Un extrait de l'interview a la Agence TASS accordée par le métropolite Hilarion:

"Le 15 octobre l'Eglise orthodoxe russe a réagi à la décision du patriarcat de Constantinople de conférer l'autocéphalie aux schismatiques d'Ukraine en interrompant la communion eucharistique avec le patriarche Bartholomé. Par son action Constantinople s'est isolé du monde orthodoxe. On dit souvent du patriarche de Constantinople qu'il est à la tête de 300 millions de fidèles dans le monde. Mais voilà que plus de la moitié de ces croyants n'est plus en communion eucharistique avec lui.

Peut-on dans ces conditions parler de premier parmi les égaux au sein de l'orthodoxie mondiale? Jusqu'à présent aucune Eglise orthodoxe n'a accordé son soutien à Constantinople. Le patriarche de Serbie a récemment dit à la presse: "Le patriarche Bartholomé a pris une décision arbitraire et cela risque d'entraîner des conséquences catastrophiques". L’ensemble des Eglises locales avaient auparavant proposé d'entamer un débat.

Pendant plus de 300 ans Constantinople n'a pas remis en question la Charte de 1686 confirmant l'appartenance de la métropole de Kiev au patriarcat de Moscou. Et voilà que subitement le patriarcat de Constantinople prétend pouvoir régir les orthodoxes d'Ukraine. Il y a trois siècles la métropole de Kiev était de dimensions modestes. Elle ne contrôlait pas l'ensemble du territoire ukrainien.

Si Constantinople décidait de rétablir les frontières de la métropole de Kiev telles qu'elles étaient en 1686 elle ne pourra disposer que de près d'un tiers du territoire de l'Ukraine, essentiellement au nord-ouest du pays.

Un exemple: vous possédez une demeure habitée pendant trois siècles par vos ancêtres et où vous et vos enfants résidez actuellement. Il s'agit de votre propriété familiale légitime. Voilà que surgit un descendant des donateurs de l'époque et qu'il affirme qu'il ne s'agissait pas d'un don. Cette propriété vous aurait été donnée en location provisoire!!! Or, en ces trois siècles la superficie de cette propriété a triplé. L'on vous propose d'effacer le passé et l'on prie vos enfants de quitter les lieux. N'est-ce pas là du brigandage?

Les canons de l'Eglise orthodoxe interdisent la révision des frontières ecclésiales établies depuis longtemps et que personne met en doute.
Nous espérons que le bon sens prendra le dessus".

Traduction PO

Митрополит Иларион: Константинополь больше не является лидером мирового православияi[

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Novembre 2018 à 21:01 | 20 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir.G: Réactions des patriarches le 23/10/2018 11:24
Réactions des patriarches

Le monde orthodoxe, qui compte une dizaine de patriarcats indépendants, était pour sa part partagé mardi entre réflexion et appels à l’unité.

« Nous ne sommes pas dans une logique de pour ou contre. Nous sommes pour l’unité de l’Église, l’harmonie, la responsabilité, la loyauté envers l’ordre canonique et contre tout ce qui divise et conduit au danger d’une rupture », a ainsi affirmé le patriarche serbe Irinée dans une entrevue.

Le patriarche serbe a néanmoins estimé que la reconnaissance d’une Église indépendante en Ukraine par Constantinople était « une décision qui mène à la rupture » et « qui ouvre de manière directe et sans ambiguïtés la possibilité de nouvelles divisions au sein d’autres Églises » dans le monde.

De son côté, le patriarcat de Géorgie a annoncé l’organisation prochaine d’un synode pour décider d’une position. L’Église finlandaise, dépendante du patriarcat de Constantinople, a dit espérer conserver ses liens avec Moscou malgré la rupture.

Interrogés par l’AFP, l’Église orthodoxe polonaise et le patriarcat de Bulgarie n’ont pas voulu se prononcer sur cette rupture tant qu’une décision officielle ne leur aura pas été communiquée.

2.Posté par Silvain le 23/10/2018 19:25
Un véritable synode panorthodoxe devient absolument urgent. Toutes ces déclarations et prises de position devraient être canalisées et avalisées. Qu'on en profite en même temps pour régler une bonne fois pour toutes les autres questions d'empiètement dans l'Église et autres sujets de discorde. L'unité organique de toute l'orthodoxie s'effondre de plus en plus, et plus on attendra, plus ce sera difficile de présenter à nouveau un front uni. Puisse le Seigneur inspirer de réunir toutes les Églises (y compris Constantinople si cela était encore possible) et le Saint Esprit indiquer la voie de l'unité qui est humilité et amour, dans la vérité cela s'entend. Sans cela, on risque bien d'avoir une période de divisions de plus en plus profondes, et un état endémique de schisme permanent, propice au scandale.

3.Posté par Guillaume le 24/10/2018 10:04
Constantinople ou plutôt Istanbul ne représente plus rien il faut l'avouer et ne dépend que du bon vouloir du pouvoir turc pour continuer a exister.
Constantinople édicte des règles qu'il ne respecte pas lui même comme nous l'avons vu pour le "Concile" de Crête.

4.Posté par Théophile le 24/10/2018 10:23
"Jésus disait une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : 'Rends-moi justice contre mon adversaire. ' Longtemps il refusa ; puis il se dit : 'Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête. ' » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice ! Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu'il les fait attendre ? Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice.
Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »" Luc 18, 1-8
Tous ces scandales, comme ce qui se passe en Ukraine, sont le résultats de nos péchés, et de la mondanité qui pénètre dans le coeur des hommes, avec son tissu de mensonges et de fables - et de notre manque de foi. Et le Diable s'en réjouit, car beaucoup d'autres perdent la foi devant tant d'impiétés parmi les hiérarques de nos communautés.
De quelle foi parle-t-on: d'abord de la foi dans un Dieu bon, qui ne veut pas la mort du pécheur, mais qu'il se repente et soit sauvé.
Or croit-on encore que Dieu nous sauve et qu'Il veut que tous soient sauvés? Non, nous croyons que quelques-uns seront sauvés mais que tous les autres sont condamnés à périr immanquablement. C'est déjà une réduction terrible de notre foi en Dieu.
Les pharisiens ont refusé le Christ, parce qu'Il parlait aux pécheurs, aux étrangers, et parce qu'Il les guérissait, et leur montrait la Bonté véritable et gratuite de son Père. Les Pharisiens voulaient que seul les quelques justes parmi des les Judéens soient guéris et sauvés. Ils manquaient de foi véritable en Dieu. Souvent, nous sommes dans un tel état d'esprit, hélas.
Alors si les temps sont durs, redoublons de foi en Dieu, en ce Dieu fidèle qui sauve par son Christ, dans l'Esprit Saint.
Quant à ceux qui divisent l'Eglise pour des projets politiques ou mondains, et causent le scandale et l'abattement - qu'ils pleurent amèrement et demandent pardon pour avoir conduit les enfants à subir ce spectacle affligeant. Rappelons-nous combien les réformes inappropriées et prétentieuses de Nikon ont causé le schisme des Vieux-Croyants et la fin du Patriarcat en Russie pendant tant d'années! Constantinople est au bord du précipice. Mais ne ne réjouissons pas, pleurons et faisons pénitence, et surtout ne réduisons pas notre foi en la bonté de Dieu.

5.Posté par Vladimir.G: Constantinople est important pour les Orthodoxes le 24/10/2018 15:03
Constantinople est important pour les Orthodoxes puisque son statut canonique a été défini par deux Conciles œcuméniques. Il n'est pas possible de revenir dessus d'un revers de main et c'est pour cela que l'Église russe travaille à une décision consensuelle des Églises.

Par ailleurs le statut administratif du PC est garanti par le traité de Lausanne (1923) qui le définit comme un établissement religieux demeurant à Constantinople et s'occupant des affaires purement spirituelles de la minorité de nationalité turque et "de religion grecque-orthodoxe". La loi turque s’appuie sur ce traité...

Et le PC regroupe plusieurs millions d'Orthodoxes dans le monde: si la Turquie en compte moins de 10 000, ils sont plus de 3 millions en Grèce (nord du pays, îles de l'Égée et Crète, Dodécanèse)et au moins 500 000 dans le reste du monde (Amérique du nord, Europe occidentale, Asie et Océanie...)

6.Posté par père Joachim le 25/10/2018 11:57
Ne doit-on pas déplorer qu’en orthodoxie, nous parlions plus souvent de « frontières ecclésiales établies » que d’AGAPE, qui semble pourtant régir les fondements de l’ecclésiologie orthodoxe, autant locale qu’au niveau de la Koinonia pan orthodoxe ?
(cherchons cependant l’AGAPE dans nos rangs en ces temps de post sécularisation, de post sovietisme et de l'économie mondialisée !)

On évoque très souvent la tradition canonique du haut moyen âge ; elle semble que peu accessible à la plus part des Patriarcats issu de « l’éveil des nationalités » Peut être aurait on tout à gagner en mettant en avant l’organisation des églises des temps néotestamentaires ?
Saint Paul n’avait il pas déjà insisté sur le rôle primatial de Jérusalem, des apôtres et de JACQUES?
Tous alors étaient présent au 1er. Concile, et tous participaient même aux grandes collectes montrant ainsi que l’ecclésiologie du type « forteresse »n’avait pas cours ni à cette époque pas plus d’ailleurs que dans les temps des Grands Conciles.
Le problème en suspens en Ukraine, comme d’ailleurs celui totalement sclérosé du « rascol » et celui réglé par le sang des « onomatolatres » semble être la conséquence de l’ecclésiologie du replie médiéval. J’oserais dire de l’idéologie défensive du type « kremlin » qui disons le est commun à toutes la « communion » des 300 millions, dite des non-hétérodoxe.
(… sans la détermination du pouvoir civil nous trainerions encore et en plus le problème de Karlovsky !)

Oui certes, la plus part du temps, l’orthodoxie moderne (2/3 siècles) n’est capable de générer parmi ses hiérarques que d’incapables « denisenko » bien recensés. Et, pat ailleurs, la question d’Ukraine est d’abord et avant tout une question RUSSE.
Mais voilà que la providence à fait ressortir le vieux thème ecclésiologique « de l’APPEL »impliquant de jure des autorités existantes et latentes, qui arrivent dans la question slave, il est vrais, sous l’apparence de « pièces rapportées ».

Mais si tous à présent sommes acculés à subir l’opprobre de l’excommunion infligée, sur un claquement de doigts désinvolte (comme si de rien n’était) nous somme appelé à accompagner l'église sur son Golgotha, car il lui appartient d'aller à la recherche de la "brebis perdue" pour éviter au monde la naissance d’un nouveau mouvement sectaire que l’excellent Mgr. Eunuphre a eu du mal à enrayer, sans doute par manque de moyens ?.

7.Posté par Daniel le 26/10/2018 14:58
Le père Joachim a raison (message 4). Mais cette notion de frontière se voyait déjà avec ces personnes se définissant comme orthodoxe russe, serbe, géorgien et autre. La suite logique était que d'autres veuillent se définir en orthodoxe ukrainien, zoulous ou autre...

8.Posté par Manolis le 26/10/2018 18:18
J'ai du mal à comprendre la comparaison faite par le métropolite Hilarion avec la maison, la propriété familiale et l'Eglise en Ukraine. L'église, qu'elle soit en Ukraine, en Russie, à Jérusalem ou aux Etats-Unis, est une et n'est pas la propriété de l'un ou de l'autre.

9.Posté par Silvain le 27/10/2018 23:00
Deux questions au métropolite Hilarion :

1) Si Constantinople n'est plus au premier rang de l'orthodoxie mondiale, est-ce qu'il considère que ce premier rang a tout simplement disparu, c'est-à-dire qu'il y a désormais vacance, ou est-ce qu'il pense que quelqu'un d'autre pourrait ou devrait désormais occuper ce premier rang ?

2) Au bénéfices des fidèles de la diaspora, ne serait-il pas plus intéressant de savoir comment on fait pour gérer le désordre créé dans les paroisses par la récente décision du saint Synode que d'entendre proclamer publiquement que l'orthodoxie ressemble à un bateau sans capitaine (fut-il premier entre les égaux). Que le patriarche de Constantinople soit tombé hors de l'Orthodoxie est une évidence pour tous ceux qui connaissent un tant soit peu le fonctionnement de l'Église, mais faut-il vraiment se confondre en justifications devant le monde entier, et en particulier devant le jésuite de service qui occupe le trône de Rome ? En résumé : quelles priorités pour la pastorale ?
-
Finalement : on entend déjà tirer des parallèles entre la situation actuelle en diaspora et la situation du diocèse de Souroge suite à l'activité du département des relations extérieures, entre 2001 et mi-2002. L'heure est visiblement à l'ouverture des armoires, et ça commence à bouillonner dans les clochers. Ce n'est bon pour personne.

10.Posté par Théophile le 28/10/2018 09:18
@ Silvain
Selon les critères de préséance du VIe siècles, après Rome et Constantinople, c'est Alexandrie qui vient en troisième dans l'ordre des patriarcats historiques, puis Antioche et Jérusalem.
Cependant, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de vouloir remplacer la place vacante, car cela fermerait définitivement la porte à un retour de Constantinople. Que la place demeure vacante, c'est accepter notre pauvreté actuelle. Et puis, nous sommes sans doute à la onzième heure... alors soyons patients et gardons nos lampes allumées.
En réalité, c'est le Christ qui est au gouvernail de l'Eglise, et non tel ou tel évêque.

11.Posté par Vladimir.G: premiers clivages le 29/10/2018 10:57
Outre les diocèses de l'Église orthodoxe ukrainienne (EOU-MP), qui se prononcent massivement pour le soutien à leur primat, le métropolite de Kiev Onuphre, 3 Églises orthodoxes canoniques ont manifesté leur opposition aux décisions de Constantinople: le patriarcat de Serbie, l'Église des Terres tchèques et slovaques et l'OCA (Église orthodoxe en Amérique, non reconnue par certaines Églises canonique, dont Constantinople... )

La question qui se pose maintenant est comment réunir un concile ou une synaxe qui pourrait essayer de résoudre le différent entre Moscou et Constantinople: ce rôle était dévolu à l'empereur, jusqu'à la chute de Byzance, puis le patriarche de Constantinople (PC) prit la suite en sa qualité d'"ethnarque" responsable du millet orthodoxe, que le Sultan lui accorda ("Ethnarque" c'est à dire chef de la "nation" chrétienne, au sens musulman pour lequel le civil et le religieux sont inséparables. Cf. http://www.crypte.fr/eglise/clementconstantinople.html). Cette pratique perdure toujours et je ne vois pas bien comment obliger le PC à réunir concile ou synaxe des primats, qui pourrait remettre en question ses décisions et ses prérogatives, ou le remplacer pour cette initiative... Ainsi, par exemple, une conférence des chefs et représentants des Églises orthodoxes locales s’est déroulée à Moscou en 1948 à l’initiative du Patriarcat de Moscou, à l’occasion du 500eanniversaire de l’autocéphalie de l’Église russe. Cependant ses décisions n’ont pas été adoptées par les Églises locales qui ont considéré que seul le patriarche de Constantinople pouvait convoquer une réunion panorthodoxe... (https://orthodoxie.com/discours-douverture-au-concile-episcopal-de-leglise-orthodoxe-russe-du-patriarche-cyrille/ et en russe: https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%92%D1%81%D0%B5%D0%BF%D1%80%D0%B0%D0%B2%D0%BE%D1%81%D0%BB%D0%B0%D0%B2%D0%BD%D0%BE%D0%B5_%D1%81%D0%BE%D0%B2%D0%B5%D1%89%D0%B0%D0%BD%D0%B8%D0%B5_(1948))

12.Posté par justine le 04/11/2018 20:54
Au poste 11: Il faut ajouter les patriarcat d'Alexandrie, d'Antioche et de Jerusalem. Comment oubliez-vous ce que Théodore d'Alexandrie, récemment en visite en Pologne et à Odesse, a fortement souligné dans ses homélies: que le peuple d'Ukraine doive rester fidèlement réuni autour de son pasteur, le métropolite Onuphre! Et Jean d'Antioche a déjà a plusieurs reprises et surtout lors de sa récente visite en Serbie clairement exprimé son opposition aux ingérences du Fanar en Ukraine et demandé la convocation d'un concile pour régler la question. Quant a Théophile de Jérusalem il a dès la première heure déclaré que seul le métropolite Onuphre était destiné par Dieu à résoudre le problème ukrainien et par la suite a appelé les Orthodoxes ukrainiens à rester unis autour du métropolite Onuphre. Ensuite l'Eglise de Pologne a également exigé que la questions ukrainienne soit résolue sur la base des Saints Canons et a accusé le Fanar d'agir de facon anti-canonique. Ces derniers jours, le synode de Bulgarie a lui aussi demandé qu'un concile se réunisse pour résoudre l'affaire.
En fait on peut dire qu*officiellement ou inofficiellement, toutes les Eglises Orthodoxes ont exprimé leur désaccord avec les démarches anti-canoniques du Fanar qui se trouve donc isolé au sein du monde orthodoxe.

13.Posté par Михаил le 06/11/2018 23:19 (depuis mobile)
Constantinople n''existe plus depuis longtemps. Il n''en restait qu''une virtualité reposant sur les dépositaires à qui avait été confié l''héritage mystique. Le tout dernier s''est révélé, pour de mystérieuses raisons, le plus indigne. Sa forfaiture...

14.Posté par Михаил le 06/11/2018 23:28 (depuis mobile)
...sa forfaiture signe la fin symbolique de ce vestige maintenu artificiellement chez les Turcs. L''Eglise de Constantinople ne pouvait survivre à l''empire de Constantinople que dans l''honneur. L''ego et le déshonneur en ont eu raison...

15.Posté par Vladimir.G: il faudrait un concile oeucuménique! le 07/11/2018 10:42
Le rôle et la place de Constantinople ont été définis par le 2e concile œcuménique: "Nous prenons la décision au sujet de la préséance de la Très Sainte Église de Constantinople, la Nouvelle Rome... parce que cette ville est la ville impériale… et elle doit aussi avoir le même rang supérieur que l'Église de Rome dans les affaires d'Église, tout en étant la deuxième après elle" (Constantinople 1, 681.) Il semble difficile de changer cela, d'autant que Constantinople s'est aussi arrogé le droit de réunir les Concile depuis la chute de Byzance et personne ne le conteste depuis...

16.Posté par justine le 07/11/2018 11:58
On peut toujours, chevauchant sur la vague contemporaine du "politiquement correct" , s'opposer aux frontières, aux délimitations; aux règles. Mais Dieu Lui-meme a posé des limites - aux ténèbres, aux océans pour ne pas enfreindre sur la terre ferme, au diable, meme aux peuples dont il a "fixé les limites selon le nombre des anges", comme dit la Sainte Ecriture, et puis, les délimitations au sein de Son Eglise elles aussi, reglées dès le debut par les Apotres eux-memes qui dans leurs canons interdisent strictement aux éveques d'agir en-dehors des limites de leurs diocèses, ne font rien d'autre qu'assurer le bon ordre des choses. Il faut etre bien aveuglé par les idéologies à la mode pour perdre de vue le sens de l'ordre, alors que ce sont précisément les dérogations aux règles qui font que nous nous trouvons aujourd'hui dans un chaos complet, dans le monde aussi bien que dans l'Eglise. Etes-vous donc plus intelligents le Créateur, vous les modernes?

17.Posté par justine le 07/11/2018 12:54
Post 15: Mauvaise traduction (ou plutot deformation du sens) du 3e Canon du 2e Concile. Ce qui est ici traduit comme "le meme rang supérieur que l'Eglise de Rome" est en grec: "τα πρεσβεία της τιμής μετά τον της Ρώμης επίσκοπον". Traduit correctement: "(que l'éveque de Constantinople aie) la préséance d'honneur après l'éveque de Rome (parce que celle-ci est la Nouvelle Rome").

18.Posté par Vladimir.G: Merci Justine ! le 07/11/2018 13:26
Mais cela ne change pas réellement le sens, non?

19.Posté par Théophile le 07/11/2018 21:00
Sur le site Orthodoxie.com figure cet article du métropolite Amphiloque: https://orthodoxie.com/le-metropolite-du-montenegro-amphiloque-a-mon-avis-la-seule-solution-a-la-question-ukrainienne-est-de-continuer-le-concile-de-crete/
Sa vision est vraiment intéressante, sur la nécessité de tourner la page de l'orthodoxie impériale pour revenir à une organisation de l'Eglise qui soit plus simple et locale.

20.Posté par Marie Genko le 08/11/2018 09:25
Merci Justine pour vos précieuses mises au point.
Nous vivons dans un siècle littéralement gangrené par la pensée protestante!
Un siècle où , chacun est persuadé que son libre arbitre suffit à remplacer toutes les règles et toute la sagesse séculaire enseignée par les Canons de notre Eglise.

Le malheureux Patriarche Bartholomée, issu du Russicum à Rome, en croyant agir comme un nouveau Pape orthodoxe, agit en réalité en nouveau Martin Luther !

Et l'Histoire nous enseigne combien de sang chrétien a été versé au nom de Luther!

21.Posté par Vladimir.G: ''Constantinople ne dispose plus des droits qu’elle avait en son temps d’accorder l’autocéphalie" le 08/11/2018 10:49
Je reviens sur l'excellent article mentionné en 19 (merci Théophile!). En voici le début et la conclusion, particulièrement limpides:

« À mon avis, la seule solution à la question [ukrainienne] serait de continuer le Concile de Crète, qui n’est pas achevé, et le patriarche serbe a appelé à le poursuivre. Quatre patriarches doivent donner leur décision sur le concile, étant donné que sans la participation de l’Église orthodoxe russe et des trois autres patriarcats, ce concile ne peut être panorthodoxe. Il faut accepter les décisions du concile, étant donné que, autant que je le sache, elles avaient été préalablement adoptées à Genève en 2009 déjà. En même temps, il faut soulever au concile la question de l’octroi de l’autocéphalie. Le concile doit prendre une décision finale quant à la question de savoir qui peut accorder l’autocéphalie et régler ainsi le problème de l’Ukraine et d’autres phénomènes semblables », a déclaré le métropolite Amphiloque dans une interview au correspondant de l’agence Tass, mentionnant qu’il est « clair comme du cristal que Constantinople ne dispose plus des droits qu’elle avait en son temps d’accorder l’autocéphalie ».
...

Nous discuterons le 6 novembre, lors de l’assemblée de nos évêques [de l’Église orthodoxe serbe] et je pense que ce sera la proposition de l’Église orthodoxe serbe, à savoir continuer le Concile de Crète et aussi mettre à l’ordre du jour les questions de l’octroi de l’autocéphalie et de la diaspora. Le Patriarcat de Constantinople insiste sur le fait que la diaspora lui appartient, et cela est absolument inacceptable du point de vue des canons » a conclu le métropolite Amphiloque.

22.Posté par justine le 08/11/2018 18:31
A Vladimir, post 18: "Rang supérieur" n'est certainement pas identique a "préséance d'honneur", et puis cette préseénce est APRES Rome et non pas ensemble avec elle. Les Saints Pères dans leurs formulations des canons sont extremement prudents, circonspects et précis, qualités qu'avec le vague et elastique slang moderne meme en milieu ecclésiastique - non sans objectif, car il permet de se faufiler entre les règles établies - se sont perdues, si bien que les finesses du langage patristique nous ne les saisissons meme plus!

A Marie, post 20: Ce qui est piquant c'est que le patriarche Bartholomée accuse de protestantisme ceux qui contestent son comportement papiste!

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile