Le protodiacre André Kouraïev critique le chef de l'Eglise grecque pour sa justification de Constantinople
Le protodiacre André Kouraiev, théologien et blogueur connu, a jugé éhonté le raisonnement du chef de l'Eglise grecque, l'archevêque Jérôme, qui a tenté de présenter l'Eglise de Constantinople comme le défenseur des intérêts de l'Orthodoxie mondiale.

"L'effronterie hellénique", c'est ainsi que le protodiacre a intitulé son message sur les réseaux sociaux, consacré au rapport de l'archevêque lors de l'assemblée d'Athènes le 12 octobre, où la plupart des hiérarques de l'Eglise grecque ont accepté de reconnaître la nouvelle structure religieuse de l'Ukraine (Eglise orthodoxe ukrainienne), créée l'année dernière avec le soutien de Constantinople et des autorités ukrainiennes d'alors.

Dans son rapport, l'archevêque Jérôme a déclaré en particulier, que "toute l'histoire du Patriarcat œcuménique, que ce soit dans les périodes de prospérité ou dans les temps difficiles, est un véritable témoignage de son service toujours désintéressé et sacrificiel auprès des églises orthodoxes souffrantes".

"Que l'Histoire, montre ne serait-ce qu'un exemple semblable! Qu'est-ce que Phanar a sacrifié pour l'Eglise russe en détresse dans les années 20 - 30 du 20ème siècle ? Le Phanar se comporta-t-il en prédateur ou fut-il désintéressé à l'égard des principautés roumaines aux 16ème -18ème siècles ? Combien de moyens les patriarches œcuméniques ont-ils consacrés à des missions au profit d’autres peuples au cours des 5ème -15ème siècles ?" écrit le protodiacre.

Il a également réfuté les propos du chef de l'Eglise de Grèce selon lesquels Constantinople "accorde toujours volontiers et de façon désintéressée l'autocéphalie à l'Eglise d'un Etat indépendant". Le protodiacre a rappelé en particulier que, dans les années 1920, l’Etat polonais a dû verser 12 000 livres sterling au patriarcat de Constantinople pour obtenir l’indépendance de l’Eglise orthodoxe polonaise. Une situation analogue s'était présentée plus tôt, lorsque l’Eglise russe eut besoin de l’autocéphalie.

"Les Byzantins considéraient en réalité la Russie comme une vache à lait", écrit le père André, citant des extraits de chroniques de diverses années, où il était question des réquisitions d'évêques de Constantinople dans la Russie médiévale

Traduit du russe par Marie et André Donzeau

Известный богослов и блогер протодиакон Андрей Кураев назвал бесстыдными рассуждения главы Элладской церкви архиепископа Иеронима, который попытался представить Константинопольскую церковь защитницей интересов мирового православия.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Octobre 2019 à 13:41 | 10 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par justine le 17/10/2019 21:16
L'Eglise Russe vient de prendre une decision fort sage et juste en réponse à ce qui s'est passé au synode de la hiérarchie grecque le 12 octobre.

Elle rompt la communion non avec l'Eglise de Grèce dans son ensemble, sachant combien il y a en son sein des Orthodoxes fidèles à la Tradition ecclésiale et à l'ordre canonique et fraternellement disposés à l’égard de l'Eglise russes, mais sélectivement avec tous les hiérarques et autres pasteurs qui ont concélébré ou concélébreront avec les schismatiques ukrainiens ou d'une autre manière manifestent leur reconnaissance de ces derniers. Elle cessera aussi de commémorer Archevêque d Athenes Jerome du moment où il commencerait à commémorer le pseudo-métropolite Épiphane.

Sur https://orthodoxie.com/declaration-du-17-octobre-2019-du-saint-synode-de-leglise-orthodoxe-russe-concernant-ses-relations-avec-leglise-orthodoxe-de-grece/ on peut lire en F les derniers paragraphes décisifs de la Declaration du Saint Synode du PM.

Ceci étant dit, il devient de plus en plus clair, d’après les témoignages de synodaux, que comme le déclarait déjà le métropolite de Cythère, on ne peut parler de "décision" de la hiérarchie grecque, vu qu'aucun vote n'a eu lieu, contrairement à la regle, et que cette fameuse "décision" n'existe en fait que dans le communiqué officiel préparé par un petit nombre d’évêques supporters du Fanar. On parle meme d'un "putsch" de ce groupe qui, par ses stratagèmes aurait dirigé les événements, depuis la désignation des 2 commissions chargées d'examiner la question ukrainienne, jusqu'à la session extraordinaire de la hiérarchie du 12 oct., et qui aurait enfin tout fait pour empêcher un vote, puisqu'ils comprirent qu'il ne réunirait qu'une toute petite majorité et ferait ainsi échec à leurs objectifs. Voir à cet égard une interview très intéressante du protopresbytre Nicolas Sabbopoulos avec agence Romfea:

https://www.romfea.gr/epikairotita-xronika/32333-prot-nikolaos-sabbopoulos-stin-ektakti-isi-egine-sunodiko-prajikopima-eis-baros-tou-arxiepiskopou-

2.Posté par Silvain le 18/10/2019 14:08
Il semblerait qu'un agent double fait la promotion des vues constantinopolitaines au sein du patriarcat de Moscou. Il s'agit d'un prêtre dans la juridiction de l'Archevêché de Mgr Jean, dans le doyenné de Bretagne.

Ses articles sur Orthodoxie.com transmettent ou relatent systématiquement le point de vue et les griefs de Constantinople. Notamment un dernier article dans lequel le Métropolite Hilarion est accusé d'avoir exercé de graves menaces contre les clercs des Églises de Jérusalem, de Grèce et de Bulgarie, ainsi que d'autres articles dans lesquels l'Église russe est systématiquement mies en cause comme fauteur de troubles au nom de vues sur un hypothétique statut de "nouvelle Rome". Il va falloir que ce prêtre choisisse à qui il obéit.

3.Posté par Père Yannick le 19/10/2019 00:20
Il semblerait que le message de Sylvain me soit destiné.
Comme vous le savez sans doute, le site d'information orthodoxie.com tente de mettre à la disposition des lecteurs francophones des textes et documents informatifs sur la vie des Eglises orthodoxes.
Les décisions de publications de tel ou tel texte sont pris collectivement par les responsables du site.
De plus, il s'agit le plus souvent de traductions en français (la source est mentionnée) d'articles publiés sur des sites d'information en russe, en grec, en anglais ou autre, et qui ne reflètent pas l'opinion personnelle de la personne qui a effectué la traduction ou mis l'article en ligne.
Par exemple, le dernier article, publié par Christophe Levalois d'un texte publié en grec sur le site Romfea du père Nicolas Savvopoulos n'est pas l'analyse de Christophe Levalois, mais celle du père Nicolas.
De la même manière, lorsque je publie tel ou tel texte, je le fais pour informer les lecteurs sans que ce soit l'expression de ma conviction personnelle.
Je vous demande par conséquent de vous abstenir de tout commentaire ou de tout jugement concernant ma collaboration et les articles que je publie.
Je n'apprécie pas d'être traité par vous d'agent double. Je n'ai jamais caché mes opinions, mais ce n'est pas à vous que je dois rendre des comptes.
En tout cas, il y en a un qui fait bien son travail, c'est le Diviseur !

4.Posté par L’Église orthodoxe russe considère que le fait même de la concélébration de l’archevêque d’Athènes avec le patriarche de Constantinople ne constitue pas une reconnaissance de l’autocéphalie ukrainienne le 19/10/2019 15:50
Le vice-président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe russe, l’archiprêtre Nicolas Balachov, a déclaré que la concélébration de l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme avec le patriarche de Constantinople Bartholomée ne signifie pas encore la reconnaissance de l’autocéphalie ukrainienne par le primat de l’Église de Grèce. « Le patriarche Bartholomée commémore le ‘métropolite’ Épiphane lors de chaque Liturgie » a déclaré l’archiprêtre. Si l’on considère que la concélébration de la Liturgie avec le patriarche Bartholomée signifie la reconnaissance de ‘l’Église orthodoxe d’Ukraine’ [du métropolite Épiphane Doumenko, ndt], il faudrait alors cesser la communion avec tous les Primats des Églises orthodoxes locales ». L’archiprêtre a souligné que l’archevêque Jérôme n’a jusqu’à présent jamais commémoré le nom d’Épiphane Doumenko lors de ses célébrations de la Liturgie.

« C’est ainsi que les conséquences prévues par la déclaration du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe du 17 octobre, ne peuvent entrer en vigueur que si l’archevêque d’Athènes procède lui-même à la commémoration du chef de ‘l’Église orthodoxe d’Ukraine’ [du métropolite Épiphane Doumenko, ndt] ou encore témoigne sa reconnaissance de l’association des schismatiques ukrainiens d’une autre façon comme, par exemple, par un message ou la concélébration » a précisé le père Nicolas.

5.Posté par justine le 20/10/2019 15:25
Au post 3: Je pense que toute page internet qui affirme offrir' "L'information orthodoxe", se doit de respecter une éthique non pas du journalisme séculier avec ses "palettes d'opinions variées" (motivée bien moins par des scrupules de "liberté d'opinion" que par des considerations économiques, afin de n'exclure de la clientèle potentielle aucune tendance de pensée), mais du souci de vérité et donc de vérifier et sélectionner ses sources. Faute de quoi le site procure à ses lecteurs non de "information orthodoxe", mais de la désinformation. Et ceci a certainement été le cas avec les articles repris du site américano-fanariote "Orthodox Times".

6.Posté par Jonas le 20/10/2019 21:03
@posts 2 et 5 :
"Agent double" est une expression qui peut avoir cours au sein d'une officine d'agents secrets, non au sein de l'Eglise. Cela ne peut qu'alimenter les suspicions... Foin des appels à la délation !
Par ailleurs la question n'est pas de savoir si des propos rapportés sur "Orthodoxie.com" sont ou non "favorables à Constantinople" mais s'ils sont véridiques... Si effectivement une trentaine de métropolites grecs, à tort ou à raison, se sont plaints lors du Synode d'avoir subi des pressions de la part du PM, c'est qu'il y a un problème, et ce n'est pas "en cassant le thermomètre" qu'on fera baisser la fièvre...
Et je doute qu'"Orthodoxie.com" soit "motivé par des considérations économiques" pour ne pas "exclure de clients potentiels" : autant que je sache, le site est animé par des bénévoles et, jusqu'à présent du moins, en consultation gratuite, quoiqu'il soit possible de s'abonner... Et il existe de "bons occidentaux", attachés non à la pluralité des opinions mais au fait de pouvoir se faire leur propre opinion en confrontant des sources discordantes et parfois contradictoires, qui sont très reconnaissants à ce site d'exister ; ce qui ne les empêche pas d'en consulter d'autres, sans penser a priori que "l'adversaire" est un "ennemi" qui ne cherche qu'à tromper et détruire... Cela, c'est de la paranoïa !

J'en profite pour signaler qu'existe en traduction française une petite plaquette remarquable du P. André Kouraev à propos de la Liturgie, intitulée "Après le chant des chérubins" (ed. Sofia, 2012), en vente à la boutique du Centre du quai Branly au prix modique de 6 E (non, je ne perçois pas de pourcentage sur les bénéfices !).

7.Posté par Silvain le 21/10/2019 09:01
La position du Patriarcat de Moscou est à la fois inébranlable et délicate.
Inébranlable, parce que la théologie est claire sur ce sujet : on ne peut faire entrer des schismatiques non ordonnés dans la communion de l'Église, de surcroît en bafouant le territoire d'une Église sœur, tout en arguant, envers et contre ses propres déclarations du passé, que ce territoire est sous sa juridiction. La position du Patriarcat de Constantinople est donc indéfendable, et de nombreux théologiens de renom l'ont prouvé.
Délicate, car en défendant une saine ecclésiologie en défendant le droit et la justice, le Patriarcat de Moscou est appelé nolens volens à défendre ses propres positions. Ce qui prête le flanc à ceux qui disent que le Patriarcat de Moscou "pousse ses pions" pour devenir la troisième Rome. Ils ont beau jeu.
Alors, il suffit que les émissaires du Patriarcat de Moscou se présentent en quelque métropole étrangère en présentant la situation sous le jour le plus juste (malheureusement celui qui l'arrange le mieux) et la supplique instante se transforme de facto en "menaces et pression inacceptables".
Relayer de telles calomnies est le rôle des ennemis de l'Église et de la vérité, mais certainement pas celui de clercs enregistrés (du moins à ce jour) dans une juridiction dépendante du Patriarcat de Moscou. Je ne crois pas que l'objectivité de l'information soit ici la raison de ces calomnies, mais bel et bien une intention déterminée, et qui ne date pas d'hier. Comparer la réception des schismatiques d'Ukraine à la résorption de l'Église Russe Hors Frontières est plus qu'une calomnie, c'est un faux témoignage.
Avec les événements de ce weekend, il semblerait que le schisme, dont la fracture remonte très en amont du pseudo concile de Crète, soit devenu inévitable. Ce n'est pas en usant de précautions oratoires qu'on l'évitera. En revanche, en appelant un "chat" un "chat", on évitera peut-être à quelques uns de ceux qui doivent rester dans la communion de l'Église de basculer dans le "camp des saints", qui, le sachant ou non, veulent une Église à la botte des intérêts mondialistes, qui sont ceux de l'Ennemi.

8.Posté par justine le 22/10/2019 22:24
Ces jours-ci Bartholomé de Constantinople a visité le Mont Athos, et on a pu lire dans la presse grecque profanariote des comptes-rendu enthousiastes sur la soi-disant "chaleureuse" réception que "la communauté monastique dans son ensemble" lui aurait faite. Pour certains, évidemment, c’était effectivement ainsi, d'autres par contre manifestaient leur désaccord par leur absence de la kermesse officielle. Et puis ce que cette presse n'a pas rapporté non plus, c'est que la la visite de Bartholomé était accompagnée par 100 policiers avec chiens, que des graffitis étaient apparus ci et là disant "Apostat va t'en, la Sainte Montagne ne veut pas de toi", et que lors de la concélébration au Monastère de Xenophon, où Bartholomé commémora sans gene le pseudo-métropolite Epiphane, moins de la moitie des 20 higoumènes athonites étaient présents, a savoir ceux de Grande Lavra, Xenophon, Vatopedi, Pantokrator, Simonopetra, Chilandar (fait etonnant), Iveron, Stavronikita et Dionysiou.

9.Posté par justine le 22/10/2019 22:27
Voici des images que la presse "correcte" n'a pas diffusées sur cette visite: https://www.vimaorthodoxias.gr/agioreitika-nea/opke-ekpaidevmena-skylia-kai-100-astynomikoi-fylane-ton-patriarchi-sto-agion-oros/

10.Posté par justine le 28/10/2019 20:35
A signaler, au sujet du problème ukrainien-fanariote, la publication d'un texte important du Saint Monastère Athonite de Grigoriou, lequel refute clairement, sur la base de l'ordre canonique de Eglise, les prétentions fanariotes non seulement en Ukraine, mais au niveau universel de la diaspora orthodoxe. L'analyse historique, de la plume du hiéromoine Loucas, fils spirituel de l'ancien higoumène de Grigoriou, Georges Kapsani (+ 2014), montre sans équivoque que la notion d'un "protos" universel est inconnue dans Eglise (orthodoxe, s'entend) jusqu'aux innovations fanariotes de notre temps et que les tentatives de certains patriarches de s'arroger des prérogatives spéciales ont toujours été réfutées par Eglise, par la conscience ecclésiale orthodoxe. De telles tentatives ont eu lieu à diverses époques et sous différents prétextes, mais seulement en Occident elles ont abouti, produisant le système papiste bien connu, alors qu'en Orient, la traditionelle "isotimia", l’égalité d'honneur, de tous les évêques en premier lieu, puis au niveau administratif de tous les métropolites et patriarches, de tous les thrones patriarcaux, a été préservée et protégée avec grand soin par les Saints Canons, les Saints Pères de l'Eglise ayant eu une conscience aiguë du fait que ce principe, hérité de l’époque apostolique, est et demeure le seul et indispensable garant de l'unité de l'Eglise.

Ce texte crucial, publié au moment meme de la visite du patriarche Bartholomé à la Sainte Montagne, est accessible en grec (1ère partie pour le moment, 84 pages) en format pdf sur https://www.ethnos.gr/sites/default/files/images/2019/10/dikaio1111.pdf

11.Posté par Guillaume le 29/10/2019 09:01
Premier parmi ses pairs et non pas premier sans pairs malgré les prétention stanbouliote. L’archevêché d'Istanbul ne peut survivre et ne survit que par la diaspora. Combien d'Orthodoxes en Turquie? 3000 peut-être.

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile