NICE: MENACE SUR UNE PETITE ÉGLISE SERBE DÉCORÉE PAR LE PÈRE EUGRAPH KOVALEVSKY
Vladimir Golovanow

Une petite église orthodoxe de Nice, très peu connue, est menacée par la vente de l'immeuble qui l'abrite. L'intérêt du champion serbe Novak Djokovic l'a fait connaitre et va peut-être la sauver.

UN PETIT BIJOU FONDÉ PAR L'ÉCOF

L'église, dédiée à Notre-Dame-de-Laghet, ou les offices orthodoxes sont célébrés en français, fut fondée dans les années soixante en louant une ancienne cave à charbon de 75 m2 au pied du vieux Nice, à deux pas du port, dans le cadre de l'ECOF (Église Catholique Orthodoxe de France, cf. Nouvelle Forme de Communauté Orthodoxe).

Elle avait alors été recouverte de fresques par le père Eugraph Kovalevsky, (fondateur de l'ÉCOF, qui fut plus tard sacré évêque Jean de St Denis par St Jean de Shangaï). Ces peintures retracent la vie de la Vierge Marie et les douze apôtres, chacun associé à un saint régional; elles sont tout à fait remarquables par la tradition renouvelée de la vision iconographique qui leur donne une grande modernité.

La communauté a rejoint la juridiction du patriarcat de Serbie après l'éclatement de l'ECOF, en 2001-2006, et devient le principal lieu de culte de la petite communauté serbe de la Côte qui compterait un millier d’Azuréens, dont cinq cents dans les Alpes-Maritimes d'après "Nice-Matin"

"C’est un endroit où la communauté serbe est nourrie. Les familles passent du bon temps ensemble. Les enseignants se portent volontaires pour jouer avec les enfants. Ils lisent des histoires, puis font du théâtre. C’était merveilleux de faire partie de cette journée spéciale, avec des familles serbes qui se rassemblent et partagent de beaux moments," écrit, Novak Djokovic sur son compte Instagram
NICE: MENACE SUR UNE PETITE ÉGLISE SERBE DÉCORÉE PAR LE PÈRE EUGRAPH KOVALEVSKY

Dans son édition du 2 avril 2019, "Le Figaro" explique que le bail du local, qui permettait de le louer 115 euros par mois pendant des années, est arrivé à échéance le 31 août 2018 et les six héritiers de la propriétaire, décédée il y a deux ans, veulent vendre. Ils ont assigné les locataires en justice pour les déloger (l’affaire, appelée deux fois à l’audience devant le tribunal d’instance de Nice, a été renvoyée au 13 mai.)

Selon une des héritières, citée par le journal, les locataires ne souhaitent pas acheter, "ou alors au ras des pâquerettes", alors qu'elle aurait un acheteur à 265 000 euros ("cher, pour les 76 m2 d’une ancienne cave à charbon située au début de la rue Fodéré, dont le sol en ciment fait écho aux poutrelles d’acier qui renforcent son plafond, écrit "Nice-Matin".)
NICE: MENACE SUR UNE PETITE ÉGLISE SERBE DÉCORÉE PAR LE PÈRE EUGRAPH KOVALEVSKY

UN SPORTIF TOURNE VERS LE CHRIST

Le 22 décembre dernier, Novak Djokovic avait raconté "Stefan et moi avons visité une église serbe très spéciale à Nice..." (cf. photo) et la notoriété du numéro 1 mondial a mis cette église très discrète sous les projecteurs médiatiques; le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré vouloir faire son possible pour préserver le lieu de culte «dans les règles de la laïcité» et il est maintenant question que le tennisman aide financièrement la paroisse à conserver son église.

NICE: MENACE SUR UNE PETITE ÉGLISE SERBE DÉCORÉE PAR LE PÈRE EUGRAPH KOVALEVSKY

Profondément orthodoxe, le champion a été décoré de l’ordre de Saint-Sava par le patriarche de l’Église serbe Irénée pour avoir contribué financièrement à la rénovation d’un monastère au Kosovo. Après avoir remporté le tournoi Masters d’Indian Wells et empoché un chèque de 600.000 dollars, le champion serbe a offert 100.000 euros au monastère de Gracanica (la somme a permis de racheter une parcelle avoisinante). Il avait aussi fait construire une chapelle dans le village natal de son père, au Monténégro, et soutenu financièrement le monastère des Saints-Archanges, près de Prizren (Kosovo), pillé et incendié pendant les émeutes de 2004, ainsi que le monastère serbe de Hilandar, sur le mont Athos, gravement endommagé par un incendie en 2004. Des donations cultuelles qui s’ajoutent à sa fondation « Novak » qui vient en aide aux enfants défavorisés de Serbie. Source ALETEIA

Les illustrations proviennent des articles cités…

Rédigé par Parlons D'orthodoxie le 3 Avril 2019 à 12:20 | 7 commentaires | Permalien


Commentaires

1.Posté par Théophile le 03/04/2019 14:59
Amusant de voir Novak Djokovic sauver les belles fresque du Père Eugraph Kovalesky à Nice!
Comme quoi, tout peut arriver dans la vie...

2.Posté par Mugnier monique le 03/04/2019 15:03
Quelle joie et Gloire à Dieu pour tout !

3.Posté par Daniel le 03/04/2019 15:54
Pourrait-il aussi financer la réalisation de fresques de bonne qualité ?

4.Posté par Daniel le 03/04/2019 15:55
Si je ne m'abuse, la communauté était il y a peu entièrement francophone et venait de l'ex-ECOF.

5.Posté par Isaac le 03/04/2019 19:10 (depuis mobile)
Je rends grâces à Dieu qu'un sportif de haut niveau soit non seulement fier d'être orthodoxe mais qui, de plus, participe avec ses propres deniers au relèvement de lieux de cultes orthodoxes en Serbie...surtout au Kosovo où nos frères souffrent tant

6.Posté par Vladimir G: le 04/04/2019 16:00
Je confirme, comme je l'écris dans l'article, que la paroisse a quitté l'ECOF il y a environ quinze ans et que les offices sont célébrés en français. La communauté serbe est venue s’insérer sans problème pour rejoindre la seule paroisse de son Église-mère sur la Côte, comme l'écrit Novak Djokovic qui habite Monaco (réflexe traditionnel de toutes les communautés orthodoxes de la diaspora). Les fresques ne nécessitent pas spécialement de restauration, à ma connaissance, et constituent le joyau reconnu de ce lieu. Le seul problème est actuellement le risque d'expulsion...

7.Posté par Guillaume le 05/04/2019 10:44
Prions le Sauveur que cette chapelle soit sauvée. J'ai une immense admiration pour Novak Djokovic, non seulement le champion mais aussi l'homme qui dit haut et fort qu'il aime son pays et qu'il est chrétien.

8.Posté par Daniel le 05/04/2019 11:34
Très honnêtement, les fresques ne sont pas exceptionnelles... voire moche, mais chez les Ecofiens ou ancien-Ecofiens, il suffit qu'une chose soit de la main d'un Kovalesky pour qu'elle devienne exceptionnelle.

9.Posté par Didier Veillat le 05/04/2019 21:47
@Daniel
Les fresques ne sont effectivement pas d'une grande qualité, mais il y quelque chose d'émouvant dans le geste de vouloir sauver une petite paroisse serbe sans valeur matérielle ni iconographique. Je ne pense pas que le champion en question sache même ce qu'a été l'Ecof et ce qu'il en reste aujourd'hui.
A 265 000 euros, on est par contre sur une élévation de la valeur artistique estimée... ou plus probablement sur un abus.
En tant qu'ex-Ecofien (c'est à dire jusqu'à mes douze ans par mon père), ayant même connu de très près Mgr Jean Kovalevski tout gamin, cela me rappelle par contre des moments de joie enfantine. Je comprends que certains puissent être émus; c'est juste sentimental et inoffensif. Les œuvres iconographiques ne sont pas exceptionnelles, picturalement très datées, et je ne suis pas sûr que tous les ex-Ecofiens les sacralisent. Cela reste cependant le témoignage d'une aventure et d'un destin avec celui de Maxime Kovalevski.
Beaucoup d'anciens de l'ECOF reconnaissent avoir fait fausse route ou ont grandement évolué. Il faut peut-être ne pas les ranger dans un même panier aujourd'hui. Mais c'est un autre sujet, quitté pour moi en 1966.
Bonne soirée

Nouveau commentaire :



Recherche



Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile