La question de l'ordination des femmes
Comme le signale Orthodoxie.com, Mgr Séraphin, archevêque de Johannesbourg et de Pretoria (Patriarcat d'Alexandrie et de toute l'Afrique), a évoqué la question de l'ordination des femmes, y compris à la prêtrise dans un article récent publié par l'agence Romfea. Il a suggéré que ce sujet soit discuté lors du prochain grand concile et rappelle le rôle important des femmes dans l'Église primitive dans le témoignage, l'enseignement, la pastorale et l'action caritative. Il a également annoncé l'intention du Patriarcat d'Alexandrie d'examiner la possibilité d'une relance du diaconat féminin, tel que celui-ci existait aux premiers siècles. Hier, dans une déclaration, le Patriarcat d'Alexandrie a fait savoir que Mgr Séraphin avait exprimé son opinion personnelle sur cette question et non la position officielle de l'Église.

En fait les missions des diaconesses étaient variées et importantes: au-delà de l'action sociale et pastorale elle allaient jusqu'à l'administration des sacrements, puisque les diaconess assistaient l'évêque lors de du baptême et de la chrismation des femmes et portaient les Saints Dons aux femmes qui ne pouvaient assister à la Liturgie; le rite Byzantin d'ordination était le même que pour les diacres et les épouses des évêques étaient systématiquement ordonnées.

Ce ministère a d'abord été supprimé en Occident (concile d'Oran de 441) alors qu'en Orient il est tombé en désuétude, IXe-Xe siècles, ce qui fait qu'il n'a jamais été établi en Russie. Il est redevenu d'actualité au XIXe siècle, quand le développement spectaculaire du monachisme féminin en Russie a posé la question de ses missions: le rôle social que commencent à tenir les communautés féminines se concilie mal avec les strictes règles monastiques, qui limitent en particulier les déplacements hors des monastères, et certains théologiens s'offusquent de ce qu'ils considèrent comme un mauvais mélange des genres. Le rétablissement du ministère des diaconesses apparaît alors comme une solution: il fait l'objet de larges débats préconciliaires et, promu en particulier par Sainte Élisabeth (SA la Grande duchesse, fondatrice de l'abbaye de Marthe et Marie à Moscou), il obtient finalement le soutien de tous les membres du Saint Synodes. Le projet a été débattu en commission du Saint et Grand Concile local le 26 mars 1918 mais n'a pas pu être porté devant l'assemblée générale faute de temps…

Le débat resurgit maintenant en Russie et dans toute l'Orthodoxie, la prise de position de Mgr Séraphin n'étant que la dernière en date.

Hier, dans une déclaration, le Patriarcat d'Alexandrie a fait savoir que Mgr Séraphin avait exprimé son opinion personnelle sur cette question et non la position officielle de l'Église.

D'après PAVLOV C.V. 2008. Cf. http://www.sfi.ru/rubrs.asp?art_id=9700&rubrid=996

Rédigé par Vladimir Golovanow le 31 Juillet 2009 à 17:32 | 35 commentaires | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile