Le Samedi des défunts : les vivants et les morts.
Traduction Elena Tastevin

Ce jour, les divins Pères ont prescrit de faire mémoire de tous ceux qui depuis l'origine des siècles se sont endormis dans l'amour de Dieu et l'espérance de la résurrection, de la vie éternelle.

Le protoprêtre Boris Levchenko, professeur de la chaire de patrologie et de théologie de l’Université Orthodoxe d’Etat Saint Tikhon parle du sens des supplices subis en enfer et explique comment les vivants peuvent secourir les morts.

Nous nous préparons au Carême avec nos proches défunts

L’Eglise a établi le Samedi des défunts en mémoire de tous ceux qui nous ont précédés. Il a deux de ces Samedis au cours de l’année liturgique. Le premier est lié à la mémoire du Dernier Jugement qui attend tout le monde et qui va déterminer à jamais le destin de chacun. Cependant, après le Jugement de chacun le sort d’une âme peut être modifié.

Le Samedi des défunts nous nous rappelons le Dernier Jugement / cf. TRIODE / et appelons tout le monde à y méditer. Il est également très important pour les défunts qui, eux-aussi, voudraient retarder le Dernier Jugement. Il nous semble que le défunt n’a plus besoin de rien. Aussi l’affirmation que les défunts ont peur du Dernier Jugement autant que les vivants est-il étrange.

Or, la personnalité après la mort demeure ce qu’elle était. Bien que je ne connaisse pas le comportement des défunts, la psychologie des vivants les poussent à oublier l’aboutissement du Jugement Il peut nous sembler que le défunt n’a plus besoin de rien. Aussi, l’affirmation que les défunts ont peur dernier. Nous vivons dans l’instant présent. Une telle approche est transcendante. Ainsi, le Samedi des défunts nous nous souvenons de la mort et du Dernier jugement. Les vivants sont doivent soutenir les défunts par leurs prières en leur rappelant que le seul Guérisseur est Dieu.

L’âme dans l’au-delà peut souhaiter la communication avec Dieu

Le sort de l’âme peut changer et l’homme peut se tourner vers Dieu après la mort car la personnalité garde la faculté du choix. Admettons qu’une âme est en proie à des doutes. Nous croyons que l’âme garde la volonté, les sentiments et la raison. Elle peut choisir si elle demeurera avec ceux qui aiment ou détestent Dieu. Cependant, elle ne peut pas mettre en œuvre ses souhaits à défaut d’un corps. Nous la secondons par nos prières. Ceci n’est pas une affirmation mais une supposition.
En fait, la mort est une sorte de transfiguration de l’homme. Après la mort, l’âme apprend si elle est en conformité avec le dessein Divin et cela est justement mis dans la balance au Jugement de chacun. Nos prières peuvent aider à « sortir l’âme de l’enfer » à condition qu’elle le veuille elle-même. Dans les livres sur la vie des Saints Pères il y a nombre de telles délivrances. Par exemple, le martyr Ouar a libéré les parents d’une personne qui vénérait et préservait ses reliques.

Nous ne pouvons pas prier tout le temps. Il faut, donc, se réunir ne serait-ce que le samedi des défunts pour prier pour tous ceux dont nous pouvons nous souvenir. Même pour les hérétiques et les suicidés.
Le Samedi des défunts : les vivants et les morts.

Le supplice de la bienheureuse Théodore est l’image d’un jugement privé.

Les souffrances endurées par la bienheureuse Théodora sont terribles. « Lorsque l’heure de ma séparation de mon corps est venue, j’ai vu une multitude de diablotins noirs à côté de mon lit. Ils grinçaient des dents comme s’ils voulaient me dévorer. Ils déroulaient des parchemins exposant mes péchés. Ma pauvre âme tremblait d’effroi. Leur vue était pire que la mort elle-même. Je me détournais pour ne pas les voir mais je ne pouvais pas ne pas les voir ni ne pas les entendre. Exténuée, j’ai enfin vu deux Anges Divins comme deux jeunes hommes qui se sont approchés de moi. Leurs habits rayonnaient et leurs ceintures étaient dorées.

Ils se sont mis à gauche de mon lit en discutant calmement. Je me suis réjouie. Les ayant vu, les diablotins ont frémi et ont reculé ». Ensuite la bienheureuse Théodora raconte ses épreuves avant le Jugement privé. Après la mort Théodora s’est présentée à l’élève du vénérable Basile le Nouveau, le vénérable Grégoire. Le récit abonde en détails qui sembleraient parfaitement fantastiques sur les supplices en enfer et les épreuves de l’âme.

Il y a beaucoup de choses que Dieu nous offre personnellement et nous ne sommes pas capables de transmettre aux autres. L’apôtre Paul dit, par exemple, qu’il ne connaît pas les mots pour nous faire comprendre ce qui se produit « là-haut ». La bienheureuse Théodora a eu une révélation qu’elle devait partager avec tous les hommes. D’abord, il s’agit d’un jugement divin privé tenu par des anges du bien et du mal. Ensuite, elle transmet le sens du jugement privé. Ce qui est retenu et préservé par l’Eglise n’est pas fortuit et n’appartient pas seulement à une personne. Chacun pouvait reconnaître ses propres péchés dans la description de la bienheureuse Théodora.

A côté du récit de la Bienheureuse Théodora il existe nombre d’autres descriptions de supplices. Par exemple, celle de Cyrille d’Alexandrie.

Les tourments en enfer existent en vérité

Selon certains Pères, les supplices en enfers sont ceux de la conscience. Ils seront terribles sans être physiques. Le père Boris n’est pas d’accord : « Cette opinion n’a pas été adoptée unanimement. Selon une autre opinion, les supplices infernaux sont suscités par des choses matérielles ayant un effet sur l’âme. Aussi, les appelle-t-on « le vers qui ne meurt point » et « le feu qui ne s’éteint point », « la géhenne du feu ». Ces dénominations témoignent du fait que les supplices sont physiques. Je ne sais pas s’ils sont physiques au sens de notre perception terrestre des choses. Par exemple, le feu que nous connaissons n’a pas d’impact sur l’âme alors que le feu que nous ignorons a un effet spirituel. Selon les Pères, « le lac de feu » décrit dans l’Apocalypse est réel mais sa matière nous est inconnue. Par exemple, le feu d’un volcan n’est pas le même que celui dans la cheminée ».

Neskoutchny Sad

Le Samedi des défunts : les vivants et les morts.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 2 Novembre 2019 à 07:11 | 15 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Hai Lin, (林海) Harbin, Mandchourie, RPC le 23/02/2014 09:47
Église orthodoxe russe hors de Russie, Cathédrale de la Sainte-Croix, Genève, sermon du feu l'Archevêque Antoine (Bartashévitch) de Genève, donné en français.

Au nom du père, du fils, et du Saint-Esprit. Chers frères et sœurs,

L'âme du défunt ne peut changer d'elle même dans l'autre monde, ni acquérir ce qu'elle n'avait pas dans la vie terrestre. Il lui faut une aide extérieure, qu'elle reçoit du Sauveur du genre humain, qui jadis descendit dans l'Hadès mais qui est toujours vivant dans l'Église. Il est le Chef de l'Église, qui constitue son Corps et dans lesquels est rétablie l'unité de la nature humaine endommagée par le péché, et ce dans l'union avec Dieu par l'Incarnation du Fils de Dieu. C'est pourquoi notre Sauveur a prié ainsi : Que tous ceux qui croient en Moi, les enfants de Mon Église, soient un, comme Toi, Père, Tu es en Moi et Moi en Toi, qu'eux soient un en Nous (Jn.17,21).

Dans cette unité ecclésiale, semblable à l'unité des Hypostases de la Sainte Trinité, s'accomplit le mystère de l'enrichissement et du renouveau de l'âme du défunt, par le Christ Sauveur, par la richesse spirituelle de l'Église et de ses Saints.

Certains pensent naïvement que les prières pour les défunt ont comme but de rendre Dieu plus miséricordieux, de Le disposer au pardon des péchés, comme si le Seigneur avait besoin de nos supplications pour aimer Sa création. Votre Père sait bien ce qu'il vous faut, avant que vous le Lui demandiez (Mt 6,8) dit son Fils Divin.

N'oublions pas que Dieu est immuable et qu'Il est de par Sa nature amour infini, illimité et universel. Il nous aime, bons et mauvais, bien plus que nous sommes capables de nous aimer nous-mêmes.

La force régénératrice de la prière

Nos prières à l'Église pour les défunts ne rendent pas Dieu plus miséricordieux, mais changent pour le mieux les âmes de ceux pour qui l'on prie. Même la prière privée, en fonction de la foi et de la force spirituelle de celui qui prie, ainsi que son amour vers le défunt, constitue indubitablement une force régénératrice pour celui-ci, qui le rapproche de Dieu. Les âmes des défunts sont purifiés après la mort par la force des prières qu'on fait pour elles, dit St. Marc d'Éphèse.

Mais il est également indubitable que la prière de l'Église (lorsque toute l'Église, au ciel et sur terre, prie), d'une manière incom-parablement plus efficace et puissante enrichit l'âme du défunt de ce qu'elle ne possède pas en quantité suffisante et ne peut acquérir, comme, par exemple : l'espoir dans le Sauveur, l'amour envers Lui, la foi dans Sa miséricorde, la conscience de ses péchés, la pénitence, etc... De tels sentiments, puisés dans les prières de l'Église, rapprochent le défunt de Dieu et adoucissent son sort outre-tombe.

L'âme du défunt peut et doit prier avec nous

L'âme elle-même doit prendre part à son changement en mieux, ne serait-ce que dans une infime mesure. Cependant, toutes les âmes ne répondent pas unanimement aux prières de l'Église pour elles. Les plus justes commencent à prier plus rapidement et plus volontiers avec ceux qui prient pour elles. Les plus pécheresses se soumettent avec plus de difficulté à la force régénératrice de ces prières. Si l'âme reste entièrement insensible et ne peut ni ne veut prier avec l'Église, nos prières pour elles deviennent alors insensées. C'est la raison pour laquelle sont privés de la prière ecclésiale les athées notoires endurcis, les blasphémateurs impénitents, les débauchés éhontés et leurs semblables.

Nous répétons que lorsque nous prions pour le défunt, son âme peut et doit prier avec nous. C'est en cela que réside tout le sens des prières pour lui.

En priant pour les défunts, nous disons : fais reposer, Seigneur, l'âme de Ton serviteur, parce que nous voulons que cette supplication devienne la prière du défunt qui, lui-même, prie mal. Nous croyons que l'âme peut prier dans l'Église par nous et avec notre aide. C'est pourquoi nous prononçons aussi d'autres paroles : fais reposer, Seigneur, l'âme de Ton serviteur, qui Te prie par nous.

Tant sont indispensables et salvatrices les prières ecclésiales pour les défunt. Les chrétiens orthodoxes doivent prier pour eux avec espoir et foi, sans se livrer à l'abattement et à un chagrin insensé.

Les prières des justes défunts pour nous

Il est indubitable que les âmes des saints et des justes dans l'Église triomphante, ainsi que même les parents défunts qui nous aiment, prient pour nous (parabole du riche et de Lazare) de la même façon que nous aussi nous prions pour eux. La communion de prière entre vivants et défunts ne cesse jamais.

La prière des justes prononcée avec amour pour nous, telles que celles de St. Nicolas, St. Séraphim et d'autres saints encore, nous enrichit dans le Christ et seulement en Lui, de l'abondance spirituelle du juste. Elle nous fait participer à sa sainteté, nous renforce dans le combat avec les tentations du malin, nous élève au-dessus du niveau de vie spirituelle et éthique que nous pouvons atteindre de nos propres moyens.

Quant aux prières de la Très Pure et Bénie Mère de Dieu, notre secours et notre aide, qui nous délivre des grands malheurs et des afflictions, elles nous enrichissent encore d'une plus forte puissance de pureté et de sainteté.

C'est dans le mystère de la communion au Corps et au Sang du Christ que nous puisons la force maximale de la grâce : Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang demeure en moi et moi en lui. Telle est la promesse du Sauveur. Et c'est dans cette unité très douce avec lui que le Christ purifie, lave, orne, émonde, raisonne et illumine l'âme de celui qui l'aime, le faisant participer à sa Divinité.

Amen.

2.Posté par justine le 01/11/2014 15:43
Je m'étonne de voir ici la mémoire des défunts à cette date, ce qui est une tradition latine. En Orthodoxie, nous commémorons bien deux fois par an les fidèles défunts, mais non pas le ler novembre, mais le Samedi des Ames (Pychosabbato) une semaine avant le Grand Carême et la veille de Pentecôte. La phrase "Ce jour les Divins Pères ont prescrit" etc. se rapporte evidemment a l'un de ces Samedis. Chercher dans le Triode et le Pentikostarion aux jours respectifs:

3.Posté par Vladimir.G: Cette commémoration établie en 1380 le 01/11/2014 18:50
Dans la tradition orthodoxe russe, ce dernier samedi avant la Saint Dimitri de Salonique (26 octobre/ 8 novembre) est effectivement l'un des samedi de commémoration des défunts (cf. http://days.pravoslavie.ru/Days/20141019.html).

Cette commémoration a été inaugurée par le Grand Prince Dimitry Donskoï le jour de son Saint Patron en 1380. En souvenir de sa grande victoire sur les Tatars sur le Champ de Koulikovo (dans l'actuelle province de Toula, en Russie), le prince Dimitri a fait un pèlerinage au monastère de la Trinité-Saint-Serge. Après avoir commémoré tous ceux qui étaient tombés dans cette guerre, il a décrété par la suite que leur commémoration se ferait tous les ans le samedi avant le 26 Octobre. Plus tard, les chrétiens orthodoxes ont commencé à consacrer ce jour-là, non seulement aux guerriers orthodoxes tombés pour la foi, mais aussi pour tous les chrétiens orthodoxes qui sont morts dans la foi.

http://priere-orthodoxe.blogspot.fr/p/priere-pour-les-defunts.html

4.Posté par Pélagie le 01/11/2014 19:57
Pour Justine - Ne soyez pas étonnée : ce samedi des défunts n'est pas célébré le 1er novembre, puisque c'est une commémoration mobile qui s'appelle le Samedi de st Dimitri (ce n'est pas la fête de
ce saint qui est le 26 octobre/8 novembre) cet office des défunts doit être célébré avant la date du saint
donc avant le 26/10 et le 8/11 - pour votre information l'année dernière c'était le 2 novembre

vous oubliez également les autres samedis
le samedi avant la semaine des laitages
les samedis des 2ème - 3ème et 4ème semaines du grand carême


et le mardi de la Semaine Lumineuse après Pâques

il y a encore deux autres dates qui ne sont pas des samedis les soldats orthodoxes décédés
le 9/22 mai et le 29/8 ET 11/9 date de la décollation de St Jean Baptiste

5.Posté par justine le 02/11/2014 19:22
A Vladmir et Pelagie: Merci pour les précisions.

6.Posté par Vladimir.G: Saint Jean de Cronstadt le 03/11/2014 11:18
Saint Jean de Cronstadt écrivit: La commémoration des défunts au bout d’un an à partir du jour de leur mort, et chaque années suivante, s'accomplit afin de renouveler notre amour pour eux par des prières et des œuvres bonnes. Le jour de leur fin est en quelque sorte leur seconde naissance, pour la vie nouvelle éternelle. La Sainte Église a institué de plus des jours particuliers, qu’on appelle "ancestraux ", pour une commémoration solennelles et universelle de tous ceux qui sont morts dans la vraie foi. Tels sont :
- Le samedi de Carnaval, c'est-à-dire le samedi précédant la Semaine des laitages " (ce jour-là sont commémorés en priorité tous les défunt par mort non naturelle, à l’exception de ceux qui se sont suicidés).
- Trois samedis du Grand Carême : le second, le troisième et le quatrième.
- Le lundi ou le mardi de la " semaine de Thomas " (qui suit la " Semaine radieuse " de Pâque) appelés Radonitsa.
- Le samedi précédant la Pentecôte, c’est-à-dire, la veille de la fête de la Sainte Trinité.
- Le samedi précédant le 26 octobre, ou samedi de Dimitri, institué par le Grand Prince Dimitri Ioannovitch Donskoï, pour la mémoire éternelle des guerriers tués sur le champ de bataille de Koulikovo (le 8 septembre 1380).
- Le 29 août, jour de la décollation de Saint Jean le Précurseur.

In "Ma Vie en Christ", saint Jean de Cronstadt. Traduit du russe par N.M.Tikhomirova. Mis en ligne par http://www.pagesorthodoxes.net/resurrection/priere-defunts.htm

Il est évident que l'article concerne particulièrement le 1er samedi de la liste, celui du Jugement Dernier, ce qui explique la réaction de Justine, d'autant plus que le "samedi de Dimitri" est une spécificité russe... L'article avait d'ailleurs été publié à bonne date en février dernier...

7.Posté par Vladimir G: la commémoration des défunst du "samedi de saint Dimitri" (Димитриевская родительская суббота) le 06/11/2016 12:00
L’Église a réservé un certain nombre de jours de commémoration pour tous les morts, dont le dernier samedi avant la saint Dimitri de Salonique (26 octobre/8 novembre), le 4 novembre cette année.

Cette commémoration a été inaugurée par le Grand Prince Dimitry Donskoï le jour de son Saint Patron (Saint-Démétrios de Thessalonique le 26 octobre) en 1380. En souvenir de sa grande victoire sur les Tatars sur le Champ de Koulikovo (dans l'actuelle province de Toula, en Russie), le prince Dimitri a fait un pèlerinage au monastère de la Trinité-Saint-Serge à Serguiev Possad près de Moscou). Après avoir commémoré tous ceux qui étaient tombés dans cette guerre, il a décrété par la suite que leur commémoration se ferait tous les ans le samedi avant le 26 Octobre. Plus tard, les chrétiens orthodoxes ont commencé à consacrer ce jour-là, non seulement aux guerriers orthodoxes tombés pour la foi, mais aussi pour tous les chrétiens orthodoxes qui sont morts dans la foi.

In: http://priere-orthodoxe.blogspot.fr/p/priere-pour-les-defunts.html?spref=fb

8.Posté par père Joachim le 02/11/2019 19:10
Il n'est pas interdit d'imiter nos frères Catholiques. Ils fêtent "les morts"le 2 Novembre, avec une visite aux cimetières où ils déposent des chrysanthèmes sur les tombes de la famille.

Pour les orthodoxes les occasions ne manquent pas.
Tous les samedis,on commèmore les défunts. Une céremonie très belle a lieu au lendemain de Paques. Les services liturgiques incontournables ont lieu le Samedi avant les Laitages (grd Carême) et le Samedi veille de Pentecôte.
Il y a les 40 jours après le décès, puis les 9 mois et les anniversaires de la naissance au Ciel.

Fort curieusement, il faut observer que début Novembre (1er.dimanche) on lit chaque année à la Divine Liturgie Luc (16) 19-31 Lazare et le Riche. On peur se demander si cette lecture n'est pas à l'origine de la commémoration des défunts par les églises d'occidents (la Toussaints étant bien en toute cohérence théologique, attachée à la Pentecôte)

Il y a aussi les Fêtes liées à la PERTE d'UNE STRUCTURE ECCLÉSIALE comme l'anniversaire de la Prise de Sainte Sophie.
Plaise à Dieu que ce 3 NOVEMBRE 2019, ne devienne jamais la commémoration de la perte tragique d'une telle structure ?

9.Posté par Gilles le 03/11/2019 19:27 (depuis mobile)
de nos mains de nos pas de nos chutes aussi de nos prières et de nos petits actes , d''âge en âge Espérance , en Partage , chemins d''Isaïe de l''Avent et hors les murs et des jours d''Assise , de Marie des petits , de multiples chemins Espérer

10.Posté par Tchetnik le 03/11/2019 20:11
La célébration des défunts en Occident date d'Odilon de Cluny - donc saint Orthodoxe - selon un décret antérieur à 1031.

En soi, la chose n'est pas choquante, ni contraire aux enseignements et usages de l'Eglise, donc.

11.Posté par Nicodème le 04/11/2019 11:53
Ah bon ? Je croyais que c'était la nuit d'Hallowin...

P.S.: ceci est une plaisanterie ...:-)))

12.Posté par Gilles le 04/11/2019 20:18 (depuis mobile)
Espérance , du Bon Dieu de nos mères ou grand mères , de Marie des tout petits aussi , Espérance

13.Posté par Gilles le 04/11/2019 20:23 (depuis mobile)
Espérance , de multiples chemins , et selon St Jacques de nos actes aussi , et du hors les murs en Partage comme en jours d''Assise en instruments et actes , simplement , de multiples chemins , Espérer en Partage comme Il nous a Aimés , Tout Petit

14.Posté par Gilles Le Dorner le 04/11/2019 20:37 (depuis mobile)
à Marie des petits et coeurs d' enfants même plus vieux ou dits plus grands , prière à Sainte Marie Majeure , Espérance et "gardez nous des coeurs d' enfants " , Marie au Nom des petits aussi

15.Posté par Gilles le 04/11/2019 20:44 (depuis mobile)
Sans nom s'' il vous plaît , j''ai fait un clic par erreur et trop vite . Qu '' importe / A Marie de prière et "coeurs d'' enfants" , Sainte Marie Majeure , Marie des tout petits aussi , Espérance au Nom des tout petits aussi

16.Posté par Gilles le 04/11/2019 21:40 (depuis mobile)
L'Espérance tout simplement en Partage

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile