Le patriarche Bartholomée décoré par "l'archevéquesse" de l'église suédoise
Le patriarche œcuménique Bartholomée Ier a reçu un prix - la plaque commémorative de saint Eric - pour son engagement en faveur de la liberté religieuse, des droits de l'homme et de la sauvegarde de la création.

"Maseigneure" [1] Antje Jackelén a remis le prix le 1er octobre 2019 au patriarche Bartholomée lors de la visite du leader orthodoxe à l'église luthérienne pour son engagement en faveur de la liberté religieuse [2], des droits humains et de la sauvegarde de la création. Ceci est rapporté par la Fédération luthérienne mondiale.

Le patriarche œcuménique est le 25e récipiendaire de la plaque commémorative de saint Eric, honoré "pour ses efforts en faveur de la liberté religieuse et des droits de l'homme (voir plus haut [2]), pour avoir attiré l'attention du monde entier sur les besoins des réfugiés et pour avoir montré à travers le monde que le souci de la création est une responsabilité œcuménique et spirituelle". Les récipiendaires précédents comprennent des représentants des églises anglicane, luthérienne et catholique.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 8 Octobre 2019 à 12:40 | 10 commentaires | Permalien

Le clergé luthérien d'Estonie souhaite inviter à Tallinn  le patriarche Cyrille
Des représentants de l'Eglise luthérienne d'Estonie ont l'intention de se rendre en novembre prochain à Moscou. Le 22 septembre Monseigneur Urmas Vilma, archevêque de l'Eglise luthérienne d'Estonie, a l'intention de se rendre à Moscou.

Intervenant à la télévision l'archevêque a dit: "Notre voyage à Moscou prévu pour novembre aura lieu en réponse à la visite effectuée en Estonie en 2013 par le patriarche Cyrille. Nous avons reçu cette invitation au printemps. Nous rencontrerons à Moscou la communauté estonienne et nous avons l'intention de célébrer un office dans les murs de notre ambassade.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Septembre 2019 à 19:29 | 0 commentaire | Permalien

Lors de la célébration du 70ème anniversaire de la paroisse russe de Washington, un monument à Saint-Jean de Cronstadt a été inauguré
Un monument en bronze de trois mètres, représentant saint Jean de Cronstadt, a été inauguré devant l’entrée de l’église Saint-Jean-Baptiste, à Washington (États-Unis). Le pasteur est représenté en vêtements sacerdotaux, tenant dans la main gauche un calice, qu’il désigne de sa main droite bénissante.

Le dimanche 8 septembre, à Washington (États-Unis), une fête a été organisée pour le 70ème anniversaire de la paroisse orthodoxe russe Saint-Jean-Baptiste. Dans le cadre des célébrations de cette journée, un monument à Saint-Jean de Cronstadt a été inauguré.

La liturgie de fête, dans la paroisse fondée par Saint Jean de Shanghaï en 1949, était présidée par le Primat de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières, le métropolite Hilarion d'Amérique de l'Est et de New York, rapporte l'agence IA TASS.

La vie liturgique de cette paroisse a commencé par une liturgie dans un petit appartement privé, puis s’est poursuivie dans la chapelle de la Résurrection, au sous-sol de la cathédrale épiscopale nationale, enfin, quelques temps plus tard, dans un oratoire. En 1958, une église a été construite, remaniée en profondeur et consacrée en 1988.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 18 Septembre 2019 à 17:23 | -1 commentaire | Permalien

L’Eglise d’Ukraine, nouvellement constituée, envisage de remplacer le métropolite Epiphane actuellement à sa tête
Suite au départ du Président Porochenko le changement de pouvoir se fait fortement sentir partout en Ukraine. Une vague de mécontentement à l’égard du métropolite Epiphane s’est élevée à l’intérieur de l’Eglise, soutenue par Constantinople. Epiphane est perçu comme un gestionnaire inefficace.

A titre d’exemple, une organisation désordonnée de la procession qui a eu lieu à Kiev le 28 juillet lors des cérémonies de commémoration du baptême de la Rus. Des sommes très importantes avaient été attribuées à cette action afin de la rendre attractive. Cependant, l’assistance était de 15 fois inférieure au nombre de fidèles s’étant rassemblés à l’appel du métropolite Onuphre. Le clergé fidèle à Epiphane souhaite recevoir des explications quant à l’utilisation des sommes attribuées.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Août 2019 à 11:30 | 4 commentaires | Permalien

Le président Vladimir Zelensky a refusé de cosigner  avec le patriarche Bartolomé un texte commun
Le Président ukrainien a refusé de signer une déclaration commune suite à des pourparlers menés en Turquie avec le patriarche Bartholomé.

De nombreux évêques de l'Eglise de Constantinople, en particulier le métropolite Emmanuel de France, ont assisté à la rencontre qui a eu lieu à la résidence du patriarche.

Les médias rappellent que le président Zelensky a souligné que l'Etat ukrainien ne s'ingère pas dans les affaires de l'Eglise. Il se dit que la partie écologique du projet de texte a paru inacceptable au Président ukrainien.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 12 Août 2019 à 19:05 | 2 commentaires | Permalien

JEAN-ARNAULT DÉRENS

Le tomos signé le 5 janvier 2019 par le patriarche œcuménique de Constantinople reconnaissant l’autocéphalie d’une Église orthodoxe d’Ukraine provoque autant d’espoirs que d’inquiétudes dans les Balkans, où l’Église serbe est confrontée à des dissidences au Monténégro et surtout en Macédoine du Nord. Une nouvelle carte de l’orthodoxie européenne est-elle en train de se dessiner ?

Dès le 11 octobre 2018, le Patriarcat œcuménique de Constantinople, qui jouit d’une « primauté d’honneur » sur toutes les Églises orthodoxes du monde, mais pas pour autant de pouvoirs hiérarchiques ou disciplinaires semblables à ceux du pape dans le catholicisme, annonçait qu’il allait annuler la décision de 1686 plaçant l’Église orthodoxe d’Ukraine sous la jurisprudence de celle de Moscou. Cette décision, finalement actée le 5 janvier suivant, a suscité une tempête de réactions dans les Balkans – faisant la joie des Églises autocéphales de Macédoine et du Monténégro, qui ne disposent d’aucune espèce de reconnaissance canonique. Ces deux Églises, considérées par la communion de l’orthodoxie mondiale comme des « schismes » de l’Église serbe, ont vu cette décision comme un précédent de bon augure pour leur propre cause.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 29 Juillet 2019 à 17:57 | 3 commentaires | Permalien

D'année en année la procession qui se déroule en cette journée sous les auspices de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine devient de plus en plus nombreuse.

Malgré la situation dramatique que connaît actuellement cette Eglise la procession a réuni en 2019 plus de 300.000 pèlerins. C'est ce qu'a précisé Mgr Antoine, responsable de l'Eglise orthodoxe canonique d'Ukraine. Y participaient non seulement des Ukrainiens mais aussi des fidèles venus d'autres pays, en particulier de Roumanie.

Le 28 juillet trois nouveaux Saints seront canonisés à la Laure des grottes de Kiev. Plusieurs chaînes de télévision ont suivi la cérémonie en direct.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Juillet 2019 à 16:28 | -2 commentaire | Permalien

Selon un institut de recherche américain, seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géorgie soutiennent l’autocéphalie ukrainienne
Seuls 9 des 47 hiérarques de l’Église orthodoxe de Géorgie soutiennent, d’une manière ou d’une autre, la nouvelle Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine. C’est ce que rapporte l’institut de recherche américain « Jamestown Foundation ». L’auteur du rapport mentionne que trois hiérarques seulement ont exprimé ouvertement leur soutien à la nouvelle Église.

Il s’agit des métropolites Joseph de Shemokmedi, Pierre de Tchkondidi et Grégoire de Poti et Khobi. Six évêques encore, Jacques de Bodbe, Zosime de Tsilkani et Dusheti, Vakhtang de Tsurtaveli, Dosithée de Belgique et des Pays-Bas, Savva d’Amérique du Nord et Zénon de Dmanisi et Agarak-Tashiri, administrateur des paroisses géorgiennes de Grande-Bretagne, ont exprimé d’une façon ou d’une autre leur soutien à l’octroi de l’autocéphalie à l’Ukraine.

Mais 38 évêques sont opposés à la reconnaissance de la nouvelle entité ukrainienne. Parmi eux se trouve le successeur potentiel à l’actuel patriarche de Géorgie, le locum tenens du trône patriarcal, le métropolite Shio de Senaki et Tchkhorotskhu.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Juillet 2019 à 15:44 | 0 commentaire | Permalien

POURQUOI RAPPELER 1054 À L'OCCASION DE LA VISITE DE POUTINE AU PAPE?
V, Golovanow le 7 juillet 2019 d'après Rachael Kennedy

Le pape François et Vladimir Poutine se sont rencontrés pour la troisième fois le 4 juillet alors que le président russe entamait sa visite d'État en Italie. La réunion a duré un peu moins d'une heure, conformément au protocole pontifical, et n'a pas donné lieu à un communiqué. D'après le service de presse du Saint Siège, elle a porté sur les situations en Syrie, en Ukraine et au Venezuela, thèmes déjà évoqués la veille par l'assistant du président russe Youri Ouchakov, qui a aussi déclaré que "les positions sont proches, quasi identiques" sur des questions telles que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme religieux, la prévention des catastrophes économiques et technologiques et la protection des chrétiens dans les zones de conflit."

Y. Ouchakov a aussi ajouté que, après LA RENCONTRE HISTORIQUE DU PAPE FRANÇOIS ET DU PATRIARCHE DE MOSCOU CYRILLE à La Havane en 2016, les relations entre les Églises orthodoxe russe et catholique "ont atteint un nouveau niveau"… (2) Ainsi, ces discussions marquent aussi un rapprochement des deux branches concurrentes du christianisme dont la rivalité, souvent tendue, remonte à près de 1000 ans. Et c'est là qu'il faut revenir à 1054
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Juillet 2019 à 12:19 | 23 commentaires | Permalien

Le Synode de l’Église russe hors-frontières confirme la fusion de ses diocèses de Grande-Bretagne et d’Europe occidentale et donne à l’évêque Irénée (Steenberg) le titre d’évêque de Londres et d’Europe occidentale

Une session régulière du Saint-Synode des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières s’est tenue à San Francisco du 27 au 28 juin 2019, à l’occasion du 25ème anniversaire de la canonisation de St Jean de Changhaï qui, de 1953 à 1962, était l’archevêque du diocèse d’Europe occidentale de cette Église. Les hiérarques suivants ont pris part à la séance du Synode, sous la présidence du métropolite Hilarion de New York et d’Amérique orientale : les archevêques Marc de Berlin et d’Allemagne, Cyrille de San Francisco et d’Amérique occidentale, Gabriel de Montréal et du Canada, les évêques Irénée de Richmond et d’Europe occidentale, (lequel est également secrétaire synodal pour les relations inter-orthodoxes de l’Église russe hors-frontières) et Nicolas de Manhattan. L’évêque Théodose de Seattle, bien que non-membre du Synode, a également participé à la session. Lors de sa séance du mercredi 29 juin, le Synode a confirmé sa décision de réunir les diocèses d’Europe occidentale et de Grande-Bretagne et Irlande en un seul diocèse de Grande-Bretagne et d’Europe occidentale, un processus déjà commencé lors de la session du Synode qui eut lieu à Londres en septembre 2018. SUITE
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Juillet 2019 à 21:59 | 1 commentaire | Permalien

À Barcelone, 137 ans après la Sagrada Familia obtient  un permis de construire !
Une situation inédite

La raison pour laquelle la Sagrada Familia a mis tant de temps à obtenir ce permis de construire est finalement assez banale. Antoni Gaudí, l’architecte génie de Barcelone, avait bel et bien déposé en 1885 une demande de permis de construire à la mairie de Sant Martí Provençals, village absorbé désormais par Barcelone et quartier de la célèbre basilique. Mais jamais il n’obtiendra de réponse.

Depuis, le temple se construit donc dans la plus grande illégalité sans pour autant que cela pose problème aux maires qui se sont succédé. Une « anomalie historique » selon les termes de la conseillère municipale en charge du dossier, Janet Sanz, auquel le gouvernement municipal actuel a donc mis fin ce vendredi. La Sagrada Familia a célébré quant à elle pouvoir « continuer à construire le projet de Gaudí » et concluait : « aujourd’hui c’est une réalité, 137 ans plus tard la Sagrada Familia a régularisé son permis de construire ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Juin 2019 à 01:22 | -1 commentaire | Permalien

LA COOPERATION ÉGLISE-ÉTAT DANS L'ORTHODOXIE
V. Golovanow

Ouvrant la Conférence internationale sur "les relations entre l’État et les confessions religieuses dans l’Union européenne", qui se déroulait au palais patriarcal de Bucarest, le 7 juin, le patriarche de Roumanie Daniel a prononcé un intéressant discours intitulé: « l’importance de la coopération Église-État dans le contexte européen ».

DES SITUATION TRES DIFFERENTES DANS DIFFERENTS ETATS DE L'UE

Rappelant que «L’Union Européenne respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les Églises et les associations ou communautés religieuses dans les États membres … et maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations »(1), le patriarche Daniel indique que les relation entre les communautés religieuses et l’autorité politique varient dans les États membres de l’Union européenne depuis la séparation radicale jusqu’à une quasi-identification entre une communauté religieuse particulière et un État, et il souligne que l’Union européenne se propose d’engager un dialogue avec les confessions religieuses de telle façon à ce qu’elles puissent exprimer leur contribution spécifique à la construction européenne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 14 Juin 2019 à 10:36 | 0 commentaire | Permalien

Hiéromoine Gabriel (Bunge): La réconciliation des Eglises, une vision personnelle
La revue « Neskoutchny Sad » (journaliste Anna Paltcheva) a obtenu un entretien avec le père Gabriel Bunge (1)

- NS. Vous vous êtes converti à l’orthodoxie, ceci à un âge fort avancé. Il n’est pas fréquent que de telles décisions soient prises aussi tard dans la vie. Votre conversion a eu lieu à Moscou, fin août dernier. Elle a suscité de grands remous parmi les catholiques. Vous avez dit que cette décision avait mûri en vous pendant toute votre vie. Vous êtes un théologien, un patrologue connu, un ermite. Racontez-nous cette évolution.

- GB. Dès ma naissance je me suis heurté au drame de la division de la chrétienté : mon père était protestant, ma mère catholique. J’ai été baptisé dans l’Eglise de Rome. A l’âge de 21 ans j’ai décidé d’entrer dans les ordres mais mon père s’y est opposé. J’étudiais alors à la faculté de philosophie et je suis allé passer deux mois en Grèce avec des camarades.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 12 Juin 2019 à 13:20 | 15 commentaires | Permalien

Les relations entre l’Eglise catholique romaine et l’Eglise orthodoxe russe suivent une évolution positive
PHOTO DU JOUR DU "HAVANA TIME": L'ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE DE LA HAVANE

La "photo du jour" du périodique anglophone "Havana Time" le 31 mai 2019 représente l'Église orthodoxe russe dédiée à l'icône de Notre-Dame de Kazan, dont les cinq coupoles dorées se dressent au bord de la mer, dans le quartier historique de la Vieille Havane.

Elle avait été inaugurée le 19 octobre 2008 par le président cubain Raul Castro et le métropolite Cyrille, actuel patriarche de Moscou. L'ambassadeur russe à Cuba avait souligné que l'église était destinée aux "milliers de Russes vivant à La Havane et de touristes russes visitant le pays"; il y aurait de fait environ 3 000 Russes résidant à Cuba, la plupart des femmes ayant épousé des Cubains à l'époque soviétique, auxquels s'ajoutent chaque année plus de 15 000 touristes.

À proximité se trouve l'église grecque de Saint Nicolas, première église orthodoxe construite sur l'île communiste qui avait été inaugurée en 2004 par le Patriarche de Constantinople Bartholomée en présence de Fidel Castro
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juin 2019 à 14:06 | 5 commentaires | Permalien

par I.MEDIA

En Roumanie du 31 mai au 2 juin 2019, le pape François se rend de nouveau dans un pays à très large majorité orthodoxe. Ce 30e voyage apostolique du pontificat sera donc l’occasion de progresser sur le chemin œcuménique, même si des points de tension particuliers à ce pays viennent freiner le dialogue entre catholiques et orthodoxes.

Après un début d’année centré vers des pays musulmans – Maroc et Abou Dabi – le pontife semble désormais se tourner vers l’orthodoxie: après la Bulgarie et la Macédoine du Nord, il s’apprête désormais à visiter la Roumanie. Plus de 80% de la population y est orthodoxe, ce qui fait de l’Eglise orthodoxe roumaine autocéphale la seconde plus importante – en terme d’effectifs – au sein de l’orthodoxie derrière le patriarcat de Moscou.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 31 Mai 2019 à 13:54 | 5 commentaires | Permalien

PAROISSES NON CANONIQUES EN FRANCE
V. Colovanow

Il y aurait en France quelques 85 paroisses orthodoxes non canoniques (voir carte):
 ECOF: 26
 VCO et autres: 13
 Communautés russes indépendantes: 9 (dont le Couvent russe de l'Icône de La mère de Dieu de Lesna
 Église Orthodoxe celtique: 6
 Autres: 35
Source

Très souvent ces communautés trompent les fidèles par une pseudo-reconnaissance pompeuse. En voici un exemple récent tout à fait remarquable.

L’HABIT NE FAIT PAS LE MOINE

Le 23 avril, nous publiions un article sur Mgr Jean-Baptiste, évêque orthodoxe qui donne des messes en la chapelle de Prailles (commune de Saint-Martin-de-Sanzay). Des lecteurs nous ont alertés : « En réalité, il n’est nullement reconnu », précise l’un. Un autre n’hésite pas à le qualifier de « pseudo-évêque ».
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 10 Mai 2019 à 09:36 | 32 commentaires | Permalien

Jacques Berset

La joie et la ferveur étaient indéniables, les 5 et 6 mai 2019, dans les rangs de la petite minorité catholique de Bulgarie – quelque 44’000 fidèles, sur une population de 7 millions d’habitants à près de 80% orthodoxes. Il n’en était cependant pas de même du côté orthodoxe, dans une Eglise réticente à l’œcuménisme, et pas seulement envers les catholiques.

L’Eglise orthodoxe bulgare était certes entrée au Conseil œcuménique des Eglises (COE), mais s’en est finalement retirée en 1998. De même, elle a boycotté le Concile panorthodoxe qui s’est déroulé en juin 2016 en Crète, le qualifiant de “ni grand, ni saint, ni panorthodoxe”. Contrairement aux autres Eglises orthodoxes, l’Eglise bulgare ne participe pas à la commission théologique de dialogue catholico-orthodoxe.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 9 Mai 2019 à 11:08 | 0 commentaire | Permalien

Une flamme nouvelle au monastère de Beinwil
Depuis janvier 2019, un moine et trois religieuses orthodoxes se sont installés dans l’ancienne abbaye bénédictine de Beinwil, dans le canton de Soleure. Ils y ont fondé un monastère masculin, le “Saint monastère de Jean Capodistrias”, et un monastère féminin, le “Saint monastère de l’Entrée de la Mère de Dieu au Temple”.

Sur une colline, près de la route reliant Unterbeinwil et Oberbeinwil, dans le Schwarzbubenland soleurois, un petit monastère s’intègre idéalement dans le paysage. Du XIe au XVIIe siècle, le lieu abritait des religieux bénédictins. Ils ont cependant quitté l’endroit à cause de l’isolement de la vallée et ont fondé le monastère de Mariastein, dans le même canton de Soleure.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 5 Mai 2019 à 11:00 | 0 commentaire | Permalien

Les autorités italiennes rétablissent les mentions « père » et « mère » dans mes documents officiels
Les autorités italiennes rétablissent les mentions « père » et « mère » dans les documents officiels, poursuivant ainsi, selon l’agence « Tsargrad », le retour aux valeurs traditionnelles.

Le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères d’Italie a déclaré : « Je suis heureux d’annoncer qu’en Italie il n’y aura plus de parent-1 et parent-2, ce qui était en contradiction avec les traditions séculaires ; nous avons décidé d’en finir avec ça. »

Les mentions « parent-1 » et « parent-2 » avaient été introduites en 2016 au nom de la tolérance et de la défense des homosexuels. Le gouvernement libéral de l’époque avait pris cette décision qui a choqué de nombreux Italiens.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Avril 2019 à 07:48 | 1 commentaire | Permalien

Femmes martyres pour la foi 1932-1938
En 1932, à la suite d’arrestations massives effectuées dans la région de Leningrad 900 religieuses et leurs amies laïques furent expédiées en direction d’Alma-Ata, en Asie centrale soviétique, pour être réparties en divers endroits.

Bientôt, il n’en restait plus que 70 en vie ! Le typhus, la dysenterie, la faim avaient touché toute les autres. Du matin au soir, on évacuait leurs cadavres des baraques en béton ou en argile, des prisons et des infirmeries.

Marie de Gatchina (Lidia Lelianova dans le monde), sainte martyre, est née à Saint Pétersbourg en 1874. A l’âge de 16 ans elle est atteinte par la maladie de Parkinson, puis d’une encéphalite.

C’est dans un fauteuil roulant qu’elle se présente à son lycée pour y passer les examens de fin d’études.De longs traitements, y compris à l’étranger, s’avèrent infructueux. Ses bras et ses jambes se dessèchent peu à peu. La position assise lui était impossible à cause des terribles douleurs qu’elle éprouvait. Elle était astreinte à rester couchée.

Photo: Sainte martyre Marie de Gatchina 1930
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 17 Avril 2019 à 20:03 | -1 commentaire | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 35


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile