Le prêtre martyr Zinovy Sutormine (1864-1920)
Le prêtre-martyr Zinovy Evstafievich Sutormine naquit le 30 octobre 1864 dans une famille paysanne. Diplômé de l'école centrale des aides-médecins d'Omsk, il servit en tant qu'aide-médecin en chef au 3ème département militaire de la troupe cosaque de Sibérie.

A l'âge de 35 ans, Zinovy Evstafievich commença à servir à l'église comme lecteur. Le 21 février 1899, il fut ordonné diacre par le frère de sa femme, l'évêque d'Omsk et de Semipalatinsk Serge (Petrov), pour l'église de la Résurrection de la ville de Semipalatinsk.

Le 11 juillet 1911, le père Zinovy fut ordonné prêtre pour l'église en construction Saint Nicolas le Thaumaturge du village de Verkh-Oulbinsk, situé dans le district de Zmeïnogorod (actuellement, cet endroit se trouve dans la ville d'Oust-Kamenogorsk).

Grâce au travail du père Zinovy, la construction de l'église s'acheva en 1913, et celle-ci fut consacrée le 30 juin 1913 en présence de mille cinq cents fidèles. Après la révolution de 1917, l'église ne fut pas longtemps utilisée comme telle et au début des années 30, elle fut transformée en école. Plus tard, elle abrita un certain nombre d'autres organisations, et en été 2000 les murs de l'église furent démolis.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juillet 2020 à 08:58 | 0 commentaire | Permalien

Déclaration du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie
Les appels de certains hommes politiques turcs à modifier le statut de musée de l’église Sainte-Sophie, l’un des plus grands monuments de la culture chrétienne, m’inquiètent profondément.

Édifiée au VIe siècle en l’honneur du Christ Sauveur, cette église a une grande valeur pour toute l’Orthodoxie. Elle est très chère à l’Église russe. Les ambassadeurs du grand-prince Vladimir, ayant franchi le seuil de cette église, furent ravis par sa beauté céleste. Convaincu par leur récit, saint Vladimir reçut le baptême et baptisa la Russie, qui entra à sa suite dans une nouvelle ère spirituelle et historique, dans la civilisation chrétienne.

Le ravissement qu’inspire les réalisations de cette civilisation, dont nous faisons partie, s’est transmis jusqu’à nous, de génération en génération. Sainte-Sophie en était et reste l’un des symboles, vénérés avec dévotion. Elle a inspiré les architectes de Kiev, de Novgorod, de Polotsk, tous les principaux centres de la croissance spirituelle de la Rus’ ancienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 11 Juillet 2020 à 01:35 | 5 commentaires | Permalien

La France veut que Sainte-Sophie à Istanbul reste "ouvert à tous"! Erdogan rejette les critiques sur le projet du musée Sainte-Sophie à Istanbul
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé vendredi 10 juillet l’ouverture de l’ex-basilique byzantine Sainte-Sophie à Istanbul aux prières musulmanes, après qu’un tribunal a retiré son statut de musée, ouvrant ainsi la voie à sa transformation en mosquée.

« Il a été décidé que Sainte-Sophie sera placée sous l’administration de Diyanet [l’Autorité des affaires religieuses] et sera rouverte aux prières », a annoncé M. Erdogan dans un communiqué qu’il a publié sur Twitter.

La France souhaite que le musée Sainte-Sophie à Istanbul reste "ouvert à tous", a déclaré jeudi le ministère des Affaires étrangères, alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan veut le retransformer en mosquée.

"Nous serons attentifs à la préservation de l'intégrité de ce joyau du patrimoine universel, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco", a dit une porte-parole du Quai d'Orsay. "Symbole de tolérance et de diversité, ce lieu doit rester ouvert à tous." Cette prise de position survient dans un contexte de fortes tensions entre la France et la Turquie, toutes deux membres de l'Otan, autour notamment du conflit en Libye.

Le projet de rendre à l'ex-basilique Sainte-Sophie son statut de mosquée a été examiné jeudi par la justice turque. Une décision devrait être rendue dans un délai de 15 jours, a dit un avocat plaidant en faveur de ce changement.

Le patriarche orthodoxe Bartholomée, les Etats-Unis mais aussi la Grèce ont aussi critiqué cette initiative

Erdogan rejette les critiques sur le projet du musée Sainte-Sophie à Istanbul

Les critiques contre le projet de transformation du musée Sainte-Sophie à Istanbul en mosquée constituent "une attaque contre la souveraineté de la Turquie", a déclaré vendredi le président turc, Recep Tayyip Erdogan.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 6 Juillet 2020 à 17:28 | 14 commentaires | Permalien

L'Eglise orthodoxe russe estime que le mouvement "Black Lives Matter" est antichrétien par sa nature
Mgr Sabba Toutoutov, adjoint du responsable du service administratif du patriarcat de Moscou, écrit sur le site Telegram: "Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et dans certains autres pays le mouvement "Black Lives Matter" devient de plus en plus  antichrétien et, même, hostile à  notre civilisation". Selon l'évêque cette tendance devient de plus en plus évidente. La statue de l'empereur Constantin le Grand qui voisine avec la cathédrale d'York en Grande-Bretagne pourrait être déboulonnée à cause de la prétendue glorification de l'esclavage par l'empereur. Le recteur de la cathédrale étudie la portée de cette sculpture à la lumières des plaintes qui lui ont été adressées.

Mgr Justin Welby, archevêque de Canterbury, a déclaré que les statues existant dans la cathédrale de Westminster et l'abbaye de Canterbury feront l'objet d'une étude spéciale pour vérifier si elles doivent être maintenues à leurs places.   
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 4 Juillet 2020 à 08:08 | -2 commentaire | Permalien

En Égypte, le diocèse copte orthodoxe a mis en garde la population contre des fraudes ....
Pays d’Afrique le plus mortellement touché par la pandémie de Covid-19, avec plus de 1.300 décès, l’Égypte a imposé des mesures extraordinaires pour limiter la diffusion du virus, fermant églises et monastères et annulant rencontres et pèlerinages.

Le diocèse copte orthodoxe d’Aswan (sud du pays) a dû prendre une mesure particulière et alerter la population, ainsi que le rapporte l’agence Fides. Des inconnus se sont en effet présentés chez des particuliers. Prétextant être des représentants de l’Église locale, ils leur ont apporté de l’eau et de l’huile « de guérison » permettant soi-disant d’éviter la contamination ou de soigner les symptômes de la pandémie.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 23 Juin 2020 à 10:41 | -1 commentaire | Permalien

La situation des religions en Turquie
Le 29 mai, Istanbul célébrait le 567e anniversaire de la conquête de Constantinople par le sultan Mehmet II.

 Un événement fêté en grandes pompes avec une flotte de bateaux sur le Bosphore mais surtout ponctué par une première depuis 87 ans : une sourate du Coran a été récitée dans la Basilique Sainte-Sophie. Une grande émotion pour le président turc, qui n’a pu suivre la cérémonie que par écran interposé au vu de la situation sanitaire, mais qui confirme une nouvelle fois, combien l’édifice lui est cher (1)

L’Eglise orthodoxe russe s’oppose aux tentatives du président turc Recep Tayyip Erdogan de transformer le statut de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul – actuellement un musée – et d’en faire une mosquée.Le 29 mai 2020, lors de la célébration de l’anniversaire de la chute de Constantinople, le Coran a été lu dans les murs de Sainte-Sophie.

En 1453, le siège de Constantinople aboutit, le 29 mai, à la prise de la ville par les troupes ottomanes conduites par Mehmed II. Elle marque la disparition de l’Empire romain d’Orient, aussi qualifié d’Empire byzantin, et sa fin définitive en tant qu’entité politique et juridique.Une semaine après cette lecture du Coran à Sainte-Sophie, le président Erdogan a demandé au comité central du Parti de la justice et du développement AKP, le parti au pouvoir, d’envisager la possibilité de retransformer Sainte-Sophie en mosquée.

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 17 Juin 2020 à 15:27 | 0 commentaire | Permalien

La basilique de la Nativité à Bethléem rouvre ses portes!
Le 26 mai 2020, deux mois après sa fermeture en raison de l’épidémie de coronavirus, la basilique de la Nativité à Bethléem a rouvert ses portes. Une courte cérémonie a été célébrée avant que la basilique n’accueille de nouveau les fidèles venus se recueillir.

Une poignée de prêtres de différentes confessions chrétiennes ont ouvert mardi à 06h30 locales (04h30 GMT) la porte en bois de la basilique à Bethléem, en Cisjordanie occupée, a constaté un photographe de l’AFP.

Lors d’une courte cérémonie, les ecclésiastiques ont brandi la clé de l’édifice avant d’y entrer pour y prier. De premiers fidèles ont également pu entrer dans la basilique pour s’y recueillir.

L’édifice était fermé depuis le 5 mars, lorsqu’un foyer d’infection par le nouveau coronavirus avait été découvert à Bethléem. "La réouverture de l’église aujourd’hui donne au monde l’espoir que cette pandémie prendra fin", a déclaré à l’AFP Rola Maaya, ministre palestinienne du Tourisme et des Antiquités.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 26 Mai 2020 à 16:45 | 2 commentaires | Permalien

Un prêtre israélien raconte son itinéraire jusqu’au sacerdoce
Comment l'amitié entre un adolescent juif et une religieuse orthodoxe de 90 ans a-t-elle pu amener le jeune homme à devenir catholique ? Et, plus tard, prêtre jésuite ?

La fin peut paraître invraisemblable, mais c'est l'histoire vraie du père David Mark Neuhaus, vicaire du patriarcat latin chargé des catholiques d'expression hébraïque en Israël (www.catholic.il).

Dans cette interview accordée à ZENIT, le père Neuhaus raconte son enfance dans une famille juive qui avait échappé au fléau nazi sur leur terre natale, l'Allemagne, et sa vie, aujourd'hui, en tant que prêtre catholique, en Terre sainte.

Sa famille vécut en Afrique du Sud ; mais, adolescent, David partit pour Jérusalem. Là, il fit la connaissance d'une religieuse orthodoxe âgée qui, lorsqu'elle parlait de sa foi, rayonnait de la joie du Christ. C'est au cours de ces entretiens qu'il ressentit l'appel non seulement à devenir chrétien, mais à servir le Christ comme pasteur sur la terre. Le père Neuhaus enseigne l'Ecriture Sainte au séminaire diocésain du patriarcat latin et à l'université de Bethléem.
Rédigé par l'équipe de rédaction le 24 Mai 2020 à 22:10 | 32 commentaires | Permalien

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a exposé pour RIA-Novosti la position de l’Église orthodoxe russe sur l’arrestation au Monténégro de l’évêque Joannice, ordinaire du diocèse de Budimlje-Nikšić, et de sept clercs de la cathédrale de Nikšić. L’archipasteur a fait la déclaration suivante :

L’Église orthodoxe russe est profondément alarmée de l’arrestation pour trois jours, par la police monténégrine, de l’évêque Joannice de Budimlje-Nikšić et de sept clercs de la cathédrale de Nikšić, ainsi que des renseignements qui lui parviennent sur le traitement humiliant infligé à ces ecclésiastiques orthodoxes.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 16 Mai 2020 à 14:09 | 1 commentaire | Permalien

Pourquoi des Américains choisissent-ils l'orthodoxie?
EKATERINA SINELCHTCHIKOVA

Seuls deux ou trois millions d'Américains sur les 325 millions d'habitants du pays se disent chrétiens orthodoxes. Beaucoup d’entre eux ont avoué s’être rendus pour la première fois dans cette église en raison des «odeurs et des cloches», citant donc un exotisme externe, que ce soient l'odeur de l'encens, la sonnerie des cloches ou même l'amour de Dostoïevski. Mais pourquoi ont-ils décidé d’y rester?

Jusqu'à l'âge de neuf ans, Patrick Maiorca vivait au Texas ; son père servait dans l'US Air Force. Après le service, la famille a déménagé dans l’Oklahoma voisin. Alors, il n'y avait que deux ou trois églises orthodoxes dans l'État. La grande majorité des croyants sont baptistes ou nouveaux protestants. « J'ai été élevé dans la foi anglicane. Après avoir fréquenté une école protestante complètement folle, je suis devenu agnostique», explique Patrick.

L'intérêt pour l'Église orthodoxe est apparu lorsqu'il a commencé à étudier la langue et l'histoire russes, ainsi que l'histoire de Rome. Finalement, il est tombé amoureux de la culture russe. « Mais aussi en tant qu’agnostique, j'ai senti que l'Église orthodoxe était la seule à tenir fermement sur ses pieds. L'Ouest a été façonné par la chute de l'empire romain d'Occident », assure-t-il.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 27 Mars 2020 à 03:34 | 0 commentaire | Permalien

Des nationalistes ukrainiens menacent d’incendier le lycée russophone de Lviv
Selon le directeur du  lycée № 45 les habitants de la ville condamnent le lycée pour son refus de prodiguer  tous ses cours en ukrainien.

Il y a au lycées des classes russophones. Le lycée accepte l'inscription d'élèves nouveaux dans ces classes. En réponse, les nationalistes ont appelé à incendier l'établissement, enseignants et élèves y compris.

La direction déclare que 80% des parents souhaitent maintenir l'enseignement en russe. Une nouvelle loi portant sur l'enseignement secondaire entrera bientôt en vigueur dans le pays. Il en découle que l'enseignement pourra se faire en langue russe. 
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Mars 2020 à 08:52 | -1 commentaire | Permalien

Yakoutie: Orthodoxie du bout du monde
La Yakoutie a beaucoup souffert des répressions staliniennes.

La Yakoutie, c’est la terre des mammouths et des hommes préhistoriques, un sol riche en diamants et or noir. C’est aussi une terre de missionnaires. Parmi eux : le père Roman, évêque de Yakoutie. Il explique à la revue Foma pourquoi les Yakoutes vous regardent droit dans les yeux, et ce qu’ils font quand leur voiture tombe en panne en plein hiver.

«Nous savons qu’avant 1916, le pays comptait 300 églises et chapelles où officiaient 200 prêtres, dont la moitié étaient Iakoutes. En 1993, la région ne recensait plus une seule église, plus un prêtre. En 2013, nous fêtons le vingtième anniversaire de la renaissance du diocèse iakoute : la contrée compte aujourd’hui 65 églises et 60 prêtres. Et il reste encore beaucoup de villes et villages reculés dont les habitants souhaitent avoir une église et un prêtre mais n’en ont toujours pas.

Pour répondre à cette demande, nous avons ouvert à Yakoutsk un séminaire de formation des prêtres pour la région. Je peux vous assurer que former un prêtre est autrement difficile que de bâtir une église ! La plupart des prêtres qui servent actuellement en Yakoutie sont originaires d’autres régions russes. Notre objectif est de former des prêtres parmi les locaux. Il faut des gens habitués à ce climat très dur, qui comprennent bien la vie d’ici dans toute la diversité de sa culture.

Quand je suis arrivé, il y a deux ans, j’ai amené avec moi un certain nombre de mes étudiants, prêtres eux aussi. Ils m’ont suivi parce que ce sont des héros. Mais je ne le leur dirai pas. Ils sont encore jeunes, ils risqueraient d’en tirer de l’orgueil.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Février 2020 à 09:39 | 0 commentaire | Permalien

Le chef de l’Archevêché des Eglises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale s’est rendu à Tcherkizovo
Le 2 février 2020 la paroisse du Saint Prophète Élie de Tcherkizovo a reçu la visite du métropolite Jean de Doubna, chef de l’Archevêché des églises de tradition en Europe occidentale, accompagné de plusieurs clercs, ainsi que du diacre André Psarev de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, clerc du monastère de la Sainte-Trinité à Jordanville. À la fin de la Divine Liturgie l’évêque Savva ( Toutounov) de Zelenograd a chaleureusement salué les hôtes de la paroisse.

« Aujourd’hui nous accueillons dans notre église quelques-uns de nos frères et sœurs d’Europe, ainsi qu’un diacre venu des États-Unis.

Je vous souhaite la bienvenue dans notre église, cher Monseigneur Jean, métropolite à la tête de l’Archevêché des églises de tradition russe en Europe occidentale. Autrefois ici c’était la banlieue de Moscou. Je pense que cette banlieue n’avait encore jamais vu de métropolite français, né en France, chair de la chair du peuple français.

Nous en sommes très heureux, car votre présence témoigne de l’universalité de l’Orthodoxie. Ici même, dans cette ancienne banlieue désormais intégrée à Moscou, nous témoignons du fait que l’orthodoxie est présente partout, que le Royaume de Dieu est venu avec puissance dans le monde entier. Monseigneur, je vous prie de dire quelques mots à notre peuple, et je traduirai. Et donnez-leur votre bénédiction archiépiscopale. »
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 15 Février 2020 à 15:39 | 0 commentaire | Permalien

L’histoire d’un diplomate français devenu diacre orthodoxe
Le père Alexandre Brunet a été ordonné prêtre par Mgr Nestor, voilà 5 ans qu'il dessert la paroisse Saint Séraphin de  Sarov à Bordeaux

Bruges /Bordeaux/: les moniales de la congrégation Sainte Marthe ont définitivement remis l'église du couvent et le terrain adjacent au diocèse de Chersonèse

****

La découverte de la foi relève toujours du miracle, pour Dieu chaque âme est précieuse. Des cas ordinaires de conversion n’existent probablement pas. Certains cas, cependant, sont tellement extraordinaires qu’ils méritent d’être relatés. Le diacre Alexandre Brunet, clerc de la Métropole de Kiev de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne a fait part de son choix le plus important dans la vie spécialement à la revue « L’Adolescent ».(1)


« Mes parents n’étaient pas très religieux. Mon père était catholique et toute la famille allait à l’église deux fois par an : à Pâques et à Noël. Ma mère était allemande et luthérienne.

A deux ans mes parents m’ont baptisé dans une église luthérienne de Paris. A 8 ans je suis devenu pensionnaire du collège catholique pour garçons de Juilly, dans un très beau bâtiment ancien. Beaucoup de personnes célèbres telles que Montesquieu, La Fontaine ainsi que des hommes politiques et des personnalités du monde de la culture y ont fait leurs études.

On m’y emmenait dimanche soir, le vendredi soir je revenais à la maison. La vie là-bas n’était pas toujours joyeuse. Mais le silence du parc avec des arbres séculaires, des bâtiments anciens et la présence des prêtres m’ont probablement fait développer un esprit de contemplation.J’ai acquis une expérience inappréciable de la camaraderie, de entraide, de la discipline et de l’apprentissage. Aux moments de solitude, le soir, je cherchais de la consolation en priant Jésus Christ et la Vierge. J’avais un baladeur et tous les soirs je captais une émission de Radio Notre-Dame pour écouter les moniales chanter : «Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur ». C’était une aide salvatrice, une présence affectueuse qui m’aidait à supporter la séparation avec mes parents.
Rédigé par Parlons d'orthodoxie le 7 Février 2020 à 07:31 | 0 commentaire | Permalien

La police monte la garde autour de l’église d’un village d’Ukraine occidentale
Au matin du 25 janvier 2020, des partisans de l’Église orthodoxe d’Ukraine du village de Bouderage (district de Zdolbounov, région de Rovno), soutenus par des alliés venus de localités voisines, ont une fois de plus tenté de s’emparer de l’église de l’Intercession de la Vierge de l’Église orthodoxe ukrainienne. Le conflit est toujours en cours : l’église est gardée par une unité de la police du district de Zdolbounov, et des représentants des deux communautés veillent toutes les nuits.

Les paroissiens ont raconté que l’assaut a débuté par une soi-disant panikhide, à laquelle sont venues des personnes qui n’avaient jamais auparavant assisté à aucun office. Avant que la police n’arrive, les paroissiens ont une heure durant défendu leur église contre les assaillants. Selon des témoins, quatre institutrices de l’école locale étaient particulièrement virulentes dans leurs invectives envers les paroissiens. Les forces de l’ordre ont immédiatement réagi à l’appel reçu et ont empêché les schismatiques de briser les cadenas, a déclaré le département d’information et d’éducation de l’Église orthodoxe ukrainienne.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 30 Janvier 2020 à 10:24 | 1 commentaire | Permalien

Le cortège funèbre tente d’accaparer l’église
Le 20 janvier, dans le village de Sousval (province de Volyn), sous prétexte d’enterrement, des partisans de l’Église schismatique d’Ukraine ont tenté d’accaparer l’église de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu dont la paroisse relève de l’Église canonique orthodoxe ukrainienne. Ayant pénétré dans l’enclos de l’église les participants au convoi ont oublié le défunt et se sont rués sur les portes de l’église.

Le défunt Stéphane Panassevitch était membre de la paroisse de cette église, il s’y confessait et y communiait, c’est pourquoi le recteur, le père Bogdan Gnatiouk, a autorisé le convoi à pénétrer dans l’enclos paroissial. Sergueï, le fils du défunt, chef de l’unité territoriale de sûreté et activiste de l’« Église » schismatique, avait exigé la veille que l’on ouvre l’église pour qu’un représentant de ladite « Église » réalise le « rite d’enterrement ».

Un membre du clergé a déclaré : « Nous sommes convenus que le convoi pourrait pénétrer dans l’enclos paroissial, comme cela a été fait pour le jour de la Théophanie : leur communauté a pu, avec notre accord, se réunir dans la cour de l’église. Mais là, lorsque le corps a été porté dans l’enclos, il s’est produit quelque chose d’inattendu, le corps a été abandonné et les gens ont pris d’assaut les portes de l’église. » Dans la confusion, les partisans de l’« Église » schismatique ont tenté de jeter bas les paroissiens qui défendaient leur église. Une des participantes du convoi avait avec elle des cadenas neufs.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 24 Janvier 2020 à 10:51 | 0 commentaire | Permalien

La justice israélienne décide que le métochion Saint Alexandre à Jérusalem appartient à la Russie
Le métochion Saint Alexandre se situe dans la vieille ville de Jérusalem, à proximité immédiate du Saint Sépulcre. Le métochion comprend l'église Saint Alexandre de la Néva, des parcelles de fouilles archéologiques, plusieurs musées ainsi que  d'autres sites. Le terrain où se trouvent ces monuments avait été acquis en 1859 par l'Empereur Alexandre III, les monuments ont été construits en 1896 sous les auspices de la Société impériale de la Palestine. 

C'est immédiatement après la révolution de 1917 qu'a commencé le conflit à propos de la propriété de ces terrains. Il a fallu beaucoup de temps à Moscou et à Jérusalem pour décider conjointement du statut du métochion.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 22 Janvier 2020 à 18:09 | 0 commentaire | Permalien

Bilan de l'année:  l'octroi du tomos aux schismatiques.   Une déclaration importante du responsable de administration de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine, le métropolite Antoine /Pakanitch/ de Borispol

Au lieu de deux structures non canoniques: la soi-disant Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev (UPC KP) et l'Église orthodoxe autocéphale ukrainienne (UAPC), une nouvelle organisation non canonique appelée l'Église orthodoxe d’Ukraine avec à sa tête le métropolite Epiphane (PCU) est apparue. Elle comprenait des schismatiques et des paroisses autonomes, qui de ce fait ne sont pas devenus canoniques. Cette structure est caractérisée par la politisation et la désunion. Mgr Philarète (l'ancien métropolite de Kiev), qui a effectivement fondé un nouveau schisme au sein du schisme existant, l’a en fait quitté. Et cela est logique, car un schisme ne peut donner lieu qu'à un nouveau schisme.


Les actions du Patriarche Bartholomée contredisent les canons de l’Église et les traditions de l’Église.

Il révise à titre personnel les problèmes de l'Eglise, annule les documents historiques adoptés par la Sainte Église.
En 2018, le Patriarche Bartholomé a pris une série de decisions violant le droit et les normes canoniques, ce qui a entraîné une crise dans les relations entre toutes les Eglises orthodoxes locales.

1ère violation: ingérence dans le territoire canonique d'une autre Église locale.
2e: la nomination d'exarques dans une autre Église sans coordination avec la hiérarchie de cette Église.
3ème: l'établissement de structures ecclésiales sur le territoire canonique d'une autre Église locale.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 21 Janvier 2020 à 06:28 | 0 commentaire | Permalien

Les deux archevêques orthodoxes d’Alep enlevés en 2013 sont morts
Les deux archevêques orthodoxes d’Alep, enlevés en Syrie en avril 2013 par un groupe djihadiste seraient morts. Mgr Boulos Yazigi, métropolite grec-orthodoxe et frère du patriarche grec-orthodoxe Jean X d’Antioche, et Mgr Youhanna Ibrahim, métropolite syriaque-orthodoxe, ont été assassinés en décembre 2016, rapporte l’agence d’information vaticane Fides.

Disparus le 22 avril 2013 sans laisser de traces dans la zone comprise entre Alep et la frontière turque, ils auraient été assassinés par le groupe djihadiste Nour al-Din al-Zenki, groupe salafiste financé et armé tant par l’Arabie Saoudite que par les Etats-Unis, selon Fides. L’agence fait référence à une enquête réalisée par une équipe conduite par Mansur Salib, chercheur syrien résidant aux Etats-Unis, et diffusée au travers de la plateforme numérique medium.com .

Piège tendu

Selon ce qu’indiquent les auteurs de l’enquête, le 22 avril 2013, les deux archevêques orthodoxes avaient quitté Alep à bord d’un pick-up Toyota conduit par le chauffeur Fatha’ Allah Kabboud dans le but d’aller traiter la libération de deux prêtres, le Père Michael Kayyal, de l’Eglise arménienne catholique et le grec orthodoxe Maher Mahfouz, enlevés précédemment par des groupes djihadistes qui contrôlaient alors les territoires se trouvant à l’est d’Alep.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 19 Janvier 2020 à 16:52 | 5 commentaires | Permalien

Pour des raisons de "tolérance" un évêque italien omet la lecture du credo pendant la messe
A la cathédrale de Pinerolo , en Italie Mgr Derio Olivera a omis la lecture du symbole de la foi lors de la messe célébrée le jour du Baptême de  Notre Seigneur.

Mgr Olivera a dit de cet office que c'était une messe destinée à tous. Y étaient invités des représentants des autorités locales ainsi que d'autres confessions. Au lieu d'une lecture commune à haute voix du symbole de la foi l'évêque a exprimé le souhait que les fidèles prient en silence. En effet, des athées se trouvent dans l'église. 

"Après un silence honteux la messe s'est poursuivie. Mgr Olivera aurait peut-être du omettre l’eucharistie afin de ne pas attrister les représentants d'autres confessions" - observe Gloria TV. 

Lien Епископ Дерио Оливьеро пропустил чтение символа веры во время мессы в честь праздника Крещения в кафедральном соборе итальянского города Пинероло.
Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 13 Janvier 2020 à 20:59 | 4 commentaires | Permalien

1 2 3 4 5 » ... 36


Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile