AG-REPOUSSEE_a5707.html?com#com_6855559
(9) http://exarchat.eu/spip.php?article62

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Mai 2019 à 16:51 | 9 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir G: UNE LETTRE DES 4 AUTRES MEMBRES ÉLUS DU CONSEIL DE L’ARCHEVÊCHÉ le 12/05/2019 22:20
UNE LETTRE DES 4 AUTRES MEMBRES ÉLUS DU CONSEIL DE L’ARCHEVÊCHÉ

Datée du 30 avril, cette lettrene semble pas avoir été publiée mais circule sur les réseaux . Les signataires appellent les membres et responsables de l’Archevêché à préserver la concorde, respecter les Statuts et les canons, ainsi que les prérogatives de Mgr Jean, et rejettent "interpellations publiques et polémiques étrangères à l’esprit comme à la lettre des statuts." Réaffirmant leur soutien à Mgr Jean et saluant son souci d'associer l'ensemble des prêtres et paroisses à la rechercher d'une solution à la crise, les signataires prennent acte de la convocation de l'Assemblée pastorale du 11/05/2019 pour "procéder collégialement à un point approfondi sur les derniers développements et sur la réflexion en cours au sein de l'Archevêché" pour prépare "les décisions importantes que devra prendre la prochaine Assemblée générale le jour où elle sera convoquée...."

2.Posté par Vladimir G: Résultat de l''''Assemblée pastorale (à confirmer): AG le 14 septembre ? le 12/05/2019 22:26
Résultat de l'Assemblée pastorale (à confirmer): AG le 14 septembre ?

D'après une information personnelle, l'Archevêque Jean aurait pris la décision de convoquer une AG le 14 septembre, en accord avec l'Assemblée pastorale. Je n'ai pas plus d'information actuellement (dimanche 12 mai, 22h.)

3.Posté par Vladimir G: 110 signtures de la pétitions ... mais combien sont sincères? le 12/05/2019 22:50
Comme je l'écrivais, le fait que la pétition "AUTRE PROPOSITION POUR L'AVENIR DE L'ARCHEVÊCHÉ" soit totalement "ouverte" pose un problème quand à ses signataires: pour le tester, je me suis inscrit sous un pseudonyme et fait maintenant partie des 110 participants...

4.Posté par Didier Veillat le 13/05/2019 07:42
@ Vladimir

Effectivement, la pétition ne présente pas de garanties. La liste des signataires semble, de ceux que je connais, à peu près "honnête", si je puis dire. Mais cela n'a de valeur que celle qu'on lui donne.
Quoiqu'il en soit, il faudra attendre le mois de septembre et un vote clair.

Bonne journée sous le soleil!

5.Posté par Nicolas DEBARD le 24/05/2019 09:31
Selon moi - et j'assume entièrement mes propos -, la démarche des signataires de l'Autre Proposition (AP) ressemble davantage à un putsch ecclésial qu'à une démarche conciliaire et respectueuse des principes mêmes qu'elle défend : le Concile de Moscou, les statuts de l'union diocésaine et la conciliarité dans l'église.

Les 8 membres du Conseil de l'Archevêché qui contestent l'avis de leur archevêque et qui sont à l'origine de l'AP ont bien le "droit" de le faire mais dans un certain cadre ; ont-ils suivi ce que prescrit l'article 28 des Statuts de l'Union diocésaine (procédure de règlement des litiges au sein du CA) ? Il semble que non et c'est pourquoi Mgr Jean ne peut prendre en compte leurs propositions qui se sont alors transformées en "revendications".

Au lieu de suivre les procédures prévues par leurs Statuts, inspirés du Concile de Moscou et conformes aux prescriptions canoniques et à l'esprit conciliaire de l'Eglise de Christ, ils contournent les procédures, interpellant tout un chacun médiatiquement, sur les réseaux sociaux et en spamant par listes de contact, opposant leur parole à celle de leur évêque, interpellant le clergé par une "contre-lettre" accusant leur évêque de mal présenter les choses, d'occulter des points essentiels (leur proposition qu'ils n'ont pas voulu soumettre à la procédure indiquée par l'article 28 des Statuts), spamant par listes de contact, par mail, par sms, mobilisant le quidam et n'importe qui (même qui ne fait pas partie de l'Eglise, après tout, vu les supports de diffusion : site internet, blog, réseaux sociaux : sur ces derniers, les passions s'exprimant parfois très impudiquement). Ils agissent en parallèle de la démarche conciliaire prévue par l'Eglise et nos Statuts : ils se font prosélytes, sollicite des "signatures" et accuse leur évêque, qui respecte les Statuts de l'Union diocésaine, de "passer en force" ? Mais l'évêque n'a pas besoin de passer en force : il a à prendre les décisions qui concerne l'orientation de l'Eglise dont il a le charge et dont il sera seul à rendre compte devant le Christ pour sa gestion.

Et pour cela, les Statuts de l'Union diocésaine lui donne même un droit de veto sur une décision votée en AGO qui ne peut être contrebalancée que par 4/5e des voix de la même AGO. Il s'avère donc que c'est l'AP qui veut passer en force, interpellant le quidam par tous les moyens, parallèles aux instances de l'Archevêché, piétinant ses Statuts, semant le doute et la discorde, opposant leur parole à celle de l'évêque (et de ceux qui le suivent ou lui font confiance) et, finalement, pratiquent le militantisme plutôt que la conciliarité. L'évêque n'a pas besoin de passer en force : il a le droit pour lui, au moins tant qu'il respecte ce droit. Les autres, qui ne respectent pas ce droit, doivent trouver d'autres justifications, c'est clair...

Je suis scandalisé et profondément attristé par ces pratiques qui relèvent davantage au soulèvement des Gilets Jaunes qu'à un véritable désir de dialogue et de régler les choses ensemble, et avec bien évidemment l'éévêque et non "sans" ou "contre", faisant taire nos voix pour espérer entendre le doux bruissement presque imperceptible du Saint Souffle.

6.Posté par Nicolas DEBARD le 24/05/2019 16:58
PS : excusez les fautes (d'accord du verbe, principalement) : j'ai écris vite et sans relire.

7.Posté par Vladimir G: 151 personnes séduits par les "revendications" non statutaires et le vide canonique... le 24/05/2019 18:00
Merci bien cher Nicolas DEBARD . Je partage entièrement votre argumentation...

Malgré tout, la pétition recueil 151 signatures, dont 7 clercs, 1 moine, 1 moniale... et au moins 2 personnes extérieures à l'Archevêché, qui sont donc tous séduits par les "revendications" non statutaires et le vide canonique. Cela représente moins de 1,5 personne/paroisse mais il a bien matière à en parler calmement, faire de la pédagogie et prier pour qu'intervienne l'Esprit!

8.Posté par Nicolas DEBARD le 24/05/2019 23:30
Cher Vladimir. Merci : au moins, je ne suis pas seul à le penser.La pédagogie ? Tout à fait, certes. Toutefois, statistiquement parlant, 1,5 personnes par paroisse reste une "quantité négligeable" ; il y en au moins autant tous les ans qui sont perdus dans la nature à cause des histoires dans les paroisses. Humainement, toutefois, c'est un drame, surtout lorsqu'il s'agit d'amis ou de personnes estimées de nous et plus ou moins proches. Mais quelle autre pédagogie adopter que de leur dire qu'ils sont à côté de la plaque, qu'ils participent au naufrage plutôt qu'au sauvetage de l'Archevêché et que leur parole et même la parole de l'AGO ne fera pas le poids devant celle de l'évêque ? Je ne sais... En tout cas, le calme, c'est ce que préconise. Le calme de la caravane qui, imperturbablement, passe tandis que les chiens aboient.

9.Posté par Didier Veillat le 26/05/2019 05:56
Je suis l'une des deux personnes ne faisant pas (plus) partie de l'Archevêché et ayant signé la pétition. Cela semble incongru vu d'emblée. J'ai été membre de l'Archevêché pendant longtemps et l'ai quitté en 2013, non par une sorte de choix arbitraire à ce moment là mais parce que la situation actuelle était déjà présente, parce que ce qui se passe aujourd'hui n'est pas une nouveauté mais une tentative de fin confirmant 2013. Laquelle tentative n'est pas le produit des 1,5 signataires par paroisse de ladite pétition.
Le naufrage dont parle Nicolas DEBARD était déjà bien entamé, le navire ne tenant sur les "gouffres amers" que par l'artifice d'un rattachement détruit à un patriarcat malade. Aujourd'hui, la pathologie a changé de camp mais pas de nature; il s'agit de passer à un autre patriarcat, non plus malade comme le précédent, mais territorialement onirique, politiquement opaque et culturellement russe.

L'Archevêché doit-il rester ad vitam aeternam sous l'homophore d'un patriarcat d'ailleurs? C'est ce qui semble devoir être. Or il serait surprenant que seule la proportion de 1,5 sièges par paroisse de l'AGE de septembre prochain vote "contre" Moscou. Une AG assortie d'un scrutin est biaisée par des rapports de forces versatiles. L'immigration modifie en continu les tendances dans les paroisses elles-mêmes.
L'histoire de l'Archevêché et de ses nombreux convertis change aussi la donne.

En tant que français ne se connaissant pas de souche orientale, il est écrit quelque part dans ma vie orthodoxe que je devrais être une peu phanariote, ou un peu moscovite selon le désir d'un choix déporté dans l'espace et dans le temps, et que la territorialité canonique serait de facto un non-sens. (Où l'on me parle régulièrement de Rome...)
Pourtant, il existe en Europe occidentale un diocèse moscovite et une métropole grecque; seraient-elles insuffisantes qu'elles veuillent, et cela ne date pas de cet automne, absorber les forces vives d'un Archevêché posé en terre occidentale ? Si des orthodoxes désirent autre chose, cela existe, les portes des deux entités de l'Est sont ouvertes ici, en occident. Pourtant, "on" veut que l'Archevêché passe sous l'une ou sous l'autre, en surplus des présences territoriales précitées et en dépit de sa réalité historique locale et de son caractère propre.

Quant à parler de "sauvetage" de l'Archevêché, il semble que l'Archevêché soit devenu "en sauvetage permanent", par nature, par pathologie chronique. Voici donc un Archevêché qui n'existe plus que parce qu'il est sans cesse sauvé; un siècle de sauvetage! Peut-être serait-il temps de penser qu'après un siècle de sauvetage, l'Archevêché n'a plus besoin de l'être et qu'il serait grand temps de le laisser vivre. Que sa maladie est peut-être dans la perfusion permanente qui semble le maintenir... En réalité, ni Constantinople, ni Moscou, n'ont le désir de laisser vivre cette orthodoxie en occident. Alors même que chacun a ses propres structures ici! En occident, il faut une orthodoxie russe ou phanariote, ce n'est pas un non sens... mais une orthodoxie occidentale et cela le devient. La raison n'en est donc pas orthodoxe; elle est nationale. l'orthodoxie nationale est la maladie (quand bien même elle couvrirait un territoire plus large que celui de sa nation). C'est cette raison qui construit un certain anti-moscovisme ici.

Quand l'Archevêché sera passé sous l'homophore de Moscou, il y aura deux entités moscovites sur le même sol. Pour combien de temps? Jusqu'à la prochaine perfusion, et après hémorragie.

A ce stade, je me demande ce qui anime les tenants du "retour" à la Russie, sinon la Russie. Je le comprends, mais d'un point de vue concret il y a déjà une présence orthodoxe russe en occident, d'un point de vue conciliaire il y a non-sens canonique. La question des statuts vient loin derrière.


Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile