Le Catholicos de Géorgie Elie II : Nuages sur le Concile panorthodoxe
V. Golovanow

Le Catholicos de Géorgie Elie II le trouve inopportun

"Грузия Онлайн". 25.10 2011 (traduction VG)
"Илия II: На данном этапе очень опасно созывать Мировое православное собрание"

Elie II a rencontré le patriarche Bartholomé au Phanar dans le cadre des célébrations des 20 ans de son intronisation au Saint Trône de Constantinople. "Nous avons parlé du Concile panorthodoxe. Bartholomée I tient beaucoup à le réunir; mais nous avons répondu qu'il était impossible de convoquer ce concile tant que toutes les questions en suspens ne seront pas résolues" a expliqué le Catholicos.

"Le patriarche œcuménique a proposé que toutes les églises qui ne sont pas situés dans l'une des Eglises doivent appartenir au patriarcat œcuménique, a continué le patriarche de Géorgie. Nous avons répondu que ces églises doivent appartenir à l'Eglise-mère que souhaitent les paroissiens et, si les paroissiens souhaitent que cette église appartienne au patriarcat œcuménique, alors l'Eglise-mère ne s'y opposera pas.

C'est là que se trouve le point d'équilibre. Mais il y a encore bon nombre de questions non résolues entre les Eglises, et je pense qu'il serait très dangereux de convoquer un Concile panorthodoxe. Un nouveau schisme pourrait se produire entre les Eglises. J'espère que toutes les questions qui se posent aux Eglises seront résolues, mais pour cela il faut du temps"

L'opposition des conservateurs

Nicolas Kaverin, écrivain et publiciste religieux connu dans les milieux conservateurs de l'Eglise russe, a écrit un article virulent le 8 septembre 2011, qui a été repris sur plusieurs sites orthodoxes conservateurs, en réponse à l'interview de Mgr Hilarion de Volokolamsk "Le Concile panorthodoxe ne réserve aucune surprise" ("PO" 8 Septembre 2011).

Ses principaux arguments sont les suivants:


Il commence par reprendre tous les poncifs habituels accusant pêle-mêle Constantinople de vouloir modifier les canons, voire "de détruire l'Orthodoxie, noyer la conscience orthodoxe, conduire à un schisme, aller vers l'œcuménisme, le modernisme, et l'union avec le Vatican"… "L'introduction forcée et illégale du nouveau calendrier (1), la levée des anathèmes de 1054, le développement de la fausse idée de la primauté panorthodoxe de Constantinople avec attribution de droits spécifiques, la participation anticanonique à des célébrations avec des hétérodoxes, les prières dans des synagogues et des mosquées, la modernisation des ofices, l'introduction dans les offices des langues modernes, la formation d'une théologie 'métapatristique' spécifique" etc." constituent la suite de cette longue liste de griefs.

Et donc la convocation du Concile ferait partie du plan visant à imposer cette révolution qui va à l'encontre des Saints Canons et dont la Sainte Eglise n'a aucun besoin (en gras dans le texte).

"Dans le même temps nous voyons que l'Orthodoxie est secouée par des conflits entre les Eglises", et de citer l'exigence de Chypre de remonter dans les dytiques, où elle est actuellement 10ème, la synaxe des primats des cinq anciennes Eglises orthodoxes au début de septembre 2011 aurait vexé l'Eglise russe et il y a un désaccord sur le format du Concile, l'Eglise russe insistant sur la prise en compte de la taille de l'Eglise et le consensus pour la prise de décisions comme l'a confirmé Mgr Hilarion de Volokolamsk. Dans le même temps "Mgr Hilarion a laissé entrevoir certains secrets: il y a déjà accord concernant huit sujets à l'ordre du jour et on peut donc les faire passer en Concile. Il s'agit par exemple des questions de calendrier, l'unification des prescriptions ecclésiastiques concernant le jeûne, les empêchements au mariage, les relations de l'Orthodoxie avec l'ensemble du monde chrétien et l'œcuménisme.
On peut cependant se demander pourquoi les croyants de l'Eglise russe ne sont pas informés des positions de sa direction concernant ces questions très importantes pour la vie de l'Eglise?

Voila encore des décisions prises sans considération de l'opinion de larges couches du Peuple orthodoxe de l'Eglise russe, comme cela se passe actuellement pour ces projets de la Commission Interconciliaire de russifier et de simplifier le slavon d'église qui provoquent incompréhension et protestations de la part des croyants orthodoxes."
"Mais il faut rester pragmatique" continue le texte, "plus il y aura de divisions entre les Eglises, et particulièrement entre Moscou et Constantinople, mieux ce sera, car cela éloigne la possibilité de convoquer ce fameux concile panorthodoxe qui peut mener à une réforme importante des Canons et de la Tradition de l'Eglise (affaiblissement ou même suppression partièle des jeunes, unification du calendrier, mouvement oeucuménique…)"… etc.

Commentaire personnel: nombre de ces reproches ont été repris par le père Andrew
Philips
et ce qui les rend particulièrement importants c'est qu'ils sont effectivement partagés par une très large partie des orthodoxes russes. Notons que, à cotés de récriminations qui tiennent surtout des préjugés et n'ont aucun fondement sérieux (œcuménisme, modernisme, union avec le Vatican…), il y a des reproches fondés, en particulier l'obscurité qui entoure les décisions des Conférences préconciliaires. Mgr Hilarion avait bien déclaré (ibidem): " Les décisions de la Commission préparatoire sont connues, on ne les cache à personne : les documents et les protocoles des séances de ces commissions peuvent être rendus accessibles à ceux qui le souhaitent. Une grande partie des documents de la Commission préparatoire avaient été publiés dans le Journal du Patriarcat de Moscou dans les années 1970-80." Mais je ne connais personne qui ait pu se les procurer: la secrétariat du Concile oeucumémique à Chambésy ne répond pas à ces demandes et "Le Journal du Patriarcat de Moscou" pour les années 1970-80 n'est pas disponible en ligne… Tout cela entretien rumeurs et préjugés qui ne peuvent que faire du tort à l’idée même de l'utilité de ce Concile.

Note du rédacteur:

(1) Un "congrès panorthodoxe" d'une douzaine de personnes, qui ne comprenait en fait que les représentants de 5 Eglises (Constantinople, Chypre, Serbie, Grèce et Roumanie), réuni en mai 1923 à Constantinople, décida le passage au "nouveau style" dit "Julien réformé", quasi-identique au grégorien pour les fêtes fixes et gardant du calendrier julien le cycle pascal mobil. La décision ne fut pas suivie par les Eglises de Russie, Jérusalem, Serbie et Géorgie ainsi que le Mont Athos et les groupe "vétéro-calendaristes" Nous en sommes là


Rédigé par Vladimir GOLOVANOW le 28 Octobre 2011 à 11:32 | 56 commentaires | Permalien



Recherche





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile