p. Frederic Lagneau

"Le monde les a hais, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde" (Jean 17, 14) : selon la parole du disciple préféré du Seigneur, s’ils vivent dans le monde, les chrétiens ne font pas complètement partie de ce monde. Ils devraient ainsi normalement être à l’écart de toute activité politique, mais vivant dans le monde ils en subissent les effets.

A la question "comment répondre aux défis du monde en tant que chrétien? " on peut sans risque affirmer qu’un chrétien n’a absolument pas à répondre à un quelconque défi posé par le monde mais que c’est plutôt l’inverse: c’est le chrétien, par ce qu’il est, qui défie le monde. (je conseille cette excellente conférence donnée à ce sujet en 2018 dans le cadre du salon du livre orthodoxe: "Les défis de l'orthodoxie, par l'archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard")

Malheureusement, depuis quelques années, on observe une intensification des activités et manoeuvres politiques visant l’Eglise Orthodoxe, devenue nouveau terrain de chasse des "démocraties occidentales" et des thèses libérales-libertaires: des caprices d’une députée demandant la mixité à l’Athos au nom de "l’égalité"aux développements dramatiques de l’affaire ukrainienne dont la conséquence directe est un nouveau schisme entre patriarcats.

Venant du patriarcat de Moscou, je suis admiratif de la renaissance et de la vitalité de la foi orthodoxe en Russie. Il ne m’’appartient pas de formuler une critique de l’état russe ou de jauger les rapports entre état et Eglise : le fait est que cette vitalité de la foi est une réalité palpable et que l’on mesure la qualité d’un arbre à ses fruits. Je suis par conséquence (comme bien d’autres) régulièrement interpellé dans ma vie professionnelle et sur les réseaux sociaux par des militants anti-russes, anti-poutine et pro-Navalny, qui me qualifient d’"agent du kremlin ou "’d’ennemi de la liberté". Outre leur côté ridicule et amusant, je me réjouis de ces assertions, toute invective ou injustice étant en réalité pour un chrétien une opportunité spirituelle.

Je note cependant depuis quelques temps une intensification de la présence et de l’activité de ces militants dans le monde orthodoxe français, que ce soit sur les réseaux sociaux ou plus inquiétant, dans des groupes orthodoxes comme la Jeunesse Orthodoxe en France (JOF), qui, je le relevais il y a quelques mois, a été infiltrée par des activistes non-orthodoxes, qui sont les mêmes que l’on retrouve dans les manifestations pro-Navalny (encore dimanche dernier), pronant une libéralisation de l’Eglise, l’émergence d’une "eglise locale" et libérale en France et projetant de réaliser un documentaire "piégeant" les hiérarques orthodoxes français sur ces questions.

Comme chrétien orthodoxe de base, il me semble difficile d’accepter le "progressisme occidental" sur les questions de l’avortement, de l’euthanasie, de la vaccination de masse, de l’homoparentalité ou de la théorie du genre. Ni de se rallier à la déconstruction méthodique de tout ce qu’une société a de traditionnel en matière de famille, de foi et de culture. L’Eglise orthodoxe préserve la foi apostolique inaltérée et n’est pas le temple de la pensée libérale-libertaire contemporaine.

Les méthodes de ces activistes anti-chrétiens sont connues : infiltration, désinformation, déstabilisation.
Il serait bon que les dirigeants de la JOF fassent preuve de prudence et de discernement, afin que nos jeunes frères et soeurs orthodoxes (ou des catéchumènes) ne se fassent pas abuser.

PS: ci dessous un des nombreux messages de l'un de ces activistes:
LES MAYDANISTES FRANCAIS

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 20 Février 2021 à 17:31 | 8 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Tchetnik le 21/02/2021 12:55
On peut rappeler l'existence de ces douteux "orthodoxes" qui signèrent dans "le monde" une tribune violement anti-serbe et pro-"occidentale" ou ces "catholiques" qui prirent le parti des musulmans lors de la guerre du Liban. Esprits tordus qui scient les branches sur lesquelles ils sont assis.

2.Posté par Nicodème le 21/02/2021 19:26
@Tchetnik : Jupiter (ha! ha! ) rend fous ceux qu'ils veut perdre . Mais jusqu'où ? Tâtes y la question , comme on dit en normand populaire ...

3.Posté par Guillaume le 22/02/2021 15:32
L'occident se prends pour le nombril du monde, et oublies ses racines pour un globiboulga mondialo-libertaire. Concernant le sieur N, il ne s'agit que d'un énergumène et d'une affaire intérieure russe. Le président russe a t'il protester lors des manifestations des gilets jaunes? Non car une affaire intérieure française.
Une seule solution prions, prions, prions.

4.Posté par Nicodème le 23/02/2021 15:42
@Guillaume : depuis des siècles que les chrétiens prient , et que , pourtant , le monde continue de les massacrer, on peut se poser la question : Dieu est-il sourd ? Ou bien , plus simplement , est-ce qu'il s'en fout ? Moi , je veux bien que les moines prient pour les résistants au désordre satanique , mais si ceux-ci ne sont pas armés , cela ne servira à rien .

5.Posté par Nicodème le 23/02/2021 15:55
Quant aux "racines" de l' "occident" , elles sont , comme partout , polythéistes . Le "paganus" , le paysan , croyait en la divinité des forces de la nature qu'il ne comprenait pas . Le christianisme , porté par des juifs qui croyaient en la divinité et la messianité de Yeshouah de Nazareth , est arrivé en débarquant à Massilia , ou ailleurs . Et il s'est répandu . Le christianisme est une foi importée , il faut bien en être conscient . Cela ne veut pas dire qu'il serait frappé d'une tare originelle , non , mais il ne peut pas prétendre constituer nos "racines" . Maintenant , il s'est installé il y a tellement longtemps , il a façonné nos paysages , nos lois et notre vision du monde tellement profondément que tout se passe comme si le christianisme constituait nos racines" . Disons qu'il constitue nos racines secondaires . Pas premières . Remettons les choses dans la bonne perspective historique . En Irlande celte , les druides étaient prêts à recevoir le message , et , avec St Patrick , ils se sont majoritairement laissés assimiler à la nouvelle "religion" ...La civilisation du triskèle est préfigurée à recevoir la Trinité ..

6.Posté par Tchetnik le 23/02/2021 17:21 (depuis mobile)
@Nicodème
Les racines de tout le patrimoine littéraire, artistique, philosophique de l'Europe sont bel et bien Chretiennes, il ne faut pas exagérer. Les peuples antiques furent paiens mais les nations européennes sont fondées dans le Christianisme.

7.Posté par Théophile le 23/02/2021 18:21
@ Nicodème
Il n'y a pas de racines premières au sens où vous l'exposez. Vous ne savez pas ce que croyait le paganus il y a 2000 ans. Un peu de modestie, svp.
Ce qu'il y a c'est des hommes et des femmes qui ont embrassé la foi chrétienne il y a très, très longtemps, pendant des générations et des générations.
Quant aux religions anciennes en Occident, il existe une rupture complète de ces traditions et vous ne pouvez pas faire comme si cette rupture n'existait pas. De fait, nos racines passent maintenant par le christianisme. Le nier, c'est nier qu'on ait des racines justement et courir après des chimères (qui ont plus de lien avec le présent qu'avec la réalité de ce passé).
Nos autres racines - empoisonnées - c'est la révolution et le XIXe siècle, avec la création des mythes nationaux et toutes leurs conséquences jusqu'au New Age.
La seule racine ancienne qui existe en Occident sans discontinuité - et je doute sincèrement qu'elle soit positive si on lit l'Apocalypse - c'est la romanité, et la notion d'Empire universel, qui nous mène justement vers l'eschatologie.

8.Posté par Nicodème le 28/02/2021 11:24
@Théophile : l'humilité n'a rien à voir là dedans . Vous savez vous , ce que croyait le "paganus" de l'Antiquité ? Une chose est sûre , il croyait aux dieux de son olympe , que les anciens et ses parents lui avaient appris . Et une croyance une fois vissée ds le crâne d'un enfant ne peut pas en sortir , sauf exceptionnellement si cet enfant accède à la culture . ce qui n'était pas possible pour un "paganus" standard . Avant que l'évangélisation ne finisse par le toucher.

En donnant l'exemple de St Patrick , j'ai voulu illustrer le fiat que la rupture que vous invoquez n'était pas si nette . Ds le cas de l'Irlande , cela a été un processus d'assimilation cohérente (voir la symbolique du trois) . Pou la Gaule je ne sias plus . J'ai lu Markale , notamment son "eglise celtique" ,il y a quelques décennies et j'ai un peu oublié , mais il me semble que , en Gaule aussi , il y eu un processus semblable . sans rupture justement . Autant parce que des druides rentraient ds les monastères , et c'est par eux qu'on connaît les grandes légendes fondatrices (le Roi Arthur , etc...) , autant parce que des moines s'interessaient de très près à la pensée spirituelle des anciens druides . Rien n'est simple .

Maintenant , effectivement , si on fait remonter la France au baptême de Clovis , perso , je la ferais plutôt remonter à l'élection d'Hugues Capet , on peut dire que le christianisme fonde nos racines (française , en réalité franques , à l'époque . Mais au moment de la première évangélisation , qu'on fait remonter au débarquement d'Eléazar (Lazare) et les "saintes femmes" à Massilia , les religions existant ds le monde gallo-romain , notamment ds cette Gaule cisalpine , étaient un méli-mélo de croyances romaines et de croyances celtes . Nos plus anciennes racines , qui , bien qu'effacées par l'évangélisation , ont quand même existé , et ne pas les oublier ne signifie pas un rejet du christianisme . Il ne faut pas être trop manichéen ..

Sur la fin de votre ...heu admonestation , je suis assez d'accord . A ceci près que l'Empire universel résulte du mythe satanique de l'Union européenne (satanique parce que l'homosexualité est la valeur première , c'est d'ailleurs pour cela que ce monstre s'effondrera comme Sodome et Gomorrhe , n'en déplaise à la belle Ursula et au sieur Borboglio , ci-devant évêque latin de Rome ) .Nous ne pouvons effacer les nations , trop anciennes , comme les fameuses "racines chrétiennes" , je vous l'accorde , qui représentent la juste échelle pour une communauté politique . Bien sûr , il faut construire une autre Europe , respectueuse du génie propre de chaque nation , de l'Atlantique à Vladivostok basée sur une communauté civilisationnelle , dont je vous accorde qu'elle a une inspiration chrétienne , laquelle implique une morale très ferme en matière sexuelle et matrimoniale .

9.Posté par Théophile le 28/02/2021 14:29
@ Nicodème
Non, j'ignore ce que croyait vraiment le paganus de l'Antiquité. Et je me méfie de ce que vous avez pu lire dans un livre, si cultivé soit son auteur contemporain.
La seule chose que je sais, c'est que les peuples d'Europe sont peu à peu devenus chrétiens. La forme de religion pré-chrétienne de ces peuples est très hypothétique, d'autant plus si on prétend lire dans les pensées des petites gens. Le peu de chose que l'on connaît concerne surtout ce qu'en disaient les élites romaines ou grecques.
Comme il est compliqué de reconstituer ce qu'était le judaïsme avant le Christ - et malgré toutes les Ecritures. Car ce judaïsme a disparu avec la destruction du Temple et n'est connu que partiellement à travers les divers auteurs. Et là, vous me parlez de peuples dont on n'a bien moins de témoignages précis et vous prétendez reconstituer ce qu'étaient leurs pensées. Je trouve que c'est un peu imaginaire.
Souvent, ce type de reconstitution cache mal ses visées anti-chrétiennes.
Le fait est que l'Europe est en train de détruire ses racines chrétiennes pour bâtir une nouvelle tour de Babel, empire démoniaque. Tout ce qui peut servir de fausses racines entre dans ce projet funeste - qui est tout simplement une forme de réécriture de l'histoire.
Ce continent est devenu un des lieux les plus hostile à l'Esprit. Et ce n'est pas l'Islam qui en est la cause.

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile