Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "
Le 6 juin 2018 - Maxime VENETSKOV , lecteur de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris Sainte-Trinité et responsable de la Chancellerie du Diocèse de Chersonèse, a soutenu sa thèse de doctorat à l'Université de " Paris Lettre Sorbonne Université " et a reçu le grade de docteur avec la mention " très honorable avec les félicitations du jury ".

Le sujet de la Thèse :" L’Échelle de Jean du Sinaï dans la tradition byzantine : le corpus manuscrit, les scholies, le Commentaire d’Élie de Crète "

La Thèse compte près de 1.100 pages. Plusieurs extraits en seront prochainement imprimées dans des revues spécialisées, un livre sera édité.

Sous la direction de : M. Bernard FLUSIN (Professeur à l’Université Sorbonne, Directeur d’études à l’EPHE)
Membres du jury :M. Vincent DÉROCHE (Directeur d’études au CNRS, UMR Orient et Méditerranée) Mme Brigitte MONDRAIN (Directeur d’études à l’EPHE) M. Antonio RIGO (Professeur à l’Université de Venise, Ca' Foscari) M. Peter VAN DEUN (Professeur à l’Université KU Leuven)

L’Échelle (Κλίμαξ), ouvrage ascétique composé au VIIe s. par Jean du Sinaï, dit Climaque (Jean de l’Échelle), est une œuvre majeure de la littérature ascétique byzantine comme en témoigne la diffusion de ce texte dans près de 500 codices du VIIIe au XIXe s. et encore dans près de 200 témoins de sa transmission indirecte.

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "
Manuel de la vie spirituelle, guide de la progression de l’âme vers Dieu, l’ouvrage, imprégné de l’expérience des Pères-ascètes et rédigé dans un langage aphoristique, a connu une large réception dans le milieu des moines érudits : de nombreuses scholies, de diverses portée et ampleur apparaissent dans la moitié des manuscrits de l’Échelle à partir de la deuxième moitié du Xe s. ; une exégèse exhaustive de l’œuvre de Climaque a été effectuée par Élie, métropolite de Crète, au début du XIIe s. sous forme d’un Commentaire, conservé dans 19 manuscrits du XIIe au XVIe s.

L’ampleur du corpus manuscrit de l’Échelle et de ses commentaires explique le caractère singulier des recherches sur le sujet. En effet, aucune étude spécifique sur la tradition manuscrite du « corpus de Climaque » (livre de l’Échelle, scholies anonymes, Commentaire d’Élie de Crète) n’a jamais été entreprise, à l’exception d’une monographie consacrée aux manuscrits enluminés de l’Échelle publiée par John Rupert Martin en 1954. Des éditions de l’Échelle fondées sur un nombre très réduit de manuscrits, une édition partielle des scholies, aucune édition du Commentaire d’Élie – ces lacunes rendent très difficile toute évaluation du rôle et de la réception de cet ouvrage dans la tradition ascétique à Byzance.

La présente thèse propose une première approche de l’histoire textuelle du « corpus de Climaque ». À cette fin, l’étude s’appuie sur des examens codicologiques, des analyses philologiques et quelques développements sur le contexte théologique. Il a paru indispensable de procéder d’abord à une étude « technique » de la tradition manuscrite pour mieux appréhender le texte de l’Échelle dans le contexte historique de l’ascétisme, car, pour reprendre une expression métaphorique de Climaque : « il est impossible selon la nature à celui qui n’a pas appris les lettres d’étudier dans les livres » (« ἀδύνατον τὸν μὴ γράμματα μεμαθηκότα φυσικῶς ἐν δέλτοις μελετᾶν » : degré 27/2. PG 88, 1109B:11–13).

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "
Le corpus examiné dans la présente recherche est constitué de 254 codices comportant le texte intégral de l’Échelle (sauf les cas de mutilations). Ce corpus est exhaustif, en l’état des connaissances, pour la période allant du IXe au XIIIe s. et partiel jusqu’au XVIIe s. ; s’y ajoutent 2 codices palimpsestes, 7 codices ne contenant que quelques fragments du texte de Climaque, 56 codices comportant des extraits tirés de l’Échelle, 5 codices ne contenant que des collections de scholies, ainsi que 19 codices comportant le texte intégral ou partiel du Commentaire d’Élie de Crète et 2 codices avec quelques extraits de son Commentaire.

La traduction syriaque a été également analysée d’après les deux manuscrits les plus anciens (du VIIIe-IXe s.), conservés à la British Library.

Parmi 345 manuscrits étudiés 250 originaux ont été consultés sur place dans diverses bibliothèques :
- en Allemagne : à Berlin, à Leipzig, à Munich et à Wolfenbüttel ;
- en Angleterre : à Cambridge, à Manchester, à Londres et à Oxford ;
- en Autriche : à Vienne ;
- en Espagne : à l’Escurial ;
- en France : à Paris ;
- en Grèce : à l’Athos, à Athènes, aux Météores et à Patmos ;
- en Hollande : à Leyde ;
- en Israël : à Jérusalem ;
- en Italie : à Grottaferrata, à Florence, à Messine, à Milan, à Modène, à Naples, à Palerme, à Pérouse, à Rome, à Turin, au Vatican et à Venise ;
- en République tchèque : à Prague.
- en Russie : à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

L’accès aux codices originaux n’a pas été toujours possible. Dans la bibliothèque du Patriarcat orthodoxe grec de Jérusalem et dans celle du monastère de la Transfiguration aux Météores, seules des reproductions ont été données pour examen sur place.

La plupart des monastères de l’Athos, Docheiarou, Dionysiou, d’Iviron, Karakallou, Koutloumousiou, de Saint-Pantéleimon, Vatopediou, de Xénophon, et la Skite de Sainte-Anne, ont accepté les consultations des manuscrits dans leurs bibliothèques ; d’autres, Esphigmenou, la Grande Laure et Philotheou, ont refusé l’accès à leur fonds de codices.

SUITE de la position de Thèse...P.J.

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "
Les microfilms de plusieurs manuscrits ont été examinés dans diverses institutions : à la Section grecque de l’IRHT, à l'Institut d'histoire et paléographie de la Fondation culturelle de la Banque nationale de Grèce, à l’Institut des études néo-helléniques à Athènes et au monastère des Vlatades à Thessalonique.

Certains codices de l’Échelle ont été examinés sur leur version numérisée. Les données de la base Pinakes et les descriptions des catalogues ont été également prises en compte.

La thèse est constituée de quatre volumes : les trois premiers portent sur l’Échelle, ses scholies et le Commentaire d’Élie de Crète ; le quatrième comporte un répertoire décrivant 332 manuscrits suivi de 99 planches d’illustrations.
La première partie aborde l’histoire textuelle du livre de l’Échelle, sa composition et sa réception dans la tradition manuscrite.

Si l’ouvrage est connu sous le nom de Klimax ou du livre de Climaque dans le milieu orthodoxe et de Scala Paradisi dans la tradition occidentale, le corpus manuscrit témoigne d’une évolution complexe de ces titres. Dès le VIIIe s. certains intitulés de l’ouvrage de Climaque évoquent les Tables spirituelles (Πλάκες πνευματικαί) et le Discours ascétique (Λόγος ἀσκητικός) ; à partir du Xe s. apparaissent les titres contenant la mention de l’Échelle (Κλίμαξ), ou encore de l’Échelle de la divine ascension (Κλίμαξ θείας ἀνόδου), avec de nombreuses variantes selon les codices.

En suivant précisément l’histoire de ces intitulés il apparaît que les discours ascétiques rédigés par Jean du Sinaï ont été appréhendés d’une manière de plus en plus systématique par le biais de deux images : celle des Tables de la loi remises à Moïse au Sinaï et celle de l’échelle menant au ciel.....

SUITE de la position de Thèse..P.J.

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "

Maxime VENETSKOV -  lecteur de la Cathédrale de la Sainte-Trinité a soutenu sa Thèse de doctorat à  " Paris Lettre Sorbonne Université "

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Juin 2018 à 12:53 | 0 commentaire | Permalien



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile