*** Une visite du Pape de Rome n’est pas à l’ordre du jour.

Moscou. 19 août 2017. INTERFAX — La question de l’Ukraine sera examinée lors de la prochaine visite à Moscou du [cardinal Paolo Parolin, ]url: http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Le-cardinal-Parolin-en-Russie-au-mois-d-aout_a5111.html Secrétaire d’État du Vatican, du 20 au 24 août.

« La question ukrainienne n’a pas été ôtée de l’ordre du jour. Cette question reste un problème dans les relations entre nos deux Églises en raison des actions destructrices des gréco-catholiques en Ukraine ; la question a aussi une dimension humanitaire, » a déclaré ce mardi sur notre site Interfax-religia le hiéromoine Stéphane (Igoumnov), secrétaire du Département synodal aux relations extérieures en charge des relations entre les Églises chrétiennes.

Il a également ajouté : « l’Église orthodoxe russe apprécie la position du Vatican sur cette question qui n’autorise pas d’utiliser le Saint-Siège afin de spéculer sur une escalade dans la crise ukrainienne et faire que le conflit dans ce pays devienne un conflit inter-religieux. »

Le père Stéphane a également souligné que la visite du cardinal Secrétaire d’État intervient dans le cadre des échanges entre les deux Églises qui se sont activés depuis la rencontre du Pape et du Patriarche, cette visite « est une étape normale dans la coopération qui se développe dans différentes directions. […]

l’Église orthodoxe russe et l’Église catholique-romaine sont les communautés chrétiennes les plus importantes dans le monde. Leurs leaders ne craignent pas de prendre leur responsabilité et d’influer de leur autorité sur les processus qui apparaissent aujourd’hui dans nos sociétés, d’élever leur voix pour la défense de la moralité traditionnelle, pour le soutien aux chrétiens persécutés dans différentes régions du monde, et tout particulièrement au Proche Orient, et pour toute autre question dont dépend l’avenir de toute l’humanité. »

Répondant à une question sur l’éventualité d’une visite du pape François à Moscou , le père Stéphane a rappelé que le Cardinal lui-même a, dans une interview, déclaré qu’il n’aborderait pas cette question avec le Patriarche.

Traduction "PO"

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Août 2017 à 23:00 | 1 commentaire | Permalien


Commentaires

1.Posté par Vladimir G: "des échanges entre les deux Églises qui se sont activés le 19/08/2017 16:34
«l’Église orthodoxe russe apprécie la position du Vatican sur cette question qui n’autorise pas d’utiliser le Saint-Siège afin de spéculer sur une escalade dans la crise ukrainienne et faire que le conflit dans ce pays devienne un conflit inter-religieux.»

Le problème de l'uniatisme et l’attitude des gréco-catholiques ukrainiens sont un obstacle pour les relations entre Orthodoxes et Catholiques depuis prés de quatre siècles, l'Église russe y étant particulièrement sensible depuis la résurgence de l'église gréco-catholique en Ukraine; elle s'était accompagnée d'actions violentes lors de "réappropriations "d'églises utilisées par des communautés orthodoxes, qui avaient été spoliées de leur propres églises par les Soviets et se retrouvaient sans lieu de culte... La résolution de cette question fut longtemps une condition préalable de Moscou à une rencontre entre le patriarche et le pape. Il est heureux que ce n'est plus un préalable et, la rencontre ayant eu lieu, des avancées pourraient intervenir "dans le cadre des échanges entre les deux Églises qui se sont activés depuis la rencontre du Pape et du Patriarche."

2.Posté par Vladimir G: Précisions du métroloite Hilarion de Volokolamsk le 23/08/2017 12:49
Question: Une visite du pape François en Russie ou du patriarche Cyrille au Vatican est-elle envisageable dans un proche avenir ?

Réponse de Mgr Hilarion: Pour l’instant, des échanges de visite à ce niveau ne sont pas prévus. Nous avons encore un long chemin à parcourir avant que soit appliqué ce qui a été esquissé lors de la rencontre historique du pape et du patriarche à La Havane. Certes, c’est de cela que nous parlerons avant tout avec le cardinal Parolin. Nous avons tout un catalogue de thèmes que nous soulevons à chaque rencontre. La défense des chrétiens persécutés du Proche Orient, dont la situation est toujours extrêmement grave. La situation en Ukraine, où les schismatiques continuent à semer le désordre en s’emparant de nos églises, tandis que des projets de loi discriminatoires sont en préparation, car différentes forces, dont les uniates, en veulent à l’Église orthodoxe canonique. Il y a aussi la défense des valeurs familiales traditionnelles, et beaucoup d’autres sujets.

3.Posté par Vladimir G: “le début d’un nouveau chemin” le 23/08/2017 23:17
22.08.2017 par Jacques Berset, cath.ch
A la veille de la rencontre du président Vladimir Poutine avec le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Vatican, le gouvernement de la Fédération de Russie et le Secrétariat d’Etat du Vatican ont signé, le 22 août 2017, un accord sur les dispenses de visa pour les diplomates de la Russie et du Vatican en possession d’un passeport diplomatique.

Le document a été signé par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexeï Mechkov et le nonce apostolique en Russie, l’archevêque Celestino Migliore. “Je crois que l’accord signé sur les voyages sans visa pour les propriétaires de passeports diplomatiques favorisera les contacts”, a souligné le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.
Rencontre avec le président Poutine

Les discussions avec le président Poutine prévues mercredi 23 août porteront sur l’agenda bilatéral concernant notamment la situation des chrétiens au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, et le conflit en Ukraine, selon le service de presse du Kremlin du 22 août.

Les relations entre le Vatican et la Russie ont atteint “un niveau très élevé et positif”, a déclaré le même jour le cardinal Pietro Parolin, lors d’une réunion avec Sergueï Lavrov.

Le 21 août, le secrétaire d’Etat du Vatican, qui se rendait pour la première fois en Russie, a rencontré le métropolite Hilarion de Volokolamsk, chef du Département synodal des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Les sujets abordés concernaient en particulier les moyens de résoudre la crise en Syrie.
Soutien aux chrétiens de Syrie

“Les interlocuteurs se sont mis d’accord pour dire qu’il fallait avant tout mettre un terme au terrorisme sur le territoire de la Syrie, et ce n’est qu’une fois la paix revenue dans le pays que l’on pourra déterminer son avenir politique”, estime le Patriarcat de Moscou. Les deux interlocuteurs ont souligné l’utilité d’autres consultations entre le Patriarcat de Moscou et le Saint-Siège concernant les problématiques du Moyen-Orient et la nécessité de poursuivre la coopération dans le domaine humanitaire dans cette région. Le Patriarcat de Moscou relève que les négociations ont également porté sur le conflit qui dure en Ukraine.

Le métropolite Hilarion a exprimé son inquiétude concernant les projets de loi n ° 4128, 4511 et 5309 “visant à discriminer l’Eglise orthodoxe ukrainienne”, qui reste à l’ordre du jour de la Rada suprême (Conseil suprême d’Ukraine). Il a exprimé sa gratitude au Saint-Siège pour son soutien à la position du Patriarcat de Moscou sur cette question. Hilarion a également fait part de son regret concernant “certains cas de déclarations politisées et d’actions agressives faites par des représentants de l’Eglise gréco-catholique en Ukraine”.
Le cactus uniate

Les deux parties ont exprimé la conviction que la politique ne devrait pas interférer dans la vie de l’Eglise “alors que les Eglises en Ukraine sont appelées à jouer un rôle pacificateur et à aider à établir un accord civique dans le pays”.

Parlant de la situation en Ukraine sur le site du Patriarcat de Moscou, il affirme que “les [orthodoxes] schismatiques continuent à semer le désordre en s’emparant de nos églises, tandis que des projets de loi discriminatoires sont en préparation”. Et de mentionner “différentes forces, dont les uniates, [qui] en veulent à l’Eglise orthodoxe canonique”. Hilarion croit cependant que “le schisme sera surmonté” et que l’orthodoxie ukrainienne sera réunie.
Pas question de diviser l’Eglise orthodoxe ukrainienne

“Mais ce n’est pas en ‘intégrant’ l’Eglise canonique aux schismatiques, comme le proposent certains hommes politiques ukrainiens, qu’on y parviendra. Le retour à l’Eglise n’est possible que par la pénitence. Il n’y a pas besoin de créer une Eglise ukrainienne: elle existe déjà et sa canonicité est reconnue par toutes les Eglises orthodoxes locales sans exception, tandis que la canonicité des schismatiques n’est reconnue par personne”.

Le patriarche Bartholomée a exprimé à plusieurs reprises son soutien à l’Eglise orthodoxe ukrainienne canonique. Il a souligné qu’il reconnaissait le métropolite Onuphre comme unique Primat canonique de l’Eglise orthodoxe en Ukraine.
Entente cordiale entre Rome et Moscou

“Je ne doute pas que le Patriarcat de Constantinople continuera à soutenir cette position à l’avenir. Il ne peut en être autrement, car nous sommes une seule famille d’Eglises orthodoxes. Si une Eglise connaît un schisme, toutes les autres Eglises le vivent précisément comme un schisme”.

Interrogé par Radio Vatican sur les rapports entre l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe russe, après la rencontre historique à Cuba en février 2016 entre le pape François et le patriarche Cyrille, le cardinal Parolin explique qu’ils traversent une période positive. Une étape qui “devient le début d’un nouveau chemin” pour dépasser les difficultés existantes afin de mettre toutes les énergies dans la promotion du bien commun. Le ‘numéro 2’ du Vatican a précisé qu’un éventuel voyage du pape François en Russie ne faisait pas partie des sujets de conversation. (cath.ch/tass/mospat/radvat/be)

Nouveau commentaire :